Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie III – La distribution du château

Les logis royaux de Chinon au XVe siècle

Solveig Bourocher

Texte intégral

  • 1 Philippe Michel, Le château de Chinon, étude documentaire, Orléans, Service régional de l’archéolog (...)

1Le château de Chinon est associé dans la mémoire collective à la scène dite de la Reconnaissance lorsque Jeanne d’Arc vint se présenter à Charles VII dissimulé parmi ses courtisans. Si la scène en elle-même relève plus du mythe que du fait historique, elle montre néanmoins la place privilégiée que tint le château au sein des résidences habitées par le dauphin puis par le roi. Paradoxalement, l’engouement pour le personnage johannique n’a pas suscité d’étude approfondie sur les logis royaux de Chinon au XVe siècle jusqu’au projet de restauration lancé par le Conseil Général d’Indre-et-Loire à la fin des années 1990. À cette occasion, Michel Philippe et Arnaud de Saint-Jouan se penchèrent sur les sources textuelles conservées1. Malheureusement certaines incohérences, dues à des rapprochements peu vraisemblables entre des citations et la structure des logis, demandaient à être éclaircies pour comprendre l’évolution du chantier et la distribution des pièces.

  • 2 Je tiens vivement à remercier Alain Salamagne qui a dirigé mes recherches sur le sujet lors de mon (...)

2La forteresse de Chinon s’étend sur un vaste éperon rocheux qui domine la ville. Elle est divisée en trois châteaux séparés par des douves sèches : le Fort Saint-Georges à l’est, le Fort du Coudray à l’ouest et le château du Milieu au centre (fig. 1). Les vestiges des logis royaux se situent dans l’angle sud-ouest du château du Milieu, contre la courtine sud. À l’origine, ils faisaient partie d’un ensemble de bâtiments formant un U autour d’une cour rectangulaire : l’aile ouest abritant un portail menant au château du Coudray et l’aile nord interrompue par la chapelle Saint-Mélaine reliée par une galerie au prieuré du même nom, encore visibles sur un plan du XVIIIe siècle, ont malheureusement entièrement disparu aujourd’hui (fig. 2). L’étude archéologique du bâti de l’aile sud et l’analyse des sources archivistiques qu’il s’agisse des textes ou des documents iconographiques nous permettent de faire un ensemble d’observations nouvelles2.

LES PHASES DE CONSTRUCTION DES LOGIS ROYAUX

  • 3 Dufaÿ Bruno, Lefebvre Bastien, Bourocher Solveig, Forteresse de Chinon (37). Château du Milieu : ét (...)
  • 4 Aucune trace de cheminée n’a pu être relevée mais il est possible qu’une cheminée ait été détruite (...)

3Une campagne de restauration ayant été programmée en mai 2007 pour restituer la charpente des logis (fig. 3), le service archéologique d’Indre-et-Loire, dirigé par Bruno Dufaÿ, fut chargé de mener une étude préventive3. Les analyses des maçonneries ont permis de dégager trois grandes phases de construction : la première concerne l’élévation de la courtine sud scandée de contreforts et de tours au XIe siècle ; la deuxième regroupe les premiers bâtiments de plain-pied édifiés contre cette courtine entre les règnes d’Henri II Plantagenêt et de Philippe-Auguste ; la troisième, quant à elle, correspond à la construction progressive de véritables logis résidentiels du XIVe au XVe siècle (fig. 4). Très certainement après un incendie au XIVe siècle (phase 2, état 5), le bâtiment le plus à l’ouest fut entièrement reconstruit et surélevé d’un étage couvert d’une charpente apparente. Une tour d’escalier rectangulaire fut alors accolée contre l’angle nord-est de l’édifice pour accéder aux deux niveaux. Au rez-de-chaussée, un couloir s’ouvrait à la fois sur une grande pièce et sur une tour de latrines rectangulaire préexistante contre la courtine (phase 2, état 4). À l’étage, le volume était unique, largement éclairé par des baies dont les coussièges étaient remplacés, sur le front sud, par des bancs de pierre courant le long des allèges. Ainsi, rien ne venait gêner les allées et venues dans la coursive percée dans la courtine sud, traversant les ébrasements des fenêtres et se prolongeant plus à l’est, au-delà du mur pignon oriental, en passant par les tours rectangulaire et semi-circulaire adossées à la vieille muraille4.

Fig. 1 > AD d’Indre-et-Loire, 3P2/118, extrait du cadastre napoléonien (Chinon, section E1). [Cliché de l’atelier photographique]

Fig. 2 > AD d’Indre-et-Loire, C 189, plan de la route de Tours en Poitou par Azay-le-Rideau, Chinon et Loudun depuis Tours jusqu’à Chinon sur 23535 toises de longueur, 1758. [© Solveig Bourocher].

Fig. 3 > Vues de la façade septentrionale des logis royaux avant et après restauration des toitures.

  • 5 AN de France, P 1334, Recueil de documents sur la famille d’Anjou, 1380, f° 1 et J 375, Lettres pat (...)
  • 6 British Library, add. ms. 21201, Comptes de Macé Darne, maître des œuvres de Louis Ier d’Anjou et c (...)
  • 7 Mérindol Christian de, « Les salles de justice et leur décor en France à l’époque médiévale », Hist (...)
  • 8 Mallet Jacques, « Les châteaux d’Angers et de Saumur sous Louis Ier d’Anjou », dans Salamagne A. (d (...)

4Plusieurs indices laissent à penser que cette grande salle haute fut édifiée sous Louis Ier d’Anjou qui devint comte de Touraine en 1370. Dès la prise de ses fonctions, le duc chargea le châtelain du château de Chinon de réparer les dommages causés par les Anglais autour de 13505. Si les textes ne localisent pas ces travaux, il est difficile de ne pas rapprocher la phase d’incendie du saccage des Anglais et les réparations de la reconstruction du bâtiment occidental. D’autre part, dans les comptes de construction du château de Saumur, la mention de l’édification « a Chinon [d’]un auditoire a tenir les assises semblable de celle de Saumur » entre 1370 et 1376 pourrait correspondre à ce nouveau bâtiment6. En effet, la ville ne semble posséder aucun édifice judiciaire avant la première moitié du XVe siècle et il est courant de relever la présence de salles de justice permanentes ou temporaires à l’intérieur même des châteaux seigneuriaux ou royaux. Christian de Mérindol, dans un article sur les salles de justice à l’époque médiévale, dresse un modèle type de ce bâtiment composé de deux niveaux dont un rez-de-chaussée muni d’un passage permettant l’accès aux cachots et/ou aux cabinets de traitement des affaires en cours et une salle de délibération à l’étage avec de larges baies et une entrée ménagée dans un angle de la pièce à la suite d’un escalier7. Mais il ne faut pas écarter non plus l’hypothèse d’un petit logis, indépendant d’une salle de justice construite plus en retrait des espaces résidentiels, comme c’était d’ailleurs le cas au château de Saumur8.

