Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Lexique

Texte intégral

Avertissement

1Ce lexique ne se veut pas exhaustif et renvoie essentiellement aux terrains d’étude des auteurs de cet ouvrage. Il est organisé en trois thématiques :

  • Les acteurs de la collecte informelle.
  • Les lieux d’accumulation des déchets.
  • Le travail avec les déchets et les formes d’organisation.

2Plusieurs auteurs de Sociétés urbaines et déchets ont participé à ce lexique et signent ici leurs notices de leurs initiales : Jean-Baptiste Bahers (JBB), Marie-Noëlle Carré (MNC), Jérémie Cavé (JC), Claudia Cirelli (CC), Lise Debout (LD), Mathieu Durand (MD), Bénédicte Florin (BF) et Émilie Guitard (EG).

LES ACTEURS DE LA COLLECTE

3 Â’mâl nazâfa (Égypte) : littéralement « businessman de la propreté ». Le terme est utilisé par les chiffonniers aisés pour se désigner autrement que par zabbâlîn qui a pour eux une connotation négative. Il illustre leur volonté de se positionner en temps qu’entrepreneurs intégrés dans un marché structuré (LD).

4 Barrendero (Mexique) : balayeur. Certaines municipalités mexicaines engagent des bala-yeurs, pour un poste stable (basificados) ou pour une durée temporaire (eventuales). Normalement les barrenderos collectent les déchets selon un système de porte-à-porte dans certains quartiers ; ils séparent les matériaux recyclables et ils remettent aux camions de collecte formelle, moyennant de l’argent, ce qui reste des déchets après les opérations de récupération (MNC et CC).

5 Biffin (France) : dérive de « biffe », étoffe rayée puis, par extension, chiffon sans valeur que récupère le chiffonnier. Avant le XXe siècle, les noms donnés aux récupérateurs varient selon les régions où ils agissent et sert à s’annoncer, en criant, à ceux qui veulent se débarrasser de vieilleries. Le chiffonnier est ainsi le « biffin » à Paris, le « pelharot » dans l’Ariège et l’Aude, le « pillarot » dans le Quercy, le « marchand de loques » dans le Cambrésis, le « marchand d’oches » dans la région de Lille, et le « pattier » dans le Lyonnais. En Bretagne, le chineur de campagne a marqué les récits des XVIIIe et XIXe siècles : le « pilhaouer » et « pillotou » avertissaient de leur arrivée dans les bourgs par un coup de corne en annonçant « Des chiffons pour les chiffonniers ! Plein sa charrette pour qu’il rentre à la maison » ou « Chiffons, chiffons pour le gars de la Roche et vous aurez des écuelles, cuillères, lacets, bigarreaux ! » (De Silgy, 1996) (JBB).

6 Botellero (Amérique latine) : récupérateur de verre. Il parcourt les rues de Buenos Aires, à un rythme hebdomadaire où il est annoncé dans les quartiers résidentiels par le martèlement des sabots de son cheval ou de sa mule sur les pavés, par les cahotements sonores de sa carriole et par sa clameur répétitive, aux intonations traînantes « Botellero ! » (MNC).

7 Burrero (Mexique) : ce collecteur de déchets sillonne les quartiers les plus pauvres des villes mexicaines, équipé d’une charrette à cheval ou burro (« âne »). Il déverse le contenu de son chargement directement dans la décharge ou dans des stations de transfert. Ils vivent des pourboires des habitants (Florizbela dos Santos, Whenpohl, 2001) (MNC).

8 Carretonero (Mexique) : collecteur de déchets qui sillonne les quartiers les plus pauvres des villes mexicaines, équipé d’une charrette d’environ un mètre cube de contenance, qu’il tire à pied. Il travaille comme le burrero (Florizbela dos Santos, Whenpohl, 2001) (MNC).

9 Cartonero (Argentine) : récupérateur à Buenos Aires. L’expression, dérivée du carton, matériau de prédilection de l’activité, apparaît à la fin des années 1990, lorsque la crise économique, institutionnelle et sociale engendre une croissance de l’activité qui ferait vivre près de 40 000 personnes dans la métropole en 2002. Les cartoneros seraient aujourd’hui 6 000 à travailler dans la ville autonome de Buenos Aires (MNC).

10 Catador (Brésil) : récupérateur urbain au Brésil. Le verbe catar signifie « chercher » et est parfois employé en Argentine pour désigner la collecte informelle. Il y aurait 500 000 à 800 000 catadores au Brésil (De Lucca Reis Costa, 2007) (MNC).

11 Cenciaiolo (Italie) : variante du mot straccivendolo (cf. plus loin). Terme qui dérive du mot cencio (= straccio = chiffon, haillon). C’est donc celui qui récupère et revend des cenci. Mais le terme désigne également un ouvrier qui travaille en triant des chiffons. Cf. également robivecchi, rigattiere, rivendugliolo (CC).

12 Chatarrero (Amérique latine) : récupérateur de métaux qui travaille selon les mêmes modalités que le botellero. En Argentine, et par l’intermédiaire d’entrepôts spécialisés, le chatarrero revend le produit de sa collecte aux grandes entreprises sidérurgiques (MNC).

