Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie II. Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

Gestion intégrée et valorisation des déchets à Buenos Aires (Argentine)

Marie-Noëlle Carré

Texte intégral

  • 1 La crise de 2001 en Argentine a entraîné le recours massif à la récupération des matériaux recycla (...)

1Le 30 mars 2011, la ville autonome de Buenos Aires, cœur économique d’une des plus grandes métropoles du monde avec ses 13 millions d’habitants, lançait un appel d’offres destiné aux coopératives de récupérateurs urbains, appelés cartoneros1. Pour la première fois, selon le quotidien national argentin Pàgina/12, « les cartoneros [avaient] une place à eux dans le monde » (30/03/2011). Depuis les années 1970 et jusqu’à cette date, le service de collecte était pris en charge par de grands groupes économiques nationaux ou transnationaux (figure 1). Cette décision ouvre donc la prestation à une frange de la population considérée comme des plus marginales. Elle consacre aussi la mise en œuvre d’une gestion différenciée des déchets comme un instrument de la durabilité urbaine et une preuve de la capacité d’adaptation de Buenos Aires aux recommandations internationales, la ville aspirant à intégrer le cercle restreint des villes compétitives à l’échelle planétaire. Enfin, elle invite les habitants de la ville à la participation au tri sélectif des déchets et à s’impliquer dans leur revalorisation en tant que coproducteurs d’un service alternatif (Coutard, Rutherford, 2009).

2Cette décision constitue l’aboutissement le plus récent du basculement d’une activité considérée comme illégale depuis 1977 vers sa reconnaissance institutionnelle, à partir de la crise économique, sociale et politique qui a frappé l’Argentine entre 1998 et 2003. Elle s’est traduite par la mise en œuvre de lois concernant la GIRSU (Gestión Integrada de Residuos Sólidos Urbanos – Gestion intégrée des déchets solides urbains) dans la métropole, à l’image de nombreuses autres villes latino-américaines. Ce principe modifie le paradigme de gestion qui prévalait depuis l’avènement de l’hygiénisme au XIXe siècle, introduisant la revalorisation comme une « bonne » pratique urbaine et transformant les déchets en ressources de matières premières secondaires. Il entraîne aussi un ajustement des modalités du service urbain des déchets et des relations de gouvernance sur le territoire entre ses acteurs.

Schéma M.-N. Carré, 2013, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 1. La gestion des déchets dans la métropole de Buenos Aires.
La gestion des 13 000 tonnes de déchets ménagers et assimilés quotidiens produits par la métropole de Buenos Aires repose surtout sur le circuit de l’enfouissement technique (en jaune), pris en charge par l’entité transjuridictionnelle de la CEAMSE (Coordinación Ecológica Área Metropolitana Sociedad de Estado – Coordination écologique de l’aire métropolitaine société d’État). Le recyclage des déchets fait l’objet d’une institutionnalistion progressive depuis 2003 et s’appuie sur les réseaux capillaires et informels de récupérateurs (cartoneros), parfois réunis en coopératives. Quant à la mise en décharge à ciel ouvert, elle est interdite. Les municipalités et l’ACUMAR (Autoridad de Cuenca Matanza Riachuelo – Autorité du bassin versant du cours d’eau Matanza-Riachuelo) tentent de fermer, puis de revaloriser les sites concernés.

3Toutefois ces reconfigurations ne sont pas allées sans heurts et ont mis en jeu la légitimité des récupérateurs dans l’espace urbain central de la métropole. Il s’agira de montrer ici que, dans cette métropole divisée d’un point de vue politico-administratif et socio-économique, le gouvernement de la ville-centre aspire à lui redonner son lustre de « petit Paris de l’Amérique latine » perdu avec la crise de 2001. Les stratégies initiées consistent à prendre acte des principes du développement durable urbain, mais à préserver l’idée et l’image d’une ville propre, où les plus pauvres ne sont pas ou peu visibles. Pour cela, le gouvernement s’engage sur la gestion intégrée des déchets et redéfinit en un sens restreint l’accessibilité de la ville pour les récupérateurs, pesant sur le « rapport entre l’acteur individuel (individuel au premier chef mais aussi collectif) et l’objet urbain » (Lévy, Lussault, 2003, 160).