Fig. 4 > Proposition de phasage chronologique des logis royaux de Chinon au rez-de-chaussée et à l’étage entre les XIIe et XVe siècles, parue dans Dufaÿ Bruno, Lefebvre Bastien, Bourocher Solveig, Forteresse de Chinon (37). Château du Milieu : étude des Logis Royaux, Conseil général d’Indre-et-Loire/Université de Tours, Rapport d’étude du bâti, DRAC, Orléans, 2007, t. 2, fig. 45.

  • 9 AN de France, KK 243, Comptes de l’hôtel de Yolande d’Aragon, reine de Sicile, 1409 (non folioté). (...)

5Qu’il s’agisse d’une salle de justice ou d’un hôtel, sa construction par Louis Ier d’Anjou ne fait aucun doute. L’une des larges baies percées dans la muraille sud, aujourd’hui très bien conservée, est ornée de tores à listel et de cavets qu’on retrouve notamment aux châteaux de Saumur et d’Angers (fig. 5). Mais Louis Ier d’Anjou, ruiné par les conquêtes qu’il engagea au royaume de Naples, ne put solder tous les travaux entrepris au château de Chinon : en 1409, Yolande d’Aragon était encore contrainte de payer 100 livres à un certain Jean d’Angelart « a cause des restes que son feu pere devoit pour les euvres du chastel de Chinon9 ».

Fig. 5 > Coupes transversales de moulures (Solveig Bourocher) : 1/ piédroit oriental de la fenêtre méridionale de la chambre à parer du roi ; 2/ meneau de la fenêtre méridionale de la chambre à parer du roi ; 3/ piédroit septentrional de la porte percée dans le mur de refend, au rez-de-chaussée, séparant les cuisines du roi.

  • 10 Ibid., KK 53, Comptes de l’écurie du dauphin, 1419-1422, f° 25. Le « bacine » ou « bacinet » désign (...)

6Au début du XVe siècle, un mur de refend fut élevé au centre du bâtiment occidental, sur toute sa hauteur, délimitant ainsi quatre pièces de superficie presque égale (fig. 4). Des cheminées venaient chauffer chacune d’entre elles : au rez-de-chaussée, une cheminée étant déjà insérée dans le pignon occidental, une seule cheminée fut incorporée au refend tandis qu’à l’étage deux cheminées furent engagées dos à dos dans le mur. De surcroît, la porte percée dans le mur de refend au rez-de-chaussée a conservé ses moulures d’origine, composées d’un tore épais dégagé par des gorges partant de bases prismatiques caractéristiques de la toute fin du XIVe siècle et du XVe siècle (fig. 5). Cette modification assez modeste est pourtant très significative d’un besoin accru de confort. Le dauphin Charles, duc de Touraine depuis la mort de son frère Jean en 1417, passa une grande partie de ses étés 1419, 1420, 1421 et 1422 au château de Chinon, aux portes de la forêt où il aimait chasser. Les comptes de l’écurie mentionnent notamment un supplément de salaire attribué à un armurier de Bourges pour apporter « ung hernoiz a armer mondit sir […] ung bacines de parement pour garnier d’or […] a Chinon ou mondit sir estoit pour mener ledit hernois essaié ou mois d’aoust142010 ». La transformation des grandes salles en plusieurs pièces confortables peut être mise en relation avec l’usage de Chinon comme relais de chasse par le dauphin Charles avant l’installation de la cour en 1427.

  • 11 Ce secteur n’a pas été fouillé en 2007. Quelques tranchées ont été réalisées dans le cadre d’une op (...)

7Roi en 1422, Charles VII fit entreprendre d’importants travaux à Chinon (fig. 4). Le bâtiment de Louis Ier d’Anjou connut quatre grandes modifications : l’étage fut couvert d’un plancher pour ménager un niveau habitable sous combles, la galerie de pierre fut détruite (la sablière de la charpente, qui s’appuyait au XIVe siècle sur la paroi interne de la coursive, dut être supportée par des poteaux de bois) et reconstruite au nord sous forme d’une galerie de bois plus légère et ouverte sur la pièce de l’extrémité ouest, une tour de latrines rectangulaire fut accolée au pignon occidental et des portes furent percées au nord pour donner accès à d’autres corps-de-bâtiment aujourd’hui disparus11. À l’est, une salle de plain-pied héritée des Plantagenêt (phase 2, état 3 : fig. 4) fut également transformée pour abriter trois niveaux constitués de deux pièces séparées par un mur de refend central : un rez-de-chaussée communicant avec le bâtiment occidental, un étage et un étage sous combles se prolongeant dans les tours rectangulaire et semi-circulaire du front sud dont les niveaux furent aménagés en pièces résidentielles (fig. 11 et 14). Une tourelle d’escalier en vis polygonale dans l’angle nord-est de ce nouveau bâtiment conduisait de la cour à la grande salle. Cette dernière, d’une superficie de 262 m2 et édifiée sur un niveau inférieur subdivisé en quatre pièces, était localisée à l’est.

  • 12 Le Grand Carroi ou la Maison des États Généraux, au 44 rue Haute-Saint-Maurice, abrite actuellement (...)
  • 13 BnF, département des manuscrits, ms. fr. 32511, Extraits de comptes royaux (de 1451 à 1475) aujourd (...)
  • 14 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455.

8Si le début des travaux n’est pas attesté, la grande salle devait être achevée en 1429 quand Charles VII y reçut Jeanne d’Arc, alors qu’en 1428 il avait dû rassembler les états généraux dans le Grand Carroi, logis de la ville12. Entre 1451 et 1453, un certain Olivier Pommier, officier comptable « demourant a Chinon » fut chargé des « reparations des chasteaux »13 sans doute en prévision de l’arrivée de Marie d’Anjou en 1454. Ces dernières, non localisées par les textes (annexe 2), ont pu être observées lors de l’étude du bâti sur les circulations des logis. Une tour rectangulaire contenant un escalier en vis fut adossée au pignon occidental contre la tour de latrines. Cette dernière, auparavant accessible uniquement depuis une plateforme en bois ouverte sur la salle du rez-de-chaussée à l’extrémité ouest, fut distribuée à chaque niveau par le nouvel escalier. À l’ouest, il débouchait sur le chemin de ronde de la courtine fermant la douve et reliant les logis à la tour de Boissy. Contre la face nord du logis oriental, entre la tourelle polygonale et la tour d’escalier carrée, une galerie de bois fut construite (fig. 6 et 8). La porte percée entre la tourelle polygonale et la grande salle fut bouchée et remplacée par une nouvelle porte plus au nord s’ouvrant sur cette galerie de bois (fig. 7). Ainsi, il était possible de gagner directement de la grande salle les pièces de l’étage du logis occidental sans passer par celles du logis oriental. Ces modifications du système distributif accentuèrent l’identité des trois blocs : la grande salle, le logis central isolé du logis occidental, le logis occidental gardant un lien avec la grande salle et pouvant communiquer avec le pôle militaire du fort du Coudray. Ces caractéristiques rendent compte de fonctions bien précises attribuées à des espaces parfaitement délimités pour lesquels la reine Marie d’Anjou, entre 1454 et 1455, fit appel à de nombreux artisans pour réaliser des pièces de mobilier14.

