Version classiqueVersion mobile

Le texte critique

 | 
Marion Chenetier-Alev
, 
Valérie Vignaux

Chapitre 1 : Diversité des sources critiques, variété des publics

Le fonds de l’Association de la critique dramatique et musicale

Chantal Meyer-Plantureux

Texte intégral

1L’histoire du fonds de l’Association de la critique dramatique et musicale est assez exemplaire du hasard qui peut présider à la conservation d’archives privées. Lorsqu’en 1998, Sandrine Anglade soutient sa thèse de doctorat intitulée Les Journalistes, critiques de théâtre : émergence et construction d’une identité professionnelle, elle ne peut commencer l’histoire de l’Association de la critique dramatique et musicale qu’à partir de 1899 car, dit-elle :

  • 1 Anglade Sandrine, Les Journalistes, critiques de théâtre : émergence et construction d’une identit (...)

Outre les informations éparses retrouvées dans des articles de presse du début du siècle et la liste des membres de ce Cercle de la Critique publiée à partir de 1890 dans L’Annuaire de la Presse Française, nous n’avons retrouvé aucun document, compte rendu, rapport ou règles d’organisation de ce premier groupement. Il est important cependant de noter que celui-ci apparaît véritablement comme le point de départ du mouvement associatif de la critique dramatique et musicale, et il sera d’ailleurs considéré comme tel dans l’évolution de l’Association.1

  • 2 L’IMEC est l’Institut mémoires de l’édition contemporaine, situé près de Caen, dans l’ancienne abb (...)
  • 3 Le Syndicat est aujourd’hui abrité à l’hôtel de Massa, à Paris.
  • 4 Un groupe de recherche sur la critique dramatique et musicale a été constitué à partir de ce fonds (...)

2Or, cette histoire peut aujourd’hui être reconstituée depuis la création du Cercle de la Critique en 1877, Olivier Corpet, directeur de l’IMEC2, ayant sauvé de la destruction, au moment où des dizaines de cartons allaient être mis à la déchetterie, des archives qui n’avaient pas suivi les déménagements successifs du Syndicat de la critique dramatique et musicale3. Ces archives n’ont pas la prétention de tout révéler. Elles doivent être confrontées à d’autres sources, mais elles représentent en elles-mêmes une grande richesse pour les historiens4. Au premier regard, en effet, ce fonds, qui n’avait jamais été consulté, ne semble guère palpitant. Sa localisation tout d’abord – une sous-partie du fonds Syndicats et associations de journalistes, la dernière d’ailleurs, et considérée comme « mineure » – n’attire pas l’attention du chercheur en arts du spectacle, même si l’inventaire précise que « l’Association de la critique dramatique et musicale créée en 1877 se détache de l’ensemble du fonds par son dynamisme, le nombre et la diversité des documents qui s’y rapportent ». C’est que le fonds recèle en réalité des documents tout à fait exceptionnels qui, au-delà de la simple histoire de la critique, sont révélateurs de l’histoire de la société du XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

  • 5 C’est à partir de ces archives que Sandrine Anglade a travaillé pour la thèse précédemment citée.

3Ces archives sont de diverses natures. Les sources imprimées (entre autres la collection des annuaires et bulletins de l’association) étaient pour la plupart déjà consultables dans les différents départements de la BnF5. Mais les documents les plus originaux sont bien sûr les manuscrits et tapuscrits. Parmi ces manuscrits, on trouve près de sept cents dossiers nominatifs, véritables mines de renseignements sur les critiques de 1877 à la guerre de 1940. Après la seconde guerre mondiale, les dossiers sont moins bien tenus et n’offrent que peu de documents originaux. D’autres éléments apportent un éclairage très neuf sur la profession de critique, par exemple les rapports contentieux, les dossiers concernant les droits de la critique ou la comptabilité. Le Syndicat a créé une mutuelle, un fonds de retraite et surtout un fonds de secours dès 1899 pour les critiques en difficulté : les correspondances contenues dans cet ensemble d’archives permettent de comprendre la situation financière précaire de certains critiques et l’immense différence de statut entre les grandes plumes parisiennes et la centaine d’anonymes qui travaillent dans plusieurs journaux pour arriver à survivre.

