Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Partie I – Le château de Suscinio

Suscinio et la charte de Venise

Marie-Suzanne de Ponthaud

Texte intégral

1Occupant une situation géographique exceptionnelle, le château de Suscinio a connu bien des vicissitudes depuis son achèvement. Pratiquement inoccupé depuis sa confiscation par François Ier, vendu comme bien d’immigré à la Révolution, il fut alors acheté par un marchand forain qui l’exploita comme carrière en le réduisant en grande partie à l’état de ruine. C’est donc en tant que ruine qu’il fut classé sur la première liste des Monuments historiques de 1840, suite à une visite de Prosper Mérimée.

2Son acquisition par le département du Morbihan en 1965 a ouvert une nouvelle page de son histoire, page qui vient de s’achever et qui voit aujourd’hui un château restauré et aménagé. En cette même année 1965 était adoptée la « Charte de Venise » qui proclame que « La restauration s’arrête là où commence l’hypothèse », en ajoutant que « sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et doit porter la marque de notre temps ». La confrontation du cas de Suscinio à la charte de Venise a duré plus de vingt-cinq ans puisque son projet d’aménagement a fait l’objet de plusieurs débats passionnés opposant à plusieurs reprises architectes et historiens, en particulier, au sein de la Commission supérieure des Monuments historiques.

3Fallait-il rétablir les grands toits pour redonner au château sa silhouette d’origine et assurer efficacement sa mise hors d’eau comme le préconisaient les architectes ou conserver son aspect de ruine romantique par soucis d’authenticité comme les préconisaient les historiens ? Comme nous pouvons le voir tous aujourd’hui, c’est la première solution qui a finalement été choisie, mais cela après de nombreux rebondissements qui reflètent l’évolution des doctrines de la restauration. En effet, sollicitée dès 1965, la Commission supérieure des Monuments historiques donna alors un avis très défavorable à tout projet de restitution des toitures estimant, je cite, « que toute tentative de reconstitution de l’état ancien serait inacceptable dans son principe ». Soumis à nouveau à deux reprises à la Commission supérieure durant l’année 1978, l’étude du dossier donna lieu, vu le caractère déontologique de la décision à prendre, à des débats enflammés faisant de Suscinio, comme les cas similaires de la tour d’Aigues, du château de Blandy-les-Tours et du château de Murols, un étendard au regard de la doctrine, cas type de la dichotomie qui peut exister dans le débat entre réutilisation et authenticité d’un monument.

4Considérant que le château avait été classé comme ruine et ne devait pas être un nouveau Pierrefonds, le parti d’utiliser le plancher supérieur comme support d’une dalle de béton non visible, conservant ainsi au monument son aspect ruiné, l’emporta. Marcel Durliat et François Souchal allèrent jusqu’à proposer le déclassement de Suscinio en cas de restitution des toitures. Ces dernières ne furent donc pas dans un premier temps rétablies. Cette solution qui respectait totalement la charte de Venise a alors été mise en œuvre mais l’eau s’infiltrant par les arrachements de maçonnerie, l’architecte en chef Hervé Baptiste fut condamné pour défaut de conception, l’expert considérant qu’il aurait dû être plus persuasif pour convaincre la Commission…

5En 1991, le problème se posa à nouveau pour l’aile ouest du château. Un nouveau projet de restitution, étayé par la découverte de documents archivistiques et iconographiques, fut à nouveau présenté à la Commission. Bernard Fonquernie, rapporteur du projet s’exprimait alors en ces termes : « La perception actuelle de l’aile restaurée est loin d’être satisfaisante. L’aménagement des étages inférieurs, la mise en place des menuiseries dans toutes les baies extérieures donnent un aspect fini qui s’oppose fortement à l’aspect inachevé des parties hautes qui semblent être toujours en attente de l’intervention d’un charpentier et d’un couvreur pour rétablir sur les maçonneries bien apparentes les couvertures manquantes. L’opposition entre les parties réutilisées et l’aspect de ruines en partie haute constitue pour les visiteurs une énigme. Elle traduit en réalité l’ambiguïté d’un choix qui a voulu tout à la fois sauvegarder l’aspect de ruines qu’a connu Prosper Mérimée et permettre au propriétaire de rétablir les volumes intérieurs en vue de leur exploitation. » La restitution des toitures telle que nous pouvons les admirer aujourd’hui (réalisées par mon confrère Daniel Lefèvre) fut votée cette fois-ci à une quasi-unanimité, la Commission soulignant même qu’il serait absurde de déclasser un château rebâti, qui constituait un magnifique monument historique.

6Le château de Suscinio qui a été la résidence préférée des ducs de Bretagne, est donc un véritable cas d’école sur l’évolution des théories et doctrines de restauration élaborées, avec leurs inévitables tâtonnements, depuis la charte de Venise. Il reflète, en effet, la difficulté des choix de partis de restauration auquel nous sommes régulièrement confrontés et pour lesquels architectes et historiens sont complémentaires dans leurs approches pour concilier les problèmes de fonctionnement avec la volonté de conservation et d’authenticité. Il montre aussi que cette notion d’authenticité ne doit pas être limitée à la seule approche technique mais peut être élargie à l’image, les couvertures restituées redonnant une perception des volumes d’origine de l’architecture tout en garantissant la pérennité du bâti.

7La question de la reconstruction des ruines est néanmoins toujours un sujet d’actualité comme le montre, entre autre, le débat présent sur la reconstruction éventuelle du palais des Tuileries, débat dans lequel le château de Suscinio restera toujours un exemple caractéristique.

Auteur

Architecte en chef des Monuments historiques

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540