Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie III – La distribution du château

Les tours maîtresses de Jean IV1

Marc Déceneux

Texte intégral

  • 1 L’article de M. Déceneux nous étant parvenu sans notes bibliographiques ni conclusion, il a été com (...)
  • 1 D’une manière générale on se reportera aux travaux de Jones Michael, « The Defence of Medieval Brit (...)

1Jean IV, comme duc de Bretagne (1365-1399), fut un grand bâtisseur de châteaux1. Cependant l’étude typologique des tours maîtresses édifiées à son initiative n’a pas été abordée : nous nous attacherons en particulier à l’étude de celle de Dinan après avoir évoqué deux cas qui nous posent problème.

  • 2 Boutin Abbé, « Description archéologique de Châteauceaux », Bulletin de la Société archéologique de (...)

2Le premier est constitué par le château de Champtoceaux ou Châteauceaux (Maine-et-Loire) sur la rive sud de la Loire (fig. 1). Nous savons que Jean IV, en 1371, y entreprit d’importants travaux de fortification. Mais le démantèlement de la forteresse en 1420, ordonné par le duc Jean V à la suite de l’attentat commis contre lui par les Penthièvre, a réduit celle-ci à un amas de ruines difficilement déchiffrables. L’essentiel de la documentation actuelle réside dans un relevé des ruines assez sommaire, dressé par l’abbé Boutin et publié par Roger Grand2. On y voit, à l’ouest de la ville close, une importante forteresse séparée de la cité par un grand baile. Son tracé géométrique régulier à tours d’angles et tours flanquantes indique une implantation du XIIIe siècle, que trahit encore une tour maîtresse circulaire entourée d’un fossé à l’angle extrême méridional de l’enceinte, selon un parti qui rappelle Saint-Aubin-du-Cormier. L’intervention de Jean IV pourrait alors se lire dans la présence d’une seconde tour, elle aussi de plan circulaire et entourée d’un fossé, à cheval sur le rempart oriental, face au baile, dominant l’entrée fortifiée de la cour : cette disposition évoque en effet celle qui sera mise en œuvre par le duc, une vingtaine d’années plus tard, au château de Hédé.

Fig. 1 > Plan du château de Champtoceaux.

  • 3 Mussat André, Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 74.

3La seconde tour-maîtresse attribuée à Jean IV, au polygone de neuf faces, est celle dite « vieux donjon » au château de Nantes (fig. 2). Le duc y fit exécuter des travaux en 1367 (il est fait mention d’une tour neuve) puis en 1382, et encore en 1392. Pour André Mussat, les mâchicoulis bretons y apparaîtraient peut-être pour la première fois3, mais en réalité, maintes fois transformée, cette tour présente plutôt des caractères du XVe siècle.

LA TOUR DE PIRMIL

  • 4 Bougoüin Charles, La Forteresse de Pirmil (en Bretagne), Nantes, Impr. Mellinet, 1865, 31 p. ; Id., (...)
  • 5 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 173 ; Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge : (...)
  • 6 Jones Michael, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, t. 2, Paris, Klincksieck, 1983, p. 65 (...)
  • 7 AM de Nantes.
  • 8 Celles du châtelet d’entrée du Mont-Saint-Michel, édifié en 1393, ont été questionnées, voir Salama (...)

4La tour de Pirmil, totalement disparue de nos jours, se trouvait sur la rive sud de la Loire, à l’entrée du pont qui franchissait ce fleuve pour donner accès à la porte méridionale de l’enceinte : elle était intégrée dans une enceinte flanquée de deux tourelles, dites « tours de Dieu et de la Sèvre4 ». En 1365, Jean IV chargeait Nicolas Bouchard, amiral de Bretagne, d’élever à Pirmil une grande bastille que l’on peut penser avoir été de bois5. Un acte de Jean IV, daté du 29 août 1397, nous apprend que des réparations devaient être conduites entre autres au « chastel de Pirmil6 », ce qui rend vraisemblable l’existence antérieure de la tour. Les relevés effectués au XVIIIe siècle7 attestent qu’elle conservait alors toute son élévation dont un pan, effondré, laisse également voir les grandes lignes de l’organisation intérieure (fig. 3). De plan cylindrique, à base fortement empâtée, elle s’élevait, semble-t-il, sur trois niveaux couverts d’un chemin de ronde sur mâchicoulis. Aucune trace de voûte n’étant visible sur le dessin de l’élévation, les étages devraient donc être planchéiés. Par contre les percements visibles sur le périmètre de la tour représentent des fentes de tir à orifice circulaire pour le passage des pièces d’artillerie à feu, embrasures qui ne peuvent être contemporaines des années 1365-1366, les premières attestées dans l’architecture bretonne (la tour Solidor ?) ne le sont pas avant le début du XVe siècle8. Les embrasures de tir de Pirmil pourraient être rattachées à une campagne ultérieure, vers le milieu du XVe siècle : le dessin de Nantes montre des embrasures à courte hampe verticale au-dessus de l’orifice circulaire qui semblent correspondre à des caractéristiques plus proches des années 1460-1470 que des années 1400.

