Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie III – La distribution du château

La distribution des espaces dans le château français XIIe-XIVe siècle

Alain Salamagne

Texte intégral

  • 1 Androuet du Cerceau Jacques, Les Plus excellents bastiments de France, présentation et commentaire (...)
  • 2 Chatenet Monique, Chambord, Paris, Éditions du Patrimoine, 2001, p. 85.

1Jacques Androuet du Cerceau décrit en 1576 le bâtiment de Chambord (fig. 1) constitué de quatre « salles » autour d’un « escalier à deux montées » avec un « pavillon » aux quatre « encoigneures » « garny de chambre, garderobbe, cabinet et montée » et aux quatre « coings » quatre grosses tours dotées de « chambre, garderobbe, privez, cabinets et montée »1. Le cabinet est une pièce de retrait, la garde-robe sert aussi à abriter la couchette d’un valet, l’oratoire dépourvu de cheminée s’ouvre en face de l’angle aveugle abritant le lit2. En soi, si ce n’est le seul terme de cabinet, mais qui reprend les fonctions autrefois imparties à l’étude ou au retrait, la typologie distributive (salle, montées, chambre, garde-robe, privés) ne diffère guère de celle de l’époque médiévale. Les architectes avaient donc conscience, vers 1530 à Chambord, de se trouver dans la continuité de conceptions antérieures ; tout au moins peut-on dire qu’un vocabulaire nouveau n’existait pas encore qui reflétait une distribution nouvelle.

Fig. 1 > Plan du donjon de Chambord au premier étage. [Dessin de Sara Galletti publié dans Chatenet Monique, Chambord, op. cit., p. 84]

2À côté des grands bâtiments auliques, dont nous ne traiterons pas ici, nous voudrions tenter sinon de retracer l’évolution, tout au moins de préciser quelques-uns des traits qui, de la structuration des espaces du « donjon » d’Ardres (Pas-de-Calais) au XIIe siècle, conduisirent au XIVe siècle à la mise en place dans le château – autour d’un noyau constitué par la chambre, la garde-robe et ses latrines – d’un système de distribution original.

LE CHÂTEAU D’ARDRES COMME TOUR RÉSIDENTIELLE

  • 3 Chronique de Guines et d’Ardre par Lambert, curé d’Ardre (918-1203), Paris, éd. le marquis de Godef (...)

3La construction du château d’Ardres (Pas-de-Calais), qui nous est rapportée par la chronique de Lambert d’Ardres3, est un exemple particulièrement remarquable, quoique rarement présenté, de la distribution des grandes tours romanes des XIe et XIIe siècles (fig. 2), en particulier du monde anglo-normand, qui offrent de grands volumes barlongs souvent recoupés par des refends isolant des espaces particuliers.

  • 4 Chronique de Guines et d’Ardre…, op. cit., p. 296 sqq. : artifex vel carpentarius, in hujus artis i (...)
  • 5 Du lat. vulg. dominio,-onis.

4À Ardres vers 1120, un charpentier de Bourbourg, dénommé Lodewicus ou Louis, comparable à Dédale dans son art nous précise le chroniqueur4, construisit une domum ligneam, dont il nous donne par chance la description. Cette domus résidentielle fut érigée sur un « donjon »5 qui qualifie ici la motte de terre. Sa structure était d’une complexité déjà remarquable, tant par son élévation que par sa distribution :

    • 6 Mentions fréquentes dans les comptabilités ultérieures de porcs mis à engraisser.

    le niveau inférieur, ou rez-de-chaussée servait de cellier, et renfermait, tonneaux, jarres, qui stockaient réserves de grain, huiles, etc., grains peut-être également conservés comme il était fréquent dans des silos. On y trouvait encore, sous la cuisine établie à l’étage, d’un côté la porcherie6 et de l’autre le poulailler (avec les oies, chapons et autres volatiles) ;

  • au second niveau ou premier étage se trouvait l’habitation du maître de logis qui comprenait un espace de bouche (garde-manger, paneterie, échansonnerie) probablement en relation avec la cuisine et, près de cette dernière, la grande chambre du seigneur et de son épouse (magna camera), contigüe à la retraite des serviteurs (latibulum) et à la chambre à coucher des petits enfants (camera vel dormitorium). Dans le fond de la grande chambre se trouvait un lieu retiré (secretum) réservé aux malades, aux nourrices et aux enfants en bas âge, car on y entretenait le feu de la pointe du jour au soir ;

  • le niveau supérieur, second étage ou solarium, abritait le logement des enfants, des filles d’un côté, des garçons de l’autre outre un corps de garde, probablement au niveau des combles et d’un éventuel chemin de ronde.

Fig. 2 > La tour d’Ardres. Niveau 2. [Restitution Alain Salamagne]

5Les circulations entre les différents niveaux semblaient complexes : des degrés ou escaliers à rampe droite conduisaient d’un niveau à l’autre mais la communication entre les pièces était encore possible grâce à des allées en encorbellement (maenianum). De la chambre, une galerie (logium) conduisait à l’oratoire ou chapelle : la fonction de cette galerie est clairement indiquée : un lieu où l’on se réunissait pour le plaisir de converser (ibi enim sedere in delicis solebant ad colloquendum…). Le chroniqueur prend la peine de préciser l’origine du qualificatif donnée à cette pièce, logos, un lieu pour parler – et une pièce meublée puisqu’on pouvait s’y asseoir avant de contempler la richesse du décor peint de la chapelle, chapelle qui est comparée au tabernacle de Salomon. La loge ou galerie – qui conduisait à l’oratoire ou chapelle orientée vers l’est– dans son principe de pièce annexe existait donc déjà au XIIe siècle. Seule différence, somme toute, avec la galerie de la fin du XIVe siècle, elle n’était pas ici chauffée et son usage permanent ne devait être possible que l’été, alors que l’hiver elle était réduite à ne servir que d’« allée » permettant de gagner la chapelle.

6Parmi les caractéristiques de cette tour de bois, nous en retiendrons six qui préfigurent déjà des caractéristiques résidentielles des châteaux des XIVe et XVe siècles :

  • une tripartition des niveaux en hauteur et donc en surface (triplicem autem aream in ea constituit) qui privilégie le second niveau comme niveau résidentiel du maître de maison ;

    • 7 Voir Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, Éditions L. Favre, 1886, p.  (...)
    • 8 Salzman Louis Francis, Building in England down to 1540. A Documentary History, Oxford, Oxford Univ (...)
    • 9 Le point a été fait par Quenedey Raymond, L’habitation rouennaise. Étude de géographie et d’archéol (...)

    l’existence d’un second étage d’habitation qualifié du terme de solarium7, disposition plus précoce ou courante sur les tours maîtresses que sur les corps-de-logis des châteaux. Le terme de solarium renvoie au dernier étage de l’élévation sous les combles, quel que soit le niveau de cette dernière : ainsi à Londres en 1308, le charpentier Simon de Cantuar8 passait une convention pour la construction d’un bâtiment de bois comprenant au rez-de-chaussée une salle et une chambre avec cheminée, séparée d’une dépense ou garde-manger, et au-dessus de ces deux pièces un solarium. De même des écuries construites entre la salle et la vieille cuisine devaient être surmontées d’un solarium, couvert de combles. Le terme n’est pas spécifique à l’architecture militaire, mais se retrouve encore dans l’architecture civile, où il fut francisé sous la désignation de « solier »9 ;

  • le nombre de pièces contigües, réparties sur plusieurs niveaux et déjà spécialisées dans leurs fonctions ;

  • la place centrale occupée par la grande chambre qui constituait bien le cœur de l’habitation ;

  • la parcourabilité de ces espaces reliés de nombreux escaliers, de passages ou de galeries en encorbellement – qui entraîne le chroniqueur à évoquer l’image du labyrinthe – assurant la distribution autonome des pièces ;

    • 10 Chapelot Jean, « Le château de Fréteval (Loir-et-Cher) et sa place dans l’architecture militaire de (...)

    la création d’espaces secondaires comme les galeries ou loges (à l’instar de celles qui existaient sur les tours maîtresses de Chambois à la fin du XIIe siècle ou de Fréteval dans la seconde moitié du XIe siècle10 (fig. 3). À Fréteval, la galerie de bois était ménagée au second étage qui devait être une pièce noble (la chambre du maître de maison ou magna camera ?) : depuis cette dernière on y accédait par un accès y conduisant directement, fermé d’une porte. D’une longueur d’environ 10 mètres, elle était disposée sur un encorbellement dont la saillie pouvait être comprise entre 1,50 m et 2 m. Cette galerie avait-elle une fonction identique à celle rapportée à propos d’Ardres, c’est-à-dire mener à un oratoire ? Si certes elle offrait des vues agréables sur la vallée en contrebas parcourue par un affluent du Loir, le niveau sommital répondait mieux à cette finalité et ne rendait donc pas nécessaire l’aménagement d’une telle structure à mi-hauteur de l’élévation.