4La diversité des documents autorise une nouvelle approche de la critique dramatique, loin des sentiers battus de l’étude littéraire et esthétique, et permet de mettre en œuvre plusieurs méthodes d’analyse, à la fois historique (la création du Syndicat de la critique est contemporaine de l’explosion de la presse en France) ; sociologique (avec l’étude de la transformation du public de théâtre) ; ou encore politique (le théâtre qui ne sera « libre » qu’en 1906, date de l’abolition de la censure, est l’objet d’une attention gouvernementale toute particulière et certains critiques se feront des relais très diligents des censeurs). Ce fonds permet également une approche médiologique puisque la critique théâtrale se développe en même temps que la transformation du journal en média de masse grâce aux nouveaux moyens techniques, et se modifie au fur et à mesure des découvertes scientifiques et technologiques telles que la TSF ou la télévision. Prenons cet exemple parmi les plus frappants : le carton qui porte le titre énigmatique de « Chemins de fer » renferme un courrier abondant autour de la gratuité ou semi-gratuité des billets de train. Chaque critique a le droit, selon son statut, à une carte de couleur différente. Sans cette semi-gratuité accordée par la Compagnie des chemins de fer, le critique parisien ne se déplace pas en province, et il n’y a pas de rubrique théâtre digne de ce nom dans les journaux régionaux. L’afflux de demandes d’admission au Syndicat émanant de nouveaux critiques de théâtre venus des quatre coins de la France résulte de cette facilité accordée. En conséquence, les reportages consacrés au « Théâtre à Paris » vont fleurir dans la presse de province et à l’étranger.

5Ce sont toutefois les sept cents dossiers nominatifs qui forment la pièce maîtresse de ce fonds : certains d’entre eux donnent des informations passionnantes sur les rapports entre critiques et directeurs de salle, sur le système de parrainage, sur quelques refus d’entrée au Syndicat ou sur des radiations. Les lettres, tantôt acides, tantôt flagorneuses, sont le reflet d’un système très hiérarchisé. L’étude de ce fonds permet ainsi de retracer l’histoire des rapports de pouvoir au théâtre, dans la presse, et plus largement dans la société de la Troisième République.

Étude d’un cas : Gustave Fréjaville

  • 6 Le parrainage est aujourd’hui encore obligatoire pour entrer au Syndicat.
  • 7 Édouard Sarradin (1867-1957), conservateur de musée et critique artistique au Journal des Débats.

6Grâce à ces archives, Gustave Fréjaville, un critique assez méconnu, prend un relief tout à fait intéressant. Gustave Fréjaville est né le 30 novembre 1877 à Cajarc et meurt en 1955 à Paris. Lorsqu’il demande son admission au Syndicat de la critique en 1912, il écrit dans une petite revue bimensuelle, Le Foyer, depuis 1909, c’est-à-dire depuis trois ans ce qui, comme il le souligne, dépasse « le minimum requis » pour être candidat, qui est de deux ans d’activité régulière et rémunérée. Gustave Fréjaville poursuit par ailleurs une carrière de fonctionnaire à la mairie du 1er arrondissement. Sa lettre de candidature porte la « triple apostille » (fig. 1) de ses parrains6, Fernand Bourgeat, Alfred Bruneau et Paul Ginisty. Comment s’est-il procuré ces prestigieuses signatures ? En fait, il a été introduit dans le milieu littéraire parisien par son compatriote Gustave Larroumet (lui-même né à Cajarc), professeur en Sorbonne et feuilletoniste au Temps où il a succédé à Francisque Sarcey. Son rapporteur est Édouard Sarradin7. Fréjaville est élu le 27 novembre 1912 par treize voix contre une, comme l’indique le registre des candidats. Admis, il se voit attribuer le dossier nominatif no 209 (fig. 2) : chaque dossier contient toutes les correspondances, les coupures de journaux et les discours concernant le membre auquel il se rapporte, jusqu’à sa mort, ou jusqu’à l’exclusion pour certains, à la radiation pour d’autres.

  • 8 Hommage rendu à Fréjaville par Raymond Marcenac à Cajarc, en 1964.
  • 9 Jules Janin (1804-1874) fut critique pendant près de quarante ans au Journal des débats. Il fut su (...)
  • 10 Hommage rendu à Fréjaville par Raymond Marcenac, op. cit.

7Il n’est pas inintéressant de noter que la carrière de Fréjaville, très modeste à cette époque, va se trouver nettement favorisée par cette admission, à tel point que les articles nécrologiques et les hommages qui lui seront rendus ne parleront même pas de ses débuts dans la revue Le Foyer, mais feront commencer sa carrière dix ans plus tard, à Paris Midi (1919-1922). Il entrera en 1918 au Journal des Débats (peut-être grâce à son rapporteur), où il restera jusqu’en 1936. Il y donne une chronique quotidienne sur les variétés et le théâtre. Il rédige aussi des études sur l’avenir du cinéma, entre 1920 et 1922. À Comœdia, il devient en 1922 chef de la rubrique Théâtre de Variétés, et rend également compte des livres sur les arts du spectacle sous le titre La Scène et le livre. « On peut dire qu’en tant que journaliste, il est le créateur de la critique des spectacles de variétés. Avant lui, ces spectacles n’étaient mentionnés dans la presse qu’à titre publicitaire8. » On le surnomme bientôt le « Jules Janin9 de la piste et du chapiteau ». Il écrit en 1923 un livre, Au Music-Hall, « considéré comme indispensable, par les spécialistes, pour l’étude de cette forme d’art populaire. On désigne cet ouvrage, sous le nom de “Le Fréjaville”10 ». Mais pour avoir une idée précise des critiques de Fréjaville, il faut se tourner vers le fonds Fréjaville détenu à la BnF. Légué par Mme Fréjaville à la mort de son mari, il contient des cahiers dans lesquels sont collées toutes les critiques par ordre chronologique. Ce fonds comporte une importante correspondance avec des artistes de cirque et de musichall, et une grande documentation (presse et ouvrages) sur ces arts considérés comme mineurs jusqu’à leur réhabilitation par Fréjaville.

