Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie I – Le château de Suscinio

Matériaux de construction du château de Suscinio

Louis Chauris

Texte intégral

  • 1 Mérimée Prosper, Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France, Paris, Librairie de Fournier, 1835.
  • 2 Grand Roger, « Château de Suscinio », Congrès archéologique, Brest, Vannes, 1914, p. 378-397 ; And (...)

1Résidence ducale remontant pour l’essentiel aux XIIIe-XVe siècles, Suscinio a été l’objet, à la fin du XXe siècle, de très importants travaux de restauration qui ont effacé son statut de ruine romantique séduisant naguère Mérimée : « Habitation de plaisance […] et pourtant […] noble forteresse1 ». L’architecture du château est aujourd’hui bien connue2 ; toutefois, force est de constater que les chercheurs qui se sont penchés sur sa construction ne sont guère préoccupés de déterminer la nature et la provenance de pierres mises en œuvre. L’objectif de nos propos est d’éclairer cet aspect resté dans l’ombre et d’apporter ainsi une contribution originale à l’histoire de Suscinio.

  • 3 Jean-Marie Plonéis suggère de traduire Suscinio par « au-dessus des marais », juxtaposant au préfi (...)
  • 4 Le cas n’est pas unique en Bretagne. Dans les Côtes-d’Armor, le château de La Hunaudaye a été édif (...)

2Premier point, bien connu, mais dont les conséquences n’ont sans doute pas assez retenu l’attention : Suscinio – au milieu de marais3 – a été érigé sur un site pratiquement dépourvu de bons matériaux de construction. Dans ces conditions s’est posé un problème crucial : où se procurer la pierre nécessaire au chantier ? Il fallait que les avantages géographiques du site (aptitude à la défense par l’eau, présence de vastes forêts giboyeuses) soient considérables pour surmonter ce handicap géologique4

  • 5 Cf. supra note 2, André Florence et Boelle Yvon.

3Second point, également noté depuis longtemps mais dont les conséquences restent irréparables pour nos investigations : Suscinio, vendu en 1798, a été exploité comme carrière (« trois francs la charretée à tout venant, les pierres de taille, les marches5 »). En fait, le château était déjà en ruine avant la Révolution et très certainement en partie dépecé. Bien des pierres ont ainsi disparu, éliminant de précieuses informations. Pour preuve, parmi d’autres, le tuffeau du Val de Loire dont on décèle aujourd’hui des éléments épars. Contrepartie inévitable, lors des travaux de restauration, des pierres « neuves » ont été insérées qu’il faudra soigneusement distinguer des pierres d’origine.

4Troisième point préliminaire : comme dans tout bâti, il importe de considérer la part relative des moellons et des pierres de taille. Leur pourcentage respectif est susceptible non seulement d’éclairer les aspects architecturaux de l’édifice, mais aussi de fournir des informations sur les ressources du sous-sol local et régional, voire même de jeter quelques lueurs sur les ressources financières des constructeurs.

  • 6 Barrois Charles, Carte géologique au 1/80 000e, feuille « Quiberon », 1re édition, 1897 ; Cogné Je (...)

5Enfin, il paraît opportun d’esquisser – sans entrer dans les arcanes fort complexes de la pétrographie – les grandes lignes de la géologie de la presqu’île de Rhuys6. Schématiquement, il est possible de distinguer, au nord et à l’ouest, un ensemble de formations orthogneissiques et migmatitiques (Arzon et ouest de Sarzeau) ; au sud et à l’est, un vaste complexe de micaschistes (Saint-Gildas-de-Rhuys ; sud et est de Sarzeau ; Suscinio) ; au centre-nord (à l’est de Sarzeau ; nord de Suscinio) des granites à grain moyen, à texture feuilletée, cataclastique ; à l’ouest et au nord, de nombreux pointements de granite à grain fin, non orienté, d’extension relativement limitée (granite de Sarzeau).

  • 7 Nous redisons ici nos vifs remerciements à Gérard Danet, parfait connaisseur des lieux, qui nous a (...)

6À l’issue de ces remarques préliminaires, il est possible d’aborder avec quelques détails la nature et la provenance des pierres mises en œuvre à Suscinio, tant lors des constructions que des restaurations7.