13 Chiffonnier (France) : les premières traces de la profession sont reconnues dès 1292 d’après le Dictionnaire historique des arts et métiers d’Alfred Franklin (1906). Privat d’Anglemont écrit dans Paris inconnu (1876) qu’il existe trois classes de chiffonniers : « Le vieux chiffonnier, l’abruti, celui qui ne parle que par axiomes [], sa nuit est consacrée à chiffonner dans les tas de balayures. Dès huit heures du matin, il s’est défait de la récolte de la nuit ; il a donc dix heures devant lui pour se griser […]. C’est une existence déclassée, une faillite dans la vie qui l’a conduit à cet état d’abrutissement. Le chiffonnier moderne, le sauvage de Paris, qui aime le clinquant []. Celui-ci est né chiffonnier. Il avait un mètre de haut que déjà, en guenilles, le bonnet de police sur l’oreille, la pipe à la bouche, la hotte sur le dos, il attaquait, crochet en main, toutes les immondices que les agents de l’édilité parisienne lui permettaient d’aborder. Le chiffonnier artiste, le bohème du genre, le philosophe, l’homme qui fut jadis quelque chose, et que des malheurs quelquefois, l’inconduite presque toujours, ont fait rouler de chute en chute jusqu’aux plus bas-fonds de la société. » Seul le « chiffonnier moderne » est considéré par Privat d’Anglemont comme le véritable chiffonnier, tandis que les deux autres ne font pas ce métier par vocation. Il existe une véritable hiérarchisation des métiers de la récupération au XIXe siècle : entre le ramasseur, le coureur, le placier et le maître chiffonnier. Le coureur est un ramasseur qui possède une hotte, une lanterne et un crochet pour retourner et dégoter des éléments dignes d’un nouvel usage. Avant 1850 et l’arrivée des placiers, il est le chiffonnier « piqueur », celui qui passe avant le chiffonnier « secondeur » ou « gadouilleur » (Guiot, 1986). Ces derniers sillonnent les mêmes espaces publics pour remuer les « gadoues », ces boues formées par l’amoncellement des ordures ménagères jetées sur la voie publique et pour effectuer un dernier tri. Le travail est âpre et nécessite un œil perçant car il faut pouvoir dénicher des os secs issus de ces boues qui finiront broyés pour être utilisés comme engrais. Les gadouilleurs récupérant ce que les chiffonniers ont laissé, ils font de moindres bénéfices que ces derniers. Le métier de chiffonnier est perçu comme très particulier : on l’est par passion et par vocation, de père en fils. Les chiffonniers se situent eux-mêmes à la marge et bien qu’ils soient exploités par les négociants de matières de récupération, ils se sentent libres et sans contrainte salariale car sans patron (Guiot, 1986) (JBB).

14 Chiffonnier-placier (France) : le métier de chiffonnier se hiérarchise avec l’apparition des placiers dans les années 1850 (Barles, 2005). Le placier bénéficie d’un territoire attitré composé de plusieurs immeubles. Son activité correspond à une forme de sédentarisation du travail par rapport au ramasseur « nomade » qui court les rues – ce dernier devenant d’ailleurs le chiffonnier « coureur ». Le chiffonnier-placier bénéficie davantage de la revente de matières et de récompenses pour ses services aux domestiques. Ce « chiffonnier d’îlot » ou îlotier obtient aussi une redevance lors de la succession de sa place : en effet, selon les habitations, le placier peut « ramasser en moyenne 40 kg de marchandises par jour et gagner 2 francs et 40 centimes », c’est-à-dire beaucoup plus que les chiffonniers-coureurs (Barberet, 1887). Le placier sera même transformé en auxiliaire de maison après la première tentative qui vise à obliger les habitants en 1870 à sortir leurs immondices dans des boîtes pour les vider au passage des tombereaux (JBB).

15 Chineur (France) : l’activité de « chine », c’est-à-dire le ramassage et le rachat de matières, est bien différente de l’activité des chiffonniers qui récupèrent dans les rues les matières abandonnées. Les chineurs constituent une catégorie considérée supérieure à celle des placiers car « le chineur ne ramasse pas, il achète ; c’est un commerçant », écrit L. Paulian en 1910 dans La hotte du chiffonnier. Il vide les caves en les débarrassant d’objets abandonnés et il est même capable de payer pour ces marchandises car il n’aura pas besoin de fouiller lui-même. Les chineurs sont considérés comme une rude concurrence pour les chiffonniers car ils se faisaient réserver les matières de qualité par leur clientèle qui, dès lors, ne les jetèrent plus dans la rue (JBB).

16 Ciruja (Argentine) : figure historique du récupérateur à Buenos Aires. Le terme est une abréviation de cirujano (« chirurgien »). Il était originellement équipé d’un petit couteau qui lui servait à détacher les fragments de viande subsistant sur les os qu’éliminaient les abattoirs de l’agglomération de Buenos Aires. Le ciruja s’est inscrit dans la culture portègne et un tango leur est consacré, El Ciruja (MNC).

17 Clasificador (Uruguay) : terme désignant le récupérateur de matériaux recyclables (MNC).

18 Ferrailleur (France) : les ferrailles ou les métaux non ferreux (aluminium, zinc, cuivre, étain, plomb) ne se travaillent que chez les ferrailleurs. Les ancêtres des ferrailleurs sont les « crieurs de vieux fers ». Ils achètent au Moyen Âge les vieux chars, carrosses, chaises à porteurs, cabriolets, les dépècent et revendent les vieux fers au détail. Dans Le curé du village, Honoré de Balzac (1847) établit le portrait fidèle d’un ferrailleur auvergnat : « Sauviat, marchand forain, qui, de 1792 à 1796, parcourut les campagnes dans un rayon de cinquante lieues autour de l’Auvergne, en y échangeant des poteries, des plats, des assiettes, des verres, enfin les choses nécessaires aux plus pauvres ménages, contre de vieux fers, des cuivres, des plombs, contre tout métal sous quelque forme qu’il se déguisât []. Sauviat n’achetait aucun objet sans la certitude de pouvoir le revendre à cent pour cent de bénéfice […]. Ses mains étaient celles du travailleur infatigable, larges, épaisses, carrées et ridées par des espèces de crevasses solides. » Cependant, « cet homme de plomb, de fer et de cuivre redevint un homme de sang, d’os et de chair » quand il s’agit de sa fille Véronique, un des principaux personnages du roman. Les ferrailleurs tentent aujourd’hui de se défaire de ce surnom très dévalorisant car le cliché assimile ce métier à une bande de voleurs et criminels comme le montre en 1971 le film de Claude Sautet Max et les ferrailleurs (JBB).