4Pour retracer le cheminement de ces transformations, trois moments décisifs seront mis en évidence. Tout d’abord, l’exploration des récits de la crise de 2001 mettra en évidence le fait que les cartoneros ont acquis une visibilité nationale et internationale en personnifiant ce bouleversement politique, social, économique et institutionnel. Ensuite, les débats déclenchés par leur activité dans la ville de Buenos Aires seront analysés dans la mesure où ils posent les bases de l’adoption et de la définition des modalités de la gestion intégrée des déchets. Enfin, l’approfondissement des reconfigurations récentes des modalités de la gestion des déchets mettra en évidence les arrangements auxquels procèdent les différents acteurs pour définir l’accès des récupérateurs à la ville-centre.

LES CARTONEROS DE BUENOS AIRES DANS LES RÉCITS DE LA CRISE ARGENTINE (1998-2003)

5Autant à Buenos Aires qu’en Argentine, la crise économique, sociale, politique et institutionnelle qui frappe le pays entre 1998 et 2003 a pris la figure des cartoneros pour symbole de la plongée dans l’abîme. Représentés dans la presse nationale, internationale et au cœur de nombreux débats, les récupérateurs urbains rompent avec le confinement de la pauvreté dans les limites de la métropole, engendrent des tensions avec les autres acteurs urbains de la collecte et contribuent à activer une économie de la revalorisation des matières premières secondaires. Ces trois dimensions de leur activité participent activement aux récits de la crise dans les médias, les travaux académiques contemporains et l’expression artistique. De manière plus générale, elles mettent en cause le système de gestion des déchets instauré en 1977 par la dictature militaire (1976-1983).

Récupération et ville du « premier monde2 » : la mise en question d’un ordre urbain

  • 2 Le président de la république Carlos S. Menem (1989-1999) avait, entre autres choses, promis de fa (...)
  • 3 Ciruja est une abréviation de cirujano (« chirurgien »). Ce nom est issu de la pratique originelle (...)

6Alors que, à Mexico, Rio de Janeiro ou Lima, les pepenadores, les catadores et les recicladores caractérisent les paysages sociaux urbains depuis le début du XXe siècle, à Buenos Aires, les cartoneros ne disposent que d’une visibilité récente dans la ville (figure 2). Après l’interdiction du chiffonnage par la dicta ture militaire et la fermeture des décharges urbaines dans lesquelles ils opéraient, les cirujas3 avaient été relégués dans les périphéries les plus lointaines ou les plus marginalisées de la métropole. Avec les cartoneros, les récits de la crise, qui frappe l’Argentine entre 1998 et 2003, marquent le retour de la récupération des déchets sous un nouveau nom et selon une ampleur sans précédent.

  • 4 C’est particulièrement le cas à Puerto Madero, quartier neuf de Buenos Aires, situé à proximité du (...)

7À partir des années 1990, le pays entier doit faire face aux répercussions des politiques néolibérales et, notamment, celle de la privatisation des grandes entreprises et des services urbains ainsi qu’à celle de la dégradation des conditions d’emploi. La métropole de Buenos Aires, qui concentre 50 % du PIB national, est inégalement frappée par l’accroissement de la pauvreté et du chômage qui s’ensuit. Jusqu’en 1998, les banlieues et leurs dix millions d’habitants sombrent dans un devenir toujours plus précaire alors que la ville-centre – la ville autonome de Buenos Aires – fait office d’« îlot de richesse dans un océan de pauvreté » (Coy, Pölher, 2002). Aussi, est-elle est un réceptacle privilégié des grandes opérations d’investissements4. Lorsque le pays bascule dans une profonde récession, fragilisé par les dévaluations successives du peso mexicain et du réal brésilien, les populations les plus pauvres, qui travaillent dans le secteur informel ou sont au chômage, sont largement captives des espaces périurbains de la métropole (figure 3).

Figure 2. Cartonera collectant les matériaux recyclables dans les rues du quartier central d’Almagro (ville de Buenos Aires).
[Cliché : M.-N. Carré, 2010.]

