Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie IV – Les espaces et leur décor

La faïence dans le pavement médiéval de Suscinio : une technique venue d’ailleurs ?1

Laetitia Métreau

Texte intégral

LES PAVEMENTS COMME SOURCES D’INFORMATIONS HISTORIQUES ET TECHNIQUES

Comment la faïence s’est-elle invitée chez les tuiliers ?

  • 1 Avertissement : nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que cet article rend compte de l (...)
  • 2 « On entend par céramique tout objet argileux modelé à froid et cuit à des températures entre appro (...)
  • 3 Mason Robert, Tite Michael, « The beginnings of tin-opacification of pottery glazes », Archaeometry (...)

1La faïence est une technique céramique qui se caractérise par un traitement de surface particulier, une glaçure opaque, blanche ou colorée, opacifiée par adjonction d’oxyde d’étain2. Cette transposition technique, comme en témoignent quelques verres opaques antiques, naît dans les environs de Bagdad (Irak) aux alentours du VIIIe siècle, de même que la céramique à décor de lustre métallique3. La bonne conjoncture socio-économique liée à l’arrêt de la conquête arabe, la position stratégique et l’attractivité de Bagdad favorisent l’émergence de nouvelles formules décoratives. La technique se propage d’abord dans les territoires islamisés du pourtour méditerranéen.

  • 4 Morel-Deledalle Myriame (dir.), Le vert et le brun. De Kairouan à Avignon, céramiques du Xe au XVe (...)
  • 5 Marchesi Henri, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy, « Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe siècl (...)

2Elle est ensuite importée en Espagne et en Italie puis en France4, où elle apparaîtrait précocement à Marseille, au début du XIIIe siècle5. Jusqu’au XIVe siècle elle est ponctuellement présente, essentiellement sous la forme de carreaux de pavement.

  • 6 Norton Christopher, « Les carreaux de pavage en France au Moyen Âge », Revue de l’Art, 63, 1984, p. (...)

3L’emploi des pavements composés de carreaux de terre cuite décorée se développe en France et en Angleterre à partir du XIIe siècle. Ces revêtements de sol à caractère ostentatoire ornent par la suite les constructions ecclésiastiques et princières de l’époque gothique, où ils participent à mettre en scène le pouvoir de leur commanditaire. Monochromes ou bicolores, les carreaux traditionnellement produits étaient fabriqués par milliers, selon des procédés techniques plus ou moins élaborés6. Ils étaient usuellement recouverts d’une glaçure transparente à base de plomb, incolore ou colorée au moyen d’oxydes métalliques (oxydes de cuivre et de fer) et exploitaient les possibilités techniques et esthétiques des argiles. Les carreaux de faïence, qui s’en distinguaient par leur glaçure opaque blanche, valorisaient quant à eux la polychromie sur une même surface par la peinture de décor. Ils étaient l’objet d’une production limitée, oeuvre de quelques ouvriers spécialisés.

  • 7 Rosen Jean, Crépin-Leblond Thierry, Images du pouvoir. Pavements de faïence en France du XIIIe au X (...)
  • 8 Amouric Henri, Démians d’Archimbaud Gabrielle, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy, Vingtain Dominique, (...)
  • 9 Norton C., « Medieval tin-glazed painted tiles in North-West Europe », Medieval Archaeology, XXVIII (...)

4Dans les pavements médiévaux français, la faïence apparaît de manière simultanée, dans des zones géographiques particulières, selon des conceptions techniques et esthétiques variées. La lente diffusion et la pérennisation des carreaux de faïence au décor peint en vert et brun précèdent l’utilisation du bleu, liée à la venue d’artisans espagnols et restreinte chez les Valois7. Dans le midi méditerranéen, les carreaux de faïence à décor vert et brun (avec ça et là quelques touches de jaune) étaient minoritairement fabriqués chez des potiers polyvalents, parmi de la céramique commune et de la vaisselle de table8. Les pavements polychromes dans lesquels ils étaient employés différaient, tant par leur conception que par leur production, des pavements disséminés de l’Aquitaine à l’Allemagne, où des carreaux de faïence à décor vert et brun côtoyaient des carreaux monochromes et bicolores à glaçure transparente, œuvre de tuiliers9.

5Les pavements médiévaux français dans lesquels la faïence apparaît demeurent des témoins privilégiés d’une rencontre entre deux traditions techniques (exogène/indigène) et culturelles (Orient/Occident). Leurs carreaux sont le produit d’un acte technique, défini par des contraintes matérielles et des choix culturels et esthétiques, et leur catalogue de motifs, reflète la mode, les goûts et les codes d’une époque et d’une classe sociale. Ni cette utilisation ni le répertoire iconographique de la faïence ne relèvent de la tradition islamique. À la différence des carrelages de la Renaissance, la technique n’est ni définie ni implantée ni nommée : elle reste limitée à quelques ouvriers spécialisés. Importation de produits finis ou de savoirs techniques, ou bien expérimentation locale : comment la faïence s’est-elle invitée chez les tuiliers ?

Le pavement de Suscinio, une opportunité méthodologique

6Le château de Suscinio, situé à une vingtaine de kilomètres de Vannes, dans le Morbihan, est implanté en Sarzeau, au sud de la presqu’île de Rhuys, face à l’océan, entre une forêt aujourd’hui disparue et des marais. Dès 1840 il est inscrit sur la première liste nationale des Monuments historiques par Prosper Mérimée. Le département l’acquiert en 1965 et entreprend une vaste campagne de restauration.

  • 10 André Patrick, Les Pavements médiévaux du château de Suscinio, Conseil général du Morbihan, 2001, p (...)

7Différentes fouilles ont révélé que deux pavements s’étaient succédé dans la chapelle extra muros située au-delà de la douve : le premier, dit Suscinio I, daté du XIIIe siècle ; le second, dit Suscinio II, daté du XIVe siècle. Suscinio I fut retrouvé en 1963 sous la forme de carreaux isolés (monochromes et bicolores glaçurés), en contrebas de la douve. Vraisemblablement jeté au rebut vers 1300, il fut remplacé par Suscinio II, pavement de techniques mixtes, incluant la faïence, mis au jour en 1975 par Patrick André à son emplacement initial10.

  • 11 Copy Jean-Yves, Arts, société et politique au temps des ducs de Bretagne. Les gisants haut-bretons,(...)
  • 12 Pour davantage de précisions sur les techniques de décoration des carreaux de pavement : Norton C.,(...)
  • 13 André P., Les Pavements médiévaux…, op. cit., p. 22-51.

8Suscinio II appartenait au château primitif, résidence d’agrément des princes de Dreux, ducs de Bretagne aux origines capétiennes, donc ouverts à la culture de la France royale11. Seul exemple de pavement qui compose avec de la faïence connu à ce jour en Bretagne, il offre la triple particularité d’avoir été découvert en place, de présenter des techniques empruntées à des périodes différentes (carreaux bicolores à glaçure transparente, carreaux de mosaïques rectilignes, carreaux de faïence)12, et d’être, au moins pour les parties qui comprennent de la faïence (chœur et avant-chœur), daté avec précision des années 1330-135013.