LES APPARTEMENTS ROYAUX

  • 15 Ibid., fos 68, v° et f° 70. « de dessus la chambre » signifie littéralement « au-dessus de la chamb (...)
  • 16 Archives communales de Chinon, BB1, Inventaire des munitions entreposées dans le château, 1568 ; Bo (...)
  • 17 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine, 1454-1455, fos 68v° et 69.

9En octobre 1454, la reine commandait à un menuisier « deux grans marchepiéz […] a mectre et tenir devant les fenestres de la chambre d’icelle dame oudit chasteau regardant du costé de la ville » et à un serrurier « trois clefs […] pour fermer trois huys de trois chambres qui sont es galleries de dessus la chambre de ladite dame et dessus la grant salle du chasteau dudit Chinon15 ». Ces informations nous assurent que la chambre de la reine, percée de fenêtres vers la ville, se trouvait être contigüe à la grande salle et sous les chambres aménagées dans les combles, auxquelles on accède par une coursive de 2 m de large au sud (fig. 9). La reine habitait donc le logis oriental, à la suite de la grande salle et en avant du logis occidental qui était celui du roi comme le précisent plusieurs inventaires ultérieurs qui ont gardé en mémoire la dénomination de « la chambre nattée du roi16 » (fig. 10). Les appartements de la reine et ceux du roi ne communiquaient entre eux que par la galerie de bois de la façade septentrionale, galerie qui débouchait dans la grande salle, devant la cheminée monumentale où devait se dresser l’estrade royale à l’opposé de l’entrée publique précédée de degrés, comme le montre le dessin de Gaignières qui, par ailleurs, atteste de l’existence de deux souches de cheminée au niveau du pignon oriental, outre celle du pignon occidental, et de grandes croisées à doubles traverses qui éclairaient la salle haute (fig. 8). Les fenêtres devaient être dotées de coussièges puisque Marie d’Anjou commandait en 1454-55 « deux grans aiz […] a couvrir les coussieges des fenestres de la sale dudit chasteau du costé de la ville » et « deux aiz […] aux coussieges d’une des fenestres croisées de la sale dudit chasteau sur la court d’icellui chasteau, a s’ayseoir dessus17 ». L’ensemble du bâtiment était certainement couvert d’une charpente lambrissée comme aux grandes salles des palais de Jean de Berry à Poitiers, Bourges ou encore à Mehun-sur-Yèvre.

Fig. 6 > Traces de la galerie de bois sur la façade septentrionale du logis oriental (les cercles oranges entourent les encastrements des jambes de forces qui soutenaient le plancher tandis que les cercles bleus désignent les trous des solives qui couvraient la galerie).

Fig. 7 > Vue du pignon occidental de la grande salle. Le trait noir contourne le bouchage de la première porte donnant sur la tourelle d’escalier polygonale (cf. phase 3, état 8).

Fig. 8 > BnF, département des estampes : « Veüe de la Chambre du Roy Charles 7.e dans le Chasteau de Chinon, où il receut la Pucelle d’Orléans ; Mons.r le duc de Richelieu, à qui appartient ledict chasteau, a donné ordre pour le demolir », gravure no 5322 de la Collection Roger Gaignières, réalisée par Louis Boudon ( ?) à partir d’une aquarelle de Roger Gaignières, 1699. [© BnF]

Fig. 9 > Vue du niveau sous combles du logis oriental avant les restaurations de 2007.

  • 18 Ibid., KK 51, Comptes de l’argenterie ordinaire et extraordinaire du roi de 1458 à 1459, f° 96v°.
  • 19 Ibid., fos 78v° et 80.

10Les logis du roi et de la reine comprenaient chacun deux pièces en enfilade (de 65 m2 et 52,50 m2 pour ceux de la reine et de 77 m2 et 90 m2 avec la galerie pour ceux du roi), des petites salles annexes, des latrines et une vis donnant accès à l’étage sous combles (fig. 10). La première pièce directement accessible par un escalier – qu’il s’agisse pour la reine de la vis dans la tourelle polygonale ou pour le roi du grand escalier dans la tour carrée faisant office d’escalier d’honneur –, s’apparente à une chambre à parer où les courtisans et conseillers pouvaient se présenter et être reçus. La seconde, communicant avec des espaces plus intimes, serait la chambre. Celle du roi donnait sur un retrait chauffé associé à des latrines dans la tour accolée au pignon occidental tandis que d’autres annexes ou chambres pouvaient prolonger les appartements dans l’aile ouest. Il n’y avait pas de siège de latrine mais un conduit menant à la fosse qui s’ouvrait par une petite porte sur le retrait adjacent (fig. 11). C’est sûrement pour cette raison qu’une « chaire du retrait dudit sir » c’est-à-dire une chaise percée munie d’un bassin fut commandée par le roi18. D’ailleurs le retrait pouvait remplir à l’occasion la fonction de salle de bain et accueillir une baignoire et des bassins tel que le « grant bacin de laton […] pour servir audit sir a laver ses piez » acheté par le roi en 145819. Anne de Beaujeu, dans une de ces lettres de 1446, évoquait un retrait faisant plutôt office de cabinet, dans le logis du dauphin Louis au château de Chinon :

  • 20 BnF, ms. fr. 20437, déposition d’Antoine de Chabannes à propos de la conduite future de Louis XI, 2 (...)

Monsieur le dauphin estant en son retrait en son logeis ou chasteau de Chinon avec lui plusieurs de ses gens, il qui parle y entra, et tostapres qu’il fut dedens, mondit seigneur dista ceulx qui estoient en sondit retrait qu’ilz saillissent dehors et appella il qui parle et le retint avec lui et le tira vers une fenestre qui regarde sur les champs en devisant de plusieurs choses.20

Fig. 10 > Plan du premier étage des logis royaux à la fin du XVe siècle. [Restitution Solveig Bourocher]

11Aucun autre texte ne mentionne les appartements du dauphin à Chinon mais il est possible qu’il ait investi les chambres de son père qui, dans la seconde moitié du XVe siècle, préférait séjourner au château de Mehun-sur-Yèvre. Le seul retrait conservé qui possède une fenêtre regardant côté champs, c’est-à-dire au nord, est bien celui de la tour de latrines contre le pignon occidental. Cependant, il est probable que le retrait désigné par Anne de Beaujeu se situait dans l’aile nord disparue.

  • 21 AN de France KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69.

12La chambre privative de la reine s’ouvrait sur les tours semi-circulaire et rectangulaire du front sud qui renfermaient des retraits ou études tandis que depuis la chambre à parer un petit passage dans la courtine donnait accès à une tour de latrines. La reine acheta « trois soliveaulx chacun de dix piez de long ou environ […] a plancher et clourre le dessus de l’un des retraiz de la chambre oudit chasteau21 ».

Fig. 11 > Porte ouvrant sur le conduit de latrines à l’étage de la tour occidentale.

  • 22 Ibid., fos 68v° et 69.
  • 23 Chatenet Monique et Cussonneau Christian, « Le devis du château de Jarzé : la place du lit », Bulle (...)