Fig. 1. Lettre de Fréjaville apostillée par trois parrains, demande d’admission adressée au Président du Syndicat de la critique dramatique et musicale le 23 avril 1912 © IMEC.

Fig. 2. Dossier Fréjaville, fonds du Syndicat de la critique dramatique et musicale © IMEC.

  • 11 Coupure de presse se trouvant dans le fonds Fréjaville de la BnF.

8Quel type de critique était Fréjaville ? A-t-il été ce précurseur que glorifient ses thuriféraires ? Une lecture attentive des articles publiés dans Comœdia fait plutôt apparaître le portrait d’un critique assez conformiste. Si, en effet, un critique « en titre » s’intéresse pour la première fois et de façon régulière à la production « légère », il ne le fait que de façon extrêmement conventionnelle. Ses comptes-rendus singent ceux des spectacles dits sérieux sans s’interroger sur ce qui fait leur succès populaire (notamment par l’étude du public), la tradition ou la nouveauté de ces divertissements. Il met néanmoins beaucoup de bonne volonté à comprendre les performances des acteurs, principalement celles des circassiens. Un écho dans la presse11 raille ses efforts : les artistes questionnés par Fréjaville se joueraient de lui, lui raconteraient n’importe quoi et se tordraient de rire le lendemain, à la lecture des explications fantaisistes qu’ils lui auraient fournies.

9Pour rendre compte de l’ensemble de la production, Fréjaville utilise constamment les mêmes artifices. À l’inverse de tous ses confrères qui s’étendent longuement sur le texte au détriment de la mise en scène, il ne s’attarde jamais sur l’histoire, qui semble souvent d’une pauvreté affligeante. Mais l’exercice se révèle quelquefois périlleux quand la mise en scène elle-même est bâclée. Gustave Fréjaville s’indigne, lors de la générale de Rhen… âneries, d’avoir assisté à une répétition plutôt qu’à un spectacle fini :

  • 12 Comœdia, 24 septembre 1922.

Il est possible que le spectacle du Perchoir devienne fort agréable après quelques jours de mise au point. Toutefois il eût été préférable de faire ce travail avant de convoquer la critique, dont la tâche est déjà lourde, et qui éprouverait plus de satisfaction à n’enregistrer que des succès.12

  • 13 Coupures de presse, fonds Fréjaville, BnF.

10Car Fréjaville est un critique bonhomme qui n’est là que pour constater le succès et l’accompagner. Certains échos, sous couvert d’anonymat, raillent ce journaliste jugé fat et un peu grotesque, qui s’est donné le titre d’inventeur de la critique de musichall. On se moque de ses papiers constamment « bienveillants » : « M. Gustave Fréjaville – qui fait dans les variétés et chansons – y manie l’encensoir avec une adresse qui touche à la virtuosité13. »

  • 14 Rip (1884-1941), pseudonyme de Georges-Gabriel Thenon, fut revuiste, chansonnier et auteur de comé (...)

11Le critique aimable n’est cependant pas dénué de toute qualité. Quelques spectacles un peu plus élaborés, comme ceux de Rip14, donnent droit à des comptes-rendus assez complets. Dans la revue Aux Ânes, citoyens, Fréjaville s’intéresse au sens du spectacle :

  • 15 Gustave Quinson (1863-1943), homme d’affaires qui a dominé le théâtre parisien jusqu’à la seconde (...)
  • 16 Gustave Fréjaville, Comœdia, décembre 1922.

Koval représente un peu plus tard l’ouvrier de l’usine dramatique dirigée par M. Quinson15 ; dans la machine, il met des pages de Beaumarchais et de Racine, qui sont la matière première, et qui ressortent en manuscrits de pièces à succès, selon la formule moderne. Cette scène est une satire littéraire extrêmement savoureuse.16

12Plus rarement, un spectacle arrache à Fréjaville un jugement violent. C’est le cas pour Le Phénomène, parade de Sacha Guitry dans laquelle joue Raimu, présentée pour la réouverture de l’Alhambra. Si Fréjaville loue le jeu de Raimu (qui constitue une « nouveauté piquante et qui donnait à la soirée l’attrait d’une première très parisienne »), il ne comprend pas « cette colère révolutionnaire » chez Guitry :

  • 17 Gustave Fréjaville, Comœdia, 26 août 1923.

