Version classiqueVersion mobile

Le texte critique

 | 
Marion Chenetier-Alev
, 
Valérie Vignaux

4e partie. Écritures numériques

Situation de la critique théâtrale en ligne

David Larre, Myrto Reiss et Catherine Robert

Texte intégral

Description de la situation et de ses enjeux

1Depuis le développement d’Internet et des multiples supports d’expression de la critique qui s’y trouvent, il semble que le travail critique en général connaisse une situation de mutation sans précédent. L’arrivée et l’essor phénoménal d’Internet, outil de massification de l’information, et, dans son sillage, l’entrée du journalisme dans l’ère numérique, correspondent en effet à des situations tout à fait inédites. Il est pour l’heure impossible de produire la raison intégrale de cette mutation, de prévoir quelles en seront toutes les conséquences, ou même d’élaborer de façon précise les concepts qui permettront dans les décennies à venir d’en rendre compte comme d’une période spécifique. Mais il est d’ores et déjà possible d’interroger le rapport entre la démocratisation des supports informatifs offerts par Internet et la crise que connaît la presse écrite, et de se demander quelles sont les incidences d’une telle situation sur la critique dramatique en particulier. La raréfaction de l’espace critique en presse écrite est-elle à mettre en rapport avec le développement de la critique sur Internet ? En est-elle la cause ? En est-elle l’effet ? Par ailleurs, le développement de la critique sur Internet est-il une calamité, en ce sens qu’il signerait le déclin de la critique noble dévolue par tradition au critique-expert de presse écrite ?

  • 1 Cf. http://aupoulailler.over-blog.com/article-a-quoi-sert-la-critique-entretien-avec-chantal-meyer (...)

2Cette situation de mutation est néanmoins à relativiser si on la réinscrit dans l’histoire de la critique. Comme le remarque Chantal Meyer-Plantureux dans l’entretien qu’elle a accordé au site Au Poulailler1, la naissance de la liberté de la presse s’est accompagnée d’un développement tous azimuts des journaux dont beaucoup de « feuilles de choux ». Au bout d’un certain temps, une élimination naturelle par la qualité a fait disparaître ce qui avait peu d’intérêt. La multiplication des supports virtuels suivra-t-elle une pente comparable, laissant subsister le meilleur par les critères associés de la qualité, du lectorat et de la pérennité ? Rien ne permet encore de le dire. Mais il faut tenter de rendre compte d’un certain nombre de traits propres à cette ère de mutation : la prolifération des supports numériques, la variété des types d’intervention critiques, ou encore la démocratisation du geste critique qui semble entrer en tension avec la raréfaction de la parole critique autorisée de la presse écrite et des revues ayant un support papier.

3Quels enjeux se dégagent de la confrontation entre critique de la presse écrite et critique de la presse électronique ? À cause d’Internet, les « vrais critiques » sont-ils réellement en but à une critique amateur de piètre qualité ? Les blogs et les commentaires des sites officiels contestent-ils la légitimité de la presse écrite en ne leur laissant plus l’exclusivité éditoriale ? Cette mutation qui réduit l’espace critique dans la presse écrite peut-elle avoir pour conséquence inattendue une professionnalisation de la critique sur le web ?

4L’écriture critique sur Internet présente des avantages évidents : une réactivité accrue (certains blogs étant alimentés presque quotidiennement), une longueur d’article choisie et non plus imposée par les normes éditoriales et commerciales du support écrit, la disponibilité des photos voire des vidéos du spectacle, une interaction plus grande avec le lecteur (commentaires et forums dépassant en quantité et en variété les ressources de la rubrique habituelle du « courrier des lecteurs » en presse écrite), des liens possibles vers d’autres articles en ligne.

5Il reste à savoir si, et jusqu’à quel point, ces avantages sont mis à mal par des inconvénients qui apparaissent plus nombreux : une baisse de la qualité rédactionnelle au profit d’une logique quantitative, un mélange de réaction épidermique non étayée et d’analyse critique, le faible encadrement des rédacteurs, la dysorthographie et la médiocrité éventuelle de leur style, l’absence des références culturelles ou théâtrales attendues d’un critique compétent.