Fig. 2 > Nantes, les mâchicoulis « bretons » de la tour Neuve. [© G. Danet]

LA TOUR DE CESSON (fig. 4)

  • 9 La Borderie Arthur de, « Les monuments de l’architecture militaire du Moyen Âge en Bretagne », Bull (...)
  • 10 Mussat A., Arts et cultures, op. cit., p. 67.
  • 11 Blanchard René, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles (...)

5À cet égard, il n’est pas sans intérêt de comparer Pirmil à une autre réalisation ducale d’un concept assez proche, mais qui remonte à la seconde partie du règne : la tour de Cesson à Saint-Brieuc, démolie par la mine en 1598 et qui est généralement datée de 13959. André Mussat remarquait que la tour portait les armes de Jean IV et de sa femme Jeanne de Navarre, épousée en 1386 et veuve en 139910. Cette fourchette peut encore être légèrement resserrée, Jean IV n’étant entré en possession de sa châtellenie de Cesson, qu’il avait offerte jadis à Olivier de Clisson avant leur brouille, qu’à partir du second semestre 1387. La date traditionnelle de 1395, incluse dans la fourchette 1387-1399, reste donc plausible et il est possible que les anciens auteurs qui la citent unanimement aient eu accès à des sources aujourd’hui perdues. Nous savons toutefois que la construction ne fut achevée qu’en 1407, un acte de Jean V du 16 avril de cette année mentionnant la fourniture de « plon pour couvrir la tour de Cesson11 ».

Fig. 3 > Nantes, la tour de Pirmil au XVIIIe siècle (AM de Nantes). [© M. Déceneux]

Fig. 4 > Saint-Brieuc, tour de Cesson vers 1900. [Neurdein frères, collection particulière]
Saint-Brieuc, tour de Cesson vers 1930. [éd. Yvon, colle
ction particulière]

  • 12 Régaire ou seigneurie et juridiction temporelle des évêques.

6La forteresse de Cesson était le centre d’une châtellenie très importante, dont dépendait féodalement le régaire de Saint-Brieuc12. Elle avait également un rôle militaire considérable et commandait la baie du Cap Fréhel à l’île de Bréhat. Aussi le site avait-il été fortifié depuis longtemps (Jean IV y avait nommé un capitaine avant 1367) lorsque le duc entreprit la construction d’une nouvelle tour de plan circulaire. Cette tour, ruinée sous Henri IV, a conservé son élévation sur la moitié de sa hauteur comme à Saint-Aubin-du-Cormier. Elle était entourée d’un double fossé taillé dans le rocher et dominait un vaste baile renfermant notamment la chapelle consacrée à saint Maurice. Élevée au moins de quatre niveaux, elle enfermait à chaque étage une pièce hexagonale que desservait une vis d’escalier montant de fond. Son entrée, surélevée, était défendue par un pont-levis à flèche unique dont le tablier venait s’encastrer dans un renfoncement rectangulaire, selon un système visible entre autres sur la poterne latérale de la tour maîtresse de Dinan.