LES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

7Lors de la construction du château, appel a été fait, pour l’essentiel, à différentes roches extraites dans la presqu’île de Rhuys, tant pour les moellons que pour les pierres de taille, mais quelques matériaux de provenance distale ont été également recherchés.

Les micaschistes et roches associées

  • 8 Le menhir de Kerbiguet, en Sarzeau, est également en micaschiste.
  • 9 Cette roche a été naguère exploitée pour l’empierrement des chemins.
  • 10 À ce jour, un seul élément de migmatite a été noté à Suscinio dans la muraille de la courtine nord (...)

8Suscinio est édifié sur des micaschistes qui affleurent encore localement au-dessus des douves près de la poterne entre les deux bastions du XVIe siècle (fig. 1). Comme en règle générale dans la presqu’île, ils se présentent ici aussi en feuillets à schistosité peu inclinée. Par suite de leur feuilletage grossier, fortement accusé, ils ne livrent que de médiocres moellons, hétérométriques, souvent d’aspect pisciforme, riches en lits de quartz d’exsudation (fig. 2). En dépit de ce handicap, les micaschistes ont été, dans le passé, très recherchés pour les constructions rurales et la confection des murettes limitant les parcelles8. À Suscinio, leur emploi paraît, au premier abord, être resté parcimonieux, tout au moins dans les parements vus : tour en saillie sur le bastion sud ; pignon sud du logis ouest ; façade méridionale du logis ouest ; muraille de la courtine nord ; tour à gauche du pont-levis… Toutefois, il est probable que ce matériau a été utilisé plus largement en éléments de blocage, au moins localement, à l’intérieur des murailles, comme le suggèrent les observations effectuées dans la salle des Gardes. Par ailleurs, les éléments épars à la surface du sol conduisent à penser que le remblaiement interne du bastion nord a fait appel à ces micaschistes. En quelques points dans la presqu’île de Rhuys, les micaschistes admettent des bancs interstratifiés d’une roche bleu-noir, siliceuse, à grain très fin, extrêmement dure et de façonnement presque impossible, connue sous le nom de phtanite9 (fig. 3). Cette pierre a été observée sporadiquement dans le manoir de Kerguet, ainsi qu’à Suscinio (pignon sud du logis ouest ; muraille de la courtine nord…) ; par suite de sa teinte sombre, elle ne passe pas inaperçue10.

Le granite feuilleté et les faciès associés

  • 11 Les parements du bastion méridional disparaissent sous la végétation.

9Un peu au nord de Suscinio affleure sous de médiocres conditions d’observation qui rendent ses contours difficiles à préciser, un granite caractérisé par une texture feuilletée accusée. Pour les géologues, il s’agit d’un granite cataclastique dont le faciès singulier est lié à l’intensité des phénomènes tectoniques. À grain généralement moyen, il offre une nuance leucocrate, à tendance blanchâtre, renforcée par le développement de paillettes de muscovite (mica blanc) à éclat argenté, d’un à trois millimètres. Parfois, le grain devient très fin et, en même temps, la teinte s’éclaircit encore (faciès aplitique) ; les lentilles pegmatitiques – c’est-à-dire à gros cristaux feldspathiques, de teinte blanche – sont rares. Les cassures (ou diaclases) plus ou moins perpendiculaires au feuilletage qui affectent la roche, offrent une teinte brunâtre due à la circulation d’eaux ferrugineuses (fig. 5). Le feuilletage est progressivement souligné par l’érosion météorique, si bien que dans les parements vus anciens, la roche présente une altération différentielle, un peu en dents de scie, voire en lames acérées, très caractéristiques. En dépit de ses aptitudes médiocres au façonnement, le granite cataclastique a été recherché dans le passé pour fournir des moellons dans la partie orientale de la presqu’île de Rhuys, où la mise en œuvre des micaschistes s’avère encore plus difficile. Du fait de sa proximité, cette roche a joué un rôle essentiel dans l’édification de Suscinio, mais uniquement sous forme de moellons : son feuilletage rend la taille élaborée impossible, les cassures transversales limitent la longueur des éléments. Ainsi s’expliquent la faible épaisseur des moellons, leur mise en œuvre le plus souvent « à plat », (quelquefois verticalement). Son omniprésence aux différentes époques de construction indique qu’il n’y avait pas ici de matériaux de remplacement. On l’observe aussi bien dans la vieille tour ruinée du XIIIe siècle au milieu de la courtine nord (fig. 6, 7 et 8) que dans la tour Neuve du XVe siècle, avec un appareil très fruste dans le premier cas, beaucoup plus soigné dans le second (fig. 9) ; dans les élévations de l’ancien logis, mais aussi des logis ouest et est ; dans les deux tours encadrant le pont-levis (sauf le soubassement) ; dans les parements vus du bastion septentrional du XVIe siècle11 ; dans les substructions de la chapelle ruinée et dans le colombier (fig. 10) ; dans des arcs de décharge, entre autres l’arc surbaissé à l’intérieur de l’entrée (fig. 11). En un mot, c’est à ce granite feuilleté que la forteresse doit l’aspect si caractéristique de ses murailles où dominent largement les petits moellons plats.

