Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie II. Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

Conception et définition du déchet face aux enjeux d’égalité territoriale : la gestion des déchets ménagers au Caire (Égypte)

Lise Debout

Texte intégral

1Alors qu’en France le « déchet » est inventé à partir de la fin du XIXe siècle, lorsque les rebuts urbains ne trouvent plus de débouchés pour leur valorisation (Barles, 2005), en Égypte, l’existence de cet objet déchu est discutable. Historiquement, la collecte des rebuts urbains s’est fondée sur la transformation, le réemploi et la valorisation des matières. D’abord matières organiques séchées servant à alimenter le feu des bains ou des marmites populaires, les déchets ont peu à peu été utilisés pour nourrir le bétail, fabriquer des objets en plastique ou être recyclés au fur et à mesure de l’évolution de leur composition. Jusqu’à une période très récente, l’histoire de la gestion de cet objet en Égypte ne relate aucun moment où le déchet serait passé de ressource à strict rebut, à la différence de ce qui s’est produit en Europe. Jusqu’à il y a peu, les territoires urbains étaient considérés comme des gisements et un ensemble d’acteurs se mobilisait pour la récupération de cette ressource, ce qui impliquait un rapport étroit et particulier entre territoires et déchets.

  • 1 Jean Gouhier, géographe à l’origine de la rudologie (science de l’étude des déchets) propose dès l (...)
  • 2 Dans cet article, nous évoquerons Le Caire au sens de la conurbation de la capitale égyptienne qui (...)

2La géographie française a montré la capacité du déchet en tant que rebut à générer des marges territoriales (Gouhier, 20011), mais la qualité de ressource qui peut être attribuée au déchet n’en est pas moins marginalisante. Ainsi, l’objet de cette contribution est de mettre en question le lien entre déchet (rebut et ressource) et territoire et, plus précisément, entre déchet et égalité territoriale dans l’agglomération très fragmentée qu’est Le Caire2.

DU « DÉCHET-RESSOURCE » AU « DÉCHET-REBUT » : IMPLICATIONS TERRITORIALES

Le « déchet-ressource » générateur d’inégalités territoriales

  • 3 Il s’agit de récupérateurs d’objets qui déambulent dans les rues avec une carriole en criant « rob (...)
  • 4 L’adjectif détritique vient de la géologie et désigne le caractère d’une roche composée de détritu (...)

3En Égypte, avant la réforme nationale de la gestion des déchets ménagers initiée en 2000, la collecte des déchets était principalement le résultat d’activités variées issues de la communauté des chiffonniers et de collecteurs d’objets anciens ou de seconde main (appelés roba vecchia3). Le fait de considérer le déchet comme ressource entraînait une différenciation territoriale. En effet, l’appréciation des territoires reposait sur différents critères détritiques4 tels que la localisation du gisement de déchets, les qualités et quantités de la production, les types de ménages, etc. Ceci se traduisait dans une inégalité de l’offre de collecte et conduisait à une concentration du ramassage sur les quartiers économiquement profitables. Si les autorités locales et quelques entreprises privées venaient combler, en creux, les limites de ce « service » partiel, ces actions ne parvenaient pas à réduire les inégalités dans la mesure où elles se concentraient, elles aussi, sur les quartiers centraux pour des raisons de facilité de desserte et de solvabilité des ménages dans ces tissus urbains plus accessibles.

4Cette fourniture du service, basée sur le « déchet-ressource », conduisait donc à des inégalités territoriales puisque, si la ressource dans les quartiers aisés était collectée, le rebut dans les quartiers pauvres ne l’était pas.

Le « déchet-rebut », générateur d’une normalisation territoriale ?

  • 5 Après les appels d’offre, différentes entreprises européennes ont remporté le marché. Il s’agissai (...)

5Au tournant des années 2000, la réforme nationale de gestion des déchets ménagers, engagée par le gouvernement central, change considérablement la donne. Prévoyant la mise en place d’une gestion intégrée des déchets ménagers en Égypte par l’intermédiaire du recours à des entreprises internationales de propreté5, elle souhaite offrir un service égal à tous les territoires concernés, quelles que soient leurs réalités urbaines et détritiques.

  • 6 Les zones déléguées aux entreprises étrangères oscillent entre deux et quatre millions d’habitants

6Les territoires de la gestion des déchets sont alors délimités selon les frontières administratives des gouvernorats6. Dans le cadre de la réforme, chacun de ces secteurs doit être desservi par un unique acteur et de façon identique : collecte domiciliaire, transport vers les stations de transfert, traitement et dépôt final. Ces découpages et mode de gestion ne tiennent donc pas compte des particularités des territoires concernés. Cette considération égale des territoires contribue à une normalisation du déchet puisque, dans ce schéma, tous les déchets de tous les secteurs géographiques se valent et doivent être collectés et traités de la même façon quelle que soit leur valeur. Cette volonté d’égalité territoriale homogénéise la conception du déchet, mettant à bas les variations de valeur de la ressource et faisant du déchet un rebut unique.

  • 7 Par exemple, un quartier va être découpé en cinq ou six zones de balayage selon qu’il compte plus (...)

7Si, dans la configuration de collecte précédente, la forme et qualité du service découlaient des caractéristiques territoriales et détritiques, dans le cadre de la réforme, il s’agit, au contraire, de normer les territoires par l’affectation d’une tâche uniforme sur tout le secteur délégué. Ainsi, pour répondre aux attendus contractuels, les entreprises procèdent à un découpage territorial dans lequel les secteurs délégués sont eux-mêmes subdivisés en zones de collecte, zones de balayage, etc., égales entre elles et qui nécessitent la même main-d’œuvre et le même équipement7. Ce ne sont plus les critères d’appréciation détritique, géographique ou sociale des acteurs qui créent les territoires, mais les objectifs de la gestion intégrée qui en conditionnent la définition.

