Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le texte critique

 | 
Marion Chenetier-Alev
, 
Valérie Vignaux

Chapitre 2 : Politique de la critique

Léon Moussinac ou l’invention d’une critique combative1

Valérie Vignaux

Texte intégral

  • 1 Cette communication est une première version d’une recherche consacrée à Léon Moussinac, étude qui (...)
  • 2 Pour le cinéma on peut se référer à la « Préface » de Georges Sadoul dans Moussinac Léon, L’Âge in (...)

1Le nom de Léon Moussinac (fig. 1), dont l’œuvre nous demeure mal connue en l’absence d’une monographie le concernant2, apparaît le plus souvent comme associé à celui de Louis Delluc ; les deux hommes, à l’aube du XXe siècle, par l’entremise d’un discours savant et des premiers ciné-clubs, auraient contribué à la reconnaissance esthétique du cinéma, promu au rang de septième art. Or, en retraçant l’apport du critique à l’histoire du cinéma en France, on est conduit à nuancer les interprétations généralement portées sur les entreprises cinéphiliques de l’entre-deux-guerres. Traditionnellement décrites comme vouées à la transmission d’un goût ou d’une qualité cinématographique, contribuant de la sorte à une prise de conscience patrimoniale, elles s’avèrent pour le critique subordonnées à la prévalence d’une approche sociale, au service d’une réalité démocratique. Moussinac a en effet, assorti aux interrogations esthétiques et historiques sur le cinéma et la pratique hebdomadaire de la critique, un engagement politique ; et inversement, la réflexion partisane a influé sur la pratique de l’écriture, l’incitant à privilégier au discours, un emploi social et culturel du septième art. Ainsi, dans le cadre de cette étude, on rappellera tout d’abord l’environnement éditorial dans lequel il déployait ses activités de journaliste, puis en restituant le mouvement de sa pensée, on montrera qu’en développant une écriture en prise avec l’actualité, liée à une intellection du cinéma, Moussinac a selon ses termes, inventé une critique cinématographique « combative ». Ces réflexions ne sont pas, me semble-t-il, sans conséquence quant à la compréhension que nous avons du cinéma comme art ou pratique culturelle au XXe siècle.

Fig. 1. Léon Moussinac, vers 1928.

Léon moussinac homme de lettres, homme de presse

  • 3 « Rescapé de la guerre […]. J’avais retrouvé mon meilleur ami Louis Delluc. Ensemble, n’avions-nou (...)
  • 4 Léon Moussinac est né le 19 janvier 1890. Son père, inspecteur des chemins de fer et syndicaliste, (...)
  • 5 « Organe officiel des “poilus” de la 24e section de COA […]. Rédacteur en chef : Noël Migennes », (...)
  • 6 « Devenu rédacteur en chef de la revue mensuelle Comœdia illustré, qui avait repris sa publication (...)
  • 7 « Louis Nalpas […] me proposa de m’occuper des Éditions de la Lampe merveilleuse qui furent instal (...)
  • 8 La rubrique de Moussinac à L’Humanité, d’après Georges Sadoul, faisait référence au-delà même des (...)
  • 9 Cf. dans ce volume le texte de Romain Piana et l’ouvrage de Delaunay Léonor, La Scène Bleue, Renne (...)
  • 10 Cf. Bouju Marie-Cécile, Lire en communiste : les maisons d’éditions du Parti communiste français 1 (...)
  • 11 Moussinac Léon, Le Radeau de la Méduse : journal d’un prisonnier politique : 1940-1941, Paris, Hie (...)

