Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

Toulouse, une métropole à l’épreuve de l’archéologie urbaine. Bilans, acquis et perspectives 2002-2012

Urban archaeology in Toulouse: Achievements and prospects 2002-2012

Olivier Gaiffe, Lionel Izac-Imbert, Pierre Pisani et Marc Comelongue

Résumé

The Toulouse metropolitan area covers an surface of 465km². It comprises 37 municipalities with a population of more than 714,000 inhabitants. It provides a valuable experimental laboratory for urban archaeology. We provide a methodological overview of a decade of preventive archaeology in the heart of this vast European metropolis. Toulouse contains all the elements of urban phenomena. Set on a plain, it was first settled in the Iron Age. Under the Roman Empire, it had the status of civitas, later becoming the capital of the Visigothic Kingdom. It also held an important position during the Middle Ages and Modern times. Following a critical review, we discuss the prospects for incorporating archaeological projects in urban development.

Texte intégral

1L’agglomération toulousaine peut se prévaloir d’une longue tradition de recherche historiographique et archéologique au moins depuis le XVIIe siècle (Pailler 2002 ; Bordes 2005 ; Catalo et Cazes 2010). Durant plus de vingt siècles, Toulouse a toujours tenu une place centrale dans la géopolitique du Sud-Ouest de la France depuis la création de la cité gauloise des Volques Tectosages, en passant par la création de la cité du Haut-Empire puis en tant que capitale du royaume wisigoth pour occuper aujourd’hui le statut de capitale européenne de l’aéronautique (Pailler 2012).

2De la fin du XIXe siècle à l’après seconde guerre mondiale, érudits réunis en sociétés savantes et associations de bénévoles occupent le champ de l’archéologie urbaine toulousaine. Mais depuis les années soixante, l’accélération de l’expansion urbaine a nécessité, comme dans beaucoup de grandes villes françaises, la mise en place de nouveaux dispositifs visant à assurer la détection, l’étude et, parfois, la conservation in situ des vestiges archéologiques. Cette évolution de l’archéologie urbaine intervient en réaction contre les destructions du patrimoine archéologique survenues dans les années soixante-dix.

3Les années quatre-vingt seront, quant à elles, marquées par la professionnalisation croissante des équipes archéologiques. Le panel des opérations archéologiques urbaines s’étoffe. Le recours au décret du 5 février 1986 offre, enfin, la possibilité d’insérer les interventions archéologiques dans le circuit d’instruction administrative des autorisations d’urbanisme. Le centre-ville est alors investi par des équipes plus importantes ; l’archéologie urbaine est désormais perceptible par le public et les découvertes marquent profondément les esprits (Palladia Tolosa… 1988 ; Archéologie toulousaine… 1995). L’activité archéologique change d’échelle, tant du point de vue des moyens mis en œuvre que des surfaces impactées ou de la masse de données à traiter.

4Cependant, en l’absence de dispositif législatif adapté, les relations entre l’État-prescripteur (Direction régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées) et les équipes municipales successives seront souvent de nature conflictuelle. L’insertion de l’archéologie dans la cité demeure généralement problématique et sans véritable réflexion sur la conservation in situ du patrimoine, malgré la polémique sur la destruction des vestiges du palais wisigothique quelques années auparavant. L’ensemble des années quatre-vingt-dix sera d’ailleurs marqué au sceau de ce paradoxe : la ville ancienne demeure une ville invisible, difficilement perceptible par la population toulousaine malgré l’augmentation significative du nombre d’opérations de terrain.

5La promulgation de la nouvelle loi relative à l’archéologie préventive en 2001 aura des incidences concrètes telles que la mise en place, dès juillet 2003, d’un nouveau zonage archéologique (fig. 1). Conçu comme un véritable outil de gestion placé en amont des aménagements, il constituera la pierre d’angle sur laquelle s’appuie, aujourd’hui encore, la politique patrimoniale archéologique toulousaine.

6Après deux décennies d’émergence et de croissance de l’archéologie préventive, puis la mise en place du nouveau dispositif législatif, il paraissait intéressant d’esquisser un bilan sur les principaux résultats archéologiques et méthodologiques récents obtenus dans l’aire du nouveau zonage de 2003. Au-delà, on souhaitait évoquer des pistes de réflexion propres à corriger certains biais induits par les pratiques actuelles afin d’aboutir à un cadre de programmation des opérations d’archéologie urbaine toulousaines, dans la durée, de manière plus lisible et mieux intégrée à la vie de la cité.