  • 14 Norton C., Images du pouvoir…, op. cit., p. 44-45. André P., Les Pavements médiévaux…, op. cit., p. (...)

9Si les études techniques et stylistiques relèvent des parentés avec l’enluminure, la sculpture et les carreaux de tradition locale, elles notent aussi l’absence de programme iconographique global, chaque panneau décoratif semblant indépendant14. Christopher Norton suggère la production d’un atelier angevin en activité dans la première moitié du XIVe siècle mais ne précise pas si les carreaux auraient été importés ou bien fabriqués à proximité du château. Patrick André privilégie un produit importé issu d’un même atelier, dont l’origine reste à préciser. Il a récemment démontré que le pavement, tel qu’il nous était parvenu, portait des traces irréfutables de reprises et de réparations, antérieures à son abandon vers 1350, qui expliquent certaines anomalies constatées dans la composition de quelques décors. De nombreuses interrogations concernent encore ce témoignage de l’art de cour ducal, parmi lesquelles la fabrication des carreaux qui le composent : d’où proviennent-ils ? Quels en sont les auteurs ? S’agit-il de la production d’une même unité de fabrication ?

À LA RECHERCHE DE MARQUEURS TECHNOLOGIQUES

  • 15 Chapelot Jean, Chapelot Odette, Rieth Bénédicte, « Étudier la terre cuite architecturale médiévale (...)
  • 16 Chapelot O., Rieth B., « Les ateliers et les conditions de production d’après les sources écrites e (...)

10Qu’elle soit technique ou stylistique, l’étude de la faïence dans les pavements est intimement liée à celle des autres techniques céramiques avec lesquelles elle coexiste. Les sources écrites ne fournissent généralement pas de données sur l’origine et la préparation des argiles ou des autres matériaux, ni sur les techniques de fabrication mises en œuvre15. Les fouilles d’ateliers renseignent sur l’organisation de la production et permettent la restitution de certains processus de fabrication, mais elles restent limitées16. Alors comment déterminer si les différents carreaux décorés associés dans un pavement furent produits dans une même unité et si les processus de fabrication, des matières premières aux produits finis, étaient identiques ?

Étude de la texture

  • 17 Thierrin-Michael Gisela, « Classification des amphores vinaires italiques par l’examen macroscopiqu (...)

11L’observation macroscopique de la texture des fragments autorise les premières interprétations technologiques. Certaines traces figées par la matière évoquent le souvenir du contexte de production (fabrication et enfournement), de pose et d’utilisation (usure, remploi). L’examen des terres cuites sur des sections prélevées perpendiculairement à la face décorée, selon des critères facilement appréciables, autorise une première classification17.

  • 18 Une lame épaisse est une section prélevée perpendiculairement à la face décorée d’un échantillon, e (...)
  • 19 Une lame mince est une section prélevée perpendiculairement à la face décorée d’un échantillon qui, (...)
  • 20 Pour davantage de précisions : Molera Judit, Pradell Trinitat, Salvadó Nati, Vendrell-Saz Marius, « (...)

12L’étude de la texture de l’ensemble décor(s) / glaçure(s) / terre(s) cuite(s) sollicite des techniques d’imagerie complémentaires. Elle débute par l’observation microscopique de lames épaisses18, en lumière blanche, à la loupe binoculaire, pour comparer les textures respectives des différents constituants et leur cohésion, évaluer l’épaisseur des glaçures, le mode d’apposition des décors peints (sur terre cuite ou sur glaçure), la présence d’éventuels engobes, défauts ou anomalies. En complément, l’examen pétrographique des terres cuites (sous la forme de lames minces19) au microscope optique de polarisation renseigne sur les matières premières argileuses utilisées, leur provenance, les modes éventuels de préparation (épuration ou ajout de dégraissant par exemple) et les processus de fabrication. Pour accéder au nombre de cuissons pratiquées et envisager comment le mélange glaçurant fut préparé, les images précédemment acquises en lumière blanche (x 25) sont détaillées au microscope électronique à balayage, à des grandissements plus importants, adaptés à la nature de l’information recherchée (x 50, x 130, x 1 000). En l’absence de fouilles d’ateliers, et en dépit des nombreux paramètres à considérer (nature des terres cuites, nature du mélange glaçurant, protocole thermique), l’observation de la zone située à l’interface de la glaçure et de la terre cuite constitue l’unique alternative pour déterminer si le mélange glaçurant fut appliqué sur un carreau de terre cuite ou bien séchée20.

Détermination des compositions élémentaires

13Le recours à la spectrométrie de rayons X en dispersion d’énergie (EDS), couplée au microscope électronique à balayage (MEB), permet de procéder à des analyses élémentaires qualitatives et quantitatives des différents composants : après bombardement par un faisceau d’électrons, la matière émet notamment des rayons X dont les spectres sont caractéristiques des éléments chimiques constitutifs des matériaux. Les données sont calculées à partir de standards constitués de métaux, de composés de synthèse et de minéraux naturels. Les résultats sont exprimés en pourcentage d’oxydes pondéraux, normalisés à 100 %. Le système d’analyse mis en œuvre dans le cadre de cette étude ne permet que l’analyse des éléments majeurs et mineurs.

  • 21 Qu’elle soit élémentaire ou cristallographique, l’analyse des terres cuites sur poudre constitue le (...)

14Les compositions élémentaires globales des terres cuites (sous la forme de poudre21) correspondent à la moyenne de cinq zones d’analyse d’une superficie d’un millimètre carré. Pour les glaçures (en section), elles résultent de la moyenne de huit à dix zones d’analyse d’une superficie moyenne comprise entre 90x70 µm et 100x140 µm. Quand des inclusions de quartz non fondues sont présentes de manière ponctuelle dans les glaçures, elles ne sont pas intégrées dans les zones d’analyses.

MATÉRIAUX ET TECHNIQUES DE FABRICATION : APPORTS DES DONNÉES ANALYTIQUES

Échantillonnage

15Vingt-huit fragments de carreaux trouvés en bordure de la douve, avant ou après la découverte du pavement (1975), composent l’échantillonnage (fig. 1 et 2) : treize carreaux de faïence, dont neuf au décor peint en vert et brun (BDX12398 à 12401, 12403 à 12405, 12407 et 12409), un au décor brun (BDX12406) et trois monochromes (BDX12402, 12408 et 12410) ; neuf bicolores à glaçure transparente (BDX12411 à 12419) ; six monochromes à glaçure transparente (BDX12420 à 12425). Leur désolidarisation résulte de l’élargissement de la douve au XVIe siècle et autorise à les attribuer à la décoration du chœur. L’ensemble du matériel, confié par le Conseil général du Morbihan, est conservé au dépôt de fouilles du Morbihan avec les décors non présentés au public au château de Suscinio.

Étude de la texture

Examen macroscopique des fragments

  • 22 Kent Oliver, Dawson David, « The packing of medieval floor-tile kilns », Medieval Archaeology, XLII (...)