Fig. 1 > Affleurement de micaschistes à schistosité faiblement inclinée, au-dessus des douves, entre les deux bastions. [© L. Chauris]

Fig. 2 >Moellon informe de micaschiste avec lentilles de quartz d’exsudation. Courtine nord. [© G. Danet]

Fig. 3 >Moellon de phtanite bleu-noir avec lits lenticulaires de quartz blanchâtre. Courtine nord. [© G. Danet]

Fig. 4 > Élément de gneiss migmatitique dans la muraille de la courtine nord. [© G. Danet]

Fig. 5 > Moellons de granite feuilleté, fréquemment limités par une diaclase tapissée d’une pellicule ferrugineuse, leur conférant un aspect brunâtre. Tour en saillie sur le bastion sud. [© L. Chauris]

Fig. 6 > Appareillage irrégulier en moellons de granite cataclastique. Tour ruinée (XIIIe siècle) au centre de la courtine nord. [© L. Chauris]

Fig. 7 > Impressionnante élévation du Vieux logis en moellons hétérométriques de granite cataclastique. [© L. Chauris]

Fig. 8 > Moellons très hétérométriques de leucogranite feuilleté leucocrate. Vieux logis, détail du parement. [© L. Chauris]

Fig. 9 > Tour Neuve (XVe siècle). Malgré les difficultés de façonnement du granite cataclastique, appareillage relativement soigné. [© G. Danet]

Fig. 10 > Colombier. Élévation en moellons hétérométriques (< 10 cm – > 50 cm) de granite feuilleté. Porte en granite de Sarzeau. [© L. Chauris]

Le granite de Sarzeau

Fig. 11 > Arc de décharge en granite catacalstique sur pierres de taille en granite de Sarzeau, dans le passage d’entrée. [© G. Danet]

  • 12 Plusieurs îles dans le golfe du Morbihan sont formées par un granite comparable et un doute peut s (...)
  • 13 Le granite de Sarzeau a été utilisé dès les temps mégalithiques. Cf. supra note 6, Chauris L.

10Dans la partie occidentale de la presqu’île de Rhuys, les formations métamorphiques (migmatites et orthogneiss) sont recoupées par de nombreux filons (dykes) de forte puissance, constitués par un granite à grain fin, non orienté, de teinte gris clair. Localement, les feldspaths offrent une légère tendance porphyrique (1/2 cm). Les pourcentages relatifs en mica (biotite et muscovite) diffèrent selon les points : certains faciès, relativement sombres, sont pauvres en muscovite, toujours alors de très faible dimension. Les affleurements sont fréquents sur les rivages où la pierre a pu être extraite directement sans travaux de découverte12. Lors de l’altération météorique, la nuance grisâtre passe au beige ; les feldspaths porphyriques apparaissent en relief ; la dureté décroît ; superficiellement le matériau tend à devenir pulvérulent, friable ; les angles des pierres de taille s’émoussent, jusqu’à s’arrondir et mimer des galets ; une desquamation en plaques minces se manifeste localement. En un mot, les modalités de l’altération sont très différentes de celles du granite cataclastique. Du fait de sa texture équante et de sa fine granulométrie, le granite de Sarzeau livre une bonne pierre de taille, depuis longtemps recherchée dans toute la presqu’île de Rhuys13, tant pour les édifices religieux (églises de Saint-Gildas-de-Rhuys, d’Arzon, de Sarzeau…) que pour l’habitat (un peu partout, de Port-Navalo à Saint-Colombier). Dans ces conditions, rien d’étonnant à ce que Suscinio ait fait un large appel à la même roche principalement pour la pierre de taille. Toutefois, la localisation précise des anciennes perrières reste aujourd’hui totalement inconnue ; on peut seulement assurer qu’elles étaient situées à plusieurs kilomètres de Suscinio.