LA GENÈSE DE L’ARCHÉOLOGIE URBAINE : DU SAUVETAGE AU PRÉVENTIF

7Dès le début du XXe siècle, un précurseur, Léon Joulin, donne le ton : l’archéologie en région toulousaine sera presque toujours liée aux projets d’aménagements urbains. La construction de la caserne Niel, dans la première décennie, en est l’exemple emblématique : Léon Joulin fouille au fur et à mesure de l’avancement des travaux de construction, met en évidence une problématique de recherche et publie ses résultats. L’archéologie de sauvetage est née, il y a un siècle ; ses pratiques ne changeront guère jusqu’à l’avènement de l’archéologie préventive, hormis le nombre d’interventions qui explose à partir des années soixante.

8Dès ce moment, les grands projets d’aménagement à Toulouse, « métropole d’équilibre », bouleversent le paysage urbain et suscitent plusieurs opérations archéologiques d’une envergure encore inhabituelle. La fouille de la cité d’Ancely dure presque dix ans, au fur et à mesure de l’avancement des constructions (resp. L. Méroc, G. Simonnet, G. Baccrabère) ; un des grands sites chasséens de la région toulousaine ainsi que l’agglomération antique contiguë à l’amphithéâtre y sont mis au jour. Dans le quartier Saint-Roch, secteur pavillonnaire près de la caserne Niel, en pleine urbanisation, les opérations archéologiques sont plus ponctuelles et dispersées (resp. G. Fouet, CNRS, G. Baccrabère puis M. Vidal, direction des Antiquités historiques) ; la connaissance des origines gauloises de Toulouse, initiée par Léon Joulin soixante ans plus tôt, fait un bond en avant.

9Le centre historique de Toulouse est lui aussi en plein bouleversement. Les années soixante marquent l’avènement des parcs de stationnement souterrains, cause de destruction massive du patrimoine archéologique des centres urbains. La rénovation du quartier Saint-Georges par exemple (près de 3 ha dans l’enceinte de Tolosa antique) et le creusement du parking du marché des Carmes (à l’emplacement du couvent des Carmes) et de celui de la place du Capitole en 1971 (porte nord de la ville antique) laissent très peu de place à l’archéologie. Ces projets d’urbanisme, nécessaires au devenir de la cité en plein changement, portés par une volonté forte, n’ont été entourés d’aucune réflexion patrimoniale préalable ; ils illustrent, une fois de plus, la triste réputation de « capitale du vandalisme » que Toulouse traîne depuis le XIXe siècle.

Fig. 1 – Zonage archéologique de Toulouse, 2003 (DRAC Midi-Pyrénées).

  • 1 Ces nouvelles opérations sont préventives dans le sens où elles sont décidées en amont des travaux (...)

10Cette politique d’aménagement de parkings souterrains publics en plein centre se poursuit jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. C’est elle qui sera à l’origine de la première véritable opération d’archéologie préventive à Toulouse ; le projet de parking de la place Saint-Étienne, devant la cathédrale, sera effectivement précédé d’une fouille, en 1986 et 1987 (resp. R. de Filippo, Afan) réalisée avec des moyens financiers apportés par l’aménageur et grâce au recrutement d’un personnel spécifique. Elle met au jour un secteur urbanisé de la fin de l’Antiquité et une partie du cimetière médiéval de la cathédrale Saint-Étienne. Les opérations montées sur le même mode, où intervient désormais l’Afan, se multiplient dans les années qui suivent. En 1988, la fouille du parking Arnaud-Bernard (resp. J. Catalo, Afan) met au jour une partie d’une porte de l’enceinte tardo-médiévale de Toulouse ; l’opération du parking Esquirol (resp. J.-Ch. Arramond, Afan) révèle notamment, en 1993, le temple du forum antique1.