8Cependant, à partir de 1998, des individus seuls ou en famille, toujours plus nombreux affluent au centre de la ville de Buenos Aires, parcourant jusqu’à 50 km par les voies de communication métropolitaines routières et ferroviaires, pour pratiquer la récupération des matériaux recyclables et leur revente. Ils s’assurent ainsi un revenu de survie (figure 3). Certains d’entre eux exerçaient déjà cette activité dans les localités périurbaines proches de leurs propres quartiers (Suárez, 2010). Cependant, dans le centre de la métropole, papier, carton, plastique abondent et sont concentrés plus que partout ailleurs dans le pays en raison du niveau de vie élevé des habitants, du pouvoir de consommation, de la présence de commerces et de bureaux. Par ailleurs, en raison de l’aggravation de la récession, cette ressource se raréfie dans les périphéries, plus tôt et plus violemment touchées. Au plus fort de la crise, elles cumulent 50 % de chômage et 25 % des personnes sous le seuil de pauvreté. Francisco M. Suárez estime en 2002 que, dans l’ensemble de la métropole, près de 30 000 personnes vivent de la récupération des déchets, familles comprises. Dans la ville autonome de Buenos Aires, un recensement, effectué en 2003 par l’équipe de recherche-action coordonnée par cet anthropologue, évalue à 9 000 les cartoneros qui arrivent quotidiennement dans la ville-centre pour récupérer les déchets. Leur forte visibilité dans les rues de la capitale, en fin d’après-midi, accompagnés de leurs enfants, ou encore les files interminables de chariots et de sacs, sur les quais des gares, en pleine nuit, ont fait le tour du monde sous la plume des journalistes, des écrivains et l’œil du cinéma engagé. Elle déclenche aussi la prise de conscience plus générale de l’existence d’un marché de la revalorisation des déchets, activé par la dévaluation du peso en janvier 2002.

Sources : INDEC, 2001 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007.
Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Les mouvements pendulaires des récupérateurs : des périphéries de la métropole vers la ville-centre.

La dévaluation du peso et le recyclage : l’activation d’une économie nationale

9À partir du début des années 2000, le secteur économique de la production d’emballage tire de l’activité de récupération à Buenos Aires un essor nouveau, lié au recyclage des matières premières secondaires. En effet, les filières plastique et papier-carton ne dépendent que partiellement de ces ressources jusqu’à la fin des années 1990. La première réutilise les chutes industrielles pour produire des objets de moindre qualité. Elle a connu une concentration importante des établissements producteurs et un saut qualitatif et quantitatif dans les années 1980, dû au remplacement du bois, des textiles et du verre par le plastique dans les produits de consommation. Néanmoins, jusqu’en 2000, le faible prix du baril de pétrole encourage à l’utilisation de matière première vierge (Suárez et al., 2012). La filière du papier et du carton, quant à elle, utilise déjà des chutes de papier dans ses processus de production. Mais, d’une part, celles-ci représentent à peine 23 % du total des papiers et cartons consommés en Argentine et, d’autre part, 10 % des chutes de papier utilisées – au total 320 000 tonnes annuelles – proviennent des États-Unis. Les tarifs pratiqués sur le marché intérieur sont deux à trois fois supérieurs aux cours internationaux. Ils freinent l’usage des matériaux de récupération locaux. Ainsi l’ensemble du secteur est-il très dépendant des importations : 70 % de la pâte à papier utilisée proviennent du Brésil et des États-Unis en 1993 (Borello, 1997, 5).

10Au début des années 2000, la récupération du plastique et du papier dans la métropole a connu une augmentation significative pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les matériaux d’emballages représentent 30 % des déchets ménagers quotidiens, surtout dans les quartiers les plus centraux de la ville de Buenos Aires (figure 4). D’autre part, la dévaluation du peso, en 2002, restreint considérablement les importations de matières premières en provenance du Brésil et des États-Unis pour la fabrication du papier ; le prix du baril de pétrole s’envole, passant de 17 à 29 $ entre 1999 et 2000 (55 $ en 2005). Cette croissance freine l’usage de ce matériau pour la production des plastiques. P. Schamber note que la part des chutes de papier dans l’ensemble des matières utilisées pour la production nationale se maintient à plus de 52 % entre 1999 et 2000. La forte demande de la Chine en plastique PET (polyéthylène téréphtalate), utilisé pour les bouteilles de boissons gazeuses et d’eau, entraîne un accroissement exponentiel de la récupération de ce matériau. Celle-ci est de l’ordre de 9 000 % en 11 ans (Suárez et al., 2012). La filière du recyclage de ce matériau est stimulée par cet appel. La récupération des bouteilles passe de 65 à 6 000 tonnes par mois entre 1998 et 2008, et les récupérateurs qui opèrent dans la ville de Buenos Aires injectent 200 tonnes de plastique PET par jour dans les circuits de valorisation.

Source : FIUBA/CEAMSE, 2009.
Graphique M.-N. Carré repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 4. Composition et volume des déchets dans la ville-centre de Buenos Aires de 1971 à 2010.