16Différents défauts présents sur les carreaux de faïence reflètent une technicité mal assurée : aspect mat, texture rugueuse, tressaillures et picots pour les glaçures ; coulures, empâtements, aspect» peau d’orange » pour les décors (fig. 3). Pour autant la finesse de certains dessins, plus particulièrement les visages d’hommes au cerne brun, ne laisse pas de doute sur l’habileté des peintres. L’orientation des coulures, la localisation et le faciès des traces d’arrachements, attribuées aux points de contactde carreaux superposés puis désolidarisés après cuisson, évoquent un mode d’empilement vertical des carreaux dans le four, sur une tranche, en quinconce22, plutôt caractéristique de tuiliers.

  • 23 Carette Martine, Deroeux Didier, « Carreaux de pavement médiévaux de Flandre et d’Artois (XIIIe-XIV(...)
  • 24 Dewilde Marc, Ervynck Anton, « Bijbelfiguren en monsters in tinglazuur. De tegelvloer uit de prelat (...)

17À l’exception des décors géométriques ouverts, les figures peintes à la surface d’un carreau s’inscrivent dans un cadre blanc laissé en réserve par deux traits bruns, dont les variations d’épaisseur dépendent autant de la grosseur du pinceau employé que de la pression exercée par le peintre. L’espace moyen entre les deux traits est de 1,2 cm. Sa régularité suggère le recours à des gabarits ou des patrons qui auraient aussi facilité le centrage du motif. Les décors figurés des carreaux et des panneaux se distinguent de la plupart des productions contemporaines du même type. Le brun dessine bien les contours des formes mais le vert ne les remplit pas : il est apposé sur les parties habituellement laissées en réserve, d’ordinaire blanches. Ce procédé se retrouve aussi à l’abbaye Saint-Bertin à Saint-Omer (Nord)23 et à l’abbaye des Dunes à Coxyde (Belgique)24.

18Les glaçures transparentes des carreaux bicolores et monochromes se caractérisent par de nombreux picots. Celles des carreaux bicolores, de couleur miel, ne masquent pas les inclusions présentes dans la terre cuite rouge du carreau, dont la granulométrie peut atteindre jusqu’à cinq millimètres. La terre cuite blanche du décor des carreaux bicolores glaçurés s’est parfois détachée. Elle révèle que l’empreinte laissée par l’estampe, remplie par la suite d’argile blanche, est de l’ordre de deux millimètres. Comme les carreaux de faïence peints, les carreaux monochromes et bicolores à glaçure transparente présentent des tranches biseautées ; la localisation et le faciès des traces d’arrachement suggèrent de même un empilement traditionnel vertical dans le four, en quinconce.

Fig. 1 > Fragments de carreaux décorés prélevés pour étude (face décorée et envers) : carreaux de faïence monochromes (BDX12402, BDX12408, BDX12410) ; carreaux de faïence polychromes à décor peint (BDX12398 à BDX12401, BDX12403 à BDX12407, BDX12409). [©IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

Fig. 2 > Fragments de carreaux décorés prélevés pour étude (face décorée) : carreaux bicolores à glaçure transparente (BDX12411 à BDX12419) ; carreaux monochromes à glaçure transparente (BDX12420 à BDX12425). [©IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

Fig. 3 > Défauts techniques des décors peints du corpus de carreaux de faïence polychromes examiné. Abréviations : E-empâtements, O-aspect» peau d’orange ». La flèche verte montre les décors bruns qui virent au vert, la flèche rouge, ceux qui virent sur le jaune. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

Examen macroscopique des terres cuites en section et étude pétrographique

  • 25 Querré Guirec, Pioline N., Le Roux Charles-Tanguy, « La géologie du socle et ses implications », da (...)

19Malgré quelques différences de texture au sein de chaque technique décorative, les terres cuites constituent un ensemble relativement homogène (fig. 4). Ce sont des matériaux hétérogènes caractérisés par un fort pourcentage d’inclusions non plastiques (environ 40 %) et une faible quantité d’argile (fig. 5). Ces terres cuites se composent d’une matrice argileuse non calcaire très riche en minéraux phylliteux et d’une forte composante non plastique. La minéralogie des inclusions concorde avec le substrat géologique régional, y compris dans l’environnement proche de Suscinio avec, notamment, la présence d’affleurements de micaschistes25 (fig. 6).

Fig. 4 > Classification des terres cuites supports du corpus suite à l’examen macroscopique d’une section brute prélevée perpendiculairement à la face décorée des carreaux. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

Fig. 5 > Observation des terres cuites supports en lumière polarisée non analysée (a) puis analysée (b). Les groupes précédemment définis lors de l’examen macroscopique n’apparaissent pas en pétrographie. Les doubles flèches rouges matérialisent la glaçure. Échelle : 1,0 millimètre. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

Fig. 6 > Carte géologique simplifiée du golfe du Morbihan : 1-orthogneiss ; 2-5-gneiss et migmatites ; 3-granite de Carnac ; 4-6-leucogranites ; 7-micaschiste. [© L. Métreau d’après Querré et al., 2007, p. 26 adaptée d’après Audren, 1987]

  • 26 Aux époques moderne et contemporaine, les traités sur la faïence attestent un mélange d’argiles, do (...)
  • 27 Picon M., Thiriot J., Vallauri L., « Techniques, évolutions… », op. cit., p. 41-50.

20Si l’utilisation d’une argile non calcique peut surprendre pour la production de faïence, elle n’indique pas nécessairement une méconnaissance de la technique26, à l’exemple des productions de faïence sur terre cuite non calcique en Uzège (Gard)27. La rareté des sédiments argileux calciques dans le Massif armoricain pourrait l’expliquer. L’importation de ce type de matières premières augmenterait inutilement le coût de la production car il est toujours possible d’adapter la nature de la glaçure au substrat céramique, et inversement.

  • 28 Giot P., Morzadec H., « Caractérisation pétrographique… », op. cit., p. 141-155 ; André Patrick, Co (...)

21Les matières premières, bien que de provenance locale et similaires pour chaque technique décorative, ne renseignent pas sur l’origine des ouvriers. Leur préparation sommaire voire inexistante, avec une importante fraction non plastique, évoque les céramiques médiévales bretonnes28.

  • 29 Giot Pierre-Roland, Fichet de Clairfontaine François, « Quelques aspects de la production céramique (...)
  • 30 Giot P.-R., Fichet de Clairfontaine F., « Quelques aspects… », op. cit., p. 55-62.

22Si Suscinio II est un cas rare au sein du royaume, c’est aussi le seul exemple de pavement qui compose avec de la faïence identifié à ce jour en Bretagne, raisons pour lesquelles il n’est pas possible, pour le moment, de le rattacher à l’une des deux zones de production de céramique médiévale bretonnes29. Ces deux zones se répartissent globalement de part et d’autre de l’axe Redon-Lamballe (fig. 7) : la première, à l’ouest, où se situe Suscinio, se caractérise par des céramiques à usage culinaire et de simple facture ; la seconde, à l’est, en contactavec la Basse-Normandie, le bas Maine et la basse Loire, s’insère dans le contexte céramique de l’Europe du Nord-Ouest dont les carreaux de pavement sont une spécificité culturelle. Les caractéristiques pétrographiques des carreaux de Suscinio se distinguent des productions céramiques bretonnes contemporaines du pavement30. Il serait toutefois intéressant de les comparer avec les produits de l’atelier de potiers romains découvert à Surzur (Morbihan), situé à douze kilomètres au nord-est du site, car un même gisement d’argile aurait pu être exploité pendant des siècles.