19 Kabaadiwalla (nord de l’Inde) : désigne, en Hindi, le marchand ambulant qui rachète aux habitants, ou à leurs domestiques, les déchets secs recyclables (journaux, bouteilles, emballages) que ceux-ci ont expressément triés chez eux en attendant son passage en porte-à-porte car ils en retirent un petit gain pécunier (JC).

20 La’ita (Égypte) : de la’et « trouver », biffin clandestin qui collecte sur les décharges (LD & BF).

21 Maître-chiffonnier (France) : il est au sommet de la filière de la récupération au XIXe siècle et possède des hangars qui lui permettent de stocker et dans lesquels sont employés quelques ouvriers pour trier et conditionner les matières avant de les revendre à des marchands en gros spécialisés dans certaines matières. Ce sont sans doute les premières formes d’entreprises du recyclage, bien que selon A. Privat d’Anglemont (1876), certains chiffonniers mutualisent leurs moyens en créant des sociétés : « Après 1848, les idées d’association pénétrèrent jusque dans ces bourgs ; les chiffonniers errant formèrent des sociétés ; ils louèrent des locaux afin d’y déposer en commun leur récolte de chaque jour pour en avoir un meilleur prix en vendant directement aux fabricants. » Cependant, les chiffonniers n’ont toujours été que les récolteurs qui fournissent aux maîtres-chiffonniers des marchandises que ceux-ci pourront vendre aux industries consommatrices. Les maîtres-chiffonniers décident des prix d’achat ce qui rend les chiffonniers dépendants d’eux. Alain Faure (1977) évoque le « triomphe des maîtres » lorsque ces derniers construisent et louent des habitations aux chiffonniers à l’extérieur de la cité : « Devenus pourvoyeurs du logement, les maîtres accentuèrent considérablement leur domination : le biffin était bien prêt de perdre toute indépendance, dans certaines petites cités, ils étaient de purs et simples salariés et le maître était devenu patron. » Les négociants constituent une autre catégorie proche des maîtres-chiffonniers : ces marchands peuvent employer des centaines d’ouvriers pour le tri et possèdent des magasins. Ces catégories se multiplient pendant le 19ème siècle, confirmant les profits issus des déchets (JBB).

22 Pepenador (Mexique) : récupérateur travaillant dans les décharges. Il existe plusieurs statuts : ceux qui travaillent à leur compte ; ceux qui dépendent d’un leader ; ceux qui travaillent dans les décharges municipales ; ceux qui travaillent dans leur propre décharge ; ceux qui font partie d’un syndicat indépendant. Leur nombre est estimé à 30 000 dans la zone métropolitaine de Mexico (MNC).

23 Ragpicker/wastepicker (Inde) : termes anglais désignant le chiffonnier qui glane sur les décharges ou dans les rues des villes indiennes, littéralement le « piqueur/cueilleur de déchets » (JC).

24 Ranero (Argentine) : grenouilleur. Terme désignant les cirujas qui, de la fin du XIXe siècle à 1977, vivaient sur la décharge municipale de Buenos Aires, la Quema, dans le Pueblo de las Latas – village des boîtes de conserve – construit à l’aide de bidons industriels d’huile lestés de terre, également appelé Pueblo de las Ranas – village des grenouilles – en raison des nombreux batraciens qui y proliféraient (MNC).

25 Reciclador (Colombie) : terme désignant le récupérateur de matériaux recyclables. À Bogota, on estime que les personnes qui se livrent à cette activité sont au nombre de 21 000 (MNC).

26 Recolector (Mexique) : récupérateur volontaire pratiquant son activité sur le camion de collecte municipale. Ces récupérateurs recueillent les sacs-poubelle des habitants, séparent leur contenu dans la benne du camion, puis disposent carton, papier, plastique, ferraille, verre dans des sacs accrochés aux flancs de celle-ci. Ils ne sont pas rémunérés par la municipalité mais reçoivent des pourboires. Ils ont généralement des liens de parenté avec le chauffeur du camion (MNC & CC).

27 Recuperador urbano (Amérique latine) : au milieu des années 1990, des mouvements de défense des droits des récupérateurs urbains émergent dans plusieurs pays d’Amérique latine : le MNCR (Movimento Nacional do Catadores de Materiais Reciclaveis) au Brésil ; l’UCRUS (Unión de Clasificadores de Residuos Urbanos Sólidos) en Uruguay ; l’Asociación Nacional de Recicladores en Colombie. Ces regroupements fédèrent leurs efforts pour la reconnaissance de cette activité à partir de 2003, lors du premier congrès latino-américain de récupérateurs, et adoptent à cette occasion l’expression générique de « récupérateur urbain ». Employée pour dépasser le vocabulaire à géométrie variable employé dans chaque pays, cette expression neutralise aussi le caractère dégradant et insultant parfois associé à ces termes. Les récupérateurs urbains, familles comprises, sont estimés au nombre de 600 000 en Amérique latine lors du second congrès de récupérateurs latino-américains en 2005 à São Leopoldo (Brésil) (MNC).

28 Rigattiere (Italie) : personne qui se dédie à collecter et revendre des objets usagés. D’une manière plus péjorative le mot indique celui qui collecte et revend au bric-à-brac (mot onomatopéique d’origine française qui indique un ensemble d’objets usagés qui ne valent rien ou peu). Cf. également straccivendolo, robivecchi (CC).

29 Rivendugliolo (Italie) : personne qui se dédie à collecter et revendre des objets usagés. Cf. également straccivendolo, robivecchi, rigattiere (CC).

30 Robabekia (Égypte) : vieilles choses, vieilleries, de l’italien roba vecchia. Cette corporation, différente de celle des zabbâlîn (« chiffonniers »), collecte depuis très longtemps dans les rues les objets usagés dont les habitants ne veulent plus. Ces « brocanteurs » arpentent les rues en poussant une carriole et crient de façon modulée et caractéristique « bekia-bekia » pour attirer l’attention des habitants (LD & BF).