11Ce dynamisme s’articule avec l’augmentation de tensions autour des sites d’enfouissement technique métropolitains. Ceux-ci sont en butte à des controverses socio-environnementales menées par des associations de riverains qui réclament leur clôture. Ces dernières incriminent la mauvaise gestion des sites et la mise en péril de la santé publique, sapant ainsi l’image d’excellence que l’entité métropolitaine coordinatrice de l’enfouissement, la CEAMSE (Coordinación Ecológica Área Metropolitana Sociedad de Estado – Coordination écologique de l’aire métropolitaine société d’État), s’était attachée à construire depuis 1977 (figure 5). Elles sont encouragées par de grandes organisations non gouvernementales de défense de la nature, nationales – comme la FARN (Fundación Ambiente y Recursos Naturales) et internationales – comme Greenpeace. Bien que, de manière générale, ces dernières interviennent peu dans les conflits de proximité (Saunders, 2007, 743), elles trouvent dans ces controverses le moyen de renforcer leur légitimité auprès des institutions urbaines.

Figure 5. Une manifestation contre les installations de traitement des déchets de la CEAMSE dans la municipalité de La Matanza.
[Cliché : M.-N. Carré, 2009.]

Des frictions autour de l’appropriation des déchets et de l’usage de l’espace public

12La présence des récupérateurs dans la ville et la redirection d’une fraction des déchets dans les circuits de la revalorisation ont entraîné de fortes tensions avec les autres acteurs de la gestion. Deux grands facteurs de frictions peuvent être relevés. Le premier, le plus ample, met en jeu les acteurs de la collecte. Les grandes entreprises, qui se partagent la prestation de ce service dans la ville depuis 1980, doivent composer avec plusieurs bouleversements issus de la crise de 2001. Tout d’abord, elles sont rémunérées au poids de déchets collectés. Or, la production de résidus diminue fortement dans la ville-centre entre 2000 et 2004, en raison de la moindre consommation des habitants. Même si les taux de production de déchets restent plus élevés que partout ailleurs dans la métropole, la rémunération des entreprises enregistre une diminution sensible, liée à la contraction des poubelles. À cette diminution s’ajoute la pression sur la ressource qu’exercent les récupérateurs. Bien que ces derniers ne prélèvent des déchets que les matériaux d’emballages, la fraction soustraite représente environ 10 % du poids total et ce manque à gagner contribue à alimenter les tensions avec les entreprises.

13Outre les altercations dans la rue, où éboueurs et cartoneros s’arrachent les matériaux et où l’on enregistre des pratiques « à la course », les entreprises tentent de peser sur le gouvernement urbain par le recours à la législation. Elles mobilisent un texte inusité, l’ordonnance 33.581, qui stipule depuis 1977 que la récupération est interdite. Le gouvernement urbain, débordé par les dimensions sociales et économiques des cartoneros, a mis en œuvre des stratégies de contention de leur activité à partir de 2003, mais l’ordonnance n’est appliquée que sporadiquement. Lors des élections municipales en 2003, le candidat d’opposition de la droite libérale Mauricio Macri, est soutenu par les entreprises de collecte. Il n’hésite pas à déclarer que les récupérateurs sont des voleurs de déchets (Pàgina/12, 28/08/2002). Enfin, selon les entreprises, l’activité de récupération des cartoneros met en péril le paradigme de l’hygiène urbaine sur lequel se fonde l’activité de collecte exhaustive des déchets par les entreprises. Cet argument ne laisse pas insensibles les habitants de la ville, qui voient les récupérateurs éventrer les sacs-poubelle pour en prélever le contenu recyclable et laisser aux chiens et aux rats les ordures éparpillées sur le trottoir.

14En 2002, ces fortes frictions entraînent la discussion des modalités de rémunération des entreprises concessionnaires de la collecte à la législature de la ville de Buenos Aires. Ce débat coïncide avec l’élaboration de l’appel d’offres destiné à renouveler les contrats de prestation du service. Pour certains des législateurs, le passage à une rémunération à l’aire nettoyée, comme c’est déjà le cas depuis les années 1990 dans les municipalités périurbaines, offre un bon instrument de médiation des conflits sur le terrain avec les récupérateurs. Pour d’autres, cette décision est partisane. Elle n’aurait pour autre objectif que de compenser la diminution brutale de la production des déchets et, symétriquement, du chiffre d’affaires des entreprises (législature de la ville de Buenos Aires, session du 26/02/2002). Malgré ces dissensions, la transformation des modalités de rémunération est adoptée en 2003, dans le souci d’aplanir les tensions entre les acteurs formels et informels de la gestion des déchets.