2Le désir d’écriture prend forme pour Moussinac sous l’influence de Louis Delluc3, son condisciple au lycée Charlemagne : les deux jeunes gens, qui partagent le goût de la poésie, auraient rédigé ensemble une pièce en vers. À l’œuvre poétique naissante s’ajoutent rapidement les premières critiques et en 1909, alors qu’il est âgé de 19 ans, il publie dans La Revue française des textes commentant l’actualité artistique. Il semble avoir choisi la carrière de journaliste, après des études jusqu’à la licence en droit, car en raison du décès de son père il est dans l’obligation de travailler pour « assurer sa vie et celle de sa mère4 ». Appelé sous les drapeaux en 1911, puis mobilisé en juin 1914, il poursuit néanmoins la carrière littéraire. Chroniqueur de la rubrique « Variétés » du journal La France, il écrit sur les arts au pluriel : arts graphiques, peinture, décoration, théâtre et son premier texte traitant du cinéma, intitulé « Théâtre et cinéma, la chambre syndicale de la cinématographie fait un appel au Sénat », paraît le 14 juin 1914. Un premier recueil de poèmes sous le titre de L’Ardente Solitude est publié en 1915 aux éditions Jouve et ses archives conservent quelques exemplaires d’un journal ronéotypé de six pages, réalisé aux armées et intitulé Le Falot, dont il est le rédacteur en chef sous le nom de Noël Migennes5 et où il produit en nom propre, des chansons et des poèmes. Démobilisé en août 1919, il ajoute à ses activités d’auteur et de journaliste culturel, celle d’homme de presse6 : il est alors secrétaire de rédaction de la revue Art et Décoration (de 1919 à 1923) et rédacteur en chef de Comœdia illustré (de 1919 à 1922). Partagé entre les arts, le théâtre, la littérature et la poésie ou la décoration, Moussinac s’intéresse dorénavant au cinéma. Il a consenti à l’offre de Louis Nalpas, qui lui a confié la direction des éditions de la Lampe merveilleuse, cantonnées à la rédaction de « films romancés7 ». Il publie occasionnellement dans des revues spécialisées comme Cinémagazine, mais c’est lorsqu’il créera au Mercure de France (de 1920 à 1927), la première rubrique dédiée au septième art dans une revue littéraire, qu’il s’affirmera comme critique de cinéma. En 1923, sollicité par Marcel Martinet, il accepte la proposition qui lui est faite de créer pour L’Humanité8 une rubrique identique, alors qu’il n’adhèrera au Parti communiste qu’en 1924. Moussinac, qui poursuit des activités d’éditeur aux éditions d’art Albert Lévy (de 1922 à 1932), abandonne sa chronique du Mercure de France pour se consacrer à celle de L’Humanité, journal dans lequel il fera paraître en une dizaine d’années, de mai 1923 à février 1933, plus de trois cent cinquante articles. Il collabore encore à d’autres organes, rédigeant des textes sur le cinéma de 1928 à 1935 pour Monde, la revue d’Henri Barbusse, et en 1937, pour Ce Soir, le quotidien dirigé par Louis Aragon et Jean-Richard Bloch. Il semble en effet, qu’à partir de février 1933, date où il cesse sa chronique de L’Humanité, Moussinac ait relégué l’écriture journalistique sur le cinéma au profit de ses engagements d’homme de théâtre9 puis de militant. Proche de Paul Vaillant-Couturier, il endosse dorénavant aux côtés du député communiste des responsabilités d’encadrement quant à la politique culturelle et éditoriale du Parti. Après avoir fondé en mars 1931, la Fédération du théâtre ouvrier de France et la Fédération Ciné-Photo, il initie la création en janvier 1932 de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires. Moussinac conduit par ailleurs la création de nombreuses publications communistes. Il est à l’origine de Regards, un magazine illustré par la photographie, dont le premier numéro sort en janvier 1932, et dont il a confié la rédaction en chef à Pierre Unik et la critique cinématographique à Georges Sadoul. Il est également le gérant de Mon Camarade, un magazine pour la jeunesse dont Sadoul est le rédacteur en chef, ce dernier collaborant aussi à la fabrication de la page culturelle de L’Humanité, que Moussinac a conçue et dévelop pée tout en se consacrant aux Éditions sociales internationales10 qu’il dirige de 1935 à 1940. Arrêté et emprisonné en avril 194011 pour ses opinions politiques, libéré en 1941, Moussinac entre en Résistance en écrivant sous ses pseudonymes de Migennes et d’Aymé des poèmes pour les publications clandestines. Aux lendemains de la guerre, il concourt ponctuellement aux Lettres françaises, l’hebdomadaire culturel dirigé par Louis Aragon, où il apparaît comme responsable en 1948 de la rubrique intitulée Tous les arts avant qu’elle ne soit confiée à Marcel Cornu. Au cours des années 1950, il semble se consacrer principalement à son œuvre littéraire et à ses responsabilités de pédagogue. Il contribue à la création de l’Institut de Filmologie où il occupe les fonctions de directeur d’études (de 1947 à 1955), avant de diriger l’Institut des hautes études cinématographiques (de 1947 à 1949) puis l’École nationale des arts décoratifs (de 1946 à 1959, année où il prend probablement sa retraite). Une ultime critique ayant pour sujet le cinéma, en l’occurrence la Nouvelle Vague, paraît dans La Pensée en juillet 1960. Été où il publie aussi dans Les Lettres françaises une série de textes autobiographiques signalés par un encadré « Léon Moussinac vous raconte ». Il décède le 10 mars 1964, à l’âge de 74 ans, alors qu’il travaillait à un projet de livre sur Louis Delluc.

Léon Moussinac critique de cinéma

  • 12 Les articles forment la matière de quatre recueils : Naissance du cinéma, Paris, J. Povolozky, 192 (...)

3Les critiques cinématographiques de Moussinac ont donc principalement été rédigées dans l’entre-deux-guerres et sont parues au sein de deux organes, Le Mercure de France et L’Humanité, avant de constituer la matière des ouvrages à venir12. Le corpus définit une période – de 1920 à 1933 – et comprend un grand nombre d’articles – 400 environ –, ampleur qui pourrait occulter les variations dont témoigne le détail des textes. Écriture élaborée au regard de nombreux engagements cinéphiliques qui tout en accompagnant le discours finiront par le supplanter. Dès lors, pour restituer la complexité d’une pensée, on s’efforcera de discerner ce qui dans la continuité fait événement, en désignant les moments où se perçoivent des inflexions quant à une intellection du cinéma. Se dégagent ainsi trois conceptions de la critique. Dans un premier temps, Moussinac souhaite formuler les lois de l’art cinématographique et ses textes sont destinés à un lectorat cultivé. Puis, parce qu’il tente d’influer sur l’industrie et sur la corporation elle-même, il en appelle à un plus large public tout en essayant de créer d’autres modalités de production ou de diffusion des films. Enfin, constatant sans doute l’échec de ces tentatives, il privilégie une compréhension du cinéma comme moyen d’expression et de communication massif pouvant aider à l’affranchissement des classes populaires. Moussinac s’adresse alors aux militants car le film est mis au service d’une propagande culturelle à visée politique.

Une critique esthétique

  • 13 Cf. Gauthier Christophe, La Passion du cinéma, cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Par (...)
  • 14 Moussinac Léon, « Des caractères du décor », L’Humanité, 2 juillet 1926.
  • 15 Moussinac Léon, « Sur les progrès de la technique », L’Humanité, 28 mai 1926.
  • 16 Moussinac Léon, « Rappels », L’Humanité, 21 mai 1926.