31 Robivecchi (Italie) : le terme dérive de la locution roba vecchia et plus précisément de la manière dans laquelle dans le dialecte romanesco (de la ville de Rome) on désigne les chiffonniers. Le mot robivecchi était crié dans les rues par le chiffonnier lors de son passage pour attirer l’attention des habitants. Cf. également straccivendolo, cenciaiolo, rivendugliolo, rigattiere (CC).

32 Rottamaio (Italie) : la personne qui se consacre à l’achat et la vente de rottami (« ferraille »). Elle correspond à la figure du ferrailleur (CC).

33 Sarrih (Égypte) : du verbe saraha, paître librement, divaguer ; flâneur, vagabond, celui qui sillonne, qui vadrouille et par extension biffin. Le terme désigne certains chiffonniers qui, depuis la délégation de service à des sociétés privées au Caire en 2002, collectent sans autorisation les déchets recyclables (cannettes, carton, etc.) dans les poubelles, containers ou dépôts sauvages (LD & BF).

34 Sarrih khorda (Égypte) : signifie « celui qui ramasse les débris » (LD & BF).

35 Scavenger (Inde, Indonésie, Philippines, etc.) : désigne le chiffonnier des rues, mais le plus souvent des décharges, avec une connotation stigmatisante liée à son activité très dégradante. Si, dans l’Inde coloniale, il recevait une licence des autorités pour réaliser ses activités de ramassage des ordures, la mise en place du service urbain l’a fait basculer dans l’illégalité. Il est qualifié de « Harijan ou enfant de Dieu » et appartient à la caste des intouchables (Furedy, 1984) (BF).

36 Segregador (Pérou) : figure de trieur qui se différencie du recycleur. Le premier est celui qui cherche les déchets dans la rue, dans les décharges ou qui les rachète aux éboueurs municipaux, alors que le recycleur est considéré comme celui qui effectue la transformation effective des matières recyclables. L’ONG Ciudad Saludable estime leur nombre à 100 000 dans tout le pays et à 25 000 à Lima (MD).

37 Straccivendolo (Italie) : terme qui indique l’individu qui se dédie à la collecte, achat et revente de chiffons (littéralement « vendeurs de chiffons »). C’est une figure assez ancienne qui est associée d’abord à la fabrication du papier, créé à partir de chiffon de lin, coton et chanvre. Entre les XVe et XVIIIe siècles, au vu de son importance dans le processus de fabrication du papier, cette profession a fait en Italie l’objet de règlementation afin de garantir de bonnes conditions de travail aux individus qui s’y consacraient. Dans les années 1930, un décret royal prévoyait leur inscription sur un registre tenu par les autorités de police. Les straccivendoli se déplaçaient à vélo ou avec des charrettes tirées par eux-mêmes ou par des chevaux. À la différence d’autres ambulants, les straccivendoli, n’offraient pas de prestations de travail, telle que de la main-d’uvre à bas prix, mais ils parcouraient les villages afin de collecter os, ferrailles et chiffons. Ils recueillaient des objets et matériaux usagés et en échange offraient fil, aiguilles, dés à coudre, savon, épingles à cheveux et d’autres articles qu’ils gardaient dans des paniers. Les enfants, lorsqu’ils les voyaient arriver, allaient chercher des vieux objets en échange de bonbons ou de billes.

38Aujourd’hui, le terme est tombé en désuétude, et plutôt substitué par celui de rigattiere ou rottamaio. Cependant, l’activité des straccivendoli contribue partiellement au tri et au recyclage de nombreuses matières, permettant des économies importantes pour les municipalités et les organismes de gestion des déchets. Le straccivendolo est une figure qui fait partie de la culture urbaine. Prato, ville toscane, est connue en Italie pour sa production de textile mais aussi pour une activité économique associée à la collecte de chiffons qui l’a rendue riche. À Gambetttola, en province de Forli en Émilie-Romagne, chaque année, deux fois par an, se tient une brocante appelée « Mostrascambio ». Cette manifestation est née en référence à la profession de certains de ses habitants qui après la deuxième guerre mondiale se dédiaient au chiffonnage. Un monument a été érigé pour célébrer cette vieille profession. À la fin du XIXe siècle et durant la première moitié du XXe, ces travailleurs des déchets se déplaçaient sur leurs vélos et collectaient chiffons, peaux de lapin et vieux outils. Ils se sont transformés en entrepreneurs du secteur de la récupération de matériaux différents et ont constitué le véritable moteur de la relance économique de la ville après la deuxième guerre mondiale. Actuellement, dans les villes italiennes, cette activité de recherche, collecte et récupération de matériaux et d’objets usagés, est majoritairement réalisée par des groupes de populations immigrantes, comme les Roms, même si d’autres individus s’y adonnent de façon moins visible (CC).

39 Triador (Brésil) : autre terme désignant le récupérateur urbain au Brésil (MNC). Il peut aussi s’agir de la personne responsable des opérations de tri des matériaux résultant de la collecte mécanisée (Dias, 2009) (CC).

40 Wahî (Égypte) : oasien. Les wahiya sont des migrants musulmans originaires des oasis du sud-ouest de l’Égypte, installés au Caire depuis le XIXe siècle. Cette corporation très organisée et puissante récoltait initialement les déchets pour les revendre comme combustible aux hammams et fours. Les wahiya ont vendu ce « droit » de collecte aux zabbâlîn et se font payer mensuellement par les habitants pour le service rendu. Avant la réforme du système de gestion des déchets en 2002, chaque zabbâl était attaché à un wahî et collectait dans un secteur précis. Depuis la réforme du système de gestion des déchets, de nombreux wahiya se sont reconvertis dans d’autres activités (BF & LD).