13Dans la chambre de la reine existaient donc plusieurs retraits dont l’un de 10 pieds de long (3 m) ; or le retrait de la tour semi-circulaire a une largeur maximale de 3,40 m et celui de la tour rectangulaire adjacente, une largeur et une longueur équivalentes à 2,70 m (fig. 10). Ce dernier comportait une petite cheminée et une vis menant aux combles. Outre ces retraits annexes, l’une de ces pièces aurait été subdivisée par des cloisons de bois pour ménager un oratoire et une garde-robe : en 1454, la reine commandait « ung lieutrin de boys a pié tournant par une viz […] a tenir son livre devant elle quant elle dit ses heures en la chambre » mais également « une presse de boys […] a presser ses atours » et « 15 regles de boys […] pour ordonner les atours ». « [L’]ostevent de boys […] assiz en la chambre de ladite dame » aurait pu aussi bien préserver la chambre des courants d’air provenant de la galerie de bois que servir de « tournavent » en distribuant l’oratoire et la garde-robe. La chambre proprement dite accueillait « une table de noyer […] de six pieds de long ou environ [soit 1,80 m], garnie de haulx trecteaulx » dont la fonction n’est malheureusement pas précisée – elle a pu servir de présentoir d’objets précieux, de vaisselle ou de tapisseries ou bien tout simplement de table pour dîner – et « une petite table de chesne longue de quatre pieds ou environ [soit 1,20 m] garnie de treteaulx […] a mectre et tenir devant les fenestres de ladite chambre pour son service » c’est-à-dire pour l’ouvrage de la broderie22. Bien évidemment, il ne faut pas oublier le lit, pièce de mobilier fondamental autour de laquelle s’organise toute chambre qu’elle soit à parer ou privative. Absent des comptes, son emplacement – éclairé par le devis du château de Jarzé23 dans la seconde moitié du XVe siècle – se perçoit dans chaque chambre et se trouve précisé plus tard par Philibert Delorme :

  • 24 Delorme Philibert, Le Premier livre de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, livre IX, chap. I, f° (...)

pour une salle il faut toujours ériger au milieu : j’entend au milieu du pignon et muraille qui fait la séparation des salles et chambres […]. Au contraire, il ne faut ériger les cheminées des chambres au milieu des faces desdictes chambres : mais bien les tirer plus à costé, pour donner espace et largeur suffisante à la place du lict, et de la chaire qui doit estre aupres, et une autre petite espace pour la ruelle. Telle largeur doit être communément de neuf pieds [soit 2,70 m] pour le moins aux chambres moyennes, qui ont de vingt à vingt-deux pieds de large, et dix pieds [soit 3 m] à celles de 24.24

  • 25 La ruelle est le nom donné à l’espace laissé libre entre le lit et le mur.

14Les chambres du roi et de la reine ont entre leur cheminée et l’angle de mur aveugle un espace minimum de 2,70 m permettant d’accueillir le lit, une chaire et de ménager une petite ruelle25.

  • 26 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 119v°. L’ensemble des ouv (...)
  • 27 Boisnard Luc, « L’inventaire du château de Chinon en 1569 », op. cit., p. 152. Louis Le Bascle, sei (...)

15Le niveau sous combles reprenant en grande partie les dispositions de l’étage abritait certainement des chambres dédiées à des gens de maison ou aux enfants (fig. 12). Les « chambres […] es gallerie de dessus la chambre de ladite dame » déjà citées, qui communiquaient avec les appartements de la reine par la vis du retrait, pouvaient être occupées par le petit Charles de France, frère cadet du dauphin Louis, âgé de 8 ans en 1454. À cette date il vivait à Chinon auprès de sa sœur, Madeleine de France, et de sa mère qui lui procura des « livres bien escripz en beau parchemin et richement enluminéz […] delivréz à maistre Robert Blondel, maistre d’escolle de monseigneur Charles ainsi qu’il s’ensuit. C’est assavoir ung Abc, ungs sept pseaulnes, ung donast, ungs accidens, ung caton et ung doctrinal » et « une tablete carrée assise sur une croisée de fort boys et sur un pyé qui tourne a mectre dessus les poulpitres et livres ou aprant mondit seigneur » pour son éducation26. Ces ouvrages auraient pu être abrités dans une pièce d’étude au niveau sous combles des tours semi-circulaire et rectangulaire du front sud : l’inventaire de 1569 y mentionne une « chambre haulte, où est deceddé ledict feu le Bascle, respondant sur la ville27 ». En revanche, rien ne vient nous renseigner sur les chambres en galetas situées au-dessus des appartements du roi.

Fig. 13 > Plan du rez-de-chaussée des logis royaux à la fin du XVe siècle. [Restitution Solveig Bourocher]

  • 28 AD d’Indre-et-Loire, C 655, procès-verbal de prisée, visite et estimation des réparations faites au (...)
  • 29 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69 et KK 51, Comptes de l (...)
  • 30 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69v° et KK 51, Comptes de (...)

16Le rez-de-chaussée (fig. 13) comportait quatre pièces, cuisines et communs en relation directe avec la cour et à la proximité d’un puits : un inventaire de 1633 mentionne d’est en ouest, le magasin aux armes, la cuisine, la salle du commun et la sommellerie28. Cependant, ces dénominations trop tardives ne semblent plus correspondre aux pièces du XVe siècle. La présence de latrines et de retraits aux côtés d’un garde-manger au premier niveau de la tour semi-circulaire mènent à penser que le rez-de-chaussée abritait plutôt des cuisines de bouche réservées au roi et à la reine, indépendantes des cuisines de la grande salle destinées à préparer les festins (fig. 14). La « cuisine de ladite dame » et la « cuisine de bouche du roy » sont effectivement attestées dans les comptes de l’argenterie29. La cuisine de la reine est située sous une « chambre pour une des femmes d’icelle dame » qui pourrait correspondre à l’étage intermédiaire de la tour semi-circulaire, la cuisine du roi est décrite à travers son mobilier luxueux : « le banc ou le roy nostre sir se siet a table » au marchepied de drap vert de Frise et carreau de plume et futaine bleue couvert de damas vert qui s’harmonisaient avec l’or du « dosseree de linge […] servant a tendre sur la table du roy30 ».

Fig. 14 > Cheminée de la cuisine de bouche de la reine, sous la chambre à coucher de la reine.

MARIE D’ANJOU À CHINON

  • 31 Pérouse de Montclos Jean-Marie, « Logis et appartements jumelés dans l’architecture française », da (...)
  • 32 Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’art, no 100, Paris, 1993-1992, p. 44-57.
  • 33 Chatenet Monique, « Les logis des femmes à la cour des derniers Valois », dans Jan Thorbecke, Das F (...)
  • 34 Chevalier Bernard, « Marie d’Anjou, une reine sans gloire, 1404-1463 », dans Contamine Philippe et (...)
  • 35 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine, 1454-1455, f° 69v°.
  • 36 BnF, ms. fr. 9667, 2, 2, cité par Chevalier B., « Marie d’Anjou… », op. cit., p. 83.
  • 37 Fresne de Beaucourt Gaston du, Histoire de Charles VII, Paris, 1881-1891, t. 2, p. 302 et t. 3, p.  (...)