4Ses chroniques du Mercure de France portent quasi exclusivement sur les films de Louis Delluc, Abel Gance, Marcel L’Herbier, Germaine Dulac ou Jean Epstein, réalisateurs avec lesquels il partage l’aventure des ciné-clubs13, ces groupements où se réunissent des intellectuels et des artistes intéressés au cinéma. Moussinac qui a été membre du tout premier, le Club des amis du septième art (CASA) créé en avril 1921 par Ricciotto Canudo, appartient aussi au Ciné-club de France initié par Louis Delluc. Ces deux clubs, suite aux décès de leurs dirigeants respectifs, fusionneront en 1924 en un Ciné-club de France dont il deviendra le vice-président. Le Ciné-club de France programme des films (Delluc, Gance, Renoir, Cavalcanti, Esptein, Eisenstein) dans plusieurs salles spécialisées de Paris (le Colisée, l’Artistic et aux Ursulines) et organise des conférences. Dès lors, en souhaitant définir la spécificité du septième art, Moussinac entreprend aussi la promotion de la première génération de « cinéastes-auteurs ». Il distingue pareillement ce qui dans l’actualité internationale lui semble d’importance et relève la singularité du Cabinet du docteur Caligari, film expressionniste allemand, du cinéma suédois ou encore l’interprétation de Douglas Fairbanks. Ses études sont remarquées pour leur qualité littéraire car en un langage choisi et en recourant au lexique ou aux principaux concepts d’alors, soit la photogénie, le rythme, le masque (pour le gros plan des visages), la lumière ou l’expressivité filmique, il se préoccupe de lois esthétiques. Lorsqu’il rejoint L’Humanité, il poursuit tout d’abord à l’identique en accompagnant néanmoins ses articles de courts encadrés, proposant des définitions du vocabulaire technique et esthétique (la surimpression, le fondu, etc.), en une tentative de pédagogie. Ses textes ont des tonalités lyriques lorsqu’il emprunte à Louis Delluc ses réflexions sur la photogénie ou sur le rôle primordial de la lumière : « La lumière est vie, grâce à elle le cinégraphiste pétrit le blanc et le noir pour faire lever une beauté neuve14 » ou encore « la richesse de la matière qu’utilise le cinéma est extrême : c’est la vie depuis le mystère du visage humain jusqu’à la mystique de toutes les choses dans la lumière15 ». Le cinéma pour Moussinac est un art de la « synthèse » ou « une forme élargie des autres arts. Il ramène à lui “universellement”, toutes les vérités essentielles de la vie moderne pour en composer une beauté neuve16 ». L’expérience visuelle qu’il procure, si elle s’apparente aux autres arts, est néanmoins distincte :

  • 17 Moussinac Léon, « Influences du cinéma », L’Humanité, 27 août 1926.

[le cinéma devancera] certainement quelque jour la littérature […] occup[ant] la première place. Parce que les moyens d’expression du cinéma seront d’une richesse, d’une puissance et d’une rapidité telles qu’ils diront mieux et mille fois plus en quelques secondes que les autres arts en une heure de lecture ou de contemplation. Le cinéma recueillera ainsi l’héritage de tout le connu et l’inconnu dans un grand geste de tendresse […]. [Il] transforme les modes de penser et de sentir.17

  • 18 Moussinac Léon, « Cinéma prophétique », L’Humanité, 25 juin 1926.

5L’importance de l’invention lui paraît comparable à ce que fut celle de l’imprimerie, et si la technique est encore rudimentaire, il sait son amélioration prochaine, annonçant dès 1923 le cinéma sonore, en couleurs et en relief. Ses textes ont volontiers des tournures prophétiques : « le cinéma nous annonce quelque chose, nous l’aimons moins pour ce qu’il nous donne que pour ce qu’il nous promet18 », or la vision est politique :

  • 19 Moussinac Léon, « Annonce », L’Humanité, 7 mai 1926.

Nous ne cesserons de le répéter : né avant les temps sur lesquels il règnera, avec d’autres formes d’expression nouvelles, connues ou inconnues encore – grandes formes d’expression collectives – […] Avant d’être une réalité artistique et sociale, son expression même reste prophétique. Le cinéma annonce les temps révolutionnaires.19

6Aux réflexions sur le cinéma s’ajoutent aussi des interrogations sur la fonction du texte critique, et dès 1921 dans Le Mercure de France, il souligne :

  • 20 Moussinac Léon, « Cinématographie », Mercure de France, 1er mai 1921.

La critique cinématographique n’existe pas, j’entends une critique indépendante et complètement libérée des servitudes de la réclame. […] Cet état de choses est déplorable. Au cinéma, art populaire, il faudrait une critique sincère capable d’atteindre directement les masses par les grands organes quotidiens. Les revues, en effet, quel que soit leur développement, ne sauront jamais retenir qu’une minorité et une élite.20

7Moussinac qui pense dorénavant le cinéma à travers sa pratique de l’écriture, parce qu’il observe dans l’actualité des films une « crise de la qualité cinématographique », ne peut que relever l’inadéquation des terminologies forgées à l’aube des années 1920 :

  • 21 Moussinac Léon, « Évidence », L’Humanité, 14 mai 1926.

Nous dirons donc que s’il n’est pas inutile de faire abstraction, un temps, de la question fondamentale pour rechercher les lois esthétiques susceptibles de régir un mode nouveau d’expression (et il a fallu préalablement reconnaître encore qu’il s’agissait bien d’un mode nouveau d’expression !) il est indispensable, pour faire œuvre efficace et pratique, de retourner à la vie, car il en est du cinéma comme de l’art : on ne peut l’étudier essentiellement en réalisant son histoire, mais seulement en regardant la vie. Septième ou non, synthèse ou non, art ou non, le cinéma est. Il ne nous en faut pas, pour aujourd’hui, davantage.21

8Or, les écrans sont encombrés par des films spectaculaires qui, favorisant le culte des vedettes, rencontrent l’adhésion des foules et obèrent les anciennes expériences esthétiques :

  • 22 Moussinac Léon, « Le cinéma », L’Humanité, 21 juin 1924.

Au moment où jamais peut-être on n’avait encore si bien compris, chez les vrais artistes, en France et ailleurs, combien il est nécessaire d’obéir à certaines lois élémentaires de la création cinégraphique, on présente au public, avec la vulgaire publicité ordinaire, une « superproduction » italienne. Entendez un film à costumes, avec larges déploiements de masses, des décors « extraordinaires », une interprétation théâtrale qui n’hésite pas à faire appel – surenchère – à la fine fleur de l’aristocratie romaine. Enfin tous ce qu’il faut pour que le public niais y aille de ses gros sous.22

9Il imagine un temps qu’en omettant de signaler les films honnis, il mettrait fin à leur influence néfaste :

  • 23 Moussinac Léon, « Le cinéma », L’Humanité, 12 mai 1923.

