Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie II – Les hommes et leur environnement

Manoirs de plaisance des ducs de Bretagne XIIIe-XVe siècle

Marie Casset

Texte intégral

  • 1 Lalou Élisabeth, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (...)

1Le sujet des manoirs ruraux de plaisance des Grands de l’aristocratie (rois de France, princes des fleurs de lys, grands féodaux) n’a été le plus souvent abordé qu’au travers des sources écrites médiévales qui nomment manoirs, maisons et châteaux1, mentionnent et énumèrent les aménagements et les décors. Les structures du manoir de Vincennes avant la construction du château au milieu du XIVe siècle ont été dévoilées par les fouilles de Jean Chapelot. En revanche, on connaît, par les textes et parfois quelques éléments en élévation, les manoirs de plaisance des ducs de Bourgogne à Rouvres et Germolles, ceux du duc René d’Anjou autour d’Angers, de Saumur et de Tarascon. Nombre de sites ont vu leur statut de séjour favori s’évanouir au gré des modes dynastiques et le plus souvent disparaître du paysage.

2En ce qui concerne les manoirs de plaisance des ducs de Bretagne à partir du XIIIe siècle, les données d’origine médiévale sont ténues et les structures bâties ont disparu depuis longtemps, mais la cession de ces installations à des communautés ecclésiastiques a souvent pérennisé l’organisation globale du complexe, ce qui autorise quelques hypothèses sur l’emprise et la nature des espaces (eau, bois, jardins) qui en constituent l’environnement. Il m’a semblé intéressant, malgré l’absence de documentation architecturale, de m’intéresser aux modalités de l’implantation de ces manoirs, en particulier à leur rapport topographique avec les résidences majeures, aux données institutionnelles du site choisi et à l’organisation spatiale du complexe dans ses composantes bâties et non bâties. Il conviendra ensuite de comparer les programmes mis en place par les ducs de Bretagne avec ceux que l’on observe ailleurs, chez les rois de France et les autres Grands du royaume.

L’ŒUVRE DES GRANDS DUCS DU XIIIe SIÈCLE

3Tout au long du XIIIe siècle, les ducs de Bretagne, Alix (1203-1221) et Pierre de Dreux (1213-1237), Jean Ier (1237-1286) puis Jean II (1286-1305), qui s’attachent à renforcer leur pouvoir sur l’ensemble de la péninsule en particulier dans l’Ouest, en Léon et en Cornouaille, accroissent par tous les moyens l’étendue du domaine ducal et cela s’accompagne d’une remarquable politique de grands travaux d’architecture et d’aménagements forestiers.

Le contexte global

  • 2 Le terrain choisi pour la construction se trouve en partie sur le domaine du duc, en partie sur cel (...)
  • 3 Leguay Jean-Pierre (dir.), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, p. 41-42.

4À la fin du XIIIe siècle, les ducs disposent dans la partie orientale du duché d’un certain nombre de demeures urbaines majeures dont certaines ont été nouvellement restaurées et renforcées à Rennes et à Auray qui sont de vieux séjours attestés et assidûment fréquentés depuis longtemps (fig. 1). À Nantes, dès le début du XIIIe siècle et malgré l’opposition de l’évêque2, Alix et Pierre de Dreux puis Jean Ier mènent à bien le chantier d’une nouvelle résidence ducale, la « Tour Neuve », où les ducs entreposent leur trésor. En revanche, ils se sont défaits de leur résidence urbaine de Vannes ; le « château de la Motte », ainsi qu’on le désigne plus tard, aurait été donné par Jean II à l’évêque au milieu du XIIIe siècle dans des conditions mal connues et délicates à élucider3.

  • 4 Février 1216, accord entre Pierre Mauclerc, Alix, sa femme, et l’abbaye Saint-Sulpice, qui prévoit (...)

5De nouvelles forteresses, en particulier dans les années 1220, sont édifiées pour protéger et renforcer les marges de la principauté et encourager la mise en valeur et le peuplement de zones forestières par la création de bourgs à Saint-Aubin-du-Cormier et Hédé au nord de Rennes, au Gâvre dans le nord-ouest de Nantes. Pour mémoire, signalons aussi la construction vers 1215-1216, par le couple ducal Pierre et Alix, d’un manoir (manerium) dans la forêt de Rennes, à Verrières-en-Liffré à environ 16 kilomètres au nord-est de Rennes4.

  • 5 Peyron Paul (dir.), Cartulaire de l’Église de Quimper, Quimper, Kerangal, 1909, p. 184-186 ; Kerher (...)
  • 6 Le Duc Placide, Histoire de l’abbaye de Quimperlé, 1682, édition critique par Le Men René-François, (...)

6Les campagnes de mise en scène du pouvoir ont pris un tour différent dans l’Ouest de la péninsule en Léon et Cornouaille ; là où l’autorité ducale nécessitait une ferme réaffirmation, on réinvestit de vieux centres de pouvoir. À Châteaulin, Morlaix et Duault, le duc Jean Ier fait enclore de murs de pierres de très vastes superficies en partie boisées. À Quimper et Quimperlé, de sérieuses résistances de la part des autorités ecclésiastiques obligent les ducs à réviser leur programme. À Quimper, en 1209, le duc renonce à une domus qu’il souhaitait construire sur une terre dépendant de l’évêque, et ce n’est qu’en 1453, après de nombreux rebondissements, qu’un accord intervient qui permet à Pierre II (1450-1457) de construire une résidence ducale, à moins qu’il ne s’agisse que de la clôture du quartier dépendant du duc5. L’obstination des moines de Sainte-Croix de Quimperlé, au début du XIIIe siècle, à interdire à Guy de Thouars puis à Pierre de Dreux la construction d’une maison ducale dans l’agglomération débouche sur une installation plus au sud, le long du petit fleuve Laïta, sur un vieux domaine des comtes de Cornouaille. Un château est édifié au cœur de la foresta de Carnoët transformée en parc à gibier6.

