Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie II. Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

La valorisation des déchets urbains à Sfax (Tunisie) : entre réformes politiques et récupération informelle

Luisa Moretto et Mustapha Azaitraoui

Texte intégral

1Les approches de la gestion des services urbains dans les pays en développement ont connu de profondes mutations découlant des réformes des services publics, liées à des procédures – très variées d’un pays à l’autre – de décentralisation, libéralisation, privatisation, démocratisation et processus participatifs (Jaglin, Zerah, 2010). En ce qui concerne les déchets urbains, ces changements s’inscrivent dans la modernisation de la gestion du service mise en œuvre par les pays en développement dans les deux dernières décennies, souvent en référence aux modèles occidentaux basés sur des approches centralisées et techniques de la collecte et du traitement des déchets, déployées à l’échelle de l’agglomération (Spaargaren et al., 2005). Cependant, dans ces pays en développement, la modernisation de la gestion des déchets urbains solides ne s’effectue pas sur un terrain vierge : elle doit prendre en compte une multitude d’acteurs privés, représentés essentiellement par des individus ou des micro-entreprises et appartenant fréquemment au secteur informel. Or, ces acteurs occupent déjà les créneaux de la collecte, de la valorisation et du recyclage des déchets (Spaargaren et al., 2005 ; Wilson et al., 2006 ; UN-Habitat, 2010 ; Scheinberg et al., 2011).

2La Tunisie n’échappe pas à cette vague de modernisation des services publics et de la gestion des déchets, pas plus qu’à la présence d’un large et complexe tissu d’acteurs, formels et informels, qui font de la valorisation des déchets leur activité économique principale. En effet, d’une part, ce pays poursuit depuis une vingtaine d’années un processus de modernisation incluant une meilleure planification de la collecte, des investissements importants au niveau de la fermeture des décharges sauvages et de la réalisation de décharges régionales, auxquels s’ajoutent des projets de traitement et valorisation des déchets, ainsi que des réformes des dispositifs organisationnels. (Sweep-Net, 2010). D’autre part, en Tunisie, et à Sfax en particulier, terrain d’étude de cette recherche, le secteur de la valorisation des déchets connaît une prolifération d’initiatives privées qui vont de la simple collecte des déchets en ville ou dans la décharge (activité généralement informelle) à une organisation hétéroclite de grossistes, entreprises et usines travaillant dans le recyclage. La gestion des déchets urbains s’organise donc à la fois à partir d’un modèle public et formel, qui propose une approche centralisée, et à partir de plusieurs dispositifs autonomes, privés et « décentralisés », qui ont des composantes aussi bien formelles qu’informelles. Ce sont d’ailleurs ces systèmes composites, hybrides ou « mélangés », que l’on retrouve également dans d’autres services urbains en Tunisie, comme le secteur de l’eau potable (Bennasr, Verdeil, 2009), ou dans d’autres pays des Suds.

3Dans ce contexte, nous proposons ici d’analyser ces deux modèles de gestion des déchets – et en particulier celui de la valorisation – et d’étudier les modalités de leur cohabitation et articulation, en nous appuyant sur la théorie des modernised mixtures qui vise à dépasser la dichotomie entre systèmes centralisés et décentralisés, tout en optimisant les avantages de l’un et de l’autre :

Quand l’on emploie le concept de modernised mixtures, on laisse de côté la dichotomie (pour nous fausse) entre solutions centralisées, à large échelle et high-tech, d’un côté et les solutions décentralisées, appropriées, à petite échelle et basse technologie, de l’autre. À la place d’opposer paradigmes centralisés et décentralisés, le meilleur des deux doit être combiné dans des nouvelles configurations qui utilisent la performance accessible et à bas coût des systèmes décentralisés aussi bien que les économies d’échelle et les caractéristiques de densité/capacité des systèmes centralisés urbains. (Spaargaren et al., 2005, 5-6.)

  • 1 Celle-ci tient compte des effets collatéraux sur la société de la modernisation technoéconomique e (...)

4En particulier, G. Scheringen et al. (2011) soulignent comment les modernised mixtures s’inscrivent dans le courant de pensée de la « modernisation réflexive1 » et se référent, en conséquence, à des complexes socio-techniques d’infrastructures, institutions et systèmes de payements qui combinent des modèles centralisés, hautement technologiques et à large échelle, avec des modèles à une plus petite échelle, décentralisés, moins technologiques et plus participatifs.

  • 2 En parlant des services urbains liés à la gestion des déchets solides, nous faisons référence à de (...)

5L’analyse des systèmes socio-techniques2 de gestion et valorisation des déchets urbains à Sfax a pour objectif de s’interroger sur les questions suivantes : quelles informations offre l’étude des modernised mixtures sur les modalités de prise en charge des différents types de déchets urbains ? Quelle est l’influence des réformes publiques tunisiennes dans la gestion et la valorisation des déchets, tant d’un point de vue de leur organisation « officielle » que du point de vue des acteurs privés qui y participent par leurs activités ? Quel rôle joue le secteur informel dans la valorisation des déchets ? Et, enfin, quelles sont les limites des relations entre acteurs formels et informels dans les filières de la valorisation ?

CADRES NORMATIFS ET INSTITUTIONNELS DE LA GESTION ET DE LA VALORISATION DES DÉCHETS EN TUNISIE

Cadre institutionnel de la gestion des déchets en Tunisie

6Depuis les années 1990, la question de la gestion des déchets, et en particulier des ordures ménagères, est devenue une des préoccupations principales de la politique environnementale tunisienne (CWBI, 1999 ; Banque mondiale, 2004 ; Haouaoui, Loukil, 2009 ; Sweep-Net, 2010). Les réponses apportées se sont concrétisées par la constitution, en 1993, du PRONAGDES (Programme national de gestion des déchets solides) dont la fonction est de doter le pays de l’infrastructure nécessaire au traitement des déchets domestiques, industriels, toxiques et dangereux et de proposer des solutions pour la réduction des déchets et de leur nocivité. Le PRONAGDES prévoit aussi des projets ambitieux d’aménagement de décharges contrôlées dans les chefs-lieux des gouvernorats et dans les grandes zones touristiques, la réhabilitation ou la fermeture des décharges sauvages et la réalisation de centres de traitement. À ceci s’ajoute la formulation de cadres légaux particuliers pour des types de déchets spécifiques qui aboutissent, en 1997, au lancement de la première filière de récupération des déchets plastique, Eco-Lef, qui vise la reprise et la valorisation des emballages en plastique.

7Malgré les efforts déployés par les responsables tunisiens, jusqu’en 2005, il semble que la gestion de déchets ne fasse pas l’objet d’une vision stratégique globale :

D’une manière générale, il n’existe pas un système standard de gestion des déchets commun à l’ensemble du pays. En effet, cette pratique dépend essentiellement des municipalités, et donc des moyens qu’elles peuvent mettre en place [et qui proviennent de la fiscalité locale]. (CWBI, 1999.)

8D’un point de vue institutionnel, en Tunisie, malgré l’implication de nombreux intervenants dans le domaine des déchets (organismes publics, sociétés privées, ONG, etc.), l’acteur principal de la gestion des déchets ménagers – non dangereux et non industriels – était principalement l’ANPE (Agence nationale de la protection de l’environnement). Celle-ci était responsable de la gestion du PRONAGDES, par le biais de son département déchets solides créé en 1996, ainsi que du programme Eco-Lef, et de la coordination entre les collectivités publiques et les opérateurs privés. Par ailleurs, les communes ont la responsabilité directe de la gestion des déchets ménagers au niveau local, selon la loi organique des communes 95-68 : ramassage, tri, traitement, enlèvement, enfouissement des ordures dans des dépotoirs contrôlés. Les communes sont libres, également, de confier les opérations de collecte, d’élimination et de traitement à des entreprises publiques ou privées.

La filière de récupération Eco-Lef, par L. Moretto et M. Azaitraoui
Eco-Lef est la première filière de récupération d’une typologie spécifique de déchets en Tunisie qui a bénéficié d’un cadre légal (décret 97-1102 du 02/06/1997). Cette filière de gestion des déchets profite d’un système public de reprise et de valorisation des emballages en plastique (bouteilles d’eau et canettes de boissons gazeuses, films, sachets et bouchons).
Depuis janvier 1998, tout producteur et tout distributeur qui commercialise des sacs ou des produits emballés est tenu de pourvoir à la reprise de ses sacs et emballages utilisés en vue de les réutiliser ou de les valoriser. Actuellement la quasi-totalité des industriels conditionneurs d’eau, de boissons gazeuses, de jus et de dérivés du lait ont adhéré au système Eco-Lef. Un réseau de points Eco-Lef de collecte et transfert des déchets d’emballage a été mis en place notamment dans les grandes villes (CWBI, 1999).
Les financements nécessaires pour la gestion du système Eco-Lef proviennent de deux sources principales : la taxe pour la protection de l’environnement qui est prélevée sur les matières premières en plastique importées, mais également des contrats d’adhésion signés par les producteurs des produits emballés au profit de l’ANGed. L’ANGed achète donc le plastique à 500 millimes le kilo (0,25 €) aux micro-entreprises du réseau Cheb et en le revendant à des sociétés de recyclage avec qui l’ANGed a établi une convention de partenariat, à 100 millimes le kilo (0,05 €). À Sfax, en 2010, ces entreprises de recyclage étaient au nombre de 19.