L’indigence des films actuels est significative. Jamais on n’a vu plus bel épanouissement de médiocrités. […] On ne s’étonnera donc pas si je fais le silence autour de certains films qui accaparent les écrans depuis quelques semaines. C’est que ces films n’offrent absolument aucun intérêt : je veux dire qu’ils présentent par la forme ou par le fond, nul effort original et que, seulement et tristement médiocres, ils n’alimentent pas spécialement notre indignation. C’est la pâture abrutissante et hebdomadaire. Notre silence suffit à mettre en garde contre elle.23

10Mais ne rien dire conduit à laisser libre court aux comptes-rendus mâtinés de publicité qui paraissent dans les journaux, car depuis que les sociétés de production ou de distribution annoncent dans des espaces payants leurs nouveautés, il ne saurait y avoir de critiques défavorables dans les mêmes organes. En prenant exemple sur la critique littéraire et théâtrale, il en appelle à une véritable critique cinématographique.

Une critique indépendante

  • 24 Cf. Vignaux Valérie, Jean Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur d (...)

11Moussinac a progressivement substitué à la critique littéraire et théorique, des textes empreints d’impératifs sociaux, puis à partir de 1926, il force le ton, devenant polémique. Il est passé, selon ses termes, de la « mélancolie à la colère » et sa rubrique de L’Humanité se transforme en une tribune où à partir d’une lecture attentive des journaux et de la presse corporative, il dénonce les arrangements en un combat incessant et parfois virulent. Il désavoue par exemple le Congrès du cinéma qui se déroule à Paris en octobre 1926, sous l’égide de la Commission de coopération intellectuelle de la Société des nations24, or nombre de ses condisciples – comme Abel Gance, Marcel L’Herbier ou Jean Epstein – participent aux réflexions. Observant l’adhésion muette de ses confrères au repli commercial et corporatif de l’industrie cinématographique, il entreprend le 15 octobre 1926, sans doute pour les mobiliser, une enquête « sur le statut possible de la critique cinématographique ». Il a envoyé à « un certain nombre de personnalités du cinématographe » un courrier où il leur demande s’ils considèrent :

  • 25 Moussinac Léon, « Nous ouvrons une enquête ! », L’Humanité, 15 octobre 1926.

[qu’]une critique véritable puisse être utile aux progrès du cinématographe [et] quels seraient les moyens à employer pour éclairer l’opinion publique, ne faudrait-il pas au préalable démasquer les agents de publicité camouflés en critiques et est-il possible que le cinématographe puisse se développer artistiquement dans le cadre de l’économie actuelle ?25

  • 26 Cf. Grottle Strebel Elisabeth, « Le droit à la libre critique et le procès Moussinac-Sapène (1928) (...)
  • 27 Jean Sapène est régulièrement la cible des critiques de Léon Moussinac qui n’a pas hésité à l’affu (...)
  • 28 Moussinac Léon, « Conclusions de notre enquête », L’Humanité, 26 novembre 1926.
  • 29 Association qui en août 1928 regroupe René Bizet, André Lang, Georges Charensol, René Clair, Pierr (...)

12Or, aux côtés de ce qui constitue une sorte de manifeste pour une critique libre et indépendante, il publie un court entrefilet au sujet d’un film américain, Jim le Harponneur, distribué par Jean Sapène ; notule qui lui vaudra d’être assigné avec L’Humanité en trois procès, le premier au tribunal civil de la Seine et les deux autres au tribunal de commerce26. L’industriel réclame 100 000 F en dommages et intérêts en compensation du préjudice matériel occasionné par le commentaire du journaliste. Or, selon Moussinac, l’enquête en vue d’une critique indépendante serait véritablement à l’origine des procès intentés et non le court entrefilet, dont la teneur est somme toute assez insignifiante. Au cours des quatre semaines suivantes, il fait paraître des extraits de la vingtaine de réponses reçues, émanant de cinéastes comme Jean Renoir, René Clair ou Jean Epstein, mais aussi de journalistes, tels Lucien Whal, Boisyvon ou Bizet. Si l’enquête d’après lui est un succès, il déplore néanmoins l’absence de réponses et on songe évidemment à Marcel L’Herbier, Germaine Dulac ou Abel Gance. Tous s’accordent à reconnaître la nécessité d’une critique indépendante, sans pour autant s’associer à ses combats. Il est vrai que le procès que lui intente simultanément Jean Sapène27 a très probablement freiné les initiatives. Producteur de la société des Ciné-Romans, en rachetant les branches production et distribution de la société Pathé et en créant Pathé-Consortium, Jean Sapène s’est en effet « rendu maître des trois quarts de la production, de l’édition et de l’exploitation française ». Moussinac sait très certainement l’utopie de son combat, ce que tend à suggérer sa conclusion lorsqu’il écrit : « notre enquête les a dénoncés au public. Zorro les a définitivement marqués de son signe28 ». Le verdict rendu par le tribunal civil de la Seine, en mars 1928, rend raison à Jean Sapène et condamne le critique à 500 F de dommages et intérêts. La décision est lourde de conséquences puisqu’en faisant jurisprudence, elle empêche à l’avenir toute critique incisive, mais surtout, en statuant principalement sur le préjudice commercial sans prendre en considération les enjeux moraux ou intellectuels du cinéma, elle fait du film une marchandise sans lui reconnaître les qualités d’œuvre et d’art. Attendu qui ne manque pas d’inquiéter la profession, et incite ses confrères à fonder en août 1928, le premier groupement corporatif, soit l’Association amicale de la critique cinématographique29. Et lorsque les faits sont à nouveau jugés, en juillet 1929, par le tribunal de commerce, nombre de critiques ou d’associations professionnelles soulignent le danger qu’il y aurait à confirmer pareille décision. La Confédération des travailleurs intellectuels par exemple, fait paraître un communiqué où elle remarque :

  • 30 Anonyme, L’Humanité, 20 juillet 1928.

qu’il est extrêmement grave que l’on ait condamné M. Léon Moussinac pour avoir usé du droit de critique, car c’est l’exercice même de ce droit qui se trouve visé dans l’avenir, l’affaire Moussinac constituant le premier cas de jurisprudence en matière de critique cinématographique ; en conséquence, pour réparer un dommage commercial hypothétique, il crée un dommage moral certain pour l’avenir et dont toute la profession aura à subir longtemps les conséquences.30

13Le tribunal de commerce décide de débouter Jean Sapène car l’industriel n’apporte pas la preuve matérielle du préjudice subi et si l’on en croit le seul article incriminé, la virulence du ton n’excède pas pour autant le droit de critique et ne constitue pas une entreprise de dénigrement. En décembre 1930, le jugement en appel du tribunal civil récuse à son tour l’industriel et dans un de ses attendus propose une définition du rôle du critique. Il y est dit :

  • 31 Moussinac Léon, « Notre point de vue : Sifflez !… », L’Humanité, 21 décembre 1930.