7Les maçonneries, d’un bel appareil organisé en assises régulières et admirablement liées à la chaux, offrent une puissance exceptionnelle : pour un diamètre de plus de 15 mètres à la base, elles présentent une épaisseur de 4,80 m à hauteur de l’entrée et 4,00 m au premier étage (soit un rapport plein/vide à la base de 3,12 alors qu’il n’était, selon le relevé du XVIIIe siècle, que de 1,55 à la tour de Pirmil !). Néanmoins les étages étaient éclairés de grandes fenêtres à coussièges ouvertes par de larges ébrasements. Fréminville, qui avait pu observer de près les ruines – ce qui n’est plus possible aujourd’hui – notait « des fenêtres en forme d’embrasures, les unes carrées, les autres ceintrées », ce qui semble indiquer que les linteaux étaient surmontés d’arcs de décharge. Le même auteur signalait encore que : « dans l’intérieur de la tour on voit des portes en ogive qui communiquaient d’une salle dans l’autre ». Ces portes ménagées dans les embrasures des fenêtres ou à l’angle des pans coupés des pièces intérieures, donnaient accès à de petits dégagements ménagés dans l’épaisseur des murs, sans doute des réduits de latrines. Même si l’on ne distingue pas d’emplacement de cheminées (qui devaient se trouver dans la partie sud effondrée), l’intérieur de la tour de Cesson offre de notables éléments de confort, qui montrent une synthèse réussie entre les nécessités de la défense et celles de la résidence : de Pirmil à Cesson, l’évolution des formes dans les tours maîtresses de Jean IV, entre le début et la fin de son règne, semble correspondre à deux époques séparées par l’exil en Angleterre que le duc dut subir de 1373 à 1379.

LA TOUR SOLIDOR

  • 13 Morice Pierre Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de B (...)

8Dominant le port de Saint-Servan, à l’entrée de l’ancienne cité d’Alet, ce monument majeur pose des problèmes de datation (fig. 5). Arthur de La Borderie situait sa construction en 1382, en se basant sur deux pièces indiscutables : le monitoire de l’évêque Josselin de Rohan du 3 août 1382 et le fulminatoire du 30 août suivant. Dans le premier de ces deux documents, l’évêque mentionne la forteresse (quodam castro vocato Stiridort, quod presens Dux de novo edificari fecit », « dans ce château appelé Stiridor que le duc a fait édifier de nouveau »), et ses officiers ducaux, capitaine et connétable, ainsi que les gens d’armes qui occupent la place. Dans le second, la formule est presque identique (quodam castro seu fortalitio, vocato Stiridort, quod prefatus dominus Dux nuper et de novo edificari fecit). Mais une lettre adressée à Jean IV par le page Grégoire XI contient le passage suivant : Quoddam castrum prope dictam civitatem macloviensem construere fecisti et ibidem gentes armigeras tenes, que cives et habitatores dicte civitatis capiunt civitatem ipsam quodammodo obsidendo (« ce château que tu as fais construire près de la cité de Saint-Malo et où tu entretiens des gens d’armes, qui ont pris les citoyens et les habitants de la dite cité et la cité elle-même en quelque sorte en otage »). Ce texte est daté du 4 juillet 1371, soit onze ans avant les précédents. Le château signalé comme construit par Jean IV entre 1364 et 1371 est reconstruit en 138213.

Fig. 5 > Saint-Servan, la tour Solidor. [© G. Danet]

Fig. 6 > Saint-Servan, arbalétrière-canonnière de la tour Solidor. [© A. Salamagne]

  • 14 Salamagne Alain, « La tour Solidor à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) : maîtres-maçons et canonniers (...)

9Peu de temps après son accession au trône, Jean IV entreprit donc l’édification d’une tour à Alet pour disposer d’un point d’appui militaire à l’entrée de la Rance en face de Saint-Malo. Le financement de cette opération est certainement lié à l’accord signé le 20 juin 1365 entre le duc, l’évêque, le doyen et le chapitre de Saint-Malo pour prélever différentes taxes à l’entrée du port de la ville. Cette première forteresse a pu être endommagée durant la période troublée où Jean IV, de 1373 à 1379, s’exila en Angleterre, la Chronique de Saint-Malo gardant le souvenir du siège mené d’août à décembre 1378 par le duc de Lancastre. Après son retour d’exil, Jean IV put, entre 1379 et 1382, en entreprendre la restauration sur des fondations antérieures14. Alain Salamagne a néanmoins estimé, à partir de l’analyse des embrasures de tir parfaitement adaptées à l’artillerie à feu, que sa construction serait plus proche du premier quart du XVe siècle, voire des années 1450, que des années 1370 (fig. 6).