Examen microscopique en lumière blanche et en cathodoluminescence

23En lumière blanche, les terres cuites oscillent entre le beige rosé et le marron, avec parfois quelques zones grises (fig. 8). Si les oxydes de fer, suite à une cuisson en atmosphère oxydante, sont responsables de ces colorations, les nuances résultent autant des variations d’atmosphère (oxydante, réductrice) que de la répartition hétérogène de la chaleur au sein du four. Les observations en cathodoluminescence confirment et complètent les études pétrographique et microscopique précédentes : les ouvriers ont employé les mêmes matières premières et les mêmes procédés d’élaboration pour la fabrication des carreaux de terre cuite.

Fig. 7 > Cartographie générale des ateliers de potiers médiévaux et postmédiévaux recensés par le Projet Collectif de Recherche (PCR) « Ateliers de potiers en Bretagne » (1996). L’axe signifié par des traits pointillés sépare les deux zones de production céramique médiévale bretonnes. [© André et al., 1996, p. 20]

  • 31 Mason Robert, Tite Michael, « The beginnings of tin-opacification of pottery glazes », Archaeometry (...)

24Les glaçures des différents carreaux décorés ont été directement appliquées à la surface des carreaux, sans couche intermédiaire telle qu’un engobe (fig. 8). Leur épaisseur varie parfois sur un même fragment et oscille entre 80 µm et 500 µm pour les carreaux de faïence. Elle est en moyenne de 150 µm pour les carreaux bicolores à glaçure transparente et 200 µm pour les carreaux monochromes à glaçure transparente. La faible proportion de quartz non fondu exclut leur introduction volontaire comme agent opacifiant31.

  • 32 Raffaillac-Desfosse Claire, Céramiques glaçurées médiévales : recherche de données physiques sur le (...)
  • 33 Léon Yoanna, Étude des carreaux de pavement de la forteresse du Haut-Châlucet (Haute-Vienne, XIIIe- (...)
  • 34 Tite Michael, Freestone Ian, Mason Robert, Molera Judit, Vendrell-Saz Marius, Wood Nicolas, Review (...)

25La cathodoluminescence a permis de localiser des phases cristallines (luminescentes) non identifiées lors de la caractérisation pétrographique en raison de leur trop faible granulométrie (fig. 8). La première se situe sur le pourtour du carreau, à proximité des bords. Elle dessine un cadre d’épaisseur variable d’environ cinq millimètres, composé de cristaux d’émission colorée bleue, de morphologie et de granulométrie variées, plus ou moins abondants et inégalement répartis. Le même phénomène a déjà été observé sur des carreaux de pavement bicolores à glaçure transparente aquitains32 et des carreaux de faïence limousins provenant de la forteresse du Haut-Châlucet (Haute-Vienne)33. Une température plus importante atteinte sur les bords des carreaux lors de la cuisson aurait pu entraîner la formation de ces phases. La seconde, qui n’est pas systématiquement visible, se situe à l’interface glaçure/terre cuite. Elle se présente sous la forme d’un liseré d’émission colorée bleue d’épaisseur variable, n’excédant pas quelques dizaines de microns néanmoins. Il concorderait avec la présence de cristaux de néoformation (feldspaths de plomb), résultat de l’interdiffusion des éléments de la terre cuite et de la glaçure34.

  • 35 Métreau Laetitia, Ben Amara Ayed, Rosen Jean, Faïences de Nevers : matériaux et techniques de fabri (...)
  • 36 El Marraki Aziz, Défauts ponctuels et luminescence de cristaux de dévitrification. Détection et étu (...)
  • 37 Schvoerer Max, Guibert Pierre, Piponnier Denis, Bechtel Françoise, « Cathodoluminescence des matéri (...)

26Les glaçures des carreaux de faïence émettent quant à elle une lumière colorée blanche de très faible intensité dans le visible (fig. 8). Elles se distinguent des productions modernes qui émettent dans le bleu35, luminescence corrélée à la présence de cassitérite (SnO2)36. L’absence de cette luminescence ne traduit cependant pas l’absence de cet agent opacifiant. Elle serait davantage liée à la présence ou à l’absence de certains défauts et/ou certaines impuretés dans les réseaux cristallins37. Les glaçures transparentes des carreaux bicolores et monochromes ne présentent quant à elles aucune émission colorée dans le visible.

Étude de la microstructure des glaçures

  • 38 Molera Judit, Pradell Trinitat, Salvadó Nati, Vendrell-Saz Marius, « Evidence of tin oxide recrista (...)

27Au microscope électronique à balayage, en mode électrons rétrodiffusés, les glaçures opaques des carreaux de faïence se composent d’un fond uniforme gris clair, d’inclusions de contraste chimique plus foncé, de cercles noirs, et d’agrégats de couleur blanche (fig. 9). Il s’agit respectivement de la matrice vitreuse, d’inclusions de quartz non fondu, de bulles et de cristaux d’oxyde d’étain. Ce dernier, très certainement présent sous la forme de cassitérite (SnO2) est responsable de l’opacification de la glaçure. La granulométrie des cristaux peut atteindre jusqu’à 20 µm, leur faciès est hétérogène et leur répartition homogène. Cette distribution tend à suggérer l’utilisation d’une fritte pour la fabrication du mélange glaçurant38.

Fig. 8 > Vue d’ensemble des différents composants (glaçures/terres cuites) du corpus en lumière blanche réfléchie et en cathodoluminescence, d’après une section prélevée perpendiculairement à la face décorée des carreaux, pour chaque technique décorative employée. Les doubles-flèches rouges matérialisent la glaçure. Les flèches bleues montrent un fin liseré d’émission colorée bleue attribuée à la présence de microcristaux de feldspaths de plomb et de potassium néoformés au cours de la cuisson. Hypothèses relatives à la nature des émissions colorées : mauve-quartz ; bleu-feldspaths potassiques ; jaune-feldspaths calciques. Échelle : 1,0 millimètre. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]

  • 39 Molera Judit, Evolució mineralògico i interacció de les pastes càlciques amb els vidrats de plom : (...)

28Pour les carreaux de faïence, l’épaisseur de la zone d’interface avec la terre cuite représente au maximum un tiers de l’épaisseur de la glaçure. D’une manière générale, ces glaçures contiennent peu de cristaux de néoformation, peu d’inclusions telles que les grains de quartz, peu de bulles. D’après les observations réalisées, le mélange glaçurant aurait plutôt été appliqué sur un carreau de terre déjà cuite : il y aurait donc eu double cuisson39.

  • 40 Par exemple Piccolpasso (1557), Caussy (1747), Montagnon (1987) : cf. supra note 27.
  • 41 Marchesi H. et al., « Marseille, les ateliers… », op. cit.
  • 42 Bon Philippe, Les Premiers « bleus » de France : les carreaux de faïence au décor peint fabriqués p (...)