Que, si rigoureuse qu’ait pu être son appréciation elle n’excède pas le rôle de l’écrivain qui s’impose pour mission d’attirer l’attention du public sur un spectacle et porte son jugement sur les défauts qui lui sont apparus, comme aussi sur les qualités.31

14En décembre 1931, alors que les deux jugements rendus par le tribunal de commerce allaient passer en appel, Jean Sapène renonce définitivement aux poursuites, contribuant par ces procès à instaurer une jurisprudence favorable à la liberté d’expression critique en cinéma. Cependant, avant même les conclusions judiciaires, Moussinac a déplacé ses réflexions :

  • 32 Moussinac Léon, « La foire du film », L’Humanité, 7 avril 1928.

Il ne s’agit plus de critique de films, il s’agit d’une critique du cinéma capitaliste. On nous reproche parfois de ne pas parler assez des œuvres et trop de ceux qui les créent. C’est que les œuvres, aujourd’hui, méritent moins notre attention que les gens d’affaires qui en portent la responsabilité.32

15Il a manifestement perdu tout espoir de rallier ses confrères :

  • 33 Moussinac Léon, « Notre point de vue : Prospérité », L’Humanité, 24 janvier 1931.

Les critiques émargeurs de publicité des grands journaux et les « écrivains » à la solde des revues de cinéma dites indépendantes ne manquent pas d’informer chaque semaine le public que tout est pour le mieux dans la cinématographie et que les superfilms succèdent aux superfilms pour la plus grande prospérité des marchands… Quand une année est terminée, ces mêmes personnages en dressent un bilan avantageux et annoncent de plus grandes merveilles pour l’avenir. C’est leur métier et ils sont payés pour ça. Mais le public marche. Son absence de sens critique, l’abrutissement commencé le ramènent chaque semaine dans la salle obscure où, entre le petit film sentimental ou policier américain et le « grand film d’art » international on lui sert, en douce, une bonne petite propagande bourgeoise, cléricale et nationaliste sous l’espèce des actualités.33

16Ainsi, dès le mi-temps des années 1920, Moussinac a opéré un renversement des hiérarchies intellectuelles. Les anciennes positions valorisant des cinéastes artistes ou « auteurs de films », n’ont plus lieu d’être. Le public prévaut car la spécificité du cinéma réside dans le fait qu’il s’adresse à la foule. Le septième art est un art populaire ou un art de masse, et tel qu’il le souligne dans les conclusions de l’enquête consacrée à la critique : « la question sociale domine tout » :

  • 34 Moussinac Léon, « Élites », L’Humanité, 4 juin 1926, je souligne.

On entend dire couramment autour de soi qu’il faut que le cinéma se crée une élite et que, pour cela, il doit s’adresser aux intellectuels – au delà de la foule ; que c’est la seule façon de le faire progresser en tant qu’art, etc., etc. Cela prouve encore l’incompréhension des intellectuels à l’égard du cinéma. Ils continuent à vouloir le considérer en soi, comme la littérature en soi, en dehors de la vie, en faisant abstraction de ce qu’ils appellent les basses contingences. […] Les intellectuels n’ont pas compris que l’image pouvait n’être pas seulement expressive dans son ordre, son mouvement ou son sujet, mais belle plastiquement, et riche ainsi d’une émotion nouvelle […]. Ce qui a tout d’abord rebuté « les intellectuels », c’est précisément ce qui aurait dû être seulement pour eux une raison d’enthousiasme : la façon dont la foule a tout de suite attiré le cinéma et la force de rayonnement de ce mode d’expression international. Par préjugé de caste, par individualisme, les intellectuels n’ont placé d’espoir que dans une formule cinégraphique qui s’adresserait à l’élite ! Quelle élite ? […] Alors il ne borne plus l’emploi de la science et de l’étude à faire montre d’étude et de science ; mais elles deviennent pour lui ce qu’elles sont réellement, un des ressorts de cette puissance imitative dont le triomphe est d’émouvoir le cœur et de satisfaire l’esprit.34

  • 35 Moussinac L., « La foire du film », art. cit.

17Désabusé quant au rôle d’expertise des élites, il décide de s’adresser directement au public car « seule […] l’organisation des spectateurs, […] contraindrait ceux que Louis Delluc qualifiait déjà en 1922 de “commerçants imbéciles, de ruffians impunis, de tire-laines et de détrousseurs de cadavres” à céder la place35 ». Il invente alors une autre forme de l’activité critique, en lien direct avec les spectateurs, et qu’il désigne comme « combative ».

Une critique combative

18Moussinac qui interroge la fonction de l’écriture journalistique sur le cinéma, pense à présent que l’éducation du public prévaut. Les spectateurs, initiés au langage cinématographique, aptes à juger de la qualité des œuvres, contribueront à l’amélioration de la production en rejetant les films esthétiquement indigents. De surcroît, formés à exercer un point de vue ou un regard critique, dorénavant prescripteurs, ils constateront par eux-mêmes la dangerosité morale des modèles véhiculés par certains films qui n’auront plus de prises sur leurs esprits. Les masses populaires artistiquement et intellectuellement armées suppléeront ainsi à la carence des élites qui ont abandonné le cinéma aux « mercantis » :

  • 36 Moussinac Léon, « Initiation du public », L’Humanité, 10 décembre 1926, je souligne.