11La fin des années quatre-vingt est également marquée par le développement des opérations archéologiques liées à la rénovation immobilière, publique ou privée, comme la fouille de l’hôpital Larrey (resp. R. de Filippo, Afan), ancien site militaire reconverti en secteur résidentiel, où est mis au jour, de 1988 à 1989, de façon spectaculaire, un vaste bâtiment public daté du Ve siècle, attenant au rempart du Haut-Empire, et identifié comme étant le palais wisigothique de Toulouse. La même année, c’est l’emprise d’un projet de construction pour le rectorat d’académie qui est fouillée (resp. Q. Cazes, Afan).

12Des projets d’aménagement ou de réhabilitation de lieux patrimoniaux seront également à l’origine d’opérations archéologiques ; cependant, celles-ci ressembleront plus à des fouilles programmées, comme celles de l’amphithéâtre de Purpan, de 1983 à 1987 (resp. C. Domergue, université de Toulouse) ou de l’église Saint-Pierre des Cuisines, de 1982 à 1986 (resp. G. Pradalié, université de Toulouse, puis Q. Cazes).

13Le début des années quatre-vingt-dix marque un net accroissement tant de la fréquence que du volume des opérations de fouille en contexte urbain. Le projet d’aménagement initiateur de cette nouvelle étape de l’archéologie toulousaine est la construction de la ligne A du métro. Même si deux stations seulement sont concernées, les opérations archéologiques qui en découlent, en 1990 et 1991, touchent des éléments essentiels de la topographie antique et médiévale de la ville : la fouille de la station Capitole (resp. R. de Filippo, Afan) met au jour un tronçon de l’enceinte du Ier siècle, la fouille de la station Esquirol (resp. R. de Filippo, Afan), le portique occidental du forum antique et le cardo maximus, ainsi qu’un collecteur principal installé dès le Ier siècle de notre ère sous ce dernier et comblé au cours du Moyen Âge.

14Dès lors, la prise en compte du patrimoine archéologique est systématisée dans les projets publics : on peut citer par exemple, en 1993, le parking Esquirol (resp. J.-Ch. Arramond, Afan), en 1994, l’extension de l’Hôtel d’Assezat (resp. J. Catalo, Afan), le musée Saint-Raymond (resp. J.-Ch. Arramond, Afan), en 1995, l’extension de la préfecture (resp. J. Catalo, Afan), l’église Saint-Pierre des Cuisines (resp. J.-Ch. Arramond), en 1997, le lycée Ozenne (resp. J.-Ch. Arramond, Afan), en 1999, la cité Judiciaire première phase (resp. J. Catalo, Afan), ainsi que la première opération consécutive au projet de ligne B du métro dans la caserne Niel (resp. J.-Ch. Arramond, Afan) en 2001.

15L’application du décret du 5 février 1986, sous la forme d’un zonage intégré au Plan d’Occupation des Sols de la commune en 1989 et 1991, permet à l’archéologie préventive d’investir le domaine de la promotion immobilière privée. On peut dénombrer une vingtaine d’opérations réalisées entre 1988 et la mise en œuvre de la loi de 2001, diagnostics et fouilles confondus. Le champ géographique couvert est encore limité au centre-ville (cité antique, bourg médiéval Saint-Sernin) et au quartier Niel – Saint-Roch. En 2003, le service régional de l’Archéologie met en place un nouveau zonage, conformément à la loi de 2001 ; le centre historique de Toulouse reste sans changement, ce sont des zones périphériques qui sont créées ou modifiées.

LA POLITIQUE DE ZONAGE EN MILIEU URBAIN : ANALYSE CHIFFRÉE ET PRINCIPAUX EFFETS SUR LA PRISE EN COMPTE DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE

16La commune de Toulouse couvre une superficie de 11 830 ha ; elle connaît une forte poussée démographique depuis ces soixante dernières années, passant de 265 000 à près de 445 000 habitants entre 1950 et 2012. Malgré un tassement entre 1975 et 1982 causé par une croissance urbaine plutôt tournée vers sa périphérie (phénomène commun à la plupart des grandes villes françaises), la croissance démographique ne s’est plus démentie depuis. Cette progression n’est pas sans conséquence sur l’activité immobilière toulousaine.