41 Zabbâl (Égypte) : chiffonnier. Le terme désigne la corporation des zabbâlîn du secteur informel, originellement migrants du sud du pays et qui, depuis les années 1930, collectent, trient et recyclent les déchets ménagers dans les quartiers de classes moyennes et aisées des grandes villes. Avant la réforme de 2002, chaque zabbâl détient un territoire de collecte précis qu’il peut vendre ou dont ses enfants héritent. Étymologiquement, le mot dérive de zibbâla, la poubelle, l’ordure et, de ce fait, véhicule le stigmate de ceux qui ont affaire aux déchets. Les zabbâlîn seraient environ 80 000, dont les femmes et enfants essentiellement occupés au tri des déchets. Leur plus grand quartier, Manchiat Nasser, compte 40 000 zabbâlîn qui y vivent et y travaillent (BF).

42 Zarâyeb (Égypte) : quartier des chiffonniers, vient du terme zaraba, enfermer, parquer les animaux. Littéralement, le terme signifie « enclos, porcherie » et, par extension, il qualifie les sept quartiers des chiffonniers qui y élevaient des porcs jusqu’en mai 2009, date de leur abattage par le gouvernement égyptien en raison de la grippe A-H1N1, faussement baptisée « grippe porcine ». Les zarâyeb ont souvent été déplacées vers la périphérie de la ville au fur et à mesure de l’extension urbaine : la coexistence d’une population initialement pauvre, des déchets et des cochons explique ces déguerpissements et la localisation de ces quartiers dans les « creux » de la ville (BF).

43 Zarrab (Égypte) : désigne le porcher et, par extension, les zabbâlîn qui élèvent des porcs (BF).

44 Zibbâla (Égypte) : vient de zibl, la fiente, le fumier, et donne zabbâl/zabbâlîn ; le terme désigne les immondices, les ordures plutôt que le déchet. Jamais utilisé au pluriel, c’est le mot le plus généralement employé par la population égyptienne pour parler de ses déchets mais aussi de ceux qui entourent les maisons et les quartiers. Pour les habitants, les zibbâla deviennent des moukhalafât quand elles sont intégrées dans le circuit de collecte ou de valorisation ou quand ils parlent d’un problème plus général renvoyant aux politiques publiques (LD).

LES LIEUX DE L’ACCUMULATION

45 Basural (Amérique latine) : terme désignant une décharge à ciel ouvert, parfois employé couramment pour désigner tout lieu d’accumulation des déchets. C’est aussi le titre de l’œuvre de théâtre El Basura, de C. Gorostiza, écrite en 1988 (MNC).

46 Basurero (Mexique) : terme désignant une décharge à ciel ouvert ou sauvage (CC).

47 Botadero (Amérique andine) : ce terme signifiant « décharge » peut prendre plusieurs acceptions. Il s’agit généralement d’une décharge sauvage, qui peut être gérée par une structure officielle ou par des acteurs informels, mais où les déchets sont enfouis sans aucun contrôle. Dans le langage courant, la confusion est fréquente entre le botadero et le relleno sanitario. Le botadero est l’équivalent du basural dans les pays andins : Pérou, Colombie, Équateur, Bolivie (MD).

48 Centro de acopio (Amérique andine) : centre de stockage ou point de collecte qui permet le stockage provisoire des déchets recyclables ou non. Les acteurs informels les utilisent pour entasser les déchets avant de revendre ceux qui sont recyclables. Il peut également s’agir de points de collecte pour les camions des municipalités (MD).

49 Chachareada (Mexique) : séparation des matériaux revendables dans le camion de collecte des déchets effectuée par les pre-penadores ou recolectores (Castillo, 1998) (MNC).

50 Chanchería (Amérique andine) : local où sont élevés des porcs nourris avec les déchets organiques. Cette activité illégale est considérée comme la plus dangereuse sur le plan sanitaire (MD).

51 Discarica (Italie) : il s’agit du terme pour indiquer des décharges contrôlées. Le lieu où sont stockés et enfouis les déchets indifférenciés qui n’ont pas fait l’objet de recyclage ou de valorisation. La réglementation italienne en matière de décharges (décret législatif du 13 janvier 2003, n. 36) a transposé la directive européenne 99/31/CE qui prévoit trois types différents de décharges : pour déchets inertes, pour déchets non dangereux parmi lesquels les déchets urbains et le troisième type pour déchets dangereux. Selon la loi la mise en décharge de déchets non triés doit être évitée. L’enfouissement en décharge est une méthode encore assez développée en Italie. En effet, à peu près 42 % des déchets sont encore enfouis avec de fortes disparités entre les régions, au nord par exemple une plus grande présence d’incinérateurs fait descendre ce pourcentage à 22 % (CC).

52 Ecocentro (Italie) : site de récupération, de tri et de recyclage d’objets usagés qui associe à la fois les fonctions de déchetterie et de la ressourcerie (CC).

53 Intermediarios (Mexique) : entrepôts de revente de matériaux qui font le lien entre barrenderos, pre-penadores et pepenadores et l’industrie du recyclage. Ils peuvent appartenir à un leader, ou cacique, qui oblige alors les récupérateurs sous sa dépendance à y vendre le produit de leur récupération pour conserver leur emploi (Florisbela dos Santos, Wehenpohl, 2001). En Argentine, ils constituent une charnière entre l’activité formelle et l’activité informelle (Reynals, 2005), entre le récupérateur et le marché. Certains entrepreneurs, également appelés depositeros ou galponeros (Suarez, 2011), s’assurent une clientèle captive en louant des chariots de collecte aux cartoneros, en assurant leur transport en camion et en leur fournissant aide matériel et soutien en cas de maladie (MNC).

54 Isola ecologica (Italie) : aire clôturée et surveillée, équipée pour la collecte des déchets, aménagée dans de nombreuses villes italiennes. Les citadins peuvent y apporter les déchets qui ne sont pas éliminés par le système de collecte normal, tels que les déchets encombrants ou dangereux. L’utilisation principale est donc d’éviter la mise en décharge, afin de récupérer les matières recyclables. C’est l’équivalent de la déchetterie en France (CC).