6De manière générale, il conviendrait, pour commencer à évaluer la critique dramatique à l’ère numérique, de mesurer l’influence réelle de ces nouveaux supports (blogs, revues en lignes, etc.) sur l’écriture critique. Ce questionnement, en grande partie déontologique, est particulièrement vaste et ne saurait être mené à bon terme dans le cadre de cette intervention. Mais nous pouvons commencer à poser les bases d’un constat descriptif en établissant un répertoire des lieux d’expression de la critique dramatique sur Internet, pour en dégager un panorama comparatif et amorcer une évaluation.

Répertoire des lieux de la critique dramatique dans un tableau de synthèse

7Le tableau suivant répertorie, de manière aussi exhaustive que possible, les supports numériques proposant de la critique dramatique exclusive : sites, blogs indépendants, blogs associés à un journal ou à une revue en ligne, revues numériques ayant trait au théâtre, journaux critiques de sites commerciaux. Ne figurent donc pas dans ce tableau les critiques en ligne existant sur support papier (journaux ou revues) ni les avis des spectateurs « postés » sur les sites commerciaux. Sont éventuellement tolérés les supports qui reprennent et complètent une parution écrite.

8Une simple lecture de la colonne de gauche du tableau, recensant les types de supports, fait apparaître que les journalistes de la presse écrite sont les plus représentés, les plus nombreux, peut-être les plus lus de toute la production numérique de critiques dramatiques. Nombre d’entre eux ont leur blog, développé souvent parallèlement à un support papier ou à une chaîne de radio. Il est possible que cela relève pour eux d’une demande de visibilité supplémentaire, voire d’un geste de survie professionnelle, au moment où la crise de la presse écrite diminue considérablement l’espace d’expression critique dans ses colonnes. Néanmoins, cette présence en force relativise de beaucoup une crainte parfois exprimée par ces journalistes d’être purement et simplement remplacés par la critique née sur Internet.

9La catégorisation de ces supports fait en effet apparaître une difficulté, celle de la définition de la critique professionnelle sur Internet. Sur le web, contrairement à la situation de la presse écrite ou de l’audiovisuel, un critique professionnel n’est pas forcément un rédacteur permanent ou un pigiste rémunéré à ce titre. On voit plutôt apparaître des éléments distinctifs du professionnalisme : un certain fonctionnement d’équipe, avec un responsable tenant lieu de rédacteur en chef, ou un certain type de ligne éditoriale, une exigence de qualité rédactionnelle, et corollairement une reconnaissance de fait – par les attachés de presse, les institutions théâtrales ou les metteurs en scène eux-mêmes – de la valeur de certains rédacteurs du web. Cela pose évidemment question : que signifie d’exercer une activité de façon professionnelle sans statut ou preuve (contrat de travail, carte de presse, déclaration de droits d’auteur) objectivant cette activité ? Ce statut, cette preuve devraient-ils être les seuls indicateurs du professionnalisme ?

10Venons-en à l’examen des critères de classification des supports répertoriés. Les critères indiqués sur la première ligne du tableau pour évaluer ces supports sont à la fois quantitatifs et qualitatifs.

11Les critères quantitatifs font état d’une identification objective de ces supports, sachant que parmi les données quantitatives les plus intéressantes, les statistiques internes très précises que possèdent les sites et blogs restent confidentielles et donc pour une bonne part inaccessibles. Les critères retenus sont néanmoins instructifs : la fréquence de parution des critiques (nettement plus forte, évidemment, sur les blogs), la couverture des différents répertoires ou genres dramatiques, des types de théâtre (public ou privé) ou des lieux (Paris ou province, Avignon, certaines capitales étrangères), la date de création (qui met en évidence la relative nouveauté de nombreux supports et indique deux vagues successives nettes de création : 1998, phase de développement des start up dans la bulle économique représentée alors par le développement du numérique, 2007-2008 avec l’émergence des blogs).

