Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Notices biographiques

Texte intégral

1 Claudia Cirelli a une formation en anthropologie (université La Sapienza de Rome et université Iberoamericana de Mexico) et un doctorat en géographie (université Paris 8). Ses recherches ont principalement porté sur deux grandes thématiques : la gestion de l’eau et la gestion des déchets, analysées notamment à la lumière des enjeux territoriaux et des situations de conflit. Dans les deux cas, sur des terrains mexicains puis français, elle a construit des questionnements sur les effets locaux de ces politiques urbaines et des processus socio-territoriaux associés à la mise en place de réseaux. Elle est actuellement chercheure contractuelle à l’UMR 7324 Citeres (CNRS-université de Tours) où elle participe et anime plusieurs programmes de recherche internationaux qui portent sur la gestion des déchets et ses effets socio-territoriaux. Elle est co-initiatrice et co-rédactrice avec Bénédicte Florin du site et carnet d’hypothèses Sociétés urbaines et déchets (http://sud.hypotheses.org/​).

2 Bénédicte Florin est maître de conférences en géographie à l’université de Tours et chercheure à l’UMR 7324 CITERES, équipe EMAM (Monde arabe et Méditerranée). Ses travaux portent sur les mobilités résidentielles, les politiques urbaines et les questions relatives à la citadinité en Égypte. Depuis 2007, elle s’intéresse également aux systèmes de gestion des déchets et, plus particulièrement, aux récupérateurs et recycleurs de déchets au Caire et à Casablanca. Elle dirige un projet de recherche sur la gestion des déchets au Maghreb, soutenu par MISTRALS - SocMed, et participe au programme ODORR, financé par l’ADEME sur le recyclage et le réemploi des déchets. Elle est co-initiatrice et co-rédactrice avec Claudia Cirelli du site et carnet d’hypothèses Sociétés urbaines et déchets (http://sud.hypotheses.org/​).

3 Florence Troin est géographe-cartographe, ingénieure de recherche CNRS à l’UMR 7324 CITERES. Elle y développe ses activités au sein, principalement, de l’équipe EMAM (Monde arabe et Méditerranée), pour laquelle elle effectue des missions et des travaux de recherche sur des thématiques variées : gestion des déchets, sauvegarde du patrimoine, transformations des périphéries, en Égypte, au Yémen, en Algérie et au Maroc. À Casablanca, avec B. Florin, elle a participé à une recherche sur les récupérateurs de Casablanca (2012 et 2013) et a collaboré au programme SocMed. Depuis 2011, elle développe un axe de recherche sur la mise en cartes des récits fictionnels, avec une première application à Barcelone et une seconde à Marseille.

*

4 Mustapha Azaitraoui est géographe de formation. Il a obtenu un PhD en Analysis and Governance of Sustainable Development dans le cadre d’une cotutelle de thèse entre le département de géographie de l’université Mohamed V, l’université Ca’ Foscari et l’IUAV (Institut universitaire d’architecture) de Venise. Il s’intéresse à la problématique des déchets urbains sous l’angle de la gouvernance locale. Il a une longue expérience professionnelle dans le domaine de la coopération internationale au développement. Actuellement, il est enseignant-chercheur à la faculté polydisciplinaire de Khouribga (université Hassan 1er) au Maroc.

5 Jean-Baptiste Bahers est ingénieur et docteur en géographie et aménagement de l’espace au LISST-CIEU à l’université de Toulouse II-Le Mirail. En 2012, il a soutenu sa thèse en CIFRE sur les dynamiques de filières de récupération-recyclage et l’écologie territoriale. Ses travaux concernent la territorialisation des politiques européennes et françaises en matière de gestion des déchets, les métabolismes urbains et le développement de l’écologie industrielle et territoriale. Il est actuellement enseignant-chercheur en évaluation environnementale et écologie territoriale à l’École des métiers de l’environnement et chercheur associé au laboratoire ESO (Espaces et sociétés, UMR 6590) du CNRS.

6 Marie-Noëlle Carré est docteure en géographie de l’université Sorbonne Nouvelle et de l’IHEAL (Institut des hautes études d’Amérique latine) et chercheure associée associée au CREDA (Centre de recherche et de documentation des Amériques). Sa thèse, sous la direction de M.-F. Prévôt-Schapira, s’intitule Gouverner la métropole par les déchets. Service urbain, action publique territoriale et écologie urbaine à Buenos Aires. Elle travaille sur la gestion et la gouvernance des déchets à Buenos Aires depuis 2008 et est membre du réseau SUD (Sociétés urbaines et déchets). Elle a obtenu un post-doctorat au Centre de recherche en éthique de l’université de Montréal pour travailler sur « l’après-décharge » dans les grandes villes d’Amérique latine.