17La juxtaposition horizontale des appartements royaux à l’étage, fonctionnant sur un principe de répétition, peut surprendre pour un logis du milieu du XVe siècle. En effet, depuis la construction du Louvre par Charles V, le modèle privilégié était celui de la hiérarchisation verticale. Le choix d’un logis double ou jumelé résulterait, selon Jean-Marie Pérouse de Montclos, de l’investissement d’un pouvoir personnel par la femme31. Ainsi, au XVIe siècle, la reine Anne de Bretagne possédait aux châteaux d’Amboise et de Blois des appartements symétriques à ceux de ses époux successifs. Selon Évelyne Thomas, le logis des Sept Vertus d’Amboise comportait une vis centrale et une galerie extérieure menant, au troisième étage, à une salle qui donnait, à l’est, sur la chambre et la garde-robe de la reine et, à l’ouest, sur la chambre et la garde-robe du roi32 (fig. 15). Au château de Blois de Louis XII, la simple lecture des volumes et des armoiries sculptées (l’hermine et le A pour Anne de Bretagne et le porc-épic et le L pour Louis XII) permet de situer des appartements dédiés au roi et à la reine à l’étage de l’aile Louis XII, répartis de chaque côté d’une salle centrale (fig. 16). Si ces appartements étaient en réalité des pièces d’apparat destinées aux logements d’invités prestigieux, en avant des appartements officiels en fond de cour, et si la salle centrale servait plus au roi qu’à une fonction commune, l’importance symbolique de la fusion du couple royal plaçait la reine dans un rôle fort de soutien aux côtés du roi33. Bernard Chevalier a démontré combien Marie d’Anjou avait épaulé Charles VII pendant son règne34 : élevée dans les demeures angevines, elle reçut une éducation privilégiée tout comme son jeune frère René dont la présence à Chinon est clairement attestée en 1454 par un article des comptes : « pour six autres chassis de boys […] pour les fenestres de la chambre ou fu logié le roy de Sicille quant il vint devers ladite dame audit lieu [de Chinon], 6 s. 8 d. t.35 ». Devenue reine, Marie d’Anjou donna à son premier fils le prénom de Louis « en remembrance de saint Loys de Marseille », saint de la maison d’Anjou36. En 1433, alors que Georges de La Trémoille tramait un complot à Chinon, la reine assuma des charges nouvelles, la garde du dauphin Louis, la lieutenance générale du royaume en l’absence du roi et la présidence du conseil : il fallait « avoir l’ayde de la royne » pour atteindre son frère, Charles du Maine, « qui a grant gouvernement autour du roy » et la « royne de Naples sa mère37 ».

Fig. 15 > Château d’Amboise. Logis des Sept Vertus, 3e niveau. Restitution du plan des logis royaux par Evelyne Thomas et Jean Blécon (dessin de Jean Blécon dans Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’art, no 100, 1993-1992, p. 52, fig. 18) : 1/ garde-robe de la reine ; 2/ chambre de la reine ; 3/ salle ; 4/ chambre du roi ; 5/ garde-robe du roi ; 6/ galerie fermée.

Fig. 16 > Château de Blois. Aile Louis XII, 1er étage. Restitution du plan des appartements habités par les archiducs d’Autriche en décembre 1501 d’après le plan de Jacques Androuet Du Cerceau et les travaux de Monique Châtenet (Châtenet Monique, La cour de France au XVIe siècle, Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 205, fig. 94 ; Châtenet Monique et Girault Pierre-Gilles, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes, PUR, 2010, p. XVI, fig. 17) : 1/ « galerie tendus des faicts des Troyens » ; 2/ « grande salle tendue des gestes d’Alexandre le Grand » ; 3/ « chambre où [l’archiduc] se tenoit et se retiroit tout le jour » ; 4/ « deux ou trois petites chambres bien accoustrées, mais pour ce que l’archiduc en faisoit ses garderobbes, nul n’y alloit » ; 5/ « chambre de l’archiduchesse où lesdits sieur et dame couchoient […] tendue de drap d’or » ; 6/ « chambre au derriere tendue de veloux cramoisy brodee de K et de A couronnés » ; 7/ « chambre […] tendue de satin cramoisy brodé de cordelière et orangé aux armes de Bretagne » ; 8/ « [chambre] tendue de veloux blanc et violet semé de A et D d’or brodé dessus ; en ce lieu faisoit l’archiducesse sa chambre de retraite ou estoit une selle d’argent sous un pavillon carré de damas blanc et violet ».

  • 38 AN de France, KK 5302, Fragments de comptes de la reine (non foliotés) et BnF, ms. fr. 20429, Lettr (...)
  • 39 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69.
  • 40 Ibid., f° 69. Henri de Vulcop, originaire du bourg de Vuilkop aux environs d’Utrecht, est documenté (...)
  • 41 Dufaÿ Bruno, Forteresse de Chinon…, op. cit., 2012, t. 1, p. 72 et 76-77.

18Le domaine de Chinon – reçu par Marie d’Anjou en douaire le 27 mai 1423, après son mariage avec Charles VII, et conservé à la mort de son époux, Louis XI, à peine monté sur le trône, réitérant le don des terres et seigneuries de Chinon à sa mère – comptait pour Marie d’Anjou. Après son installation au château en 1454, la reine signa la plupart de ses lettres patentes à Chinon. Aussi entre 1455 et 1458 elle paya les « gaiges des gens de sa chappelle, des chevaliers, gentilz hommes, dames, damoiselles et officiers de son hostel » au château de Chinon et en 1461 c’est encore de ce même lieu qu’elle écrivit à son fils Louis pour le prévenir de l’agonie du roi38. Si, en 1454, Marie d’Anjou prenait une part moins importante à la vie politique, néanmoins elle ne dépensait pas moins de 26 586 livres, 2 sous et 6 deniers tournois pour l’achat d’étoffes, de pièces d’orfèvrerie, de livres enluminés, de coffres et pour divers travaux au château de Chinon. Plusieurs aménagements y furent ainsi réalisés pour loger les gens de sa maison : « deux autres cloisons d’aiz […] aux deux boutz d’une des autres galleries dudit chasteau derriere les cuisines d’icellui chasteau pour loger Jehanne Burelle et Jehanne Rochelle damoiselles de ladite dame » et « une petite chambre d’aiz en l’un des boutz des galleries dudit chasteau ou est le jeu de paulme pour faire besougner ledit paintre […] [avec] une petite couche de boye à faire ung lit pour mectre en icelle petite chambre d’aiz pour coucher ledit paintre39 ». Le peintre de la reine, Henri de Vulcop, se vit attribuer une chambre à coucher en plus de sa « chambre d’aiz » qui avait une fonction d’atelier puisqu’elle accueillait « une table garnye de treteaulx […] a paindre dessuz » et « une selle de fort boys quatre piez […] a asseoir le marbre dudit paintre a broyer ses coulleurs et matieres dont il paint40 ». La localisation de la plupart de ces pièces n’est pas possible aujourd’hui mais, lors des fouilles réalisées entre 2008 et 2010 à l’emplacement présumé de l’aile nord, Bruno Dufaÿ et François Capron ont mis au jour une grande salle bordée d’une galerie de pierre qui pourrait s’apparenter au jeu de paume41.