LA NOTION D’APPARTEMENT

  • 11 Mignot Claude, « Petit lexique des l’hôtel parisien », dans XVIIe siècle, no 162, 1989, p. 104.
  • 12 Hoppe Stephan, dans Paravicini Werner, Hirschbiegel Jan et Wettlaufer Jörg (dir.), Höfe und Residen (...)

7La notion d’appartement vit le jour au XIIIe siècle. Nous définirons l’appartement comme une suite de pièces aux fonctions particulières, pièces dont les dimensions et l’ameublement correspondent à des usages divers et/ou au cérémonial de cours, et qui forment le logis d’une personne. Le terme même d’appartement – du bas latin appartiamentum, mot qui renvoie à l’idée de division, de partition (ce qui est partagé, divisé) – est tardif : il n’est pas antérieur au début du XVIIe siècle, et s’impose au XVIIIe siècle pour désigner un ensemble constitué de quatre pièces, antichambre, chambre, cabinet et garde-robe, les termes de cabinet et antichambre se diffusant vers 155011. Le terme n’apparaît pas non plus dans le vocabulaire allemand avant le XVIIe siècle12.

8L’appartement est né de la volonté d’affecter à un espace autrefois unique et multifonctionnel des usages particuliers en conformité avec l’évolution des modes de vie et de paraître. En relation de continuité avec d’autres pièces dont l’usage pouvait être partagé, il constitua une suite de pièces d’habitations groupées ou reliées entre elles de manière commode et utilitaire. Sans doute aussi cette genèse doit-elle être mise en rapport avec le développement des services de l’Hôtel et l’accroissement des personnels de cour et de service.

Fig. 3 > Fréteval, la tour maîtresse vue du nord. On remarquera les trous de boulin destinés à recevoir 9 poutres de 0,25 m de section, dont l’extrémité était soutenue par des jambes de force, portant le plancher de la galerie.

DÉNOMBRER LES PIÈCES

9Le nombre de pièces est un élément contextuel du niveau résidentiel d’un édifice, soit qu’il soit possible de les dénombrer, soit que, pour les édifices disparus, les comptabilités permettent de le relever. La difficulté dans ce dernier cas consiste dans les variations de dénomination auxquelles l’historien se trouve fréquemment confronté et qu’il doit éviter de confondre.

  • 13 Deruelle Nathalie, Ouvrages et réparations au bailliage à Arras, Mémoire de maîtrise, Université de (...)
  • 14 Poklewski Tadeusz, « La résidence royale à Kalisz en Pologne (XIVe-XVe siècles) », dans Chateau Gai (...)
  • 15 Godard-Faultrier Victor, « Le château d’Angers au temps du roi René. Les manoirs de ce prince à Cha (...)
  • 16 Contre 19 à l’hôtel du Bailliage ; Deruelle N., « Ouvrages et réparations ordonnés par le duc de Bo (...)
  • 17 Litoux Emmanuel, Prigent Daniel, Hunot Jean-Yves, « Le château de Montsoreau », Congrès archéologiq (...)
  • 18 Johnson Matthew, Behind the Castle Gate. From Medieval to Renaissance, Londres, Routledge, 2002, p. (...)
  • 19 AD du Nord, B 9019, 1375-76, non folioté, B 9027, 1381, f° 18v° : le ramonage revenait à 6 d. par c (...)

10Ainsi le château bourguignon de Bellemotte, près de Blangy (Pas-de-Calais), où résidait la duchesse de Bourgogne en 1402-1403, château de plan quadrangulaire à 4 tours d’angle, « donjon » et basse-cour, possédait 24 chambres au moins13, la résidence royale de Kalisz en Pologne comportait dans son état médiéval environ 40 pièces14, le château d’Angers une cinquantaine15, la résidence ducale de la Cour-le-Comte à Arras 7016. Cette estimation, comme le niveau d’équipement résidentiel du château, peut encore procéder du nombre de cheminées et de latrines : 24 mitres de cheminée jaillissent des toitures du château de Saumur et 30 souches au Louvre de Charles V (vers 1365-1380) d’après les Très Riches Heures du duc de Berry, 25 cheminées existaient à l’origine dans le corps de logis du château de Montsoreau (vers 1460)17, 33 cheminées, et 28 latrines au château de Bodiam (Kent) vers 140018. Un autre indice encore résulte de l’indication des cheminées régulièrement ramonées en prévision de l’arrivée de la cour : au château du Quesnoy (Hainaut), 41 cheminées par exemple l’étaient en 1375-137619, mais on peut penser que toutes ne l’avaient pas été et estimer les pièces chauffées à une soixantaine au moins.

  • 20 Chatenet M., Chambord, op. cit., p. 85.

11Le nombre de pièces varie certes avec le statut du château, royal, ducal, comtal, et surtout avec l’obligation de loger un ou plusieurs hôtels particuliers (du prince, de son épouse, des enfants…), mais d’une manière générale un grand château vers les années 1400-1500 comportait de quarante à soixante pièces. Ce chiffre ne sera dépassé qu’au XVIe siècle, pour des châteaux d’exception il vrai : Chambord vers les années 1560 comptait 216 pièces chauffées avec celles des galetas20 tandis qu’après les campagnes de construction successives conduites de Louis XI à Henri II le château d’Amboise possèdera 274 pièces, chiffres qui ne seront dépassés qu’au XVIIe siècle, à Fontainebleau ou Versailles.

IDENTIFIER LES PIÈCES

  • 21 Fairclough Graham, « Meaningful Constructions— Spatial and Functional Analysis of Medieval Building (...)

12Les plans contemporains des édifices nous font défaut qui permettraient d’identifier les pièces ; contrairement aux XVIe et XVIIe siècles ils demeurent pour les XIVe et XVe siècles rarissimes : on ne pourra mentionner que ceux de Courtrai (Flandre) et de L’Isle-Savary (Indre), avant Gaillon… L’analyse d’un ensemble de données architectoniques ou stylistiques peut néanmoins compenser cette lacune. Le mobilier comme le décor sculpté (les cheminées, tympans des portes, clefs de voûte des salles ou des oratoires) – des sols aux plafonds (carreaux de pavement, peintures des solives, vitraux où sont fréquemment timbrées les armoiries soit du propriétaire, soit de l’occupant d’un logement) – révèlent de nombreux indices. Mais il faut bien avouer que la totalité d’entre eux n’est que trop rarement ou jamais réuni pour conduire de manière automatique l’interprétation ou afficher clairement la fonction d’une pièce. Force est de s’appuyer sur des indices complémentaires : leurs caractères architectoniques et les relations d’interdépendance qu’elles entretiennent avec d’autres pièces – secondaires ou principales –, leurs volumes et leurs capacités à recevoir tel meuble, leurs rapports de proportions… On sera particulièrement attentif à leur proximité ou à leur éloignement des accès21 et à leur situation sur des parcours de circulation.

13D’autres éléments sont signifiants et en particulier les dimensions et les rapports proportionnels des fenêtres aux volumes des pièces : au château de l’Isle-Savary (Indre) les chambres de la tour maîtresse sont éclairées par des fenêtres à croisée, les garde-robes par des demi-croisées (fig. 4).

Fig. 4 > L’Isle-Savary (Indre). La tour maîtresse vue du sud-est. Les fenêtres à croisée de la face ouest éclairent les chambres, les demi-croisées de la face sud les garde-robes.

  • 22 Comme le souligne encore Hoppe Stephan, Die Funktionale und räumliche struktur des fruhen Schlossba (...)
  • 23 Gauthier Jules, « Inventaire de l’argenterie et de l’argent monnayé trouvés au château de Nozeroy ( (...)
  • 24 Fériel Jules, « Inventaire des biens meubles trouvés au chasteau de Joinville… », Bulletin archéolo (...)

