Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le texte critique

 | 
Marion Chenetier-Alev
, 
Valérie Vignaux

Contributeurs

Texte intégral

1François Albera est professeur d’histoire et esthétique du cinéma à l’université de Lausanne, membre de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC) et secrétaire de rédaction de la revue 1895 Revue d’histoire du cinéma. Il a dirigé un projet de recherche sur la naissance et le développement de la critique de cinéma en Suisse romande (FNS).

2Yannick Butel est dramaturge, critique et professeur en études théâtrales à Aix-Marseille Université I. Il a notamment publié Essai sur la présence au théâtre (2000), Vous comprenez Hamlet (2005), et Regard Critique aux Solitaires intempestifs (2009). Il collabore à diverses revues et a participé au numéro consacré à « Claude Régy », Les Voies de la Création théâtrale, CNRS édition, 2009. Il est par ailleurs directeur de la revue Incertains Regards. Il est aussi cofondateur de L’Insensé (plateforme numérique de critique en ligne des arts vivants).

3Alain Carou est conservateur des collections d’images animées de la Bibliothèque nationale de France et concourt depuis plusieurs années au dépôt légal d’Internet à la BnF. Membre du conseil d’administration de l’AFRHC et du comité de rédaction de 1895 Revue d’Histoire du cinéma, il a écrit Le Cinéma français et les écrivains, histoire d’une rencontre, 1906-1914 (2002) ; il a également codirigé le numéro 56 de 1895 Revue d’histoire du cinéma dont le sujet porte sur « Le Film d’Art et les films d’art en Europe (1908-1911) » (décembre 2008).

4Frédéric Cavé est doctorant à l’université de Rennes 2. Il prépare une thèse portant sur la politisation des textes critiques sur le cinéma, notamment ceux des Cahiers du cinéma entre 1965 et 1975. Animateur de ciné-club et de la revue The Wild Bunch, il est l’auteur de plusieurs articles consacrés à Douglas Sirk, Richard Fleischer, Joe Dante ou à des films classiques tels Chantons sous la pluie ou Casablanca.

5Marion Chénetier-Alev est maître de conférences en arts du spectacle à l’université François-Rabelais de Tours, membre de l’équipe de recherche ICD (Interactions culturelles et discursives) et du groupe de recherche interuniversitaire sur les revues de théâtre. Auteur de L’Oralité dans le théâtre contemporain, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010, elle explore dans plusieurs revues et ouvrages collectifs les écritures dramatiques d’hier et d’aujourd’hui. Également traductrice, elle vient d’achever l’édition critique et bilingue du Théâtre des fous d’Edward Gordon Craig avec Marc Duvillier et Didier Plassard, Montpellier, Éditions de l’Entretemps, 2012, et fera bientôt paraître aux éditions Argol un livre d’entretiens menés avec Valère Novarina. Elle est critique dramatique pour le site Au Poulailler.

6Marco Consolini est professeur à l’Institut d’études théâtrales de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Il a publié Théâtre Populaire (1953-1964). Histoire d’une revue engagée, Paris, IMEC, 1998 ; « Rivolte, utopie e tradizione nel teatro francese », dans Storia del teatro moderno e contemporaneo. vol. III : Il Novecento, Torino, Einaudi, 2001. Il a dirigé le recueil italien de Roland Barthes, Sul théâtraux, Roma, Meltemi, 2002, ainsi que l’ouvrage collectif Avènement de la mise en scène moderne/Crise du drame. Continuités-discontinuités, en collaboration avec Jean-Pierre Sarrazac, Paris, Théâtre National de la Colline, Bari, Edizioni di Pagina, 2010, et avec Gianfranco Marrone le volume monographique Roland Barthes. L’Immagine, il visibile, Milan, Marcos y marcos, coll. « Riga », 2010. Il collabore régulièrement à de nombreuses revues françaises et italiennes (Théâtre/Public, Registres, Culture Teatrali, Il Castello di Elsinore, Prove di Drammaturgia, etc.) et fait partie depuis 2002 du comité de rédaction de la revue ThéâtreS en Bretagne. Il prépare actuellement, avec Maria-Ines Aliverti, l’édition du septième volume des Registres de Jacques Copeau.