  • 42 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 99 v°.
  • 43 Ibid., f° 15v°, 16v°, 20, 89, 101v°, 127v°.

19En maîtresse des lieux, Marie d’Anjou engagea également plusieurs manœuvres pour des travaux extérieurs, aux logis ou au Fort Saint-Georges. Ainsi « Jehan Roncin et Jehan Josses […] [durent] vuyé par l’ordonnance d’icelle dame les terres de dessous les fossés qui sont a l’entour dudit chasteau de Saint George et fait belles allées a soy aller esbatre a sa plaisance […] et [pendant] cinquante trois journees d’omme […] vacqué et vuider et oster les terres qui estoient devant l’ostel neuf du chasteau dudit Chinon et donné cours à l’eaue de l’esgout qui chiet dudit hostel42 ». Outre les promenades dans ses jardins, la reine prenait plaisir à s’entourer d’animaux, tels des chiens, une « chievre sauvage » ou encore un « papegault » et des outardes, et à partir pour la chasse avec sa fille Madeleine de France. Cette dernière perdit au mois d’août 1455 « sa sainture […] en alant a la chasse avecques la Royne » et se vit offrir « une poupée de Paris faicte en façon d’une damoiselle a cheval et ung varlet a pie43 ».

UN PARTI ARCHITECTURAL MODESTE

  • 44 Chatenet Monique (dir.), Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, Actes des premières re (...)
  • 45 Le Pogam Pierre-Yves, « Les “œuvres royaux” sous Charles VII », dans Chapelot Odile (dir.), Du proj (...)
  • 46 Robin Françoise, La cour d’Anjou-Provence, La vie artistique sous le règne de René, Paris, Picard, (...)

20Cet engouement pour la nature partagée par Charles VII, Marie et René d’Anjou pourrait-il expliquer leur goût pour une architecture assez humble comme celle de la maison aux champs ou du manoir, moins contrainte par le cérémonial de cour44 ? En effet, les changements de résidence de Charles VII (de Razilly, à Montbazon, Champigny, Montils-lès-Tours, les Roches-Tranchelion et d’autres lieux encore) dépassaient « le cadre du droit de gîte traditionnel45 » et participaient d’une volonté de séjourner fréquemment au manoir. Le bon roi René possédait quant à lui de nombreuses demeures dans les environs d’Angers tels que Ponts-de-Cé, Baugé, Chanzé, Rivettes, La Ménitré, Épluchard ou Reculé. Toutes n’ont pas été conservées mais les corps de bâtiment encore visibles aujourd’hui ont des caractéristiques communes aux logis de Chinon : une sobriété des façades avec peu de décors sculptés, un nombre de pièces réduit et des volumes parfaitement rectangulaires. Françoise Robin relève sous le règne du roi René, « la grande retenue des programmes ornementaux, l’austère simplicité des croisées, relativement sévères pour la plupart, soulignées seulement de quelques moulures46 ». Aux façades des logis de Chinon seules les baies, parfois agrémentées d’un simple chanfrein, viennent rythmer les murs selon des axes verticaux et horizontaux plus ou moins réguliers. La gravure de Gaignières montre néanmoins que la grande salle avait fait l’objet d’une attention toute particulière : les croisées étaient surmontées d’archivoltes, l’entrée publique était encadrée de colonnes jumelées supportant un arc en accolade dont l’intrados était sculpté des armes royales et des crochets ou choux frisés ornaient les rampants des deux pignons (fig. 8).

  • 47 Cron Éric, Le Manoir en Touraine de 1450 à 1550 : caractéristiques distributives et architecturales (...)

21Utilisée comme relais de chasse par le dauphin Charles, la résidence de Chinon fut modernisée par le « petit roi de Bourges » lors des premières années de son règne puis, en 1454, par Marie d’Anjou qui en fit sa demeure de plaisance. Chacun des appartements royaux était constitué de deux chambres successives, la garde-robe de la reine devant être installée à l’intérieur même de sa chambre privative. Le parti pris de la cuisine et d’une salle au rez-de-chaussée surmontées de deux chambres à l’étage est une disposition courante tant en Bretagne et Normandie qu’en Anjou et en Touraine, tout particulièrement en Chinonais dans les petits logis du XVe siècle : La Fromentière, La Fuye, Le Plessis-Gerbault, La Vauguyon ou encore Le Vaubreton47. Ainsi les logis royaux du château de Chinon partageaient-ils une communauté d’esprit avec bien des manoirs, mais dans une distribution plus complexe munie de retraits et d’études disposés dans des tours rectangulaires.

Annexes

ANNEXE I. Tableau répertoriant les meubles et autres objets commandés par la reine en 1454-1455 pour mettre en sa chambre

Nature du meuble ou de l’objet

Matériaux, mesures, équipements et ornements

Prix

Fonction

Emplacement

Ostevent

Bois et fer

25 s. t.

Protéger des courants d’air ou distribuer des espaces cloisonnés

Lutrin

Bois ; pied tournant grâce à une vis

35 s. t.

Lire les heures

Probablement dans un petit espace servant d’oratoire

Règles (15)

Bois

3 s. 6 d. t.

Ordonner les atours

Table et tréteaux

Noyer ; longue de 6 pieds (soit 1,80 m)

35 s. t.

Grands marchepieds (2)

Bois

7 s. 6 d. t. la pièce

Devant les fenêtres

Tavelles (8)

Noyer

5 s. t.

« Desvuyder les soyes » pour faire des ouvrages de broderie

Probablement rangées sur la petite table réservée à « son service »

Petite table et tréteaux

Chêne ; longue de 4 pieds (soit 1,20 m)

10 s. t.

« Pour son service »

Devant les fenêtres

Solives (3)

Longues de 10 pieds (soit 3 m)

10 s. t.

« Plancher et clourre le dessus de l’un des retraiz »

Retrait dans la chambre

Presse

Bois

55 s. t.

Presser les atours

Probablement dans la garderobe

Petit coffret

Bois ; sans pied ; ferré ; fermant à clé

Grand coffre

Cuir serti de fer blanc ; étoffé dedans et dehors, garni de deux clés

11 £ t.

« pour mectre et garder ses draps de lit et autre linge d’icelle dame »

Peut-être rangé dans la garde-robe car il est confié à Guillemine Fueillete, femme de chambre de la reine

ANNEXE II. Tableau récapitulatif et chronologique des différentes interventions attestées par les sources au château de chinon au XVe siècle

Notes

1 Philippe Michel, Le château de Chinon, étude documentaire, Orléans, Service régional de l’archéologie du centre, 2001 et Saint-Jouan Arnaud de, « Les logis royaux du château de Chinon », Monuments en Touraine, Congrès archéologique de France, 155e session, 1997, Paris, Société française d’archéologie, 2003, p. 105-113.

2 Je tiens vivement à remercier Alain Salamagne qui a dirigé mes recherches sur le sujet lors de mon master et l’équipe du service archéologique départemental d’Indre-et-Loire dirigée par Bruno Dufaÿ qui m’a accueillie lors d’un stage d’archéologie du bâti aux logis de Chinon.