8Si les activités de collecte façonnées par les territoires avant la réforme étaient insatisfaisantes d’un point de vue de l’égalité, cette normalisation territoriale par la gestion intégrée vise à offrir à tous les habitants le même service. Cependant, 12 ans après la réforme, la gestion des déchets ménagers en Égypte reste caractérisée par une gestion inégale et multiple, partagée entre multinationales, autorités publiques, entreprises privées égyptiennes, chiffonniers, etc. Les objectifs de la réforme d’une gestion centralisée et homogène sur tout le territoire égyptien n’ont donc pas été atteints. Cet « échec » est lié, en grande partie, aux réalités urbaines égyptiennes qui se sont difficilement pliées à la normalisation détritique et territoriale impliquées par le modèle de la gestion en filière intégrée.

9Ainsi, que le déchet soit considéré comme stricte ressource ou comme strict rebut, la gestion des déchets ménagers ne parvient pas à offrir un service égal à tous les territoires urbains. Cette réalité s’explique par la nature ambivalente du déchet qui, dans les villes égyptiennes comme ailleurs, fonctionne comme un accélérateur des inégalités territoriales.

LE DÉCHET : UN ACCÉLÉRATEUR DES INÉGALITES URBAINES EN ÉGYPTE

  • 8 À titre de comparaison, Paris intra-muros, qui est donnée comme étant une des villes les plus dens (...)

10Les villes égyptiennes se caractérisent par l’importance du phénomène de l’habitat informel et particulièrement dans le Grand Caire où il représente plus de 50 % de la surface résidentielle construite (Piffero, 2009). En 2009, Le Caire formel comptait 5 038 763 habitants contre 7 155 106 pour les quartiers informels (Sims, 2010), soit plus de 60 % de la population. Ainsi l’urbanisation non réglementaire en Égypte, loin de constituer l’exception, constitue la majorité (Séjourné, 2009). Ces quartiers sont caractérisés par leur densité de population qui dépasse les 200 000 hab./km² dans certains quartiers8 (figure 1).

  • 9 Si deux entreprises peuvent gérer les déchets de deux millions d’habitants, ce chiffre ne dit rien (...)

11Cette diversité territoriale a été l’une des grandes surprises des entreprises étrangères lors de leur installation au Caire. En effet, les délégations sont basées sur les découpages administratifs qui ne tiennent pas compte de l’hétérogénéité de la forme urbaine et de la composition démographique des quartiers. La carte ci-dessous (figure 2) illustre que les territoires de délégation des entreprises ne sont pas égaux en termes d’emprise du phénomène d’habitat informel9.

Figure 1. Différences morphologiques et densité du bâti : le quartier informel de Mit Ouqba, au sein du quartier planifié de Mohendessin (Guiza).
[Source : Google Earth, 2013.]

12Ces quartiers, s’ils recèlent nombre de potentiels mis en évidence (Deboulet, 1994 ; Kipper, Fischer, 2009), cumulent néanmoins les difficultés, isolés qu’ils sont des services, même rudimentaires, de l’État.

13Dans ces inégalités, la nature ambivalente du déchet joue un rôle central et contribue, elle aussi, à déqualifier les quartiers informels du Caire dont elle aggrave en partie les inégalités.

Source : M. Séjourné, 2006.
Carte L. Debout, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 2. Zones d’urbanisation non réglementaire sur les périmètres de collecte.

Le rebut : un vecteur d’inégalités

  • 10 Nous utilisons ici les données des déchets collectés qui sont les seules disponibles puisque les d (...)
  • 11 Entretien avec le directeur général d’IES, 28/05/2009.

14La carte ci-contre (figure 3), montre que les habitants des quartiers non réglementaires produisent individuellement moins de déchets par jour que les habitants des quartiers planifiés. En effet, la production journalière des habitants des quartiers résidentiels ou à forte activité commerciale (Zamalek, les quartiers du centre-ville, Masr al-Gedida, Al-Nahza, Al-Khalifa et Al-Moqattam, etc.) est plus importante. Cependant, la carte suivante (figure 4) montre, au contraire, que la quantité de déchets collectés par jour par district est plus importante dans les quartiers non planifiés que dans les quartiers réglementaires (de 500 à 640 ou de 640 à 780 tonnes par jour dans les districts d’Al-Marg, Imbâba, Madinet Nasr, Al-Bassatin, Al-Zeitoun, etc.10). Cette apparente contradiction s’explique par la densité de population dans ces zones non réglementaires qui conduit à une production de déchets au km² beaucoup plus importante que dans les autres quartiers. Par exemple, le district d’Imbâba, composé pour grande partie de bâti non réglementaire, bien que ne constituant qu’un tiers de la surface déléguée à l’entreprise IES, représente plus de la moitié de la population que couvre son contrat de délégation et équivaut à 67 % de son service (599 500 habitants à Imbâba pour 395 430 à Doqqi et Agouza11). Du fait de cette densité, et bien que leurs habitants soient moins générateurs de déchets, ces quartiers produisent donc plus de déchets par jour que les quartiers réglementaires.

15Ainsi, les quartiers non réglementaires nécessitent des collectes plus fréquentes, ce qui contribue à y augmenter les coûts opérationnels comme en témoignent les responsables des entreprises étrangères :

Le problème des zones pauvres, ce n’est pas la saleté mais la densité. Elles sont les régions qui coûtent le plus cher. Quand on cherche à savoir combien de fois il est nécessaire de collecter ici ou là, nous regardons la densité, pas le niveau de richesse. (Entretien en anglais avec le directeur général d’IES, 28/05/2009.)

  • 12 Calcul d’après données d’IES, 2009.
  • 13 Imbâba : 56,5 véhicules à moteur ; Doqqî : 35,5 ; ‘Agouza : 37.

16De plus, la morphologie urbaine de ces quartiers entrave la gestion du rebut. Leur voirie étroite et leurs rues, majoritairement non asphaltées, couplées à l’extrême densité de la population compliquent leur desserte en collecte et en nettoyage. Il faut donc, par exemple, dans le secteur non réglementaire d’Imbâba, 344 collecteurs pour 6,5 km² contre 79 pour 5,28 km² dans le quartier réglementaire d’Agouza12. La quantité d’équipement nécessaire est, elle aussi, presque deux fois plus importante à Imbâba alors que la surface en km² des trois secteurs de l’entreprise est presque égale13. De même, les équipements destinés à desservir des quartiers planifiés sont inadaptés à la voirie étroite de ces quartiers qui demandent des équipements spécifiques afin de pénétrer dans les rues les plus étroites. C’est pourquoi, par exemple, l’entreprise AMA Arab a muni ses collecteurs de charrettes à bras afin d’effectuer le ramassage en porte-a`porte dans les quartiers non réglementaires. Cette charrette est ensuite acheminée soit vers un camion de petite taille, soit directement vers un camion muni d’une grue, les chargements étant destinés à la station de transfert (figures 5 et 6).