Fig. 1 > Sites mentionnés.

  • 7 Corvisier Christian, « Le château de Brest, le château de Saint-Malo et les Quiqu’engrogne des ducs (...)
  • 8 Le compte des dépenses de Roland Le Lombard pour l’exécution du testament de Jean II signale une tr (...)

7Il n’y eut sans doute pas de travaux notables au « chastel » de Brest immédiatement après l’achat de l’agglomération par le duc Jean Ier au comte Hervé de Léon et l’on ignore s’il y en eut à Dinan, après le retour de la ville dans le Domaine en 12837. Hormis le château urbain, le prince y possède une « maison au duc », dans le quartier suburbain de La Rouerie8.

Les résidences dans la presqu’île de Rhuys

  • 9 Acte signé à Suscinio, Morice Pierre-Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclés (...)

8Dans la presqu’île de Rhuys (fig. 2), Pierre de Dreux et Alix, puis Jean Ier (1237-1286) mettent en place un paysage princier remarquable qui n’a plus vocation défensive, mais traduit sans doute une volonté de jouir paisiblement d’un séjour rural à vocation de plaisance. Le premier château de Suscinio, sans doute une tour résidence, est construit aux marges de la foresta qui occupe toute la partie centrale de la presqu’île, sur la côte sud à quelques dizaines de mètres de la mer. On sait que Pierre et Alix y séjournent dès 12189. Leur successeur Jean Ier transforme la foresta en un gigantesque parc à gibier de 2 600 hectares clos de murs de pierre, parc dont on expulse tous ceux qui y tenaient des droits en particulier un prieuré dépendant de l’abbaye proche, Saint-Gildas.

Fig. 2 > Résidences ducales dans le Vannetais.

  • 10 Chapelot Jean, « Le Vincennes des quatre premiers Valois : continuités et ruptures dans un grand pr (...)
  • 11 Les comptes d’Auberi signalent les séjours à Bernon de Jean II, du 4 au 15 août 1305, et à Banastèr (...)

9À défaut d’autres informations, on peut considérer qu’on édifie dans le même temps deux manoirs de plaisance à la périphérie du parc au bord de la mer : Bernon, à moins de dix kilomètres à l’ouest du château, est implanté sur un petit promontoire qui domine le golfe du Morbihan ; « Benestier » (aujourd’hui Banastère), à cinq kilomètres au nord-est du château, se déploie à l’embouchure d’un ruisseau débouchant dans l’Atlantique. Traditionnellement on affirme l’existence d’un troisième manoir (le « Bois-lès-Suscinio ») ; cette formule me semble plutôt désigner le manoir de Suscinio lui-même comme on le comprend pour le manoir de Vincennes, désigné par l’expression « Bois de Vincennes » à la même époque10. Si la documentation directe qui concerne ces manoirs est ténue, elle démontre cependant le goût des ducs pour ces séjours. Pendant l’été 1305, Jean II va dîner et dormir à Bernon ou à Banastère11. On connaît également un marinier qui conduit les excursions marines du duc et de la cour.

  • 12 Rentier du domaine de Rhuys (1510), AD Loire-Atlantique, B 2233, f° 32v°. À cette date, la mise en (...)

10L’organisation globale et l’agencement spatial de ces deux manoirs peuvent être approchés avec plus ou moins de bonheur à partir d’éléments certes tardifs mais non dénués d’enseignements. D’après le rentier de Rhuys terminé en 1510, le manoir de Banastère, transformé sans doute depuis peu en tenue à convenant, comprenait un enclos de trois journaux contenant jardins et maisons, une vigne et une grande parcelle de quinze journaux12. Le complexe dans son ensemble, espaces bâtis et non bâtis, couvrait environ huit à neuf hectares dont un à deux pour l’enclos résidentiel proprement dit, accoté d’un jardin ou d’un verger.

  • 13 Ibid., f° 243 et 248.
  • 14 Les trinitaires de Sarzeau ont, semble-t-il, reçu le manoir de Bernon et ses annexes arborées dans (...)

11L’organisation globale du manoir de Bernon peut être évaluée à partir de documents tardifs. En effet, la succession de ses détenteurs jusqu’à la fin du XVIIIe siècle suggère qu’il a conservé longtemps son agencement spatial primitif. L’ensemble comprenait un bois dénommé « parc de Bernon », cerné de fossés (= talus)13 et un enclos manorial dont les espaces bâtis et non bâtis (jardins et verger) devaient couvrir environ onze hectares14.

DES CONVERSIONS AU XVe SIÈCLE

  • 15 Leguay J.-P., Un réseau urbain…, op. cit., p. 168.

12À partir du règne de Jean IV (1365-1399), la guerre de Succession terminée, les séjours majeurs, anciens comme récents, des ducs de Bretagne connaissent de vastes campagnes de restructuration des éléments défensifs, de mise au goût du jour des espaces résidentiels (Dinan, Auray, Châteaulin, Le Gâvre, Brest, Nantes, Vannes, Pirmil, Clisson)15 et l’on assiste à des mutations du classement dans la hiérarchie des faveurs ducales.

Le contexte général

  • 16 Blanchard René, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles (...)

13Certains sites anciens sont délaissés et les restaurations ou les constructions nouvelles n’ont pas toujours vocation résidentielle. Le château de Carnoët près de Quimperlé n’a sans doute jamais été visité ; celui de Morlaix est presque à l’abandon et la « tour de Cesson », élevée près de Saint-Brieuc vers 1395, n’est pas franchement équipée pour recevoir la cour ducale. Auray jette ses derniers feux sous le règne de Jean V (1399-1442), qui le visite au moins treize fois, surtout en automne16. Le château de Rennes, détruit sous Jean V, n’est pas reconstruit, et, peu après 1485, François II (1458-1488) s’installe dans un hôtel urbain, ancienne possession d’Arthur Brécard puis de Pierre Landais, trésorier et receveur général du duché, exécuté en 1485. De fortes tours-résidences, véritables « donjons-palais », sont élevées à Saint-Malo et Dinan vers 1380 et à Brest vers 1405, mais leur fréquentation est mal attestée.

