Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Conclusion

Jean Kerhervé

Texto completo

1À l’origine de cet ouvrage, la volonté de questionner dans un colloque – autour du château de Suscinio restauré par le conseil général du Morbihan – les modes de vie et d’habiter à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes, à travers un ensemble de comparaisons dont les exemples privilégiés ont été pris dans la France du Nord, le Bassin parisien, la Bourgogne, les pays de l’Ouest du royaume (un Ouest qui ne s’avance guère au-delà de Vannes). La période XIIIe-XVe siècles, la mieux documentée a été privilégiée, mais en remontant jusqu’aux environs de l’an mil ou, thématique oblige, en suivant jusqu’au milieu du XVIe siècle l’évolution de l’espace castral.

2Outre les spécialistes des pavements médiévaux qui ont animé la table ronde de clôture, nous avons entendu dix-huit communicants : des historiens et des historiens de l’art et des archéologues, des conservateurs du patrimoine et des architectes des Monuments historiques, des physiciens et des archéomètres, un géologue. Nos collègues étrangers ont eu l’élégance de s’exprimer dans notre langue, qu’ils maîtrisent parfaitement. Il ne fallait pas moins que ce rassemblement de compétences et d’énergie pour parvenir à enrichir la réflexion sur un thème large qui a déjà donné lieu à de nombreux travaux mais que nous avons voulu à la fois restreindre et renouveler en liant le château et les modes de vie castraux, comme le rappelle Alain Salamagne dans son introduction. Les lignes qui suivent tentent de dégager les principaux enseignements de notre rencontre et de voir dans quelle mesure nous avons effectivement rempli notre contrat.

3Beaucoup d’auteurs ont abordé la question des sources. Un tel sujet se devait de privilégier l’archéologie, pour les périodes non documentées par l’écrit comme pour les autres. Mais, comme dans bien d’autres domaines, les documents financiers se sont également révélés fondamentaux, car les comptes sont encore la meilleure façon d’appréhender aussi bien les étapes de la construction des bâtiments, les matériaux, les commanditaires et les bâtisseurs, que l’aménagement de l’espace intérieur révélé par les fouilles. L’histoire des châteaux et des modes de vie castraux doit donc beaucoup à la plume des gens de finances, officiers spécialisés ou receveurs domaniaux qui gravitent dans l’ombre du château, dont le portrait collectif a été dressé à partir de l’exemple de la châtellenie de Rhuys. Mais ce type de documentation est plutôt rare ou lacunaire avant les XIVe et XVe siècles : la comptabilité des sires de Rieux, qui s’étale sur plusieurs décennies, n’est pas la norme dans les pays d’Ouest, différence fondamentale avec les Pays-Bas bourguignons, le Bourbonnais, la Savoie ou encore le Dauphiné ; nous touchons là à un monde que nous avons peu abordé, celui de l’Europe méridionale où les comptes ont souvent été bien conservés depuis le XIIIe siècle. Lorsqu’ils manquent, mais aussi parce qu’ils ne peuvent tout dire et ne suffisent pas toujours pour situer les choses dans l’espace, les approches et les méthodes d’analyse ont été diversifiées : les sources narratives, iconographiques, matérielles ont été mises en œuvre, tout comme des sources plus tardives – aveux seigneuriaux, documents ecclésiastiques, plans, cartes de la période moderne, ou encore cadastre napoléonien – qui apportent de précieuses informations quand elles sont mises en œuvre avec prudence, nuance et discernement. De fait, seuls le croisement des sources et l’approche complémentaire de spécialistes différents permettent d’appréhender une réalité vieille d’un demi-millénaire au moins. Trois domaines de recherche ont été particulièrement scrutés : l’édifice castral et son espace, le mode de vie seigneurial en rapport avec cet espace, l’image du château, marqueur culturel et reflet d’une société.