7Sylvain Diaz, est maître de conférences à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur d’une thèse consacrée aux Poétiques de la crise dans les dramaturgies européennes des XXe et XXIe siècles (2009). Ses travaux les plus récents – publiés dans les revues Agôn, Études théâtrales, Jeu ou encore Théâtre/Public – portent sur les dramaturgies contemporaines (V. Barreteau, O. Choinière, O. Hirata, J.-L. Lagarce, P. Malone, M. Navarro, O. Py, M. Vinaver). Pour la revue Agôn dont il est membre du comité de rédaction, il a récemment co-dirigé les dossiers « Mettre en scène l’événement : 11 septembre 2001 » (2011) et « L’Entrée en scène » (2013).

8Louis Dieuzayde est maître de conférences en esthétique théâtrale à Aix-Marseille Université I. Il a réuni aux Presses universitaires de Provence des textes sur l’œuvre de Valère Novarina (Le Théâtre de Valère Novarina, une scène de délivrance, Aix-en-Provence, PUP, 2004), a dirigé une publication sur les relations actuelles entre théâtre et pensée (Le Langage s’entend mais la pensée se voit, Aix-en-Provence, PUP, 2007) et co-dirigé avec Sylvie Coëllier un ouvrage questionnant les relations des transversalités artistiques actuelles au politique (Arts, transversalités et questions politiques, Aix-en-Provence, PUP, 2011). Il s’intéresse, en tant que théoricien et formateur, aux mutations du jeu de l’acteur en lien avec les transformations textuelles et scéniques, ainsi qu’aux rapports qu’entretiennent poétique et politique dans le champ des arts de la scène. Il travaille régulièrement comme acteur et metteur en scène au sein de plusieurs compagnies de la région PACA.

9Jean-Pierre Esquenazi, sociologue de la culture surtout audiovisuelle, est professeur à l’université Lyon 3. Il est membre de l’équipe MARGE du Centre d’études des dynamiques et des frontières littéraires. Parmi ses ouvrages récents, on peut citer : Hitchcock et l’aventure de Vertigo, Paris, CNRS éditions, 2001 et 2010 ; Godard et la société française des années 60, Paris, Armand Colin, 2004 ; Sociologie des œuvres, Paris, Armand Colin, 2007 ; Les Séries télévisées, Paris, Armand Colin, 2010 ; Le film noir, Paris, CNRS éditions, 2012.

10Pierre Eugène est doctorant en études cinématographiques à l’université de Picardie-Jules Verne. Sa thèse est une étude du critique de cinéma Serge Daney. Il est également rédacteur pour le site Internet Critikat. com, et publie occasionnellement dans la revue Art press. Sa dernière parution est, dans Trafic no 85, une analyse des films de Jean-Claude Biette.

11Alice Folco, maître de conférences en arts du spectacle à l’université Stendhal-Grenoble3, est membre de la composante CINESTHEA du laboratoire TRAVERSES 19-21 (Grenoble 3). Elle a soutenu en 2006 une thèse intitulée Dramaturgie de Mallarmé, et a publié aux PUF en 2010 La Mise en scène théâtrale de 1800 à nos jours, en collaboration avec Bénédicte Boisson (Rennes 2) et Ariane Martinez (Grenoble 3).

12Hervé Guay, après avoir été journaliste culturel au quotidien Le Devoir pendant vingt ans, est à présent professeur à l’université du Québec à Trois-Rivières. Il vient de publier L’Éveil culturel. Théâtre et presse à Montréal, 1898-1914 aux PUM. Outre son intérêt pour les discours sur le théâtre, il s’intéresse à la dramaturgie québécoise et aux pratiques scéniques contemporaines. Il est actuellement président de la Société québécoise d’études théâtrales et directeur de la revue Tangence depuis 2012.

13Laurent Jullier est professeur d’études cinématographiques à l’Institut européen de cinéma et d’audiovisuel de l’université Nancy II et directeur de recherches à l’Institut de recherches sur le cinéma et l’audiovisuel de l’université Paris III-Sorbonne nouvelle. Il a récemment publié : Analyser un film, De l’émotion à l’interprétation, Paris, Flammarion, 2012 ; Qu’est-ce qu’un bon film ?, 2e édition refondue, Paris, La Dispute, 2012 ; L’Analyse de séquences, 3e édition refondue, Paris, Armand Colin, 2011, et a co-dirigé avec Jean-Marc Leveratto le no 142, « L’expérience du spectateur », de la revue Degrés, Bruxelles, été 2010.