12Les critères qualitatifs sont les plus difficiles à élaborer. Nous les avons voulu aussi proches que possible de simples indicateurs descriptifs identifiant le type de commentaires proposées pour éviter de tomber sous le reproche d’être partiaux envers nos collègues critiques. Nous retiendrons la forme rhétorique de la critique (est-elle descriptive, précisant ce qu’on voit sur scène, analytique, interprète de ce qui est vu, ou argumentative, justifiant par le raisonnement étayé une appréciation subjective ?), les marqueurs d’une énonciation (par exemple, la subjectivité exhibée par le « je », ou masquée par le « on » qui établit une connivence particulière, parfois peu questionnée, avec le goût supposé du public), ou encore les centres d’intérêt du rédacteur (qui indiquent un certain engagement éditorial).

13Un dernier critère mérite d’être mis à part car il signe la spécificité de l’outil Internet et pose la question de la pérennité du support : c’est celui de l’interactivité, tant interne (l’article critique est-il en lien avec d’autres critiques, des interviews d’artistes, des vidéos ?) qu’externe (les lecteurs peuvent-ils ou non réagir à ce qui est écrit, et sous quelle forme ?).

Au Poulailler

14Ce tableau nous donne l’occasion de présenter le blog aupoulailler.com dont nous sommes les fondateurs. Nous espérons par là même montrer qu’il est possible de proposer une critique de qualité née directement sur un support numérique. Les motivations qui nous ont poussés à créer cet espace, alors que nous écrivions par ailleurs sur d’autres supports (numériques ou papier), peuvent être résumées à un désir d’indépendance permettant d’échapper au format imposé par ailleurs et de trouver le ton critique qui nous convienne. Notre ligne éditoriale a donc été marquée d’emblée par la volonté de dépasser le simple suivi événementiel de la création théâtrale, de questionner notre pratique (une série d’entretiens sur la critique dramatique), d’ouvrir des dossiers qu’on attend peut-être plus d’une revue (ainsi des dossiers sur théâtre et mémoire, ou théâtre et politique), de donner à nos textes critiques la longueur et la qualité argumentative nécessaires, d’oser des textes polémiques à l’égard d’une certaine politique culturelle. Notre fonctionnement est celui d’une collégialité, qui se veut un remède à la fois à l’isolement du critique et à ses illusions de toute-puissance. Discussions et débats après et autour des spectacles permettent de relativiser ou d’asseoir les points de vue ainsi que les choix éditoriaux. C’est à partir de cette proposition que nous avons été invités à participer à ce colloque ainsi qu’à une série de cours sur la critique dramatique auprès des étudiants d’Arts du spectacle de l’université de Tours. Nous envisageons ainsi, en outre, d’inscrire notre travail critique dans une participation originale et active à l’entreprise de l’école du spectateur.

Analyse : quelques préjugés sur la critique dramatique présente sur Internet

15À partir du premier constat établi par ce tableau comparatif et des premiers éléments d’analyse qui en ont été faits ; à partir aussi d’une analyse de la situation de la critique dramatique face à la crise de la presse écrite et aux craintes qu’elle suscite à l’égard de l’exercice supposé « sauvage » de la critique produite sur Internet, il faut à présent revenir sur certains préjugés portant sur la critique théâtrale numérique, les questionner pour éventuellement tenter d’en finir avec eux.

Le reproche d’un niveau de rédaction de moindre qualité

16Est-ce vraiment une spécificité d’Internet ? Ce manque de qualité ne concerne-t-il pas également la presse écrite ? Mais, au fond, qu’entend-on par « qualité » ? Dans l’idéal, ce serait un mélange de capacité d’informer de façon objective sur le spectacle et d’interprétation subjective autorisée par un bagage culturel reconnu. Ce serait encore un équilibre entre l’argumentation serrée et un style frappant. Cette qualité semble donc répondre à des critères bien complexes à articuler. Cette question nous conduit à nous interroger alors sur le rôle du critique : est-il informateur, formateur, compagnon de la création, passeur ? Qui fixe l’objectif de la critique, et qui contrôle son accomplissement ?