4Pour Marie Casset, les ducs de Bretagne, comme les rois de France dès le XIIIe siècle, ont souvent préféré le calme des résidences de campagne, édifiées en des lieux choisis pour la plaisance, aux demeures urbaines. Gwyn Meirion-Jones a scruté l’espace intérieur de ces manoirs ruraux – tour, salle, chambre – qui constituent le cadre de vie de l’écrasante majorité de l’aristocratie dans les pays d’Ouest et du Nord-Ouest, et suivi son évolution, mettant en évidence sa partition horizontale et verticale au fil du temps. Louis Chauris, à partir de l’étude des appareils du château de Suscinio, a montré à quel point l’étude des pierres peut enrichir l’histoire économique du chantier de construction. Les bases de la déontologie de l’architecte restaurateur, guidé par la charte de Venise, qui lui impose de respecter une triple obligation d’authenticité, de lisibilité et de réversibilité dans son œuvre de restauration ont été rappelées par Daniel Lefèvre ; le problème de la « liberté » du restaurateur peut conduire, dans le pire des cas, à un effet de surenchère, voire à des entorses à la déontologie, quand la restauration se prolonge sur plusieurs décennies sous la direction de plusieurs architectes. Pour Marie-Hélène Jouzeau, à propos du château des ducs à Nantes, l’attente du public doit se concilier avec le respect de la cohérence de l’héritage, la nécessité d’assurer la pérennité de l’édifice, l’ambition de donner un sens nouveau, une autre destination et un contenu culturel différent à ce qui était jadis une ancienne résidence princière.

5L’aménagement de l’espace castral ne se fait pas au détriment des fonctions de la forteresse : la sécurité qu’elle procure, celle de ses tours en particulier, lui permet d’abriter les archives, les réserves monétaires ou les objets précieux du prince, comme Yves Coativy l’a souligné à propos de Suscinio au temps des ducs de la maison de Dreux. La même fonction s’observe à Nantes, où le « trésor de l’Espargne » des Montforts a donné son nom à l’une des tours majeures du château, devenue ensuite, par un effet de déformation, la tour des Espagnols (de « l’Espagne »), détruite au début du XIXe siècle.

6Les fonctions résidentielles des châteaux et leurs relations avec les modes de vie ont fait l’objet des contributions d’Alain Salamagne, Lucie Gaugain, Solveig Bourocher, qui, tout en insistant, comme Christian de Mérindol, sur sa valeur symbolique, ont analysé le partage de l’espace dans les différents niveaux entre les nécessités défensives et celles de la vie quotidienne.

7Les transformations du château sont à mettre en rapport avec l’évolution du pouvoir seigneurial, princier ou royal, comme elles s’expliquent par le besoin croissant de confort et même de faste ou de luxe. L’existence d’une « suite résidentielle », dont la distribution se complexifie du XIIe au XIVe siècle, est attestée à Ardres : apparaissent à partir du XIIIe siècle la garde-robe, la « taillerie », la chambre de retrait. Ce partage de l’espace transparaît tout particulièrement à Largoët (Elven), où un étage de la tour est dévolu à l’épouse du seigneur, tout comme dans les aménagements du château de Chinon au XVe siècle, influencés par la distribution du Louvre de Charles V, mais dictés aussi par le souhait de la reine de disposer de ses propres appartements au niveau de ceux du roi. Ces problèmes touchant à la partition de l’espace ne vont pas sans soulever de nombreuses questions et interrogations en raison de la difficulté à mettre en évidence, à comprendre et à interpréter des choix architecturaux et des aménagements que laissent parfois seulement entrevoir des édifices ruinés ou profondément transformés. Mais des pistes de recherche prometteuses ont été ouvertes qui touchent d’une part à la liaison entre l’organisation de l’espace et l’accès au prince, c’est-à-dire à la conception même du pouvoir, d’autre part à l’importance du couple et à la place croissante de la femme dans la société politique.