Quel abus nouveau et scandaleux a découvert M. Sacha Guitry pour entrer en transe et parler au peuple ? Si cela a été applaudi, c’est grâce au talent des artistes. […] Quant aux spectateurs étrangers qui forment, on le sait, une grande partie de la clientèle de ce music-hall britannique, en voyant M. Sacha Guitry taper sur les institutions de son pays avec cette frénésie d’enfant gâté et avec toute l’autorité de son nom justement glorieux, ils ont dû se réjouir au fond de leur cœur et penser que, décidément, les Français sont incorrigibles – et que M. Sacha Guitry est bien français.17

  • 18 Date d’une manifestation antigouvernementale qui tourna à l’émeute place de la Concorde.

13Fréjaville est indigné : comment pouvait-on oser se servir du musichall comme d’une tribune ? Pourtant dans les années 1930, l’actualité n’est jamais absente, y compris des spectacles de chansonniers, et le 6 février 193418 Gustave Fréjaville consacre même dans Comœdia une chronique aux « chansonniers et l’actualité » : sans s’étendre sur les opinions exprimées dans la revue Par fil spécial de Géo Charley où sont évoqués les événements de « notre époque malade », il considère que ce spectacle « forme un divertissement de qualité ».

Destin critique et politique de Fréjaville

14Mais dans l’ensemble, les critiques de Fréjaville manquent d’intérêt. C’est lorsqu’on aborde des sujets politiques, comme on l’a vu précédemment avec Sacha Guitry, qu’il se dépare de sa bienveillance. Cela n’arrive pas souvent dans le domaine qui est le sien – les spectacles de variétés –, mais la politique entre en jeu dans son rôle de membre du Syndicat de la critique. Alors le journaliste bonhomme et affable peut se montrer plus acerbe, et découvrir son visage d’homme et de citoyen. En effet, parce qu’il est membre du Syndicat depuis un certain temps, des candidats sollicitent son parrainage, et le Président lui donne des rapports à faire sur quelques postulants. Le rapport négatif rédigé par Fréjaville sur Henri Lévy qui sollicite son admission au Syndicat, révèle un autre aspect du personnage.

  • 19 Le titre de la revue dans laquelle travaille Henri Lévy est curieusement le même que celui de la r (...)
  • 20 Ils l’étaient beaucoup moins que ceux de Fréjaville en 1912 lorsqu’il a demandé son admission.
  • 21 Fonds du Syndicat de la critique à l’IMEC.

M. Henri Lévy est critique dramatique au journal Le Radical depuis deux ans, à la revue Le Foyer19 depuis trois ans. Il a adopté pour ses articles, une forme épistolaire qui leur impose un ton de chronique fantaisiste, plutôt que de critique, quel que puisse être, par ailleurs, le fond sérieux des idées exprimées. Les articles du Radical sembleraient seuls en tout cas, pouvoir entrer en ligne de compte à l’appui de sa candidature, la place qui lui est laissée dans Le Foyer, revue mensuelle, ne lui permettant guère qu’une énumération rapide de pièces jouées, et non une véritable discussion de leur valeur. Il semble, dans ces conditions, que les titres professionnels de M. Henri Lévy apparaissent un peu indécis20 et qu’il n’y aurait aucun inconvénient à ajourner la décision à prendre sur sa candidature.21

  • 22 Plusieurs fois président du Conseil et ministre, le radical Édouard Herriot (1872-1957) a été mair (...)
  • 23 Henri Lévy est certainement de la famille du fondateur des cités-jardins en France : Georges Benoi (...)

15Il n’y aurait rien à redire à ce rapport – le rapporteur étant libre de ses opinions – n’étaient les arguments employés par Gustave Fréjaville : « la forme épistolaire » qui manquerait de sérieux est annoncée par le pseudonyme choisi par Lévy qui signe Lewis et Irène. Cette double identité permet au critique de dialoguer, de donner des arguments contradictoires ou d’infléchir certaines affirmations. La forme adoptée par le critique et qualifiée de « fantaisiste » par le rapporteur est au contraire révélatrice d’une pensée originale, ce qui, bien sûr, est très éloigné de l’esprit conventionnel de Fréjaville (et d’une partie importante du Syndicat de la critique). L’hebdomadaire qui tolère cette originalité est Le Radical créé par Édouard Herriot22. La critique de Lévy y occupe deux larges colonnes en dernière page et, en dépit de sa forme, est tout à fait sérieuse. Lévy traite des pièces parisiennes qui lui semblent dignes d’intérêt. Mais c’est le mépris affiché par Fréjaville pour le travail de Lévy dans la revue Le Foyer, qui est le plus insupportable dans ce rapport. Le Foyer (fig. 3 a et b) est la revue mensuelle des œuvres sociales des cités-jardins. Lévy y fait un véritable recensement des œuvres qui peuvent intéresser un public ouvrier soucieux de se divertir avec des pièces de qualité. C’est un travail ouvert et généreux, qui donne une indication précise sur les préoccupations du critique Henri Lévy23. Et celles-ci ne sont évidemment pas du même ordre que celles de Fréjaville…