  • 15 Un avis contraire est exprimé par Alain Salamagne.

10L’ouvrage est constitué de deux tours jumelles encadrant l’entrée qui s’ouvre au rez-de-chaussée de la face est, et d’une troisième tour, plus importante, à l’ouest, les trois étant reliées par un corps central trapézoïdal. Il s’élève sur trois niveaux surmontés d’un chemin de ronde continu sur mâchicoulis que dominait autrefois un étage de combles, détruit avant le milieu du XVIIe siècle (la gravure de Claude Chastillon, en 1641, montre une couverture en terrasse sans superstructure) et restitué en 1886 par l’architecte Ballu (fig. 7). Les pièces du premier étage des tourelles orientales sont de plan circulaire comme sur la tour de Pirmil, alors que la pièce du premier étage de la tour occidentale et celles du dernier niveau offrent un tracé polygonal comme à Cesson. Toutes ces pièces, chacune équipée d’une cheminée et de fenêtres à coussièges, sont desservies par un unique escalier en vis – montant de fond jusqu’au chemin de ronde et logé dans une cage placée à la jonction de la petite tour sud est et du corps central – lequel est le pivot de la distribution intérieure de chacun des étages. Si l’ensemble de l’appareil intérieur dénote une construction cohérente et si la majeure partie de l’élévation extérieure est réalisée dans un moyen appareil soigné, la base établie sur le rocher et une bonne partie des maçonneries du premier niveau sont construites en appareil de blocage sommaire. Les fenêtres percées aux étages supérieurs sont surmontées d’arcs de décharge au-dessus des linteaux, tandis que celles qui correspondent aux zones inférieures, construites en appareil irrégulier, en sont dépourvues. À cette hétérogénéité du matériau et du traitement s’ajoute une conception différente des embrasures de tir : les deux niveaux supérieurs sont percés de fentes de tir à orifice circulaire, disposition incontestablement d’origine, par contre les orifices circulaires des fentes du premier niveau auraient pu être retaillés15.

Fig. 7 > Saint-Servan, plan du rez-de-chaussée de la tour Solidor par M. Ballu.

11La multiplication des fenêtres à coussièges et la présence d’une cheminée dans chaque pièce témoignent aussi d’un souci de confort, en particulier au troisième niveau, mieux éclairé et de facture plus soignée. Néanmoins la tour ne compte que deux latrines pour douze pièces, l’une au rez-de-chaussée et l’autre à l’étage alors que le troisième niveau en est dépourvu, contre dix à Dinan.

LA TOUR DE HÉDÉ

  • 16 Amiot Christophe, « Les donjons quadrangulaires du duché de Bretagne avant les guerres de Successio (...)
  • 17 Selon Leguay Jean-Pierre, « Le Léon, ses villes et Morlaix au Moyen Âge », Bulletin de la Société a (...)
  • 18 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 170.
  • 19 Déceneux M., Châteaux, manoirs et forteresses du pays de Combourg, Combourg, 1988.

12Une autre grande tour maîtresse imputable à Jean IV est celle du château de Hédé situé entre Rennes et Saint-Malo (fig. 8). Peu de monuments ont fait l’objet de datations aussi divergentes. Pour Christophe Amiot il s’agit d’une réalisation de la famille de Montfort (non pas celle dont descendra Jean IV mais celle de Montfort-sur-Meu) dans la seconde moitié du XIIe siècle, modifiée au début du XIVe siècle16. Jean-Pierre Leguay17 et Michael Jones18 la placent dans les années 1266-1270, en liaison avec l’entrée d’Hédé dans le domaine ducal. Nous avons proposé en 1988 de la dater de la fin du XIVe siècle et de l’attribuer au duc Jean IV19.

