Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Introduction

Élisabeth Lorans et Xavier Rodier

Texte intégral

1En 1980, le colloque international d’archéologie urbaine de Tours, organisé sous l’égide du ministère de la Culture, réunissait 315 participants autour de l’idée suivante, énoncée dans l’avant-propos des actes : « L’archéologie urbaine apparaît comme la discipline pour laquelle s’impose en priorité la nécessité d’un vaste effort de réflexion, tant en raison de l’intérêt intrinsèque des objectifs nouveaux qu’elle se propose que des problèmes institutionnels et logistiques qu’elle soulève. » (Archéologie urbaine 1982). Ce colloque fondateur eut un effet structurant sur la discipline qui s’est traduit, en 1984, par la création, à Tours, du Centre national d’archéologie urbaine par le ministère de la Culture. En 2010, le CNAU a été intégré dans le bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inventaires archéologiques de la sous-direction de l’archéologie.

2Le choix du CTHS de tenir son congrès 2012 à Tours sur le thème Compositions urbaines fut l’occasion de s’interroger à nouveau sur l’archéologie urbaine, plus de trente ans après. Il ne s’agissait pas de tirer un quelconque bilan, ni de comparer les situations, mais plutôt de s’appuyer sur les résultats de travaux récents pour dégager des perspectives de recherche en archéologie urbaine. L’objectif était de mettre en évidence les apports de l’archéologie urbaine à la connaissance et à la compréhension du fait urbain, tel que défini en 1980, dans la longue durée.

3La caractéristique de l’archéologie urbaine tient à la fois à la nature de sa source primaire : le dépôt archéologique, et à la définition de son objet d’étude : l’espace urbanisé ancien. La recherche archéologique urbaine s’inscrit ainsi dans un rapport dialectique constant entre les échelles de la fouille et de la ville (Galinié 2000). D’une part, les archives du sol impliquent une approche centrée sur la matérialité de la ville, d’autre part, l’approche historique du rapport entre espace et société urbaine passe par le croisement de toutes les sources mobilisables. La finalité de l’archéologie urbaine est la compréhension des processus de fabrique et de transformation de l’espace urbain par les sociétés. Les méthodes mises en œuvre sont celles des sciences sociales, parmi lesquelles la géographie tient une place particulière par l’influence considérable qu’elle a eue sur la perception du rapport des sociétés à l’espace par les archéologues.

4Les avancées dans la pratique de l’archéologie urbaine ont été considérables depuis une trentaine d’années, tant sur le plan méthodologique qu’en matière de connaissance et de compréhension des espaces urbanisés anciens. Pour autant, certains enjeux identifiés lors du colloque de 1980 sont toujours d’actualité même si cela peut être pour des raisons différentes. Du point de vue stratégique par exemple, la question des choix revient sur le devant de la scène, imposée par le contexte opérationnel. Les modalités de prescription et d’intervention orientées vers la conservation des archives du sol concentrent les moyens sur la fouille de structures reconnaissables dans les niveaux les mieux identifiés. La multiplicité des acteurs implique d’articuler leurs interventions complémentaires dans l’intérêt de la programmation de la recherche archéologique et d’une meilleure prise en compte de ses résultats dans la ville d’aujourd’hui. Les recherches engagées sur la ville durable amènent à de nouvelles politiques d’aménagement privilégiant la concentration de l’espace urbain et son développement en sous-sol dont les conséquences pourraient entraîner une forte activité d’archéologie préventive. La question de l’évaluation du potentiel archéologique des villes est de fait elle aussi toujours d’actualité avec des méthodes et des outils qui ont progressé de manière significative. Toutefois on peut s’interroger sur la réalité de l’apport de connaissances dans le contexte d’intervention actuel où la pratique des diagnostics ne donne pas toujours lieu à des fouilles. Enfin, si les données accumulées ont fait progresser l’état des connaissances et ont renouvelé les questionnements, l’objectif principal reste l’explication des rapports sociétés-espace urbain.