55 Jiddere (Nord du Cameroun) : en dialecte fulfulde, tas d’ordures, terme issu du verbe jiddugo, « entasser » (Noye, 1989). Érigés dans certaines grandes chefferies tchadiques, mais aussi peules, de la plaine du Diamaré (Extrême-Nord du Cameroun) devant les concessions des chefs, afin de signaler l’ancienneté de la chefferie sur le sol, la richesse du chef en biens et en hommes, mais aussi de maîtriser divers forces occultes s’en dégageant, notamment, les esprits des lieux venus y élire domicile. En milieu urbain, grands dépotoirs définis dans les espaces collectifs, fréquemment devant les concessions des chefs de quartier afin que ceux-ci en contrôlent l’expansion, mais aussi dans les espaces vacants (EG).

56 Leeda (Nord du Cameroun) : terme entré en dialecte fulfulde via le hausa, issu de l’anglais leather, cuir (Seignobos, Tourneux, 2002). Désigne les sacs plastique noirs, blancs et transparents (qualifiés aussi d’« écailles » en français local), importés en masse du Nigéria voisin depuis le début des années 1990, et diffusés gratuitement sur les marchés du Nord du Cameroun à la fois pour emballer les achats, mais aussi comme unités de mesure et de conditionnement pour certaines denrées vendues en petites quantités (condiments, sucre, lessive, etc.) (EG).

57 Madfan (Égypte) : de dafana, creuser la terre, mettre sous terre ; désigne les décharge officielles (LD).

58 Madfan sahy (Égypte) : désigne les décharges sanitaires (LD).

59 Mahata naql (Égypte) : littéralement « stations de transport, stations de transfert » mises en place par les entreprises privées (LD).

60 Maqalb (Égypte) : de qalaba, renverser ; désigne en Égypte les décharges non officielles ou non sanitaires (LD).

61 Nbuuwri (Nord du Cameroun) : en dialecte fulfulde, déchets domestiques, littéralement « balayures », terme issu du verbe wuuwgo, balayer (Parietti, 1998). Résidus d’activités quotidienne et du balayage de la concession, stockés dans un récipient usagé dans un coin reculé du domicile et évacués régulièrement dans l’espace public sur le tas ou le bac à ordures le plus proche et, plus récemment, donné directement aux éboueurs dans le cadre de la collecte en porte-à-porte (EG).

62 Negocio de la viñería, negocio de la viruta (Mexique) : « affaires d’argent », expressions désignant la revente des matériaux à l’entrepôt (Castillo, 1994) (MNC).

63 Pesaderos (Mexique) : entrepôts de revente de matériaux (MNC).

64 Quema (Buenos Aires) : expression désignant la décharge municipale de Buenos Aires de 1871 à 1977. Le site a glissé le long du cours d’eau Riachuelo, dans les quartiers méridionaux de la ville. Les déchets y étaient déversés et partiellement incinérés à l’air libre afin de réduire leur volume. Le terme désigne toujours les décharges à ciel ouvert des banlieues métropolitaines (MNC).

65 Relleno sanitario (Amérique andine) : la décharge contrôlée. Il s’agit de décharges où les déchets enfouis sont contrôlés à travers la mise en place de géo-membranes, la récupération des lixiviats et des biogaz, sur le modèle des centres d’enfouissement techniques. Depuis le début des années 2000, leur nombre augmente dans les grandes villes d’Amérique andine (MD).

66 Salte (Nord du Cameroun) : terme générique et polysémique désignant tant les déchets domestiques que la poussière, les tâches sur les habits, la transpiration, etc. (Tourneux, 2007). Le mot est introduit sous l’administration coloniale française par emprunt au français « saleté » et n’a pas d’équivalent strict dans le fulfulde, ni la plupart des langues locales (EG).

67 Voirie (Cameroun) : terme de français local désignant le dépotoir, introduit sous l’administration coloniale française à partir de 1918, d’après un terme employé dans un sens équivalent en France du XVIe au XXe siècle (EG).

68 Tiradero (Mexique, Chili) : de tirar, jeter, terme employé pour désigner une décharge (MNC).

LE TRAVAIL, LES OUTILS ET LES FORMES D’ORGANISATION

  • 1 Sur Émile Atget, voir http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=838 (c (...)

69 Biffer (France) : chiffonnage ou activité de ceux qui récupèrent, revendent, réemploient, recyclent les rebuts des grandes villes. La biffe des chiffonniers existe depuis que les déchets urbains existent (Barles, 2005). Entre 1899 et 1913, Émile Atget est le premier à photographier les biffins de la zone, à Paris, qui vivent de la récupération et de la revente dans leurs cabanes et roulottes1. Cette activité perdure aujourd’hui et constitue un indicateur des conditions de vie : le développement actuel des marchés de l’occasion suit assez fidèlement la courbe de la pauvreté, car ceux qui vendent et achètent de la biffe sont majoritairement en dessous du seuil de pauvreté (Rullac, Bazin, 2012) (BF).

70 Bidone : poubelle. Dans le langage courant, ce terme désigne également un sale tour, une escroquerie à l’image du film Il Bidone de Federico Fellini (CC).

71 Charkat (Égypte) : désigne les sociétés privées, aussi bien les entreprises privées internationales que les entreprises égyptiennes et les entreprises formelles des zabbâlîn (LD).

72 Charkat agnabeyya (Égypte) : désigne les entreprises privées étrangères, en fait exclusivement italiennes et espagnoles, qui ont été en charge de la collecte des déchets au Caire à partir de 2002 par la délégation de service dans le cadre de la signature de partenariats public-privé (BF).

73 Collecte en porte-à-porte (Cameroun) : système de collecte des déchets domestiques instauré par la société privée Hysacam dans toutes les grandes villes camerounaises, consistant en la collecte quotidienne ou pluri-hebdomadaire des déchets, maison par maison, sortis par chaque famille au son du klaxon du camion benne (EG).