29Si la double cuisson était de rigueur aux époques moderne et contemporaine40, des biscuits retrouvés dans les ateliers de potiers médiévaux de tradition arabe du quartier Sainte-Barbe à Marseille, attestent cette pratique à des époques antérieures41. Les différents défauts techniques initialement observés (glaçures et décors) pour les carreaux de faïence médiévaux de Suscinio reflètent en tout cas une cuisson mal maîtrisée. Comme à l’atelier de Jehan de Valence à Poitiers (Vienne), un peintre qualifié aurait pu se voir attribuer un nombre déterminé de carreaux préfabriqués à décorer et la deuxième cuisson menée par un autre préposé42.

30L’épaisseur de la zone d’interface avec la terre cuite des carreaux bicolores et monochromes à glaçure transparente représente entre un quart et plus de la moitié de l’épaisseur de la glaçure (fig. 9). Ils auraient donc plutôt subi une unique cuisson, ce qui correspond aux indications rapportées dans un complément au manuscrit Diversarum Artium Scedula de Theophilus

Fig. 9 > Observation au microscope électronique à balayage, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble décors/glaçure/terre cuite. Détail des faciès et de la répartition de l’oxyde d’étain (b) dans la glaçure opaque d’un carreau de faïence (a). [© IRAMAT-CRP2A]

Fig. 10 > Diagramme binaire comparant les teneurs en silicium et en aluminium des terres cuites supports du corpus de carreaux décorés examiné. Abréviations : MGO-carreaux monochromes à glaçure opaque (faïence) ; PGO-carreaux polychromes à glaçure opaque (faïence) ; BGT-carreaux bicolores à glaçure transparente ; MGT-carreaux monochromes à glaçure transparente. [© IRAMAT-CRP2A]

  • 43 Si le manuscrit date du XIIe siècle, l’adjonction daterait quant à elle de la fin du XIIIe siècle e (...)
  • 44 Gardner J., Eames Elizabeth, « A tile kiln at Chertsey Abbey », Journal of the British Archaeologic (...)

31Presbyter43 : la recette de fabrication d’une glaçure au plomb pour les carreaux de pavement stipule que le mélange glaçurant doit être appliqué sur des carreaux séchés mais non cuits44.

Détermination des compositions élémentaires

Les terres cuites

32Quelle que soit le décor, les compositions élémentaires des terres cuites sont relativement similaires (fig. 10) : les variations des concentrations en aluminium (en Al2O3) et en silicium (en SiO2), principaux constituants des argiles, résultent de l’hétérogénéité intrinsèque à ce type de matières premières. Elles sont de nature non calcique (les teneurs en calcium sont inférieures ou égales à 1 % en CaO) et colorées par les oxyde de fer (les concentrations en fer varient entre 4 et 10 % en Fe2O3).

Les glaçures

  • 45 Dans l’Occident médiéval, seules des glaçures plombifères, qu’elles soient transparentes ou opaques (...)

33Les glaçures des différents carreaux décorés sont toutes de type plombifère45, mais leurs « recettes » de fabrication diffèrent (fig. 11 et 12). Pour les carreaux de faïence, le mélange glaçurant pourrait être le produit d’une fritte (plomb et silice) et de l’introduction directe d’oxyde d’étain, comme cela a été proposé pour les premiers bleus de France, procédé qui se distingue de la technique de la faïence au sens moderne du terme, produit d’une fritte (plomb et silice) et d’une calcine (plomb et étain sous une forme oxydée). Si la fritte permet la vitrification, la calcine assure l’opacification et l’homogénéité de la distribution et du faciès de l’oxyde d’étain dans la matrice vitreuse.

  • 46 La littérature indique que 5 à 8 % d’étain sous forme oxydée suffisent pour qu’une glaçure soit tot (...)
  • 47 Bon P., Les Premiers « bleus… », op. cit. ; les glaçures des premiers « bleus » de France présenten (...)

34Un manque de maîtrise du protocole thermique pourrait expliquer les teneurs en étain anormalement élevées, comme les défauts de cuisson initialement observés. Ces teneurs, comprises entre 20 % et 30 % (en SnO2), soulèvent en effet quelques interrogations sur le mode d’introduction de cet agent opacifiant, car les teneurs publiées sont rarement aussi élevées46. Les glaçures des premiers « bleus » de France, datés du dernier quart du XIVe siècle, font cependant exception puisqu’elles contiennent jusqu’à 36 % d’oxyde d’étain (en SnO2)47. Ces données analytiques ont été interprétées comme le résultat de l’introduction directe de l’oxyde d’étain dans le mélange glaçurant fritté.

  • 48 Hurst David, Freestone Ian, « Lead glazing technique from a medieval kiln site at Hanley Swan, Warw (...)

35Le mélange glaçurant des carreaux monochromes et bicolores à glaçure transparente serait quant à lui à base de silice et de plomb, vraisemblablement sous la forme d’une fritte, auxquels aurait été ajoutée une argile autre que celle utilisée pour la fabrication des carreaux48

Fig. 11 > Diagramme binaire comparant les teneurs en silicium et en plomb des glaçures du corpus de carreaux décorés examiné, après soustraction de la contribution de l’oxyde d’étain pour les glaçures opaques de carreaux de faïence et renormalisation des données à 100 %. Abréviations : MGO-carreaux monochromes à glaçure opaque (faïence) ; PGO-carreaux polychromes à glaçure opaque (faïence) ; BGT-carreaux bicolores à glaçure transparente ; MGT-carreaux monochromes à glaçure transparente. [© IRAMAT-CRP2A]

Fig. 12 > Diagramme ternaire des principaux éléments qui composent les glaçures. Pour les carreaux de faïence les résultats ont été re-normalisés à 100 % après soustraction de la contribution des oxydes opacifiants.

36(fig. 13). La détection de faibles quantités d’oxyde d’étain dans les glaçures des carreaux bicolores et monochromes (< 3 % en SnO2) permet d’affirmer que les différentes techniques décoratives ont été produites dans une même unité de fabrication.

Fig. 13 > Comparaison des teneurs en silicium (en SiO2) des terres cuites et des glaçures après soustraction de la contribution du plomb et re-normalisation des données à 100 %. La glaçure est plus riche en silicium (en SiO2) que la terre cuite : il n’y a pas eu d’application directe d’un minerai de plomb sur le carreau de terre séchée, mais utilisation d’un mélange glaçurant composé d’oxyde de plomb, de silice, et d’autres ingrédients comme l’argile.

  • 49 Rhodes Daniel, Terres et glaçures : les techniques de l’émaillage, Paris, Dessain et Tolra, 2006, 2 (...)

37Les teneurs en plomb des glaçures transparentes des carreaux bicolores et monochromes sont sensiblement supérieures à celles des faïences, après soustraction de la teneur en étain puis re-normalisation des données à 100 %. Ils auraient été cuits à une température moins élevée, le plomb étant communément utilisé comme fondant aux basses et moyennes températures (d’environ 840°C à 1190°C)49. Cette différence n’est pas notable et permet d’envisager une unique fournée composée des différents carreaux décorés. Les carreaux de faïence auraient pu être placés dans la partie la plus chaude du four, car les teneurs en plomb légèrement inférieures imposent une température de cuisson plus élevée.