15Ces trois transformations profondes – irruption de la pauvreté périurbaine dans les espaces centraux, activation d’un marché du recyclage à l’échelle nationale et internationale, mise en question de la viabilité économique du service « conventionnel » de gestion des déchets – ont deux conséquences sur la visibilité des récupérateurs dans la ville. Tout d’abord, ces transformations sont associées à un espace spécifique, celui de la ville de Buenos Aires, à un temps spécifique, celui de la crise et à une action spécifique, celle la revalorisation des déchets dans le cadre de la recherche de stratégies alternatives pour survivre. Ensuite, cette mise en abîme de la crise comme une tragédie nationale se joue dans l’espace le plus central de l’Argentine, là où se concentre une grande partie des fonctions de commandement économique et décisionnel. Elle a eu pour effet de mettre en question le dispositif d’exclusion sociale énoncé près de trente ans auparavant, sous un régime autoritaire.

LA GESTION INTÉGRÉE DES DÉCHETS SOLIDES URBAINS : UN OUTIL À GÉOMETRIE VARIABLE

16L’adoption de la GIRSU s’inscrit plus largement dans le cadre des expériences de gestion durable dans les villes d’Amérique latine. Au Brésil, la ville de Curitiba, qui a misé dès les années 1990 sur le transport en commun et l’éducation au tri des déchets, en est l’exemple le plus affirmé. À Buenos Aires, l’adoption de la gestion intégrée fait l’objet de débats différenciés. Les enjeux de l’intégration sociale, de la protection de l’environnement et d’une économie verte ne sont pas intervenus simultanément dans les débats et leur convocation en plusieurs étapes souligne autant la dimension évolutive du principe que la diversité des acteurs qui ont tenté de s’affirmer en le mobilisant. Ces redéfinitions successives ont entraîné le glissement d’une mesure d’urgence symbolique – la reconnaissance des récupérateurs urbains par la loi 992 – vers une loi de gestion environnementale des déchets – la loi Basura Cero 1854 dans la ville de Buenos Aires (figure 6).

Schéma M.-N. Carré, 2013, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 6. Chronologie de la législation sur les récupérateurs et la gestion intégrée des déchets dans la ville autonome de Buenos Aires.

La loi 992 : la valorisation des déchets au lendemain de la crise

  • 5 Certains cartoneros se sont regroupés en coopératives pour mener à bien leur activité, manipuler d (...)

17La fin de l’année 2002 ouvre une ample consultation des acteurs impliqués dans la gestion des déchets de la ville dans le but de résoudre la triple problématique sociale, environnementale et économique suscitée par la présence des cartoneros au centre de Buenos Aires. La CEAMSE, des représentants du gouvernement urbain, de la province, certains représentants de cartoneros5, les quatre entreprises impliquées dans la collecte, des chercheurs de l’université, des anthropologues, des conseillers de la législature et des députés de la province et de la ville ont été convoqués par la législature de la ville de Buenos Aires pour en discuter. Comme l’indique l’anthropologue F.M. Suárez, l’un des principaux coordinateurs des discussions, la loi 992 sur les récupérateurs urbains est issue d’un processus participatif d’élaboration (2011, 232).

18La dimension de l’intégration et de la reconnaissance sociale prend rapidement le dessus, alors que l’Argentine est au plus fort du marasme lié à la crise. Pour les tenants du texte, il importe, avant tout, de donner un instrument durable au gouvernement pour incorporer les cartoneros dans le travail légal (législature de la ville de Buenos Aires, session du 02/12/2002, 201). La directrice de la commission d’hygiène urbaine de la législature souligne, en préambule au débat du 2 décembre 2002, que le projet de loi 992 n’a pas pour objectif de donner son aval complet à ce travail qui « n’est pas le meilleur », mais d’en protéger dans la mesure du possible les acteurs. Pour d’autres législateurs, la promulgation du texte doit s’accompagner de la déclaration d’un état d’urgence sanitaire. Il donnerait les pleins pouvoirs à l’exécutif, comme ce fut le cas dans le cadre de la résolution de la crise des ordures de Naples (Caputo, 201, 94) afin de répondre aux plaintes formulées par les habitants face à l’éparpillement continu de leurs déchets sur la voie publique et pour garantir un certain ordre urbain. Certains des législateurs considèrent que l’activité de récupération devrait être éradiquée.

  • 6 Les récupérateurs inscrits ont droit à des gants et des dossards réfléchissants. Des garderies son (...)