  • 24 Notons quand même que Fréjaville prendra en 1939 la défense de Lucien Sampaix dans Ce Soir. Aragon (...)
  • 25 Il faut bien signaler que, peut-être, le fait que Lévy soit juif n’est pas étranger au rejet de la (...)
  • 26 Dix ans après sa mort, une plaque commémorative a été posée sur sa maison de Cajarc : Georges Pomp (...)

16Ce rapport est intéressant car on peut y lire en filigrane les présupposés de Fréjaville : Lévy est un critique de « gauche » dans des journaux qui affichent clairement leur opinion24, dans ces années 1930 où les clivages gauche/droite sont exacerbés. C’est un critique « provincial » qui exerce son métier en Province, et même si le Syndicat a effacé de son intitulé l’adjectif « parisien », il n’en reste pas moins très exclusivement parisien. Et il est surtout un critique qui fait preuve d’originalité, de « fantaisie », alors que Fréjaville est le fer de lance du conformisme25. Or l’orientation politique de Fréjaville ne peut être passée sous silence – comme elle l’a été après sa mort – lorsque l’on retrace la carrière de ce critique. Dans les hommages de la presse comme dans les témoignages sur la carrière de Fréjaville en 196526, si l’on fait commencer sa carrière avec sa collaboration à Paris-Midi, organe plus prestigieux que la petite revue dans laquelle il travaillait à ses débuts, on oublie aussi fort opportunément ses dernières chroniques. Officiellement, Fréjaville a pris sa retraite de critique en 1937, à 60 ans. Mais il reprendra du service au début de la seconde guerre mondiale, et sa carrière prendra un nouvel essor durant l’Occupation. Il collaborera à Radio-Paris et livrera une chronique chaque semaine jusqu’en 1944 à la revue Comœdia dirigée par Delage. Il y recense toujours les spectacles de variétés sans d’ailleurs, il faut le reconnaître, faire référence à une quelconque actualité. Mais la place qui lui est consacrée est beaucoup plus importante que celle qui lui était impartie dans l’ancienne Comœdia et qui s’était réduite comme peau de chagrin autour de 1935-1936 – hasard ou difficulté de Fréjaville à accepter le changement politique ?

  • 27 Émission de Radio-Paris diffusée le 24 novembre 1943, à 21 h.

17Sous l’Occupation, sans contestation possible, Fréjaville a retrouvé une belle envergure de critique. Les émissions à Radio-Paris, dont trois manuscrits sont consultables à la BnF, sont intéressantes pour comprendre sa personnalité. Fréjaville en consacre une à Verlaine, qui a été sa première admiration d’adolescent lorsqu’il a débarqué à Paris : il s’est lui-même piqué de poésie et a fréquenté le Parnasse. L’émission Souvenir de Verlaine, enregistrée à domicile le 12 janvier 1944 par M. Étiévant et diffusée en partie le lendemain à 21 h, commence par les souvenirs personnels de Fréjaville, élève pensionnaire au lycée Saint-Louis puis étudiant au Quartier latin. Le critique n’a pas personnellement connu le poète, mais son souvenir était « vivant parmi nous » : « Il y avait dans notre culte pour ce poète qui ne figurait pas dans nos manuels scolaires, comme un piquant arrière-goût de révolte ou tout du moins une manifestation d’indépendance d’esprit. » Fréjaville confie ensuite les souvenirs des amis de l’époque, dont ceux de Bibi-la-Purée qui « nous inspirait une sorte de respect » car il avait « assidument escorté Verlaine dans la dernière période de sa vie ». Les anecdotes et les amis dont il parle – Montesquiou, Jean de Moréas – ne devaient pas être du goût de Radio-Paris car à la main en fin de manuscrit est indiqué « coupé largement ». Les passages biffés sont fort importants : Fréjaville, tout à ses souvenirs de jeunesse, s’était laissé emporter. Il était en effet tout à fait insensé, à cette époque de « redressement moral », de parler de tant d’homosexuels… Fréjaville, ainsi censuré, aurait pu arrêter là sa collaboration à Radio-Paris. Au contraire, il récidive. Les autres émissions donnent elles aussi en creux une image inattendue du critique. Celle sur Les Burlesques27 distille quelques informations sur les penchants de Fréjaville en matière de théâtre : il y parle d’un spectacle en particulier, celui de Max Révol, « mélange savoureux de blague parisienne […], de technique précise du clown et de légèreté du danseur ». Puis il continue :

  • 28 Fonds Fréjaville, BnF.