Fig. 8 > Hédé, la tour maîtresse. [© A. Salamagne]

13Aux termes du traité de Guérande, signé le 12 avril 1365 et ratifié par le roi Charles V l’année suivante, le duc devait verser aux Penthièvre une rente de dix mille livres, et, en cas d’impossibilité de s’en acquitter, leur concéder différentes châtellenies produisant des revenus équivalents. De fait, nous voyons Jean IV, par un acte du 26 janvier 1392, allouer à Jean de Penthièvre plusieurs « villes, chastellenies et terres », donc celle de Hédé. Il peu probable que le duc ait eu l’imprudence de mettre à la disposition de son ennemi héréditaire une place forte stratégique en état d’être utilisée militairement. Or, dans un acte du 19 octobre 1395, cette concession est renouvelée mais Hédé n’y figure plus. Dans ces mêmes années, des accords sont signés avec l’abbesse de Saint-Georges de Rennes et ratifiés par celle-ci le 5 août 1399. Ils portent sur l’exemption d’impôts des sujets relevant de sa juridiction « pour certaines causes » qui sont développées dans d’autres actes : il s’agit de permettre la réparation des dommages occasionnés par la guerre, c’est-à-dire de relever des fortifications ruinées. Des officiers ducaux sont à demeure à Hédé en septembre 1398, ce qui prouve que la forteresse est en état de tenir son rôle de lieu de commandement. Enfin, très peu de temps avant la mort du duc, le 1er novembre 1399, celui-ci nomme Simon d’Espinay capitaine de Dinan et de Hédé : le château a donc retrouvé son importance militaire. Le recoupement de ces données historiques nous permet de croire, que Jean IV entama des travaux entre 1392 et 1395, travaux terminés ou en passe de l’être à l’automne 1399.

14La tour-maîtresse de Hédé de plan quadrangulaire (22 x 24 mètres) est établie entre une grande cour intérieure à l’ouest et un vaste baile à l’est. Élevée sur base talutée, elle comportait à l’origine au moins quatre niveaux : ses murs en moyen appareil soigné étaient renforcés aux quatre angles de contreforts massifs englobant un grand appareil alternant par endroits avec un petit appareil. Le seul de ces contreforts qui subsiste actuellement (à l’angle sud-est) est plein dans toute sa hauteur ; des autres, il ne reste que les bases (excepté celui du nord-est entièrement disparu) : l’un au moins pouvait être évidé pour contenir une cage d’escalier en vis.

15Si sa silhouette rappelle celle des tours maîtresses romanes (Christophe Amiot l’a d’ailleurs rapprochée, non sans raison, de celle de Chambois, dans l’Orne, construite dans le dernier tiers du XIIe siècle par Guillaume de Mandeville, familier du roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt), cependant la maçonnerie des contreforts et le fruit des murs sont similaires à ce que l’on voit sur la tour maîtresse de Dinan. Les fenêtres conservées dans la face est– d’origine car les chaînes de leurs piédroits sont parfaitement assisées avec les lits du mur – étaient des baies à meneaux de pierre chanfreinés, garnies de coussièges, fort proches de celles de Dinan et de la tour Solidor. Leurs linteaux qui ont disparu, récupérés après le démantèlement de la forteresse sous Henri IV, étaient surmontés d’arcs de décharge.

16Des pans de murs subsistant au rez-de-chaussée et des traces d’accroche d’anciens refends aux niveaux supérieurs des étages laissent penser à une distribution à plusieurs pièces du type « salle/chambre » : aux deuxième, troisième et quatrième niveaux la partition était déterminée par un mur est-ouest coupant le volume intérieur en deux espaces : le plus grand vers le nord, le plus petit vers le sud. Cette distribution est encore marquée par des décrochements de niveau de part et d’autre du refend : les pièces du nord étaient plus élevées que celles du sud et leurs baies étaient plus larges. Les éviers ménagés dans les différents murs du rez-de-chaussée soulignent encore les fonctions domestiques de ce niveau. Enfin, un réduit exigu, aveugle, ménagé dans l’angle sud-ouest, aéré par un seul conduit mural en oblique, identique à celui visible au pied de la tour de Dinan, pourrait bien avoir été une prison.

  • 20 Anne-Duportal Alfred, « Hédé. Le château 1000-1598 », Bulletin archéologique de l’Association breto (...)

17Son accès était ménagé dans la façade ouest regardant la cour intérieure, à la hauteur du second niveau. Cette disposition figure sur un plan sommaire de la ville publié par Alfred Anne-Duportal en 191320. Le dessin montre un escalier extérieur appuyé contre le mur : il s’agit là d’un aménagement postérieur car, selon cet auteur, il fallait pour pénétrer dans la tour franchir un fossé sec qui l’isolait au sud, à l’est et à l’ouest. L’accès primitif devait donc être surélevé sur pile. Au rez-de-chaussée, des embrasures de tir assez haut placées possèdent des appuis formant gradins.