19À partir de 2003 et de la promulgation de la loi 992, le PRU (Programme des récupérateurs urbains) est élaboré dans le but de mieux connaître l’activité des cartoneros. Un registre des récupérateurs urbains est établi, rappelant les édits de police et les fichiers de chiffonniers tenus à partir de la fin du XIXe siècle à Paris dans le but de mieux contrôler l’activité dans l’espace public urbain. Il ne prend en compte que les récupérateurs qui arrivent dans la ville-centre et qui transitent surtout par les gares ferroviaires urbaines. Cette initiative ne fait l’objet d’aucune tentative de coordination entre la province de Buenos Aires, d’où sont issus les récupérateurs, et la ville autonome dans laquelle elle se tient. Outre un encadrement social6, le PRU apporte un soutien technique conséquent à la construction de coopératives de récupération. À l’image des expériences réussies menées en Colombie, avec la coopérative Recuperar, ou au Brésil, avec les groupes ASMARE et COOPAMARE, le gouvernement urbain encourage le regroupement dans cette forme souple, qui rend légale l’activité tout en lui permettant de se dérouler dans un cadre informel. Par ailleurs, elle met les récupérateurs sur la voie d’une plus grande intégration sociale. Leur travail ne se déroule plus de nuit et dans la rue, mais peut être organisé, mené de jour, et ce dans le cadre d’un contact personnalisé, en porte-à-porte avec les habitants. De fait, plusieurs groupes de récupérateurs ont largement revendiqué cette possibilité au cours des discussions d’élaboration du texte de la loi 992. Les coopératives El Ceibo et El Álamo, fondées à partir de groupes préexistants de lutte pour le droit des pauvres au logement en ville, ont tenté, dès leur création, de s’insérer selon ces modalités dans des quartiers aisés ou de classes moyennes. Ainsi, ils récupèrent dans le quartier résidentiel aisé de Palermo pour la première et dans le quartier résidentiel moyen de Villa Pueyrredón pour la seconde (figure 7 page précédente).

Sources : FIUBA/CEAMSE, 2010 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires, consulté le 7 juillet 2013 ; Travaux de terrain 2008-2011.
Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 7. La mosaïque territoriale des coopératives dans la ville de Buenos Aires (2011).

La loi Basura Cero 1854 : l’entrée en jeu des ONG environnementalistes

  • 7 Zéro déchets.

20En 2005, la discussion de la loi Basura Cero7 1854 dans la ville de Buenos Aires marque une nouvelle étape dans la définition des cadres de la valorisation des déchets. L’ONG Greenpeace, l’une des organisations professionnelles de défense de la nature des plus influentes dans le monde, joue un rôle déterminant dans l’adoption d’une loi concernant la GIRSU. Comme dans la plupart des autres pays, les déchets ménagers occupent une position marginale dans l’activité de l’organisation. Installée en Argentine en 1986, celle-ci a centré son action sur les déchets nucléaires, les déchets électroniques et l’incinération : des domaines qui rejoignent le terreau affectif de défense de la nature sur laquelle elle cimente plus largement ses revendications (Lascoumes, 1994, 41).

  • 8 Entretien avec Greenpeace, mai 2011.

21Cependant, au début des années 2000, l’ONG s’investit dans deux causes locales. Elle relaye l’alerte à la pollution du cours d’eau Matanza-Riachuelo à Buenos Aires, dont le nettoyage a fait l’objet de financements de la part de la Banque mondiale et de la BID (Banque interaméricaine de développement). Par ailleurs, elle participe à la lutte contre les entreprises de pâte à papier de Fray Bentos et Gualeguaychú à la frontière avec l’Uruguay, portée par l’Argentine devant la Cour internationale de justice de La Haye (Merlinsky, 2009, 117-190). L’intérêt que l’ONG porte à la gestion des déchets urbains à Buenos Aires répond à une stratégie proche de celle qui l’avait poussée à participer aux deux causes locales énoncées précédemment. L’une des militantes nous signalait la dimension stratégique de l’opération en ces termes : « Nous avons choisi la ville-centre de Buenos Aires [] pour notre action parce que c’est là que se concentre le plus grand nombre d’acteurs internationaux8. » Cette visibilité passe par l’apposition du label Basura Cero sur la loi à venir. L’ONG véhicule en chacun de ses 138 bureaux mondiaux ce label, qui avait déjà remporté l’adhésion de Canberra (Australie), puis de villes néo-zélandaises, danoises, états-uniennes et canadiennes, mais n’avait pas encore été mis en uvre dans une ville en développement.