8L’étude des modes de vie liés au château conduit à privilégier la fonction résidentielle par rapport à la fonction militaire. Le terme de « plaisance » (le mot se retrouve dans la toponymie castrale ou manoriale, aussi bien dans le royaume que dans le duché) est lié à celui de « deduit de chasse », à la fois distraction, source de ravitaillement, défoulement physique, exercice d’entraînement à la guerre ou du moins apprentissage de l’affrontement avec la nature hostile. La plupart des propriétaires de châteaux, du seigneur local au prince, s’y sont adonnés quels qu’en soient les dangers, et l’on garde en mémoire les épisodes des accidents de chasse de Philippe Auguste ou de Philippe IV. Les réserves giboyeuses de la presqu’île de Rhuys comptent parmi les raisons qui ont incité le duc de Bretagne à s’implanter à Suscinio. En plaçant sous l’angle juridique les liens entre chasse et pouvoir, Jean-Christophe Cassard a rappelé que, lorsqu’apparaît un « droit de la chasse », c’est le prince qui se pose sinon en grand organisateur des chasses dans son État, du moins en régulateur de cette activité.

9François Duceppe-Lamarre, s’avançant avec prudence dans un domaine encore peu exploré par la recherche, s’est attaché à l’analyse de la terminologie et de l’espace des parcs, dont les plus grands, en Bretagne par exemple, peuvent atteindre plusieurs milliers d’hectares. Leur fonction reste l’objet de discussion : réserves de chasse, zones de confinement d’animaux domestiques (haras), mais aussi réserves, au sens seigneurial du terme, de terres labourables. Des parcs peuvent être quasi vides d’hommes (en Normandie), d’autres au contraire être occupés et même progressivement lotis au XVe siècle par les officiers du prince ou des particuliers, même lorsque, comme à Suscinio ou à Châteaulin, ils sont circonscrits par des murs.

10Le château constitue aussi un marqueur culturel : le statut seigneurial découle des modes de vie liés à la demeure, à l’activité cynégétique (chasse au vol ou à courre), au cérémonial des réceptions. L’image de la forteresse est le reflet de la puissance seigneuriale : la tour, symbole aristocratique de pouvoir et de réussite sociale, exprime la volonté de paraître qui se révèle également dans les matériaux et leur mise en œuvre, aussi bien que dans l’aménagement des volumes construits. L’escalier extérieur ou intérieur, la distribution des pièces, les galeries, la salle, la cheminée monumentale prolongée au-dessus des toits par des souches imposantes ou même ornées, voire le percement d’archères plus ou moins symboliques participent d’une démonstration sociale ou politique, qui contribue à particulariser le mode de vie aristocratique. Le décor et son emblématique attestent la richesse et le statut du commanditaire : blasons et devises ornent les murs, les cheminées, les pavements décoratifs.

11Les contributions de Jean Rosen, Christopher Norton et Patrick André, s’inscrivent parfaitement dans cette thématique en abordant le problème des commanditaires (seigneurs ou prélats du Vannetais ou du Bordelais), des productions et techniques de fabrication, de la commercialisation et de la circulation des modèles, de l’iconographie, du rôle du pavement dans le contexte monumental…, réflexions relayées par Françoise Bechtel, Ayed Ben Amara, Béatrice Cicuttini, Nicola Coulthard, Thierry Crépin-Leblond, Nathalie Huet, Jean-Paul Lecompte, Yoanna Léon, Laetitia Métreau, Magali Orgeur, Matthieu Pinette, Alain Tridant.

12Oserai-je dire pour terminer que nous sommes restés très sérieux ? Nous n’avons pas voulu verser dans la fantaisie, encore moins dans le fantasme ou le fantastique, de peur de nous aventurer dans un domaine que d’aucuns pourraient qualifier de parascientifique. Nous aurions pourtant pu rappeler également qu’à l’image du château s’ajoute un fort contenu émotionnel qui conduit souvent à lui donner une histoire légendaire. Peut-être aurait-il fallu compléter notre panel de spécialistes en y ajoutant un ethnologue, un mythologue ou un hagiographe puisque l’histoire sacrée s’alimente souvent de mythes et de légendes aux siècles obscurs du Moyen Âge ? Je ne fais pas ici l’apologie d’une approche romantique du château, que les organisateurs ont décidé d’emblée d’écarter ou de dépasser : les fées, les spectres, les oubliettes et autres souterrains sans fin, l’onomastique fantaisiste qui lie le « guilledou » au château du Guildo (Créhen, Côtes-d’Armor) ou prétend qu’à Suscinio aucun « souci n’y ot » n’avaient pas leur place ou ne pouvaient être évoqués qu’en souriant.