3 Dufaÿ Bruno, Lefebvre Bastien, Bourocher Solveig, Forteresse de Chinon (37). Château du Milieu : étude des Logis Royaux, Conseil général d’Indre-et-Loire/Université de Tours, Rapport d’étude du bâti, Orléans, DRAC, 2007, 2 vol.

4 Aucune trace de cheminée n’a pu être relevée mais il est possible qu’une cheminée ait été détruite par la suite, lors de la construction du mur de refend. L’ancienne cheminée aurait alors été remplacée par de nouvelles fenêtres, plus nombreuses, au nord.

5 AN de France, P 1334, Recueil de documents sur la famille d’Anjou, 1380, f° 1 et J 375, Lettres patentes de Louis Ier d’Anjou, 1370, n° 2, f° 1.

6 British Library, add. ms. 21201, Comptes de Macé Darne, maître des œuvres de Louis Ier d’Anjou et comte du Maine entre 1367 et 1376, f° 139 (microfilm aux Archives départementales du Maine-et-Loire, 1 Mi 37).

7 Mérindol Christian de, « Les salles de justice et leur décor en France à l’époque médiévale », Histoire de la Justice, no 10, 1997, p. 5-80.

8 Mallet Jacques, « Les châteaux d’Angers et de Saumur sous Louis Ier d’Anjou », dans Salamagne A. (dir.), Le Palais et son décor au temps de Jean de Berry, Tours, PUFR, 2010, p. 140.

9 AN de France, KK 243, Comptes de l’hôtel de Yolande d’Aragon, reine de Sicile, 1409 (non folioté). Le « feu pere » ne désigne ici non pas le père de Yolande d’Aragon, Jean Ier d’Aragon qui n’avait aucun lien avec le château de Chinon, mais plutôt le père de son époux Louis II d’Anjou, Louis Ier d’Anjou, comte de Touraine entre 1370 et 1384.

10 Ibid., KK 53, Comptes de l’écurie du dauphin, 1419-1422, f° 25. Le « bacine » ou « bacinet » désigne une calotte de fer qui se portait sous le casque.

11 Ce secteur n’a pas été fouillé en 2007. Quelques tranchées ont été réalisées dans le cadre d’une opération « réseaux » entre 2008 et 2010, révélant plusieurs vestiges de murs : Dufaÿ Bruno et Capron François, Forteresse de Chinon (37072). « Opération(s) réseaux », rapport de diagnostics réalisés de décembre 2008 à mai 2010, Tours-Orléans : Conseil général d’Indre-et-Loire, SRA Centre, 2012, 3 vol.

12 Le Grand Carroi ou la Maison des États Généraux, au 44 rue Haute-Saint-Maurice, abrite actuellement le siège de la Société des amis du vieux Chinon et le musée d’Art et d’Histoire de la ville.

13 BnF, département des manuscrits, ms. fr. 32511, Extraits de comptes royaux (de 1451 à 1475) aujourd’hui disparus, transcrits par Du Fourny en 1884, fos 140, 154 et 162.

14 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455.

15 Ibid., fos 68, v° et f° 70. « de dessus la chambre » signifie littéralement « au-dessus de la chambre » tandis que « dessus la grant salle » renvoie plutôt à une idée de hiérarchie verticale : qui surplombe la grande salle.

16 Archives communales de Chinon, BB1, Inventaire des munitions entreposées dans le château, 1568 ; Boisnard Luc, « L’inventaire du château de Chinon en 1569 », Bulletin de la Société des amis du vieux Chinon, t. IX, n° 2, 1988, p. 147-154 ; BnF, ms. fr. 10204, Inventaire des munitions fait au château de Chinon, le 20 octobre 1616 ; AD d’Indre-et-Loire, C 655, Procès-verbal de prisée, visite et estimation des réparations faites au château de Chinon, dressé par Jacques Boultz, trésorier général de France, commissaire délégué à ce sujet par le Bureau des finances, 1633.

17 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine, 1454-1455, fos 68v° et 69.

18 Ibid., KK 51, Comptes de l’argenterie ordinaire et extraordinaire du roi de 1458 à 1459, f° 96v°.

19 Ibid., fos 78v° et 80.

20 BnF, ms. fr. 20437, déposition d’Antoine de Chabannes à propos de la conduite future de Louis XI, 27 septembre 1446, p. 3, cité dans Chatenet Monique, La Cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 160.

21 AN de France KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69.

22 Ibid., fos 68v° et 69.

23 Chatenet Monique et Cussonneau Christian, « Le devis du château de Jarzé : la place du lit », Bulletin monumental, t. 155-II, 1997, p. 103-126. Chatenet Monique, « “Cherchez le lit” : la place du lit dans la demeure française au XVIe siècle », version revue de l’article publié dans Aurora Scotti Tosini (dir.), Aspetti dell’abitare in Italia tra XV e XVI secolo. Distribuzione, funzioni, impianti, Milan, Edizione Unicopli, 2001, p. 145-153 [http://cour-de-france.fr/article651.html].

24 Delorme Philibert, Le Premier livre de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, livre IX, chap. I, f° 260.

25 La ruelle est le nom donné à l’espace laissé libre entre le lit et le mur.

26 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 119v°. L’ensemble des ouvrages commandés concerne majoritairement l’apprentissage de la langue, le Donat correspondant à une grammaire, le doctrinal aux rudiments du français et l’Abc à l’alphabet. Le Caton renvoie quant à lui aux livres de sentences morales du poète latin Caton tandis que les accidens au nombre de dix regroupent les caractéristiques de la matière.

27 Boisnard Luc, « L’inventaire du château de Chinon en 1569 », op. cit., p. 152. Louis Le Bascle, seigneur du Pin, gouverneur des ville et châteaux de Chinon décéda début mai 1569.

28 AD d’Indre-et-Loire, C 655, procès-verbal de prisée, visite et estimation des réparations faites au château, par Jacques Boultz, trésorier général de France, commissaire délégué à ce sujet par le Bureau des finances, 1633.

29 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69 et KK 51, Comptes de l’argenterie ordinaire et extraordinaire du roi de 1458-1459, f° 65v°.

30 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69v° et KK 51, Comptes de l’argenterie ordinaire et extraordinaire du roi de 1458-1459, f° 60v° et 78v°.

31 Pérouse de Montclos Jean-Marie, « Logis et appartements jumelés dans l’architecture française », dans Guillaume Jean (dir.), Architecture et vie sociale, l’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Actes du colloque de Tours du 6 au 10 juin 1988, Paris, Picard, 1994, p. 235-243.

32 Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’art, no 100, Paris, 1993-1992, p. 44-57.

33 Chatenet Monique, « Les logis des femmes à la cour des derniers Valois », dans Jan Thorbecke, Das Frauenzimmer, die Frau bei Hafe in Spätmittelalter und früher Neuzeit, Stuttgart, Verlag, 2000, p. 175-192 ; Chatenet Monique et Girault Pierre-Gilles, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes, PUR, 2010 ; Gaugain Lucie, Le château et la ville d’Amboise à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (1421-1525) : architecture et société, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Salamagne, CESR, Tours, soutenue le 21 mai 2011.