Il faut créer à Paris et dans les principales villes de province un public actif, résolu à juger ce qu’on lui propose et à refuser toute production qui soit pour lui véritablement insultante. […] Pour cela il faut qu’il fréquente les salles, qu’il y exerce son esprit critique en s’aidant des explications que nous sommes quelques-uns à lui fournir, en lisant les essais et les études que nous lui signalons ; il faut qu’il s’attache à considérer un film dans le fond et dans la forme, qu’il apprenne à distinguer les essais des œuvres, en n’oubliant jamais que cet instrument sera nôtre et que nous ne devons rien négliger qui puisse d’ores et déjà l’enrichir et le perfectionner. Les mercantis du film sentent bien le danger d’une telle éducation. C’est pourquoi ils partent en guerre contre la critique indépendante et combative. Nous faisons, ici, du mieux qu’il nous est possible, notre devoir. Que nos lecteurs fassent le leur avec la même conscience.36

19Moussinac a donc substitué aux discours critiques conçus comme construction ou transmission d’un goût ou d’une qualité cinématographique (à travers l’écriture savante et la constitution d’un répertoire de films ou d’une liste de chefs d’œuvre), un projet d’éducation sociale au cinéma (ou avec les films). On assiste là au mouvement d’une pensée qui entend faire correspondre la fonction et le texte critique, à une compréhension de l’art en prise avec le monde réel, soit de l’art comme engagement. Une telle pensée vise à concilier théorie et action, forme et fond ou esthétique et politique, et entend faire du spectateur un critique, ou de l’amateur un expert. Dans un premier temps, Moussinac incite les spectateurs à penser et à agir par eux-mêmes en leur recommandant d’intervenir dans les salles en sifflant ou en applaudissant les films :

  • 37 Moussinac Léon, « Pour l’éducation du spectateur », L’Humanité, 28 janvier 1927.

Nous nous efforçons ici de mener parallèlement l’éducation du spectateur sur le plan social et sur le plan artistique, pour la facilité de la démonstration théorique, pour la clarté du problème pratique. Sans séparer la forme du fond : l’unité du film, seule, dans son expression définitive, nous importe. C’est pourquoi – en vue du résultat actuel – à l’occasion d’un même film, il nous arrive de dire : 1. Applaudissez la tendance artistique de tels passages, parce qu’ils marquent un effort du metteur en scène pour échapper à l’asservissement du mercantilisme cinématographique ; […]. 2. Sifflez la tendance sociale – sinon l’indigence de sentiment ou de pensée ! Il n’y a là aucune contradiction. Puisque les nécessités nous y obligent, apprenons à lire dans des livres sans valeur, ou même dans des livres qui s’appliquent à répandre des idées contre-révolutionnaires si nous n’en avons point d’autres. L’essentiel est de savoir lire.37

  • 38 Cf. Cosandey Roland et Tode Thomas, « Quand l’avant-garde projetait son avenir. Le premier Congrès (...)
  • 39 Cf. Courban Alexandre « Une autre façon d’être lecteur de L’Humanité durant l’entre-deux-guerres : (...)
  • 40 Cf. Racine Nicole, « L’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). La revue Com (...)
  • 41 Cf. Vignaux Valérie, « Léon Moussinac et L’Humanité du cinéma : cinéma militant et militantisme cu (...)
  • 42 Cf. Ory Pascal, « De Ciné-Liberté à La Marseillaise, espoirs et limites d’un cinéma libéré (1936-1 (...)

20Une telle compréhension de l’exercice critique explicite son engagement dans nombre d’organisations fédératives, théâtrales ou cinématographiques, qui associent amateurs et professionnels à des fins de démocratisation culturelle. Il crée tout d’abord, en mars 1928, le premier ciné-club de masse, baptisé les Amis de Spartacus, dont les adhésions sont confiées aux militants. Le ciné-club est immédiatement un succès car il programme des films de « qualité » (des films suédois et français mais également des films soviétiques non autorisés par la censure) et ses séances mélangent aux ouvriers, des intellectuels et des artistes, à l’instar des surréalistes. Cependant, le trop large engouement populaire (le club est dans l’impossibilité de réunir les copies en nombre suffisant afin d’alimenter les filiales créées en banlieue parisienne) et les menaces d’interdiction pour troubles à l’ordre public, proférées par le préfet de police de Paris Jean Chiappe, mettent fin à l’expérience en octobre 1928. L’année suivante, en septembre 1929, Moussinac, aux côtés de Jean George Auriol, participe comme représentant de la critique cinématographique au Congrès international du Cinéma indépendant qui se déroule à La Sarraz38. Lors de ce congrès, des cinéastes et des intellectuels, tels Eisenstein, Buñuel ou Béla Balázs, réfléchissent à la création d’une coopérative internationale de production de films, diffusés ensuite dans des circuits spécialisés sous le modèle des ciné-clubs. Cette coopérative n’aura malheureusement pas le succès escompté mais il semble que cela soit dans ce cadre que Jean Vigo ait réalisé À propos de Nice (1930). En 1930, Moussinac poursuit son éducation des spectateurs en leur ouvrant les colonnes de L’Humanité (sur le modèle des « rabcors39 » ou correspondants ouvriers) afin qu’ils s’essayent à la critique de films. Puis, suivant les recommandations du Congrès de l’Union internationale des écrivains révolutionnaires qui se déroule à Kharkov en novembre 1930 (où se sont rendus Aragon et Sadoul et qui sera à l’origine de leur rupture avec André Breton), il fonde avec Paul Vaillant-Couturier une Association des écrivains et artistes révolutionnaires40 où se mêlent professionnels des arts et de la culture et militants ouvriers amateurs. L’Association prolonge la création préalable de deux groupements : la Fédération du Théâtre ouvrier de France en janvier 1931 et la Fédération ciné-photo41 en mars 1931. Celle-ci sera plus connue sous sa dernière appellation de Ciné-liberté42 car Jean Renoir réalisera dans ce cadre coopératif deux films emblématiques La Vie est à nous (1936) et La Marseillaise (1938). Ciné-liberté ajoute à la production de films indépendants l’éducation des spectateurs, grâce à un ciné-club où sont projetés des films de « répertoire » lors de séances commentées. Paradoxalement, c’est parce qu’il est très engagé dans la création de ces groupements fédératifs ou associatifs – lieux où s’exerce à travers la production de films ou lors de séances cinéphiliques, une critique sociale – soit une critique « combative » ou autrement dit une critique en acte – que Moussinac abandonne l’écriture journalistique sur le cinéma.