14Une dernière source reconnue par les historiens de l’architecture est celle des inventaires22. Les inventaires sont d’abord des documents juridiques établis dans un contexte particulier, à l’occasion d’une vente, après un décès, etc., et ne visent pas à relever les caractères de l’architecture d’un lieu. Dans l’énumération des pièces du château qu’ils font, ils constituent néanmoins un élément de connaissance précieux de la distribution, mais peuvent néanmoins omettre des pièces qui ne présentent pas de meubles ou uniquement des meubles de peu de valeur. Parfois même l’inventaire ne répertorie que les biens précieux, argent, bijoux, orfèvrerie : celui réalisé au château de Nozeroy (Jura) au décès en décembre 1463 de Louis de Chalon, seigneur d’Arlay, relevait – dans les coffres ou « arches » fermés à clef de la chambre seigneuriale – les sacs de deniers, pièces d’or, perles et, stocké dans « la petite tour emprès le poile », le reste du trésor, enfin « en la chambre emprès celle de mes damoiselles » l’orfèvrerie et la vaisselle d’argent qui y étaient déposées23. L’« Inventaire des biens meubles » fait au château de Joinville (Champagne) au décès en octobre 1505 de l’archevêque Henri de Lorraine, évêque de Metz, s’intéressait d’abord aux objets de valeur, – le contenu des 6 coffres disposés dans la chambre de l’évêque –, ensuite seulement aux vêtements de la même chambre, à la vaisselle d’étain de la cuisine, de la bouteillerie, puis au cheptel, au contenu de la cave, mais des meubles meublant il n’est pas fait allusion24.

  • 25 Darcel Alfred et Albanès Joseph Hyacinthe, « Inventaire du château de Cornillon, en 1380 », Revue d (...)

15Une difficulté majeure dans la lecture et la reconnaissance des fonctions imparties aux différentes pièces d’un appartement résulte bien, outre leurs transformations, dans la disparition de leur mobilier. Cette identification par le mobilier peut parfois, néanmoins, être trompeuse : de nombreux inventaires mentionnent dans des pièces des meubles qui ne devraient pas être et qui n’y sont manifestement que par défaut de place, comme les deux lits qui se trouvaient dans le vaisselier du château de Cornillon (Gard)25. Le mobilier des pièces étant susceptible d’être changé au gré des besoins particuliers des membres de l’hôtel, il faut donc se garder du fait qu’une pièce ait pu temporairement servir de garde-meuble ou être affectée à un usage différent de celui pour lequel elle avait été prévue.

  • 26 Casset Marie, Les Évêques aux champs. Châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Âge (XIe-XV(...)

16Les inventaires donnent encore une idée du niveau de fréquentation d’une demeure. Marie Casset a noté à propos des résidences des évêques normands à la fin du Moyen Âge des différences dans le nombre et la typologie des meubles entre les résidences urbaines de Paris et rurales de Gaillon et Deville : si la typologie des meubles (« fourmes », « dressour », etc.) dans leurs relations avec un espace donné est commune dans les trois résidences, par contre les meubles sont plus nombreux et plus luxueux à Paris alors qu’à Deville ils présentent un caractère de vétusté26.

17Quant au décor qui jouait un rôle majeur (carreaux de pavement, vitraux, chambres de tapisseries, peintures murales, etc.) dans le processus de reconnaissance des espaces, il a en très grande partie disparu ou alors pour les revêtements de sol ne peut éventuellement être appréhendé qu’à l’occasion de fouilles archéologiques.

AUX ORIGINES D’UNE TYPOLOGIE DISTRIBUTIVE : CHAMBRE, GARDE-ROBE, LATRINES

La camera

  • 27 On verra en particulier Renoux Annie, « Architecture, pouvoir et représentation en milieu royal et (...)
  • 28 Mortet V. et Deschamps P., Recueil de textes relatifs…, op. cit., t. 1, 1911, p. 165.

18Depuis l’époque carolingienne le palais se structure autour d’un pôle constitué de trois ensembles majeurs, l’aula (la salle), la camera (chambre) et la capella (chapelle). Jusqu’à la fin du XIVe siècle (parfois au-delà dans certaines comptabilités), on conservera souvent une terminologie latine classique pour désigner les pièces constitutives de la demeure noble. Le terme de camera s’impose à partir du XIe siècle, et les qualificatifs qui la désignent (magna camera, camera principalis, camera ducis) attestent à la fois de sa place première dans la suite résidentielle comme d’une appropriation par le maître des lieux27. Aux qualificatifs qui renvoient aux dimensions de la chambre (magna, parva) s’en ajoutent d’autres qui se réfèrent à sa situation, au rez-de-chaussée ou à l’étage (alta, bassa ou inferior). Ainsi Guillaume, évêque du Mans entre 1145 et 1187, fit construire dans son palais une chambre basse (inferiorem) de pierre et une chapelle à deux niveaux située dans son prolongement (juxta positam). Au-dessus de cette chambre inférieure, se trouvait la chambre à coucher de l’évêque (fecit cameram…, ubi ipse jacebat) éclairée de chaque côté par des fenêtres projetant une clarté intense ; de sa chambre il pouvait gagner sa chapelle au riche décor peint28. Au-delà de cette relation privilégiée entre chambre et chapelle – ou salle et chapelle – qui se retrouve dans de très nombreux palais, on soulignera encore la situation de la chambre épiscopale à l’étage, chambre qui vient s’insérer dans un ensemble présentant des relations étroites avec la salle et la chapelle, parfois par l’intermédiaire d’une galerie.

  • 29 Colvin H.-M., The history of the King’s Works, The Middle Ages, vol. I, The Middle Ages, Londres, H (...)
  • 30 Salle de 23,40 m de longueur sur 13,65 m de largeur, soit 319 m2 dont il faut retrancher pour estim (...)

19La camera, comme le précisent les sources, c’est la pièce du seigneur et de son épouse, qui atteste d’abord des fonctions résidentielles d’un habitat. Pièce unique néanmoins, dans un seul logis, alors qu’ensuite (au début XIIIe siècle au plus tard) les chambres seigneuriales (du seigneur et de son épouse) seront dédoublées. Au terme de camera s’ajoute souvent celui de magna renvoyant d’abord à ses dimensions : la grande chambre du palais de Westminster (dite « Painted Chamber » en raison de son décor), reconstruite dans les années 1230 par Henry III, avait une longueur de 24,55 m pour une largeur de 7,90 m, soit 194 m229 ; à la même date celle du château du Louvre30, qui s’étendait sur la salle Saint-Louis de l’aile occidentale, devait avoir des dimensions similaires. Mais le volume de cette chambre principale était évidemment susceptible d’être réduit par des cloisonnements isolant des espaces particuliers.

  • 31 D’Aubagne Barthélémy, « Inventaire du château des Baux, en 1426 », Revue des Sociétés savantes, 6e (...)
  • 32 Ibid., p. 140-142.

20La magna camera avait aussi un rôle fonctionnel : c’est la pièce où l’on pouvait non seulement dormir mais aussi manger de manière privative et recevoir des hôtes ; c’est aussi le domaine du chambellan (cubicularius) qui, au XIIIe siècle, couche dans la chambre du roi et le matin lui présente le bassin et la serviette. Ce qualificatif de « grand » affecté à la chambre perdure dans la terminologie des siècles suivants, au moins jusqu’au début du XVe siècle. Mais l’usage de termes identiques au XVe siècle peut-il nous permettre de percevoir ce qu’étaient les grandes chambres antérieures ? Probablement pas, mais tout au moins nous assurent-ils qu’une fonction de représentation importante était encore accordée à la chambre. Au château des Baux (Provence), en 1426, « la grand chambre de la tour » où décéda la comtesse d’Avelin enfermait 82 objets mobiliers, outre la vaisselle précieuse, des bijoux, des coffres (remplis de joyaux, draps et accessoires de literie), chaires, bancs, son lit, un petit lit, etc. Sur les murs étaient tendus 4 tapis de haute lice et deux autres encore représentant des chasses31. Pièce d’apparat donc et qui dut recevoir la cérémonie funèbre, alors qu’à côté se trouvait « la chambre ou madame soloit gésir » – la chambre à coucher donc –, au mobilier réduit : on y dénombre 46 articles, et surtout un mobilier moins précieux, lit, table, coffres, etc.32

  • 33 Au château de Guilford (1246 et 1251) la chambre du roi (Henri III) se trouvait au niveau supérieur (...)

21Le second terme auquel nous devons être attentifs à propos de la « grande chambre » est celui de superior qui vient préciser sa situation, à l’étage donc, au-dessus de bâtiments à usage de service (comme au Louvre du XIIIe siècle) ou abritant les serviteurs de l’hôtel33.

De la magna camera à la camera

22Si les pièces qui constituent ces appartements sont identifiables dans leurs limites lorsqu’il s’agit de murs maçonnés, il n’en est pas de même lorsqu’il s’agissait de cloisons plus légères.