Le reproche de l’amateurisme

17Selon ce préjugé, Internet donnerait accès à n’importe quel rédacteur, destituant le critique de sa fonction d’expert autorisé. La question de la légitimité de la critique Internet est ici posée. Il faut rappeler que n’importe qui n’y écrit pas n’importe quoi. Si effectivement chacun peut tenir un blog, ce sont souvent des professionnels qui ont investi l’outil (et le tableau ci-dessous le montre), soit pour bénéficier d’une autre visibilité, soit pour augmenter l’espace d’intervention qu’ils voyaient se réduire dans leur support original.

  • 2 Si oui, on pourrait aller jusqu’à dire, de façon volontairement polémique, que n’est artiste que c (...)
  • 3 Ce serait alors oublier qu’il fut un temps où les places de théâtre et les voyages de presse étaie (...)

18Nous touchons du doigt la question de la définition du professionnalisme. Qu’est-ce qu’un critique professionnel ? Celui qui est payé pour écrire2 ? Celui qui a des invitations et qui est donc reconnu par l’institution théâtrale3 ? Celui qui écrit régulièrement ? Comment définir cette régularité ? Tenir la rémunération, la preuve objective (carte de presse), ou la reconnaissance (en partie subjective) de la profession comme des critères absolus, associés ou exclusifs, serait une simplification violente de la situation et de l’engagement professionnel des rédacteurs du web. Admettre, à l’inverse, que certains rédacteurs « bénévoles » produisant régulièrement des papiers de qualité sont déjà des professionnels, c’est au moins reconnaître leur participation (militante car bénévole) au travail théâtral, leur résistance à entretenir un métier menacé, à défaut de pouvoir leur assurer une reconnaissance officielle par le statut et la rémunération.

Le reproche du pur subjectivisme

19Il faudrait en premier lieu éviter l’amalgame entre les blogs et les sites tenus par des critiques d’une part, et les blogs des anonymes qui rendent compte de façon dilettante de leurs sorties théâtrales, ainsi que les forums de discussion, de l’autre. Si subjectivisme il y a, elle se trouve plutôt dans les blogs « amateurs » et les forums. Mais peut-être cette impression est-elle liée à une utilisation excessive du « je » que l’on peut constater dans les productions numériques, utilisation qui traduit peut-être aussi un désir de rapprochement avec le lecteur-internaute ? Il est cependant vrai qu’Internet n’a pas encore inventé une forme d’écriture qui lui serait propre. Le style est sensiblement le même que celui de la presse écrite, ce qui marque sans doute la volonté des rédacteurs Internet de prouver qu’ils ont les mêmes compétences que leurs collègues de la presse papier pour affirmer leur légitimité. Une exception serait la forme rédactionnelle un peu désinvolte, « en chantier », que Jean-Pierre Thibaudat donne à la majorité des articles qu’il publie sur son blog de Rue89.

Le reproche de la démagogie

  • 4 Cf. http://www.telerama.fr/scenes/huppert-plus-blanche-que-blanche,52359.php.

20Internet serait le lieu de la cacophonie, l’espace où le spectateur « prend le pouvoir ». Il est quand même étonnant de constater que la défense du droit d’expression (aspect de la démocratie) s’arrête lorsque ce droit est exercé ! Mais si le reproche vise les commentaires intempestifs, peu réfléchis, voire mal écrits, ceux-ci ne se trouvent que sur les forums et les espaces ouverts aux commentaires. En revanche, il y a parfois des commentaires de lecteurs qui méritent le détour : lorsque Jean-Pierre Thibaudat écrit sur la politique culturelle, certains commentaires sont souvent aussi intéressants que l’article lui-même, et la critique d’Un Tramway de Warlikowski par Fabienne Pascaud a provoqué un certain nombre de réactions incitant à réfléchir sur le rôle de la critique elle-même4. Communiquer en temps réel avec son lectorat est une possibilité toute nouvelle qui reste déroutante dans la mesure où les contours du « dialogue » instauré demeurent vagues. C’est parce que l’équipe du blog Au Poulailler reconnaît ne pas maîtriser les limites entre le droit à la parole et la démagogie, qu’elle a fait dès le départ le choix de ne pas ouvrir les commentaires à ses lecteurs.