11Dans différentes parties du château, l’association des deux faciès principaux du granite de Sarzeau, suggère qu’on a eu recours, en même temps, à diverses carrières.

Fig. 12 > Grande porte d’accès au logis est, côté cour. Pierres de taille en granite de Sarzeau, assez fortement érodé. [© L. Chauris]

12Sans vouloir être exhaustif, quelques exemples suffiront pour établir la diversité des emplois de ce granite à Suscinio : pour partie dans les deux tours de part et d’autre de la porte, pour la porte du pont-levis, son entrée intérieure et côté cour (fig. 12), pour les encadrements des ouvertures du logis ouest, les encadrements des embrasures de tir, la poterne (restaurée) donnant sur les douves entre les deux bastions, les cheminées, portes intérieures, latrines de la tour Neuve, le mur intérieur séparant la chapelle de l’oratoire, la porte du colombier… Ainsi, le granite de Sarzeau, sous forme de pierres de taille, joue un rôle essentiel à Suscinio. Des recherches sur les marques lapidaires conservées sur ce granite apporteraient sans doute des informations sur l’activité des chantiers.

Les leucogranites du Morbihan intérieur

  • 14 Lors de la construction de la nef de la cathédrale de Vannes, dans la seconde partie du XVe siècle (...)

13En quelques points du château a été mis en œuvre, sous forme de pierres de taille d’assez grand appareil (dépassant parfois le mètre), un granite à grain moyen-fin, riche en muscovite, blanchâtre, différant totalement du granite de Sarzeau. Cette roche a été utilisée, entre autres, dans la base talutée dominant les douves près de la poterne ouverte entre les deux bastions ; également, selon toute probabilité (accès direct impossible) à la base de la tour Neuve en belles pierres de taille assisées. Comme la plupart des leucogranites, cette pierre blanchâtre est sensible à l’altération météorique qui se manifeste par une profonde alvéolisation – à savoir le développement de zones évidées sur plusieurs centimètres (fig. 13). La provenance de ce leucogranite est difficile à préciser. Aucune roche de ce type n’a été reconnue dans la presqu’île de Rhuys. Par contre, des leucogranites ont été exploités depuis très longtemps (au XVe siècle pour la cathédrale de Vannes) à l’intérieur du Morbihan, dans le massif allongé dit de Questembert (environ de Saint-Nolff, Tréffléan)14 À titre d’hypothèse, c’est de ce district que pourrait provenir ce matériau. Dans cette interprétation, le granite, acheminé par charroi jusqu’à Vannes, pouvait être ensuite transporté par voie d’eau jusque dans la presqu’île de Rhuys, diminuant ainsi les coûts liés à la distance. L’examen de la muraille près de la poterne précitée s’avère très instructif : les médiocres moellons basaux en granite feuilleté sont surmontés par ce beau matériau leucogranitique, révélant un changement radical dans la qualité et la source des approvisionnements.

Fig. 13 > À proximité de la poterne entre les deux bastions. Leucogranite du Morbihan intérieur, en pierres de taille de moyen appareil, profondément altéré (alvéolisation). [© G. Danet]

Les schistes tégulaires

  • 15 Aimablement communiqués par Gérard Danet.

14La disparition des anciennes toitures du château ne permet pas aujourd’hui de déterminer directement la nature et la provenance des schistes ardoisiers mis en œuvre dans le passé. Toutefois, ce handicap peut être surmonté grâce aux données archivistiques. Selon ces documents, les schistes tégulaires provenaient de trois secteurs différents, à savoir Rochefort-en-Terre, Callac en Plumelec et les environs de Ploërmel15. Tous ces sites sont localisés dans le Morbihan intérieur, à des distances – à vol d’oiseau – de l’ordre de 35 à 50 km. L’origine des ardoises est ainsi typiquement destale, cas général en Bretagne en dehors des terroirs schisteux.