74 Coopérative (Amérique latine) : une minorité des récupérateurs urbains est rassemblée sous la forme légale de la coopérative – 10 % au Brésil (Villanova), 2 % à Buenos Aires. Lorsqu’il est organisé collectivement, le travail de récupération des déchets adopte souvent la forme légale de la coopérative. Dans le but de formaliser le travail des récupérateurs et de mieux encadrer ces derniers, les institutions urbaines et nationales ont encouragé le développement de cette forme entrepreneuriale en raison de la simplicité de sa mise en uvre et de sa souplesse face à l’informalité. Or, pour ces mêmes raisons, elle peut s’avérer très volatile. La coopérative est aussi supplantée par d’autres formes d’organisation, comme le syndicat de pepenadores élaboré à Mexico dès 1949 par le leader Rafael Gutierrez Moreno. Ces autres modalités d’organisation soulignent les limites de la forme coopérative : ni entrepreneurs, ni ouvriers, les récupérateurs ont souvent des difficultés à se faire représenter par les dispositifs syndicaux existants. Parfois, elle est donc adoptée pour avoir droit à certains avantages et ouvrir à des négociations avec les institutions formelles, mais peut fonctionner comme une coquille vide, ses membres étant captés par d’autres structures plus anciennes de représentation, comme les syndicats ouvriers (MNC).

75 Crochet (France) : outil simple et efficace, il permet au chiffonnier une ergonomie de travail alliant rapidité et souplesse et participant à l’image d’Épinal du « chevalier du crochet ». Le ramassage ainsi que le triage se réalisent donc à l’aide du crochet, qui peut aussi être utile quand il s’agit d’attraper le premier une bonne prise de chiffons, qui a donné l’expression « se battre comme des chiffonniers » (JBB). Notons que cette technique du crochet se retrouve aujourd’hui dans de nombreux autres pays du monde : à Istanbul, par exemple, les récupérateurs informels de rue ont confectionné des crochets de deux mètres de long pour fouiller dans les containers enterrés par la municipalité (BF).

76 Gama’eyya al-ta’âouneyya (Égypte) : signifie littéralement « coopérative », mais désigne parfois les sociétés de chiffonniers constitués en entreprises dans les documents contractuels qui les lient aux autorités (LD).

77 Hotte (France) : c’est le second équipement indispensable du chiffonnier qui pique ses trouvailles pour les reverser derrière son dos. En effet, ce panier d’osier porté dans le dos peut contenir de véritables trésors et Louis Paulian (1910) faisait la description de son usage : « Sur son dos, il porte une hotte énorme, qui dans l’argot du métier s’appelle le cachemire d’osier. Quand la hotte sera pleine, la journée sera terminée et certain d’avoir à manger pendant douze heures. » (JBB) La hotte est la version ancienne des sacs de jute ou en plastique tressé épais qui servent à de nombreux chiffonniers dans les pays du Sud (BF).

78 Khaskhasa (Égypte) : signifie littéralement « privatisation » et désigne, au Caire, la délégation de service de gestion des déchets à des sociétés privées. Le terme, très employé par les médias, à partir de 2002, lors des nombreuses « crises des déchets » est cependant impropre puisqu’il n’y avait pas à proprement parler un service public qui aurait été privatisé (BF & LD).

79 Mondezza (Italie) : terme commun pour indiquer les ordures et les déchets domestiques. Cf. également spazzatura (CC).

80 Mouta’hed (Égypte) : sous-traitant de contrat (ta’had) ; désigne les zabbâlîn sous-traitants des entreprises ou les zabbâlîn directement engagés dans une relation contractuelle avec les autorités (LD).

81 Qimâmât/moukhalafât/noufeyyât (Égypte) : désigne les déchets. Les racines de ces différents mots renseignent sur la perception anthropologique du déchet en renvoyant alternativement au processus d’exclusion ou à la valeur du matériau. Qimâmât, de la racine qîma qui signifie « apogée », « cime », « point culminant », renverrait au processus de fin, de la même façon que moukhalafât issu de la racine khalafa qui signifie « laisser derrière soi ». Noufeyyât caractérise à la fois le processus et la valeur de l’objet puisque sa racine nafa signifie « bannir », « rejeter ». Le mot le plus couramment utilisé concernant les déchets dans le langage courant du secteur est plutôt moukhalafât que l’on caractérise moukhalafât el-solba (« déchets solides »), moukhalafât al-tibeyya (« déchets hospitaliers »), etc. (LD).

82 Peson (France) : ou krog poueser, appareil qui permet grâce à un ressort, dont l’allongement traduit la mesure du poids, la vente et l’achat des matières récupérées. Les pesons doivent indiquer précisément avec leur graduation le poids à un intervalle de quelques centaines de grammes afin de réaliser une transaction honnête. Ce mécanisme technique est ainsi le fondement du mécanisme financier lui succédant et comme le chiffonnier tire son revenu sur la culbute entre l’achat de matières et la vente, le poids des matières représente le nerf de la guerre de la récupération (Bahers 2012) (JBB).

83 Raccolta differenziata (Italie) : terme indiquant le tri selectif (CC).

84 Recyclage (France) : jusqu’aux années 1990, on parle de récupération pour qualifier ce qui est aujourd’hui le recyclage ; le terme se stabilise à partir des années 1990 et définit le processus de requalification des déchets en matières premières secondaires reposant sur une logique industrielle et marchande (Bertolini, 2000) (BF).