22La loi 1854 contient aussi une forte charge promotionnelle, partagée avec le gouvernement de la ville de Buenos Aires. Celui-ci a misé sur la consultation d’un ample éventail d’acteurs. Associations, ONG, entreprises, habitants, coopératives de récupérateurs participent à la discussion. Par ailleurs, un chronogramme de réduction de l’enfouissement des déchets est établi sous la pression de Greenpeace. Toutefois, les législateurs proposent de le synchroniser avec des événements importants de l’agenda public qui doivent donner de la visibilité à la ville à l’échelle mondiale. Ainsi, l’un d’entre eux propose-t-il d’établir la première date à l’année 2010, avec une diminution de 30 % de l’enfouissement des déchets. « En effet – explique-t-il –, l’année 2010 est particulièrement significative pour la ville de Buenos Aires puisque c’est celle du bicentenaire de la Révolution de Mai. » (législature de la ville de Buenos Aires, session du 04/08/2005, 14) Cependant, ce chronogramme est un cadeau empoisonné. Ainsi, dès les premières années de la loi, les dates et les rythmes fixés semblent bien illusoires dans la mesure où, avec la reprise de la croissance, la production de déchets augmente. L’année 2010 est donc aussi celle où, peu de temps après les festivités du 25 mai, quelques activistes de Greenpeace partent à l’assaut de l’Obélisque pour déplier depuis son sommet une bannière dénonçant la non-application de la loi Basura Cero.

  • 9 Entretien avec Greenpeace, 06/03/2008.

23Malgré le soutien apporté aux récupérateurs urbains, l’objectif poursuivi par la loi 1854 s’éloigne de l’objectif de reconnaissance et d’intégration sociale des cartoneros qui prévalait lors de la loi 992. Elle s’articule avec cette dernière, mais ne fait pas des récupérateurs l’objet principal de la consolidation législative. Les récupérateurs constituent un maillon central dans la chaîne de sélection, de valorisation et d’évitement de l’enfouissement technique étant donné qu’ils doivent bénéficier d’équipements pour procéder au tri sélectif. Mais ils ne constituent qu’un maillon dans une politique d’environnement plus large. Ainsi, Greenpeace souligne la séparation des points de vue en indiquant que « la loi Basura Cero n’a pas pour objectif de réglementer le cartonero. C’est un monde parallèle à Basura Cero, même si les cartoneros font partie du système9. »

24Le cheminement vers la gestion intégrée des déchets, avec l’intégration des récupérateurs et la gestion environnementale, a offert deux faces paradoxales. D’une part, la plus grande consolidation institutionnelle et le jeu de la compétitivité multiscalaire des acteurs en jeu ont contribué à légitimer un changement de paradigme vers la valorisation, qui s’était enclenché sous l’impulsion d’acteurs informels. D’autre part, la réorganisation autour des enjeux économiques de cette revalorisation a conduit au glissement de la question des récupérateurs et de leur intégration sociale vers celle d’une performance environnementale – soustraire une portion toujours plus grande des déchets à l’enfouissement. Au cours des dernières années, ce glissement a eu des conséquences directes sur la légitimité que les récupérateurs avaient tenté de se ménager avec la loi 992. Elle interroge profondément les arrangements autour de l’action publique urbaine et tout particulièrement la possibilité des récupérateurs de s’approprier et d’accéder aux territoires de leur activité dans la ville-centre.

L’INSTITUTIONNALISATION DE LA RÉCUPÉRATION AU RISQUE DE L’INTÉGRATION DES RÉCUPÉRATEURS

25En 2008, l’élection du candidat Mauricio Macri comme chef du gouvernement de la ville de Buenos Aires entraîne un changement dans les modalités d’intégration des récupérateurs urbains telles qu’elles avaient été conçues depuis la crise de 2001. La gestion intégrée des déchets n’est pas abandonnée, mais expérimente divers ajustements. La ville-centre fait l’objet d’un verrouillage progressif, où les récupérateurs monnayent l’accès restreint à leurs territoires de collecte contre une rémunération plus élevée.

Vers une gestion intégrée des déchets mécanisée et exclusive

26En 2008, l’équipe gouvernementale chargée de la gestion des espaces publics et de l’environnement du parti progressiste PRO de Mauricio Macri, récemment élu, était toute occupée à « surmonter les divers échecs précédents » de la gestion différenciée des déchets. Ces revers « laissent croire aux habitants qu’il n’existe aucune solution et que la ville de Buenos Aires n’est pas prête à effectuer une gestion des déchets de qualité, comme celle à l’œuvre dans les principales villes du monde » (rapport gouvernemental sur la loi 1854, 12/2008).