  • 17 André P., « Le château de Suscinio… », op. cit., p. 254-266 ; Grand R., « Suscinio », op. cit., p.  (...)
  • 18 Kerhervé J., L’État breton aux XIVe et XVe siècles : les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloi (...)

14Le château de Suscinio est formidablement restructuré, fortifié et mis au goût du jour par les ducs Jean IV et Jean V, qui font élever un grand logis-porte confortable à partir de la fin du XIVe siècle, puis par François II, qui aménage le logis occidental17, mais il perd progressivement la faveur des ducs à partir du milieu du XVe siècle, et en 1488 le domaine est cédé au prince d’Orange18.

15Nantes et Vannes deviennent des séjours de prédilection. À Nantes, la vieille demeure du XIIIe siècle est transformée par François II, à partir de 1466, en une imposante forteresse dotée de superbes logis confortables et ornés, pour abriter les fastes de la cour ducale. À Vannes, Jean IV (1364-1399) fait construire le château de l’Hermine, une vaste résidence adossée au rempart récent qui ferme un nouveau quartier de la ville gagné sur des terres marécageuses. Le programme architectural de la réinstallation ducale à Vannes après un siècle d’absence s’accompagne d’un important aménagement paysager du coteau à l’est du château : le parc de la Garenne qui se prolonge vers le nord par un grand étang, l’étang du Duc. Après 1460, le château de l’Hermine est délaissé par François II qui séjourne le plus souvent à Nantes, mais deux manoirs ruraux situés à quelques kilomètres de l’agglomération accueillent les ducs dans le Vannetais.

LES MANOIRS DUCAUX DU VANNETAIS AU XVe SIÈCLE (fig. 3)

  • 19 Lestrenic, commune de Sené, Marsille Henri, « Plaisance », Bulletin de la Société polymatique du Mo (...)
  • 20 La Martinière Jean de, « Un grand chancelier de Bretagne : Jean de Malestroit », Mémoires de la Soc (...)
  • 21 24 avril 1451 : renouvellement et confirmation du transport de la terre et manoir de Lestrenic au d (...)
  • 22 11 août 1437 : deux actes signés à Lestrenic, Blanchard R., Lettres et mandements…, op. cit., no 22 (...)

16Le manoir de Lestrenic, à 3,5 kilomètres au sud-est de Vannes, immédiatement au sud de la route de Vannes à Nantes au lieu-dit actuel Saint-Laurent19, appartient au chancelier de Bretagne, Jean de Malestroit ; la cour y séjourne au moins en 1418 et 1431, et les finances ducales contribuent à son entretien20. À une date inconnue, le manoir entre dans le domaine ducal21, et il existe au moins six attestations de sa fréquentation entre 1437 et 148022.

  • 23 Lobineau Guy-Alexis, Histoire de Bretagne, Paris, Veuve François Muguet, 1707 (rééd. 1973), t. I, p (...)
  • 24 AD Morbihan, D 29.
  • 25 En 1614, Louis XIII autorise les capucins de Vannes à prendre les matériaux (bois, pierres) « … des (...)

17La documentation concernant les propriétaires successifs du manoir, la dame de Châteaubriant en 153223, puis les jésuites de Vannes à partir de 1634-163624, présente un complexe à l’état d’abandon dont le cadastre de 1810 a conservé les grands traits25. L’ensemble très vaste qui couvre environ trente-cinq hectares (de soixante-dix à quatre-vingts journaux) est entièrement clos de murs et comprend l’enclos du manoir proprement dit, avec maisons, communs à usage agricole et colombier (« fuye a patte ») ainsi que des espaces non bâtis : un étang artificiel rectangulaire alimenté par une dérivation du Liziec et un bois d’environ vingt-deux hectares (quarante-huit journaux).

  • 26 Paroisse de Saint-Avé.
  • 27 Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. II, 1259-1260.
  • 28 Croix Alain (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, PUR-SHA (...)
  • 29 1er avril 1434 : présence ducale à Plaisance attestée par l’itinéraire de Jean V, Blanchard R., Let (...)
  • 30 Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1892, p. 13 et 14 ; Voisin Anne Françoise, « Carre (...)
  • 31 Lobineau G.-A., Histoire…, op. cit., t. II, 1201 (extrait d’un registre de la chancellerie de Breta (...)

18Le manoir du Garo26, à deux kilomètres au nord de Vannes sur la voie vers Rennes, est acheté par Jean V en 1433 au sire de Quintin, pour 1 500 écus. Le duc le donne à son fils aîné, le comte de Montfort ; des travaux sont prévus et l’on s’empresse de lui donner une nouvelle dénomination : « Plaisance27 ». L’urbanisation récente a gagné le site et sa localisation précise au lieu-dit Plaisance n’est pas complètement réglée, mais son aménagement était encore bien clair au milieu du XVIIe siècle, quand le voyageur Dubuisson-Aubenay en donne une bonne description28. Le complexe compte alors un étang alimenté depuis le nord par le Liziec qui se divise en deux bras à la sortie de l’étang : l’un se dirige vers Lestrenic ; l’autre bras débouche dans l’étang du duc à Vannes au nord de la Garenne. Entre 1433 et 1458, le manoir accueille au moins treize fois le duc, et des travaux y sont effectués en 1437 par un des maîtres d’œuvre du prince29. Les pavés (de sol ou muraux ?) historiés en relief et vernissés qui ont été mis au jour en 1892 près du site présumé du manoir portent des motifs variés (bateau, sanglier, arcatures flamboyantes), et ceux qui portent la devise ducale « A ma vie », contribuent à la mise en scène décorative du pouvoir30. En 1458, le manoir est cédé par le duc Arthur III à l’évêque de Vannes Guillaume de Malestroit, sa vie durant31, puis en 1486 il est donné par François II à l’abbaye bernardine de Prières qui en entreprend la démolition.