Une « politique des spectateurs »

21Les articles de Moussinac montrent la subordination progressive de réflexions sur le cinéaste comme artiste ou auteur – et le film comme œuvre d’art – à des interrogations portant sur la réception des films où le public et la séance prévalent. Intellection du cinéma étrangère aux débats d’esthètes qui foisonnaient à l’aube des années 1920 et dont l’ambition démocratique avérée pourrait expliquer la méconnaissance contemporaine. En effet, en refusant tout discours ontologique, mais aussi toute forme d’élitisme, Moussinac fait vaciller la figure du critique elle-même. Délogé de sa position d’expert, mis au service des spectateurs pour des textes à visées didactiques, le critique se transforme en pédagogue, tandis que le film devient un média parmi d’autres. Cette conception est déjà présente dans son premier recueil d’articles Naissance du cinéma où il s’intéresse au cinéma comme objet culturel (création d’une bibliothèque spécialisée) ou à l’usage qui peut être fait des films (le cinéma d’enseignement). Or ces textes disparaissent en 1946 lors de la réédition de son recueil sous le titre de L’Âge ingrat et ils seront en partie rétablis par Sadoul pour la publication de 1967. En occultant cet aspect qui fait la modernité de sa pensée, Moussinac a contribué à l’ignorance que nous avons des débats de l’entre-deux-guerres. Sans doute, alors que se joue la reconnaissance juridique du cinéaste comme auteur, réalisée avec la loi de 1957, la corporation cinématographique est à la recherche d’arguments de légitimation institutionnelle. Or, s’instaure ainsi une continuité « savante et cultivée », des années 1920 aux années 1960, faisant disparaître ces projets égalitaristes où étaient confiés aux spectateurs des espaces d’énonciation (aujourd’hui reconquis suite aux mutations techniques engendrées par Internet) et établissant pour longtemps, une « politique des auteurs » aux dépens d’une « politique des spectateurs ».

Notes

1 Cette communication est une première version d’une recherche consacrée à Léon Moussinac, étude qui doit conduire à la publication en 2013, aux éditions de l’AFRHC d’un ouvrage collectif et d’une anthologie des textes critiques de Léon Moussinac.

2 Pour le cinéma on peut se référer à la « Préface » de Georges Sadoul dans Moussinac Léon, L’Âge ingrat du cinéma, Paris, Les éditeurs français réunis, 1967, p. 5-23 ; à la notice de François Albera, « Léon Moussinac » dans Albera François, Gili Jean A., Dictionnaire du cinéma français des années vingt, Paris, AFHRC, 2001, p. 283-286 ; celle de Vignaux Valérie dans De Baecque Antoine et Chevalier Philippe (dir.), Dictionnaire de la Pensée du cinéma, Paris, PUF, 2012, p. 468-470.

3 « Rescapé de la guerre […]. J’avais retrouvé mon meilleur ami Louis Delluc. Ensemble, n’avions-nous pas fait nos premières démarches littéraires […]. », « Léon Moussinac vous raconte : Comment je suis devenu critique », Lettres françaises, 5 mai 1960.

4 Léon Moussinac est né le 19 janvier 1890. Son père, inspecteur des chemins de fer et syndicaliste, décède alors qu’il n’est âgé que de dix-sept ans, il est alors contraint de travailler, cf. Sadoul Georges « Préface » dans Moussinac L., L’Âge ingrat du cinéma, op. cit.

5 « Organe officiel des “poilus” de la 24e section de COA […]. Rédacteur en chef : Noël Migennes », fonds Léon Moussinac, BnF, Arts du spectacle, 4o col 10/5 (2).

6 « Devenu rédacteur en chef de la revue mensuelle Comœdia illustré, qui avait repris sa publication en octobre 1919, je m’étais mis à fréquenter autant les salles de cinéma que les salles de théâtre. […] J’avais la prétention d’être aussi critique d’art », « Léon Moussinac vous raconte : Comment je suis devenu critique », Lettres françaises, 5 mai 1960.

7 « Louis Nalpas […] me proposa de m’occuper des Éditions de la Lampe merveilleuse qui furent installées dans les locaux des Éditions de la Sirène. […] une collection de livres illustrés consacrés aux scénarios des films […]. Deux volumes parurent : El Dorado de Marcel L’Herbier […] ; J’accuse, d’Abel Gance […]. Les éditions de la Sirène cessèrent leur production et du coup la Lampe merveilleuse se trouva éteinte. », « Léon Moussinac vous raconte : Sous la Lampe merveilleuse », Lettres françaises, 21 juillet 1960.

8 La rubrique de Moussinac à L’Humanité, d’après Georges Sadoul, faisait référence au-delà même des sympathisants communistes.

9 Cf. dans ce volume le texte de Romain Piana et l’ouvrage de Delaunay Léonor, La Scène Bleue, Rennes, PUR, 2011.

10 Cf. Bouju Marie-Cécile, Lire en communiste : les maisons d’éditions du Parti communiste français 1920-1968, Rennes, PUR, 2010, 360 p.

11 Moussinac Léon, Le Radeau de la Méduse : journal d’un prisonnier politique : 1940-1941, Paris, Hier et aujourd’hui, 1945, 285 p.

12 Les articles forment la matière de quatre recueils : Naissance du cinéma, Paris, J. Povolozky, 1925, 178 p. ; Le Cinéma soviétique, Paris, Gallimard, coll. « Les Documents bleus », 1928, 224 p. ; Panoramique du cinéma, Paris, Sans Pareil, 1929, 149 p. et L’Âge ingrat, Paris, Sagittaire, 1946, 189 p. L’ensemble augmenté d’une préface est réédité en 1967 par Georges Sadoul sous le titre de L’Âge ingrat du cinéma, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1967, 382 p.