Le tuffeau du Val de Loire

15Ce calcaire blanc, à grain très fin, de taille aisée, mais fort sensible à l’altération météorique, n’a été observé que rarement à Suscinio (grande salle du rez-de-chaussée du corps de logis ouest ; éléments entreposés en provenance de la chapelle extérieure). Il est toutefois probable que ce matériau a été mis ici en œuvre plus largement, mais a disparu presque entièrement lors de l’exploitation du château comme carrière.

LES MATÉRIAUX DE RESTAURATION

16Les importants travaux de restauration entrepris à Suscinio à la fin du XXe siècle ont non seulement modifié la physionomie même des ruines, mais, en même temps, entraîné des changements considérables dans la nature et la provenance des matériaux. Par suite de l’abandon des perrières exploitées dans le passé en presqu’île de Rhuys, appel a été fait à des roches extraites dans d’autres terroirs. Une telle modalité offre à la fois des avantages et des inconvénients : les « pierres neuves », différant des « vieilles pierres », permettent de reconnaître, au premier coup d’œil, ce qui appartient à la construction primitive et ce qui revient à la restauration ; toutefois, si les « pierres neuves » sont trop différentes des « vieilles pierres », la juxtaposition risque parfois de s’avérer fâcheuse.

Le leucogranite à grain moyen du bassin de Bignan

  • 16 La provenance d’un granite grossier, porphyroïde, à deux micas, avec muscovite plurimillimétrique, (...)

17Les travaux effectués vers les années 1970 ont eu recours, pour la pierre de taille, à un granite de teinte claire, blanchâtre, à grain moyen, riche en muscovite, qui évoque immédiatement la pierre exploitée dans le bassin granitier de Bignan (Morbihan intérieur). On rapporte à ce matériau diverses restaurations exécutées à Suscinio, entre autres la partie supérieure de la porte d’accès nord du logis Ouest, dont la base en granite de Sarzeau a été conservée, les éléments d’une porte à l’étage de la tour Neuve, le reste de l’ouverture étant encore en granite de Sarzeau, les travaux dans l’oratoire. Ce granite permet la sculpture, comme l’attestent les motifs décoratifs de la porte précitée du logis Ouest (fig. 14) ; toutefois, le contraste trop accusé avec les vieilles pierres en granite de Sarzeau fait quelque peu regretter ici son emploi16.

Fig. 14 > Partie supérieure de la porte d’accès nord au logis ouest, restaurée avec un leucogranite à grain moyen (bassin de Bignan). [© L. Chauris]

Leucogranite à grain fin de Le Saint

18Pour la pierre de taille, les derniers travaux de restauration ont heureusement abandonné le granite de Bignan, pour faire appel à un granite à grain fin, gris blanchâtre, avec un peu de muscovite, exploité par l’entreprise Rouzic dans la grande carrière ouverte à Le Saint près de Gourin dans le Morbihan. 50 m3 de cette pierre ont été ainsi mis en œuvre : restauration partielle de la poterne dont il reste encore plusieurs éléments anciens en granite de Sarzeau (fig. 15), réfection partielle d’un escalier du logis est en très belles marches (fig. 16) (qui font place, plus haut, au béton). Le granite de Le Saint rappelle assez vivement le granite fin de Sarzeau si bien que, dans quelques cas, il peut déjà s’avérer difficile, au premier abord tout au moins, de les distinguer dans le château ; l’impact de l’érosion pluriséculaire sur le second lève toutefois alors le doute. Cette observation suffit pour attester que le choix de la pierre de Le Saint s’est révélé judicieux.

Leucogranite cataclastique d’Elven

19Cette pierre est actuellement extraite dans de grandes carrières ouvertes aux environs d’Elven dans le Morbihan intérieur (Lescastel) (fig. 17). Le feuilletage prononcé permet d’obtenir aisément des moellons plats. Le plus souvent, le grain est moyen, la teinte claire, la muscovite abondante. Assez fréquemment, apparaissent, selon le feuilletage, des lits à grain extrêmement fin, très blancs, présentant parfois des cristaux de tourmaline bleu-noir (aplites), montrant des stries de glissement d’origine tectonique ; plus rarement, des lentilles à gros grain avec muscovite (pegmatites). 170 m3 de moellons ont été mis en œuvre à Suscinio lors des récents travaux, en particulier pour la restauration des souches de cheminées, dans la courtine nord, le logis ouest, le parapet des tours. Le principal atout de ce leucogranite cataclastique est son mimétisme remarquable avec le leucogranite feuilleté de la presqu’île de Rhuys, si largement mis en œuvre, naguère, dans la forteresse. Lorsque la patine se sera développée, il sera pratiquement impossible de distinguer les pierres neuves des vieilles pierres. Ainsi l’emploi de ce matériau à Suscinio s’est avéré totalement justifié (fig. 18).