Peut-être n’est-ce pas absolument par hasard que l’esprit burlesque reparaît dans nos spectacles populaires au moment où la faveur d’un public féru de distinction intellectuelle se porte, au théâtre, sur des auteurs dont il est bien permis de dire que la simplicité, la clarté, le naturel, le bon sens – et même parfois un minimum nécessaire d’intelligibilité ne sont pas précisément les vertus dominantes.28

Fig. 3 a. Article de Henry Lévy (pseudonyme, Lewis et Irène) dans Le Foyer (revue mensuelle des œuvres sociales des cités jardins), 1933 © IMEC.

Fig. 3 b. Article de Henry Lévy (pseudonyme, Lewis et Irène) dans Le Foyer (revue mensuelle des œuvres sociales des cités jardins), 1933 © IMEC.

  • 29 Émission Bêtes de Paris, diffusée le 25 juillet 1944 à 15 h.

18Mais c’est la dernière émission qui est la plus étonnante. Elle porte sur le sort des malheureux animaux en temps de guerre29. Fréjaville s’apitoie sur le sort des animaux domestiques, « ces âmes adolescentes » rationnées à qui il « accorde un moment d’attention sympathique », puis il s’intéresse aux animaux de cirque et à leurs privations. Il termine sur les animaux de la ménagerie du Jardin des plantes, pour qui l’on a construit

cette fauverie, cette singerie renommées, sortes de palais qui sont tout de même des prisons et qui n’ont plus du tout la bonhomie de ces rustiques demeures, de ces cases d’un exotisme ingénu où s’abritent encore la plupart des hôtes de cette antique Arche de Noé.

19La conclusion est à la mesure du personnage : l’humanité devrait prendre modèle sur le monde animal qui, lui, vit en paix ! Outre l’extrapolation simpliste sur la « sagesse animale », on aimerait trouver dans les écrits de Fréjaville la même pitié pour le sort de certains humains durant cette guerre.

20Cette « collaboration » de Fréjaville va lui valoir à la Libération quelques ennuis, dont fait état une part de sa correspondance dans le dossier à son nom. Sommé de s’expliquer devant le tribunal de l’épuration sur son attitude durant la guerre, Fréjaville s’en tire sans trop de mal : il n’a en effet rien écrit de vraiment compromettant. Mais on lui a retiré son poste au comité du Syndicat de la critique après une violente discussion, ainsi que l’indique une lettre d’Émile Mas :

Lors de l’AG de l’Association de la Critique dramatique et musicale du 20/11, quelques membres de l’Association attaquèrent avec une âpreté que rien n’excuse ceux de leurs confrères qui ont publié des articles dans les journaux de Paris en 1940-1944.

Je déclare hautement qu’en agissant ainsi, les critiques n’ont pas seulement exercé leur droit, mais accompli leur devoir. […] Les théâtres restaient ouverts ; ils étaient fréquentés par un public très nombreux, ils donnaient des pièces nouvelles, les critiques devaient-ils s’en désintéresser et laisser à des nouveaux venus, à des journalistes improvisés – on ne s’improvise pas critique dramatique –, à des individus sans culture, sans expérience, sans talent, le soin de rendre compte de ces spectacles et contribuer à laisser s’avilir le goût du public déjà fortement gâté ? Fallait-il abandonner les rubriques théâtrales aux amis, aux créatures des maîtres du moment ?

Je ne le pense pas, et j’estime au contraire que ceux qui ont fui Paris occupé pour vivre tranquillement en zone libre sont moins dignes d’intérêt que leurs confrères qui ont supporté toutes les charges, les privations, les dangers, les rancœurs que nous valaient la présence de l’ennemi, la vue de nos rues, de nos monuments souillés par le cynique étalage des drapeaux, de l’odieuse croix gammée. […] D’ailleurs, un critique vraiment indépendant ne se solidarise pas avec son journal, simple feuille de papier où il imprime ce qu’il pense. Pour ma part pendant la guerre 14-18, j’ai collaboré au Gaulois d’Arthur Meyer, au Carnet de la Semaine de Dubarry et à La Vérité de Paul Meunier ; je n’ai jamais subi l’influence même indirecte d’un directeur de journal et j’aurais aussi bien publié mes articles dans L’Humanité que dans L’Action française. […]

Prenez les sanctions les plus rigoureuses contre ceux qui ont publié des articles en faveur de l’Allemagne ou contre nos alliés, la lecture des textes suffira pour les condamner. Mais n’étendez pas vos proscriptions aux critiques qui ont simplement exercé leur profession, au même titre que les autres citoyens français, auteurs et compositeurs dramatiques, comédiens, chanteurs, ingénieurs, ouvriers, artisans, commerçants etc., car le faisant vous créez des ferments de haine qui seront funestes au pays. […]

  • 30 Lettre tapuscrite d’Émile Mas, vice-président de l’Association de la critique dramatique et musica (...)