Source : AMA Arab, IES, CCBA.
Carte L. Debout, 2009, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Quantité de déchets collectés par jour et par habitant dans les gouvernorats du Caire et de Giza.

Source : AMA Arab, IES, CCBA.
Carte L. Debout, 2009, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 4. Quantité de déchets collectés par jour par district dans les gouvernorats du Caire et de Giza.

Figure 5. Collecte domiciliaire dans les rues étroites du quartier informel de Zaweyya, à l’aide de charrettes à bras par les employés de l’entreprise AMA Arab.
[Cliché : L. Debout, 2009.]

  • 14 Calculs d’après les données d’IES.

17Cette production détritique et ces réalités urbaines conduisent à un surcoût d’opération dans ces quartiers pour les opérateurs formels, qu’ils soient publics ou privés. Ainsi, le quartier d’Imbâba représente un coût d’opération au km² deux fois plus important que le quartier planifié de Doqqî14. La gestion du « déchet-rebut » défavorise donc ces quartiers non réglementaires.

La ressource : un vecteur d’inégalités

  • 15 Les informations rapportées ici sont issues d’une enquête conduite par moi-même en juin 2010 avec (...)
  • 16 À titre comparatif, la ville de Blois (préfecture du Loir-et-Cher) compte 48 600 habitants (2004) (...)

18Mais la ressource aussi tend à pénaliser les quartiers d’habitat non réglementaire. En effet, comme le montre le tableau ci-contre (tableau 1) pour la zone ZW12 du district de Zaweyya, la production détritique y est majoritairement organique. L’absence de matière sèche dans les déchets de ces ménages est souvent expliquée par des habitudes de consommation moins génératrices d’emballages que celles des ménages plus aisés. Si cette hypothèse peut être en partie correcte, la composition organique de ces déchets tient surtout aux habitudes de tri et de recyclage des habitants de ces quartiers qui ont parfaitement intégré la valeur économique de leurs poubelles. L’exemple du secteur ZW12 du district de Zaweyya géré par la société AMA Arab au nord du Caire le montre bien : Zaweyya est un district de 315 465 habitants15 ; le secteur ZW12 correspond à deux zones de collecte de l’entreprise AMA Arab et compte 41 850 habitants ; la densité moyenne y est de 119 974 hab./km216.

Figure 6. Déchargement d’une charrette à bras par un camion grue dans le quartier de Zaweyya.
[Cliché : L. Debout, 2009.]

Organique

58 %

Papier

5 %

Plastique

2 %

Métal

1 %

Autres

1 %

Poussière

33 %

Tableau 1. Composition des déchets dans le secteur ZW12 du district de Zaweyya (Caire-Nord).
[Source : AMA Arab, 2010.]

19Dans ce quartier de nombreux collecteurs, n’appartenant pas à la communauté des zabbâlîn, collectent les déchets recyclables auprès des habitants ou des commerces. Ces collecteurs viennent de l’extérieur, mais sont aussi des résidents du quartier qui cherchent à se procurer des revenus supplémentaires. Les habitants procèdent volontairement au tri puisqu’ils revendent leurs matériaux aux différents collecteurs.

  • 17 La plupart de ces collecteurs ambulants ne font pas partie de la communauté des chiffonniers. Ils (...)
  • 18 Ces chiffres correspondent à une évaluation issue de témoignages oraux des acteurs et non d’une en (...)

20Les matériaux concernés par ces activités sont très divers. Il s’agit de matériaux destinés à être réutilisés ou bien recyclés : essentiellement du pain, du carton, du plastique, des os, des cartons d’œufs et des tissus. Le pain est vendu par les habitants à des intermédiaires qui le trient selon sa qualité pour le revendre ensuite à des éleveurs de bétail (figure 7). Le carton est collecté auprès des magasins par des récupérateurs extérieurs au quartier pour être recyclé. Les os sont récupérés auprès des bouchers pour fabriquer de la colle. Les habitants collectent les bouteilles en plastique et les revendent dans le quartier afin de servir de contenant (pour vendre des petites doses de lessive, pour servir de réservoir, etc.). Enfin, le quartier étant à proximité d’une usine de textile, les habitants de Zaweyya y revendent leurs vieux chiffons. À la différence des collecteurs qui travaillent dans les quartiers aisés, la plupart de ceux de Zaweyya sont fixes et résident dans le quartier. Les habitants leur vendent leurs déchets par apport volontaire. Quelques récupérateurs ambulants passent mais, n’achetant pas les matériaux17, les habitants se dirigent plus volontairement vers les collecteurs fixes dans la mesure où ils achètent les déchets. Par semaine, environ 750 à 850 kg de déchets seraient récupérés de cette façon dans ces deux seules zones de collecte à Zaweyya18. Ces collecteurs exercent ce travail en activité secondaire (pour les collecteurs en points d’apport volontaire) et principale (pour les collecteurs ambulants). Ils génèrent entre 20 et 50 £ E (environ 2 à 5,5 €) de revenus par semaine (Debout, 2010b).

Figure 7. Tri du pain. Selon sa qualité, ce pain, destiné aux animaux, sera vendu plus ou moins cher.
[Cliché : L. Debout, 2010.]

  • 19 Seuls les sarīḥ qui collectent dans les containers ou l’espace public sont des récupérateurs après (...)

21Le fait que ces activités de récupération prennent place le plus souvent avant le dépôt19 questionne l’existence du « déchet » lui-même, en tant qu’objet symbolique et anthropologique. Très peu de matériaux ou d’objets sont abandonnés à Zaweyya. De même, de façon corrélative et sans surprise, cela signifie que les habitants faisant l’effort de trier leurs déchets à la source et de les apporter à un récupérateur, le font pour les revenus qu’ils peuvent en tirer et non pas par souci écologique ou hygiénique. Il s’agit bien, dans ce cas, de l’échange d’une ressource et non pas d’un objet sans valeur. Au contraire, cette transaction par vente et achat signifie que la valeur de l’objet « déchet » est intégrée et admise par les deux parties prenantes : les habitants trieurs et les acheteurs de matières ou déchets réutilisables.