Fig. 3 > Manoirs ducaux autour de Vannes.

LE DUC DE BRETAGNE, UN PRINCE COMME UN AUTRE

19Aux XIIIe et XVe siècles, les ducs de Bretagne, pour ce qui nous concerne, se comportent comme les plus grands personnages du royaume, voire comme le roi.

Le goût pour la campagne

  • 32 Robin Françoise, La Cour d’Anjou-Provence ; la vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Pic (...)

20Je me demande si la vogue du séjour à la campagne dans des manoirs peu fortifiés, vogue que l’on place généralement au XVe siècle et plus particulièrement dans la seconde moitié du siècle, ne serait pas plus ancienne32. Les arguments sont nombreux qui attestent de démarches bien antérieures aussi bien de la part des élites tant ecclésiastiques que laïques. Vers 1210, Guiot de Provins fait « un tableau du siècle puant et horrible », dans lequel il dénonce la décadence du mode de vie des Grands (rois, princes, comtes) et le décrochage de la noblesse par rapport à la richesse urbaine est pour lui un danger insupportable et inadmissible.

  • 33 Les Œuvres de Guiot de Provins, poète lyrique et satirique, Orr John (éd.), Manchester, Manchester (...)

Il n’y a jamais eu de vie séculière plus lamentable : je ne vois plus de fête ni de cour. Ils tiennent si serrée la vie du siècle que personne n’ose s’y amuser. Elles sont perdues les belles demeures, ces grands palais après lesquels je soupire, qui avaient été construits pour tenir les cours ! Les ancêtres, eux, ont tenu leurs cours, ils ont fait honneur aux fêtes en dépensant et en donnant, en menant un train de vie riche. Pour les fêtes, je peux vous dire que ceux qui tiennent leur cour ne sont pas dignes ni honorables s’ils ne font pas de cadeaux. Les fêtes les y invitent : la cour réclame ce qu’on lui doit, les fêtes réclament leur dû. Mais les rois, les ducs et les comtes se conduisent lamentablement aux grandes fêtes. Ils n’ont plus de palais ni de grandes salles ; ils se cachent dans des maisons sales et repoussantes, en pleine campagne boisée (« bocage ») ; leurs cours sont mesquines et obscures ; ils fuient les cités. Mais Dieu se rend compte de toutes leurs fourberies, il les punit admirablement en les faisant vivre dans la vilenie.33

  • 34 Chalmin-Sirot Élisabeth, Résidences seigneuriales au Moyen Âge. Comté de Genève, Faucigny, Chalais, (...)

21Ce texte tout à fait inattendu est confirmé par des indices de la multiplication de manoirs ruraux de plaisance où la vocation ludique et cynégétique l’emporte sur l’apparat justicier ou militaire. On ne discerne pas non plus dans ces installations une volonté de cristalliser un habitat par la création de bourgs. À partir du milieu du XIVe siècle, le goût pour ces manoirs ruraux a été semble-t-il accru par l’impression que l’on pouvait y échapper aux épidémies, plus meurtrières en ville. Élisabeth Chalmin-Sirot l’a relevé pour les seigneurs de Thoire qui possèdent plusieurs maisons fortes où il fait bon séjourner en cas de peste34.

Sur des terres du Domaine

  • 35 Beck Corinne, Casset Marie, « Résidences et environnement : les parcs en France du Nord (XIIIe-XVe (...)
  • 36 Il n’est pas sans intérêt de noter que le père de Jean, Pierre de Dreux, est un prince français de (...)

22Les mentions les plus anciennes au tournant des XIIIe et XIVe siècles, pour les ducs de Bretagne comme pour les rois de France, concernent des manoirs édifiés sur des terres du Domaine, en même temps que sont mis en œuvre de lourds aménagements du paysage. On croit déceler dans les aménagements autant paysagers qu’architecturaux des ducs de Bretagne dès la première moitié du XIIIe siècle, une volonté d’imiter les œuvres des rois de France. En Bretagne, il n’y a pas de parcs à gibier, au strict sens institutionnel du terme, avant ceux que le duc Jean Ier fait aménager au milieu du XIIIe siècle35, et le couple manoir de Suscinio-parc de Rhuys me paraît reproduire le couple manoir-parc de Vincennes créé par Philippe Auguste36.

  • 37 Lalou É., « Le vocabulaire des résidences royales… », op. cit., p. 43-50.

23En ce qui concerne le contexte topographique et paysager d’installation des manoirs de Bernon, Banastère et Verrières-en-Liffré, on ne peut qu’évoquer les manoirs royaux de plaisance édifiés dans des zones du domaine royal plus ou moins proches de Paris37. Outre le manoir de Vincennes, on connaît les maisons de La Feuillie et de Châteauneuf, construites ou aménagées aux marges ou dans les forêts royales de Lyons et d’Orléans. Un peu plus tard, les manoirs appréciés par Philippe le Bel – manoirs de Lorris, Les Villiers, Becoiseau, Le Moncel, Châteauneuf, et La Feuillie construit en 1293 – sont des maisons peu ou pas fortifiées et leur attrait est sans doute dans les forêts adjacentes propices à la chasse, mais aussi dans les jardins d’agrément, les potagers ponctués d’espaces en eau et de fontaines et les parcs boisés où l’on garde des animaux autant sauvages que domestiques (bœufs, cerfs).

Des manoirs achetés à des proches

  • 38 Sous René, Angers voit son rôle de capitale ducale consolidé par l’installation du conseil et de la (...)
  • 39 Robin F., La Cour d’Anjou-Provence…, op. cit., p. 95-96. Litoux Emmanuel, Clussonneau Christian (di (...)
  • 40 Chave Isabelle, « La diffusion de l’art royal en Normandie méridionale à la fin du Moyen Âge : l’ex (...)

