Version classiqueVersion mobile

Les Petits Livres d’or

 | 
Cecile Boulaire

Fabriquer des albums dans l’immédiat après-guerre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque Paul Faucher, créateur des « Albums du Père Castor » et éditeur chez Flammarion, découvrit l’existence des « Petits Livres d’or », il fut accablé. « Je suis ruiné », dit-il à ses enfants1 — il voyait mal comment ses albums, dont la dernière série parue avant guerre, les « Manuels du Père Castor » (1938), était imprimée en lithographie deux tons, allaient pouvoir rivaliser avec ces petits volumes éclatants tirés en offset quadrichromie et vendus si bon marché. Il était clair pour ce professionnel que la question technique est centrale dans toute entreprise d’édition, à plus forte raison quand elle s’adresse aux enfants et repose en grande partie sur la séduction de l’image. Comprendre l’incidence de l’apparition des « Petits Livres d’or » dans la France des années d’après-guerre, c’est aussi saisir la manière dont ces albums s’inscrivent dans une histoire des industries graphiques en plein renouvellement. Pour ce faire, rien de tel que de comparer les modes de production des ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search