22Ces activités de tri et de récupération réduisent la composition sèche des déchets produits et induisent, pour ce quartier de Zaweyya, une composition essentiellement organique des déchets. Pour les acteurs économiques formels, cette composition affecte leur capacité de valorisation. En effet, l’absence de matières sèches (plastique, cartons, etc.) ne permet pas une valorisation par le recyclage. De même, et bien que le compost soit une méthode de traitement connaissant de bons débouchés en Égypte, la nature organique des déchets des quartiers non réglementaires n’autorise pas cette valorisation puisque, en réalité, une grande partie des matières définies comme organiques est composée de poussière et non pas des résidus alimentaires. Si ces quartiers coûtent donc plus chers à collecter aux entreprises privées, leurs déchets rapportent aussi moins d’argent.

23Du point de vue des chiffonniers de la communauté des zabbâlîn, force de main-d’œuvre importante dans la collecte des déchets au Caire, les déchets de ces quartiers ne les intéressent pas du fait de leur composition, mais aussi parce que les habitants, ayant intégré la valeur économique de leurs rebuts, ne les donnent pas, mais les vendent comme en témoigne l’un d’eux :

Les déchets ne sont pas vraiment valorisables [en parlant des rues pauvres de Zaweyya] parce que les gens trient à domicile et qu’il y a d’autres collecteurs comme les roba vecchia [récupérateurs d’objets de deuxième main]. Je travaille aussi à Madinat Nasr où les déchets ont plus de valeur. [Entretien en arabe avec un zabbâl travaillant pour le mo‘allem (« patron ») Mahrous, 08/06/2010.]

24Ces différentes façons d’agir dans les quartiers informels contribuent à faire du déchet ménager un simple rebut pour les acteurs principaux de la collecte des déchets en Égypte.

25Ainsi, le « déchet-rebut » et le « déchet-ressource » entraînent une combinaison de deux difficultés pour les quartiers informels du Caire doublement déqualifiés par cette nature ambivalente : les acteurs formels sont peu enclins à desservir ces quartiers au regard d’un coût du service plus important que dans les autres quartiers et d’un déchet collecté non valorisable ; de même, les chiffonniers ne sont pas intéressés à les collecter au regard de la faible valeur marchande des ordures. Ce désintéressement et ce surcoût, couplés à une production au km 2 beaucoup plus importante que dans les autres quartiers du Caire, contribuent à faire des quartiers populaires les quartiers les moins bien desservis et les plus sales de l’agglomération. De ce fait, cet état de saleté participe très activement à la construction des représentations sociales des résidents du quartier et, de manière générale, est perçu comme un marqueur discriminant par les habitants des quartiers populaires (Debout, 2012b).

DU REBUT À LA RESSOURCE : LES DÉFIS POUR UNE COLLECTE UNIVERSELLE

26Ces particularités propres aux quartiers informels compliquent donc la mise en œuvre du service. En effet, la plupart des entreprises, n’ayant pas pris la mesure de l’ampleur du phénomène de l’habitat informel au Caire, n’avaient pas prévu les investissements particuliers qu’exigent ces quartiers en termes d’équipements et de main-d’œuvre. Pour les entreprises, ces difficultés s’ajoutent à de nombreuses autres, communes à tous les types de quartiers : habitudes de dépôts anarchiques des habitants, trafic permanent, etc. Tout ceci conduit à un état de propreté insatisfaisant dans les rues cairotes que les autorités publiques locales répriment en infligeant aux entreprises des pénalités élevées. Certaines d’entre elles ont donc cherché les moyens de parvenir à maintenir leur équilibre financier en tenant compte de ces deux éléments que sont les coûts d’opération excessifs dans les quartiers informels et les pénalités répétées de la part des autorités.

Les différentes relations entre les zabbâlîn et les entreprises

  • 20 Les valeurs éthiques de Véolia la contraignent, par exemple, à collecter des déchets emballés par (...)

27La plupart des entreprises a vu l’activité des chiffonniers comme un facteur de complication dans la mesure où ces derniers ont procédé à des sabotages réguliers de leur matériel, mais aussi comme un facteur d’économie financière et de moyens. Seule l’entreprise Véolia en raison de ses normes environnementales internationales a refusé de coopérer avec la communauté20. Les autres entreprises, en revanche, ont pris en compte leur activité, que ce soit de façon formelle ou tacite.

Le « délestage » tacite de la société IES

  • 21 Entretien avec le directeur général d’IES, 28/05/2009.

28L’entreprise italienne IES, en charge de la gestion des déchets dans la partie nord du gouvernorat de Giza, avait dans un premier temps tenté de recruter les chiffonniers. Néanmoins, peu satisfaite de leur régularité et du fait des pénalités qui s’ensuivaient, elle a, par la suite, renoncé à cette intégration. Aujourd’hui, elle se contente de leur distribuer des gounia (« sacs ») afin qu’ils collectent le plus proprement possible. Selon le directeur général d’IES, ces difficultés sont liées à la faible structuration des zabbâlîn de Giza qui sont, de plus, beaucoup moins bien équipés que ceux du Caire et auxquels il est donc plus difficile de sous-traiter une partie du service21.

  • 22 D’après une observation régulière du service de collecte domiciliaire des déchets dans le quartier (...)

29À Giza-Nord, les chiffonniers continuent donc de collecter en parallèle de l’entreprise, sans être intégrés officiellement à la collecte formelle. Néanmoins, l’entreprise n’ignore pas leur présence dans la conduite de son travail. Au contraire, dans l’objectif de réduire ses coûts d’opération et consciente de l’activité de ces chiffonniers, elle semble s’accommoder, de fait, du service rendu par ces acteurs et vient fournir son service de collecte en complément de celui-ci22. Dans les quartiers qui les intéressent, les chiffonniers passent donc dans les appartements récupérer les déchets et l’entreprise se contente de nettoyer et balayer les rues et de collecter les déchets au container. Les chiffonniers collectent la ressource tandis que l’entreprise collecte le rebut.