9En 2005, la préoccupation pour la propreté et la gestion efficace de déchets en Tunisie se concrétise avec la création de l’ANGed, émanation directe du MEDD (ministère de l’Environnement et du Développement durable) : cette entreprise publique, sous tutelle du ministère de l’Environnement, participe à l’élaboration des programmes nationaux de gestion des déchets ; elle gère les systèmes publics relatifs à la gestion des déchets ainsi que des infrastructures relatives aux déchets industriels et spéciaux. Elle est également chargée de promouvoir le partenariat entre tous les intervenants : collectivités locales, secteur industriel et privé, mais aussi de promouvoir les systèmes et les programmes de collecte, de recyclage et de valorisation des déchets. Elle assiste les communes et les industriels dans le domaine de la gestion durable des déchets et prépare et exécute les programmes de sensibilisation, notamment en collaboration avec les associations environnementales.

Institution

Responsabilités et fonctions

Niveau national

Ministère de l’Environnement et du Développement durable

Élaboration et conduite de la politique nationale en matière de protection de l’environnement.
Élaboration des réglementations concernant la protection de l’environnement (y compris la gestion des déchets).
Supervision de la budgétisation des plans ; programmes et actions entrepris par l’organe de mise en œuvre.

Ministère de l’Intérieur et du Développement local

Autorité de tutelle des communes ; assure le suivi de leurs activités et la gestion des budgets relatifs aux équipements et moyens de collecte des déchets.

Agence nationale de gestion des déchets (ANGed)

Participation à l’élaboration de la stratégie et des programmes nationaux en matière de gestion des déchets solides.
Réalisation pour le compte de l’État des projets et investissements en la matière.
Gestion des déchets industriels et dangereux.
Développement des compétences, suivi et contrôle dans le domaine de la gestion des déchets.
Contrôle et supervision des décharges contrôlées (avec délégation de la gestion et de l’exploitation à des opérateurs privés).

Agence nationale de protection de l’environnement (ANPE)

Contrôle et veille à l’application de la réglementation en matière de gestion des déchets.

Ministère des Finances

Participation à l’élaboration et à la mise en place des instruments de financement de la gestion des déchets et au recouvrement des diverses taxes afférentes.

Ministère de la Santé publique

Assure le contrôle et la gestion des déchets des établissements de soin.

Ministère de l’Industrie et de la Technologie

Participe à l’élaboration et à la conduite des programmes filières huiles usagées et piles et accumulateurs.

Niveau local

Communes

Gestion des budgets relatifs à la gestion des déchets.
Participation à la collecte des taxes locales.
Élaboration de circulaires locales.
Collecte et acheminement des déchets ménagers vers les centres de transfert ou décharges municipales (avec possibilité de délégation à des sous-traitants).

Tableau 1. Cadre institutionnel de la gestion des déchets en Tunisie.
[Source : tableau adapté de Sweep-Net (2010, 46).]

10Du point de vue institutionnel, la création de l’ANGed entraine une réorganisation des responsabilités dans la gestion des déchets, actuellement distribuées comme indiqué à la page précédente (tableau 1). L’ANGed reprend, d’un côté, les responsabilités de la mise en uvre de la stratégie nationale de gestion des déchets, auparavant compétence de l’ANPE et, de l’autre, une partie des compétences des communes, notamment la partie du cycle de gestion des déchets qui va du centre de transfert à l’enfouissement en décharge contrôlée. Dans la pratique, si la collecte dépend des municipalités, l’enfouissement est actuellement géré par l’ANGed qui attribue des concessions aux entreprises privées (Dhuy, 2012a). Avec l’établissement de l’ANGed, un nouveau PRONGIDD (Programme national de gestion intégrée et durable des déchets) est initié pour la période 2007-2016, prolongement du PRONAGDES (MEDD, ANGed, 2006).

Approches institutionnelles de la valorisation des déchets ménagers solides

  • 3 L’article 2 de la loi-cadre 96-41 définit la valorisation comme « toutes les opérations tendant à (...)
  • 4 Le PRONGIDD définit quatre objectifs spécifiques de la nouvelle stratégie de gestion intégrée et d (...)

11La valorisation et le recyclage des déchets sont un des éléments fondateurs de la politique tunisienne de gestion des déchets. La loi-cadre 96-41 de 1996 fixe notamment le contexte de « la valorisation des déchets par la réutilisation, le recyclage et toutes autres actions visant la récupération des matériaux réutilisables et leur utilisation comme source d’énergie3 », tandis que l’annexe 2 de la loi 2001-14 du 30 janvier 2001 fournit les spécifications des cahiers des charges concernant le tri, la valorisation et le transport des déchets non dangereux. De plus, le traitement des déchets est un des quatre objectifs spécifiques de la nouvelle « stratégie de gestion intégrée et durable des déchets en Tunisie » pour la période 2006-20164 : la valorisation, l’élimination des déchets ultimes et le recyclage en constituent les indicateurs de suivi et d’évaluation. Cette nouvelle stratégie vise aussi à poursuivre

[…] le processus enclenché par le PRONAGDES, tout en renforçant les aspects de la prévention, de la valorisation et du recyclage des déchets et ceci dans le cadre d’un nouveau programme de gestion intégrée et durable des déchets PRONGIDD. (MEDD, ANGed, 2006.)

12La stratégie nationale 2006-2016 pour la gestion des déchets et la loi-cadre 96-41 offrent, par ailleurs, des éclairages sur les notions de valorisation et recyclage et sur la situation actuelle de ces opérations en Tunisie. Toutefois, ces documents présentent des incohérences du point de vue de la terminologie employée. Ainsi, dans la nouvelle stratégie de gestion des déchets, la valorisation est liée exclusivement au compostage de la matière organique présente dans les déchets ménagers et le recyclage est plutôt associé aux matériaux également issus des déchets ménagers mais aussi des filières de récupération. Par contre, dans la loi-cadre 96-41, le terme « valorisation » est plus large, incluant les opérations de récupération, de renouvellement et de transformation des déchets, aussi bien organiques que non organiques. Ici, nous emploierons le terme « valorisation » dans la formulation donnée par Un-Habitat (2010, 216) qui renvoie à la récupération, au stockage et à la transformation des déchets de manière à les faire rentrer dans un processus global qui en extrait et en récupère de la valeur.

13D’autre part, le cadre légal impose que les décharges contrôlées soit réservées au dépôt des déchets ultimes, ceux qui n’offrent plus de possibilités de valorisation : or, le MEDD et l’ANGed (2006) estiment que la valorisation de la matière organique des déchets ménagers n’atteindrait en réalité que 15 %, que le taux de recyclage des matériaux, également en provenance des déchets ménagers, n’atteint que 15 % également et, enfin, que le taux de recyclage pour les « filières Eco » varie entre 40 et 70 %. De plus, bien que le gouvernement tunisien ait récemment prévu l’augmentation du nombre de décharges – quatre en cours de construction et six à l’étude –, les dix contrôlées, actuellement en exploitation, ne peuvent accueillir qu’entre 77 % (Sweep-Net, 2010) et 90 % (MEDD, ANGed, 2006) de la production totale annuelle de déchets communaux non valorisés. Cependant, les décharges en cours de réalisation et à l’étude devraient permettre d’atteindre la couverture totale de l’ensemble du territoire tunisien.

  • 5 Cette donnée montre la sous-exploitation des déchets organiques qui représentent en Tunisie 68 % d (...)

14Dans le cadre de sa stratégie de valorisation et de recyclage des déchets, la Tunisie a consacré beaucoup d’efforts à mettre en place des filières de gestion des déchets qui concernent cinq produits spécifiques : les emballages (Eco-Lef), les huiles usagées (Eco-Zit), les filtres usagés (Eco-Filtre), les piles usagées (Eco-Piles) et les accumulateurs à plombs usagés (Eco-Batteries). Trois autres filières sont en cours de réalisation au sein de l’ANGed : les pneus, les déchets d’équipements électriques et électroniques et les véhicules hors d’usage (Makni-Siala, 2012). Cependant, malgré la présence de ces filières de récupération, d’un cadre réglementaire détaillé et d’une priorité donnée au secteur des déchets dans la politique environnementale nationale, le rapport Sweep-Net de 2010 sur la gestion des déchets solides en Tunisie relève que « la principale faiblesse de la gestion actuelle des déchets ménagers en Tunisie est le retard encore enregistré au niveau de la valorisation et recyclage » (Sweep-Net, 2010, 10). Le rapport souligne, d’une part, que le compostage n’arrive pas encore à dépasser le 0,5 % du vivier existant5, que la méthanisation des déchets organiques est défaillante et que certaines « filières Eco » (notamment pour les piles usagées) montrent des retards dans le fonctionnement. Le rapport identifie, d’autre part, la cause principale de ce retard : il est lié à la faiblesse de la disponibilité de la matière première et donc à l’inefficacité du tri à la source, dû principalement au « manque de conscience environnementale du citoyen tunisien ».

