Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie II. Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

Quand la vulnérabilité des populations permet de réduire la vulnérabilité urbaine : les déchets à Lima (Pérou)

Mathieu Durand

Texte intégral

1Le phénomène de métropolisation est ancien et bien connu en Amérique latine (Dureau et al., 2005). Ces énormes villes produisent des déchets en grandes quantités qui représentent un véritable défi pour la gestion urbaine, tant pour leur collecte que pour leur élimination. La gestion des déchets est souvent le parent pauvre des politiques urbaines, malgré un impact important sur l’environnement de la ville. Lima, qui s’étend sur 1 100 km2 et compte plus de 8 millions d’habitants, produit quotidiennement 6 420 tonnes de déchets solides municipaux1, dont 14 % ne font pas l’objet d’un traitement adéquat tel que le définit la législation péruvienne, c’est-à-dire qu’ils n’aboutissent pas dans les décharges contrôlées officiellement habilitées à les recevoir.

2L’essentiel des recherches sur la question des déchets se fait sous l’angle de la gestion du service public, de l’environnement urbain ou des techniques de valorisation des déchets. Ce texte se propose d’étudier les déchets sous l’angle de la vulnérabilité du territoire et de sa population. La vulnérabilité, ici évoquée, renvoie à un ensemble d’éléments qui font des déchets un risque pour la société urbaine, en termes non seulement sanitaire et environnemental, mais également économique et social. L’exposition des territoires et des populations à ces risques définit la vulnérabilité produite par les déchets. Cette approche permet de porter un autre regard sur la question des déchets urbains.

3La première partie de ce texte détaillera le fonctionnement et les acteurs de la gestion des déchets à Lima en mettant en évidence les problèmes posés par l’articulation entre les différents niveaux politico-administratifs impliqués. Dans une seconde partie, l’observation du circuit des déchets dans la ville permettra de mettre en évidence les logiques territoriales, sociales et économiques, indispensables à la compréhension de leur gestion. Dans cette partie, l’étude de la vulnérabilité urbaine s’appuie sur le suivi des déplacements de déchets opérés par l’ensemble des acteurs urbains et, plus précisément, sur les transferts de risques qu’ils représentent.

VERS UNE AMÉLIORATION PROGRESSIVE DE LA GESTION DES DÉCHETS À LIMA

4Les autorités péruviennes ont fait de gros efforts pour améliorer la gestion des déchets et leur traitement dans la capitale depuis le début des années 2000. Certaines défaillances persistent cependant toujours quant aux inégalités spatiales et au fait que le recyclage soit presque exclusivement réservé au secteur informel.

Un manque de gestion à l’échelle métropolitaine

Les institutions nationales : un pouvoir de contrôle et d’orientation

5La gestion des déchets solides se fait à Lima au travers de diverses institutions, sans qu’aucune ne puisse contrôler l’ensemble de la chaine. Ce diagnostic est l’une des conclusions du séminaire « PERUSAN » sur l’assainissement2 au Pérou, réalisé en novembre 2008 par le WSP (Water Sanitation Program – Programme d’assainissement de l’eau) de la Banque mondiale. Le ministère de la Santé, le ministère du Logement et le récent ministère de l’Environnement, créé en 2008, se partagent les compétences concernant les politiques d’assainissement, sans qu’aucune de ces trois institutions ne puisse prendre les mesures nécessaires pour effectuer un contrôle global de la gestion des déchets solides. En effet, chaque catégorie de déchets fait l’objet d’une législation différente.

6Le ministère de la Santé est l’entité responsable de l’application de la législation technique, sanitaire et environnementale relative aux déchets solides, s’appliquant pour l’essentiel aux municipalités (déchets ménagers, commerciaux et propreté publique) et aux industries (déchets industriels). La DIGESA (Dirección General de Salud Ambiental – Direction générale de santé environnementale) est le service de ce ministère qui effectue la surveillance des décharges contrôlées, des centres de traitement et de transfert des déchets, des matériels et des personnels. C’est elle qui autorise les entreprises à collecter, à transporter et à traiter les déchets municipaux (déchets ménagers, déchets commerciaux non dangereux et déchets issus du nettoyage des voies publiques), ainsi que les déchets industriels. Beaucoup d’entreprises et de municipalités passent cependant outre ces contrôles pour gérer tout ou partie de leurs déchets au sein d’un circuit informel, totalement imbriqué dans le circuit légal.

7Le ministère du Logement est, quant à lui, en charge de définir les lieux de dépôt des déchets de la construction, ainsi que de contrôler leur bon acheminement par les entreprises. Moins sensibles au niveau sanitaire que les déchets municipaux ou hospitaliers, ceux-ci engendrent cependant de nombreux problèmes à Lima comme nous le verrons par la suite. Ces deux ministères ont cosigné la loi générale des déchets solides de 20003, encadrant la gestion de ces derniers.

8Afin d’articuler les actions des différentes institutions, un plan national de gestion intégrée des déchets solides a été mis en place, en 2005, par le CONAM (Consejo Nacional del Ambiente – Conseil national de l’environnement), institution absorbée par le ministère de l’Environnement lors de sa création en 2008. Après un diagnostic de la situation péruvienne, ce document fixe les objectifs en termes d’amélioration du service, les méthodologies et les agendas associés, sans pour autant offrir de moyens financiers aux acteurs principaux que sont les municipalités. Comme dans la plupart des domaines, le ministère de l’Environnement n’a que très peu de prérogatives normatives en la matière. Il doit se contenter d’élaborer des guides, d’orienter les politiques publiques et, au mieux, de proposer des incitations financières, par exemple pour la mise en place d’une décharge contrôlée ou l’amélioration du système de collecte. Dans de nombreux cas, il joue un rôle d’intermédiaire entre les municipalités et les bailleurs de fonds extérieurs (ONG ou institutions internationales).

9Enfin le ministère de la Production, en charge de l’industrie et de la pêche, a des prérogatives sur la gestion des déchets industriels, sans pour autant la contrôler, ni même l’orienter.

Une gestion fragmentée effectuée par les gouvernements locaux

10Dans la pratique, l’essentiel des politiques publiques en matière de gestion des déchets est mis en œuvre par les municipalités (Riofrio et al., 1994). Leur rôle est fixé par la loi générale des déchets solides. Les municipalités agissent à deux échelles : celle des provinces et celle des districts (une province comprenant plusieurs districts). La municipalidad provincial (« minucipalité de province ») a des compétences spécifiques sur l’ensemble de la province, mais a également des compétences de municipalidad distrital (« municipalité de district ») sur le district central de ce cercado (« province »). Ensuite, chaque district possède sa propre municipalité indépendante.

11L’agglomération de la capitale péruvienne est sous la juridiction de deux municipalités de province, celle de Lima, la MML (Municipalidad Metropolitana de Lima – Municipalité métropolitaine de Lima), qui gère une population de 7 605 742 habitants (INEI4, 2007) et celle de Callao, couvrant une population de 876 877 habitants, sur laquelle se situent le port et l’aéroport de Lima. Ces deux collectivités ont la responsabilité de l’élimination des déchets, c’est-à-dire de la gestion des décharges contrôlées. Elles doivent également veiller à ce que tous les déchets produits par la ville y soient transférés.

12Les 47 municipalités de district de l’agglomération5 ont, pour leur part, la responsabilité de la collecte et du transport des déchets, sans aucune intervention ou contrôle des municipalités de province. Cette division des tâches, entre deux échelles politico-administratives indépendantes, amène de nombreuses difficultés et explique en partie que 14 % des déchets municipaux ne soient pas envoyés vers les seuls lieux officiellement habilités à les recevoir, c’est-à-dire les cinq décharges contrôlées de la ville (MML, 2007).