30Ce sont ces arrangements tacites qui ont permis à l’entreprise de ne pas être déficitaire, malgré ses plaintes répétées auprès des autorités publiques quant à ses difficultés financières (Debout, 2012a). Pour autant, c’est au détriment du service que l’entreprise se maintient.

L’intégration opportuniste de la société AMA Arab

  • 23 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 24/08/2006.
  • 24 Ibid.

31AMA Arab, seconde entreprise italienne en charge du Caire-Nord et Ouest a, comme les autres, été surprise de la présence et de l’importance de l’activité des chiffonniers au Caire. Au départ, l’entreprise ne semblait pas très enthousiasmée par cette présence bien qu’elle ait examiné sérieusement la situation avant de débuter son travail23. Comme la société IES, elle a tenté, dans un premier temps, de recruter les chiffonniers en exigeant d’eux qu’ils travaillent au même titre que leurs employés, par l’intermédiaire de contrats de travail, 8 h par jour, et ce en uniforme. À l’époque, l’entreprise n’acceptait de recruter que deux personnes par famille. Néanmoins, ces procédures de recrutement étaient complexes et longues et conduisaient la plupart des entreprises à maintenir les deux systèmes en parallèle comme nous le confiait le directeur d’AMA en 200624. De plus, les chiffonniers n’étaient pas intéressés par ces modes de collaboration dans la mesure où passer de travailleurs indépendants à salariés leur faisait perdre les bénéfices tirés de la valorisation des déchets.

  • 25 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 25/07/2007, traduit de l’anglais.

32À partir de 2007, en raison de ces difficultés, l’entreprise a changé de stratégie et leur a accordé des contrats de sous-traitance. Elle a commencé à sous-traiter la collecte domiciliaire à ceux que le directeur nomme « les représentants des zabbâlîn25 », les mo’allemîn (« patrons ») (Debout, Florin, 2011).

  • 26 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 27/04/2011.

33Cette délégation aux chiffonniers a bien vite pris une grande ampleur. Il faut ajouter que l’entreprise avait aussi des intérêts économiques dans cette affaire et sa ténacité à recruter les zabbâlîn résulte en grande partie de ceux-là. L’entreprise s’est saisie en opportuniste d’une main-d’œuvre pléthorique bon marché lorsque les autorités déléguantes lui ont demandé d’accroître encore son service en termes de tournées de collecte et de nettoyage26.

  • 27 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 05/03/2009.
  • 28 Le salaire estimé d’un collecteur par l’intermédiaire de la sous-traitance est plus élevé que le s (...)

34En effet, la sous-traitance aux zabbâlîn permet à l’entreprise d’économiser sur ses coûts d’opération puisque la délégation se passe comme suit : sur un territoire déterminé, l’entreprise estime le nombre de collecteurs dont elle a besoin et sous-traite en conséquence27. Considérant le salaire d’un chiffonnier à 530 £ E (environ 60 €28 si, par exemple, l’entreprise a besoin de 15 collecteurs, elle signe un contrat de sous-traitance avec un mo’allem de 7 950 £ E par mois (530 × 15 = environ 870 €) qui lui recrutera le personnel nécessaire. Néanmoins, ces coûts de main-d’œuvre ne comportent pas les frais d’opération liés à l’équipement motorisé, à l’essence, à la maintenance, etc. Ce qui représente donc un avantage économique pour l’entreprise, puisque ces coûts sont à la charge des zabbâlîn sous-traitants.

  • 29 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 05/03/2009.

35Ainsi, dans le budget d’AMA Arab, les contrats avec les zabbâlîn ne représentent que 13 % du montant total annuel des dépenses opérationnelles de l’entreprise alors qu’ils concernent 94 secteurs sur les 135 à la charge de l’entreprise – soit 69,5 % du territoire d’AMA29.

  • 30 En mai 2009, suite au virus H1N1, le gouvernement central égyptien décide l’abattage de l’intégral (...)
  • 31 Entretien avec le directeur de la propreté à la CCBA, 21/05/2009.

36Certes, les contrats ne concernent que la collecte, donc le balayage et ramassage des containers restent à la charge de l’entreprise. Mais le traitement de ces secteurs, jusqu’à la grippe porcine de mai 200930, était complètement à la charge des chiffonniers. C’est donc en toute logique que la sous-traitance au secteur informel a réduit les coûts d’exploitation de l’entreprise. Les chiffonniers acceptent cet état de fait et les plus « petits » collectent même sans être rémunérés, dans la mesure où ils récupèrent une ressource qu’ils valorisent par le recyclage ou la revente. Ces bénéfices économiques de l’entreprise AMA Arab, liés à la délégation, lui ont permis de faire face aux surcoûts que constitue la collecte des quartiers non planifiés : ceux placés sous son contrôle sont finalement les seuls à disposer d’une collecte à l’intérieur des rues étroites et parfois en porte-à-porte. En effet, dans les autres cas, les entreprises ne pénètrent pas dans les quartiers non planifiés, mais disposent des containers à l’extérieur de ces quartiers dans les rues principales31. L’entreprise se concentre donc dans les quartiers non planifiés où elle collecte un rebut tandis que les zabbâlîn desservent les quartiers planifiés où ils collectent une ressource. Ce système n’a été possible que dans le cas du Caire, car les chiffonniers y sont mieux structurés et mieux équipés que ceux d’Alexandrie et de Giza.

  • 32 Pour le détail des inadéquations entre territoires opérationnels des entreprises et territoires de (...)
  • 33 Traditionnellement, les ménages payent mensuellement un tribut aux zabbâlîn qui viennent collecter (...)