18La tour de Hédé s’apparentait aux tours quadrangulaires romanes plus tardives comme Trémazan, la Roche-Maurice, Montfort-sur-Meu, La Gacilly et Châteauneuf. Dans les années voisines ou un peu plus tard des tours similaires seront édifiées, tour d’Espinay à Champeaux, édifiée par Simon d’Espinay, capitaine de Dinan et Hédé en 1399, celle bâtie par ses proches parents à la Roche-Montbourcher en Cuguen. Le cas le plus précis est celui de l’étrange petit donjon de la Touche-à-Vache en Créhen, élevé sans doute dans la première moitié du XVe siècle, où le plan au sol de Hédé a été fidèlement reproduit, en une version toutefois nettement moins massive, dévoilant ainsi le prestige du modèle.

LA TOUR MAÎTRESSE DE DINAN

  • 21 Une datation voisine – 1380-1393 – est également donnée par Danet Gérard, Châteaux et abbayes du Mo (...)
  • 22 Selon les recensements de ses actes établi par Michael Jones.

19La construction de la tour-maîtresse de Dinan débuta dès les derniers mois de 1379 ou 1380 pour se terminer avant 139321. Jean IV de retour de son exil en Angleterre (le 3 août 1379) était à Dinan, du 6 au 20 août22. La portée politique et emblématique de ce chantier de prestige est indéniable, à l’entrée principale d’une cité attachée au souvenir de Charles de Blois. La tour, édifiée contre les courtines urbaines du XIIIe siècle, dominant la porte du Guichet, était autrefois entourée d’un baile à l’ouest et au sud, et flanquée à l’est d’une petite cour rectangulaire d’environ 18 m est-ouest sur 15 m nord-sud. Cette dernière renfermait deux entrées fortifiées, l’une au sud vers le baile, l’autre au nord vers la ville, et des bâtiments annexes (fig. 9).

Fig. 9 > Dinan, le Château ou tour maîtresse des ducs. [© A. Salamagne]

  • 23 Croix A. (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire…, op. cit., p. 218.

20La structure de la tour est complexe. Son plan est dessiné par deux tours jumelles accolées sur l’axe nord-sud, reliées à l’ouest par une avancée rectangulaire et, au niveau supérieur, par un chemin de ronde continu aux mâchicoulis portés par de très longues consoles. Elle comportait à l’origine cinq niveaux, sous un étage de greniers établi dans une charpente décrite en 1636 par Dubuisson-Aubenay comme un « double sommet en pointes couvertes d’ardoises23 ».

  • 24 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 174.

21Hormis la disparition d’une partie du sixième niveau et de la couverture, supprimées au début du XVIIIe siècle, la tour n’a pratiquement subi aucune modification dans ses dispositions intérieures ; à chaque niveau deux pièces principales sont augmentées de réduits : chambres de manœuvre du pont-levis et des herses, retraits chauffés, dégagements de passe-plats et réduits de latrines (au nombre de 10 dans l’ensemble de la tour). La complexité d’organisation des espaces, la présence d’une chapelle domestique avec loge chauffée au troisième niveau, ainsi que le soin apporté au décor des cheminées et des vastes fenêtres à coussièges et mouluration extérieure, confirment la formulation des actes de 1382 et 1383 qui évoquent la « maison » du duc24 : l’essentiel du programme, outre la fonction militaire et politico-emblématique, est bien la résidence, conçue pour un personnage de rang princier.

Fig. 10 > Dinan, le Château ou tour maîtresse des ducs, niveau 2. [© G. Danet]

22Au premier niveau, un passage voûté et contrôlé par des assommoirs est ouvert d’un côté sur la porte occidentale (vers le baile) et de l’autre vers la porte de la petite cour orientale. Côté sud, la tour renferme un poste de garde chauffé et un cellier excavé ; côté nord, il s’agit d’une cuisine souterraine identifiable grâce à sa grande cheminée (autrefois garnie d’un four à pâtisserie d’après les relevés XVIIIe siècle), son puits et ses placards muraux ; dans le mur est se voit encore le conduit d’un ancien monte-charge communiquant avec l’étage supérieur.