Le reproche de l’absence de contrainte

21À l’idée reçue selon laquelle sur Internet chacun écrit ce qu’il veut, nous pouvons répondre en rappelant un certain nombre de contraintes éditoriales ou économiques, qui au fond coïncident avec celles de la presse écrite : le besoin d’une ligne éditoriale définie pour toucher le public visé et se pérenniser, la pression éventuelle exercée par les sites commerciaux sur le choix des spectacles critiqués ou le ton des papiers, un rôle de la publicité comparable à celui de la presse écrite, une collusion possible entre promotion et critique, le poids des statistiques de lectorat qui peut influer sur la ligne éditoriale…

22En conclusion, on rappellera la double question de la transmission que pose la critique à l’ère numérique. En ce qui concerne l’école du critique, tout d’abord : avec Internet les « signatures » se sont multipliées, la critique n’est dès lors plus l’affaire des quelques « grands noms » dont on reconnaît l’autorité. Comment faire alors pour que ce large espace qu’offre Internet trouve un cadre ? Quelle formation prévoir pour ces jeunes critiques ? Comment assurer une fonction de transmission ? Comment faire pour redéfinir la notion de « critique professionnelle » ? Mais le numérique permet aussi de renouveler les pratiques à l’égard du public. Formidable outil pédagogique, Internet a un rôle certain à jouer dans ce vaste projet qu’est l’école du spectateur. La facilité d’accès aux critiques, la multiplication des points de vue, l’utilisation du son, de l’image et de la vidéo, l’intertextualité peuvent y contribuer. Il reste, pour les sites et les blogs, à sortir de leur relatif isolement et à utiliser encore et davantage les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies.

Notes

1 Cf. http://aupoulailler.over-blog.com/article-a-quoi-sert-la-critique-entretien-avec-chantal-meyer-plantureux-universitaire-37792836.html. On pourra se reporter aussi à la préface de Thomas Ferenczi dans Meyer-Plantureux C. (éd.), Un Siècle de critique dramatique, Paris Éditions Complexe, 2003, p. 9-13.

2 Si oui, on pourrait aller jusqu’à dire, de façon volontairement polémique, que n’est artiste que celui qui est intermittent…

3 Ce serait alors oublier qu’il fut un temps où les places de théâtre et les voyages de presse étaient défrayés par les journaux, ce qui garantissait la liberté et l’indépendance de la parole critique.

4 Cf. http://www.telerama.fr/scenes/huppert-plus-blanche-que-blanche,52359.php.

Auteurs

Critique de théâtre pour Au Poulailler, un site de critique dramatique qu’il a fondé avec Myrto Reiss et Catherine Robert. Enseignant de philosophie au lycée en Seine Saint-Denis, il s’exerce à l’écriture critique dans le domaine dramatique et musical (hier à theatreonline.com, aujourd’hui à la fois sur aupoulailler.com, letheatredansunfauteuil.blogs.nouvelobs.com et popnews.com). Ancien élève de l’ENS de Fontenay Saint-Cloud, il est titulaire de l’agrégation et docteur en philosophie.

Critique de théâtre pour Au Poulailler, site qu’elle cofonde avec David Larre et Catherine Robert en 2009, après avoir écrit pendant de longues années pour nombre d’autres supports papier ou web (theatreonline.com, L&A Théâtre, La Quinzaine des spectacles). Également metteur en scène et animatrice de cours de théâtre, elle pratique le théâtre d’intervention comme outil d’éducation populaire. Elle est titulaire d’un DEA d’études théâtrales (Paris 3).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search