24Au XVe siècle, les comportements diffèrent ; on fréquente puis on achète des manoirs ruraux appartenant à des fidèles, à des proches, et les achats de Plaisance et de Lestrenic par les ducs de Bretagne sont de peu antérieurs aux opérations bien connues menées par le roi René autour des vieux centres de pouvoir angevins, dotés de forteresses anciennes, d’Angers et de Saumur38. Entre 1445 et 1465, il acquiert ainsi cinq manoirs très proches les uns des autres : Launay, acheté en 1444 à son trésorier, qui s’élève à deux kilomètres et demi de Saumur, sur la rive de la Loire opposée au château urbain ; Chanzé, Rivette et Épluchart, à trois kilomètres au sud d’Angers, entre l’agglomération et la Loire ; La Reculée, à deux kilomètres au nord-est39. On connaît cependant des démarches antérieures comme les achats en 1378 et 1383, par le duc d’Alençon, des manoirs d’Aunou-le-Faucon et du Goulet, près des châteaux majeurs d’Argentan et d’Alençon40.

  • 41 Kerhervé J., L’État breton…, op. cit., t. I, p. 347-351.
  • 42 Leguay J.-P., Un réseau urbain…, op. cit., p. 79-80 et 93. Dix-neuf convocations à Vannes, dix-sept (...)
  • 43 Représentation du duc en majesté sur une monnaie d’or de Charles de Blois (1341-1364), puis sur le (...)
  • 44 Les armoiries ducales d’hermine plain adoptées par Jean III depuis 1316 remplacent l’échiqueté d’or (...)

25Les manoirs de Lestrenic et de Plaisance se déploient aux portes d’un centre de pouvoir majeur, organisé par les ducs sur le modèle des autres princes territoriaux. Vannes abrite un atelier monétaire, la chambre des comptes y est sédentarisée par Jean IV après 137941, la chancellerie y siège sous Jean IV et Jean V, le parlement y est régulièrement réuni à partir du milieu du XVe siècle et les états y sont fréquemment convoqués42. Sous François II, c’est à Nantes cependant que travaille le conseil ducal, présidé par le chancelier, le plus souvent en l’absence du duc, et que l’on conserve les archives de la chancellerie. On s’étonne de l’effacement de Rennes, ville du couronnement, alors que les ducs développent toute une symbolique de la souveraineté43, mais le nom d’Hermine donné à la résidence vannetaise révèle sans doute le goût des ducs pour cette région si douce à vivre44.

  • 45 Beck Patrice (dir.), Vie de cour en Bourgogne à la fin du Moyen Âge, Saint-Cyr-sur-Loire, éd. Alan (...)

26Au XIIIe comme au XVe siècle, les ducs de Bretagne, les rois de France ou René d’Anjou se contentent de demeures plus modestes que les grands établissements patrimoniaux, loin des soucis de l’administration, de la représentation et de l’apparat. Le regain du goût des ducs pour les manoirs ruraux à partir des années 1430 pourrait être relié à la fréquentation par Jean V, quand il était enfant sous la tutelle du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, des séjours agrestes de Germolles et de Rouvres comme des manoirs tenus par son tuteur en Île-de-France, dont celui de… Plaisance45.

  • 46 Il est doté d’un enclos résidentiel d’environ deux hectares, accoté d’un parc clos de 23,7 hectares (...)

27À la campagne, loin des contraintes de la topographie urbaine, on s’installe dans une maison aux défenses symboliques, où l’on ménage, dans l’enclos du manoir proprement dit et aux alentours, de vastes espaces non bâtis, jardins, vergers, étangs et parcs boisés de quelques dizaines d’hectares. À un niveau particulièrement relevé, le manoir de Beauté que Charles V fait élever à la périphérie du parc de Vincennes pourrait être, non pas le modèle, mais l’archétype de ces maisons de plaisance46.

  • 47 Mignot Claude, Chatenet Monique, Le Manoir en Bretagne (1380-1600), Paris, Cahiers de l’Inventaire, (...)
  • 48 Cadastre de Theix (1844), AD Morbihan, 3 P 570, section E, du Plessis.

28Il n’y a là rien de bien original et ce sont des dispositions ordinaires, telles qu’on peut les restituer pour les manoirs de la noblesse du XVe siècle du moins, tel celui du Plessis-Josso, encore bien conservé, à Theix, près de Vannes ; possession d’une famille de l’entourage ducal, il est attesté au début du XVe siècle et son logis est daté du milieu du siècle47. Un aveu de 1681, complété par le cadastre de 1844, permet d’évaluer l’enclos du manoir et le clos attenant à environ 3,50 hectares, et à quelque 55 hectares l’étang artificiel et les bois contigus48.

29Dans ces manoirs achetés à leurs vassaux, les ducs, comme le roi René, font procéder à des aménagements architecturaux et décoratifs confiés aux artisans qui interviennent aussi dans leurs demeures majeures.

  • 49 Lebeuf Jean (1686-1760), Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Féchoz et Leto (...)

30Quant au nom de Plaisance choisi pour rebaptiser le manoir du Garo, il qualifie certes son statut, mais la dénomination peut faire référence au manoir, tout imprégné de l’aura de la famille royale, de Plaisance à Nogent-sur-Marne, dont la succession des propriétaires respecte avec un siècle d’avance le schéma évoqué plus haut. Il fut acheté en 1366 par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi de son conseiller Jean des Mares, puis remis à son frère Charles V en 1375, qui le donna à la reine ; Charles VI le rendit au duc de Bourgogne en 1380 ; à partir de 1404 il est détenu par les héritiers du second fils de ce dernier, Antoine puis Jean ; on sait que le roi y fit de nombreux séjours49.