UN SAVOIR TECHNIQUE VENU D’AILLEURS

38La caractérisation pétrographique et physico-chimique (terres cuites et glaçures) d’un échantillonnage de carreaux représentatif des différentes techniques décoratives employées dans le chœur (monochromes et bicolores à glaçure transparente, faïence) permet d’affirmer, pour cette partie de l’édifice, qu’il s’agit de la production d’une même unité. L’utilisation de sédiments argileux localement disponibles et les similitudes avec les céramiques bretonnes suggèrent une production régionale. Les procédés d’élaboration des mélanges glaçurants, les modes d’application comme le nombre de cuissons pratiquées traduisent deux savoirs techniques différents, l’un associé aux carreaux de faïence, l’autre aux carreaux à glaçure transparente. Si l’importation de produits finis et l’expérimentation locale semblent raisonnablement pouvoir être écartées, rien ne permet de privilégier l’importation de savoirs techniques, qui implique le déplacement d’ouvriers spécialisés, au transfert de connaissances, qui implique la transmission d’un savoir via différents réseaux d’échanges.

39Les données acquises infirment donc l’hypothèse d’un produit importé mais elles n’excluent pas le rattachement à un atelier angevin en activité dans la première moitié du XIVe siècle. Des ouvriers spécialisés auraient pu se déplacer dans des ateliers bretons, qui disposaient déjà d’infrastructures voire d’un savoir-faire pour la fabrication des carreaux de pavement, ou rejoindre une unité de production sollicitée pour ce chantier. De manière plus pragmatique, des contraintes de temps pourraient-elles expliquer à la fois l’absence de préparation des matières premières argileuses et l’utilisation systématique de tous les carreaux de faïence, même de moindre qualité ? L’affinement de la zone géologique de provenance des sédiments argileux et le rapprochement, ou non, avec ceux employés dans des ateliers médiévaux connus en Bretagne, constituerait un élément discriminant quant à l’origine de la production. Des comparaisons stylistiques et techniques avec les carreaux d’autres pavements datés de la même époque et réalisés selon la même conception technique apporteraient également de nouveaux éléments de réponse.

Notes

1 Avertissement : nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que cet article rend compte de l’état des recherches en 2008. Depuis, des données complémentaires ont été acquises dans le cadre de la thèse de doctorat de Laetitia Métreau, soutenue le 24 septembre 2012. Ces données ont non seulement permis d’affiner les interprétations proposées dans cette publication mais d’apporter également de nouveaux éléments de réponse quant à certaines des interrogations qui restaient en suspens.

2 « On entend par céramique tout objet argileux modelé à froid et cuit à des températures entre approximativement 600 et 1400°C […] les objets céramiques peuvent être recouverts d’une mince pellicule vitreuse, soit d’une glaçure transparente que la lumière traverse, soit d’une glaçure opaque, aussi appelée émail, qui réfléchit les rayons lumineux […] si l’opacité est due à la présence de cristaux d’oxyde d’étain, cette pellicule vitreuse […] opaque sera nommée « émail » et un objet ainsi recouvert une « faïence » (stannifère). » Maggetti Marino, « Technique de la faïence française (fin XVIIe-début XIXe siècle) », dans La Faïence de Fribourg (1753-1844), éd. par M. Maggetti, Dijon, Éditions Faton, 2007, p. 14-31.

3 Mason Robert, Tite Michael, « The beginnings of tin-opacification of pottery glazes », Archaeometry, 39/1, 1997, p. 41-58.

4 Morel-Deledalle Myriame (dir.), Le vert et le brun. De Kairouan à Avignon, céramiques du Xe au XVe siècle, Avignon, Réunion des Musées Nationaux, 1995.

5 Marchesi Henri, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy, « Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe siècle et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe siècle) », Documents d’archéologie française, 65, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997.

6 Norton Christopher, « Les carreaux de pavage en France au Moyen Âge », Revue de l’Art, 63, 1984, p. 59-66 ; Id., « Glossaire des techniques de décoration », Revue de l’Art, 63, 1984, p. 66-72 ; Id., « The origins of two-colour tiles in France and in England », dans Terres cuites architecturales au Moyen Âge, éd. par Deroeux Didier, Arras, Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 1986, p. 256-294 ; Id., Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Musée Carnavalet, 1992.

7 Rosen Jean, Crépin-Leblond Thierry, Images du pouvoir. Pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2000.

8 Amouric Henri, Démians d’Archimbaud Gabrielle, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy, Vingtain Dominique, Petits carrés d’histoire. Pavements et revêtements muraux dans le midi méditerranéen du Moyen Âge à l’époque moderne, Avignon, Laffont, 1995.

9 Norton C., « Medieval tin-glazed painted tiles in North-West Europe », Medieval Archaeology, XXVIII, 1984, p. 133-172 ; Id., « De l’Aquitaine à l’Artois : carreaux stannifères et carreaux plombifères des XIIIe et XIVe siècles en France », dans Images du pouvoir. Pavements de faïence en France du XIIIe au XIV siècle, par Rosen J., Crépin-Leblond T. (dir.), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2000, p. 34-48.

10 André Patrick, Les Pavements médiévaux du château de Suscinio, Conseil général du Morbihan, 2001, p. 12-13.

11 Copy Jean-Yves, Arts, société et politique au temps des ducs de Bretagne. Les gisants haut-bretons, Paris, Éditions Aux amateurs de livres, 1986, p. 17, fig. 24. Norton C., Images du pouvoir…, op. cit., p. 44-45.

12 Pour davantage de précisions sur les techniques de décoration des carreaux de pavement : Norton C., Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance. Collections du Musée Carnavalet, Catalogues d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, VII, Paris, 1992, p. 32-37.

13 André P., Les Pavements médiévaux…, op. cit., p. 22-51.

14 Norton C., Images du pouvoir…, op. cit., p. 44-45. André P., Les Pavements médiévaux…, op. cit., p. 55.

15 Chapelot Jean, Chapelot Odette, Rieth Bénédicte, « Étudier la terre cuite architecturale médiévale et moderne », dans Terres cuites architecturales médiévales et modernes et dans les régions voisines, éd. par J. Chapelot, O. Chapelot, B. Rieth, Caen, Publications du CRAHM, 2009, p. 1-2.

16 Chapelot O., Rieth B., « Les ateliers et les conditions de production d’après les sources écrites et l’archéologie », dans Terres cuites architecturales…, op. cit., p. 3-4.

17 Thierrin-Michael Gisela, « Classification des amphores vinaires italiques par l’examen macroscopique des pâtes : possibilités et limites », Actes du congrès de Saint-Romain-en-Gal (29 mai-1er juin 2003), Marseille, Société française d’étude de la céramique antique en Gaule, 2003, p. 319-323.

18 Une lame épaisse est une section prélevée perpendiculairement à la face décorée d’un échantillon, enrobée dans une résine et polie à différentes granulométries après polymérisation. D’une épaisseur d’environ deux millimètres, elle restitue la stratigraphie des différents composants [décor(s)/glaçure (s)/terre (s) cuite(s)].

19 Une lame mince est une section prélevée perpendiculairement à la face décorée d’un échantillon qui, après préparation, présente une épaisseur de l’ordre de 30 µm.