85 Réemploi (France) : à la suite de la directive européenne de 2008 sur le recyclage, le mot « réemploi » apparaît, la France s’engageant à la mise en uvre de plans et programmes de prévention de déchets et à la promotion du réemploi à savoir ce qui vise à transformer une partie de ce qui était jusqu’alors considéré comme « déchets » en « ressources ». L’ADEME, dans son « glossaire déchets », le définit ainsi : « Toute opération par laquelle un bien usagé, conçu et fabriqué pour un usage particulier, est utilisé pour le même usage ou un usage différent. » (BF)

86 Rifiuto (Italie) : terme plus technique que mondezza pour définir le déchet. Mais le mot est utilisé également dans le sens de refus, rejet (CC).

87 Spazzatura (Italie) : ordures, déchets domestiques (CC).

88 Spazzino (Italie) : travailleur employé dans le secteur de la propreté urbaine (éboueur). On le désigne également comme netturbino (terme qui dérive de la locution nettezza urbana, propreté urbaine) ou operatore ecologico. Il peut effectuer des tâches diverses, allant du nettoyage de la rue à la main – à l'aide de balais ou de moyens mécaniques appropriés – à la collecte en porte-à-porte, en passant par la collecte de déchets solides municipaux réalisée avec des camions-bennes. Parfois, ils conduisent les camions de ramassage. Selon le site Guide au monde de professions, pour être operatore ecologico, il n’est pas nécessaire d’être titulaire d’un diplôme d’étude spécifique, mais il est essentiel de détenir des capacités de travail en équipe, un esprit d’observation et une bonne santé (CC).

89 Ta’âouna (Égypte) : signifie « coopérative » et fait aussi référence aux nouvelles formes d’organisation post-révolutionnaires que les zabbâlîn au plus bas de la hiérarchie de la communauté envisagent de constituer afin d’avoir plus de place dans la gestion formelle des déchets (LD).

90 Warcha (Égypte) : atelier, mot utilisé par les chiffonniers pour désigner les lieux où ils trient et recyclent les déchets dans les zarâyeb (LD).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balzac Honoré de, 1841 et 1847, La comédie humaine, BnF.

Barberet Joseph, 1887, Monographies professionnelles, 1887, Paris, Berger-Levrault, t. 4 : « Les chiffonniers », p. 59-104.

Bertolini Gérard, 2000, Le marché des ordures : économie et gestion des déchets ménagers, Paris, L’Harmattan, 206 p.

Bahers Jean-Baptiste, 2012, Dynamiques des filières de récupération-recyclage et écologie territoriale : l’exemple du traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) en Midi-Pyrénées, Thèse de doctorat en géographie et aménagement sous la direction de M.-C. Jaillet et A. Rouyer, Université Toulouse II-Le Mirail, 491 p.

Barles Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 297 p.

Castillo Berthier Hector, 1994, Estructura de poder de los comerciantes mayoristas de abarrotes de la Ciudad de Mexico, Mexico, UNAM, 138 p.

De Lucca Reis Costa Daniel, 2007, « Márgenes en el centro. Calle, catación y basura en el centro de Sao Paulo », dans Schamber P. J., Suarez F. M. (éd.), Recicloscopio. Mirada sobre recuperadores urbanos de residuos América Latina, Buenos Aires, Prometeo, UNLa, UNGS, p. 47-61.

Dias Sonia Maria, 2009, Trajetórias e memórias dos fóruns Lixo e Cidadania no Brasil : experimentos singulares de justiça social e governança participativa, Thèse de doctorat en science politique, Faculté de philosophie et sciences humaines, Université fédérale de Minas Gerais,391p.,http://www.inclusivecities.org/wp-content/uploads/2012/07/Dias_TESE_Final_2009.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Faure Alain, 1977, « Classe malpropre, classe dangereuse ? Quelques remarques à propos des chiffonniers parisiens au XIXe siècle et de leurs cités », Recherches, no 29 : « L’haleine des faubourgs », p. 79-102.

Florisbela Dos Santos Anna Lucia, Wehenpohl Günther, 2001, « De pepenadores y tiradores. El sector informal y los residuos sólidos municipales en México y Brasil », Gaceta Ecológica, p. 70-80.

Guiot Daniel, 1986, Chiffonniers et récupération, Mémoire de maîtrise d’urbanisme, Institut français d’urbanisme, Paris 8.

Noye Dominique, 1989, Dictionnaire foulfouldé, Garoua/Procure des Missions, Paris, P. Geuthner, 425 p.

Paulian Louis, 1910, La hotte du chiffonnier, BnF.

Privat d’Anglemont Alexandre, 1861, Paris inconnu, Paris, A. Delahays, 283 p.

Reynals Cristina, De cartoneros a recuperadores urbanos, Centro de Empreendedorismo Social e AdministraçaÞo Em Terceiro Setor da FundaçaÞo Instituto de AdministraçaÞo, Universidad de São Paulo De Brasil, http://desarrollourbano.caf.com/publicaciones/?type=saneamiento_ambiental (consulté le 31 octobre 2014).

Rullac Stéphane, Bazin Hugues et al., 2012, Étude qualitative portant sur les conditions de vie des biffins en Île-de-France, Rapport réalisé pour la région Île-de-France, http://sud.hypotheses.org/1153 (consulté le 31 octobre 2014).

Seignobos Christian, Iyebi-Mandjek Olivier, 2004, Atlas de la province de l’Extrême-Nord du Cameroun, Paris, IRD Éditions.

Silguy Catherine de, 1996, Histoire des hommes et de leurs ordures du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 225 p.

Suárez Francisco, 2011, Residuos, territorios, representaciones e identidades. Una mirada sociocultural de los sitios de disposición y de los circuitos de recuperación de residuos Sólidos Urbanos en Buenos Aires, Thèse de doctorat en anthropologie, Universidad de Buenos Aires, 325 p.

Tourneux Henry (avec la collaboration d’Abdoulaye Boubakary, Konaï Hadidja, Ousmane Fakih), 2007, Dictionnaire peul du corps et de la santé (Diamaré, Cameroun), Paris, Karthala/OIF.

Notes

1 Sur Émile Atget, voir http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=838 (consulté le 31 octobre 2014).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search