  • 25 Comme l’indique le fait qu’elle possède deux réduits de latrines qui devaient correspondre à des ut (...)
  • 26 La Borderie A. de, « Recueil de documents… », op. cit., p. 158 : la « chambre basse où Crafford sou (...)

23Au niveau 2 (fig. 10), au sud une vaste pièce équipée d’une cheminée monumentale et de grandes baies au sud et à l’ouest peut être interprétée comme la « salle » ; à son angle sud-est, un passe-plat est accessible par le poste de manœuvre de la herse orientale et de contrôle du couloir inférieur ainsi que des latrines. La tour nord est occupée par une chambre à grande cheminée sans décor ; à l’ouest, l’ébrasement de la fenêtre abritait autrefois l’arrivée du monte-charge de la cuisine inférieure. Cette pièce avait probablement deux fonctions25 : cuisine haute et salle à manger, comme au château de l’Hermine en 1399 où le capitaine du château, Robert de Crafford, prenait ses repas dans la « chambre basse26 ».

24Au niveau 3, une vaste pièce est éclairée par trois grandes croisées au sud, à l’est et à l’ouest, et chauffée par une cheminée à l’est ; à son angle nord-ouest, un retour éclairé par une quatrième croisée ouvre sur un petit retrait voûté et chauffé, et sur une latrine. Cette grande pièce pourrait être la « chambre de parement » : elle communique au même niveau avec la belle chapelle domestique voûtée d’ogives, logée dans la tour nord sur la hauteur d’un étage et demi.

  • 27 Déceneux M., « Le château de d’Hermine à Vannes, résidence des ducs de Bretagne », Bulletin archéol (...)

25Au niveau 4, la grande chambre, de même dimension que la pièce inférieure, est également ouverte largement de tous côtés par de grandes croisées ; elle possède une cheminée et un passe-plat dans un réduit accessible directement depuis l’escalier ; à son angle nord-ouest, comme à l’étage inférieur s’ouvre un réduit chauffé avec placards muraux et évier. Face à la porte de ce réduit, un escalier secondaire, qui permet également d’accéder au cinquième niveau et au chemin de ronde, conduit à une chambre à cheminée et grande croisée, surélevée au-dessus de la chapelle. L’ensemble forme un seul appartement comme le prouve l’existence d’une unique latrine dans l’escalier, logement privé prévu pour le duc qui, à l’Hermine en 1399, disposait d’une chambre et d’une chambre de retrait27.

CONCLUSION

26Cette présentation générale des œuvres de Jean IV ne visait pas à donner de ces dernières des monographies qui restent à faire mais bien à présenter un bilan de son règne en dressant le panorama des châteaux qu’il a pu construire ou des interventions qu’il a pu y réaliser. Bien des aspects devront encore être précisés pour tenter de définir plus finement les caractéristiques des réalisations du dernier quart du XIVe siècle et lever un certain nombre d’incertitudes en ce qui concerne les datations des monuments subsistants. Quoi qu’il en soit, ce survol rapide permet de voir à quel point au tournant du XVe siècle, la tour maîtresse – qu’elle soit principalement résidentielle (Hédé, Dinan, Cesson) ou militaire (le Pirmil, la tour Saint-Servan à Solidor) – reste un élément fort de l’image du château et particulièrement en Bretagne.

Notes

1 D’une manière générale on se reportera aux travaux de Jones Michael, « The Defence of Medieval Brittany: a Survey of the Establishment of Fortified Towns, Castles and Frontiers from the Gallo-Roman Period to the End of the Middle Ages », Archaeological Journal, t. 138, 1981, p. 149-204.

2 Boutin Abbé, « Description archéologique de Châteauceaux », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. 54, 1913, p. 419-430 ; Grand Roger, « L’architecture militaire en Bretagne jusqu’à Vauban », Bulletin Monumental, t. 109, 1951, p. 16-17.

3 Mussat André, Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 74.

4 Bougoüin Charles, La Forteresse de Pirmil (en Bretagne), Nantes, Impr. Mellinet, 1865, 31 p. ; Id., « Les capitaines de la forteresse de Pirmil », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. 6, 1866, p. 241-244 ; Gaëtan de Wismes, « Réception de travaux de reconstruction faits au pont de Primil, Documents inédits du XVIIIe siècle », Ibid., t. 31, 1892, p. 251-277.