5Parmi la multitude d’approches possibles, à partir des différentes orientations de recherche suivies en matière d’archéologie urbaine et identifiées dans les travaux récents, nous avons privilégié une approche diachronique de l’espace urbain tout en insistant sur les thématiques qui ont bénéficié d’un renouvellement récent des connaissances : la ville avant la ville, les oppida, dont le caractère urbain est désormais admis mais dont les modalités de leur définition et leur mise en perspective avec les modèles de villes postérieurs restent encore à préciser ; la ville entre le IVe et le Xe siècle, dont on cerne encore bien mal les formes, enfin, l’appréhension des sociétés urbaines par de nouvelles approches du mobilier qui, malgré l’accumulation importante de données nouvelles, restent encore trop rares.

6Cet ouvrage est organisé en trois parties qui tiennent compte et de l’échelle d’analyse et du degré de modélisation. Les travaux qui y sont présentés reflètent à la fois l’état des lieux de la pratique de l’archéologie urbaine, les résultats acquis comme les progrès méthodologiques et enfin les nouvelles perspectives de recherche. La première partie montre comment l’acquisition de données renouvelle la connaissance intrinsèque de villes appartenant à des espaces géographiques variés, même si la France tient, de loin, la première place. La deuxième présente le changement de perspective opéré entre la juxtaposition d’états urbains établis à partir de la topographie historique et l’étude des dynamiques de transformation de l’espace urbain. La troisième met en lumière l’importance du changement d’échelle et de la modélisation pour comprendre les systèmes urbains dans leur ensemble.

D’UNE VILLE L’AUTRE

7La pratique de l’archéologie urbaine n’a de sens que lorsqu’elle s’inscrit dans une démarche de compréhension de l’espace urbanisé ancien. Il s’agit de passer de la fouille urbaine à l’archéologie de la ville. Dans cette perspective, chaque fouille urbaine est pensée, de sa préparation à l’interprétation de ses résultats, comme une contribution à l’amélioration de la connaissance de la ville.

8Les études de cas présentées sont l’occasion de s’interroger sur la pratique de l’archéologie urbaine depuis trente à quarante ans. À ce niveau, en multipliant les interventions, on cherche à engranger le maximum d’informations sur tout l’espace occupé par la ville ancienne avant la destruction du sous-sol par les aménagements actuels. Néanmoins, dans plusieurs cas, si la multiplication sans précédent des opérations a livré des masses considérables de données, leur mise en ordre et en relation pour atteindre une meilleure compréhension des transformations de l’espace urbain semble bien difficile. En outre, on peut s’interroger sur la capacité des archéologues à mettre en œuvre les quantités de données ainsi accumulées dans les années à venir. Trop souvent, l’objectif recherché est de restituer l’histoire de la ville depuis ses origines sans hiatus dans le récit et l’on mesure alors le poids de l’historiographie locale sur les interprétations ou tout du moins la manière dont elle pèse sur la capacité à émettre de nouvelles hypothèses.

9Les cas traités montrent également les questions à approfondir. En premier lieu, celle de la connaissance des niveaux anciens, rarement atteints ou très partiellement, qui permettent de répondre à la question des origines de la ville comme à celle de la reconnaissance d’occupations antérieures d’une autre nature. Il s’agit de la ville avant la ville, de la ville protohistorique. Si l’exemple de Bourges est sans ambiguïté, celui de Reims semble plus discutable et dans le cas de Tours, où aucune continuité n’est assurée, dans l’état actuel des connaissances, entre l’occupation protohistorique du site de Clocheville et la fondation de Caesarodunum, l’observation plus systématique sur de grandes surfaces des niveaux les plus anciens permet néanmoins de réinterpréter les modalités d’implantation de la ville antique.