  • 6 Voir, par exemple, M. Ferchichi, 2008 et A. Makni-Siala, 2012 ; entretiens avec M. Loukil, 01/12/2 (...)
  • 7 Entretien avec M. Loukil, 11/03/2012.
  • 8 Cependant, la filière Eco-Lef ne recycle que les emballages plastique et non pas la totalité des d (...)
  • 9 Le rapport METAP (Banque mondiale, 2004) affirme que « l’ANPE développe des systèmes de collecte e (...)
  • 10 D’après notre entretien du 19 mai 2012 avec M. Choura, enseignant à l’ENIS, il semblerait que, à c (...)

15Ce qui ressort assez clairement des rapports sur la gestion des déchets solides en Tunisie (Banque mondiale, 2004 ; Sweep-Net, 2010) et dans le discours de l’ANGed6 est que la valorisation et le recyclage des déchets ménagers en Tunisie sont pris en charge par les pouvoirs publics – notamment l’ANGed – pour ce qui concerne les « filières Eco » mentionnées auparavant, tandis que les autres types de déchets ne sont pas encore investis. La priorité est mise sur la récupération des déchets de matières plastique via la filière Eco-Lef et peut se comprendre en raison de la quantité qui est produite en Tunisie7 : en effet, la part du plastique se situe au deuxième rang, avec 11 % de la production totale, même si loin derrière les déchets organiques8. Or, il faut noter que la part du papier et carton9 est également très importante avec 9 % de la production globale (Sweep-Net, 201010) bien que cette dernière ne fasse pas l’objet d’une prise en charge.

16Au-delà des raisons qui ont mené les pouvoirs publics à privilégier la filière de récupération du plastique, la valorisation et le recyclage des autres types de déchets solides ménagers (carton, papier, verre, fer, métaux non-ferreux, etc.) hors « filières Eco », sont actuellement laissés à des circuits qui s’organisent essentiellement autour d’opérateurs privés. Cependant, dans le cas de Sfax, présenté ci-dessous, nous verrons comment les différentes filières qui se mettent en place autour de ces déchets se caractérisent pas une imbrication et une articulation très fortes entre opérateurs publics et privés et entre circuits formels et informels.

ACTEURS, FILIÈRES ET MODERNISED MIXTURES DE LA RÉCUPÉRATION ET DE LA VALORISATION DES DÉCHETS À SFAX

17À Sfax, la gestion des déchets (récupération, valorisation et recyclage) se base sur un système qui mélange et articule de plusieurs manières, d’une part, réformes, acteurs publics et acteurs privés et, d’autre part, acteurs formels et informels de la récupération. Évoqué pour introduire notre propos, ce système de gestion des déchets est une forme de modernised mixtures dans la mesure où il combine le système institutionnel et formel de la gestion des déchets en Tunisie – stratégie centralisée de la part de l’État fondée sur la valorisation de certains matériaux et la mise en décharge des autres – à une multitude d’initiatives locales, privées et/ou informelles qui occupent les créneaux laissés vacants par l’approche centralisée.

18Faisant référence aux travaux de K. Van Koppen (2004) pour le dessin éco-industriel des déchets (biomasse), G. Spaargaren et al. (2005) adaptent le « triangle model » de K. Van Koppen au dessin des infrastructures pour les déchets et l’assainissement en Afrique de l’Est en proposant un triangle basé sur les dimensions : « actors – flows – socio-technologies ». L’analyse de la forme de « mixture modernisée » dans l’organisation des déchets à Sfax nécessite donc de prendre en compte trois dimensions pour comprendre – et à terme optimiser – le système de gestion des déchets : les acteurs, les filières et les systèmes sociotechniques qui dérivent des différentes articulations entre acteurs et filières.

  • 11 L’étude exposée ici se base sur un travail de recherches théoriques et de terrain réalisées dans l (...)

19Nous allons donc, tout d’abord, présenter les acteurs qui participent à la récupération, à la valorisation et au recyclage des déchets à Sfax, en soulignant leur statut (celui-ci sera qualifié : public-privé, formel-informel), leur activité principale dans les filières de gestion des déchets (récupération, valorisation ou recyclage), leur relation avec les autres acteurs de la gestion des déchets à Sfax, mais aussi leur localisation dans la ville. Ensuite, nous montrerons et décrirons les filières de récupération, valorisation et recyclage des déchets ménagers à Sfax. Enfin, l’analyse croisée des acteurs et des filières nous permettra d’identifier et de comprendre les systèmes socio-techniques qui seront étudiés selon leur forme de parallélisme et/ou mélange entre les divers acteurs et filières, selon les dichotomies formel-informel, public-privé. Sur la base des définitions données par A. Scheinberg et al. (2011), le terme « parallélisme » est ici employé pour identifier des options ou chemins concurrents pour des chaînons spécifiques d’une filière, dans les secteurs formels-informels et/ou public-privé. Au contraire, « interférence-articulation-association » sont employées pour les situations où les processus formels et informels et/ou les acteurs publics et privés sont intégrés ou se complètent dans la gestion des déchets11.

Acteurs locaux et nationaux de la gestion et valorisation des déchets

20Il paraît utile ici de distinguer les acteurs locaux qui interviennent dans la gestion de déchets à Sfax en agissant exclusivement dans la commune de Sfax (ou Grand Sfax) de ceux qui, par contre, se retrouvent également au niveau national.

La commune de Sfax12

  • 12 La commune de Sfax est composée de sept arrondissements (Medina, El Bostène, Sidi Mansour, Sfax-No (...)

21Acteur local de première importance, la commune est responsable du nettoyage des voiries ainsi que de la collecte des déchets et de leur acheminement jusqu’au centre de transfert de Thyna. À partir du centre de transfert, les déchets deviennent la responsabilité de l’ANGed qui les transporte à la décharge contrôlée.

  • 13 Les deux arrondissements dans lesquels la collecte est déléguée ont été choisis pour leur dimensio (...)
  • 14 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010 ; entretien avec M. Haddad, 11/03/2012 ; entreti (...)
  • 15 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

22Dans deux des sept arrondissements de Sfax (Sfax-Nord et El Bostène), la commune a délégué, depuis 1996, la collecte des ordures et le nettoyage des voiries à des sociétés privées locales13 ; le balayage des grands axes est également privatisé et opéré par des PME (Dhuy, 2012a). La délégation du service de collecte pour l’ensemble des arrondissements est prévue par la commune, mais semble ne pas être en mesure d’aboutir rapidement : ainsi, la délégation du service dans l’arrondissement R’bat, attendue pour l’année 2011, n’était pas encore entamée en 2012 à cause de l’opposition du syndicat des ouvriers14, mais également en raison des bouleversements dans la gestion publique liés à la révolution de 2010-2011. Pour ce qui concerne l’acheminement au centre de transfert, la municipalité prend en charge 20 % du coût de déchargement (soit 3,8 dinars tunisiens la tonne, environ 1,90 €) ; les 80 % restants sont pris en charge par l’ANGed tandis que le transport à la décharge contrôlée d’Agareb est effectué par sa société exploitante Segor15.

23La commune de Sfax, pour le moment, n’intervient pas directement dans la valorisation des déchets. À part les « filières Eco », qui sont gérées au niveau national par l’ANGed, l’activité prise en charge par le secteur public au niveau municipal est celle de la collecte et du transport au centre de transfert des déchets non triés. Il en résulte que la commune n’a pas de véritables relations de collaboration ou de compétition avec les autres acteurs de la valorisation des déchets, puisqu’il n’y a pas de superposition d’activité, sauf dans la phase de collecte des déchets comme illustré ci-après. Cependant, la commune est actuellement en train de produire son PCGD (Plan communal de gestion des déchets), ce qui apportera peut-être des changements dans l’approche de la valorisation.