  • 1 La liste des rois mythiques des Bretons armoricains se trouve dans Le Duc Gwenael, Sterckx Claude, (...)
  • 2 AD Morbihan, 4 H 4. D’autres lettres du même acabit figurent dans les liasses 3 et 4 de ce fonds, à (...)

13Parfois pourtant la légende rejoint l’histoire comme pour les origines mythiques de Suscinio et du domaine ducal de Rhuys. Dans un texte trop peu connu, dont la transcription intégrale figure en annexe, Salomon « tiers roy de l’Armorique Bretaigne » confirme la fondation faite par Gradlon, « roy segond » de cette même Armorique, en faveur de l’abbaye Saint-Gildas et de son « veil chasteau », notamment le don de vastes terres agricoles et d’une partie de la forêt de Rhuys plantée par Conan Mériadec, leur prédécesseur, premier roi armoricain, fondation approuvée en outre par les enfants du monarque, Audren et Constantin, futurs rois de Bretagne1. Cela figure dans un acte daté de « mars 407 », acte faux bien sûr puisque l’abbaye de Saint-Gildas-de-Rhuys, dans les archives de laquelle il est conservé, ne remonte pas au-delà de la première moitié du VIe siècle : il prend la forme d’une copie collationnée à l’original, scellée sur simple queue bretonne, validée par le conseil du roi Charles VIII en Bretagne, le 12 novembre 1497 ; autant dire que le copiste atteste avoir réellement vu l’original, ce que confirme le notaire royal Minec en contresignant le document2.

14La supercherie se repère pourtant facilement. La langue – le français, non exempt de coquilles, là où l’on attendrait le latin, voire le breton –, la datation par l’an de l’Incarnation au Ve siècle, soit plus d’un siècle avant les supputations de Denys le Petit et plus d’un demi-millénaire avant la généralisation de cette forme de datation en Occident, les modes de validation, – sceau sur lacs de soie et cire verte, caractéristiques de l’acte perpétuel, contreseing du clerc –, le formulaire qui fait se succéder dans un ordre quasi parfait le protocole initial, incluant une titulature royale classique, l’exposé, la notification, le dispositif, les clauses finales et l’eschatocole, suivi par les mentions hors teneur, tout cela réuni ne peut guère se concevoir avant le XIVe siècle. On soulignera encore la fantaisie des titulatures (celle du roi ou du « legat es parties de Bretaigne pour le pape »), et même le caractère parfaitement anachronique de la toponymie, à commencer par l’appellation de l’Armorique, qui ne porte pas le nom de Bretagne avant le VIe siècle, celle des îles (des Glénan à Houat) ou des villes (de Guérande à Ploërmel en passant par Sarzeau), dont les noms celtiques sont au mieux contemporains d’une migration bretonne qui se déploie à peine au début du Ve siècle.

15L’important est ailleurs. Outre le fait que la pseudo-lettre de Salomon évoque les origines royales de la forêt de Rhuys, au cœur de laquelle devait s’implanter le château des ducs, elle lie aussi l’abbaye du saint primitif, première occupante du terrain, à un « veil chasteau », siège d’un hypothétique « comté », que l’arrivée du nouveau prince breton dans la presqu’île aurait éclipsé. Surtout, elle apporte de l’eau au moulin du mythe des origines royales de la Bretagne en reprenant la liste des rois légendaires – Conan, Gradlon, Salomon, Audren, Constantin –, dont les noms aux consonances celtique, biblique ou romaine sont connus de tous, dans les milieux intellectuels et même au-delà. Ces origines fabuleuses, le roi Charles VIII peut désormais les assumer sans état d’âme, maintenant qu’il s’est rendu maître du duché, lui qui, comme ses prédécesseurs rois de France, a toujours refusé de reconnaître les « droits royaux et ducaux » des princes de Bretagne. Il fallait bien un château comme celui de Suscinio, « avironné » de parcs et de forêts, si splendides qu’ils ne peuvent être que d’origine royale, pour rendre crédibles de telles affabulations.