  • 50 Les travaux au manoir sont documentés pour les années 1370-1400, Chave Isabelle, Les Châteaux de l’ (...)
  • 51 Chapelot Odette, Rieth Bénédicte, « Une résidence disparue des comtes d’Artois : le manoir de Confl (...)

31Ce survol rapide, faute de sources plus parlantes, des manoirs de plaisance des ducs de Bretagne dans le Vannetais laisse apparaître un long hiatus entre les premières années du XIVe siècle et les années 1420-1430. Ce travail mériterait d’être poursuivi en ce qui concerne d’autres séjours ducaux, à Liffré, Saint-Malo à Ploërmel, l’Isle à Marzan, près de La Roche-Bernard, où deux ducs sont décédés, Jean Ier, en 1286, et Arthur II, en 1312. En effet, pendant ces années nous savons l’intérêt des Grands du royaume pour les résidences rurales richement aménagées. Les comtes d’Alençon rénovent ainsi lourdement leur manoir de Cerisé à trois kilomètres de leur capitale Alençon50. Au début du XIVe siècle, les grands vassaux royaux, Artois puis Bourgogne, multiplient ce type de séjour à proximité des résidences royales, en particulier à la périphérie du parc de Vincennes51. Resterait également à s’interroger sur l’attitude des grands vassaux des ducs de Bretagne, les Rohan, Penthièvre, Laval…

Notes

1 Lalou Élisabeth, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285-1314) », dans Renoux Annie (dir.), Palais royaux et princiers au Moyen Âge, Actes du colloque du Mans (1994), Le Mans, Université du Maine, 1996, p. 43-50.

2 Le terrain choisi pour la construction se trouve en partie sur le domaine du duc, en partie sur celui de l’évêque. La volonté ducale ne plie pas devant l’opposition des prélats nantais qui refusent aussi les nouvelles impositions voulues par le prince ; en 1259, un accord met fin au conflit qui prévoit le paiement annuel d’une rente à l’évêque. La « Tour Neuve » de Nantes est terminée au milieu du XIIIe siècle. Voir Chédeville André, Tonnerre Noël-Yves, La Bretagne féodale (XIe-XIIIe siècle), Rennes, Ouest-France, 1987, p. 202-203 ; Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge. Les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 39-40. Les fouilles archéologiques menées entre 2004 et 2006 ont confirmé et enrichi le phasage chronologique et les données topographiques de l’implantation du château.

3 Leguay Jean-Pierre (dir.), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, p. 41-42.

4 Février 1216, accord entre Pierre Mauclerc, Alix, sa femme, et l’abbaye Saint-Sulpice, qui prévoit que la construction de leur manoir ne diminuera pas les droits et les possessions de l’abbaye. Voir Everard Judith, Jones Michael, The Charters of Duchess Constance of Brittany and her Family, 1171-1221, Woodbridge, The Boydell Press, 1999, p. 176.

5 Peyron Paul (dir.), Cartulaire de l’Église de Quimper, Quimper, Kerangal, 1909, p. 184-186 ; Kerhervé Jean (dir.), Histoire de Quimper, Quimper, Société archéologique du Finistère, Toulouse, Privat, 1994, p. 66. On ignore le type de séjour élevé, défendu ou non.

6 Le Duc Placide, Histoire de l’abbaye de Quimperlé, 1682, édition critique par Le Men René-François, Quimperlé, Clairet, 1881, pièce justificative XXVI, p. 604-605 ; Audran Marcel, « Le château de Quimperlé », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. VII, 1879-1880, p. 93-101 ; Quaghebeur Joëlle, « Possessio et Villa à Sainte-Croix de Quimperlé au XIe siècle », dans L’Abbaye Sainte-Croix de Quimperlé des origines à la Révolution, Actes du colloque de Quimperlé (1998), Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 1999, p. 35-83, en particulier p. 74-75.

7 Corvisier Christian, « Le château de Brest, le château de Saint-Malo et les Quiqu’engrogne des ducs de Bretagne », dans Blieck Gilles, Contamine Philippe, Faucherre Nicolas et Mesqui Jean (dir.), Le Château et la Ville : conjonction, opposition, juxtaposition (XIe-XVIIIe siècle), Actes du 125e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques (Lille, 2000), Paris, CTHS, 2002, p. 33-56.

8 Le compte des dépenses de Roland Le Lombard pour l’exécution du testament de Jean II signale une transaction près de cette maison, La Borderie Arthur de, Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (XIIIe-XIVe siècles), Rennes, Prost, 1902, p. 175.

9 Acte signé à Suscinio, Morice Pierre-Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742-1746 (rééd. 1968), t. I, col. 839 ; André Patrick, « Le château de Suscinio », Congrès archéologique de France, Morbihan, 1983, Paris, Société française d’archéologie, 1986, p. 254-266 ; Grand Roger, « Suscinio », Congrès archéologique de France, Brest-Vannes, 1914, Paris, 1919, p. 378-400. Je ne crois pas que l’on puisse affirmer que ce contexte topographique est une implantation à caractère défensif.

10 Chapelot Jean, « Le Vincennes des quatre premiers Valois : continuités et ruptures dans un grand programme architectural », dans Lalou Élisabeth, Chapelot Jean (dir.), Vincennes aux origines de l’État moderne, Actes du colloque Les Capétiens et Vincennes au Moyen Âge (Vincennes 1994), Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1996, p. 53-114, en particulier p. 62-63.

11 Les comptes d’Auberi signalent les séjours à Bernon de Jean II, du 4 au 15 août 1305, et à Banastère, du 16 au 21 août 1305, La Borderie Arthur de, Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (XIIIe-XIVe siècles), Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. XXII, 1893, p. 185-189.

12 Rentier du domaine de Rhuys (1510), AD Loire-Atlantique, B 2233, f° 32v°. À cette date, la mise en location ne doit pas être très ancienne, puisque le document parle de « la tenue de Benester, appelee anciennement le manoir de Benester ».