Les décharges et centres de transfert à Sfax par E. Dhuy ( 2012a)
Une campagne d’éradication des 18 décharges sauvages a été initiée dans la région de Sfax, qui s’est dotée, en avril 2008, de 7 centres de transfert installés à Thyna, El Aïn, Sakiet Ezzit, Sidi Mansour, Jebeniana, Menzel Chaker et Mahrès, ainsi que d’une décharge régionale contrôlée aménagée à El Gona, localité située à 20 km de la ville de Sfax. L’ANGed est responsable, à Sfax, de la fermeture et de la réhabilitation des anciennes décharges, de la mise en place de la décharge contrôlée, des centres de transfert et d’un centre de réception des déchets dangereux. Les lieux de collecte et d’élimination des déchets à Sfax se composent du centre de transfert de Thyna, juxtaposé à l’emplacement de l’ancienne décharge publique, de la décharge intercommunale contrôlée et de la décharge de déchets inertes.
L’ancienne décharge municipale, non contrôlée, s’étendait sur 20 hectares à Thyna, à 7 km du centre-ville de Sfax, au sud du terril de phosphogypse de la SIAPE. Environ 80 % des déchets solides des communes du Grand Sfax y étaient déversés, les 20 % restants l’étaient dans des sites de dépôt illégaux. La décharge accueillait les ordures ménagères du Grand Sfax, des déchets artisanaux et industriels assimilés ou non, des déchets hospitaliers non traités ni conditionnés, des boues et produits de dégrillage de la station d’épuration voisine, d’autres déchets polluants tels que les récipients ayant contenu des hydrocarbures ou des solvants, des piles, des pneus, etc. En service depuis 1965, l’ancienne décharge était surchargée et située sur un terrain concentrant une multitude d’autres sources de pollution : rejets liquides et solides de la SIAPE (usine de transformation de phosphates en engrais), bassins de stockage des margines (issus de l’extraction d’huile d’olive et peu dégradables), station d’épuration, ainsi que des salines produisant 400 000 tonnes de sel par an, destinées à l’exportation. Cette ancienne décharge a été réhabilitée : un terrassement a été effectué et un appel d’offre lancé pour un projet d’aménagement d’un espace vert.
En ce qui concerne les centres de transfert, il en existe 7 dans le gouvernorat de Sfax, dont deux sont destinés à accueillir les déchets de Sfax : le centre de transfert de Thyna reçoit 40 % des déchets de la commune, tandis que le reste est acheminé vers le centre de transfert de Sidi Mansour au nord de la ville. Le centre de transfert de Thyna est juxtaposé à l’ancien emplacement de la décharge municipale sauvage de Sfax. À l’entrée du centre de transfert, les véhicules de collecte de la municipalité et des sociétés privées de collecte sont enregistrés et pesés au moyen d’un pont bascule ; ils déversent ensuite leur chargement dans des caissons de 30 m ³ (10-11 tonnes) qui, une fois remplis, sont chargés et évacués par les véhicules de traction de l’ANGed jusqu’à la décharge contrôlée à Agareb. Le centre de transfert de Thyna n’accepte pas les déchets des industriels, qui doivent les acheminer directement à la décharge contrôlée ou bien au centre de transfert de Sakiet Ezzit.
La décharge contrôlée de Sfax est située au sein de la réserve forestière naturelle d’El Gonna, à 20 km à l’ouest de la ville. Elle est exploitée par le groupe Sita Dectra/Segor. L’exploitation est axée sur un investissement dans la valorisation, avec notamment l’extraction de méthane et le traitement des lixiviats – « jus » des déchets. L’ANGed y amène les déchets communaux déposés aux centres de transfert par les camions de collecte des municipalités et des micro-entreprises ; les sociétés privées y apportent directement leurs déchets. Aucun tri n’y est effectué et, en l’absence de programme de séparation à la source, des déchets recyclables y sont enfouis, alors qu’ils pourraient être récupérés. Des déchets hospitaliers continuent d’être amenés à la décharge contrôlée, ce qui pose des problèmes au niveau du traitement, mais ce qui représente surtout un danger pour les ouvriers des centres de transfert. Un centre de transfert des déchets spéciaux est en construction près de la décharge contrôlée.
La décharge de déchets inertes, quant à elle, est située à proximité du port de pêche de Sfax et couvre une surface de 10 ha environ ; seuls les déchets inertes peuvent y être enfouis : matériaux de construction, gravats, etc. Toutefois, la décharge reçoit également des déchets divers et plus d’une dizaine de récupérateurs informels y travaillent. La clôture définitive de la décharge était prévue pour l’année 2012.

Un autre acteur local essentiel : les récupérateurs informels

  • 16 Principalement, déchets de construction et déchets industriels non dangereux.
  • 17 D’après notre entrevue, en 2012, avec Mme Turki Sallemi (adjointe au maire de Sfax et présidente d (...)
  • 18 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

24À Sfax, les récupérateurs, appelés barbesha, travaillent aussi bien dans les différents arrondissements de la ville – avec une plus grande concentration dans les arrondissements populaires d’El Habib, de Sidi Mansour et de R’bat (Dhuy, 2012b) – que dans la décharge de la zone du port, théoriquement destinée aux déchets inertes16, mais qui accueille également souvent des déchets ménagers17. Tous les matériaux sont collectés : plastique, fer, carton, papier, aluminium, cuivre, déchets organiques, souvent destinés à nourrir directement le bétail. Les récupérateurs stockent fréquemment les matériaux chez eux, dans un garage, chez un voisin, mais aussi à l’extérieur des maisons, ce qui induit selon la commune des problèmes de pollution et/ou de circulation18. Pour ceux qui travaillent à la décharge, le stockage a lieu sur place même ou au domicile des récupérateurs. Ensuite, ces derniers vendent les produits récupérés aux grossistes ou directement aux entreprises de transformation (figure 1).

25Le nombre de récupérateurs à la décharge des déchets inertes de Sfax est d’environ 12 personnes. Par contre, leur nombre total dans la commune de Sfax est très difficile à déterminer. Selon l’ANGed,

Les récupérateurs sont en nombre minime, dans la décharge ils étaient au nombre de 200, ils ont été intégrés dans le système de collecte des plastiques, cartons, dans les entreprises, donc c’est organisé, il en reste quelques-uns. (Entretien avec M. Loukil, 01/12/2010.)

  • 19 Fait le 11 mars 2012.

26Par contre, d’après un entretien19 la gérante d’une micro-entreprise de récupération de plastique du réseau Cheb dont nous reparlerons plus loin, leur nombre est en augmentation depuis 2005 car la récupération des déchets est devenue une activité lucrative, notamment pour le plastique. Cette gérante dispose, par exemple, d’une liste de 15 récupérateurs informels dans le seul arrondissement d’El Bostène auxquels elle rachète régulièrement du plastique, carton, papier et aluminium. Cependant, il est difficile de rencontrer, et davantage encore de comptabiliser, les récupérateurs en ville, car ils travaillent souvent pendant la nuit, avant les passages des camions municipaux.

Figure 1. Grossiste de papier et cartons près du centre de transfert de Thyna.
[Cliché : L. Moretto, 2012.]

  • 20 Entretien avec M. Haddad, 11/03/2012.

27À côté des récupérateurs informels décrits précédemment, une autre catégorie de récupérateurs travaille directement pour des grossistes intermédiaires (souvent de papier et de plastique) avec qui ils concluent une sorte de « contrat moral20 ». Ces récupérateurs collectent les matériaux auprès des commerces et magasins avec lesquels les grossistes, ou les récupérateurs mêmes, ont des accords. Ces récupérateurs ont souvent d’autres activités à côté de celle de la récupération – certains sont, par exemple, engagés dans des études supérieures.

Les « éboueurs récupérateurs » de Sfax

  • 21 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

28Dans le cadre de leur travail officiel pour la commune, les employés municipaux (éboueurs et balayeurs) ont aussi fréquemment une activité de récupération informelle à finalité de valorisation et recyclage. Pendant leur tournée municipale, les éboueurs collectent et stockent dans les bennes tasseuses les matériaux qu’ils récupèrent (aluminium, bouteilles de bière, pain sec, etc.). Malgré la gêne causée par cette activité sur leur travail « officiel » (retards, moindre capacité de collecte municipale), elle est néanmoins tolérée par les pouvoirs publics à cause de la rémunération très basse du personnel municipal21. Généralement, les éboueurs revendent les matériaux collectés aux grossistes, de la même manière que les récupérateurs informels.

Les grossistes intermédiaires locaux

29Il s’agit de petites entreprises privées qui ont, avant tout, le rôle de racheter les déchets soit aux récupérateurs informels, soit auprès des acteurs du secteur privé. Dans le premier cas, ces petites entreprises achètent directement auprès des récupérateurs en ville : soit le grossiste intermédiaire se déplace au moyen d’une camionnette chez les récupérateurs qui stockent des quantités importantes de matériaux ; soit les récupérateurs vont eux-mêmes chez le grossiste. Dans le second cas, ces entreprises achètent à des commerces, magasins, cafés, salles des fêtes, etc., qui disposent de certains types de déchets, mais surtout de cartons et papiers. Lorsqu’ils ont amassé une bonne quantité de déchets, ces grossistes intermédiaires revendent leurs matériaux aux grossistes pour la commercialisation des produits.

Les grossistes

30Il s’agit du maillon intermédiaire entre la collecte des déchets et leur passage aux industries et entreprises de transformation. Ces grossistes sont généralement organisés en de petites entreprises privées, légalement reconnues, et ont trois activités principales : tout d’abord, l’achat des déchets directement aux récupérateurs informels ou aux grossistes intermédiaires ; ensuite, le stockage des matériaux de récupération qui n’ont pas encore subi de transformation et leur compactage (mise en balle) ; et, enfin, la revente aux usines de transformation dans la commune de Sfax, en Tunisie ou à l’étranger. Les grossistes rencontrés dans la commune de Sfax se localisent tous dans des zones industrielles côtières : la zone industrielle au nord de Sfax (Poudrière I et II), la zone industrielle du port et la zone industrielle proche de la SIAPE et de l’ancienne décharge sauvage de Thyna au sud de Sfax, aujourd’hui centre de transfert (De Nicolao et al., 2012).