13Le fait que les municipalités de provinces jouent également le rôle de municipalité de district dans leur cercado, entraîne des confusions de la part des fonctionnaires qui agissent tantôt avec des compétences de province, tantôt avec des compétences de district. Sachant que chaque district jouit d’une grande indépendance, notamment financière, les provinces ont beaucoup de difficultés à coordonner les différentes politiques sur l’ensemble de leur juridiction. Il existe de grandes disparités dans la gestion des déchets selon les districts, dont le budget dépend du niveau socio-économique de ses habitants. De plus, l’absence d’institution ayant des compétences politico-administratives sur l’ensemble de l’espace urbain de Lima, complique la gestion globale des déchets de la ville. Toutes les recherches sur les services publics montrent qu’ils sont plus efficaces lorsqu’il existe une gestion à l’échelle métropolitaine (Le Bris, 2002 ; Goueset, 2002).

14Sur ce cadre institutionnel se greffe un système parallèle de traitement et d’élimination des déchets, informel, totalement imbriqué au système formel et indispensable au fonctionnement de la ville ainsi que nous l’expliciterons plus bas.

Déchets et ségrégation socio-spatiale

Production de déchets et niveaux socio-économiques des districts

15La production de déchets municipaux n’est pas également répartie au sein de la ville. Les populations les plus aisées sont celles qui produisent le plus de déchets. La comparaison des cartes (figure 1) permet d’observer ce phénomène : les districts de Lima y ont été classés en cinq catégories en fonction du NSE6 (niveau socio-économique) dominant de la population. Le niveau A correspond à la catégorie la plus riche et le niveau E à la catégorie la plus pauvre.

16La ville s’est développée autour des deux centres historiques de Lima et de Callao qui correspondent aux districts des mêmes noms7. Il s’agit de quartiers socialement mixtes dont le bâti est souvent ancien et dégradé. Ce centre s’est étendu vers la ville moderne, autour des districts de San Isidro et Miraflores. Les quartiers résidentiels de cette ville moderne, de classes aisées et moyennes, s’étendent des districts de La Punta, jusqu’à La Molina. Autour de cet ensemble central s’articulent trois périphéries populaires, dont les centres sont aujourd’hui consolidés. Les districts situés aux extrémités de la ville accueillent les populations les plus défavorisées (Driant, 1991 ; Hidalgo, 1999 ; Joseph, 2005).

17La quantité de déchets produits par jour dans la ville est, selon les estimations, de 6 536 tonnes8, soit une moyenne de 286 kg/an/hab. Les districts les plus aisés, ceux où dominent les catégories A et B, sont les districts qui produisent la plus grande quantité de déchets municipaux par habitant. En 2007, les districts de la ville moderne produisent, pour la plupart, plus de 300 kg/an/hab. de déchets avec, par exemple, 310 kg pour Pueblo Libre et 569 kg pour le centre d’affaire de la ville, San Isidro. Ce chiffre se situe autour de 250 kg/an/hab. dans les périphéries populaires (274 à Independencia, 256 à El Agustino) pour descendre jusqu’à 164 à Villa El Salvador.

Sources : APOYO, 2005 ; INEI, 2007.
Sources : MML, Municipalité de Callao, 2007.
Figure 1. Production de déchets et ségrégation socio-spatiale à Lima.

18Cependant, certains districts s’éloignent de la corrélation qui existe entre niveaux socio-économiques et quantité de déchets produits en produisant beaucoup de déchets, alors que leur population est de niveau socio-économique moyen, voire pauvre. Il s’agit des districts commerciaux du centre (Cercado de Lima et La Victoria) ou des cœurs industriels et commerciaux des périphéries populaires (San Martín de Porres, Comas, Santa Anita et Ate Vitarte). La production élevée de déchets dans ces secteurs provient de l’importance des activités commerciales, industrielles et artisanales. Enfin, certains districts sont des stations balnéaires (Ancón et Punta Hermosa), l’afflux massif de population en été expliquant les chiffres élevés.

Collecte des déchets municipaux

19Les déchets municipaux sont collectés sous la responsabilité des municipalités de district. La plupart de ces municipalités a recours à un prestataire de service pour réaliser ce service, alors que la gestion est généralement conservée en régie directe dans les périphéries populaires. Dans ce dernier cas, le système est lourd à gérer et emploie de nombreux chauffeurs et éboueurs, souvent engagés par les élus afin de répondre à des demandes clientélistes, ce qui complique la tâche de ramassage et de nettoyage. Pour simplifier la gestion, la plupart des municipalités a fait le choix de la délégation de service public ou de la prestation de service. Cette situation ne les exempte pas pour autant d’autres difficultés, telle que, par exemple, la corruption dans l’attribution de marchés publics. Ainsi, le service de collecte des ordures ménagères est très marqué par le clientélisme et la corruption, que le service soit public ou privé. Plusieurs municipalités ont opté pour un service mixte : dans certaines zones, le district assure directement le service, dans d’autres – souvent là où existent des difficultés d’accès –, le service est opéré par une entreprise (district de Comas, par exemple).

20Dans tous les cas, les difficultés concernent essentiellement l’élimination des déchets et non la collecte. En effet, la propreté des espaces publics – ramassage des ordures et nettoyage des rues – est un enjeu important pour les élus locaux. Avec la sécurité et les espaces verts, également à la charge des districts, il s’agit des services les plus visibles offerts par les municipalités de district. La popularité du maire dépendra en grande partie de sa capacité à offrir des espaces publics propres et sécurisés. Le taux de déchets « contrôlés » – c’est-à-dire la proportion des déchets collectés et évacués vers les centres d’élimination habilités par rapport à l’estimation faite par les municipalités de la quantité de déchets produits – est donc relativement bon dans la province de Lima9. Celui-ci atteint 86 %, soit une quantité de plus de deux millions de tonnes de déchets contrôlés par an.

Sources : MML, Municipalité de Callao, 2007.
Carte M. Durand • Univ. du Maine & UMR ESO, 2012, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 2. Contrôle des déchets municipaux de Lima.
L’information n’est disponible qu’à l’echelle de la province pour Callao et non à l’échelle de chaque district.

21Les districts les plus riches sont les plus à même d’offrir un service de qualité (figure 2). Ainsi, le district le plus aisé de Lima, San Isidro (62 % des habitants sont de NSE A et 37 % de NSE B), présente un taux de contrôle de 98 %. D’autres districts périphériques, tels que Puente Piedra ou Villa El Salvador, ont des taux de contrôle de 86 %. Dans ces deux districts, l’essentiel de la population est cantonnée entre les NSE D et E (respectivement 94 et 73 %). Cependant, les districts qui ont le plus de difficultés à collecter leurs déchets sont les districts populaires, en périphérie immédiate du centre ancien ou de la ville moderne. Ces districts profitent d’une grande activité commerciale liée à leur localisation, mais ne bénéficient pas d’impôts locaux suffisants pour assurer la propreté de leur territoire. C’est, par exemple, le cas de San Juan de Miraflores et de La Victoria. Les taux de contrôle y sont respectivement de 72 et 80 % pour une population en majorité de classe moyenne-basse (NSE C).

22Pour autant, ces chiffres ne laissent pas entrevoir les grandes inégalités dans la qualité du service de ramassage des déchets qui existent au sein même de chaque district. De façon générale, les quartiers consolidés disposent d’un service de collecte quotidien des ordures ménagères10, alors que les quartiers populaires, non consolidés, n’ont pas accès à un service de même qualité11. La collecte ne se fera souvent que tous les deux jours, voire une fois par semaine ; les camions ne seront plus des camions bennes, mais de simples camions ouverts et leur trajet se limitera aux avenues principales. De ce fait, ces quartiers paient des taxes locales moins élevées, quelquefois inexistantes.