Fig. 15 > Poterne, en granite de Sarzeau, partiellement restaurée (montant gauche) avec le granite de Le Saint. [© L. Chauris]

Fig. 16 > Logis est. Réfection d’un des escaliers en granite à grain fin de Le Saint. [© L. Chauris]

Fig. 17 > Carrière en cours d’exploitation dans le granite cataclastique d’Elven, à Lescastel. [© L. Chauris]

Ardoises des Monts d’Arrée

  • 17 Étage de l’époque primaire.

20Des schistes tégulaires, d’âge dévonien17, sont exploités depuis des temps immémoriaux dans les Monts d’Arrée (Finistère). On les trouve un peu partout dans les constructions rurales anciennes de cette région. Ils fournissent des ardoises épaisses, dites « rustiques » d’une résistance exceptionnelle à l’érosion, offrant d’agréables nuances gris-bleuté, argentées, voire mordorées. Depuis quelques années, un véritable engouement s’est porté sur ce matériau pour la restauration des Monuments historiques (cathédrales de Saint-Pol-de-Léon, de Tréguier), bien que lesdits édifices n’aient pas fait appel, initialement, audit matériau. Suscinio n’a pas échappé à cette mode (fig. 19). Il faut reconnaître qu’avec une mise en œuvre en pureaux décroissants, le résultat est spectaculaire, même si l’on peut regretter l’abandon des matériaux originels – évoqués plus haut. Quelques chiffres soulignent l’importance du chantier : 2 300 m ² de toiture ; taille manuelle d’environ 214 000 ardoises ; les plus longues atteignent 80 cm, les plus petites, seulement, 18 cm ; pour les plus grandes, l’épaisseur moyenne est de 2,5 cm, pour les plus petites, de 0,8 cm.

Fig. 18 > Restauration de la courtine nord en granite cataclastique d’Elven. [© L. Chauris]

Fig. 19 > Logis ouest, toiture en ardoises rustiques des Monts d’Arrée. [© G. Danet]

21À l’issue de cette succincte analyse pétrographique, il semble possible de souligner quelques points de portée plus générale. Suscinio n’apparaît que partiellement comme le reflet du sous-sol local (fig. 20). Si deux matériaux – le granite feuilleté effectivement proximal et le granite de Sarzeau, déjà plus distal – jouent un rôle majeur, le premier pour les moellons, le second pour les pierres de taille, force est de reconnaître qu’appel a été également fait à un granite lointain (Tréffléan ?) afin d’obtenir des pierres de plus grand appareil, en particulier, au moins localement pour le soubassement des murailles. Quant aux micaschistes sur lesquels la forteresse a été érigée, ils n’ont pu livrer que de médiocres moellons, au mieux utilisables en éléments de blocage. Ces handicaps géologiques attestent que les bâtisseurs avaient délibérément privilégié le site pour ses avantages géographiques, soulignés à juste titre par les historiens. Le fait qu’ils aient pu surmonter ces difficultés majeures révèle leurs ressources financières. La part très élevée prise par les moellons en granite cataclastique, le plus souvent de faible dimension et de surcroît hétérométriques, tant au XIIIe siècle qu’au XVe siècle, témoigne cependant de l’impact incontournable des contraintes géologiques auxquelles les bâtisseurs n’ont pu échapper. À cet égard, le contraste est saisissant avec le château de Largoët près d’Elven où les parements vus du vertigineux donjon octogonal s’élèvent entièrement en pierres de taille : c’est qu’ici le granite est surabondant et par surcroît de grande qualité, dans le terroir même où s’érigeait la forteresse (fig. 21).

Fig. 20 > Provenance des pierres mises en œuvre dans le château de Suscinio. 1 – granites. 2 – Ardoises. La flèche indique un apport par voie d’eau (tuffeau du Val de Loire). Dans le cartouche : 1 – Micaschistes. 2 – Granite feuilleté. 3 – Granite équant (localisation schématisée !). Les noms soulignés indiquent une utilisation lors des travaux de restauration.