Les entreprises de transformation dans le Grand Sfax

31À Sfax, il existe des entreprises privées de transformation des déchets utilisant des produits récupérés. Les déchets sont parfois soumis à une seule transformation pour arriver au produit fini : c’est le cas des usines, au nord de Sfax, qui produisent les tuyaux d’arrosage ou encore de la production du papier pour le carton ondulé. Mais ils peuvent aussi subir une première transformation dans ces usines (par exemple, le broyage et le compactage du plastique près de Thyna) donnant lieu à un produit intermédiaire, qui sera ensuite utilisé comme matière première pour la production d’objets en plastique dans d’autres établissements. Ces entreprises travaillent principalement les déchets en papier et en plastique. Pour la plupart, les entreprises de transformation se localisent dans les zones périphériques de la commune de Sfax (zone industrielle de la Poudrière I et II et zone industrielle proche de la SIAPE et de l’ancienne décharge sauvage de Thyna).

Au niveau national : les micro-entreprises du réseau Cheb

32Au niveau national, nous avons évoqué ci-dessus les deux acteurs institutionnels principaux qui agissent sur l’ensemble du territoire tunisien : l’ANGed et l’ANPE.

  • 22 La mission de la Banque tunisienne de solidarité est d’octroyer des « prêts aux titulaires de dipl (...)
  • 23 Entretien avec M. Loukil, 01/12/2010.
  • 24 À Sfax, il s’agit du centre Eco-Lef, situé dans la zone industrielle appelée « Madagascar », fermé (...)

33À ces deux acteurs institutionnels, il faut ajouter les « micro-entreprises Cheb ». En effet, dans le cadre de la création de la filière Eco-Lef, l’ANGed et le Bureau de l’emploi en Tunisie ont initié en 2005 un programme de création de micro-entreprises privées, gérées par des diplômés de l’enseignement supérieur qui ont bénéficié de crédits de la Banque tunisienne de solidarité22. Les micro-entreprises Cheb – « le réseau des amis de l’environnement » – achètent les emballages plastique à un prix de 300 millimes le kilo (environ 0,15 ) à des récupérateurs informels, éboueurs/récupérateurs, employés sous ou sans contrat avec ces mêmes entreprises du réseau Cheb, des commerces, ou des industriels, etc. Elles revendent ensuite les emballages plastique aux points de collecte Eco-Lef à un prix fixe de 500 millimes le kilo (0,25 ). Elles sont d’ailleurs les seules à détenir la licence leur permettant de vendre les emballages plastique aux points Eco-Lef23. À Sfax, il y a une vingtaine de micro-entreprises, actuellement opérationnelles, qui ont bénéficié de ce programme pour leur démarrage et deux points de revente Eco-Lef dans la zone métropolitaine de Sfax qui, en mars 2012, étaient cependant fermés24.

Un exemple de micro-entreprise Cheb et d’initiative privée portée par une femme : entretien avec Hanen Louati Halouani, 11/03/2012
Hanen Louati Halouani est diplômée de l’ENIS (École nationale d’ingénieurs de Sfax), elle a bénéficié en 2005 du lancement du réseau Cheb pour démarrer sa micro-entreprise. Après avoir terminé ses études en 2004, elle a été informée de la possibilité de créer son entreprise pour la collecte du plastique via le bureau de l’emploi. Après quelques hésitations, car « l’idée au début c’est difficilement acceptable pour les étudiants, ils hésitent, le travail est difficile, un étudiant il a été en faculté, là c’est un travail de terrain, c’est pas facile… », Hanen lance son entreprise. Au début elle était seule avec un chauffeur, maintenant elle travaille avec un chauffeur, un convoyeur et deux ouvriers.
Dans le cadre de son entreprise Cheb, Hanen récolte le plastique pour le revendre aux points Eco-Lef de la ville de Sfax. Elle achète le plastique aux récupérateurs qui le collectent auprès des sociétés, magasins, épiceries, commerces ; pour ceux qui ont leur propre voiture, la collecte du plastique se fait auprès des immeubles, des concierges, des femmes de ménage, des employés municipaux, etc.
Une fois sa micro-entreprise constituée grâce au programme Cheb, Hanen a élargi son commerce à d’autres produits. Elle récupère actuellement aussi les autres types de plastique : les plastiques durs, les bidons, les chaises, les seaux, les cageots, les jouets, les bottes, les boites en aluminium, les bouteilles de lait, etc. Avant, elle revendait ces matériaux à d’autres grossistes ou à des entreprises de transformation. Aujourd’hui elle a lancé – avec des partenaires – sa propre entreprise VARECO de broyage et compactage de déchets en plastique.
À côté de toutes ces activités, Hanen, dans son élan d’entrepreneuse, s’est également lancée dans une entreprise de collecte et revente de carton et papier (EH2L) – le papier d’archive en particulier – qui travaille avec la société Ferz.

Les entreprises de recyclage de niveau national et international

34Ce sont des entreprises privées de transformation des déchets qui achètent les produits collectés (triés, broyés et/ou emballés) des grossistes de la ville et qui produisent de nouveaux matériaux à partir de ces déchets. Elles se trouvent, par exemple, à Tunis et Sousse (papier d’archives), pour la transformation du papier ; à l’étranger, des entreprises de transformation de métaux non ferreux et plastique en Chine ou en Europe achètent ces matériaux à la Tunisie.

Filières de gestion et valorisation des déchets

  • 25 Comme nous l’avons introduit au début de cette partie du chapitre, le dessin des filières présenté (...)

35Hormis les « filières Eco », entièrement gérées par l’opérateur public et la filière des déchets organiques non évoquée ici, à Sfax, trois filières de récupération, valorisation et recyclage peuvent être identifiées. Dans chaque filière, des dispositifs techniques et organisationnels décentralisés contribuent à la récupération des déchets et à leur recyclage25.

La filière du carton et du papier

36Les déchets récoltés dans les bacs de voirie suivent, en principe, la filière de la mise en décharge gérée par les pouvoirs publics. Entre les passages des camions, une partie de ces déchets est prélevée dans les bacs par les récupérateurs informels ; le papier et le carton ainsi récoltés sont revendus aux grossistes. Les papiers et cartons provenant des commerces et magasins sont collectés par les récupérateurs informels travaillant, sous « contrat moral », pour les grossistes intermédiaires, mais ils peuvent être aussi récupérés directement par les grossistes intermédiaires eux-mêmes et, ensuite, revendus aux grossistes. Ces derniers, à l’instar de l’entreprise Ferz qui se trouve dans la zone industrielle de la Poudrière I, les stockent dans leurs hangars et les mettent en balle pour les commercialiser vers la valorisation (figures 2 et 3).

Figure 2. Grossistes de plastique dans la zone industrielle de Sfax.
[Cliché : L. Moretto, 2012.]

Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Schéma des déchets ménagers : papier et carton.

37À ce stade, le carton et le papier prennent, en général, deux routes différentes. Comme le soulignent De Nicolao et al. (2012), l’entreprise Ferz, par exemple, envoie le carton à l’unité de transformation T’pap Poulina, située à 30 km de Sfax (pour le transformer en carton ondulé), tandis qu’elle envoie le papier à des unités de transformation qui se localisent principalement à Tunis (Tunisie Ouate pour la production de la ouate de cellulose), Sousse (pour le traitement du papier d’archive) et Sfax.

La filière des métaux

38La ferraille, à la différence des papiers et cartons, ne suit pas le parcours de la mise en décharge : elle est récupérée dans les bacs et poubelles ou dans la décharge des déchets inertes. Les récupérateurs informels revendent ensuite les produits collectés aux grossistes intermédiaires proches de leurs domiciles (figures 4 et 5) lorsqu’ils ne disposent pas d’un moyen de transport, même modeste (comme un mobylette avec un petite carriole), ou alors directement aux grossistes (De Nicolao et al., 2012).

39Ces grossistes – comme l’entreprise Sorecom qui collecte les métaux ferreux près du port et les métaux non ferreux dans la zone industrielle de la Poudrière I – vendent les métaux ferreux à la société tunisienne de sidérurgie Elfouladh : unique usine sidérurgique dans le pays, elle est donc la seule à produire de l’acier liquide et à le transformer en ronds à béton. Quant aux métaux non ferreux, principalement le cuivre et l’aluminium, ils sont vendus aux usines de transformation situées à l’étranger – Europe et Chine (figure 6).

Figure 4. Récupérateur informel de ferraille.
[Cliché : L. Moretto, 2012.]

Figure 5. Grossiste ferrailleur à Sfax.
[Cliché : L. Moretto, 2012.]

Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 6. Schéma des déchets ménagers : métaux.

La filière du plastique

  • 26 En général, le plastique d’emballage transparent sert à la production des gaines électriques ; le (...)