20 Pour davantage de précisions : Molera Judit, Pradell Trinitat, Salvadó Nati, Vendrell-Saz Marius, « Interactions Between Clay Bodies and Lead Glazes », Journal of the American Ceramic Society, 84/5, 2001, 1120-1128.

21 Qu’elle soit élémentaire ou cristallographique, l’analyse des terres cuites sur poudre constitue le seul moyen de pallier leur hétérogénéité. Les techniques utilisées ci-après nécessitent un gramme de matière au minimum pour permettre une analyse globale et non pas celle d’un détail.

22 Kent Oliver, Dawson David, « The packing of medieval floor-tile kilns », Medieval Archaeology, XLII, 1998, p. 45-53.

23 Carette Martine, Deroeux Didier, « Carreaux de pavement médiévaux de Flandre et d’Artois (XIIIe-XIVe siècles) », Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, XXII/1, Arras, 1985.

24 Dewilde Marc, Ervynck Anton, « Bijbelfiguren en monsters in tinglazuur. De tegelvloer uit de prelatuur van de O.L.V. Ten Duinenabdij te Koksijde (prov. West-Vlaanderen) », Archeologie in Vlaanderen, II, 1992, p. 315-334.

25 Querré Guirec, Pioline N., Le Roux Charles-Tanguy, « La géologie du socle et ses implications », dans Monuments mégalithiques à Locmariaquer (Morbihan). Le long tumulus d’Er Grah dans son environnement, XXXVIIIe supplément à Gallia Préhistoire, Paris, CNRS éditions, 2006, p. 26.

26 Aux époques moderne et contemporaine, les traités sur la faïence attestent un mélange d’argiles, dont une riche en carbonate de calcium – correcteur de dilatation – pour minimiser les risques de défauts sur le produit fini (écaillage et tressaillage). Par exemple Piccolpasso (1557), Caussy (1747), Montagnon (1987). Lhôte Jean-Marie, Fac-similé du manuscrit de Cipriano Piccolpasso présenté et traduit, Les trois livres de l’art du potier, Vendin-le-Vieil, Éditions de la Revue de la céramique et du verre, 2007. De La Hubaudière Christian de, Soudée-Lacombe Chantal, « L’art de la fayence » des Caussy : faïenciers à Rouen et Quimper au XVIIIe siècle, Falaise, Éditions Lilou, 2007, 416 p. Montagnon Gabriel, Histoire des fayenciers de Nevers et de leurs fabriques de 1585 à nos jours par Gabriel Montagnon, fayencier au « Bout du Monde » entre 1887 et 1937, Nevers, Maison de la Culture, 1987. Pour davantage de précisions sur la technique de la faïence, cf. Maggetti M., « Technique de la faïence… », op. cit., p. 14-31.

27 Picon M., Thiriot J., Vallauri L., « Techniques, évolutions… », op. cit., p. 41-50.

28 Giot P., Morzadec H., « Caractérisation pétrographique… », op. cit., p. 141-155 ; André Patrick, Coquet José, Fichet de Clairfontaine François, Giot Pierre-Roland, Langouët Loïc, Leroux Gilles, Morzadec Hervé, « Introduction », dans Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne, éd. par Fichet de Clairfontaine F., Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Documents d’archéologie française, 55, 1996, p. 14-26, plus particulièrement p. 17.

29 Giot Pierre-Roland, Fichet de Clairfontaine François, « Quelques aspects de la production céramique en Bretagne (Ve-XVe siècle) », dans Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne, éd. par F. Fichet de Clairfontaine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Documents d’archéologie française, 55, 1996, p. 55-62.

30 Giot P.-R., Fichet de Clairfontaine F., « Quelques aspects… », op. cit., p. 55-62.

31 Mason Robert, Tite Michael, « The beginnings of tin-opacification of pottery glazes », Archaeometry, 1, 1997, p. 41-58.

32 Raffaillac-Desfosse Claire, Céramiques glaçurées médiévales : recherche de données physiques sur les techniques de fabrication et sur l’altération), thèse de doctorat, université de Bordeaux 3, 1994.

33 Léon Yoanna, Étude des carreaux de pavement de la forteresse du Haut-Châlucet (Haute-Vienne, XIIIe-XIVe siècle. Inventaire et caractérisation physique, mémoire de Master Recherche, université de Bordeaux 3, 2007.

34 Tite Michael, Freestone Ian, Mason Robert, Molera Judit, Vendrell-Saz Marius, Wood Nicolas, Review article. « Lead Glazes in Antiquity—Methods of Production and Reasons for Use », Archaeometry, 40/2, 1998, p. 241-260.

35 Métreau Laetitia, Ben Amara Ayed, Rosen Jean, Faïences de Nevers : matériaux et techniques de fabrication de la production de « grand feu » (XVIIe -XVIIIe siècle), Paris, INHA, Actes du colloque Mediéval Europe, 2007, disponible en ligne : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/L.Metreau%20et%20al.pdf

36 El Marraki Aziz, Défauts ponctuels et luminescence de cristaux de dévitrification. Détection et étude dans les glaçures archéologiques, thèse de doctorat, université de Bordeaux 3, 2002, p. 113.

37 Schvoerer Max, Guibert Pierre, Piponnier Denis, Bechtel Françoise, « Cathodoluminescence des matériaux archéologiques », PACT, 15, 1986, p. 93-110.

38 Molera Judit, Pradell Trinitat, Salvadó Nati, Vendrell-Saz Marius, « Evidence of tin oxide recristallization in opacified lead glazes », Journal of American Ceramic Society, 82, 1999: 2871-2875. Molera Judit, Vendrell-Saz Marius, Pérez-Arantegui Josefina, « Chemical and textural characterization of tin glazes in Islamic ceramics from Eastern Spain », Journal of Archaeological Science, 28, 2001, p. 331-340.

39 Molera Judit, Evolució mineralògico i interacció de les pastes càlciques amb els vidrats de plom : interaccions arqueomètriques, thèse de doctorat, université de Barcelone, 1996. Tite M. et al., « Lead glazes in Antiquity… », op. cit., p. 241-260. Molera Judit, Pradell Trinitat, Salvadó Nati, Vendrell-Saz Marius, « Interactions between clay bodies and lead glazes », Journal of American Ceramic Society, 84, 2001, p. 1120-1128.

40 Par exemple Piccolpasso (1557), Caussy (1747), Montagnon (1987) : cf. supra note 27.

41 Marchesi H. et al., « Marseille, les ateliers… », op. cit.

42 Bon Philippe, Les Premiers « bleus » de France : les carreaux de faïence au décor peint fabriqués pour le duc de Berry, 1384, Mehun-sur-Yèvre, Groupe historique et archéologique de la région de Mehun-sur-Yèvre, 1992, 335 p.

43 Si le manuscrit date du XIIe siècle, l’adjonction daterait quant à elle de la fin du XIIIe siècle et est conservée à la British Library.

44 Gardner J., Eames Elizabeth, « A tile kiln at Chertsey Abbey », Journal of the British Archaeological Association, 17, 1954, 24-42. Eames Elizabeth, Catalogue of medieval lead-glazed earthenware tiles in the department of medieval and later antiquities, British Museum, London, British Museum Publications, volume 1, 1980, p. 21.