7 Jérémie Cavé est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Il a travaillé en tant que consultant auprès des collectivités locales françaises pour assistance à la gestion des services publics environnementaux. Il a ensuite décidé d’élargir son approche des services urbains aux pays du Sud. Il a ainsi mené une recherche empirique sur les petits opérateurs privés de la distribution d’eau à Maputo, au Mozambique, dans le cadre d’un master recherche en gestion publique (École des Mines de Paris, Paris X Nanterre, École polytechnique). Il a ensuite entrepris une thèse de doctorat en aménagement urbain, au LATTS, sous la direction de J. Ruet et O. Coutard, à la faveur d’une allocation de recherche décernée par l’École nationale des ponts et chaussées. Soutenue début 2013, co-financée par l’AFD, l’ADEME et la fondation Palladio, cette recherche est une économie politique de la gestion des déchets dans deux villes de pays émergents, Coimbatore en Inde et Vitória au Brésil. Ses travaux de recherche et de conseil actuels s’inscrivent dans le champ de l’écologie politique urbaine.

8 Egidio Dansero est professeur de géographie économique et politique à l’université de Turin. Il est rattaché au département cultures, politique et société, où il enseigne la géographie économique et les politiques territoriales. Ses principaux intérêts de recherche se situent dans le champ des politiques de l’environnement, du développement local durable, des conflits territoriaux et transformations de l’espace, de l’impact territorial des grands événements comme les Jeux olympiques, des politiques de valorisation de l’héritage industriel, de la coopération et des processus de co-développement dans le Sahel.

9 Lise Debout est maître de conférences en géographie, aménagement et urbanisme à l’université Paris X Nanterre et chercheure au laboratoire LAVUE (UMR 7218) du CNRS. Elle est docteure en urbanisme de l’université Lyon 2. Sa thèse a porté sur l’analyse de la gestion urbaine en Égypte à travers le cas de la gestion des déchets ménagers. Pour la conduite de son terrain, elle a effectué de multiples séjours au Caire entre 2005 et 2011. Elle a été accueillie de 2008 à 2010 au CEDEJ (Centre de documentation et d’études juridiques, économiques et sociales) au Caire. Elle a travaillé en tant qu’experte pour des organismes internationaux.

10 Mathieu Durand est maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’université du Maine et chercheur au laboratoire ESO (UMR 6590) du CNRS. Responsable du master professionnel de géographie « Ingénierie des déchets » du Mans, il dirige le programme de recherche « Métabolisme urbain, empreinte écologique et déchets » du programme « Déchets et société » de l’ADEME. Ses recherches portent sur l’approche spatiale et sociale de la gestion des déchets, à travers les notions d’économie circulaire, de proximité, d’inégalités, de vulnérabilité ou de durabilité. Ses terrains d’études sont principalement situés en France et en Amérique latine, notamment aux Caraïbes, où il a travaillé pendant plusieurs années.

11 Lucía Fernández est chercheure associée au département d’études urbaines et planification du MIT. Elle est titulaire d’un master d’architecture de l’École supérieure d’architecture de Grenoble et d’un master en éthique et développement durable de la Faculté de philosophie de l’université Lyon 3. Depuis plus de dix ans, elle travaille en étroite collaboration avec les organisations de récupérateurs de déchets dans plus de 20 pays, de l’aide aux petites coopératives et syndicats jusqu’à la constitution d’un réseau international. Depuis 2009, elle est également la coordonnatrice pour le programme de récupérateurs de WIEGO (Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing – Femmes dans l’emploi informel, mondialisation et organisation).

12 Émilie Guitard est doctorante allocataire en anthropologie à l’université Paris X Nanterre, accueillie par le LESC (UMR 7186) et associée à l’IRD et au CEMAF (UMR 8171). Spécialisée dans les rapports des sociétés urbaines d’Afrique subsaharienne à leur environnement, elle travaille depuis 2007 dans deux villes moyennes du Cameroun, Garoua et Maroua, sur les représentations et les modes de traitement des déchets, à la croisée de l’anthropologie politique et des études sur la culture matérielle. Une ethnographie des pratiques de gestion des déchets et des discours des populations et des autorités locales en la matière lui permet d’aborder son objet de recherche sous ses multiples facettes, depuis ses aspects sanitaires jusqu’à ses implications matérielles et environnementales, mais aussi religieuses et politiques. Depuis 2007, elle enseigne également au sein du département d’anthropologie de Paris X Nanterre, d’abord comme monitrice, puis comme vacataire et aujourd’hui comme ATER.

13 Steve Joncoux est doctorant en sociologie au CERTOP (Centre d’étude et de recherche travail organisation pouvoir, UMR 5044), à l’université Toulouse II-Le Mirail et au Centre universitaire Jean-François Champollion à Albi. Après un master 2 en sociologie de l’environnement, il réalise un master professionnel en gestion sociale de l’environnement et valorisation des ressources territoriales. Sa thèse, sous la direction de M.-C. Zélem, porte sur les processus de valorisation agricole des déchets organiques, notamment à Madagascar, dans le cadre du programme « Intensification écologique des systèmes de production agricole par le recyclage des déchets », coordonné par le CIRAD et financé par l’ANR.