Traitement des déchets

23Le traitement des déchets à Lima se fait soit par la mise en décharge (enfouissement), soit au travers du recyclage (valorisation). Dans les deux cas, le circuit formel est doublé d’un circuit informel.

Sources : Municipalités, recycleurs, centres de santé, DIGESA, ONG, travail de terrain, 2006-2010.
Carte M. Durand • Univ. du Maine & UMR ESO, 2012, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Évacuation des déchets solides à Lima.

Les décharges

2486 % des déchets contrôlés correspondent aux déchets enregistrés à l’entrée des cinq « décharges contrôlées » de la ville par rapport à la production estimée de déchets (figure 3). Ces décharges, sous la responsabilité des deux municipalités de province, sont toutes gérées en délégation de service public. Celle de Casren est gérée par l’entreprise du même nom, celles de Zapallal et de Portillo Grande le sont par l’entreprise Relima12 et celles de Modelo Callao et de Huaycoloro par l’entreprise Petramas. Ce sont ces mêmes entreprises qui opèrent le service de collecte des déchets dans la plupart des municipalités. Petramas effectue le service de ramassage dans six municipalités de l’agglomération, Relima collecte, entre autres, les déchets du centre de Lima et de Miraflores et, enfin, l’entreprise Casren ne se charge pas de la collecte, mais du recyclage de certains déchets essentiellement industriels. Elle possède un local à cet effet dans le centre de Lima. Les entreprises en charge de la collecte dans un district, évacuent les déchets vers leur propre décharge, même quand celle-ci se trouve très éloignée. Ceci engendre non seulement des coûts de transport superflus, mais également un risque de contamination d’autant plus grand que le trajet est long.

25La loi générale des déchets solides interdit le tri et le recyclage sur les sites des décharges contrôlées. L’objectif initial était d’empêcher les segregadores (recycleurs informels) de travailler directement sur les décharges, pour des raisons sanitaires et de sécurité. Cependant, actuellement ces décharges fonctionnement bien et leurs gestionnaires ont mis en place une série de normes environnementales et sociales13. Aujourd’hui, elles seraient donc les endroits les mieux adaptés à un recyclage à grande échelle, réalisé dans de bonnes conditions sanitaires et sociales. Du fait de cette interdiction, les activités de recyclages sont localisées à l’extérieur des décharges et assurées par quelques entreprises, traitant surtout les déchets industriels, ainsi que par les recycleurs informels. Le réseau de recycleurs informels se structure en fonction du rôle de chacun, depuis le travailleur indépendant sillonnant les rues afin de collecter les déchets recyclables, jusqu’au grossiste spécialisé dans un seul type de déchets, en passant par le recycleur nettoyant et triant les déchets dans son logement14.

26Les décharges sauvages, non contrôlées, sont localisées en périphérie urbaine, en général à proximité des cours d’eau, des zones humides ou de la côte. Elles sont situées sur le chemin des décharges contrôlées, afin d’intercepter les flux de déchets municipaux, c’est-à-dire de les acheter avant qu’ils y soient enfouis. Ces décharges sauvages15 sont parfois de simples dépotoirs recevant les gravats de construction. Dans d’autres cas, elles sont gérées par des petites entreprises informelles de recyclage, organisées et pérennes. Les 23 décharges sauvages actives, recensées par la MML en 200616, ont accumulé au fil du temps 57 060 m3 de déchets sur une surface de 29,2 hectares. La partie nord de Lima reçoit l’essentiel des déchets municipaux, alors que l’est et le sud reçoivent surtout des gravats de la construction. Ces derniers représentent 78 % du volume total des déchets répertoriés dans les décharges sauvages actives du territoire de Lima.

27La différence entre les déchets contrôlés et les déchets effectivement collectés vient du fait qu’une partie des déchets, collectés par les camions municipaux, ne termine pas dans les décharges contrôlées, mais dans ces décharges sauvages. L’intérêt pour les éboueurs est qu’ils vendent leurs déchets aux gérants des décharges sauvages ou aux recycleurs. Grâce à cette compensation financière, les éboueurs tolèrent un salaire très bas. Les recycleurs, pour leur part, retirent un bénéfice de cette opération en triant, lavant, puis en revendant les déchets recyclables (plastiques, métaux, cartons…). Les déchets restants sont enfouis, brûlés ou évacués vers les cours d’eau, les zones humides ou l’océan. Ce système persiste grâce au soutien tacite de certains fonctionnaires, élus et entreprises spécialisées. Cette situation tend cependant à disparaître, au vu des pressions de plus en plus fortes pour faire rentrer la gestion des déchets dans le cadre légal.

28Par ailleurs, certaines municipalités ou entreprises s’appuient sur des centres de transfert des déchets, c’est-à-dire des lieux intermédiaires de stockage entre la collecte et la décharge contrôlée, permettant de faciliter le transport des déchets vers leur destination finale. Du recyclage informel est souvent réalisé au sein de ces centres.

Le recyclage

29Le système actuel de gestion des déchets permet l’élimination des déchets par un circuit parallèle de recyclage informel et incontrôlé, même si le circuit formel tend à se renforcer. Certains déchets sont officiellement recyclés, notamment et essentiellement les déchets industriels, directement collectés par des entreprises spécialisées sous contrat avec les entreprises productrices. Certaines municipalités ont également instauré un tri à la source, chez les habitants, afin de recycler les déchets. Il s’agit, dans tous les cas, de programmes expérimentaux qui ne bénéficient pas à l’intégralité des habitants. Le district de Surco est le plus avancé en la matière, mais ceux de Los Olivos ou de Villa El Salvador ont aussi mis en place des initiatives similaires.

30Quant au reste du marché du recyclage, l’imbrication est grande entre le circuit formel et le circuit informel. Il existe approximativement 350 entreprises commercialisant les déchets à Lima (IPES, 2005), parmi lesquels 64 sont enregistrées auprès de la DIGESA. Environ 20 % de ces 350 entreprises ont donc un statut officiel : elles constituent l’échelon intermédiaire du recyclage, situé entre la collecte manuelle et la transformation industrielle. Il s’agit d’entreprises, en règle générale de taille moyenne, qui centralisent les déchets venant des petits recycleurs, les trient lorsque ce n’est pas fait, et effectuent une première transformation (nettoyage, broyage…) avant de les vendre à des industriels qui en feront des produits réutilisables. Toutes ces entreprises sont situées, pour l’essentiel, dans les zones péricentrales où se fait le recyclage massif et dans les zones périphériques où se pratique un recyclage diffus (figure 3).

31Autour de ces 350 entreprises s’articulent environ 5 000 unités économiques (IPES, 2005), à savoir des micro-entreprises, souvent familiales et toujours illégales17, qui font le travail de collecte et de tri des déchets sur le terrain, dans la rue, dans des décharges sauvages ou dans les entreprises (figure 4 page précédente). Selon le MNRP (Movimiento Nacional de los Recicladores del Perú – Mouvement national des recycleurs du Pérou18) et l’ONG Ciudad saludable, environ 25 000 personnes se dédient à cette activité de façon permanente à Lima.

Figure 4. Micro-entreprise de recyclage à Lima (Carabayllo).
[Cliché : M. Durand, 2008.]

Déchets dangereux et déchets de la construction

32Les déchets dangereux et les déchets de la construction échappent aux compétences municipales et répondent à des normes différentes. Le traitement et l’élimination des déchets hospitaliers sont de la responsabilité directe des hôpitaux et du ministère de la Santé, les déchets industriels étant sous la responsabilité des entreprises qui les produisent. Deux des cinq décharges contrôlées sont habilitées à recevoir ces déchets dangereux : celle du Zapallal et de Portillo Grande19. Les déchets hospitaliers représentent un volume annuel de 11 398 tonnes (MML, 2008), dont 53 % sont envoyés vers la décharge du Zapallal et 47 % à Portillo Grande. Outre ces chiffres, certains hôpitaux traitent directement leurs déchets, tel que celui de Collique à Comas. Cette quantité est très faible en comparaison des 2,3 millions de tonnes de déchets municipaux produits par an, mais il s’agit de déchets particulièrement dangereux.