17Si, comme nous l’avons vu, l’archéologie préventive à Toulouse ne naît pas avec la loi de 2001, les données ne sont cependant exploitables qu’à partir du démarrage opérationnel effectif de l’Inrap en 2002. Depuis cette date, 72 opérations archéologiques préventives ont été prescrites sur la commune, ce qui représente une moyenne annuelle de huit chantiers. Les diagnostics sont bien entendu plus nombreux (48) ; leur nombre varie de deux à onze par an, la moyenne annuelle s’établissant à cinq. Les 24 fouilles préventives prescrites pendant la même période suivent cette tendance avec toutefois un décalage d’au moins une année pour leur démarrage.

  • 2 L’ancien zonage de 1989-91 couvrait le centre historique et le quartier Niel – St.-Roch en une seu (...)

18En 2003, la mise en place du nouveau zonage archéologique au titre des articles R 522-4 et R 522-5 du Code du patrimoine a doté le service de l’État d’un outil visant à rationaliser la prescription archéologique sur ce territoire en plein développement. Sept zones ont ainsi été établies2 (fig. 1). Elles couvrent une superficie totale de 557,6 ha soit 4,71 % du territoire communal ; leur périmètre renferme les secteurs archéologiquement les plus sensibles. La zone la plus importante concerne le centre historique de Toulouse (ville antique et médiévale) qui occupe à lui seul 363 ha (lit de la Garonne compris). Elle engendre 40 % des opérations de diagnostic (28 % des superficies prescrites) et absorbe près de la moitié des moyens humains affectés par l’Inrap aux diagnostics à Toulouse. Au sud de la commune, la zone du quartier Saint-Roch et de la caserne Niel couvre, sur près de 100 ha, l’emprise de l’agglomération protohistorique qui a connu près d’un tiers des prescriptions. Au niveau du site d’Ancely/Saint-Michel-du-Touch, au confluent du Touch et de la Garonne, une zone de 50 ha (23 % des diagnostics prescrits) est implantée au cœur d’une forte occupation humaine attestée depuis le Néolithique (village chasséen, occupation laténienne et agglomération antique à vocation religieuse). Les zones 3, 4 et 6, d’emprise plus modeste, intéressent surtout la Protohistoire ainsi que le captage présumé de l’aqueduc antique de Toulouse. Les zones 4 et 6, qui sont à l’écart de l’urbanisation, ont un rendement nul à ce jour.

  • 3 Le SRA est automatiquement saisi des demandes d’autorisation d’urbanisme d’une assiette supérieure (...)

19Ces périmètres guident très largement le déclenchement des opérations archéologiques, puisque 94 % des diagnostics y sont recensés mobilisant 82 % des moyens humains. Les rares diagnostics prescrits hors du zonage se rapportent à des projets d’aménagement sur une assiette parcellaire supérieure à 3 ha3. Les 48 diagnostics ont permis d’explorer, sur une période de dix ans, près de 70 ha, avec une superficie moyenne de 1,5 ha par opération (fig. 2 et 3).

20Les fouilles préventives consécutives à un diagnostic sont au nombre de 24, signifiant que la moitié des diagnostics donne lieu à une fouille préventive (sauf rares cas de prescription de fouille immédiate). En ce qui concerne les périodes chronologiques rencontrées (fig. 4), sans évaluer leur importance relative, la période antique est la plus fréquente (27 %), suivie par la période médiévale et l’époque laténienne (20 % chacune). Alors que la période néolithique est également bien attestée avec six occurrences (12 %), les vestiges attribuables à l’âge du Bronze et du premier âge du Fer restent rares. Les zones 1 et 2 provoquent à elles deux 83 % des fouilles préventives, la zone 5 ne produisant que 13 % des opérations. Le centre-ville relativement protégé et figé ne représente que 17 % des superficies fouillées alors que la zone 2 (Niel) concentre plus d’un tiers des emprises.

21Entre 2002 et 2011, l’opérateur public qu’est l’Inrap a été retenu par les aménageurs dans près de 80 % des opérations de fouilles préventives (fig. 5). Toutefois, depuis 2009, les opérateurs privés agréés réalisent 50 % du nombre d’opérations. Cette proportion s’accentue très fortement si les moyens humains constituent le seul critère pris en compte, puisque l’Inrap ne totalise plus que 3 646 journées/homme sur un total de 22 753, soit 16 % sur les deux dernières années de référence.