40La filière du plastique est sûrement celle qui présente la plus grande variété en termes d’acteurs et de processus mais également en termes d’imbrication de ces derniers. Comme pour les papiers et cartons, le plastique (tous types confondus PET, PVC, plastiques durs) rentre dans le cycle des déchets via les bacs de la collecte municipale placés dans les rues, la décharge des déchets inertes ou le stockage par les commerces et magasins. Trois parcours différents ont pu être identifiés. Le premier est celui de la mise en décharge, opérée par le service public via la collecte municipale, l’acheminement vers le centre de transfert et l’enfouissement en décharge contrôlée. Le deuxième concerne la chaîne de valorisation Eco-Lef, également gérée par le secteur public : les PET sont collectés par les récupérateurs informels (dans la rue, en décharge ou chez les commerçants), revendus aux micro-entreprises Cheb qui les amènent aux points Eco-Lef gérés par l’ANGed qui, ensuite, les revend aux usines de recyclage agréées. Le troisième parcours se base sur la valorisation effectuée par les entreprises privées : l’ensemble des déchets en plastique, de tous types, collectés par les récupérateurs est vendu aux usines de transformation qui en font des nouveaux produits, après broyage et mélange avec d’autres types de plastiques – comme dans le cas de l’entreprise Afroplast, localisée dans la zone industrielle de la Poudrière II, produisant des tuyaux d’arrosage26. Les usines de transformation peuvent aussi revendre des produits intermédiaires à d’autres entreprises de recyclage après broyage, compactage et mise en balle (Fofonas, Vareco, Hamidouplast, etc.). Si le premier parcours qui conduit à la mise en décharge n’est pas en interaction avec les deux autres filières de valorisation, par contre, ces dernières s’entrecroisent à différents niveaux, ainsi que nous l’explicitons ci-après.

Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 7. Schéma des déchets ménagers : plastiques.

Les systèmes socio-techniques de gestion et valorisation des déchets

41Si, en 2004, la Banque mondiale affirmait qu’en Tunisie « le recyclage s’effectue assez bien, celui des plastiques et des papiers est effectué suivant un circuit formel, le reste s’effectue suivant un circuit informel » (2004, 1), la situation actuelle à Sfax semble être bien plus complexe. La récupération/valorisation des déchets se fonde en effet sur une articulation capillaire et structurelle entre acteurs et processus qui sont à la fois formels et informels, d’une part, et publics et privés, de l’autre. L’analyse croisée entre ces acteurs et ces filières met au jour les systèmes socio-techniques articulant les composantes formelles et publiques – mais parfois également privées – du système centralisé de la gestion des déchets avec celles, informelles et largement basées sur l’initiative privée, d’une multitude de systèmes plus « décentralisés ».

  • 27 D’après notre entretien du 11 mars 2012 avec H. Louati Halouani, 20 % des matériaux ramassés par l (...)

42Au niveau des acteurs de la gestion des déchets, il existe une variété d’options d’entrée des déchets ménagers dans les cycles de mise en décharge ou valorisation prises en charge par différents acteurs. En effet, certains déchets – surtout les plastiques, cartons et papiers – sont préalablement triés aussi bien par les ménages que par les commerces et magasins pour être collectés par les récupérateurs informels27 ; d’autres sont jetés à la poubelle et entrent dans le schéma officiel de l’enfouissement en décharge.

43Si l’on considère ensuite l’activité de collecte, on notera la présence d’un parallélisme entre le ramassage effectué par les éboueurs, les récupérateurs informels, les grossistes intermédiaires (qui collectent également auprès des commerces et magasins) et les « éboueurs récupérateurs ». Ces derniers, en particulier, représentent à eux seuls un exemple de parallélisme dans le ramassage des déchets, puisqu’ils développent une activité de collecte informelle et privée dans le cadre du processus formel lié à la collecte municipale. D’une manière assez semblable, le processus de collecte qui s’opère dans la décharge des déchets inertes est une forme de parallélisme dans la gestion des déchets, puisqu’une activité informelle a lieu dans un espace public et formel de stockage des déchets.

44Pour ce qui concerne le chaînon des grossistes, deux autres formes de parallélisme sont identifiables. La première est celle liée à la revente des matériaux collectés dans la mesure où les récupérateurs informels ont le choix de vendre leurs produits aussi bien aux grossistes intermédiaires qu’aux grossistes ou entreprises de transformation, selon les filières. Le choix entre ces deux options dépend essentiellement de la distance entre leur zone de collecte et leur domicile autant que de leur capacité de disposer d’un moyen de transport (en propriété ou en location) pour amener de grandes quantités jusqu’aux grossistes ou entreprises de transformation et, donc, pouvoir se passer d’un intermédiaire dans la revente. La seconde forme de parallélisme concerne les micro-entreprises du réseau Cheb : à l’exemple des « récupérateurs éboueurs », celles-ci ont souvent une double casquette car elles peuvent revendre le plastique d’emballage aux points Eco-Lef mais également les utiliser pour développer leur propre filière de récupération ainsi que le montre l’expérience de Hanen Louati Halouani relatée ci-dessus.

45Au niveau des filières, il apparaît clairement dans les schémas présentés que, dans une même filière, il existe un parallélisme et une distinction nette entre, d’une part, le parcours que les déchets non triés suivent, de leur collecte via les bacs dans la rue à leur enfouissement à la décharge et, d’autre part, le parcours qui mène au recyclage et à la valorisation. Le chemin de la mise en décharge géré par l’opérateur public ne croise pas celui de la valorisation. Par contre, les filières de valorisation des déchets ménagers (carton, papier, plastique et métal) présentent une grande mixité de processus, intégrant acteurs formels et informels, publics et privés qui se complètent pour garantir le recyclage.

  • 28 Les déchets recyclables sont en effet mis à disposition gratuitement par les commerçants.

46En général, la collecte qui mène à la valorisation des matériaux se fait à travers la récupération informelle, que ce soit via les fouilleurs dans les bacs, via les « récupérateurs éboueurs » ou encore via les récupérateurs ayant des accords chez les commerçants. Les relations entre récupérateurs et commerçants se basent sur l’aide, de ces derniers envers les premiers28 ; celles avec les grossistes se fondent exclusivement sur un rapport marchand, entre vendeur et acheteur (Dhuy, 2012b), sans aucun type d’engagement formel réciproque, même dans le cas du « contrat moral ». Ensuite, les autres étapes du recyclage sont menées par des acteurs appartenant au secteur formel privé (grossistes, entreprises et usines de transformation et/ou recyclage), même si l’on retrouve ici les points de revente Eco-Lef pour le plastique d’emballage, institués et gérés par l’ANGed et Elfouladh – entreprise publique détenant le monopole du recyclage des métaux ferreux.

47La situation pour les déchets plastique est, par contre, plus complexe en ce qui concerne notamment la valorisation des matériaux. En effet, les processus s’articulent et les acteurs s’associent de manière significative entre la filière de la valorisation Eco-Lef établie par l’ANGed (via les micro-entreprises Cheb, les points de revente Eco-Lef et les usines de recyclage agréées) et la filière du recyclage des acteurs privés. Les options de vente des matériaux disponibles aux récupérateurs sont, en effet, en même temps complémentaires et concurrentes : complémentaires dans la mesure où les micro-entreprises Cheb achètent exclusivement le plastique d’emballage alors que les autres entreprises de transformation récupèrent aussi les autres types de plastique ; concurrentes car certains plastiques, comme les PET, peuvent être revendus aussi bien dans la filière Eco-Lef que dans la filière privée.

  • 29 Le prix d’achat des plastiques d’emballage de la part des micro-entreprises Cheb aux récupérateurs (...)

48Toutefois, les récupérateurs ne peuvent pas vraiment opérer un choix entre ces options étant donné que, d’un côté, certains grossistes ont une double casquette de micro-entreprise agréée Eco-Lef et micro-entreprise privée et, de l’autre, le prix d’achat du plastique d’emballage par ces deux types de micro-entreprises est stable – autour de 300 millimes (0,15 €) le kilo29.

CONCLUSION

49Le secteur des déchets en Tunisie connaît, depuis deux décennies, des transformations profondes tant au niveau institutionnel que politique. La modernisation de la gestion des déchets solides s’est traduite par la mise en œuvre de deux programmes nationaux en 1993 et 2006 ; de plus, de nombreuses décharges sauvages ont été fermées et des décharges contrôlées se sont ouvertes ; un organisme national de gestion des déchets, l’ANGed, a été créé et plusieurs filières – « filières Eco » – de valorisation des déchets ménagers ont été initiées.

50La ville de Sfax a également bénéficié des reformes nationales dans le secteur des déchets qu’il s’agisse de la reconversion de la décharge « anarchique » de Thyna en centre de transfert, de l’utilisation de la décharge intercommunale d’El Gonna ou, encore, de la présence de deux points de récolte des emballages plastique Eco-Lef sur son territoire.

51Dans le cadre de ces réformes, la valorisation a une place prioritaire car elle est l’un des objectifs de la nouvelle stratégie de gestion intégrée et durable des déchets. Cependant, la valorisation des matières organiques demeure encore très réduite, tandis que celle des autres déchets ménagers est limitée. L’initiative privée constitue alors une forme complémentaire de l’offre conventionnelle, occupant les nombreux vides et les inadaptations du système public auquel elle s’articule.

