Version classiqueVersion mobile

Les Petits Livres d’or

 | 
Cecile Boulaire

Des albums américains pour les enfants du baby-boom

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il nous faut maintenant effectuer un saut dans le temps : nous venons de laisser Duplaix et Rojan en 1942, c’est-à-dire quelques mois après que l’artiste russe a débarqué à New York, et exactement au moment où sortent les premiers « Little Golden Books ». Ce n’est pas le lieu de s’étendre sur l’aventure américaine de cette collection, rapidement évoquée dans le chapitre 5, et très soigneusement exposée par Leonard Marcus dans son livre. Mon objet en effet est la collection française tirée des albums américains. Nous voilà donc en France en 1949. Comme je l’ai montré dans le chapitre 6, une société ad hoc est créée en septembre 1949, mais en réalité, Cocorico a fait imprimer les premiers « Petits Livres d’or » le mois précédent. La société a été baptisée du cri du coq gaulois ; les textes sont traduits et les images débarrassées des inscriptions américaines. Même les noms d’auteurs sont francisés, parfois jusqu’à l’absurde, quand Margaret Wise Brown devient « Marguerite Brun ». Pourt...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search