22Au-delà de ce simple constat statistique, on peut se poser la question de la relation entre prescription de diagnostic et activité immobilière. Sur la période de référence 2002-2011, le logement représente la part essentielle des autorisations d’urbanisme délivrées par les services instructeurs et suscite donc la plus importante partie de l’activité en archéologie préventive et, par conséquent, contingente la majeure part de la redevance d’archéologie préventive (RAP). Si la courbe des montants liquidés au titre de la RAP suit logiquement le dynamisme immobilier toulousain, a contrario on n’observe pas de relation frappante entre la courbe du nombre de logements autorisés et celle du nombre de diagnostics prescrits ; en effet, on constate que la plus grande part des nouvelles habitations ne se situe pas à l’intérieur des zones archéologiques. Ce constat est particulièrement vérifié pour les zones 2 et 5 situées dans des secteurs pavillonnaires qui se restructurent lentement en créant assez peu de logements sur des emprises foncières limitées.

Fig. 2 – Opérations d’archéologie préventive (diagnostics et fouilles) à Toulouse (2002-2011).

Fig. 3 – Répartition des opérations de diagnostics selon les zonages à Toulouse (2002-2011).

Fig. 4 – Distribution chronologique des opérations de fouilles préventives à Toulouse (2002-2011).

Fig. 5 – Opérateurs archéologiques agréés retenus par les aménageurs à Toulouse (2002-2011 et 2009-2011).

23En somme, même si les données mériteraient d’être croisées avec d’autres agglomérations françaises de même importance, les statistiques relatives à l’archéologie préventive à Toulouse montrent une activité essentiellement concentrée sur certaines parties du zonage archéologique en vigueur. Cette activité mobilise l’essentiel des moyens humains et provoque donc la grande majorité des fouilles préventives. Leur coût pèse alors sur les aménagements mis en œuvre dans ces secteurs où le coût au mètre carré de l’archéologie préventive est plus prégnant. En revanche, les quartiers qui se densifient plus vite sont assez peu ou même pas du tout impactés par l’archéologie préventive. On assiste alors à une « mutualisation croisée » des contraintes financières : les projets immobiliers situés à l’extérieur du zonage financent les diagnostics archéologiques alors que les aménagements réalisés à l’intérieur supportent la majeure partie des fouilles. Même si ce constat reste, dans ces grandes lignes, conforme à l’esprit de la législation relative à l’archéologie préventive, il est permis de se demander si cette dernière reste parfaitement adaptée aux enjeux du développement urbain de nos villes.

DES RÉSULTATS ARCHÉOLOGIQUES SIGNIFICATIFS

La Protohistoire récente

24La période qui a connu une véritable inflation de données et bénéficié des plus importantes avancées reste, sans conteste, la Protohistoire récente. Les multiples opérations de diagnostics et de fouilles réalisées dans le quartier Saint-Roch fournissent un cadre de référence propre à mieux cerner la genèse de cette vaste agglomération de plaine gauloise (Gardes et Vaginay 2009).

25Le point d’orgue de cette série d’interventions est la mise en place de la plus vaste opération d’archéologie urbaine de la décennie en amont de la création de la ZAC Niel. Au sein des 7 ha à aménager, 1,7 ha a été dédié à la mise en place d’une réserve archéologique sous forme d’un jardin public (remblais) alors que 1,2 ha de bâtiments a été soumis à une modification de consistance du projet (fondations spéciales). Près de 3 ha ont fait l’objet d’une fouille extensive intégrale d’octobre 2009 à juillet 2011 (resp. P. Jud, Archeodunum) avec une équipe d’une quarantaine de personnes associant des spécialistes extérieurs et mettant en œuvre une logistique hors norme. L’opération a permis, en particulier, de mener à bien la fouille d’une importante nécropole de la fin de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer ainsi qu’un vaste secteur à vocation artisanale de l’agglomération de plaine gauloise mettant en exergue son rôle central dans le système de commerce à longue distance avec la côte méditerranéenne (Toulouse… 2012).

