Version classiqueVersion mobile

Les Petits Livres d’or

 | 
Cecile Boulaire

Georges Duplaix, un homme aux multiples facettes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’attaque soudaine et virulente menée conjointement par Pierre Gamarra et Renée Michel contre les « Petits Livres d’or » au printemps 1952 a de quoi intriguer. L’article de Renée Michel occupe 6 pages dans La Nouvelle Critique du mois de mars, celui de Pierre Gamarra dans le numéro de mai de L’École et a nation est plus court, mais la même rhétorique s’y déploie, avec le même vocabulaire, et les mêmes exemples : d’abord Tarzan, puis les « Petits Livres d’or » et leurs avatars (Gautier-Languereau, Hachette), enfin les collections « Heures joyeuses » chez Rageot, « Les Amis des jeunes » chez Arthaud, et Bourrelier. L’article de Gamarra est repris de celui de Renée Michel, auquel il renvoie explicitement comme à une « étude sur ce problème » — la rédaction de cette synthèse dut même être un peu précipitée, car Gamarra se fend en décembre 1952 d’un erratum dans lequel il présente ses excuses pour avoir écrit « Payot » au lieu de « Rageot »… et pour avoir un peu rapidement vilipendé une ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search