33La quantité de déchets industriels est, quant à elle, difficilement estimable de par le caractère diffus et le manque de suivi de ceux-ci. Les différentes autorités font une chasse régulière aux entreprises qui ne traitent pas correctement leurs déchets. Il existe, par ailleurs, certaines entreprises sous-traitantes, spécialisées dans le traitement des déchets industriels dangereux. Elles pâtissent d’une mauvaise image de marque et sont donc très discrètes sur les quantités qu’elles manipulent.

34Enfin, les déchets de la construction sont à la charge de chaque entrepreneur et de chaque constructeur. La ville ne disposant d’aucun dépotoir officiel de gravats (une loi est en préparation sur le sujet), ceux-ci terminent dans les décharges sauvages situées dans les endroits délaissés de la ville : le long des cours d’eau, sur les plages, sur les terre-pleins centraux des avenues, dans les anciennes carrières ou enfin sur les flancs des montagnes longeant la ville. Le ministère du Logement s’est récemment rendu compte du besoin urgent de normes et de lieux permettant de disposer de ces déchets dans de bonnes conditions. Ces gravats servent notamment à remblayer les plages de la baie de Miraflores afin d’y prolonger la voie rapide.

ANALYSE SPATIALE DE LA GESTION DES DÉCHETS À LIMA

35La production et la gestion des déchets rendent certaines populations vulnérables. Ces populations sont alors affectées par les nuisances relatives aux déchets, qui sont sources de risques environnementaux, sanitaires, morphologiques ou socio-économiques. Au-delà de l’affectation classiquement étudiée des populations, les risques peuvent également affecter le territoire dans son fonctionnement. C’est-à-dire que les fonctions attribuées à ce territoire peuvent être vulnérables suite à une gestion inadaptée des déchets. La contamination des ressources en eau par les déchets rend, par exemple, un territoire – territoire ici entendu en tant que support d’une société – plus vulnérable pour ce qui est de l’approvisionnement en eau de sa population.

36L’approche proposée ici, à travers les notions de risques et de vulnérabilité, permet de comprendre le rôle des différents types d’espaces dans la gestion des déchets. Cette gestion consiste essentiellement à organiser des flux de déchets en vue de leur évacuation et de leur élimination. Les déchets représentant des sources de nuisances, leur évacuation opère une redistribution des risques entre les espaces où ils ont été collectés et ceux vers où ils sont évacués. On observe alors que ces déplacements de déchets ne se font pas par hasard. Ils répondent à des logiques de différentiels de vulnérabilité. Les espaces peuvent ainsi être caractérisés par une fonction de production de déchets (c’est-à-dire l’ensemble de la ville, mais avec des quantités de déchets produits différentes), une fonction de réception de déchets (les lieux vers où sont évacués les déchets) et une fonction de traitement des déchets (les lieux où ils sont réellement éliminés et pas simplement déposés). Ces trois types d’espaces sont ensuite interprétables en termes d’association « nuisances/vulnérabilité ». Les flux de déchets, correspondent à des transferts de risque20 entre territoires, jouent sur les différentiels de vulnérabilité des populations. Il s’agit ici de mettre en lumière la dimension territoriale de la gestion des déchets et ses effets induits.

Les risques liés aux déchets solides

37La notion de risque est souvent mobilisée en relation à des situations associées à des catastrophes naturelles et anthropiques. Celui-ci serait alors le résultat du croisement entre l’aléa et la vulnérabilité. Dans le domaine des déchets cette notion ne prend pas le même sens. En effet, les déchets ne peuvent pas être interprétés en fonction du caractère accidentel et aléatoire (l’aléa) de leurs impacts. Ils sont, en revanche, source de nuisances continues, parfois comparées à des « aléa-stress » (Turner et al., 2003), c’est-à-dire qui « exercent une pression continue sur le système, mais dont la variabilité est limitée » (Aschan-Leygonie, Baudet-Michel, 2009, 188). Les risques relatifs aux déchets correspondent à la probabilité d’une population d’être affectée par la nuisance, également comprise comme l’aléa-stress. Cette probabilité dépend en partie de la vulnérabilité des populations, vulnérabilité elle-même accrue par la présence de déchets. Il s’agit d’une « vulnérabilité sociale » ou « vulnérabilité différentielle » qui suppose que certains individus sont « plus vulnérables que d’autres parce qu’ils n’ont pas les moyens (en général financiers, mais aussi culturels, technologiques, voire physiques) de se prémunir aussi bien que d’autres, mieux lotis de ce point de vue, contre les aléas » (Galland, 2009, 207).

38Les déchets sont des éléments physiquement rejetés par la société, du fait des risques qu’ils ont toujours représenté pour la population. Les rudologues ont, depuis longtemps, montré que la gestion des déchets s’est souvent faite de façon spatiale, en les évacuant en dehors des villes et en sacrifiant ainsi d’autre espaces (Gouhier, 2000 ; Bertrand, 2003). Ces risques sont appréhendables en termes environnementaux (pour le territoire et les ressources nécessaires à la ville) et sanitaires (directement pour les populations), mais également en termes structurels (les déchets sont source d’effondrement de bâtiments ou d’incendies) et socio-économiques (liés aux travailleurs des déchets21).

Risques environnementaux et sanitaires

39Les déchets ont un impact sur l’environnement urbain, sur les écosystèmes présents, mais surtout sur la santé publique. Dans une optique d’étude de la vulnérabilité des populations, la composante sanitaire de l’environnement attire d’avantage l’attention.

40Les décharges contrôlées, seuls endroits habilités à enfouir les déchets à Lima, sont censées ne pas émettre de contamination locale. Cependant, la proximité de certaines décharges, telle que celle du Zapallal, avec des quartiers entiers fait peser sur ces populations un risque sanitaire notable. C’est pourquoi la législation impose une limite de 1 000 mètres entre une décharge et une zone d’habitation, réglementation qui n’est quasiment jamais respectée. Ainsi, le quartier de Lomas de Carabayllo s’est construit autour de la décharge du Zapallal. Près de 50 000 personnes vivent aujourd’hui à proximité de cet espace qui a autrefois été source directe d’emplois. Les recycleurs informels, qui travaillaient sur la décharge il y a 20 ans, s’étaient naturellement installés à côté de leur lieu de travail (CESIP, 2006 ; Cavagnoud, 2008). Quand l’interdiction de recycler au sein de la décharge a été appliquée, ces populations ont dû, pour maintenir leur activité, intercepter les déchets avant leur entrée dans la décharge et ont organisé le recyclage à l’intérieur même de leur maison. Une situation similaire existe autour de la plupart des autres décharges contrôlées de Lima.

41Au-delà de ce risque, renforcé par l’occupation urbaine aux alentours des décharges (contrôlées ou non), l’impact sanitaire de l’activité de recyclage est important. Cette activité se réalise soit dans les décharges sauvages, soit dans des quartiers « spécialisés », souvent construits sur d’anciennes décharges comme c’est le cas du quartier de la MIRR (Margen Izquierda del Río Rimac – Rive droite du Río Rimac – figure 3). À l’origine, les décharges étaient éloignées des quartiers d’habitations. Cependant, la croissance urbaine et les emplois qu’offre le recyclage incitent les populations les plus pauvres à s’en rapprocher. Ainsi, des décharges périphériques, telles que celles situées le long du Río Chillón, sont aujourd’hui bordées par des quartiers existant depuis moins de dix ans. Ces zones périphériques connaissent une évolution similaire à ce qui s’est passé dans le péricentre de Lima au cours des dernières décennies. À titre d’exemple, dans le quartier de la MIRR, la décharge est aujourd’hui en partie enfouie sous la zone urbaine et en partie émergente en un monticule de terre mélangée à des déchets. Les émanations régulières de gaz et la contamination du sol font courir un grand risque sanitaire aux riverains. Les habitants des quartiers situés le long du Río Chillón, autour des décharges sauvages, risquent de connaître les mêmes problèmes.