22Aujourd’hui restauré, Suscinio fournit un remarquable exemple de polylithisme, terme traduisant l’emploi, dans une même construction, de pierres de composition et de provenance diverses. Dans la forteresse, le polylithisme est d’abord primaire – ou, si l’on préfère, originel – c’est-à-dire lié à une seule étape de construction. Les exemples cités dans notre étude sont nombreux ; le plus caractéristique est relatif à l’emploi concomitant du granite feuilleté pour les élévations en moellons et du granite de Sarzeau pour les encadrements des ouvertures en pierres de taille. Mais ce polylithisme est ici également secondaire ou, si l’on préfère, acquis : tel est le cas des restaurations où le granite feuilleté de la presqu’île de Rhuys s’associe au granite cataclastique d’Elven, où au granite de Sarzeau s’adjoint le granite de Le Saint. Dans quelques cas, comme dans la courtine nord, sont mis en œuvre deux granites cataclastiques, des micaschistes, gneiss migmatitiques, phtanite, quartz. Bien qu’incomplet, le regard porté ici sur Suscinio souligne l’intérêt des examens lithologiques approfondis pour une meilleure connaissance historique du bâti ancien.

Fig. 21 > Château de Largoët, tour-maîtresse. Parement entièrement en pierres de taille, façonnées dans le leucogranite local. [© G. Danet]

Notes

1 Mérimée Prosper, Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France, Paris, Librairie de Fournier, 1835.

2 Grand Roger, « Château de Suscinio », Congrès archéologique, Brest, Vannes, 1914, p. 378-397 ; André Patrick, « Le château de Suscinio. XIIIe-XVe siècles », Congrès archéologique de France, 141e session, 1983, Morbihan, Paris, Société française d’archéologie, 1986, p. 254-266 ; Sarzeau et son canton, la presqu’île de Rhuys, Images du patrimoine, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Rennes, Association pour l’inventaire Bretagne, 1994, 68 p. ; André Florence et Boelle Yvon, Château de Suscinio, Rennes, Ouest France, 2004, 32 p.

3 Jean-Marie Plonéis suggère de traduire Suscinio par « au-dessus des marais », juxtaposant au préfixe roman (Sus/Susun) un radical celtique (Sun/Sugn).

4 Le cas n’est pas unique en Bretagne. Dans les Côtes-d’Armor, le château de La Hunaudaye a été édifié dans un terroir aux forts médiocres matériaux de construction. Chauris Louis, « Les pierres du château de La Hunaudaye. Éclairage lithologique préliminaire des ruines », Bulletin et mémoires des Amis de Lamballe et du Penthièvre, 2006, no 34, p. 435-459.

5 Cf. supra note 2, André Florence et Boelle Yvon.

6 Barrois Charles, Carte géologique au 1/80 000e, feuille « Quiberon », 1re édition, 1897 ; Cogné Jean, Carte géologique au 1/80 000e, feuille « Quiberon-Belle-Île », 2e édition, 1965 ; Audren Claude, Évolution structurale de la Bretagne méridionale au Paléozoïque, Thèse, université de Rennes, 1986, 366 p. ; Chauris Louis, « La presqu’île de Rhuys et la pierre », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XXXIII, 2005, p. 85-108.

7 Nous redisons ici nos vifs remerciements à Gérard Danet, parfait connaisseur des lieux, qui nous a si aimablement guidé dans toutes les parties du château, nous permettant ainsi d’effectuer, dans les meilleures conditions possibles, nos observations lithologiques.

8 Le menhir de Kerbiguet, en Sarzeau, est également en micaschiste.

9 Cette roche a été naguère exploitée pour l’empierrement des chemins.

10 À ce jour, un seul élément de migmatite a été noté à Suscinio dans la muraille de la courtine nord (fig. 4). Cette extrême rareté est, à l’évidence, due à l’éloignement d’un matériau de faible intérêt architectural. L’échantillon mis en œuvre semble d’ailleurs être un gros galet roulé, recueilli selon toute probabilité sur le littoral, à distance du site originel. Çà et là apparaissent, dans les élévations, des moellons informes de quartz, en provenance soit des lentilles intramicaschisteuses, soit des filons qui recoupent différentes roches de la presqu’île.