45 Dans l’Occident médiéval, seules des glaçures plombifères, qu’elles soient transparentes ou opaques, étaient utilisées : Picon Maurice, Thiriot Jacques, Vallauri Lucy, « Techniques, évolutions et mutations », dans Morel-Deledalle M., Le Vert et le Brun. De Kairouan à Avignon, céramiques du Xe au XVe siècle, Avignon, Réunion des Musées Nationaux, 1995, p. 41-50. Tite M. et al., « Lead glazes in Antiquity… », op. cit., p. 241-260.

46 La littérature indique que 5 à 8 % d’étain sous forme oxydée suffisent pour qu’une glaçure soit totalement opaque, que des teneurs supérieurs à 10 % ne sont pas nécessaires, que le prix élevé de ce composant ne doit pas être négligé : Mason R., Tite M., « The beginnings… », op. cit., p. 41-58. Tite M. et al., « Lead glazes in Antiquity… », op. cit., p. 241-260. Molera J. et al., « Chemical and textural… », op. cit., p. 331-340. Molera J. et al., « Chemical and textural… », op. cit., p. 331-340.

47 Bon P., Les Premiers « bleus… », op. cit. ; les glaçures des premiers « bleus » de France présentent des teneurs en oxyde d’étain qui peuvent atteindre jusqu’à 36 % (en SnO2), interprétées comme le résultat de l’introduction directe de l’oxyde d’étain dans le mélange glaçurant fritté : Ben Amara A., Gourdon-Platel N., Bechtel F., Schvoerer M., Bon P., « Carreaux glaçurés provenant d’un château du duc de Berry (Mehun-sur-Yèvre, fin XIVe siècle : recherche d’indices techniques. » ArchéoSciences, 29, 2005, p. 21-34.

48 Hurst David, Freestone Ian, « Lead glazing technique from a medieval kiln site at Hanley Swan, Warwickshire », Medieval Ceramics, 20, 1996, p. 13-18. Tite M. et al., « Lead glazes in Antiquity… », op. cit., p. 241-260. Walton Marc, A Materials Chemistry Investigations of Archaeological Lead Glazes, PhD thesis, University of Oxford, 2011. Waksman Yona, Bouquillon Anne, Cantin Nadia, Katona I., « Approche archéométrique des premières “Byzantine glazed white ware” et de productions glaçurées romaines et romaines tardives », Rei Cretariae Romanae Acta, 40, 2008, 531-536.

49 Rhodes Daniel, Terres et glaçures : les techniques de l’émaillage, Paris, Dessain et Tolra, 2006, 223 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Fragments de carreaux décorés prélevés pour étude (face décorée et envers) : carreaux de faïence monochromes (BDX12402, BDX12408, BDX12410) ; carreaux de faïence polychromes à décor peint (BDX12398 à BDX12401, BDX12403 à BDX12407, BDX12409). [©IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 2 > Fragments de carreaux décorés prélevés pour étude (face décorée) : carreaux bicolores à glaçure transparente (BDX12411 à BDX12419) ; carreaux monochromes à glaçure transparente (BDX12420 à BDX12425). [©IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 3 > Défauts techniques des décors peints du corpus de carreaux de faïence polychromes examiné. Abréviations : E-empâtements, O-aspect» peau d’orange ». La flèche verte montre les décors bruns qui virent au vert, la flèche rouge, ceux qui virent sur le jaune. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 4 > Classification des terres cuites supports du corpus suite à l’examen macroscopique d’une section brute prélevée perpendiculairement à la face décorée des carreaux. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 5 > Observation des terres cuites supports en lumière polarisée non analysée (a) puis analysée (b). Les groupes précédemment définis lors de l’examen macroscopique n’apparaissent pas en pétrographie. Les doubles flèches rouges matérialisent la glaçure. Échelle : 1,0 millimètre. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 6 > Carte géologique simplifiée du golfe du Morbihan : 1-orthogneiss ; 2-5-gneiss et migmatites ; 3-granite de Carnac ; 4-6-leucogranites ; 7-micaschiste. [© L. Métreau d’après Querré et al., 2007, p. 26 adaptée d’après Audren, 1987]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7 > Cartographie générale des ateliers de potiers médiévaux et postmédiévaux recensés par le Projet Collectif de Recherche (PCR) « Ateliers de potiers en Bretagne » (1996). L’axe signifié par des traits pointillés sépare les deux zones de production céramique médiévale bretonnes. [© André et al., 1996, p. 20]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Fig. 8 > Vue d’ensemble des différents composants (glaçures/terres cuites) du corpus en lumière blanche réfléchie et en cathodoluminescence, d’après une section prélevée perpendiculairement à la face décorée des carreaux, pour chaque technique décorative employée. Les doubles-flèches rouges matérialisent la glaçure. Les flèches bleues montrent un fin liseré d’émission colorée bleue attribuée à la présence de microcristaux de feldspaths de plomb et de potassium néoformés au cours de la cuisson. Hypothèses relatives à la nature des émissions colorées : mauve-quartz ; bleu-feldspaths potassiques ; jaune-feldspaths calciques. Échelle : 1,0 millimètre. [© IRAMAT-CRP2A-L. Métreau]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 9 > Observation au microscope électronique à balayage, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble décors/glaçure/terre cuite. Détail des faciès et de la répartition de l’oxyde d’étain (b) dans la glaçure opaque d’un carreau de faïence (a). [© IRAMAT-CRP2A]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 10 > Diagramme binaire comparant les teneurs en silicium et en aluminium des terres cuites supports du corpus de carreaux décorés examiné. Abréviations : MGO-carreaux monochromes à glaçure opaque (faïence) ; PGO-carreaux polychromes à glaçure opaque (faïence) ; BGT-carreaux bicolores à glaçure transparente ; MGT-carreaux monochromes à glaçure transparente. [© IRAMAT-CRP2A]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 11 > Diagramme binaire comparant les teneurs en silicium et en plomb des glaçures du corpus de carreaux décorés examiné, après soustraction de la contribution de l’oxyde d’étain pour les glaçures opaques de carreaux de faïence et renormalisation des données à 100 %. Abréviations : MGO-carreaux monochromes à glaçure opaque (faïence) ; PGO-carreaux polychromes à glaçure opaque (faïence) ; BGT-carreaux bicolores à glaçure transparente ; MGT-carreaux monochromes à glaçure transparente. [© IRAMAT-CRP2A]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 12 > Diagramme ternaire des principaux éléments qui composent les glaçures. Pour les carreaux de faïence les résultats ont été re-normalisés à 100 % après soustraction de la contribution des oxydes opacifiants.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 13 > Comparaison des teneurs en silicium (en SiO2) des terres cuites et des glaçures après soustraction de la contribution du plomb et re-normalisation des données à 100 %. La glaçure est plus riche en silicium (en SiO2) que la terre cuite : il n’y a pas eu d’application directe d’un minerai de plomb sur le carreau de terre séchée, mais utilisation d’un mélange glaçurant composé d’oxyde de plomb, de silice, et d’autres ingrédients comme l’argile.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7405/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteur

IRAMAT-CRP2A/UMR 5060
ARTeHIS/UMR 6298

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540