42Enfin, la concentration de l’activité informelle de recyclage dans certains quartiers est un facteur de risques sanitaires important non seulement pour les recycleurs eux-mêmes, mais également pour les riverains. Il existe, d’ailleurs, de nombreux conflits entre ces deux catégories de populations. La limite entre les districts de La Victoria et d’El Agustino ainsi que le quartier de la MIRR sont les principaux foyers de recyclage de Lima : 6 000 recycleurs travaillent dans la MIRR selon les organisations professionnelles de recycleurs.

43Les risques environnementaux produits par le recyclage consistent en une contamination du sol, des nappes phréatiques, des cours d’eau et de la mer du fait de l’enfouissement des déchets. Il s’agit également de la contamination de l’atmosphère résultant du tri de déchets en plein air ou de la crémation de déchets.

44Le risque sanitaire est, quant à lui, mesurable par la prévalence importante de maladies de la peau, d’infections gastriques ou respiratoires autour des décharges. Ainsi, sur les berges du Río Chillón, au niveau du district de Comas, le taux de maladies diarrhéiques aiguës est de près de 4 000 pour 100 000 habitants22, contre une moyenne d’un peu plus de 2 000 pour 100 000 habitants dans l’ensemble du district. Comme la plupart des quartiers où se concentrent les activités liées aux déchets, la zone 14 n’a pas accès au réseau d’eau et d’assainissement. L’origine de ces infections ne se limite pas à la seule présence de déchets, mais trouve sa source dans la qualité globale de l’environnement urbain (pollution liée aux eaux usées, aux transports, etc.). Les déchets solides et liquides restent cependant les principales sources de contamination du sol et des ressources en eau dans la ville de Lima (Grupo GEA, 2007).

Risque structurel

45L’impact morphologique des déchets peut également être illustré par la comparaison entre les rives du Río Chillón et le quartier de la MIRR. La décharge du Montón a permis de remblayer les rives du Río Rimac. D’un cours d’eau sinueux et fluctuant, le Rimac est devenu une rivière étroite et encaissée. L’apport constant, pendant 50 ans, des déchets municipaux et des déchets de la construction de la ville de Lima, a remblayé ces terres inondables qui se sont transformées en terres urbanisables. Cependant, la qualité des sols est source de nombreux risques pour les riverains. En effet, l’instabilité des sols remblayés provoque régulièrement l’affaissement ou la fissuration de bâtiments, et ce d’autant plus qu’on se situe dans une zone sismique. Ainsi, chaque année, plusieurs maisons construites en bordure de rivière, tombent littéralement dans le cours d’eau – sur un dénivelé de 20 m (figure 5).

46La situation est similaire à Comas et Carabayllo, le long du Río Chillón, où les populations se rapprochent progressivement des décharges. Dans ce secteur, l’existence d’une des dernières zones agricoles potentiellement urbanisable risque d’accroître la pression sur ces remblais de déchets, instables, longeant le cours d’eau (figure 6).

47Enfin, il existe un risque important d’incendie lié à l’activité du recyclage informel. Le stockage de matériaux inflammables dans une situation de densité urbaine et de proximité avec les zones d’habitations (notamment les cuisines) favorise de tels incendies, ainsi que leur rapide propagation. Dans le quartier de la MIRR, une des zones où se concentre le plus grand nombre de recycleurs de Lima, la plupart des logements présente une grande vulnérabilité face au risque d’incendie du fait de leurs matériaux de construction et de la qualité des installations électriques (COOPI, 2008).

Figure 5. Quartier de la MIRR (Lima), construit sur une ancienne décharge qui a permis de remblayer les berges du Río Rimac.
[Cliché : M. Durand, 2007.]

Figure 6. Décharge sauvage au nord de Lima, au bord du Río Chillon (Comas).
[Cliché : M. Durand, 2009.]

Risque socio-économique

48Le risque socio-économique est lié au fait que les déchets sont une source d’emploi et de développement pour de nombreuses familles. Cependant, l’informalité, voire l’illégalité de l’activité, tout comme les conditions de travail font que ces emplois sont très vulnérables et précaires. Ils sont très sensibles à l’évolution des prix des matières recyclées, mais aussi aux politiques publiques liées aux déchets. De plus, à tout moment, l’état de santé des travailleurs du recyclage peut être affecté et les empêcher d’exercer leur activité. Ils se voient ainsi privés de revenus. Le capital humain est ici consommé à très grande vitesse.

49Par ailleurs, la mauvaise image qui pèse sur ces travailleurs les marginalise au sein de la société urbaine. Les riverains, comme le reste de la population, se distancient et ne souhaitent pas savoir qui fait ce recyclage, qui travaille pour valoriser les déchets produits par l’ensemble de la société. Cette marginalisation, sociale et géographique, vulnérabilise fortement les travailleurs illégaux des déchets, ainsi que leur famille. Elle est couplée à une vulnérabilité face au système judiciaire qui peut à tout moment leur faire cesser leur activité ou du moins les paralyser durant quelques jours. Les municipalités, accompagnées de la police nationale et de la Fiscalia de la nación (équivalent français du Parquet), mènent régulièrement des opérations de sensibilisation voire de fermeture des centres de recyclage. En règle générale, les recycleurs, soit parce qu’ils n’ont pas le choix et doivent continuer à exercer leur activité professionnelle, soit parce qu’il s’agit de petites entreprises décidées à ne pas interrompre leur business, réouvrent rapidement dans un endroit différent. Par ailleurs, la corruption à tous les échelons administratifs fait que, dans beaucoup de cas, l’opération échoue.

50Cette situation de marginalité est cependant en cours rapide de changement avec l’adoption d’une loi du recycleur23en 2009, censée renforcer les liens entre les recycleurs et les municipalités. Reste à savoir de quelle façon elle sera appliquée et comment sera réglée la question de l’informalité de ces travailleurs.

Les différentiels spatiaux de vulnérabilité au cœur de la gestion des déchets

51Les exemples précédents ont montré que les déchets étaient gérés en fonction de possibilités de déplacer la nuisance et de transférer les risques, eux-mêmes guidés par les différentiels de vulnérabilité des populations, existants dans la ville. Ces notions sont issues d’une réflexion engagée avec l’équipe PACIVUR de l’IRD (D’Ercole, Metzger, 2004 ; D’Ercole et al., 2009). Elles mettent en lumière les types d’espaces produits par la gestion des déchets et les logiques territoriales à l’œuvre dans la diffusion et la réduction des risques. La lecture par les transferts entre espaces et entre populations permet d’appréhender globalement la chaîne fonctionnelle et spatiale de la gestion des déchets, de mettre en évidence les processus d’inégalités environnementales et écologiques et de cibler les territoires qui doivent faire l’objet d’attention spécifique des politiques publiques. La figure 7 synthétise les données disponibles à Lima alors que la figure 8 tente une généralisation et une chorématisation des logiques spatiales. L’ensemble des éléments de légende de ces figures est explicité dans les paragraphes qui suivent.