34 Chevalier Bernard, « Marie d’Anjou, une reine sans gloire, 1404-1463 », dans Contamine Philippe et Contamine Geneviève (dir.), Autour de Marguerite d’Écosse, reines, princesses et dames du XVe siècle, Actes du colloques de Thouars du 23 et 24 mai 1997, Paris, H. Champion, 1999, p. 81-98.

35 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine, 1454-1455, f° 69v°.

36 BnF, ms. fr. 9667, 2, 2, cité par Chevalier B., « Marie d’Anjou… », op. cit., p. 83.

37 Fresne de Beaucourt Gaston du, Histoire de Charles VII, Paris, 1881-1891, t. 2, p. 302 et t. 3, p. 82.

38 AN de France, KK 5302, Fragments de comptes de la reine (non foliotés) et BnF, ms. fr. 20429, Lettre de la reine au dauphin Louis le 24 juillet 1461.

39 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 69.

40 Ibid., f° 69. Henri de Vulcop, originaire du bourg de Vuilkop aux environs d’Utrecht, est documenté en 1451 à Paris, en 1454-1455 à Chinon au service de la reine Marie d’Anjou, en 1463-1464 au service de son fils Charles de France à Bourges, et jusqu’en 1472 à Bourges où il meurt avant 1479. Malheureusement nous ne possédons que peu d’informations sur la production de ce peintre, connu uniquement à travers quelques textes qui mentionnent des ouvrages peints pour la reine (AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 123v°).

41 Dufaÿ Bruno, Forteresse de Chinon…, op. cit., 2012, t. 1, p. 72 et 76-77.

42 AN de France, KK 55, Comptes de l’argenterie de la reine de 1454-1455, f° 99 v°.

43 Ibid., f° 15v°, 16v°, 20, 89, 101v°, 127v°.

44 Chatenet Monique (dir.), Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, Actes des premières rencontres d’architecture européenne, Château de Maisons, 10-13 juin 2003, Paris, Picard, 2003.

45 Le Pogam Pierre-Yves, « Les “œuvres royaux” sous Charles VII », dans Chapelot Odile (dir.), Du projet au chantier. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe et XVe siècles, Paris, 2001, p. 269.

46 Robin Françoise, La cour d’Anjou-Provence, La vie artistique sous le règne de René, Paris, Picard, 1985, p. 126.

47 Cron Éric, Le Manoir en Touraine de 1450 à 1550 : caractéristiques distributives et architecturales, Mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Jean Guillaume, CESR, Tours, 1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > AD d’Indre-et-Loire, 3P2/118, extrait du cadastre napoléonien (Chinon, section E1). [Cliché de l’atelier photographique]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 2 > AD d’Indre-et-Loire, C 189, plan de la route de Tours en Poitou par Azay-le-Rideau, Chinon et Loudun depuis Tours jusqu’à Chinon sur 23535 toises de longueur, 1758. [© Solveig Bourocher].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3 > Vues de la façade septentrionale des logis royaux avant et après restauration des toitures.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4 > Proposition de phasage chronologique des logis royaux de Chinon au rez-de-chaussée et à l’étage entre les XIIe et XVe siècles, parue dans Dufaÿ Bruno, Lefebvre Bastien, Bourocher Solveig, Forteresse de Chinon (37). Château du Milieu : étude des Logis Royaux, Conseil général d’Indre-et-Loire/Université de Tours, Rapport d’étude du bâti, DRAC, Orléans, 2007, t. 2, fig. 45.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 5 > Coupes transversales de moulures (Solveig Bourocher) : 1/ piédroit oriental de la fenêtre méridionale de la chambre à parer du roi ; 2/ meneau de la fenêtre méridionale de la chambre à parer du roi ; 3/ piédroit septentrional de la porte percée dans le mur de refend, au rez-de-chaussée, séparant les cuisines du roi.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 > Traces de la galerie de bois sur la façade septentrionale du logis oriental (les cercles oranges entourent les encastrements des jambes de forces qui soutenaient le plancher tandis que les cercles bleus désignent les trous des solives qui couvraient la galerie).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 7 > Vue du pignon occidental de la grande salle. Le trait noir contourne le bouchage de la première porte donnant sur la tourelle d’escalier polygonale (cf. phase 3, état 8).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 8 > BnF, département des estampes : « Veüe de la Chambre du Roy Charles 7.e dans le Chasteau de Chinon, où il receut la Pucelle d’Orléans ; Mons.r le duc de Richelieu, à qui appartient ledict chasteau, a donné ordre pour le demolir », gravure no 5322 de la Collection Roger Gaignières, réalisée par Louis Boudon ( ?) à partir d’une aquarelle de Roger Gaignières, 1699. [© BnF]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9 > Vue du niveau sous combles du logis oriental avant les restaurations de 2007.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 10 > Plan du premier étage des logis royaux à la fin du XVe siècle. [Restitution Solveig Bourocher]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 11 > Porte ouvrant sur le conduit de latrines à l’étage de la tour occidentale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 13 > Plan du rez-de-chaussée des logis royaux à la fin du XVe siècle. [Restitution Solveig Bourocher]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 14 > Cheminée de la cuisine de bouche de la reine, sous la chambre à coucher de la reine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 15 > Château d’Amboise. Logis des Sept Vertus, 3e niveau. Restitution du plan des logis royaux par Evelyne Thomas et Jean Blécon (dessin de Jean Blécon dans Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’art, no 100, 1993-1992, p. 52, fig. 18) : 1/ garde-robe de la reine ; 2/ chambre de la reine ; 3/ salle ; 4/ chambre du roi ; 5/ garde-robe du roi ; 6/ galerie fermée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 16 > Château de Blois. Aile Louis XII, 1er étage. Restitution du plan des appartements habités par les archiducs d’Autriche en décembre 1501 d’après le plan de Jacques Androuet Du Cerceau et les travaux de Monique Châtenet (Châtenet Monique, La cour de France au XVIe siècle, Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 205, fig. 94 ; Châtenet Monique et Girault Pierre-Gilles, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes, PUR, 2010, p. XVI, fig. 17) : 1/ « galerie tendus des faicts des Troyens » ; 2/ « grande salle tendue des gestes d’Alexandre le Grand » ; 3/ « chambre où [l’archiduc] se tenoit et se retiroit tout le jour » ; 4/ « deux ou trois petites chambres bien accoustrées, mais pour ce que l’archiduc en faisoit ses garderobbes, nul n’y alloit » ; 5/ « chambre de l’archiduchesse où lesdits sieur et dame couchoient […] tendue de drap d’or » ; 6/ « chambre au derriere tendue de veloux cramoisy brodee de K et de A couronnés » ; 7/ « chambre […] tendue de satin cramoisy brodé de cordelière et orangé aux armes de Bretagne » ; 8/ « [chambre] tendue de veloux blanc et violet semé de A et D d’or brodé dessus ; en ce lieu faisoit l’archiducesse sa chambre de retraite ou estoit une selle d’argent sous un pavillon carré de damas blanc et violet ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7397/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteur

Doctorante. Université François-Rabelais – Tours CESR – UMR/CNRS 7323

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site