13 Cf. Gauthier Christophe, La Passion du cinéma, cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, Paris, AFRHC, 1999.

14 Moussinac Léon, « Des caractères du décor », L’Humanité, 2 juillet 1926.

15 Moussinac Léon, « Sur les progrès de la technique », L’Humanité, 28 mai 1926.

16 Moussinac Léon, « Rappels », L’Humanité, 21 mai 1926.

17 Moussinac Léon, « Influences du cinéma », L’Humanité, 27 août 1926.

18 Moussinac Léon, « Cinéma prophétique », L’Humanité, 25 juin 1926.

19 Moussinac Léon, « Annonce », L’Humanité, 7 mai 1926.

20 Moussinac Léon, « Cinématographie », Mercure de France, 1er mai 1921.

21 Moussinac Léon, « Évidence », L’Humanité, 14 mai 1926.

22 Moussinac Léon, « Le cinéma », L’Humanité, 21 juin 1924.

23 Moussinac Léon, « Le cinéma », L’Humanité, 12 mai 1923.

24 Cf. Vignaux Valérie, Jean Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux-guerres en France, Paris, AFRHC, 2006, p. 24-29.

25 Moussinac Léon, « Nous ouvrons une enquête ! », L’Humanité, 15 octobre 1926.

26 Cf. Grottle Strebel Elisabeth, « Le droit à la libre critique et le procès Moussinac-Sapène (1928) », Travelling, no 43, mars 1975, p. 17-19.

27 Jean Sapène est régulièrement la cible des critiques de Léon Moussinac qui n’a pas hésité à l’affubler d’un sobriquet peu flatteur, « Titi 1er roi du cinéma », forgé à partir d’un film intitulé Titi 1er roi des gosses produit par l’industriel.

28 Moussinac Léon, « Conclusions de notre enquête », L’Humanité, 26 novembre 1926.

29 Association qui en août 1928 regroupe René Bizet, André Lang, Georges Charensol, René Clair, Pierre Bost, Jean Prevost, Alexandre Arnoux, André Levinson, Germaine Dulac, Pierre Scize, Carlo Rim, Charles De Saint Cyr, Léon Moussinac, Lionel Landry, Henry Poulaille, Boisyvon, Marcel Achard, Henri Clouzot, Edmond Greville, Elie Faure, Jean Fayard, André Beucler, Claude Fayard, cf. « Lettre de Carlo Rim datée du 12 mai 1928 », fonds Léon Moussinac, BnF, Arts du spectacle, 4o col 10/24 (12).

30 Anonyme, L’Humanité, 20 juillet 1928.

31 Moussinac Léon, « Notre point de vue : Sifflez !… », L’Humanité, 21 décembre 1930.

32 Moussinac Léon, « La foire du film », L’Humanité, 7 avril 1928.

33 Moussinac Léon, « Notre point de vue : Prospérité », L’Humanité, 24 janvier 1931.

34 Moussinac Léon, « Élites », L’Humanité, 4 juin 1926, je souligne.

35 Moussinac L., « La foire du film », art. cit.

36 Moussinac Léon, « Initiation du public », L’Humanité, 10 décembre 1926, je souligne.

37 Moussinac Léon, « Pour l’éducation du spectateur », L’Humanité, 28 janvier 1927.

38 Cf. Cosandey Roland et Tode Thomas, « Quand l’avant-garde projetait son avenir. Le premier Congrès international du cinéma indépendant, La Sarraz, septembre 1929 », Archives, no 84, avril 2000.

39 Cf. Courban Alexandre « Une autre façon d’être lecteur de L’Humanité durant l’entre-deux-guerres : “rabcors” et “CDH” au service du quotidien communiste », Le Temps des médias 2/2006, no 7, p. 205-217.

40 Cf. Racine Nicole, « L’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). La revue Commune et la lutte idéologique contre le fascisme (1935-1936) », Le Mouvement social, janvier-mars 1966, no 54, p. 29-47.

41 Cf. Vignaux Valérie, « Léon Moussinac et L’Humanité du cinéma : cinéma militant et militantisme culturel dans l’entre deux guerres en France », Études photographiques, no 27, mai 2011.

42 Cf. Ory Pascal, « De Ciné-Liberté à La Marseillaise, espoirs et limites d’un cinéma libéré (1936-1938) » dans Rebérioux Madeleine (dir.) « Culture et militantisme en France : de la Belle Époque au Front populaire », Le Mouvement social, no 91 (avril-juin), p. 153-175 ; Ory Pascal, La Belle Illusion, culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1994 ; Buchsbaum Jonathan, « Toward Victory : Left Film in France, 1930-1935 », Cinema Journal, vol. 25, no 3, Spring 1986, p. 22-52 ; Hogenkamp Bert, « Le mouvement ouvrier et le cinéma », Image et Son, no 346, novembre 1981, p. 125-135 ; Hogenkamp Bert, « Léon Moussinac and the spectators Criticism in France (1931-1934) », Film International, no 2, 2003 : 2, p. 4-13 et Hogenkamp Bert, « Film, propagande et Front populaire : à la défense des intérêts des cinéastes et des spectateurs », dans Bertin-Maghit Jean-Pierre (dir.), Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Paris, Nouveau Monde, 2008, p. 215-232.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Léon Moussinac, vers 1928.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en études cinématographiques à l’université François-Rabelais de Tours, est membre de l’équipe de recherches InTru (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels). Historienne du cinéma français, ses recherches actuelles portent sur les usages sociaux du cinéma. Elle a publié plusieurs monographies (Jacques Becker, Liège, Céfal, 2000 et Jean Benoit-Lévy, Paris, AFRHC, 2007), dirigé des numéros thématiques de la revue 1895 Revue d’Histoire du cinéma (« Archives », 2003 ; « Émile Cohl », 2007 ; « O’Galop/Lortac », 2009) et rédigé des études de films (La Religieuse, Liège, Céfal, 2005 ; Casque d’or, Paris, Belin, coll. « Atlande », 2009). Elle prépare actuellement une monographie consacrée à Georges Sadoul et dirige un ensemble dédié à Léon Moussinac.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540