52On y retrouvera donc une articulation entre l’idée de vulnérabilité des populations et de vulnérabilité urbaine. Si la notion de vulnérabilité des populations, définie précédemment, ne fait plus débat, celle de vulnérabilité urbaine est en pleine construction. Plusieurs recherches ont montré que la ville, en tant que système urbain, pouvait être vulnérable. J. Theys et J.-L. Fabiani font référence, dans leur ouvrage La société vulnérable (1987), à la « vulnérabilité du système », ce dernier étant alors entendu comme un système sociétal, engendrant la « vulnérabilité des grandes villes ». R. D’Ercole a montré que, concernant la vulnérabilité, « les enjeux sont aussi d’ordre géographique lorsque les modalités de développement d’une ville […] peuvent être remises en question en cas de catastrophe », précisant qu’ils sont « importants à considérer pour une approche globale de la vulnérabilité » (1994, 96). J.-P. Galland a, par la suite, définit la « vulnérabilité consubstantielle » comme la vulnérabilité relative à la société, caractérisant, par exemple, la faiblesse des éléments, tels que les réseaux, face à une catastrophe (2009). Des recherches récentes ont également insisté sur l’importance de la prise en compte de la « vulnérabilité territoriale » relative aux « enjeux importants », permettant le fonctionnement du système urbain (D’Ercole, Metzger, 2004, 9). De façon plus large, il s’agit de la « vulnérabilité urbaine » qui « n’est pas seulement la susceptibilité à subir des dommages, mais aussi la propension de la société urbaine à les engendrer » (D’Ercole et al., 2009, 3). L’ensemble de ces définitions met en avant l’idée qu’une société est vulnérable, puisque son fonctionnement peut être altéré par un risque ponctuel ou continu. Le territoire et plus particulièrement la ville sont alors considérés par ces auteurs comme étant vulnérables. En tant que matérialisation d’une « forme d’organisation sociale » (Pumain et al., 2006), la ville est tout aussi vulnérable que la société qui la compose. Les catégories et la cartographie construites ci-dessous permettent ainsi d’élaborer le lien entre la vulnérabilité des populations et la vulnérabilité urbaine.

Sources : Municipalités, recycleurs, centres de santé, travail de terrain, 2006-2010.
Carte M. Durand • Univ. du Maine & UMR ESO, 2012, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 7. Espaces et flux de vulnérabilité induite par la gestion des déchets à Lima.

Sources : APOYO, 2005 ; Organisations agricoles, INEI, 2007 ; DIGESA, 2008 ; Municipalité, recycleurs, centres de santé, travail de terrain, 2006-2010.
Carte & Chorème M. Durand • Univ. du Maine & UMR ESO, 2011, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 8. Schématisation des déplacements de déchets et des transferts de risques à Lima.

Les espaces où la nuisance est générée : une faible vulnérabilité des populations

53La situation liménienne permet d’observer que certains espaces sont de gros producteurs de nuisances (de déchets), mais qu’ils ne sont pourtant pas vulnérables car ils ont la capacité à faire évacuer ces nuisances grâce à un service municipal efficace. Globalement, les déchets sont en effet des générateurs de nuisances par le simple fait qu’ils exposent la population à des risques, en particulier sanitaires et environnementaux. Ainsi, plus la population d’un espace produit de déchets, plus cet espace est considéré comme générateur de vulnérabilité. Quand ils sont collectés correctement, les déchets produits n’ont pas nécessairement un impact sur le lieu même de leur production, mais ils ont un impact à une échelle plus large – un bassin de vie, une agglomération.

54La nuisance due à la production de déchets doit donc être relativisée en fonction de la qualité du service public de collecte et d’évacuation des déchets (Metzger, 1996). Dans les municipalités n’offrant pas un service de contrôle très efficace24, le secteur géographique concerné est considéré comme générateur de nuisances, car une partie conséquente de ces déchets échappe au circuit officiel. Elle est d’autant plus grande que les districts produisent beaucoup de déchets25. Aussi, la qualité de la collecte combinée avec la quantité de déchets produits permettent-elles d’obtenir une estimation des quartiers où la génération de nuisance est importante.

55Le service de collecte dépend largement du budget municipal, par conséquent il y a une certaine homogénéité dans la qualité du service de collecte de chaque district. Cependant, à l’intérieur de chacun d’entre eux, les quartiers consolidés ont accès à un meilleur service que les quartiers pauvres. Une cartographie plus fine permettrait de représenter ce phénomène.

Les espaces récepteurs de risques : une vulnérabilité des populations élevée

56La réception de risques constitue le fondement de la réflexion menée dans ce texte. Elle est réalité la conséquence de la réception de déchets. Cette réception se fait alors uniquement dans les quartiers où les populations sont vulnérables. C’est donc le croisement entre la vulnérabilité de la population et les déplacements de nuisances qui causent les situations à risques. La réception de risques est issue de deux phénomènes.

57Tout d’abord, les déchets produits à l’échelle de l’ensemble de la ville, sont évacués, triés, recyclés et concentrés vers certains quartiers. Il s’agit des quartiers où se réalise le recyclage informel et se situent les décharges sauvages. La vulnérabilité est alors concentrée, voire exacerbée, au sein de quartiers souvent déjà fragilisés socialement, économiquement et environnementalement. Ces quartiers, en périphérie urbaine ou dans l’immédiat péricentre, ont rarement accès aux services publics urbains, en particulier à la collecte des déchets municipaux. Il s’agit d’une situation paradoxale : les quartiers où s’effectue le traitement des déchets de l’ensemble de l’agglomération sont souvent illégaux et ne disposent pas eux-mêmes d’un bon service de ramassage des ordures.

58La seconde source de réception de déchets se fait au niveau local. Lorsque le service de collecte est inefficace ou insuffisant et que la part de déchets contrôlés par rapport à l’estimation des déchets produits est faible, toute ou partie des déchets produits par les populations restent sur place. Ils sont recyclés, brûlés, enterrés. Ces populations sont donc affectées par leur propre production de déchets. Un taux de contrôle des déchets faible laisse alors supposer qu’une partie des déchets reste sur place et génère une vulnérabilité au niveau local. Ces déchets sont, par la suite, souvent pris en charge par des recycleurs locaux. Ces espaces sont donc à la fois générateurs de nuisances (même si nous avons observé précédemment que la production de déchets est en moindre quantité dans ces quartiers populaires) et récepteur de risques qu’ils ont eux-mêmes produits. Ils correspondent aux quartiers où la vulnérabilité des populations est élevée.

Les espaces où la vulnérabilité de la ville est réduite

59La troisième catégorie d’espaces est celle qui permet de réduire la vulnérabilité du territoire par rapport à la gestion des déchets. Il s’agit des espaces permettant de traiter et de valoriser les déchets, de façon à limiter les risques environnementaux et sanitaires. Les cinq décharges contrôlées de Lima peuvent être considérées comme des espaces permettant de réduire la vulnérabilité car elles enfouissent les déchets de façon à minimiser les impacts environnementaux. Ces conditions d’enfouissement, ainsi que les conditions de travail des employés, ne sont pas parfaites. Elles sont cependant meilleures que dans la plupart des autres cas.

60Les espaces où se pratique le recyclage, dans la mesure où ils contribuent à l’élimination des déchets par leur valorisation, sont des lieux qui permettent la diminution de la vulnérabilité non pas des populations, mais du système urbain. La situation est paradoxale, car c’est dans ces mêmes endroits (figures 4 et 5) que la vulnérabilité des populations est la plus forte et la plus exacerbée. Si la population locale est fortement affectée, l’activité du recyclage est bénéfique à l’échelle de la ville ou du système urbain global. En effet, elle permet à la société de récupérer de nombreuses matières premières secondaires et d’en tirer un avantage économique et environnemental tout en contribuant, de façon formelle ou informelle, à l’élimination des déchets. Tout ceci se fait aux dépens des travailleurs des déchets et parfois des riverains, exposés à un grand risque sanitaire et à un risque social d’exclusion. Ce n’est qu’à partir de l’étape de la transformation industrielle que le transfert de risque peut se convertir effectivement en réduction de vulnérabilité urbaine, grâce au résultat du produit recyclé : il s’agit là d’un impact positif pour le système de gestion des déchets et pour la société urbaine, à l’échelle globale, malgré le prix élevé payé par les travailleurs en termes sanitaires, économiques, sociaux et de sécurité, à échelle locale. La situation actuelle à Lima tend vers l’augmentation de ce type d’espaces, même si les risques liés aux déchets restent nombreux. C’est par exemple le cas avec certaines usines de recyclage de papier, formelles, qui rejettent en grande quantité leurs eaux usées dans le Río Chillón. Cette contamination par les eaux usées diminue grandement l’impact positif de la valorisation des déchets solides.