Pour que la France renaisse à la joie il faut l’union de tous ses enfants.30

21Fort du soutien de l’un des membres éminents du Syndicat, Fréjaville demande sa réintégration au Comité en 1946. Robert Kemp, critique au journal Le Monde, s’insurge :

À notre dernière AG, le même scrutin qui enrichissait le Comité d’un écrivain exquis et sans tache, y introduisait un autre confrère contre lequel je n’ai pas d’animosité personnelle, mais dont la présence parmi nous pose problème… Le problème, précisément, qui, dans notre corporation, obsède depuis des mois et oppose parfois entre elles les meilleures consciences : un homme de lettres qui, fréquemment, durant l’Occupation, collabora aux journaux allemands de Paris, peut-il, dès qu’une de nos commissions d’épuration humaine et débonnaire a bien voulu le tenir quitte de toute sanction, être élevé aux postes d’honneur et de direction ?

Mon intransigeance me dit : non. Je n’exige pas la pendaison des petits coupables. Je ne comprends pas leur promotion. Ni la corde, ni les galons.

Ils ont, ce me semble, manqué de lucidité, de fermeté ! Ils se sont automatiquement mis à l’abri de beaucoup de soucis et de périls qui font la fierté des autres.

Et devant les concessions qui se multiplient, les résistants finiront par se demander s’ils n’ont pas été des naïfs et des dupes. […]

  • 31 Lettre de Robert Kemp à Edmond Sée datée du 12 juin 1946.

Je vous adresse, mon cher Président – puisque l’épine est toujours là – ma démission de membre du Comité. RK31

22La démission de Robert Kemp, critique du jeune quotidien Le Monde et membre éminent du Syndicat, ne peut être acceptée par Edmond Sée qui fait pression sur Fréjaville pour que celui-ci s’efface discrètement. Fréjaville obtempère et écrit dès le lendemain :

Le 13 juin 1946

Mon cher Président,

Le résultat du scrutin de notre AG du 5 juin, me faisant retrouver ma place au Comité, m’a causé une vive satisfaction. J’apprends maintenant que cette élection parfaitement régulière, dont le bénéfice me semblait acquis, serait susceptible de créer au sein du Comité, du fait de l’opposition de l’un de nos collègues, des divergences de principe et peut-être des conflits de personnes qu’il vaut mieux éviter dans l’intérêt général de notre association. Je serais désolé d’être personnellement la cause d’un tel trouble et je vous demande, devant cette situation nouvelle, de bien vouloir accepter ma démission de membre du Comité pour 1946-1947. Je remercie tous les confrères qui ont bien voulu, en me donnant leurs voix le 5 juin, m’accorder un témoignage précieux de confiance et d’estime dont je demeure très fier et très touché…

23Cet échange entre critiques, et le débat qu’il suscite concernant la responsabilité du critique et son indépendance ou non vis-à-vis de l’organe de presse dans lequel il écrit, justifie à lui seul l’inscription de la critique dramatique dans l’histoire sociale et politique de la France. C’est à cette tâche que s’est attelé le groupe de recherche sur la critique théâtrale et musicale dans le cadre du CRHQ/CNRS, en partenariat avec l’IMEC : le dépouillement du fonds du Syndicat de la critique, ainsi que d’autres fonds encore peu exploités à la BnF et dans d’autres lieux de conservation, va permettre d’éclairer d’un jour nouveau le rôle majeur de la critique dramatique dans le débat intellectuel français durant près d’un siècle.

Notes

1 Anglade Sandrine, Les Journalistes, critiques de théâtre : émergence et construction d’une identité professionnelle, Lille, ANRT, 1998, p. 58.

2 L’IMEC est l’Institut mémoires de l’édition contemporaine, situé près de Caen, dans l’ancienne abbaye d’Ardenne.

3 Le Syndicat est aujourd’hui abrité à l’hôtel de Massa, à Paris.

4 Un groupe de recherche sur la critique dramatique et musicale a été constitué à partir de ce fonds dans le cadre du CRHQ/CNRS.

5 C’est à partir de ces archives que Sandrine Anglade a travaillé pour la thèse précédemment citée.

6 Le parrainage est aujourd’hui encore obligatoire pour entrer au Syndicat.

7 Édouard Sarradin (1867-1957), conservateur de musée et critique artistique au Journal des Débats.

8 Hommage rendu à Fréjaville par Raymond Marcenac à Cajarc, en 1964.

9 Jules Janin (1804-1874) fut critique pendant près de quarante ans au Journal des débats. Il fut surnommé « le Prince des critiques ».