11 Les parements du bastion méridional disparaissent sous la végétation.

12 Plusieurs îles dans le golfe du Morbihan sont formées par un granite comparable et un doute peut s’élever parfois sur la provenance des granites mis en œuvre dans la presqu’île de Rhuys. Cependant, pour des raisons de coût d’acheminement, une origine locale apparaît généralement la plus probable.

13 Le granite de Sarzeau a été utilisé dès les temps mégalithiques. Cf. supra note 6, Chauris L.

14 Lors de la construction de la nef de la cathédrale de Vannes, dans la seconde partie du XVe siècle, appel a été fait au granite de Saint-Nolffet de Tréffléan. Mussat André, « La cathédrale de Saint-Pierre de Vannes », Congrès archéologique de France, 141e session, Morbihan, 1983, Paris, Société française d’archéologie, 1986, p. 294-312.

15 Aimablement communiqués par Gérard Danet.

16 La provenance d’un granite grossier, porphyroïde, à deux micas, avec muscovite plurimillimétrique, employé localement lors des premiers travaux de restauration (corps de logis est, appui de fenêtre…) n’a pu encore être déterminé. Selon toute probabilité, il s’agit d’un leucogranite morbihannais.

17 Étage de l’époque primaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Affleurement de micaschistes à schistosité faiblement inclinée, au-dessus des douves, entre les deux bastions. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 2 >Moellon informe de micaschiste avec lentilles de quartz d’exsudation. Courtine nord. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 3 >Moellon de phtanite bleu-noir avec lits lenticulaires de quartz blanchâtre. Courtine nord. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 4 > Élément de gneiss migmatitique dans la muraille de la courtine nord. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5 > Moellons de granite feuilleté, fréquemment limités par une diaclase tapissée d’une pellicule ferrugineuse, leur conférant un aspect brunâtre. Tour en saillie sur le bastion sud. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Fig. 6 > Appareillage irrégulier en moellons de granite cataclastique. Tour ruinée (XIIIe siècle) au centre de la courtine nord. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 7 > Impressionnante élévation du Vieux logis en moellons hétérométriques de granite cataclastique. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 8 > Moellons très hétérométriques de leucogranite feuilleté leucocrate. Vieux logis, détail du parement. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 9 > Tour Neuve (XVe siècle). Malgré les difficultés de façonnement du granite cataclastique, appareillage relativement soigné. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 10 > Colombier. Élévation en moellons hétérométriques (< 10 cm – > 50 cm) de granite feuilleté. Porte en granite de Sarzeau. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 11 > Arc de décharge en granite catacalstique sur pierres de taille en granite de Sarzeau, dans le passage d’entrée. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 12 > Grande porte d’accès au logis est, côté cour. Pierres de taille en granite de Sarzeau, assez fortement érodé. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 13 > À proximité de la poterne entre les deux bastions. Leucogranite du Morbihan intérieur, en pierres de taille de moyen appareil, profondément altéré (alvéolisation). [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 14 > Partie supérieure de la porte d’accès nord au logis ouest, restaurée avec un leucogranite à grain moyen (bassin de Bignan). [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 15 > Poterne, en granite de Sarzeau, partiellement restaurée (montant gauche) avec le granite de Le Saint. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 16 > Logis est. Réfection d’un des escaliers en granite à grain fin de Le Saint. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 17 > Carrière en cours d’exploitation dans le granite cataclastique d’Elven, à Lescastel. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 18 > Restauration de la courtine nord en granite cataclastique d’Elven. [© L. Chauris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 19 > Logis ouest, toiture en ardoises rustiques des Monts d’Arrée. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Fig. 20 > Provenance des pierres mises en œuvre dans le château de Suscinio. 1 – granites. 2 – Ardoises. La flèche indique un apport par voie d’eau (tuffeau du Val de Loire). Dans le cartouche : 1 – Micaschistes. 2 – Granite feuilleté. 3 – Granite équant (localisation schématisée !). Les noms soulignés indiquent une utilisation lors des travaux de restauration.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 21 > Château de Largoët, tour-maîtresse. Parement entièrement en pierres de taille, façonnées dans le leucogranite local. [© G. Danet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7374/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site