37Cette méthode opérationnelle présente cependant plusieurs limites. Tout d’abord, comme nous l’indiquions précédemment, le fonctionnement territorial de l’entreprise par zones et secteurs de collecte diffère des découpages territoriaux communautaires et héréditaires de la communauté des chiffonniers32. Il arrive donc qu’un chiffonnier n’assure pas la collecte intégrale de son secteur parce que, s’il détient les droits officiels pour sa collecte, il n’y détient pourtant pas les droits de propriété communautaires. De même, les secteurs de délégation des entreprises peuvent tout à la fois comprendre une partie formelle de la ville et des quartiers informels qui n’ont pas la même valeur aux yeux des chiffonniers. Surtout, l’entreprise dialogue avec les supérieurs hiérarchiques de la communauté, les mo’allemîn qui signent les contrats et ne payent pas en retour les « petits zabbâlîn » qui collectent pour eux. Ces derniers cherchent donc à maintenir leurs revenus traditionnels qui reposent sur le tribut mensuel des ménages33 et, surtout, sur la valorisation de leur collecte. Or, de nouveau, les secteurs des quartiers informels sous-traités aux zabbâlîn présentent différents obstacles qui découragent les chiffonniers de s’y rendre. Ainsi, les habitants de ces quartiers, payant déjà la taxe pour la propreté publique sur leur facture d’électricité, refusent de payer une seconde fois pour le tribut traditionnel. Si les zabbâlîn peuvent accepter de ne pas être rémunérés dans les quartiers où les déchets sont valorisables, ils ne l’acceptent pas dans les quartiers où les déchets ont peu de valeur. Ceci représente donc un manque à gagner important pour les collecteurs et une contrainte pour les habitants puisque les premiers menacent les seconds de ne pas venir chercher leurs déchets si ceux-ci ne les payent pas ! Les plus défavorisés (habitants et zabbâlîn) sont donc doublement perdants.

La fin du rebut ?

  • 34 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 03/05/2011.

38Ces difficultés d’encadrement et de rémunération des collecteurs incitent AMA Arab à chercher un contact direct avec les chiffonniers. Il est nécessaire pour l’entreprise que les collecteurs soient directement rémunérés afin de s’assurer qu’ils effectuent leur travail. C’est pourquoi, lors de différentes mobilisations post-révolutionnaires, AMA Arab s’est montrée très intéressée par les « petits chiffonniers » qui revendiquaient le droit de travailler sans les mo’allemîn en formant des ta’âouneyya (« coopératives »). Pour l’entreprise, il s’agirait aussi d’un moyen plus facile de contrôler le travail des « petits34 ».

39Forte de ses capacités de dialogue et d’expertise, l’entreprise AMA Arab a signé, en novembre 2010, un nouveau contrat qui semble faire se réunir les intérêts de l’entreprise privée et des « petits chiffonniers » : d’une part, éviter les intermédiaires que sont les mo‘allemîn de sorte à rémunérer directement les récupérateurs et donc s’assurer de leur travail effectif et, d’autre part, garantir aux chiffonniers l’accès au déchet. Le nouveau contrat signé entre l’entreprise et les autorités égyptiennes prévoit ainsi la rémunération de l’entreprise à la tonne collectée et entérine le modèle de service co-produit par les chiffonniers et l’entreprise par l’intermédiaire de la sous-traitance. Il différencie trois modalités de rémunération différentes des chiffonniers sous-traitants en fonction de l’équipement de ces derniers et de leur intérêt pour les matières collectées. Les collecteurs qui n’ont pas de camions collecteront les déchets en porte-à-porte, les transporteront vers les camions de la société qui les emporteront vers les stations de transfert ; ils seront payés à l’appartement et ne garderont pas les déchets. Ceux qui ont des camions seront autorisés à délivrer des déchets aux stations de transfert ; ils pèseront leur collecte et seront payés en fonction de ce qu’ils ont collecté ; ils ne garderont pas les déchets. Ceux qui ont des camions et qui veulent garder les déchets se rendront à la décharge de Qatameyya et y pèseront leur chargement ; ils feront le tri là-bas dans des équipements gérés par les autorités publiques ; ils seront payés relativement au poids qu’ils ont collecté et recevront une compensation pour les coûts supplémentaires liés au déplacement jusqu’au site de Qatameyya ; de plus, ils garderont les recyclables et pourront les revendre.

  • 35 Ce cas de rémunération des entreprises au poids n’est pas une exception égyptienne et a déjà été m (...)

40Dans ce nouveau plan, le zabbâl récupérateur sera rémunéré par l’entreprise selon le montant de sa collecte et pourra, s’il le souhaite, emporter les déchets pour les valoriser. Les zabbâlîn seront donc encouragés à collecter le plus possible. De son côté, l’entreprise sera, elle aussi, rémunérée à la tonne collectée et comptabilisera, dans sa collecte, le fruit de la collecte des chiffonniers35.

41Ce nouveau schéma consacre le déchet comme ressource en rémunérant les collecteurs au poids. Ce changement attribue une valeur renouvelée aux déchets des quartiers informels dans la mesure où leurs déchets, essentiellement organiques, pèsent plus lourd que les déchets des quartiers planifiés. Plus encore que de simplement réhabiliter le déchet comme ressource, le nouveau contrat annule la valeur du déchet comme rebut. Désormais le rebut a une valeur : son poids. Le nouveau mode de gestion consacre une définition univoque du déchet ressource.

CONCLUSION. « ZÉRO DÉCHET » : VERS UNE NOUVELLE DÉFINITION DU DÉCHET EN ÉGYPTE ?

42Alors que la gestion de la ressource comme la gestion du rebut étaient vecteurs d’inégalités territoriales, le nouveau plan de travail signé fin 2010 trouve la solution au problème de la gestion des déchets dans l’institutionnalisation de l’inexistence du rebut. En effet, dès lors que tous les déchets ont un poids, tous les déchets du Grand Caire deviennent ressource.

43Cette réintroduction de la valeur du déchet comme motivation du service a été le résultat des difficultés qu’a entraîné la normalisation territoriale promue par la gestion intégrée des déchets. Il semblerait que, après presque 15 ans de délégation, la nécessité de faire disparaître l’existence même du rebut ait été celle qui se soit imposée afin de solutionner le problème de la collecte universelle et égale dans les villes égyptiennes fragmentées.

  • 36 Voir le site Golden Waste (Al-Nefeyyât al-Zahabeyya).