  • 34 Renoux Annie, « Aux marches du palais : des mots, des concepts et des réalités fonctionnelles et st (...)
  • 35 Le Pogam Pierre-Yves, De la « cité de Dieu » au « palais du Pape » : les résidences pontificales da (...)
  • 36 British Museum, Add. ms. 21201 du, f° 141v° (1372), f° 149r° (1371 ?) : « pour faire 5 claveures fo (...)

23Annie Renoux a souligné que tout espace est susceptible d’adaptations ou de modifications par adjonction de cloisons mobiles34, Pierre-Yves le Pogam précisait en outre, à propos des résidences papales en Italie, que non seulement les cloisons pouvaient diviser l’espace d’une grande salle en une salle de dimensions moyenne, mais encore que des tentures mobiles y contribuaient35. Dans l’architecture des XIVe et XVe siècles, ces cloisons – mentionnées dans les comptabilités sous des appellations variées, « reffens », « entrecloistre36 » (étymologiquement clôture entre) –, termes explicites en eux-mêmes de l’idée de subdivision, redistribuaient l’espace intérieur des pièces de vastes dimensions. Leurs traces seules subsistent parfois contre les parois maçonnées (Montsoreau, Baugé, etc.) où leur existence est reconnaissable à des variations du décor. Le rythme ou le redoublement des percements ou des fenêtres sont évidemment des témoignages de cloisonnements disparus.

Fig. 5 > Chateauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or). Les poteaux des refends sont moulurés et les linteaux ornés d’accolades.

24Dans bien des cas encore, ces parois sont conservées, comme en Bourgogne (Châteauneuf-en-Auxois) (fig. 5) ou dans le Val-de-Loire (très nombreux exemples de l’Anjou au Nivernais) ; dans les combles, elles présentent en outre l’intérêt de ne pas avoir été remaniées et peuvent faire l’objet d’une véritable étude archéologique (fig. 6).

  • 37 Type de clous dits « palastres ».
  • 38 AD du Nord, B 10156, 1457, 22r°.

25Les refends étaient constitués de structures charpentées reposant sur des éléments verticaux (« poteaux », « colombes ») ou horizontaux « seulles » qui enfermait du pisé ou un hourdis, parfois des briques. Sur ces structures de bois, on fixait avec des « clous palatares renfforcés37 » des lattes (limandes, lattes) parfois maintenues de chevilles. Percés de portes et fenêtres, ces refends étaient ensuite plaqués de « blanc mortier de chaux38 », puis blanchis ou peints.

  • 39 Lescuyer Jeanne-Marie, Poisson Jean-Michel, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XI (...)

26Le choix des refends de bois présentait de nombreux avantages, en particulier dans les régions où le bois restait souvent le matériau dominant, ainsi pour les châteaux bressans au XIVe siècle39 ou encore pour les résidences des ducs de Bourgogne au XVe siècle. Rapides à construire et moins onéreux que des murs maçonnés, ils permettaient de réaménager rapidement l’espace en fonction des besoins et même de concevoir des pièces entresolées. En outre, ils libéraient l’aménagement des espaces des niveaux supérieurs des contraintes des exigences imposées par les murs porteurs des niveaux inférieurs : en construisant des cloisons sur de simples planchers, il était possible de multiplier les espaces.

Fig. 6 > Château de Gien (Loiret), refends de cloisonnement. L’épaisseur du refend est en partie constituée de briques couvertes de lattes plâtrées.

La création de la garde-robe

27Dès le XIIIe siècle, apparaît une nomenclature nouvelle qui identifie et désigne des pièces plus nombreuses qu’au siècle précédent. Il semble bien qu’une première étape consista dans la première moitié du XIIIe siècle à ajouter à la chambre (camera) une pièce annexe dite garde-robe ou à dédoubler l’ancienne grande chambre (magna camera) par un refend isolant cette nouvelle pièce.

  • 40 On ne confondra pas évidemment avec le service de la garde-robe, lieux où l’on conservait les regis (...)
  • 41 Salzman L.-F., Building in England, op. cit., p. 174, 383-386.
  • 42 Une centaine de km au sud de Sheffield.
  • 43 Colvin H.-M., The History of the King’s Works, The Middle Ages, vol. II, The Middle Ages, Londres, (...)

28Le terme de garde-robe (warderoba) apparaît vers les années 1240 en Angleterre pour désigner une pièce annexe de la chambre40, en relation fréquente avec les latrines, constituant ainsi une suite trinitaire – chambre/garde-robe/latrines – comme au palais de Westminster (1238), aux châteaux royaux de Kennington, Guilford et Woodstock (1237 et 1246) ; sur celui de Guilford (1246 et 1251) les latrines s’ouvraient sur les garde-robes41. Au château royal de Clipstone42 (1244), la grande chambre du roi Henry III (magna camera) fut subdivisée pour ménager une garde-robe (garderoba) tandis qu’on y créait des latrines (privata camera) ; Henry III fit encore construire pour la reine à côté des bâtiments antérieurs, en 1244-1245, une salle avec cuisine et garde-robe43.

  • 44 Matthaei Parisiensis, monacho sancti Albani, Chronica majora, ed. Henry Richards Luard, vol. IV, Lo (...)
  • 45 Guillaume de Saint-Pathus, Vie de Saint Louis, Paris, Éd. H.-F. Delaborde, 1879, p. 38 sqq.
  • 46 Cormier Jean-Philippe, Le Domfrontais médiéval, 1983, p. 44-48.
  • 47 Coyecque Ernest, « Comptes du XIVe siècle concernant 9 terres situées en Artois », Bulletin trimest(...)
  • 48 Fawtier Robert et Maillard François, Comptes royaux (1314-1328), t. IV, Première partie, (Recueil d (...)

29En France l’existence de cette pièce est attestée aux mêmes dates, mais avec le seul témoignage des sources littéraires, à défaut de la conservation des comptabilités. Mathieu Paris nous rapporte qu’en 1245 le pape était logé à Lyon dans une chambre avec garde-robe44. Le témoignage de Guillaume de Saint-Pathus est précieux qui nous précise qu’à Paris ou ailleurs la chambre royale, celle de Saint-Louis, était bien suivie d’une garde-robe45. Leur mention devient plus courante à la fin du XIIIe siècle, alors que se multiplie le témoignage des sources, ainsi aux châteaux de Domfront (Orne) (1296)46 de Rémy (Nord) (1297)47 (fig. 7), de Lens (1314), de Cherbourg, Gavray, Tinchebray (1321)48

30On peut donc tenir pour acquis la création de la garde-robe dans les grandes demeures princières de la première moitié du XIIIe siècle, tant en Angleterre qu’en France.

Fig. 7 > Château de Rémy (Nord), 1297. Un nouveau corps de logis est venu à la fin du XIIIe siècle doubler celui du XIIe siècle de deux nouvelles chambres avec garde-robe et latrines.

FONCTIONS DE LA GARDE-ROBE

Conserver les vêtements, tentures, tapisserie

  • 49 Schwarz Karl, « Aragonische Hofordnungen im 13. und 14. Jahrhundert », dans Studien zur Geschichte (...)
  • 50 Darcel A. et Albanès J.-H., « Inventaire du château de Cornillon… », op. cit., p. 215-217.
  • 51 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces… », op. cit., p. 24.
  • 52 Varin P. (dir.), Archives administratives de la ville de Reims, t. 3, seconde partie, Paris, Impr. (...)
  • 53 AD du Nord, B 9032, 1383-1384, f° 55v° « Et pour une clef mise a 1 escring a blans draps en le ward (...)
  • 54 Ibid., B 9019, 1375-1376, non folioté « aumaire en le wardereube monseigneur » ; B 9032, 1383-84, f (...)
  • 55 Deruelle N., Ouvrages et réparations…, op. cit., p. 40.