52Ainsi, en premier lieu, les initiatives privées, formelles et informelles, de valorisation à Sfax s’appuient clairement sur des options organisationnelles, techniques et politiques qui caractérisent la gestion des déchets. Tout d’abord, l’organisation centralisée de cette gestion via l’ANGed a contribué à focaliser les efforts de modernisation du secteur sur des projets qui ont privilégié l’amélioration du système de collecte et de mise en décharge. La politique de la valorisation des déchets s’est concentrée sur les « filières Eco », entraînant une mobilisation des compétences et des acteurs (comme les micro-entreprises Cheb) ainsi que des ressources financières autour de quelques types de déchets, laissant les autres matériaux à la charge des chaînes privées de recyclage. Les « filières Eco » sont en même temps porteuses d’un autre objectif politique qui est celui de l’élimination du secteur informel. Un responsable de l’ANPE note ainsi que ce secteur est un phénomène résiduel à Sfax et beaucoup moins présent qu’il y a 10 ans :

Quand on régularise, quand on officialise un domaine, on a créé Eco-Lef, Eco-Batterie, Eco-Pneu, Eco-Zit, tout ça c’est pour justement mettre fin à l’informel, et là je vous assure qu’on a fait un grand chemin. (Entretien avec T. Gargouri, 01/12/2010.)

53Cependant, le manque du tri à la source et la présence, encore aujourd’hui, de dépotoirs sauvages (comme la décharge des déchets inertes près du port) permettent aux récupérateurs informels de continuer à développer leur activité économique aussi bien en ville qu’à la décharge.

  • 30 Notre recherche n’a pas pu mesurer le pourcentage des matériaux collectés par les récupérateurs in (...)

54En deuxième lieu, l’analyse des modernised mixtures montre que toute la valorisation des matériaux en plastique (des emballages pris en charge par l’opérateur public via Eco-Lef, aux autres plastiques valorisés par les entreprises privées), mais aussi les cartons, papiers et métaux se fonde sur des articulations et interactions entre des acteurs et des processus publics et privés, aussi bien formels qu’informels. Cette mixité nous éclaire sur deux aspects relatifs au rôle joué par le secteur informel. Il s’agit tout d’abord du constat selon lequel les processus de valorisation s’appuient de manière structurelle sur la récupération informelle30 tandis que pour les phases de revente et transformation des matériaux, les grossistes et les entreprises de transformation et recyclage sont des acteurs qui appartiennent plutôt au secteur formel. Le secteur informel semble donc jouer le rôle fondamental de maillon de départ dans la chaîne de valorisation : or, il n’est pas reconnu – et plutôt non désiré – par les autorités publiques. Cette contradiction est encore plus flagrante pour la filière du recyclage des emballages plastique qui repose sur la récupération informelle mais qui est – à partir des micro-entreprises de collecte – promue par le secteur public. Il s’agit ensuite du brouillage des frontières entre le public et le privé, entre le formel et l’informel. On retrouve cette incertitude et opacité des limites tant dans les filières qu’au niveau des acteurs, à l’exemple des « récupérateurs éboueurs » ou des activités commerciales satellites des micro-entreprises Cheb.

55Aussi serait-il intéressant de croiser les résultats présentés ici avec une approche quantitative qui révélerait la part de la récupération informelle sur le volume total des déchets valorisés. Il serait également intéressant de comprendre quel rôle a joué la révolution de 2010-2011 sur la gestion de déchets. D’après nos entretiens et échanges avec les acteurs de la gestion des déchets, rencontrés à Sfax en 2012, la révolution semble avoir mis en attente tous les projets d’infrastructure et de changement organisationnel qui avaient été initiés, mais le manque de recul quant aux effets de cette révolution tunisienne ne permet pas encore d’entamer une réflexion critique sur les changements politiques qui sont toujours en cours.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Banque mondiale, 2004, Projet régional de gestion des déchets solides dans les pays du Mashreq et du Maghreb, Rapport du Pays (Tunisie), Mediterranean Environmental Technical Assistance Programme, http://www.ecomed.com.tn/ (consulté le 29 octobre 2014).

Bennasr Ali, Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, nos 76-77, p. 38-50.

CWBI (Centre wallon de biologie industrielle), 1999, Atlas des décharges d’ordures ménagères dans les pays en développement. Tunisie, http://www2.ulg.ac.be/cwbi/projets/atlas/pays/Tunisie/Tunisie.htm (consulté le 29 octobre 2014).

De Nicolao Piera, Djander Nazim, Lajus Justine, 2012, Cycle des déchets et rôle des récupérateurs : étude sur la ville de Sfax, Tunisie, Bruxelles, Séminaire transversal d’architecture, patrimoine et développement, Faculté d’architecture, Université Libre de Bruxelles.

Dhuy Eloïse, 2012a, « Système de gouvernance locale des déchets et articulation avec les contextes national et régional à Sfax (Tunisie) », dans Azaitraoui M., Moretto L. (éd.), Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb : le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie, Rapport de recherche CIUDAD, Bruxelles.

Dhuy Eloïse, 2012b, « Récupération informelle des déchets dans la décharge et en ville à Sfax (Tunisie) », dans Azaitraoui M., Moretto L. (éd.), Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb : le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie, Rapport de recherche CIUDAD, Bruxelles.

Ferchichi Mounir, 2008, La gestion des déchets en Tunisie : réalisation et synthèse de financement des projets, Rabat, www.acrplus.org (consulté le 29 octobre 2014).

Hadj Tahieb Mohamed, 2008, Stratégie de développement du Grand Sfax 2016 : une approche participative, www.medcities.org (consulté le 29 octobre 2014).

Haouaoui Leila, Loukil Fatel, 2009, Évaluation du système de gestion des déchets ménagers en Tunisie, Proposition de communication au cinquième colloque international « Énergies, changements climatiques et développement durable », Hammamet, Tunisie, 15 et 17 juin 2009, Version provisoire.

Jaglin Sylvy, Zerah Marie-Hélène, 2010, « Eau des villes : repenser des services en mutation. Introduction », Revue Tiers Monde, no 203, p. 7-22.

Makni-Siala Afef, 2012, Les programmes de gestion des déchets solides en Tunisie, Sousse, http://www.acrplus.org (consulté le 29 octobre 2014).

MEDD, Anged, 2006, Stratégie de gestion intégrée et durable des déchets 2006-2016. Gestion intégrée et durable des déchets. Stratégie nationale 2006-2016, Tunis, www.anged.nat.tn (consulté le 29 octobre 2014).

Scheinberg Anne, Spies Sandra, Simpson Michael, Mol Arthur, 2011, « Assessing Urban Recycling in Low and Middle-Income Countries: Building on Modernised Mixtures », Habitat International, no 35, p. 188-198.

Spaargaren Gert, Oosterveer Peter, Buuren Joost van, Mol Arthur, 2005, Mixed Modernities: Towards Viable Urban Environmental Infrastructure Development in East Africa. Position Paper, Environmental Policy Department, The Netherlands, Wageningen University and Research Centre.

Sweep-Net, 2010, Rapport pays sur la gestion des déchets solides en Tunisie, www.sweep-net.org (consulté le 29 octobre 2014).

UN-Habitat, 2010, Solid Waste in the World’s Cities. Third Global Report on Water and Sanitation in the World’s Cities, Newcastle-on-Tyne, Earthscan Publications.

Van Koppen Kris, 2004, « Eco-Industrial Design of Biomass Cycles: Flows, Technologies and Actors », dans Lens P., Hamelers B., Hoitink H., Bidlingmaier W. (éd.), Resource Recovery and Reuse in Organic Solid Waste Management, London, IWA Publishing, p. 24-43.

Wilson David, Velis Costas, Cheesman Chris, 2005, Role of Informal Sector Recycling in Waste Management in Developing Countries, London, Department of Civil and Environmental Engineering, Centre for Environmental Control and Waste Management, Imperial College.

Notes

1 Celle-ci tient compte des effets collatéraux sur la société de la modernisation technoéconomique et repense donc les relations entre les systèmes socio-techniques et ses utilisateurs.

2 En parlant des services urbains liés à la gestion des déchets solides, nous faisons référence à des systèmes socio-techniques qui « reposent sur des dispositifs techniques et organisationnels, incorporant des règles et des normes, ainsi que sur des pratiques, des valeurs, des compromis entre intérêts et visions du monde […] » (Jaglin, Zerah, 2010).

3 L’article 2 de la loi-cadre 96-41 définit la valorisation comme « toutes les opérations tendant à récupérer des matériaux et de l’énergie à partir des déchets et toutes les opérations de renouvellement et de transformation, telles que l’extraction de métaux ou d’autres matières non organiques et leur réutilisation ou la constitution de compost pour l’agriculture ou leur utilisation comme source d’énergie ».