5 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 173 ; Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 168.

6 Jones Michael, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, t. 2, Paris, Klincksieck, 1983, p. 658-659 ; Croix Alain (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, suivi du Profil de la Bretagne par Jean-Baptiste Babin (1663), PUR-SHAB, 2006, p. 706.

7 AM de Nantes.

8 Celles du châtelet d’entrée du Mont-Saint-Michel, édifié en 1393, ont été questionnées, voir Salamagne Alain, « À propos de l’adaptation de la fortification à l’artillerie vers les années 1400 : quelques remarques sur les problèmes de vocabulaire, de typologie et de méthode », Revue du Nord, t. LXXV, 303, 1993, p. 809-846.

9 La Borderie Arthur de, « Les monuments de l’architecture militaire du Moyen Âge en Bretagne », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 3e série, t. 5, Saint-Brieuc, 1886, p. 187.

10 Mussat A., Arts et cultures, op. cit., p. 67.

11 Blanchard René, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1890, t. 5, p. 23.

12 Régaire ou seigneurie et juridiction temporelle des évêques.

13 Morice Pierre Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746, t. II, col. 427-428 ; Grand Roger, « L’architecture militaire… », art. cit., p. 358 ; Croix A. (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire…, op. cit., p. 192.

14 Salamagne Alain, « La tour Solidor à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) : maîtres-maçons et canonniers en Bretagne ducale dans la première moitié du XVe siècle », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXX, 2002, p. 609-632.

15 Un avis contraire est exprimé par Alain Salamagne.

16 Amiot Christophe, « Les donjons quadrangulaires du duché de Bretagne avant les guerres de Succession (1050-1350) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXIX, 1992, p. 43-76.

17 Selon Leguay Jean-Pierre, « Le Léon, ses villes et Morlaix au Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 106, 1979, p. 127-128.

18 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 170.

19 Déceneux M., Châteaux, manoirs et forteresses du pays de Combourg, Combourg, 1988.

20 Anne-Duportal Alfred, « Hédé. Le château 1000-1598 », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, t. 17, 1899, p. 90-153 ; Id., « Hédé. La seigneurie », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. 43, 1913, p. 33-212.

21 Une datation voisine – 1380-1393 – est également donnée par Danet Gérard, Châteaux et abbayes du Moyen Âge en Côtes-d’Armor, Rennes, Ouest France, 2009, p. 66-72.

22 Selon les recensements de ses actes établi par Michael Jones.

23 Croix A. (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire…, op. cit., p. 218.

24 Jones M., « The Defence… », art. cit., p. 174.

25 Comme l’indique le fait qu’elle possède deux réduits de latrines qui devaient correspondre à des utilisateurs différents.

26 La Borderie A. de, « Recueil de documents… », op. cit., p. 158 : la « chambre basse où Crafford souloit menger ».

27 Déceneux M., « Le château de d’Hermine à Vannes, résidence des ducs de Bretagne », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 3e série, t. 87, 1979, p. 61 : « chambre de retrait de Monseigneur » et la « chambre ou Monseigneur couchoit ».

Notes de fin

1 L’article de M. Déceneux nous étant parvenu sans notes bibliographiques ni conclusion, il a été complété et annoté (Alain Salamagne).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Plan du château de Champtoceaux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2 > Nantes, les mâchicoulis « bretons » de la tour Neuve. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 3 > Nantes, la tour de Pirmil au XVIIIe siècle (AM de Nantes). [© M. Déceneux]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 4 > Saint-Brieuc, tour de Cesson vers 1900. [Neurdein frères, collection particulière]Saint-Brieuc, tour de Cesson vers 1930. [éd. Yvon, collection particulière]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 5 > Saint-Servan, la tour Solidor. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Fig. 6 > Saint-Servan, arbalétrière-canonnière de la tour Solidor. [© A. Salamagne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 7 > Saint-Servan, plan du rez-de-chaussée de la tour Solidor par M. Ballu.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 8 > Hédé, la tour maîtresse. [© A. Salamagne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 9 > Dinan, le Château ou tour maîtresse des ducs. [© A. Salamagne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 10 > Dinan, le Château ou tour maîtresse des ducs, niveau 2. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7395/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Docteur en histoire de l’art

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site