31Les fonctions premières de la garde-robe étaient bien de constituer un espace annexe à la chambre, espace dédié à la conservation des vêtements personnels ou encore des tapisseries, des tentures qui participaient du décor de la chambre et susceptibles d’être accrochées ou décrochées des murs. Elle contribue évidemment à amplifier l’espace de la chambre et à lui donner complexité. Au palais des rois de Majorque à Montpellier au XIIIe siècle, la chambre dite « le rebost » (repos « repositum » ?), « la reyre cambra », la « retrocamera »49, soit la garde-robe, enfermait les services de table, sièges, draps, vêtements royaux, chandelles, mais aussi de petites provisions de bouche, du fromage aux fruits. Au château de Cornillon, en 1380, le seigneur dormait dans une chambre dont le mobilier était réduit – l’inventaire mentionne les pièces de literie, un jeu d’échecs et de dés, une cathèdre, un pupitre de lecture, une armoire située près de la tour. Non seulement la garde-robe (« gardaraupa ») – contigüe et probablement située dans la tour – permettait d’y déposer les pièces superflues, en particulier de literie, mais une autre chambre voisine enfermait encore d’autres pièces, de literie ou des tapisseries – dont un panneau de parement (pannus paramenti) d’Arras avec les figures des Apôtres –, des vêtements liturgiques, etc.50 Au château de Saint-Trivier (Ain), la garde-robe lambrissée enfermait des armoires51, celle du château de la porte Mars à Reims en 1389 des coffres, table, buffet, planches pour mettre les robes52. Dans la garde-robe du comte de Hainaut Guillaume III, au Quesnoy, sont mentionnés des « escrins » où étaient disposés les « draps blancs » comme les cottes et autres habits53 ; celle de Guillaume IV dans le même château renfermait plusieurs meubles, une armoire, un coffre contenant des chandelles et aussi un « escrin » pour les draps54. Mais si celle de l’hôtel ducal de la Cour-le-Comte à Arras (vers 1410) contenait des dressoirs55, il est probable que ce mobilier était destiné à être disposé dans la chambre.

32La garde-robe était donc bien destinée à abriter dans des armoires, buffets, coffres, les vêtements, les draps et la literie, outre une partie du luminaire nécessaire, ou encore des objets du quotidien.

Prendre ses repas

  • 56 De Saint-Pathus Guillaume, Vie de Saint Louis, Paris, Éd. H.-François Delaborde, 1879, p. 79-82, 11 (...)
  • 57 Salamagne Alain, « La Salle-le-Comte à Valenciennes, une résidence des comtes de Hainaut », Cercle (...)

33En sa chambre ou dans sa garde-robe, saint Louis recevait encore à Paris ou ailleurs, aux jours de carême, 13 pauvres. Au Louvre une salle privative pour le roi et la reine n’existait pas encore – elle ne sera construite qu’au temps de Philippe le Bel – et la grande chambre jouait donc aussi le rôle de salle à manger. Même cas de figure lors d’un déplacement du roi à Noyon – on peut penser que le roi fut hébergé au palais épiscopal – où il mangea en sa chambre avec ses chevaliers, « car il estoit yver » nous rapporte Guillaume de Saint-Pathus : la salle avait dû être jugée trop glaciale et le roi s’était réfugié avec quelques chevaliers dans sa chambre ; par contre les chambellans soupaient dans la garde-robe directement accessible par la chambre56. La garde-robe du niveau inférieur de la grande-salle du palais de la Salle-le-Comte à Valenciennes (vers 1370) devait encore assumer cette fonction : située entre la grande salle du commun qui occupait le rez-de-chaussée du bâtiment et la « chambre des chambrières » dont elle dépendait, elle possédait un évier dont les eaux étaient rejetées, probablement dans l’Escaut tout proche, par des canalisations de plomb (fig. 8)57.

Prier

  • 58 De Saint-Pathus G., Vie de Saint Louis, op. cit., p. 38 : « Et quant matines estoient dites, il est (...)
  • 59 Ibid., p. 34.
  • 60 Salzman L.-F., Building in England…, op. cit., p. 174, 383-386.
  • 61 AD du Nord, B 9037, 1386-1387, 27v° : « amayre leur on met l’aournemence de l’autel monssigneur le (...)
  • 62 Colvin H.-M. (dir.), Building’s accounts of King Henri III, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 191.

34Au temps de saint Louis, la grande chambre du roi, au Louvre ou ailleurs, possédait une garde-robe aux fonctions diverses : le roi y pratiquait ses oraisons matinales lorsqu’il ne voulait pas se déplacer dans la chapelle toute proche58, le soir de nouveau il y disait ses complies : mais au cours de ses déplacements dans divers châteaux, s’il n’existait pas de chapelle, il priait « en sa garderobe delez sa chambre »59. Dans ce cas, un retrait pouvait être ménagé à l’intérieur de la garderobe ou à son extrémité : il en était de même au château de Guilford (1246 et 1251) où la garde-robe (bassa warderoba) abritait dans une partie voûtée un reliquaire60. La garderobe du comte de Hainaut Guillaume IV au château du Quesnoy abritait le parement d’un autel privatif61. Ces fonctions connexes permettent de comprendre pourquoi, au XIIIe siècle, le décor de la garde-robe participait de celui de la chambre : la garde-robe de la chambre royale au palais de Westminster en 1249 fut peinte par Jean de Saint-Omer62, de telle sorte qu’elle puisse s’accorder au rang de la Chambre Peinte.

Fig. 8 > Le palais de la Salle-le-Comte à Valenciennes, le bâtiment de la grande salle au niveau 2. [Restitution Alain Salamagne]

La garde-robe comme chambre des « domestiques »

  • 63 La Châtelaine de Vergy, Éd. Dufournet Jean et Dulac Liliane, Paris, Folio, 1994, vers 726-728.
  • 64 Langlois Charles-Victor, La Société française au XIIIe siècle, Paris, Librairie Hachette et Cie, 19 (...)
  • 65 Godard-Faultrier V., « Le château d’Angers au temps du roi René », op. cit., p. 95 : « En la garde (...)
  • 66 Aux châteaux de Rémy (1297), de Saint-Trivier [Lescuyer J-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces (...)

35La garde-robe est aussi le lieu où dorment les serviteurs attachés au service du prince. Ainsi dans le roman de La Châtelaine de Vergy vers 1300, la garde-robe possède un lit occupé par une demoiselle de compagnie63. De même dans le roman de la Comtesse d’Anjou (1316) la châtelaine, prétextant pour rester seule une indisposition, demanda qu’on fasse son lit dans la garde-robe64. Au château de La Ménitré (1471), un inventaire nous précise que les femmes de chambre du roi René couchaient dans sa garde-robe65. Cette fonction résidentielle de la garderobe est rendue explicite par l’existence de cheminées, que ne nécessitaient pas de simples pièces affectées à la seule conservation des vêtements, comme en attestent la plupart du temps, de fait, les comptes ou les inventaires qui, à défaut de cheminées, y relèvent néanmoins la présence de chenets, landiers66

Garde-robes et latrines

36Les latrines sont désignées dans les comptabilités sous des termes divers dont l’usage réfère plus à des habitudes locales qu’à des particularités architecturales :

    • 67 AD du Nord, B 7936.
    • 68 Richard Charles-Victor-Louis, Recherches historiques sur Rouen, Fortifications. Porte Martinville, (...)
    • 69 Richard Jules-Marie, « Documents des XIIIe et XIVe siècles relatifs à l’hôtel de Bourgogne (Ancien (...)
    • 70 Chave Isabelle, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Caen, Société historique et archéo (...)
    • 71 Richard Jules-Marie, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Paris, Éd. H. Champion, (...)
    • 72 Delisle Léopold, Actes normands de la chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Roue (...)
    • 73 AD d’Indre-et-Loire, C 655 [Document 3], f° 6r°.
    • 74 Ibid., C 950 f° 2v°.

    aisemenches » (château d’Hal, Hainaut, 1399)67, « aisements » (porte Martainville à Rouen, 1405 et château de Coucy, 1386)68, « chambres aisées » de l’hôtel d’Artois à Paris (1318)69, des châteaux d’Alençon (1438)70, de Conflans (1316)71, des châteaux royaux normands (Gisors, manoir de Houz, hôtel de Quatremares près de Louviers, château de Breteuil, etc. (1331)72, terme que l’on retrouve encore dans les procès-verbaux d’état des lieux du château d’Amboise de 1623-163273, tandis que pour l’état des lieux de 1761, il s’agit d’un « cabinet d’aisance »74 ;

    • 75 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans », op. cit., p. 24
    • 76 Richard J.-M., Mahaut, comtesse d’Artois, op. cit., p. 213-214 (château et hôpital d’Hesdin, 1307 e (...)
    • 77 AD du Nord, B 9805, 1396-1397, 13ro. AM de Valenciennes, J2 353bis, 1402-1403, 54v°, 55r° passim.

    corteysia » dans les châteaux bressans75, chez les évêques de Troyes (au palais de Troyes comme à Saint-Lyé et Aix-en-Othe), « chambres courtoises » (ou encore « hautes chambres privées »), chambres « coyes » ou « coies » (cachés), à Hesdin en 1307, dans les châteaux d’Artois76, et de Hainaut comme à Valenciennes77, etc.

  • 78 Pour une tour résidentielle de l’enceinte ; voir Mesqui Jean, Faucherre Nicolas, « Hygiène dans les (...)