L’Antiquité

26Pour l’Antiquité classique, le bilan général est en demi-teinte notamment dans la zone intra muros où la trame urbaine antique est encore sujette à discussion compte tenu des nombreux secteurs de la ville non ou mal documentés. On signalera toutefois la découverte, en 2002, d’un probable bâtiment des eaux du Haut-Empire associé à une voie et à un système d’égout (Metropolis… 2007 : 87-94) sur le site de la station des Carmes, ligne B du métro (resp. J.-L. Boudartchouck, Inrap). À l’est de la ville, dans l’emprise de la station François-Verdier, ligne B également, une importante nécropole périurbaine utilisée du Ier au VIe siècle a été fouillée (resp. C. Amiel, Inrap), ainsi que des ateliers de potiers du Ier siècle et un probable atelier de forge du Ve siècle (Metropolis… 2007 : 94-109). Enfin, il faut citer la fouille extensive d’une importante nécropole antique et d’un vaste bâtiment de l’Antiquité tardive, en 2011, à l’emplacement de la future école d’Économie de Toulouse (resp. J. Catalo, Inrap).

Le Moyen Âge

27Pour la période médiévale, des découvertes majeures touchent en particulier à l’architecture publique et au monde funéraire. On peut signaler l’étude, en 2002, de l’ancienne église Saint-Michel et de la vaste zone funéraire tardo-antique et médiévale localisée à l’emplacement de la station de métro Palais de Justice (ligne B), place Lafourcade (resp. D. Paya, Inrap) récemment publiée (Paya et Catalo [dir.] 2011). De même, une partie du château Narbonnais, forteresse médiévale des comtes de Toulouse, et les états successifs du système défensif de la ville ont été mis au jour, en 2005, lors de la restructuration du palais de Justice de Toulouse (fouille en trois phases, 1999, 2002-2003, 2003-2006, resp. J. Catalo, Inrap). Enfin, la fouille réalisée dans le cadre du projet d’agrandissement du muséum d’Histoire Naturelle en 2003 (resp. J. Briand, Inrap) a permis d’étudier une bastide sub-urbaine créée au XIVe siècle et rapidement abandonnée. Ces opérations majeures sont localisées dans un même secteur de la ville, hors les murs. Au cœur du centre ancien de Toulouse, la réhabilitation de l’ancien grand prieuré des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dit Hôtel Saint-Jean, effectuée dans le cadre de l’installation des services de la DRAC Midi-Pyrénées, a nécessité la mise en place de fouilles préventives et programmées de 2003 à 2006. Ces opérations avaient été précédées par des diagnostics réalisés par le Service régional de l’archéologie en 1997 (resp. O. Gaiffe), puis par l’Afan en 2001 (resp. J. Catalo et N. Pousthomis-Dalle). Dès 2000, un ambitieux programme de recherche historique, archéologique et archivistique sur ce quartier de Toulouse implanté au cœur de la ville antique et médiévale est mis en œuvre sous la direction de Nelly Pousthomis-Dalle (université de Toulouse le Mirail). Une fouille programmée est ainsi réalisée de 2003 à 2006 essentiellement dans la partie du bâtiment appartenant au XVIIe siècle (fig. 6) : fouille de la galerie des enfeus (galerie méridionale du cloître médiéval), exploration du mur septentrional de l’église Saint-Jean, étude du bâti et sondages complémentaires dans la cour de l’hôtel. L’opération préventive est, quant à elle, réalisée en 2003 et 2004 (resp. P. Pisani) ; elle est concentrée sur la partie orientale de l’Hôtel Saint-Jean, reconstruite dans les années cinquante et vouée à la création du parc de stationnement souterrain et des nouveaux locaux de la DRAC sur près de 1 200 m ². Fruit d’une étroite collaboration entre l’État, l’Inrap et l’Université, ces différentes opérations apportent un nouvel éclairage sur l’évolution de l’occupation de ce quartier du centre de Toulouse et sur les modalités d’implantation des Hospitaliers dans le tissu urbain préexistant qui trouve ses racines dès l’époque augustéenne.

Fig. 6 – DRAC Saint-Jean (Toulouse-31) – Enfeu polychrome (cl. Jean-François Peiré DRAC Midi-Pyrénées).