10 Hommage rendu à Fréjaville par Raymond Marcenac, op. cit.

11 Coupure de presse se trouvant dans le fonds Fréjaville de la BnF.

12 Comœdia, 24 septembre 1922.

13 Coupures de presse, fonds Fréjaville, BnF.

14 Rip (1884-1941), pseudonyme de Georges-Gabriel Thenon, fut revuiste, chansonnier et auteur de comédies musicales.

15 Gustave Quinson (1863-1943), homme d’affaires qui a dominé le théâtre parisien jusqu’à la seconde guerre mondiale, et dirigé de multiples théâtres : théâtre du Palais-Royal, Vaudeville, Gymnase, Bouffes parisiens. Mais il sut aussi confier la direction artistique à de véritables hommes de théâtre comme Gémier qui, assisté de Dullin, sauva le théâtre des Champs-Élysées (rebaptisé provisoirement Comédie Montaigne). Malgré tout, Quinson est resté le symbole d’un homme d’affaires ayant transformé l’art théâtral en « usine » à succès.

16 Gustave Fréjaville, Comœdia, décembre 1922.

17 Gustave Fréjaville, Comœdia, 26 août 1923.

18 Date d’une manifestation antigouvernementale qui tourna à l’émeute place de la Concorde.

19 Le titre de la revue dans laquelle travaille Henri Lévy est curieusement le même que celui de la revue dans laquelle a commencé Gustave Fréjaville, mais seul ce titre les rapproche.

20 Ils l’étaient beaucoup moins que ceux de Fréjaville en 1912 lorsqu’il a demandé son admission.

21 Fonds du Syndicat de la critique à l’IMEC.

22 Plusieurs fois président du Conseil et ministre, le radical Édouard Herriot (1872-1957) a été maire de Lyon.

23 Henri Lévy est certainement de la famille du fondateur des cités-jardins en France : Georges Benoit-Lévy (1880-1970), juriste et journaliste de métier qui, à la suite d’un séjour en Angleterre à la demande du Musée social, publie son ouvrage fondateur La Cité-jardin, en 1904, préfacé par le théoricien du coopératisme Charles Gide. Il fonde la même année l’Association des cités-jardins.

24 Notons quand même que Fréjaville prendra en 1939 la défense de Lucien Sampaix dans Ce Soir. Aragon y publie sa lettre de soutien : « La brimade exercée à l’égard de Lucien Sampaix est plus sotte encore qu’odieuse. Nous voyons s’installer en France la politique du Père Ubu. […] La peur aveugle du communisme en est venue à ce point de faire perdre à nos maîtres le contrôle de leurs reflexes. »

25 Il faut bien signaler que, peut-être, le fait que Lévy soit juif n’est pas étranger au rejet de la candidature de ce critique. Je ne peux encore l’affirmer dans l’état actuel de mes recherches, même si quelques éléments peuvent le faire penser.

26 Dix ans après sa mort, une plaque commémorative a été posée sur sa maison de Cajarc : Georges Pompidou, lui aussi natif de Cajarc, s’était associé à cet hommage.

27 Émission de Radio-Paris diffusée le 24 novembre 1943, à 21 h.

28 Fonds Fréjaville, BnF.

29 Émission Bêtes de Paris, diffusée le 25 juillet 1944 à 15 h.

30 Lettre tapuscrite d’Émile Mas, vice-président de l’Association de la critique dramatique et musicale, datée du 7 septembre 1944, BnF.

31 Lettre de Robert Kemp à Edmond Sée datée du 12 juin 1946.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Lettre de Fréjaville apostillée par trois parrains, demande d’admission adressée au Président du Syndicat de la critique dramatique et musicale le 23 avril 1912 © IMEC.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 2. Dossier Fréjaville, fonds du Syndicat de la critique dramatique et musicale © IMEC.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 3 a. Article de Henry Lévy (pseudonyme, Lewis et Irène) dans Le Foyer (revue mensuelle des œuvres sociales des cités jardins), 1933 © IMEC.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 3 b. Article de Henry Lévy (pseudonyme, Lewis et Irène) dans Le Foyer (revue mensuelle des œuvres sociales des cités jardins), 1933 © IMEC.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

Auteur

Professeur en arts du spectacle à l’université de Caen-Basse Normandie, directrice du département théâtre et membre du CRHQ/CNRS. Elle dirige la collection « Le théâtre en question » aux Éditions Complexe, et s’intéresse à l’histoire culturelle du théâtre, en particulier à l’histoire de la critique dramatique (en partenariat avec l’IMEC) et aux représentations de l’Autre au théâtre et au cinéma (XIXe et première partie du XXe siècle). Ses derniers travaux parus sont Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Complexe, 2005 ; Théâtre populaire, enjeux politiques, de Jaurès à Malraux, sous la direction de Chantal Meyer-Plantureux, préface de Pascal Ory, Bruxelles, Complexe, 2006 ; Le Théâtre monte au front, ouvrage collectif sous la direction de Chantal Meyer-Plantureux, Paris, Complexe, 2008 ; Romain Rolland : théâtre et engagement, Caen, PUC, 2012.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search