Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

 | 
Gérard Danet
, 
Jean Kerhervé
, 
Alain Salamagne

Avant-propos

Yves Borius

Texte intégral

1L’idée de cette publication est née de réflexions menées sur les modes de vie dans les châteaux, thème essentiel pour comprendre les pratiques architecturales et sociales attachées aux édifices princiers et ducaux du Moyen Âge et de la Renaissance, mais qui n’a cependant pas fait l’objet, jusqu’à présent, d’études exhaustives. Comme l’a écrit le professeur Salamagne, « habiter et vivre dans un château, c’est d’abord une série de pratiques sociales, des usages quotidiens les plus banals à des cérémonies complexes et chargées de sens où le rang et le statut princier se donnaient à voir ; ces pratiques exigeaient des espaces dévolus, à l’intérieur comme à l’extérieur, de la demeure noble ».

2Nous avons donc convié des professeurs d’universités françaises et étrangères, des directeurs de recherche, de musées et de sites nationaux, des architectes des Monuments historiques, des conservateurs et responsables du patrimoine, ainsi que des archéologues et doctorants, tous éminents spécialistes en leur domaine d’intervention, à venir débattre de ces questions, lors d’un colloque de trois jours, largement ouvert au grand public, organisé en septembre 2007 au château de Suscinio. Nul lieu plus emblématique que ce château des ducs de Bretagne de Suscinio, en Sarzeau, patiemment restauré depuis 30 ans par le conseil général du Morbihan, ne pouvait en effet accueillir un tel colloque.

3Pari difficile mais pari réussi, assurément, si l’on en juge par la qualité des interventions et des débats ainsi que par l’importance de la participation du public. Ce colloque a permis d’apporter une contribution décisive à l’état de nos connaissances sur l’architecture et la distribution des espaces intérieurs et extérieurs des demeures ducales et princières. Enfin, puisque le Château de Suscinio possède l’un des plus remarquables pavements d’Europe, une table ronde réunissant une quinzaine de spécialistes a fait le point des travaux sur les « décors de sol » du XIIIe au XVe siècle.

4Qu’il me soit permis, en conclusion de cet avant-propos, en ma qualité de président du comité d’organisation du colloque, d’adresser de chaleureux remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à son succès, et, notamment à :

  • Monsieur Kerguéris, sénateur du Morbihan et alors président du conseil général du Morbihan ; sans son appui personnel et l’aide constante des services du conseil général, ce colloque n’aurait évidemment pu se tenir ;

  • Monsieur Salamagne, professeur d’Histoire de l’art et d’archéologie, CESR, université François-Rabelais de Tours, président du comité scientifique du colloque et ses collègues du comité scientifique : messieurs Jean Kerhervé, professeur émérite d’Histoire médiévale, université de Brest, Michel Poisson, maître de conférences en Histoire et archéologie, EHESS Lyon, Jean Rosen, directeur de recherche CNRS, université de Dijon, Patrick André, professeur (ER), Jean Marc Michaud, conservateur départemental des musées, conseil général du Morbihan et, enfin, Gérard Danet, doctorant. Je tiens à ce propos à souligner la contribution essentielle apportée par Gérard Danet à l’organisation comme au bon déroulement du colloque pour lequel il n’a ménagé ni sa peine, ni son temps. Qu’il veuille bien trouver ici l’expression de ma profonde reconnaissance.

5Je souhaite également remercier très vivement les personnalités suivantes qui ont ouvert les travaux du colloque et dont les exposés ont défini le cadre général des débats :

6Monsieur Yvonig Gicquel, président de l’Institut culturel de Bretagne ; monsieur André Chédeville, président de la société d’Histoire et d’archéologie de Bretagne ; monsieur Marcel Le Guen, président de la société polymathique du Morbihan et, enfin, madame Marie-Suzanne de Ponthaud, architecte en chef des Monuments historiques, chargée des monuments classés en Morbihan et madame Annick Guillou-Moinard, ancienne vice-présidente du conseil général. Messieurs Chédeville, Déceneux et Gicquel nous ont, hélas, quittés depuis la tenue du colloque et je salue leur mémoire avec émotion.

7Je tiens aussi à souligner le soutien qui nous a été apporté par le ministère de la Culture et de la Communication en la personne du directeur du cabinet du Ministre, représenté, tout au long des débats, par madame Diot, directeur adjoint du Patrimoine. Monsieur Xavier Darcos, à l’époque ministre de l’Éducation nationale, a tenu également à me faire part de l’intérêt personnel qu’il portait à ce projet.

8Je ne saurais terminer, enfin, sans exprimer ma gratitude à mes collègues du comité d’organisation du colloque qui m’ont aidé à mener à bien sa réalisation : Patrick André et Gérard Danet, également membres du comité scientifique, Françoise Legrand et Françoise Louis (Sagemor), Pascal Gandon (Cabinet du président du conseil général du Morbihan) et Guy Toureaux, enseignant (ER).

Auteur

Président du comité d’organisation du colloque. Ancien maire et conseiller général de Sarzeau

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site