PERSPECTIVES : POUR UNE PROGRAMMATION DE L’ARCHÉOLOGIE EN MILIEU URBAIN À TOULOUSE

28Ces dix dernières années ont vu se déployer des stratégies plutôt opportunistes en matière d’archéologie urbaine toulousaine en faisant le choix d’intervenir à peu près partout où l’on pouvait considérer que le patrimoine archéologique était menacé. Cette période correspond à la mise en œuvre de la nouvelle législation sur l’archéologie préventive et à la mise en place du nouveau zonage archéologique. Les choix opérés par l’État étaient alors relayés par un opérateur historique unique, l’Inrap : l’institut réalisait l’ensemble des phases de la chaîne opératoire depuis le diagnostic, la fouille jusqu’à la publication voire la valorisation (fig. 7). Dorénavant, le paysage archéologique se complexifie avec l’arrivée de nouveaux opérateurs (cf. supra fig. 5) privés ou publics comme en témoigne la création très récente du Service archéologique de la Communauté urbaine du Grand Toulouse.

29Il faut imaginer une nouvelle stratégie d’interventions où l’archéologie urbaine ne soit pas entièrement axée sur le tout préventif mais intègre une démarche globale (carte archéologique, étude du bâti, opérations programmées, etc.) en lieu et place d’une situation où l’archéologie programmée demeure la grande absente de l’histoire de la ville. À l’heure actuelle deux projets ont été conçus dans cette perspective. Il s’agit du programme d’étude sur le rempart du Haut-Empire par l’École d’architecture de Toulouse (ENSAT) en vue de réaliser un examen global du monument susceptible de déboucher sur une mise en valeur et un dossier de protection générale, d’une part, et le programme d’étude et de publication de l’Hôtel Saint-Jean, qui fait suite aux fouilles préventives et programmées de ces dernières années, d’autre part.

  • 4 Un chargé d’étude a été recruté pour une période de trois ans sur un poste co-financé par la DRAC (...)

30Désormais, se pose la question des choix méthodologiques plus sélectifs, notamment en matière d’échelle d’intervention : comment parvenir à un équilibre plus raisonné entre archéologie extensive liée aux grands projets structurants et mitage d’opérations de taille plus restreinte qui s’apparente parfois à une forme de carte archéologique de terrain, certes précieuse, mais complexe dans sa mise en œuvre quotidienne. Afin de pallier ce problème, une nouvelle politique de carte archéologique a été lancée en partenariat avec le service des archives municipales de la ville de Toulouse4. L’un des prolongements de ce travail de récolement des données archéologiques est leur mise en ligne à destination du grand public et des décideurs (architectes, aménageurs, etc.) via le site Urban-Hist. De manière idéale, ce programme de carte archéologique devrait être à même d’impulser de nouvelles problématiques parmi lesquelles on peut d’ores et déjà identifier quelques lignes de force :

  • l’histoire et l’évolution de l’axe de la Garonne ou l’archéologie d’un fleuve avec la Communauté urbaine du Grand Toulouse ;
  • l’archéologie du bâti centré sur l’achèvement du travail mené sur le rempart du Haut-Empire ;
  • l’étude des zones périurbaines, qui ont déjà suscité des opérations de terrain novatrices, devrait permettre d’aborder des thématiques aussi variées que les bastides médiévales et modernes, les nécropoles, les cimetières paroissiaux ou les quartiers artisanaux, en partenariat avec l’UMR 5608 Traces.

Fig. 7 – Palais de Justice (Toulouse-31) – Crypte archéologique (cl. Olivier Gaiffe DRAC Midi-Pyrénées).

  • 5 Deux exemples récents en la matière : la fouille du cimetière Saint-Jean a entraîné le prélèvement (...)

31Sans pour autant gommer les apports d’une décennie d’archéologie urbaine à Toulouse, le moment paraît propice pour tracer de nouvelles perspectives. Compte tenu des masses de données en jeu, de la variété des problématiques scientifiques et des quantités de mobilier à traiter5, l’archéologie urbaine toulousaine ne peut plus être pensée opération préventive après opération préventive mais doit être envisagée dans la longue durée de manière pluridisciplinaire et inter-institutionnelle. La multiplication des acteurs de l’archéologie urbaine incite à proposer désormais de nouvelles formes d’intervention, ancrées dans la durée, en s’appuyant sur le nouveau service archéologique de la CUGT. Il constitue l’échelon le mieux adapté pour fidéliser une équipe de chercheurs spécialisés en archéologie urbaine. Il devrait également apporter des moyens accrus concernant la phase de diagnostic. La réussite de l’entreprise pour les dix années à venir devra s’appuyer sur les acquis tout en assumant une politique de choix sélectifs partagés entre les services de l’État, ce nouveau Service archéologique et les équipes de recherche actuellement en place.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archéologie toulousaine… 1995. Archéologie toulousaine. Antiquité et haut Moyen Âge, découvertes récentes (1988-1995), catalogue d’exposition, musée Saint-Raymond, Toulouse, 205 p.