CONCLUSION. UN TRANSFERT DE RISQUES SOURCE DE VULNÉRABILITÉ

61La mise en relation de ces trois types d’espaces permet de faire ressortir certaines logiques territoriales. Dans la plupart des cas, les districts produisant le plus de déchets, c’est-à-dire ayant des comportements de consommation massive, sont les mêmes que ceux qui opèrent une bonne collecte de leurs déchets. En croisant cette donnée avec celles de la figure 1 relatives aux niveaux socioéconomiques, on constate que ce sont en grande partie les districts de la ville dite « moderne », de la ville aisée. Ces espaces sont donc de gros producteurs de nuisances, mais ne sont pas vulnérables puisqu’ils ont la capacité de faire évacuer leurs déchets grâce à un service municipal efficace26.

62D’autre part, la concordance parfaite entre les espaces les plus vulnérables (ceux qui reçoivent les déchets du reste de la ville) et les espaces permettant de réduire la vulnérabilité de l’ensemble de l’agglomération, est intéressante. Stigmatisés comme étant des lieux insalubres, dangereux, marginalisés, les décharges et les quartiers où s’opère le recyclage sont pourtant quasiment les seuls endroits à Lima où une valorisation des déchets est faite. Ainsi, les populations qui sont les plus exposées aux risques produits par les déchets sont aussi celles qui permettent de réduire la vulnérabilité globale du système, en diminuant l’impact des déchets sur l’environnement urbain. Les autres lieux permettant une valorisation, sans impacts sanitaire et social au niveau local, sont les entreprises formelles de recyclage des déchets (localisées au sein même des zones de recyclage informel) et les municipalités qui ont mis en place une collecte des produits sélective27. La première catégorie travaille essentiellement avec les déchets industriels et la seconde n’est pas encore assez significative pour avoir un impact réel à l’échelle métropolitaine.

63La relation qui existe entre les espaces générateurs de nuisances et les espaces récepteurs de risques caractérise le transfert de risques. Les déchets produits dans la majorité des quartiers de la ville sont évacués, traités et stockés dans d’autres quartiers. Ceci revient à transférer les risques depuis les populations les moins vulnérables vers les populations les plus vulnérables. Le différentiel de vulnérabilité entre les populations est donc l’élément moteur dans la gestion des déchets. Le sacrifice de ces populations permet en réalité au système urbain de fonctionner. Ce phénomène de transfert de risques est d’autant plus dangereux qu’en concentrant les nuisances dans des endroits retreints – on retrouve exactement le même phénomène pour les eaux usées –, il ne fait qu’accumuler leur dangerosité28.

64Si la situation des déchets à Lima pose encore de nombreux problèmes, elle s’améliore rapidement. Le début des années 2000 a marqué la mise aux normes progressive des installations légales de traitement des déchets. Les années 2010 seront probablement celles de la meilleure articulation entre les différents acteurs intervenants dans le domaine (Durand, 2012b). La connaissance et la reconnaissance de cette situation de transfert de risques permet ainsi de mieux appréhender les processus de vulnérabilisation de la population. Il reste alors à réfléchir aux façons de renverser cette fragilisation du mode de fonctionnement de la ville de Lima, afin d’aller vers un modèle plus durable.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aschan-Leygonie Christina, Baudet-Michel Sophie, 2009, « Risque, vulnérabilité, résilience : comment les définir dans le cadre d’une étude géographique sur la santé et la pollution atmosphérique en milieu urbain ? », dans Becerra S., Peltier A. (éd.), Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 185-198.

Bertrand Jean-René, 2003, De la décharge à la déchetterie, question de géographie des déchets, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 170 p.

Carrión Fernando, 2009, Investigación urbana y revistas, Santiago de Chile, OLACCHI, 10 p.

Cavagnoud Robin, 2008, Les adolescents travailleurs de Lima entre école et stratégies de survie, Thèse de doctorat, IHEAL, Paris, 373 p.

CESIP, 2006, Dejando el basural, una experiencia con niñas, niño y adolescentes que trabajan en el reciclaje e la basura en las Lomas de Carabayllo, Lima, 112 p.

COOPI, 2008, Estudio de identificación de zonas de peligro y vulnerabilidad en seis asentamientos humanos de Lima y El Agustino, COOPI, IRD, MML, Municipalidad de El Agustino, Lima, 84 p.

Corteel Delphine, Le Lay Stéphane (dir.), 2011, Les travailleurs des déchets, Toulouse, Erès, coll. « Clinique du travail », 331 p.

D’Ercole Robert, 1994, « Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologies, modes d’analyse », Revue de géographie alpine, no 82-4, p. 87-96.

D’Ercole Robert, Metzger Pascale, 2004, La vulnerabilidad del Distrito Metropolitano de Quito, Quito, Municipaliadad del Distrito Metropolitano de Quito, IRD, 496 p.

D’Ercole Robert, Sierra Alexis, 2008, « Enjeux urbains contradictoires et vulnérabilité accrue dans un espace marginal péricentral : la rive gauche du Rimac à Lima (Pérou) », Autrepart, no 45, p. 105-122.

D’Ercole Robert, Hardy Sébatien, Metzger Pascale, Robert Jérémy, 2009, « Vulnerabilidades urbanas en los países andinos », Bulletin de l’IFEA, no 38-3, p. 401-976.

Driant Jean-Claude, 1991, Las barriadas de Lima, Lima, IFEA, DESCO, 231 p.

Durand Mathieu, 2010, La gestion des déchets et les inégalités environnementales et écologiques, entre vulnérabilité et durabilité, Thèse de doctorat, Université Rennes 2, 466 p.

Durand Mathieu, 2012a, « La gestion des déchets dans les pays en développement : comment tirer profit des difficultés actuelles ? », Flux, no 87 : « Mutation des services urbains : processus et enjeux », p. 18-28.

Durand Mathieu, 2012b, « Mesurer les inégalités environnementales et écologiques dans le contexte des villes en développement : les déchets et les eaux usées à Lima », Flux, nos 89-90 : « Inégalités environnementales et écologiques : quelles applications dans les territoires et les services ? », p. 67-78.

Durand Mathieu, Metzger Pascale, 2009, « Gestión de residuos y transferencia de vulnerabilidad en Lima », Bulletin de l’IFEA, no 38-3, p. 623-646.

Dureau Françoise, Goueset Vincent, Mesclier Évelyne, 2005, Géographie de l’Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 374 p.

Emilianoff Cyria, 2006, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », ESO. Travaux et documents, no 25, p. 35-43.

Galland Jean-Pierre, 2009, « Vulnérabilité, risques, sécurité », Dictionnaire de l’aménagement du territoire, Paris, Belin, p. 183-212.

Goueset Vincent, 2002, Villes, société et action publique en Amérique latine. Étude de géographie comparée, HDR, vol. 3 : « Synthèse des positions de recherche », Université Rennes 2, 257 p.

Gouhier Jean, 2000, Au-delà du déchet, le territoire de qualité. Manuel de rudologie, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 240 p.

