Version classiqueVersion mobile

Le conte et l’image

 | 
François Fièvre

Deuxième partie. Féeries enfantines. L’édition Doyle 1846

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Richard Doyle et la genèse de The Fairy Ring

Richard Doyle et le nonsense mémoriel

De même que George Cruikshank, Richard Doyle est issu d’une famille d’artistes versés dans l’art de la caricature. Son père, John Doyle (1797-1868), est caricaturiste de profession. Originaire de Dublin, il est catholique et père de sept enfants, dont deux, Francis et Adelaide, meurent très jeunes. Les autres sont James William Edmund (1822-1892), Richard (alias Dicky ou Dick, 1824-1883), Henry Edward (1826-1892), Charles Altamont (1832-1893), et Annette, qui assistera son frère Richard à la fin de sa vie.

John Doyle, miniaturiste de formation, essaye d’abord de gagner sa vie en tant que peintre animalier et portraitiste avant de se tourner vers le métier de caricaturiste à partir de 1827, autrement plus lucratif. Sous le pseudonyme de H. B., ses satires ne manifestent pas le degré de virulence de celles de l’école de Gillray, Rowlan...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search