14David Larre est critique de théâtre pour Au Poulailler, un site de critique dramatique qu’il a fondé avec Myrto Reiss et Catherine Robert. Enseignant de philosophie au lycée en Seine Saint-Denis, il s’exerce à l’écriture critique dans le domaine dramatique et musical (hier à theatreonline.com, aujourd’hui à la fois sur aupoulailler.com, letheatredansunfauteuil.blogs.nouvelobs.com et popnews.com). Ancien élève de l’ENS de Fontenay Saint-Cloud, il est titulaire de l’agrégation et docteur en philosophie.

15Laurent Le Forestier, professeur en études cinématographiques à l’université Haute-Bretagne Rennes 2, est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur le cinéma français des premiers temps, l’historiographie du cinéma et l’histoire de la critique en France après la seconde guerre mondiale. Dernièrement, il a dirigé un numéro de la revue CINéMAS, « Des procédures historiographiques en cinéma » (2011) et avec Priska Morrissey, le no 65 de 1895 Revue d’Histoire du cinéma, « Histoire des métiers du cinéma en France avant 1945 » (Hiver 2011).

16Jean-Marc Leveratto est professeur de sociologie de la culture à l’université de Lorraine et directeur du Laboratoire 2L2S (Laboratoire lorrain des sciences sociales). Ses travaux de recherche portent sur la sociologie de la consommation culturelle et l’expertise de la qualité artistique ainsi que sur l’histoire économique et culturelle de l’industrie du spectacle (théâtre et cinéma) du XIXe au XXe siècle. Il a publié récemment La Leçon de vie dans le cinéma hollywoodien, avec Laurent Jullier, Paris, Vrin, 2008 ; Les Hommes-objets au cinéma, avec Laurent Jullier, Paris, Armand Colin, 2009 ; Cinéma, Spaghettis, Classe ouvrière, Immigration, Paris, La Dispute, 2010 ; Cinéphiles et cinéphilies : Une histoire de la qualité cinématographique, avec Laurent Jullier, Paris, Armand Colin, 2010.

17Erica Magris est maître de conférences à l’université de Paris 8. Titulaire d’un doctorat en co-tutelle européenne en études théâtrales et littérature italienne, obtenu à l’université de Paris III et à l’École normale de Pise avec une thèse sur l’utilisation des technologies audiovisuelles dans les pratiques théâtrales italiennes des années 60 à aujourd’hui, elle a publié des essais sur le théâtre italien et sur les scènes contemporaines dans plusieurs revues dont Théâtre/Public, Ligeia, Intermédialités, Coulisses et écrit régulièrement pour les revues Hystrio et ateatro. Actuellement, elle collabore avec l’ARIAS-CNRS.

18Chantal Meyer-Plantureux est professeur en arts du spectacle à l’université de Caen-Basse Normandie, directrice du département théâtre et membre du CRHQ/CNRS. Elle dirige la collection « Le théâtre en question » aux Éditions Complexe, et s’intéresse à l’histoire culturelle du théâtre, en particulier à l’histoire de la critique dramatique (en partenariat avec l’IMEC) et aux représentations de l’Autre au théâtre et au cinéma (XIXe et première partie du XXe siècle). Ses derniers travaux parus sont Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Complexe, 2005 ; Théâtre populaire, enjeux politiques, de Jaurès à Malraux, sous la direction de Chantal Meyer-Plantureux, préface de Pascal Ory, Bruxelles, Complexe, 2006 ; Le Théâtre monte au front, ouvrage collectif sous la direction de Chantal Meyer-Plantureux, Paris, Complexe, 2008 ; Romain Rolland : théâtre et engagement, Caen, PUC, 2012.

19Romain Piana, maître de conférences à l’Institut d’études théâtrales de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est spécialiste de la réception et de la mise en scène du théâtre antique, et de l’histoire du théâtre français du XIXe et du premier XXe siècles. Il s’intéresse notamment à la critique dramatique et à la presse théâtrale, sur lesquelles il a publié plusieurs études. Il participe, avec Marco Consolini et Sophie Lucet, à l’animation du « Groupe de recherches inter-universitaire et interdisciplinaire sur les revues de théâtre » (Paris-Diderot – Sorbonne Nouvelle).