GRUPO GEA, CONAM, 2007, Perspectivas del medio ambiente urbano : Geo Lima y Callao, Lima, Consejo Nacional del Ambiente, 201 p.

Hidalgo Sofía, 1999, Cono norte de Lima metropolitana, Lima, ONG Alternativa, 216 p.

IMP, 2005, Atlas ambiental de Lima metropolitana, Lima, MML, 155 p.

IPES, MML, 2005, Estudio del mercado de reciclaje para Lima Metropolitana, Lima, MML, 145 p.

Joseph Jaime, 2005, La ciudad, la crisis y las salidas, Lima, ONG Alternativa, UNMSM, 277 p.

Laigle Lydie, 2005, « Inégalités écologiques : un nouvel enjeu pour les politiques d’urbanisme ? », Inégalités environnementales et sociales : l’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, IUP, Paris 12, 16 p.

Le Bris Émile, 2002, Inscrire la question de l’assainissement et des déchets dans une problématique urbaine, Programme « Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain », PS/Eau, PDM, 17 p.

Mathieu Nicole, Guermond Yves, 2005, La ville durable : du politique au scientifique, Paris, CEMAGREF, CIRAD, IFREMER, INRA, 281 p.

Metzger Pascale, 1996, El medio ambiente urbano en Quito, Quito, MDMQ, IRD, 179 p.

Riofro Gustavo, Olivera Luis, Callirgos Juan Carlo, 1994, ¿ Basura o desedesechos? El destino de lo que botamos en Lima, Lima, 165 p.

Theys Jacques, Fabiani Jean-Louis, 1987, La société vulnérable, évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 674 p.

Turner Billie L. II, Kasperson Roger E., Matson Pamela A. et al., 2003, A Framework for Vulnerability Analysis in Sustainability Science, Proceedings of the National Academy of Science of the USA, t. 100, no 14, p. 8074-8079.

Notes

1 Les déchets municipaux comprennent les déchets produits par les ménages, par les commerces, par les institutions publiques, ainsi que ceux issus du nettoyage des parcs et des voiries. Ces chiffres sont fournis par la municipalité en 2009.

2 Le terme « assainissement » comprend la gestion des eaux usées, ainsi que celle des déchets solides.

3 Ley General de Residuos Sólidos. Loi 27314 de 2000 et son décret d’application DS 057-2004-PCM de 2004.

4 Instituto Nacional de Estadísticas e Informática – Institut national de statistique et d’informatique.

5 À ce chiffre, il faut ajouter les deux municipalités de province de Lima et Callao qui ont des compétences de municipalité de district dans le district du centre – le cercado. La province de Lima est divisée en 43 districts et celle de Callao en 6 districts, soit un total de 49 districts.

6 Catégorisation effectuée par l’institut privé APOYO, qui produit des données dans un but commercial. Il s’agit des données les plus fiables concernant la répartition spatiale des catégories socio-économiques à Lima.

7 Pour une question de lisibilité, les noms de districts n’ont pas été répertoriés sur les cartes de la figure 1 mais sur la figure 2.

8 Estimation réalisée annuellement par la municipalité métropolitaine de Lima et par la municipalité provinciale de Callao, chiffres de 2007.

9 Le taux de déchets « contrôlés » est sensiblement différent du taux réel de déchets « collectés », du fait de la perte de certains déchets collectés. Cependant, en l’absence de chiffres quant aux déchets réellement collectés, le volume de déchets contrôlés apparaît comme le plus proche du volume de déchets collectés. Ici, l’expression « déchets contrôlés » est donc assimilée à celle de « déchets collectés ».

10 Dans l’étude de tous les services publics en Amérique latine, il est aujourd’hui davantage nécessaire de prendre en compte les critères de qualité et de régularité, que les critères de simple accès (Goueset, 2002 ; Dureau et al., 2005 ; Carrión, 2009).

11 Un quartier consolidé peut être d’origine légale (obtention des titres de propriété et des permis de construire) ou illégale (sans autorisation et parfois sans propriété du sol). Dans ce dernier cas, le quartier se consolide au cours des décennies, obtenant progressivement l’accès aux différents réseaux et services urbains (eau, électricité, propreté, transport, éducation, santé, etc.). Ces quartiers finissent par être légalisés et ne se différencient alors plus des quartiers d’origine légale.

12 Consortium entre une entreprise péruvienne et une entreprise brésilienne, elle-même filiale de Suez-Environnement.

13 Les normes sociales concernent les conditions de travail sur la décharge et l’interdiction d’accès aux recycleurs informels.

14 L’objectif n’est pas ici de détailler l’organisation des réseaux de recycleurs à Lima. Ce travail a été fait dans d’autres publications (Durand, 2012a).

15 Il convient de différencier les « décharges sauvages » des « dépôts sauvages », simples amoncellements de déchets ménagers, déposés par les riverains n’ayant pas accès au service de collecte des ordures ménagères.

16 Ce recensement ne prend pas en compte les décharges situées sur la province de Callao.

17 Ces entreprises sont illégales puisqu’elles n’ont pas les autorisations nécessaires pour effectuer une activité de recyclage et qu’elles n’ont pas les moyens de respecter un certain nombre de réglementations environnementales et sanitaires contraignantes. Elles sont pourtant connues des autorités locales.

18 Cette fédération de recycleurs est initiée en 2008, sous l’impulsion du nouveau ministère de l’Environnement (créé la même année). L’objectif est de structurer les recycleurs en réseau, afin d’essayer d’encadrer leur action. Les membres du MNRP sont des associations de recycleurs organisées à l’échelle d’un quartier ou d’une ville. À l’heure actuelle, le mouvement est essentiellement composé de recycleurs de la capitale. S’il est censé être la voix des recycleurs, la majorité d’entre eux n’a pas même connaissance de son existence.

19 Il existe une sixième décharge qui traite quelques déchets dangereux : celle de Chilca, au sud de Lima.

20 La réflexion ayant mené à l’élaboration de cette notion a été initiée dans un article rédigé avec Pascale Metzger (Durand, Metzger, 2009).

21 Terme notamment utilisé dans l’ouvrage de D. Corteel et S. Le Lay (2011).

22 Selon les données de 2008 du centre de santé Laura Rodriguez Dulanto chargé de cette zone.

23 Ley del Reciclador. Loi 29419.

24 Le seuil de 90 % de déchets contrôlés a été fixé de façon arbitraire sur la figure 8 comme limite d’un service très efficace. Il serait nécessaire d’utiliser une discrétisation plus fine, ce qui n’a pas été fait ici par souci de synthèse.

25 Ici, le seuil de 286 kg/an/hab., soit la moyenne de production per capita à Lima, a été retenu de façon arbitraire.

26 L’analyse en termes de transfert de risques peut être prolongée en termes d’inégalités écologiques et environnementales. Il s’agit là d’une autre démonstration (Durand, 2012b).

27 Il n’existe réellement qu’une seule municipalité de district ayant mis en place une collecte sélective à Lima, et ce simplement sur quelques centaines de foyers témoins : celle de Surco.

28 Il est donc parfois préférable de gérer les déchets à travers de petites infrastructures diffuses afin de ne pas concentrer les risques.

Auteur

Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’université du Maine et chercheur au laboratoire ESO (UMR 6590) du CNRS. Responsable du master professionnel de géographie « Ingénierie des déchets » du Mans, il dirige le programme de recherche « Métabolisme urbain, empreinte écologique et déchets » du programme « Déchets et société » de l’ADEME. Ses recherches portent sur l’approche spatiale et sociale de la gestion des déchets, à travers les notions d’économie circulaire, de proximité, d’inégalités, de vulnérabilité ou de durabilité. Ses terrains d’études sont principalement situés en France et en Amérique latine, notamment aux Caraïbes, où il a travaillé pendant plusieurs années.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search