4 Le PRONGIDD définit quatre objectifs spécifiques de la nouvelle stratégie de gestion intégrée et durable des déchets en Tunisie : 1/Réduction des quantités des déchets ; 2/Promotion du traitement des déchets ; 3/Amélioration du cadre institutionnel, juridique et financier de la gestion des déchets ; 4/Amélioration de la communication, de la concertation, de la sensibilisation et de la maîtrise des données des aspects techniques et organisationnels (MEDD, ANGed, 2006).

5 Cette donnée montre la sous-exploitation des déchets organiques qui représentent en Tunisie 68 % de la production totale de déchets. Deux expériences de compostage ont été réalisées avant 2004, mais, malheureusement, elles n’ont pas eu de succès à cause de difficultés de commercialisation (Banque mondiale, 2004, 1).

6 Voir, par exemple, M. Ferchichi, 2008 et A. Makni-Siala, 2012 ; entretiens avec M. Loukil, 01/12/2010 et 11/03/2012 ; entretien avec T. Gargouri, 11/03/2012 ; le site internet de l’ANGed : www.anged.nat.tn (consulté le 29 octobre 2014).

7 Entretien avec M. Loukil, 11/03/2012.

8 Cependant, la filière Eco-Lef ne recycle que les emballages plastique et non pas la totalité des déchets plastique (plastiques durs, bidons, etc.).

9 Le rapport METAP (Banque mondiale, 2004) affirme que « l’ANPE développe des systèmes de collecte et de recyclage, à l’instar d’Eco-Lef, pour les déchets des textile, de papier, de verre, de cartouches d’encre et pour les métaux ferreux ». Cependant, dans le rapport sur la gestion des déchets (Sweep-Net, 2010) et d’après les entretiens menés à Sfax, nous n’avons pas pu constater une implication directe des pouvoirs publics dans la gestion de la filière du carton et du papier (entretien avec M. Loukil, 11/03/2012 ; entretien avec T. Gargouri, 11/03/2012).

10 D’après notre entretien du 19 mai 2012 avec M. Choura, enseignant à l’ENIS, il semblerait que, à côté de la production importante de déchets en plastique en Tunisie, il y ait également des raisons plus « politiques » pour le lancement de la filière Eco-Lef qui était liées aux intérêts commerciaux de l’ancien président.

11 L’étude exposée ici se base sur un travail de recherches théoriques et de terrain réalisées dans le cadre d’un projet de recherche et action financé par la Commission européenne (programme ENPI-CIUDAD, Coopération en matière de développement urbain et de dialogue) : « Promotion d’une gestion intégrée et durable des déchets solides urbains dans les pays du Maghreb » ; Référence : EuropeAid/127778/C/ACT/MULTI. Les villes maghrébines partenaires du projet sont Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie. Notre méthodologie de recherche s’est fondée sur une approche qualitative comprenant un état des lieux de la littérature et de la documentation sur le sujet, l’observation des activités de récupération, valorisation et recyclage dans la ville de Sfax et la rencontre des acteurs clés de la gestion des déchets à Sfax. Observations, entretiens et questionnaires ont été effectués à deux moments différents : pendant les mois de décembre 2010 et mars 2012.

12 La commune de Sfax est composée de sept arrondissements (Medina, El Bostène, Sidi Mansour, Sfax-Nord, R’bat, Merkez Chaker, Cité El Habib) et représente l’une des sept municipalités du « Grand Sfax ». Les autres municipalités sont Sakiet Eddaïer, Sakiet Ezzit, Chihia, Gremda, El Aïn et Thyna. Le Grand Sfax, deuxième ville et centre économique de la Tunisie, est une ville portuaire, à l’est du pays, qui compte 500 000 habitants (Hadj Tahieb, 2008).

13 Les deux arrondissements dans lesquels la collecte est déléguée ont été choisis pour leur dimension réduite et donc une plus grande facilité de gestion de la délégation et des coûts réduits par la même (entretien avec M. Haddad, 11/03/2012).

14 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010 ; entretien avec M. Haddad, 11/03/2012 ; entretien avec C. Turki Sallemi, 03/12/2010.

15 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

16 Principalement, déchets de construction et déchets industriels non dangereux.

17 D’après notre entrevue, en 2012, avec Mme Turki Sallemi (adjointe au maire de Sfax et présidente de la commission Développement/Coopération intercommunale/Partenariat), la décharge des déchets inertes est souvent alimentée par des déchets industriels en raison de sa proximité à la zone industrielle du port, alors que la décharge contrôlée en est éloignée. De plus, il arrive parfois que le centre de transfert de Thyna soit fermé et que les camions municipaux soient donc obligés de déverser les déchets dans cette décharge : au début de l’année 2012, par exemple, le centre de transfert a été fermé pendant un mois car une famille réclamait la propriété du terrain.

18 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

19 Fait le 11 mars 2012.

20 Entretien avec M. Haddad, 11/03/2012.

21 Entretien avec S. Derbel et M. Haddad, 01/12/2010.

22 La mission de la Banque tunisienne de solidarité est d’octroyer des « prêts aux titulaires de diplômes universitaires et aux personnes ayant des qualifications professionnelles ou artisanales et ne possédant pas des garanties suffisantes exigées par les banques ». Elle finance notamment « de la micro-entreprise et du travail indépendant en milieu urbain, périurbain et rural » et encourage « toutes les initiatives et opportunités de création de sources de revenus » [www.emploi.nat.tn (consulté le 29 octobre 2014)].

23 Entretien avec M. Loukil, 01/12/2010.

24 À Sfax, il s’agit du centre Eco-Lef, situé dans la zone industrielle appelée « Madagascar », fermé en mars 2012 pour une question d’aménagement ; s’y ajoute le centre de Gremda, situé à une dizaine de kilomètres de Sfax et fermé en mars 2012 en raison d’une panne de machines.

25 Comme nous l’avons introduit au début de cette partie du chapitre, le dessin des filières présentées ici se base sur les informations qualitatives ayant pu être récoltées lors des deux terrains ; nous n’avons pas eu accès à des données quantitatives quant à la totalité des acteurs participant à ces filières.

26 En général, le plastique d’emballage transparent sert à la production des gaines électriques ; le plastique noir ou gris est utilisé pour la production des tuyaux d’arrosage, tandis que le PVC et les plastiques durs servent à la production de chaises et des accessoires automobiles (De Nicolao et al., 2012).

27 D’après notre entretien du 11 mars 2012 avec H. Louati Halouani, 20 % des matériaux ramassés par les récupérateurs font l’objet d’une collecte en porte-à-porte et 80 % résultent d’une fouille dans les poubelles. Cependant, faute d’une collecte précise de données au niveau des ménages et des commerces, ce point n’a pas pu faire l’objet d’une analyse approfondie dans notre recherche et mériterait un développement ultérieur.

28 Les déchets recyclables sont en effet mis à disposition gratuitement par les commerçants.

29 Le prix d’achat des plastiques d’emballage de la part des micro-entreprises Cheb aux récupérateurs – qui est fixé par l’ANGed à 300 millimes le kilo – est également le même que celui d’achat du même type de plastique par les grossistes privés opérant hors de la filière Eco-Lef (entretien avec avec H. Louati Halouani, 11/03/2012).

30 Notre recherche n’a pas pu mesurer le pourcentage des matériaux collectés par les récupérateurs informels dans l’ensemble des matériaux valorisés dans les filières du plastique, carton, papier et métaux.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Grossiste de papier et cartons près du centre de transfert de Thyna. [Cliché : L. Moretto, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Figure 2. Grossistes de plastique dans la zone industrielle de Sfax. [Cliché : L. Moretto, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 3. Schéma des déchets ménagers : papier et carton.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Figure 4. Récupérateur informel de ferraille. [Cliché : L. Moretto, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 5. Grossiste ferrailleur à Sfax. [Cliché : L. Moretto, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 6. Schéma des déchets ménagers : métaux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Schéma L. Moretto & M. Azaitraoui, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 7. Schéma des déchets ménagers : plastiques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7328/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

Auteurs

Enseignante et chercheure à la Faculté d’architecture de l’université Libre de Bruxelles). Elle a une formation en architecture et un doctorat en environnement à l’IUAV de Venise. Elle s’intéresse aux questions de développement urbain, gouvernance urbaine, services urbains et pauvreté. Elle a aussi une expérience professionnelle au sein d’organismes internationaux, comme consultante pour le Oslo Governance Centre-PNUD sur les thèmes de la gouvernance décentralisée et pour la Banque interaméricaine de développement sur les questions de la réhabilitation urbaine durable. Elle est actuellement un des quatre coordinateurs de N-AERUS (Network-Association de chercheurs européens sur l’urbanisation dans le Sud).

Géographe de formation. Il a obtenu un PhD en Analysis and Governance of Sustainable Development dans le cadre d’une cotutelle de thèse entre le département de géographie de l’université Mohamed V, l’université Ca’ Foscari et l’IUAV (Institut universitaire d’architecture) de Venise. Il s’intéresse à la problématique des déchets urbains sous l’angle de la gouvernance locale. Il a une longue expérience professionnelle dans le domaine de la coopération internationale au développement. Actuellement, il est enseignant-chercheur à la faculté polydisciplinaire de Khouribga (université Hassan 1er) au Maroc.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search