44Les évolutions récentes en Égypte, après l’élection du président Morsi, entérinent et encouragent cette façon de considérer le déchet. Si la tendance actuelle n’est pas encline aux entreprises étrangères, M. Morsi, lors de son investiture, avait affiché ses cinq priorités dont l’une promettait d’en finir avec le problème des déchets dans les 100 jours. Il se mettait au défi de faire de fardeau, richesse. De cette manière et, à plusieurs reprises, s’appuyant sur les difficultés économiques de la jeunesse égyptienne, le Président et son cabinet ont encouragé les jeunes par voie de presse à créer des petites entreprises de collecte de déchets afin de procéder au recyclage. De même, des sites internet ont ouvert, affichant en direct l’évolution du prix des matières recyclables36. L’Égypte, à sa façon, propose un mode de gestion des déchets reposant sur l’idéologie renouvelée du « zéro déchet » et l’envisage comme un moyen vers l’universalité du service.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barles Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 297 p.

Deboulet Agnès, 1994, Vers un urbanisme d’émanation populaire. Compétences et réalisations des citadins. L’exemple du Caire, Thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Frey, Institut d’urbanisme de Paris, 729 p.

Debout Lise, 2010a, Partenariats public-privé et gestion locale des déchets en Égypte, Paris, AFD, non publié, 70 p.

Debout Lise, 2010b, Solid Waste Management Cycle in Northern Cairo, Le Caire, COSPE, 55 p.

Debout Lise, 2012, Gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme sous la direction de F. Scherrer et E. Verdeil, Université Lyon 2, 440 p.

Debout Lise, 2012b, « Privatisation de la gestion des déchets ménagers : le laboratoire d’une décentralisation avortée ? », dans Lavergne M. (dir.), Chroniques égyptiennes. 2007-2009, Le Caire, CEDEJ, p. 45-56.

Debout Lise, Florin Bénédicte, 2011, « Les contradictions du nouveau système de déchets au Caire. Conflits, négociations et stratégies d’acteurs », Égypte-Monde arabe, no 8 : « Développement durable au Caire : une provocation ? », p. 31-57.

Desvaux Pierre, 2009, Les impacts de la délégation de la gestion des déchets au Caire sur la filière informelle des ordures, Mémoire de master 1 sous la direction de B. Florin, Université François-Rabelais de Tours, 50 p.

Florin Bénédicte, 2010, « Réforme de la gestion des déchets et reconfiguration des territoires professionnels des chiffonniers du Caire », Géocarrefour, no 85, no 2 : « Services publics en réforme dans le monde », p. 109-118.

Furniss Jamie, 2012, Metaphors of Waste : Several Ways of Seeing Development and Cairo’s Garbage Collectors, Thèse de doctorat en philosophie sous la direction de N. Gooptu, Université d’Oxford, 294 p.

Gouhier Jean, 2001, Au-delà du déchet, le territoire de qualité. Manuel de rudologie, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 240 p.

Kipper Regina, Fischer Marion (dir.), 2009, Cairo’s Informal Areas between Urban Challenges and Hidden Potential. Facts Voices. Visions, Le Caire, GTZ, 115 p.

Piffero Elena, 2009, « Beyond Rules and Regulations: The Growth of Informal Cairo », dans Kipper R., Fischer M. (dir.), Cairo’s Informal Areas between Urban Challenges and Hidden Potential. Facts, Voices, Visions, Le Caire, GTZ, p. 21-27.

Séjourné Marion, 2006, Les politiques récentes de « traitement » des quartiers illégaux au Caire : nouveaux enjeux et configuration du système d’acteurs ?, Thèse de doctorat sous la direction de P. Signoles, Université François-Rabelais de Tours, 602 p.

Séjourné Marion, 2009, « The History of Informal Settlements », dans Kipper R., Fischer M. (dir.), Cairo’s Informal Areas between Urban Challenges and Hidden Potential. Facts, Voices, Visions, Le Caire, GTZ, p. 147-150.

Sims David, 2010, Understanding Cairo. The Logic of a City Out of Control, Le Caire, The American University in Cairo Press, 335 p.

Notes

1 Jean Gouhier, géographe à l’origine de la rudologie (science de l’étude des déchets) propose dès les années 1970 une analyse géographique du déchet qui, dans sa qualité de rebut, contribuait à dévaloriser les territoires périphériques. J. Gouhier définissait ainsi le déchet comme un marqueur négatif des territoires.

2 Dans cet article, nous évoquerons Le Caire au sens de la conurbation de la capitale égyptienne qui recoupe trois gouvernorats (Giza, Qaliubeyya et Le Caire). Chaque référence à un gouvernorat particulier sera mentionnée.

3 Il s’agit de récupérateurs d’objets qui déambulent dans les rues avec une carriole en criant « robabekia », expression tirée de l’italien roba vecchia signifiant « vieilles choses/vieilles affaires ». Cet emprunt à l’italien, également d’usage chez les récupérateurs à Tunis, semble signifier que, au début du XXe siècle, lors de la forte présence des Italiens en Méditerranée, ces derniers exerçaient des activités de brocanteurs (voir lexique).

4 L’adjectif détritique vient de la géologie et désigne le caractère d’une roche composée de détritus rocheux, animaux, végétaux, etc. Il est utilisé pour parler des déchets afin de qualifier ce qui relève des détritus.

5 Après les appels d’offre, différentes entreprises européennes ont remporté le marché. Il s’agissait, pour celles dont on traite ici, de Véolia Propreté à Alexandrie, d’IES (filiale Gesenu) à Giza-Nord et d’AMA Arab (avant filiale d’AMA Roma, maintenant filiale de Gesenu) au Caire-Nord et Ouest. La figure 2 présente également les autres opérateurs.

6 Les zones déléguées aux entreprises étrangères oscillent entre deux et quatre millions d’habitants.

7 Par exemple, un quartier va être découpé en cinq ou six zones de balayage selon qu’il compte plus ou moins de km2 de voiries à balayer.

8 À titre de comparaison, Paris intra-muros, qui est donnée comme étant une des villes les plus dense d’Europe, compte 20 164 hab./km2.

9 Si deux entreprises peuvent gérer les déchets de deux millions d’habitants, ce chiffre ne dit rien de la proportion des usagers résidant dans les quartiers non réglementaires.