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Mars 407

16Pseudo-confirmation par le roi Salomon de Bretagne de la fondation du monastère de Saint-Gildas-de-Rhuys par le roi Gradlon, son prédécesseur
AD Morbihan, 4 H 4. Original, parchemin, scellé sur simple queue bretonne

17Salomon, par la grace de Dieu tiers roy de l’Armorique Bretaigne, savoir faisons a touz que, comme noz amez et bons orateurs l’abbé et le couvent du veil chasteau et comté Sainct Guedas en Reuys ont esté devers nous et devers noz enffans nous signifier et monstrer la fondacion que nostre predicesseur Grallon, roy segond de l’Armorique Bretaigne, leur avoyt faite, et que nous eust pleü icelle fondacion aprouver et confermer. Par laquelle fondacion leur fust par nostredit predicesseur concedee, donnee, octroyee, dediee et fondee de saixante mille pas de terre froste et labouree et a labourer, tirant de long depuis leur veill chasteau et abboye a la grant terre et de toulx coustez jusques a la mer ou l’en voyt les illez et le rivage ou l’en voit Vennez ; et leur fust donné et concedé lez terrez et beaux boays et forest ou Conan, nostre predicesseur, planta et sema pour forest, dempuys Sarzau, le chemin qui maine a Anbon et Musuillac, et de l’autre costé vers la mer que l’on voit Guerande et la ou sainct Guedas tua les serpans en fondacion, avecquez lez illez de Houat, Heidic et illez de Glenan et aultres rentes en nostre ville de Vennez, d’Aulray, de Reuys et de Plermel et alleurs. Laquelle fondacion a esté faicte et consentie par l’evesque de Vennez comme legat es parties de Bretaigne pour le pape, o prohibicion, sur poine d’excommunie et toutes sensurez d’Iglise, a toux ceulx qui yront au contrayre et qui leur donneront moleste sur leur fondacion.

18Pour quoy nous, considerant lesdites chouses et les sensurez desurditez et voullans participer ez prieres, devocions et oraysons de nozditz religieulx et n’estre pouynt esdictez censurez de l’Iglise, mez plustost voulons donner et fonder a nozditz religieulx en plus large et aumenter que ladicte fondacion premierement faicte, avons maintenant et des a present confermee et approuvee la fondacion par nostre predicesseur Grallon faicte, et en tant que mestier est, de nostre grace et o le consentement de nozditz enffans Audraon et Constantin, donnons et fondons toutez les chouses desus nommees et escriptez a nostre abboye et a ses religieulx qui prient pour alongement de vie et prosperité a nostre lignee, en voulant et voullons qu’ilz jouyssent entierement de leur fondacion faicte par nostre predicesseur Grallon, roy segond, afin que nous ne cheons en leurs sentencez et mauvaises prieres. Et deffendons a touz noz clers et serviteurs d’aller au contrayre et garder leur conscience. Et pour aprobacion de ce avons fait sceller cestes lettrez de nostre seel en lacz de saye et cyre vert, avecquez le seel et signe de nostre clerc. Donné en nostre ville de Vennez en mars l’an de l’Incarnacion quatre cens sept. Ainsi signé Sallomon, par le roy de son commandement, J. Gaultereau. Scellé en cire vert. Donné et fait par coppie, collacion faicte a l’original en l’audictoire du conseil du roy, nostre sire, en Bretaigne et soubz le seel des actes d’icelluy, le XIIe jour de novembre l’an mil IIIIC IIIIXX dix sept. Par coppie et vidimus. Collacion est faicte o l’original. J. Minec.

Notas

1 La liste des rois mythiques des Bretons armoricains se trouve dans Le Duc Gwenael, Sterckx Claude, Chronicon Briocense. Chronique de Saint-Brieuc, Paris, Klincksieck, 1972, p. 126-145.

2 AD Morbihan, 4 H 4. D’autres lettres du même acabit figurent dans les liasses 3 et 4 de ce fonds, à commencer par celle de Gradlon, réputé fondateur primitif de l’abbaye érigée par Gildas. Datée du « 3 mai 399 », elle est « conservée » dans une lettre de la reine Anne, copie collationnée de janvier 1503. Ses termes sont en partie repris dans l’acte de 407.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site