14 Stéphane Le Lay est sociologue, associé à l’Équipe psychodynamique du travail et de l’action (CRTD-CNAM). Il est spécialisé sur les questions de travail et de santé au travail, en particulier dans les classes populaires. Dans une optique théorique visant à rapprocher les analyses en termes de rapports sociaux (sexe, classe et race) à celles développées dans le cadre de la psychodynamique du travail, il étudie depuis plusieurs années les métiers liés à la prise en charge des déchets dans nos sociétés. Il a codirigé avec D. Corteel l’ouvrage Travailleurs des déchets publié aux éditions Érès en 2011.

15 Sara Mela est sociologue et chercheure au Centre 4T (Think Tank Torino Territori). Elle a un doctorat en sociologie et méthodologie de la recherche en sciences sociales à l’université Catholique de Milan. Depuis 2007, elle réalise des recherches pour plusieurs centres d’étude, notamment pour le centre Einaudi et pour l’Institut des recherches économiques et sociales de la région du Piémont.

16 Luisa Moretto est enseignante et chercheure à la Faculté d’architecture de l’université Libre de Bruxelles). Elle a une formation en architecture et un doctorat en environnement à l’IUAV de Venise. Elle s’intéresse aux questions de développement urbain, gouvernance urbaine, services urbains et pauvreté. Elle a aussi une expérience professionnelle au sein d’organismes internationaux, comme consultante pour le Oslo Governance Centre-PNUD sur les thèmes de la gouvernance décentralisée et pour la Banque interaméricaine de développement sur les questions de la réhabilitation urbaine durable. Elle est actuellement un des quatre coordinateurs de N-AERUS (Network-Association de chercheurs européens sur l’urbanisation dans le Sud).

17 Solène Pérémarty a consacré deux ans à étudier le recyclage informel au Brésil, et spécifiquement les catadores, au cours de ses masters 1 et 2 à l’IEP de Lyon. Elle réalise une première enquête de terrain de deux mois en 2011, qui donne lieu au mémoire Les catadores, agents essentiels du recyclage au Brésil et l’économie solidaire, dirigé par L. Abdelmalki. Elle obtient un stage de fin d’études de cinq mois dans une ONG brésilienne qui apporte son soutien aux coopératives de catadores et mène une enquête de terrain ethnographique dans une de ces coopératives, située dans une grande métropole du nord-est du Brésil. Sa contribution à cet ouvrage est issue de son mémoire de master 2 : Ethnographie d’une coopérative de recycleurs urbains brésiliens. Les tactiques individuelles de contournement du travail et de mise à distance du « sale », dirigé par J. Buffet et D. Corteel.

18 Roberta Perna a un master en développement économique et coopération internationale. Ses principaux intérêts se situent dans le champ de la coopération au développement et des politiques publiques locales, notamment la gestion des déchets.

19 Matteo Puttilli est enseignant-chercheur au département des sciences économiques de l’université de Cagliari. Ses thématiques principales de recherche portent sur le développement local durable, la justice sociale et environnementale et l’éducation géographique.

20 Madani Safar Zitoun est professeur de sociologie urbaine au département de sociologie de l’université Alger 2 et directeur de recherche associé au CREAD (Centre de recherches en économie appliquée pour le développement). Depuis juin 2012, il dirige le LASADET (Laboratoire d’analyse socio-anthropologique du développement des territoires). Ses travaux de recherche et publications portent sur l’analyse de l’urbanisation, des politiques urbaines et de l’habitat, les mobilités urbaines et l’évaluation des politiques de protection et d’action sociales en Algérie et dans le monde arabe. Il est l’auteur de nombreuses publications nationales et internationales dont Stratégies patrimoniales et urbanisation. Alger. 1962-1992, publié chez L’Harmattan en 1997.

21 Alicia Tsitsikalis est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un master 2 en développement industriel et évaluation de projets de l’IEDES. Elle s’est spécialisée dans le développement des services d’eau potable, d’assainissement et de gestion des déchets en milieux urbain et semi-urbain. Ses domaines d’expertise portent sur l’analyse économique des filières, la structuration et le renforcement des opérateurs, les études de synthèse, la gestion et l’évaluation de projets. Chargée de projet au GRET, elle a été responsable du projet de création de la filière de recyclage des déchets en plastique à Nouakchott (Mauritanie) pendant sa première phase, elle a pu également suivre la deuxième phase dans une position d’assistante technique au nouveau chef de projet. Par ailleurs, elle réalise des missions d’expertise et de prospection tant en Afrique (Burkina Faso, Sénégal, Congo) qu’en Asie (Cambodge) et dans les Caraïbes (Haïti).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search