37Le sentiment d’intimité qui prévalu à partir du XIIIe siècle exigeait la création de latrines privatives plutôt que collectives qui dominaient encore jusqu’à cette date dans l’architecture domestique. Dans la demeure aristocratique, la proximité voire la relation directe des latrines et de la chambre a été notée dans les tours-résidences du XIIe siècle, ainsi à Amblény ou Gisors78. On éprouvait quant-même le besoin de ménager ces latrines au bout d’un couloir, coudé souvent, et fermé par une porte. Mais la proximité évoquée, nécessaire, n’avait pas néanmoins que des agréments. Si dans un courrier adressé en 1245 au maître des ouvrages Edward FitzOtho le roi d’Angleterre Henri III lui demandait de faire déplacer « la chambre privée » de sa garde-robe de Londres en raison des odeurs, c’est probablement qu’elle était encore disposée à proximité de sa chambre.

  • 79 Salzman L.-F., Building in England…, op. cit., p. 281-284.

38La solution consista donc à repousser les latrines à l’extrémité de la garde-robe, à l’opposé de la porte de communication entre cette dernière et la chambre. Garde-robe et latrines sont bien liées comme en attestent encore les ordres donnés par Henri III en 1248 de construire une garde-robe et une chambre privée à Brill et une garde-robe de 30 pieds de longueur devant la chambre privée à Clarendon (Wiltshire79). Évidemment diverses solutions furent encore mises en œuvre qui consistèrent à isoler de la chambre les latrines. Une disposition fréquente est celle qui consiste à permettre l’accès direct des latrines par la tourelle d’escalier à vis et dans ce cas à assurer une liaison indirecte entre cette dernière pièce et la garde-robe. C’est ce que l’on peut remarquer au château de Chévenon (Nivernais), œuvre probable du tout début du XVe siècle, où latrines et garde-robe situées à l’opposé se trouvaient néanmoins en relation par le biais d’une galerie de bois, aujourd’hui disparue, mais dont les traces sont parfaitement visibles sur la face sud du corps de logis principal (fig. 9 et 10).

  • 80 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces… », op. cit., p. 24.
  • 81 Casset M., Les évêques aux champs…, op. cit., p. 322.

39Une confusion sémantique a pu exister du fait de la juxtaposition fréquente de la pièce qualifiée de garde-robe, qui pouvait servir encore de retrait, et des latrines accessibles à partir de cette dernière pièce. D’ailleurs dans les châteaux bressans au XIVe siècle80, ou en Normandie au château d’Alençon (1438), garde-robes ou latrines étaient réunies dans une même pièce. Au château de Gaillon, dans les deux garde-robes mentionnées existait une « chaiere perchée »81.

CONCLUSION

  • 82 Salamagne A., « Le Louvre de Charles V… », op. cit, p. 83 sqq.

40La date d’apparition de la suite séquentielle – chambre/garde-robe/latrines – est concomitante en France et en Angleterre comme en attestent les deux grands palais anglais et français de Westminster et du Louvre vers 1240, suite séquentielle dans le prolongement de la grande salle et de la chapelle ou en relation avec elle82. Il est probable néanmoins que bien des chambres des demeures aristocratiques en aient encore été dépourvues à la fin du XIIIe siècle, et que cette adaptation ne fut que progressive, au fur et à mesure de la rénovation des bâtiments anciens, comme au château de Rémy en 1297.

Fig. 9 > Plan du premier étage du corps-de-logis principal du château de Chévenon.

  • 83 La remarque avait déjà été faite à propos des châteaux bressans, Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « F (...)

41Entre 1250 et 1300 l’appartement allait se structurer autour de la chambre qui devait devenir une pièce « de nuit » – ce qu’elle n’était pas exclusivement auparavant –, et de la garde-robe, garde-robe qui entretient le plus souvent des rapports de contiguïté avec les latrines – qu’on accède à ces dernières par son intermédiaire, ou que la garde-robe soit suffisamment vaste pour les abriter sous couvert d’un simple refend83. Dans ce dernier cas, les latrines peuvent constituer le retrait de la chambre.

  • 84 Savot Louis, L’architecture françoise des bastiments particuliers, Paris, S. Cramoisy, 1624, p. 90- (...)
  • 85 Ibid., p. 90-91 : « L’arrière garde-robe n’est nécessaire que pour y retirer une chaise percée, de (...)
  • 86 On trouve encore comme équivalent au XVIIe siècle, les termes de privé, cabinet d’aisance ; Mignot (...)

42Louis Savot au XVIIe siècle prescrit des rapports proportionnels entre le volume des chambres et celui de la garde-robe ; si les dimensions de cette garde-robe sont réduites et si un escalier se trouve à proximité, il envisage alors la possibilité de créer un entresol84, entresol qui dans ce cas-là ne peut être pris comme à Chambord que sur le volume de la garde-robe. Mais de fait au XVIIe siècle, comme antérieurement, les dimensions de la garde-robe sont inférieures à celles de la chambre. Il est encore intéressant de noter que Louis Savot conseille de ménager une petite pièce de 4 pieds de côté (1,20 x 1,20 m) destinée à recevoir la chaise percée, pièce qu’il qualifie d’« arrière garde-robe », arrière garde-robe qui apparaît comme l’équivalent exact du retrait85, lorsque ce terme désigne au Moyen Âge une pièce retirée à fonction hygiénique86.

Fig. 10 > Vue de la face sud du corps-de-logis principal du château de Chévenon. On relèvera les fenêtres d’accès bouchées du bâtiment des latrines à droite.

  • 87 Girouard Mark, Life in the English Country House, New Have, Yale University Press, 1978, p. 40 sqq.

43Les changements des modes de vie au cours du XIIIe siècle entraînèrent une adaptation des espaces de la demeure aristocratique, vers une ségrégation de ces espaces et un confort plus grand. Si ce schéma fut encore amplifié au début du XIVe siècle par l’ajout de pièces complémentaires, en relation aussi avec le développement du cérémonial de cour, la suite chambre/garde-robe/latrines devait rester au cœur de l’organisation des espaces intérieurs du château français. Elle se superposa dès le XIIIe siècle au principe de la « grande chambre » qui par contre se conserva en Angleterre jusqu’à la fin du XVe siècle, comme une grande chambre située généralement au rez-de-chaussée, dans le prolongement du hall. Néanmoins, il semble que ses fonctions réelles de chambre à coucher se soient amenuisées dès le début du XIVe siècle – tout en étant conservées dans certains cas – et que dans les plus grandes demeures elle n’ait plus eu qu’un rôle de salle pour diner87 (soit l’équivalent de la sallette en France). L’évolution aurait donc été différente à partir d’un modèle commun, modèle que l’on pourrait qualifier d’anglo-normand, tout en présentant un trait conjoint, la volonté d’accorder aux espaces une valeur d’intimité plus grande qu’aux XIe et XIIe siècles. Ceci conduisit à substituer, vers 1200-1250, au volume unitaire de la grande chambre, des volumes cloisonnés (avec la suite séquentielle chambre/garde-robe/latrines) et à celui de la grande-salle dès le début du XIVe siècle celui de la salle d’un volume plus réduit (qualifiée de « sallette » dès la fin du XIVe siècle).

Notes

1 Androuet du Cerceau Jacques, Les Plus excellents bastiments de France, présentation et commentaire par David Thomson, Paris, L’Aventurine, 1995, p. 49.

2 Chatenet Monique, Chambord, Paris, Éditions du Patrimoine, 2001, p. 85.

3 Chronique de Guines et d’Ardre par Lambert, curé d’Ardre (918-1203), Paris, éd. le marquis de Godefroy Menilglaise, 1855, p. 297 sqq. ; Mortet Victor et Deschamps Paul, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, XIe-XIIe siècles, vol. 1, Paris, A. Picard, 1911, p. 183-186 ; Fournier Gabriel, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 286-291 ; Higham Robert et Barker Philip, Timber castles, Exeter, Université d’Exeter, 1992 (rééd. 2006), p. 115-116 ; Brunel Ghislain et Lalou Elisabeth (dir.), Sources d’histoire médiévale IXe-milieu du XIVe siècle, Paris, Larousse, coll. « Textes essentiels », 1992, p. 331-333.

4 Chronique de Guines et d’Ardre…, op. cit., p. 296 sqq. : artifex vel carpentarius, in hujus artis ingenio parum discrepans a Dedalo.

5 Du lat. vulg. dominio,-onis.

6 Mentions fréquentes dans les comptabilités ultérieures de porcs mis à engraisser.

7 Voir Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, Éditions L. Favre, 1886, p. 511-512.

8 Salzman Louis Francis, Building in England down to 1540. A Documentary History, Oxford, Oxford University Press, 1952, p. 417.