10Une seconde question porte sur la ville de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, cette formulation suffisant à elle seule à démontrer qu’il s’agit d’un objet bien mal identifié. Ville du haut Moyen Âge donc, pour laquelle la question des terres noires a considérablement progressé par la mise en place de protocoles d’observation et d’analyse permettant de proposer des interprétations fonctionnelles (Fondrillon 2012). Il reste cependant à poursuivre en ce sens en multipliant les cas d’étude insuffisamment nombreux à l’échelle européenne avant de considérer la question réglée. En effet la caractérisation fonctionnelle ne permet pas nécessairement de définir les formes de l’occupation. Quels sont ces fameux modes d’habiter qui changent à cette période ? Et pourquoi changent-ils ? Une prise en compte plus systématique de cette question dans les opérations urbaines est donc indispensable. En outre, quand le haut Moyen Âge n’est pas matérialisé par des terres noires, il convient néanmoins de se donner les moyens de comprendre ce qui se passe car nous ne savons toujours pas vraiment à quoi ressemble la ville à cette période, exception faite des lieux de culte et des espaces funéraires dont la diversité est maintenant bien établie. Il n’est donc plus permis de faire l’impasse sur cet enjeu majeur que Mélanie Fondrillon et Amélie Laurent ont parfaitement formulé en proposant l’élaboration d’un modèle de la fabrique urbaine pour la ville de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. L’abandon identifié à Marseille, par exemple, alors que la stratigraphie montre un exhaussement important, mérite d’être questionné. Certes, ces niveaux ne sont pas noirs, mais il est intéressant de constater sur la carte des études de terres noires (Borderie, Fondrillon et al.) combien la France est coupée en deux selon une diagonale nord-ouest/sud-est laissant Marseille et une large partie du midi de la France à l’écart de ces interrogations. L’exemple d’Ankgor Thom montre bien que les méthodes de l’archéologie urbaine développées en Europe pour interroger l’espace urbain dans sa globalité sont exportables dans des aires culturelles où tout diffère, des matériaux aux organisations sociales.

TRANSFORMATIONS ET DYNAMIQUES URBAINES

11Dans un premier temps, la recherche archéologique urbaine a le plus souvent donné lieu à la publication d’études monographiques, notamment dans des collections dont les finalités sont parfois divergentes mais qui ont en commun d’être toujours fondées sur la topographie historique, même si elle est abordée avec des granularités différentes. La priorité est la caractérisation et la classification fonctionnelle des éléments constituant le paysage urbain sur un espace support. C’est dans cette perspective que la carte archéologique peut être utilisée en milieu urbain, même si après trente à quarante-cinq ans de recherches archéologiques dans plusieurs villes, la surface fouillée ne représente qu’1,5 à 3 % de l’espace urbanisé ancien.

12Dans un second temps, la prise en compte des propriétés spatiales des éléments de la topographie historique a donné lieu à une approche géographique de l’espace urbain. La perspective est alors la compréhension des dynamiques spatiales et des processus de transformation de l’espace urbain. Nous sommes ainsi passés de la reconnaissance de la topographie historique à la compréhension des dynamiques spatiales de transformation. Parmi les outils et les méthodes empruntés à la géographie, la lecture morphologique des plans de ville et l’utilisation des systèmes d’information géographique ont particulièrement contribué à ce changement de perspective (Rodier 2011).

MODÈLES DE VILLES ET SYSTÈMES DE VILLES

13La ville peut être appréhendée comme système à l’échelle intra-urbaine (système ville) ou comme un élément d’un système à l’échelle interurbaine (système de villes) (Garmy 2012). Dans les deux cas, la modélisation de ces systèmes permet de mieux en comprendre le fonctionnement. Ces pistes de recherche ont déjà été explorées par les géographes mais sont nouvelles pour l’archéologie française. Plusieurs types de modélisation sont mis en œuvre.

14La chorématique est une méthode de modélisation des structures élémentaires de l’espace géographique inventée par le géographe Roger Brunet, en s’inspirant de la linguistique structuraliste (Brunet 1980). Elle permet la description de l’espace en le décomposant en éléments structurants, les chorèmes. La chrono-chorématique s’attache à modéliser l’espace urbain en dégageant ses structures élémentaires dans la longue durée. Les logiques socio-spatiales qui se combinent dans la ville à une époque donnée ont ainsi été modélisées afin de proposer une synthèse en image des connaissances en histoire urbaine (Rodier, Grataloup et Guilloteau 2010).

15Parmi les méthodes d’analyse spatiale, qui ont également été élaborées par les géographes, celles fondées sur la loi de la gravitation universelle sont utilisées pour hiérarchiser les réseaux d’agglomérations (Nuninger et Sanders 2006 ; Favory, Nuninger et Sanders 2012). Cette approche s’intéresse à la structure du système dans son ensemble et à son fonctionnement plutôt qu’à la collection des agglomérations qui le composent.

16Enfin, l’utilisation d’outils de simulation multi-agents ouvre une nouvelle voie pour analyser les modèles de processus de transformation des villes préindustrielles. À l’échelle de la ville, cela nécessite d’identifier et de caractériser les trajectoires urbaines dans la longue durée, puis de mettre ces trajectoires en perspective à l’échelle des réseaux de villes.