10 Nous utilisons ici les données des déchets collectés qui sont les seules disponibles puisque les déchets sont pesés sur les sites de décharge. Ailleurs, nous avons tenté une estimation des déchets produits, mais nous ne l’avons pas utilisée ici pour plus de fidélité à la réalité des chiffres (Debout, 2010a).

11 Entretien avec le directeur général d’IES, 28/05/2009.

12 Calcul d’après données d’IES, 2009.

13 Imbâba : 56,5 véhicules à moteur ; Doqqî : 35,5 ; ‘Agouza : 37.

14 Calculs d’après les données d’IES.

15 Les informations rapportées ici sont issues d’une enquête conduite par moi-même en juin 2010 avec l’entreprise AMA Arab et avec l’organisme de coopération internationale COSPE.

16 À titre comparatif, la ville de Blois (préfecture du Loir-et-Cher) compte 48 600 habitants (2004) pour une superficie de 37,46 km2, soit une densité de 1 297 hab./km2.

17 La plupart de ces collecteurs ambulants ne font pas partie de la communauté des chiffonniers. Ils ne récupèrent pas, dans leur totalité, les poubelles des ménages, mais seulement certains matériaux. Cependant, certains collecteurs de la communauté des chiffonniers passent récupérer les cartons dans les boutiques qui les leur vendent ; ceci s’explique par la proximité avec le quartier des chiffonniers de ‘Ezbât al-Nahl (cf. l’article de B. Florin p. 239-268 dans ce même ouvrage).

18 Ces chiffres correspondent à une évaluation issue de témoignages oraux des acteurs et non d’une enquête quantitative exhaustive.

19 Seuls les sarīḥ qui collectent dans les containers ou l’espace public sont des récupérateurs après dépôt. Certains d’entre eux appartiennent à la communauté des chiffonniers et ont abandonné la collecte à domicile après la privatisation. Cf. le lexique de cet ouvrage.

20 Les valeurs éthiques de Véolia la contraignent, par exemple, à collecter des déchets emballés par l’intermédiaire d’un container. L’entreprise ne peut donc pas collecter en porte-à-porte.

21 Entretien avec le directeur général d’IES, 28/05/2009.

22 D’après une observation régulière du service de collecte domiciliaire des déchets dans le quartier de Machrou’ et de Mohendessin tout au long de l’année 2009.

23 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 24/08/2006.

24 Ibid.

25 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 25/07/2007, traduit de l’anglais.

26 Entretien avec le directeur d’AMA Arab, 27/04/2011.

27 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 05/03/2009.

28 Le salaire estimé d’un collecteur par l’intermédiaire de la sous-traitance est plus élevé que le salaire d’un employé direct d’AMA Arab (qui est de 420 £ E par mois), puisque des salaires de ses employés sont déduites les cotisations sociales, ce qui n’est pas le cas de ceux des chiffonniers. C’est donc le délégataire qui doit verser ces cotisations sociales à ses employés (entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 05/03/2009).

29 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 05/03/2009.

30 En mai 2009, suite au virus H1N1, le gouvernement central égyptien décide l’abattage de l’intégralité du cheptel porcin en Égypte. Les chiffonniers, éleveurs de cochons, ont été profondément affectés par cette décision précipitée (Furniss, 2012).

31 Entretien avec le directeur de la propreté à la CCBA, 21/05/2009.

32 Pour le détail des inadéquations entre territoires opérationnels des entreprises et territoires de collecte des chiffonniers, voir L. Debout (2012a). Pour des informations sur le fonctionnement territorial communautaire des zabbâlîn, voir notamment P. Desvaux (2009) et B. Florin (2010).

33 Traditionnellement, les ménages payent mensuellement un tribut aux zabbâlîn qui viennent collecter leurs déchets (de 0,5 à 15 £ E). Si ce tribut constitue un revenu, il n’est pas toujours versé directement aux collecteurs eux-mêmes et ne représente qu’un complément au recyclage et à l’élevage porcin qui représentent la plus grande part des bénéfices générés sur la collecte des ordures.

34 Entretien avec le chef d’exploitation d’AMA Arab, 03/05/2011.

35 Ce cas de rémunération des entreprises au poids n’est pas une exception égyptienne et a déjà été mis en place dans différentes villes d’Afrique. Ce qui relève de l’exceptionnel est l’institutionnalisation contractuelle de la délégation du secteur formel au secteur informel.

36 Voir le site Golden Waste (Al-Nefeyyât al-Zahabeyya).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Différences morphologiques et densité du bâti : le quartier informel de Mit Ouqba, au sein du quartier planifié de Mohendessin (Guiza). [Source : Google Earth, 2013.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Source : M. Séjourné, 2006. Carte L. Debout, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 2. Zones d’urbanisation non réglementaire sur les périmètres de collecte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Source : AMA Arab, IES, CCBA. Carte L. Debout, 2009, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 3. Quantité de déchets collectés par jour et par habitant dans les gouvernorats du Caire et de Giza.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Source : AMA Arab, IES, CCBA. Carte L. Debout, 2009, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 4. Quantité de déchets collectés par jour par district dans les gouvernorats du Caire et de Giza.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 5. Collecte domiciliaire dans les rues étroites du quartier informel de Zaweyya, à l’aide de charrettes à bras par les employés de l’entreprise AMA Arab. [Cliché : L. Debout, 2009.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure 6. Déchargement d’une charrette à bras par un camion grue dans le quartier de Zaweyya. [Cliché : L. Debout, 2009.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure 7. Tri du pain. Selon sa qualité, ce pain, destiné aux animaux, sera vendu plus ou moins cher. [Cliché : L. Debout, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7326/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

Auteur

Maître de conférences en géographie, aménagement et urbanisme à l’université Paris X Nanterre et chercheure au laboratoire LAVUE (UMR 7218) du CNRS. Elle est docteure en urbanisme de l’université Lyon 2. Sa thèse a porté sur l’analyse de la gestion urbaine en Égypte à travers le cas de la gestion des déchets ménagers. Pour la conduite de son terrain, elle a effectué de multiples séjours au Caire entre 2005 et 2011. Elle a été accueillie de 2008 à 2010 au CEDEJ (Centre de documentation et d’études juridiques, économiques et sociales) au Caire. Elle a travaillé en tant qu’experte pour des organismes internationaux.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540