13 Ibid., f° 243 et 248.

14 Les trinitaires de Sarzeau ont, semble-t-il, reçu le manoir de Bernon et ses annexes arborées dans le courant du XIVe siècle. Les chiffres fournis ici sont donnés par l’estimation du domaine en l’an IV, AD Morbihan, Q 96. Voir le cadastre ancien de Sarzeau (1828), ibid., 3 P 559, section de Bernon.

15 Leguay J.-P., Un réseau urbain…, op. cit., p. 168.

16 Blanchard René, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1889-1893.

17 André P., « Le château de Suscinio… », op. cit., p. 254-266 ; Grand R., « Suscinio », op. cit., p. 378-400.

18 Kerhervé J., L’État breton aux XIVe et XVe siècles : les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, 1987, t. I, p. 74.

19 Lestrenic, commune de Sené, Marsille Henri, « Plaisance », Bulletin de la Société polymatique du Morbihan, t. 109, 1982, p. 95-102.

20 La Martinière Jean de, « Un grand chancelier de Bretagne : Jean de Malestroit », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. I, 1920, p. 9-52, en particulier p. 25.

21 24 avril 1451 : renouvellement et confirmation du transport de la terre et manoir de Lestrenic au duc Pierre II, par Jean de Vennes, pour 1 200 réaux d’or, AD Loire-Atlantique, E 164 (2 Mi 785).

22 11 août 1437 : deux actes signés à Lestrenic, Blanchard R., Lettres et mandements…, op. cit., no 2276, 2277 ; 3 janvier 1441 : acte signé à Lestrenic par Jean V, ibid., no 2466 ; mai 1455 : dans le compte de Guillaume Le Roux, mention « d’un rolle datté du dernier mai 1455 au duc a l’Estrenic », Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. II, 1687 ; 1456 : Guillaume Le Roux rend au duc ses comptes de 1454 et 1455 « en nostre manoir de Lestrenic pres Vennes », ibid., t. II, 1684 ; 1459-1460 : Guion de Chemerelle a donné et porté au duc à Lestrenic un oiseau de proie, ibid., t. II, 1746 ; 1462 : acte de François II signé à Lestrenic, cité dans A. Guyot-Jomard, « La fin des résidences ducales : démolition du manoir de Lestrenic-Saint-Laurent », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1889, p. 260-278, en particulier p. 261 ; 24 sept 1480 : c’est « en nostre manoir de Lestrenic » que le duc reçoit des délégués des « estats » de Bretagne réunis à Vannes, lorsqu’il organise la donation de la baronnie d’Avaugour à son fils naturel François de Bretagne, Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. III, 368-369.

23 Lobineau Guy-Alexis, Histoire de Bretagne, Paris, Veuve François Muguet, 1707 (rééd. 1973), t. I, p. 842.

24 AD Morbihan, D 29.

25 En 1614, Louis XIII autorise les capucins de Vannes à prendre les matériaux (bois, pierres) « … des démolitions et ruines de nostre maison de Lestrenic… », à l’exception de ce qui est encore en bon état de couverture et des murailles du parc, Le Mené Joseph-Marie, « Les Capucins de Vannes », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1899, p. 21-32, en particulier p. 22 ; donation par le roi aux jésuites de Vannes en 1734, AD Morbihan, D 29 ; aveu et déclaration au roi en 1720, ibid. ; Cadastre de Sené (1810), ibid., 3 P 62, section B.

26 Paroisse de Saint-Avé.

27 Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. II, 1259-1260.

28 Croix Alain (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, PUR-SHAB, 2006, p. 434-435 et 457.

29 1er avril 1434 : présence ducale à Plaisance attestée par l’itinéraire de Jean V, Blanchard R., Lettres et mandements…, op. cit., t. I, p. cxix-cxxxiv ; 29 mars 1435 : versement d’une portion des fermes des sceaux de Moncontour à François, comte de Montfort, pour des travaux au manoir de Plaisance, ibid., no 2188 ; 29 avril 1437 : acte signé à Plaisance, ibid., no 2263 ; 29 décembre 1437 : anoblissement de Raoul Le Cherpentier pour les travaux qu’il a effectués lors des sièges de Laval, Broons et Champtoceaux et pour les œuvres au manoir de Plaisance « nouvellement edifié », ibid., no 2290 ; 2, 3 et 6 janvier 1439 : trois actes signés à Plaisance, ibid., nos 2343, 2344, 2345 ; 19 octobre 1439 : acte signé à Plaisance, ibid., no 2377 ; 15 juillet 1440 : Yolande d’Anjou, femme de François de Bretagne, rédige son testament à Plaisance, Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. II, 1332 ; 16 décembre 1440 : acte signé à Plaisance, Blanchard R., Lettres et mandements…, op. cit., no 2459 ; 25 mai 1442 : acte signé à Plaisance, ibid., no 2548 ; 16-17 juillet 1450 : François Ier rédige le codicille de son testament « en nostre manoir de Plesance pres Vennes », Morice P.-H., Mémoires…, op. cit., t. II, 1535-1537 ; Jean de Saint-Paul, Chronique de Bretagne, La Borderie A. de (éd.), Nantes, 1881, p. 60 et 61, précise que le duc est installé dans la chambre de la duchesse qui est plus grande ; il y meurt en 1450, Croix Alain (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire…, op. cit., p. 457.

30 Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1892, p. 13 et 14 ; Voisin Anne Françoise, « Carreaux en céramique décorés en relief du XVe et XVIe siècles », ibid., t. CXXIV, 1998, p. 59-85.

31 Lobineau G.-A., Histoire…, op. cit., t. II, 1201 (extrait d’un registre de la chancellerie de Bretagne).

32 Robin Françoise, La Cour d’Anjou-Provence ; la vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 1985.

33 Les Œuvres de Guiot de Provins, poète lyrique et satirique, Orr John (éd.), Manchester, Manchester University Press, 1915, Bible, p. 17-18.