9 Le point a été fait par Quenedey Raymond, L’habitation rouennaise. Étude de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926, p. 300-302.

10 Chapelot Jean, « Le château de Fréteval (Loir-et-Cher) et sa place dans l’architecture militaire des XIe et XIIe siècles », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendomois, 1969, p. 17-74 ; Leymarios Claude, Fréteval. Histoire d’une forteresse médiévale, Vendôme, Éditions du Cherche-lune, 2001, 126 p.

11 Mignot Claude, « Petit lexique des l’hôtel parisien », dans XVIIe siècle, no 162, 1989, p. 104.

12 Hoppe Stephan, dans Paravicini Werner, Hirschbiegel Jan et Wettlaufer Jörg (dir.), Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich [Residenzenforschung (15.II)], vol. 1 : Begriffe, Ostfildern, 2005, p. 413-417 : les termes « Stube und Kammer » ou encore « das Gemarch » (chambre) utilisés au XVIe siècle ne renvoient pas par contre à la notion d’appartement.

13 Deruelle Nathalie, Ouvrages et réparations au bailliage à Arras, Mémoire de maîtrise, Université de Lille 3, 1992, p. 45.

14 Poklewski Tadeusz, « La résidence royale à Kalisz en Pologne (XIVe-XVe siècles) », dans Chateau Gaillard 20, Actes du colloque international de Gwatt(Suisse) 2-10 septembre 2000, Ettel Peter, Flambard Héricher Anne-Marie, Mc Neill T.E. (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2002, p. 203.

15 Godard-Faultrier Victor, « Le château d’Angers au temps du roi René. Les manoirs de ce prince à Chanzé, la Menitré et Reculée, d’après quatre inventaires inédits, provenant des Archives de l’Empire. Rapport », Mémoires de la Société d’agriculture, sciences, et arts d’Angers, 7, 1864, p. 6-8. Robin Françoise, La Cour d’Anjou-Provence, la vie artistique sous le règne de René, Paris, Picard, 1985, p. 106.

16 Contre 19 à l’hôtel du Bailliage ; Deruelle N., « Ouvrages et réparations ordonnés par le duc de Bourgogne dans ses résidences à Arras entre 1401 et 1417 », dans Arras au Moyen Âge, Histoire et littérature, Castellani Marie-Madeleine et Martin Jean-Pierre (dir.), Arras, Artois Presses Université, 1994, p. 63.

17 Litoux Emmanuel, Prigent Daniel, Hunot Jean-Yves, « Le château de Montsoreau », Congrès archéologique de France, 155e session, 1997, Touraine, Paris [2003], p. 255-280.

18 Johnson Matthew, Behind the Castle Gate. From Medieval to Renaissance, Londres, Routledge, 2002, p. 20-24 : latrines qui se déversent directement dans les fossés.

19 AD du Nord, B 9019, 1375-76, non folioté, B 9027, 1381, f° 18v° : le ramonage revenait à 6 d. par cheminée.

20 Chatenet M., Chambord, op. cit., p. 85.

21 Fairclough Graham, « Meaningful Constructions— Spatial and Functional Analysis of Medieval Buildings », Antiquity, 66, 1992, a déjà formulé quelques unes de ces remarques, p. 355 : « Function in a room can be identified from a variety of evidence […]—size, furnishings, treatment of floors, provision of light and heat, standard of decoration, possession of subordinate private chambers and, if so, whether these are shared, the proximity to or isolation from central rooms, relationship to defended or special(ized) entrances ».

22 Comme le souligne encore Hoppe Stephan, Die Funktionale und räumliche struktur des fruhen Schlossbaus in Mitteldeutschland 1470-1570, Cologne, Abt. Architekturgeschichte, 1996, p. 13-18.

23 Gauthier Jules, « Inventaire de l’argenterie et de l’argent monnayé trouvés au château de Nozeroy (Jura) à la mort de Louis de Chalon-Arlay III, prince d’Orange (14 décembre 1463) », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 2, 1885, p. 270-273.

24 Fériel Jules, « Inventaire des biens meubles trouvés au chasteau de Joinville… », Bulletin archéologique, 4e vol., 1847-1848, p. 102-111.

25 Darcel Alfred et Albanès Joseph Hyacinthe, « Inventaire du château de Cornillon, en 1380 », Revue des Sociétés savantes des départements, 7e série, I, Paris, 1880, p. 182-232.

26 Casset Marie, Les Évêques aux champs. Châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Âge (XIe-XVe siècles), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 159-160.

27 On verra en particulier Renoux Annie, « Architecture, pouvoir et représentation en milieu royal et princier dans la France du Nord aux Xe et XIe siècles », dans Ehlers Caspar, Jarnutt Jörg et Wemhoff Matthias (dir.), Deutsche Königspfalzen. Beitrage zu ihrer historichen und archäologischen Erforschung, vol. 7, Zentren herrschaftlicher Repräsentation im Hochmittelalter Geschichte, Architektur und Zeremoniell, Göttingen, 2007, en particulier p. 29 et 48-49.

28 Mortet V. et Deschamps P., Recueil de textes relatifs…, op. cit., t. 1, 1911, p. 165.

29 Colvin H.-M., The history of the King’s Works, The Middle Ages, vol. I, The Middle Ages, Londres, Her Majesty’s Stationary Office, 1963, p. 494 sqq.

30 Salle de 23,40 m de longueur sur 13,65 m de largeur, soit 319 m2 dont il faut retrancher pour estimer le volume de la grande chambre, ceux de la terrasse et de la garde-robe, voir Salamagne Alain, « Le Louvre de Charles V », dans Salamagne Alain (dir.), Le palais et son décor au temps de Jean de Berry, Tours, PUFR, 2010, p. 75-138.

31 D’Aubagne Barthélémy, « Inventaire du château des Baux, en 1426 », Revue des Sociétés savantes, 6e série, t. 6, 1877, 1878, p. 131-136 : « chasés de femme ».

32 Ibid., p. 140-142.

33 Au château de Guilford (1246 et 1251) la chambre du roi (Henri III) se trouvait au niveau supérieur et surmontait celle des serviteurs de l’hôtel : Salzman L.-F., Building in England…, op. cit., p. 174, 383-386.

34 Renoux Annie, « Aux marches du palais : des mots, des concepts et des réalités fonctionnelles et structurelles », dans Renoux A. (dir.), Aux Marches du palais. Qu’est-ce qu’un palais médiéval ?, Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale. Le Mans-Mayenne 9-11 septembre 1999, Le Mans, LHAM/Université du Maine, 2001, p. 19.

35 Le Pogam Pierre-Yves, De la « cité de Dieu » au « palais du Pape » : les résidences pontificales dans la seconde moitié du XIIIe siècle, 1254-1304, Rome, École française de Rome, 2005, p. 555.

36 British Museum, Add. ms. 21201 du, f° 141v° (1372), f° 149r° (1371 ?) : « pour faire 5 claveures fournies pour les huis des entrecloistres de bois qui furent faiz pour deviser les chambres quant monseigneur le Duc fut a Derval ».

37 Type de clous dits « palastres ».

38 AD du Nord, B 10156, 1457, 22r°.

39 Lescuyer Jeanne-Marie, Poisson Jean-Michel, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des textes pour l’archéologue », dans Poisson Jean-Michel (dir.), Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècle). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes, DAF, 1992, p. 26.

40 On ne confondra pas évidemment avec le service de la garde-robe, lieux où l’on conservait les registres de comptabilité.

41 Salzman L.-F., Building in England, op. cit., p. 174, 383-386.

42 Une centaine de km au sud de Sheffield.

43 Colvin H.-M., The History of the King’s Works, The Middle Ages, vol. II, The Middle Ages, Londres, Her Majesty’s Stationary Office, 1963, p. 919.

44 Matthaei Parisiensis, monacho sancti Albani, Chronica majora, ed. Henry Richards Luard, vol. IV, Londres, Longman, 1877, p. 417: Diebus vero Rogationum […] apud Lugdunum quaedam Papae camera, quae conclave, id est warderoba, dicitur, cum omnibus quae in ipsa continebatur, combusta est (Vers le temps des Rogations, à Lyon, la chambre du pape, qu’on appelle conclave ou garde-robe, fut brûlée avec tout ce qu’elle contenait…).