20Sylvain Portmann est chargé de cours à la section d’histoire et esthétique du cinéma de l’université de Lausanne et prépare une thèse de doctorat sur le fonds Barthélemy Amengual.

21Myrto Reiss est critique de théâtre pour Au Poulailler, site qu’elle cofonde avec David Larre et Catherine Robert en 2009, après avoir écrit pendant de longues années pour nombre d’autres supports papier ou web (theatreonline.com, L&A Théâtre, La Quinzaine des spectacles). Également metteur en scène et animatrice de cours de théâtre, elle pratique le théâtre d’intervention comme outil d’éducation populaire. Elle est titulaire d’un DEA d’études théâtrales (Paris 3).

22Catherine Robert est professeur de philosophie et critique de théâtre à La Terrasse.

23Helen Solterer est professeur au département d’études romanes de l’université de Duke (Caroline du Nord, États-Unis). Son livre, Un Moyen-Âge républicain : paradoxes du théâtre en temps de guerre, dans la traduction française de Marion Chénetier-Alev, sortira aux Presses universitaires Paris Sorbonne en 2013. Ses recherches de médiéviste portent sur le théâtre, entre autres « Jouer le Moyen-Âge : Gustave Cohen et la troupe théophilienne » dans Marie Bouhaïke-Gironès, Véronique Dominguez et Jelle Koopmans, Les Pères des études médiévales : examen critique de la constitution d’un savoir académique, Rennes, PUR, 2010 ; « Performer le passé. Rencontre avec Paul Zumthor » dans Jacqueline Cerquiglini-Toulet et Christopher Lucken (dir.), Paul Zumthor ou l’invention permanente, Critique, poésie, histoire, Genève, Droz, 1998. Elle participe actuellement à l’équipe qui fait paraître : Le Théâtre français du XIIe au XVIe siècle dans l’anthologie de l’Avant-Scène théâtre.

24Léo Souillés-Débats est diplômé d’un Master recherche en histoire des civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse II – Le Mirail et d’un Master en expertise et médiation culturelle à l’université Paul Verlaine de Metz. Il achève actuellement une thèse portant sur l’histoire du mouvement ciné-club et sur l’éducation au cinéma à partir des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. Affilié au Laboratoire lorrain de sciences sociales en tant qu’allocataire-moniteur, il a été l’assistant du conservateur de la Cinémathèque de Toulouse et le secrétaire du département des collections du Centre de conservation en 2010. Il a également réalisé un rapport d’expertise sur les pôles régionaux d’éducation à l’image pour le service de la diffusion culturelle du CNC.

25Michael Temple est reader in Film and Media à Birkbeck, université de Londres. On peut citer parmi les publications dont il est l’auteur ou auxquelles il a contribué : The Cinema Alone : Essays on the Work of Jean-Luc Godard 1985-2000, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2001 ; For Ever Godard, Londres, Black Dog Publishing, 2004 [2007] ; The French Cinema Book, Londres, British Film Institute, 2004 [2007] ; Jean Vigo, Manchester, Manchester University Press, 2005 [2011] ; Jean-Luc Godard : Documents, Paris, Centre Georges Pompidou, 2006.

26Valérie Vignaux, maître de conférences habilitée à diriger des recherches en études cinématographiques à l’université François-Rabelais de Tours, est membre de l’équipe de recherches InTru (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels). Historienne du cinéma français, ses recherches actuelles portent sur les usages sociaux du cinéma. Elle a publié plusieurs monographies (Jacques Becker, Liège, Céfal, 2000 et Jean Benoit-Lévy, Paris, AFRHC, 2007), dirigé des numéros thématiques de la revue 1895 Revue d’Histoire du cinéma (« Archives », 2003 ; « Émile Cohl », 2007 ; « O’Galop/Lortac », 2009) et rédigé des études de films (La Religieuse, Liège, Céfal, 2005 ; Casque d’or, Paris, Belin, coll. « Atlande », 2009). Elle prépare actuellement une monographie consacrée à Georges Sadoul et dirige un ensemble dédié à Léon Moussinac.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540