17Les contributions regroupées dans les parties II et III montrent comment le développement des méthodes et des outils de la recherche ont fait progresser d’une part la connaissance en apportant de nouveaux résultats, d’autre part la discipline en donnant accès à de nouveaux registres de questions. L’utilisation des outils de traitement de données, avec l’informatisation et autres systèmes d’information géographique devenus des outils courants, laisse cependant perplexes certains archéologues s’interrogeant sur la pertinence d’un outil complexe face à la nature des résultats produits. En effet, s’il ne s’agit que de produire quelques cartes à partir des masses de données enregistrées dans des systèmes sophistiqués, l’on est en droit de s’interroger. Cependant, il faut bien en passer par là d’une part pour traiter les masses de données importantes et les travaux menés par exemple à Paris (Noizet et al. ; Noizet 2013) montrent combien les exploitations peuvent être riches et diverses à partir d’une base robuste. D’autre part, ces outils sont le passage obligé pour accéder aux niveaux de modélisation plus complexes fondés sur les analyses spatiales qu’ils permettent et ainsi aborder les questions ambitieuses que nous posons régulièrement sur les dynamiques spatiales et les interactions multi-échelles dans l’espace urbain.

18Du point de vue de la pratique, les programmes d’évaluation du potentiel archéologique, tels que ceux présentés par l’équipe parisienne (Borderie, Delahaye et al.) ou pour Bourges (Fondrillon et al.), montrent s’il en était encore besoin la pertinence de la démarche comparée au protocole systématique des diagnostics en tranchées qui, il faut le répéter, sont dans le cas de villes ayant fait l’objet d’un bilan des connaissances trop souvent plus destructeur que porteur d’informations, tant celles qu’ils permettent d’obtenir sont tronquées et par là même difficiles à interpréter. En outre, puisqu’ils n’atteignent quasiment jamais le niveau naturel dans des contextes de stratification importante et complexe, ils ne répondent pas à l’objectif principal de fournir une épaisseur stratigraphique. Des études d’impact préalables, complétées par des moyens non ou peu destructeurs, le tout inscrit dans des programmes de recherche urbaine, sont le seul moyen d’intégrer l’archéologie dans une planification stratégique de l’aménagement urbain. Ces études sont la clef de l’anticipation nécessaire à la mise en œuvre de la connaissance dans les projets urbains et relève de la responsabilité des archéologues.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archéologie urbaine 1982. Archéologie urbaine. Actes du colloque international de Tours, 17-20 novembre 1980, Association pour les fouilles archéologiques nationales, Paris, 769 p.

Brunet R. 1980. La composition des modèles dans l’analyse spatiale, L’Espace géographique, no 4 : 253-265.

Favory F., Nuninger L. et Sanders L. 2012. Intégration de concepts de géographie et d’archéologie spatiale pour l’étude des systèmes de peuplement, L’Espace géographique, 2012-4, t. 41 : 295-309.

Fondrillon M. 2012. Formation des sols et usages sociaux, les terres noires urbaines en France, in : Archambault de Beaune S. et Francfort H.-P. (dir.), L’archéologie à découvert, CNRS Éditions, Paris : 145-151.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Garmy P. 2012. Villes, réseaux et systèmes de villes. Contribution de l’archéologie, Éditions Errance, Paris, 330 p.

Noizet H., Bove B. et Costa L. (éd.) 2013. Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Presses universitaires de Vincennes – Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris, 354 p.

Nuninger L. et Sanders L. et al. 2006. La modélisation des réseaux d’habitat en archéologie : trois expériences, M@ppemonde, 83, 3, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num11/articles/art06302.html.

Rodier X. (dir.) 2011. Information spatiale et archéologie, Errance, coll. « Archéologiques », Paris, 254 p.

Rodier X., Grataloup C. et Guilloteau C. (dir.) 2010. Dossier « Chrono-chorématique urbaine », M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/dos_chrono.html.

Auteurs

Professeur d’Archéologie médiévale, Université François-Rabelais de Tours, UMR 7324 CITERES – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

Ingénieur de recherche au CNRS, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS, Responsable du Laboratoire Archéologie et Territoires ; Honorary Research Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Wirwatersrand, Johannesburg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540