34 Chalmin-Sirot Élisabeth, Résidences seigneuriales au Moyen Âge. Comté de Genève, Faucigny, Chalais, Lyon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, p. 124.

35 Beck Corinne, Casset Marie, « Résidences et environnement : les parcs en France du Nord (XIIIe-XVe siècles) », dans Le Château et la Nature, Cocula Anne-Marie, Combet Michel (dir.), Colloque des rencontres d’histoire et archéologie de Périgueux (septembre 2004), Bordeaux, Ausonius, 2005, p. 117-133.

36 Il n’est pas sans intérêt de noter que le père de Jean, Pierre de Dreux, est un prince français de la famille royale, arrière-petit-fils de Louis VI, Foucher Jean-Pascal, « Le bois de Vincennes du IXe au XVe siècle », dans Lalou É., Chapelot J. (dir.), Vincennes aux origines…, op. cit., p. 23-51.

37 Lalou É., « Le vocabulaire des résidences royales… », op. cit., p. 43-50.

38 Sous René, Angers voit son rôle de capitale ducale consolidé par l’installation du conseil et de la chambre des comptes.

39 Robin F., La Cour d’Anjou-Provence…, op. cit., p. 95-96. Litoux Emmanuel, Clussonneau Christian (dir.), Entre ville et campagne : demeures du roi René en Anjou, Angers, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009.

40 Chave Isabelle, « La diffusion de l’art royal en Normandie méridionale à la fin du Moyen Âge : l’exemple des châteaux d’Alençon, Argentan et Essay (Orne) de 1370-1415 », Mélanges d’histoire et d’archéologie médiévale, Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, t. CXIX, no 1-2, mars-juin 2000, p. 5-63, en particulier p. 26-27.

41 Kerhervé J., L’État breton…, op. cit., t. I, p. 347-351.

42 Leguay J.-P., Un réseau urbain…, op. cit., p. 79-80 et 93. Dix-neuf convocations à Vannes, dix-sept à Nantes ; Rennes, Ploërmel, Dinan et Redon sont moins souvent sollicités, Leguay J.-P., Martin Hervé, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale (1213-1532), Rennes, Ouest France, 1982, p. 180-185.

43 Représentation du duc en majesté sur une monnaie d’or de Charles de Blois (1341-1364), puis sur le sceau ducal en 1407 ; « duc par la grâce de Dieu » à partir de 1417, sous Jean V ; création de l’ordre de l’Hermine en 1380 ; port de la couronne à hauts fleurons à partir de 1442 ; introduction de la notion de « lèse-majesté » dès 1384, Cassard Jean-Christophe, Kerhervé J., Santrot Marie-Hélène et al., La Bretagne au temps des ducs, catalogue d’exposition, Daoulas, 1991, p. 58-59 (royal d’or de Charles de Blois), 51 (sceau de majesté de Jean V), 60 (couronnement de François Ier en 1442), p. 75 (crime de lèse-majesté).

44 Les armoiries ducales d’hermine plain adoptées par Jean III depuis 1316 remplacent l’échiqueté d’or et d’azur au franc quartier d’hermine, Pastoureau Michel, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 252-254.

45 Beck Patrice (dir.), Vie de cour en Bourgogne à la fin du Moyen Âge, Saint-Cyr-sur-Loire, éd. Alan Sutton, 2002 ; Picard Émile, « Les jardins du château de Rouvres au XIVe siècle », Mémoires de la Société éduenne, t. 22, 1894, p. 157-179 ; Frignet Georges, Rouvres : la châtellenie et le château au temps des deux premiers ducs Valois de Bourgogne (vers 1360 - vers 1420), thèse d’Histoire sous la direction de Philippe Contamine, Université de Paris 4, 2005.

46 Il est doté d’un enclos résidentiel d’environ deux hectares, accoté d’un parc clos de 23,7 hectares, Foucher J.-P., « Le bois de Vincennes… », op. cit., p. 30-31.

47 Mignot Claude, Chatenet Monique, Le Manoir en Bretagne (1380-1600), Paris, Cahiers de l’Inventaire, 1993, p. 304-309.

48 Cadastre de Theix (1844), AD Morbihan, 3 P 570, section E, du Plessis.

49 Lebeuf Jean (1686-1760), Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Féchoz et Letouzey, 1883-1893, t. II, p. 469-470 ; Chapelot Jean « Le Vincennes des quatre premiers Valois : continuités et ruptures dans un grand programme architectural », dans Lalou É., Chapelot J. (dir.), Vincennes aux origines…, op. cit., p. 53-114, en particulier p. 62. Uytterbrouck André, « Les résidences des ducs de Brabant (1355-1430) », dans Patze Hans, Paravicini Werner (dir.), Fürstliche Residenzen im spätmittelalterlichen Europa, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1991, p. 189-206, en particulier p. 192.

50 Les travaux au manoir sont documentés pour les années 1370-1400, Chave Isabelle, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, coll. « Mémoires et documents », 4, 2003, p. 235-236.

51 Chapelot Odette, Rieth Bénédicte, « Une résidence disparue des comtes d’Artois : le manoir de Conflans (Val-de-Marne), 1270-1329 », dans Bernardi Philippe (dir.), Texte et archéologie monumentale. Approches de l’architecture médiévale, Actes du colloque d’Avignon (2000), Montagnac, 2005, p. 66-77 ; Chapelot J., « Le Vincennes… », op. cit., p. 53-114, en particulier p. 63 ; Id., « Les résidences des ducs de Bourgogne capétiens et valois au XIVe siècle au Bois de Vincennes : nature, localisation, fonctions », dans Paravicini Werner, Schnerb Bertrand (dir.), Paris, capitale des ducs de Bourgogne, Beihefte der Francia, Band 64, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 2007, p. 39-83.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 > Résidences ducales dans le Vannetais.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3 > Manoirs ducaux autour de Vannes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540