Version classiqueVersion mobile

Le conte et l’image

 | 
François Fièvre

Première partie. Folklore et caricature. L’édition Cruikshank 1823, 1826

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le genre du conte de fées est déjà connu en Angleterre au début du XIXe siècle, notamment grâce aux traductions des contes de Perrault (1729), de Mme d’Aulnoy (1699), de Mme Leprince de Beaumont (1761), et des Mille et Une Nuits dans la traduction Galland (dès 1705). Tous ces contes d’origine française, ou orientale par l’intermédiaire de la France, connaissent au long du XVIIIe siècle une diffusion importante, notamment par l’intermédiaire de la littérature de colportage (les chapbooks), les contes les plus appréciés (« Aladdin », « Sinbad », « Puss in Boots », « The Sleeping Beauty », etc.) prenant leur place dans le panier du colporteur aux côtés des contes et légendes traditionnels anglais (« Tom Thumb », « Jack and the Beanstalk », « Dick Whittington and his cat », « Tom Hickathrift », etc.1).

Mais le conte de fées n’est guère aimé dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, pour des raisons essentiellement idéologiques et religieuses2. Au tout début du XIXe siècle, le rejet du genre es...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search