45 Guillaume de Saint-Pathus, Vie de Saint Louis, Paris, Éd. H.-F. Delaborde, 1879, p. 38 sqq.

46 Cormier Jean-Philippe, Le Domfrontais médiéval, 1983, p. 44-48.

47 Coyecque Ernest, « Comptes du XIVe siècle concernant 9 terres situées en Artois », Bulletin trimestriel de la Société des antiquaires de Morinie, VII, 1886, p. 604-605 : « le keminée de le noeve warde reube ».

48 Fawtier Robert et Maillard François, Comptes royaux (1314-1328), t. IV, Première partie, (Recueil des historiens de la France. Documents financiers, III), Paris, Imprimerie nationale, 1961, p. 396-402 : à un charpentier « pour rouilier et plancher les chambres aesiees en la grant sale, pour 3 royles en la garderobe d’apres et replancher » et « pour couvrir la cambre appelee garde robe ».

49 Schwarz Karl, « Aragonische Hofordnungen im 13. und 14. Jahrhundert », dans Studien zur Geschichte der Hofämter und Zentralbehörden des Königreichs Aragon, Berlin, 1914, p. 8 et 9 ; Guiraud Louise, « Le palais des rois de Majorque à Montpellier », Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1907, 2e série, t. 3, fasc. 2, p. 183.

50 Darcel A. et Albanès J.-H., « Inventaire du château de Cornillon… », op. cit., p. 215-217.

51 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces… », op. cit., p. 24.

52 Varin P. (dir.), Archives administratives de la ville de Reims, t. 3, seconde partie, Paris, Impr. de Crapelet, 1848, p. 738.

53 AD du Nord, B 9032, 1383-1384, f° 55v° « Et pour une clef mise a 1 escring a blans draps en le wardereube monseigneur le conte », 12 d. ; B 9039, 1387-88, 14r°.

54 Ibid., B 9019, 1375-1376, non folioté « aumaire en le wardereube monseigneur » ; B 9032, 1383-84, f° 55v° : « A Jehan de Lille pour faire I noef coffre mis en le wardereube monseigneur pour mettre candeilles de chire accatet par Hellin, 18 s. » ; « Et pour une clef mise a 1 escring a blans draps en le wardereube monseigneur le conte, 12 d. ».

55 Deruelle N., Ouvrages et réparations…, op. cit., p. 40.

56 De Saint-Pathus Guillaume, Vie de Saint Louis, Paris, Éd. H.-François Delaborde, 1879, p. 79-82, 115 « Et une foiz avint que li benoiez rois estoit a Noion et menja en chambre et aucuns chevaliers avecques lui au feu, car il estoit yver, et ses chambellans mengierent en une garde robe delez sa chambre… ».

57 Salamagne Alain, « La Salle-le-Comte à Valenciennes, une résidence des comtes de Hainaut », Cercle archéologique et historique de Valenciennes, Mémoires, XI, 2010, p. 122.

58 De Saint-Pathus G., Vie de Saint Louis, op. cit., p. 38 : « Et quant matines estoient dites, il estoit longuement en oroisons ou en la chapele ou en sa garderobe ou delez son lit ».

59 Ibid., p. 34.

60 Salzman L.-F., Building in England…, op. cit., p. 174, 383-386.

61 AD du Nord, B 9037, 1386-1387, 27v° : « amayre leur on met l’aournemence de l’autel monssigneur le comte ».

62 Colvin H.-M. (dir.), Building’s accounts of King Henri III, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 191.

63 La Châtelaine de Vergy, Éd. Dufournet Jean et Dulac Liliane, Paris, Folio, 1994, vers 726-728.

64 Langlois Charles-Victor, La Société française au XIIIe siècle, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1904, p. 240.

65 Godard-Faultrier V., « Le château d’Angers au temps du roi René », op. cit., p. 95 : « En la garde robe ou couschent les femmes de chambre du roy ».

66 Aux châteaux de Rémy (1297), de Saint-Trivier [Lescuyer J-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle », op. cit., p. 24], etc.

67 AD du Nord, B 7936.

68 Richard Charles-Victor-Louis, Recherches historiques sur Rouen, Fortifications. Porte Martinville, Rouen, Rouen, Impr. A. Péron, 1844, p. 283 ; Mesqui Jean, « Les programmes résidentiels du château de Coucy du XIIIe au XVIe siècle », Congrès archéologique de France, Aisne méridionale, 1990, Paris, 1994, vol. I, p. 234.

69 Richard Jules-Marie, « Documents des XIIIe et XIVe siècles relatifs à l’hôtel de Bourgogne (Ancien Hôtel d’Artois) tirés du Trésor des Chartes », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 17, 1890, p. 141.

70 Chave Isabelle, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Caen, Société historique et archéologique de l’Orne, 2003, p. 260.

71 Richard Jules-Marie, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Paris, Éd. H. Champion, 1887, p. 235.

72 Delisle Léopold, Actes normands de la chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Libraire A. Lebrument, 1871, p. 32, 43, 98, passim.

73 AD d’Indre-et-Loire, C 655 [Document 3], f° 6r°.

74 Ibid., C 950 f° 2v°.

75 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans », op. cit., p. 24.

76 Richard J.-M., Mahaut, comtesse d’Artois, op. cit., p. 213-214 (château et hôpital d’Hesdin, 1307 et 1321).

77 AD du Nord, B 9805, 1396-1397, 13ro. AM de Valenciennes, J2 353bis, 1402-1403, 54v°, 55r° passim.

78 Pour une tour résidentielle de l’enceinte ; voir Mesqui Jean, Faucherre Nicolas, « Hygiène dans les châteaux forts au Moyen Âge », dans La vie de château, Le Bugue, Éditions Ol Contou, 1992, coll. « Les cahiers de Commarque », p. 45-74, en particulier p. 50-51.

79 Salzman L.-F., Building in England…, op. cit., p. 281-284.

80 Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces… », op. cit., p. 24.

81 Casset M., Les évêques aux champs…, op. cit., p. 322.

82 Salamagne A., « Le Louvre de Charles V… », op. cit, p. 83 sqq.

83 La remarque avait déjà été faite à propos des châteaux bressans, Lescuyer J.-M., Poisson J.-M., « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans… », op. cit., p. 24.

84 Savot Louis, L’architecture françoise des bastiments particuliers, Paris, S. Cramoisy, 1624, p. 90-91 : « La garderobe n’aura moins de dix pieds en tous sens, et n’excédera en capacité les trois quarts de la chambre. Quand elle est spacieuse on y dresse une cheminée ; si elle est étroite en un étage beaucoup élevé, et proche une montée, on y peut faire un entresol si on a besoin de place ; même si elle est longue, on peut pratiquer une petite montée au dedans d’icelle ».

85 Ibid., p. 90-91 : « L’arrière garde-robe n’est nécessaire que pour y retirer une chaise percée, de sorte que sa capacité sera assez grande quand elle ne sera que de quatre pieds, si ce n’est en celle des princes, où il est besoin de plus grande place ».

86 On trouve encore comme équivalent au XVIIe siècle, les termes de privé, cabinet d’aisance ; Mignot Claude, « Petit lexique des l’hôtel parisien », dans XVIIe siècle, no 162, 1989, p. 107.

87 Girouard Mark, Life in the English Country House, New Have, Yale University Press, 1978, p. 40 sqq.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Plan du donjon de Chambord au premier étage. [Dessin de Sara Galletti publié dans Chatenet Monique, Chambord, op. cit., p. 84]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 2 > La tour d’Ardres. Niveau 2. [Restitution Alain Salamagne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3 > Fréteval, la tour maîtresse vue du nord. On remarquera les trous de boulin destinés à recevoir 9 poutres de 0,25 m de section, dont l’extrémité était soutenue par des jambes de force, portant le plancher de la galerie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 4 > L’Isle-Savary (Indre). La tour maîtresse vue du sud-est. Les fenêtres à croisée de la face ouest éclairent les chambres, les demi-croisées de la face sud les garde-robes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 > Chateauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or). Les poteaux des refends sont moulurés et les linteaux ornés d’accolades.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6 > Château de Gien (Loiret), refends de cloisonnement. L’épaisseur du refend est en partie constituée de briques couvertes de lattes plâtrées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7 > Château de Rémy (Nord), 1297. Un nouveau corps de logis est venu à la fin du XIIIe siècle doubler celui du XIIe siècle de deux nouvelles chambres avec garde-robe et latrines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 8 > Le palais de la Salle-le-Comte à Valenciennes, le bâtiment de la grande salle au niveau 2. [Restitution Alain Salamagne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 9 > Plan du premier étage du corps-de-logis principal du château de Chévenon.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 10 > Vue de la face sud du corps-de-logis principal du château de Chévenon. On relèvera les fenêtres d’accès bouchées du bâtiment des latrines à droite.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540