Bordes F. (dir.) 2005. Toulouse, parcelles de mémoire. 2000 ans d’histoire urbaine au regard de huit siècles d’archives municipales, catalogue d’exposition Toulouse, archives municipales de Toulouse, 383 p.

Catalo J. et Cazes Q. 2010. Toulouse au Moyen-Âge, 1000 ans d’histoire urbaine, Loubatières, Portet-sur-Garonne, 272 p.

Gardes P. et Vaginay M. 2009. Aux origines de Toulouse (Haute-Garonne) : Tolôssa à l’âge du Fer, in : Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S. et Ralston I. (éd.), L’âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bourges 2008, 35e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Paris, Tours : 359-382.

Metropolis… 2007. Metropolis. Transport souterrain et archéologie urbaine à Toulouse (1990-2007), catalogue d’exposition, musée Saint-Raymond, Toulouse, 195 p.

Pailler J.-M. (dir.) 2002. Tolosa. Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, coll. « École française de Rome », 281, École française de Rome, Rome, 602 p.

Pailler J.-M. 2012. Bimillénaire, Toulouse aux sept fondations, Midi-Pyrénées Patrimoine, 29 : 18-19.

Paya D. et Catalo J. (dir.) 2011. Le cimetière Saint-Michel de Toulouse, coll. « Recherches archéologiques », Inrap– CNRS Éditions, Paris, 240 p.

Palladia Tolosa… 1988. Palladia Tolosa. Toulouse romaine, catalogue d’exposition, musée Saint-Raymond, Toulouse, 192 p. Toulouse… 2012. Toulouse. Des Gaulois entre Méditerranée et Atlantique, Archéothema, 21, 77 p.

Notes

1 Ces nouvelles opérations sont préventives dans le sens où elles sont décidées en amont des travaux, mais sans le cadre juridique de la loi de 2001 qui sera mis en place en deux temps, en 2002 et en 2004.

2 L’ancien zonage de 1989-91 couvrait le centre historique et le quartier Niel – St.-Roch en une seule zone.

3 Le SRA est automatiquement saisi des demandes d’autorisation d’urbanisme d’une assiette supérieure à 3 ha, avec ou sans zonage archéologique.

4 Un chargé d’étude a été recruté pour une période de trois ans sur un poste co-financé par la DRAC et la ville de Toulouse.

5 Deux exemples récents en la matière : la fouille du cimetière Saint-Jean a entraîné le prélèvement d’environ 1 800 sépultures alors que la fouille de la caserne Niel a mis au jour une centaine de tonnes de fragments d’amphores italiques…

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Zonage archéologique de Toulouse, 2003 (DRAC Midi-Pyrénées).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2 – Opérations d’archéologie préventive (diagnostics et fouilles) à Toulouse (2002-2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 3 – Répartition des opérations de diagnostics selon les zonages à Toulouse (2002-2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 4 – Distribution chronologique des opérations de fouilles préventives à Toulouse (2002-2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 5 – Opérateurs archéologiques agréés retenus par les aménageurs à Toulouse (2002-2011 et 2009-2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 6 – DRAC Saint-Jean (Toulouse-31) – Enfeu polychrome (cl. Jean-François Peiré DRAC Midi-Pyrénées).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7 – Palais de Justice (Toulouse-31) – Crypte archéologique (cl. Olivier Gaiffe DRAC Midi-Pyrénées).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteurs

Conservateur du patrimoine, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées, UMR 5608 TRACES

Conservateur du patrimoine, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie du Languedoc-Roussillon, UMR 5608 TRACES

Chef de service, Direction générale du développement urbain et durable, Direction de l’aménagement, Service archéologique de la Communauté urbaine du Grand Toulouse, UMR 5608 TRACES

Chargé de mission à la carte archéologique, ville de Toulouse.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540