  • 10 Une cuadra représente l’espace libre du trottoir et de la rue laissé entre deux manzanas, ou îlots (...)

27Deux méthodes observées en Europe, et tout particulièrement à Barcelone, sont mises à l’épreuve : l’équipement de la ville en conteneurs différenciés et l’instauration de centres de tri sélectif. Cette initiative devait substituer à la collecte différenciée, artisanale et manuelle, que pratiquaient les récupérateurs urbains, une collecte mécanisée par les entreprises sous contrat. Une vaste opération de conteneurisation est initiée à partir de décembre 2006. Selon le directeur de l’hygiène urbaine de la ville de Buenos Aires, il s’agissait initialement d’une opération-pilote, menée avec l’aval des ONG environnementalistes, pour une période d’un an environ. Cependant, la proposition obtient un succès sans égal auprès des habitants qui considèrent que l’hygiène et l’esthétique urbaines s’en trouvent améliorées. Le rythme de l’équipement s’accélère sous le gouvernement de Mauricio Macri. En six mois, près de 25 % de la superficie urbaine reçoit un couple de conteneurs, l’un à couvercle gris pour les déchets non recyclables, l’autre à couvercle orange et destiné aux déchets recyclables. Au total, 24 000 conteneurs sont distribués, sur 6 000 cuadras10. Cette stratégie se double d’une dimension philanthropique de lutte contre la pauvreté menée en force. En effet, en 2003, lors de la renégociation des contrats de collecte et au lendemain du vote de la loi 992 sur les récupérateurs urbains, les entreprises lauréates sont tenues d’édifier un à deux centres verts, ou centres de tri, destinés aux coopératives qui opèrent déjà dans leur zone ou à proximité et d’y affecter les camions qui collectent les conteneurs de matériaux recyclables. Il s’agit de fixer les récupérateurs, plutôt que d’organiser leur travail dans la ville, et ce afin qu’ils recentrent leur activité autour du tri sélectif. Cette initiative fait écho aux stratégies d’emploi des plus marginaux mises en œuvre en plusieurs points du monde dans les centres de tri sélectif.

28 A priori, cette politique publique garantit une forme d’inclusion sociale par la participation active des coopératives à l’intégration de la gestion des déchets. Mieux équipées, elles peuvent mener à bien leur tâche plus rapidement et obtenir de meilleurs tarifs en revendant de plus grandes quantités. La coopérative El Ceibo obtient ainsi un entrepôt enclavé entre l’autoroute nord et les voies de chemins de fer. Ce centre est, malgré tout, relativement proche du quartier Palermo où elle collecte. En revanche, pour les autres coopératives, la localisation de ces centres de tri compromet sérieusement leur intégration urbaine. Ils se situent dans les quartiers soumis à une intervention publique moindre, dans un sud éloigné et pauvre. La distance importante entre les centres de tri et les lieux de production des déchets recyclables compromet la logique de consolidation financière des coopératives. À plusieurs reprises, les coopératives constatent que les « bons » camions, qui contiennent des quantités conséquentes de papier ou de carton, sont détournés par les chauffeurs des entreprises de collecte. Au lieu de les acheminer directement vers les établissements que gèrent les coopératives, ces derniers passent par des entrepôts de matériaux pour les revendre à leur propre profit. N’arrivent dans les centres verts que des déchets souillés et inutilisables. Enfin, les coopératives n’ont pas les connaissances techniques suffisantes pour faire fonctionner les équipements de tri semi-automatisé.

« Génie du propre » et génie du recyclage : deux paradigmes inconciliables ?11

  • 11 Les Annales de la recherche urbaine consacrent leur numéro 53 (1992) au « Génie du propre » en vil (...)

29Une première discussion sur la reconfiguration du service de gestion des déchets se tient en 2008, lorsque le gouvernement urbain ouvre une audience publique à la législature. Il s’agit de discuter publiquement du renouvellement des appels d’offres de la collecte des déchets prévu pour 2009. L’appel d’offres propose de consolider le système de conteneurs et de centres verts, et ce bien qu’il fasse difficilement ses preuves. Ainsi, seuls 30 % des habitants s’adonnent-ils au tri sélectif parce qu’ils n’y sont pas suffisamment sensibilisés. Ce faible succès contraste avec les stratégies initiées par certaines coopératives pour s’assurer des quantités de matières premières secondaires suffisantes à la survie de leurs membres. Les plus anciens de ces groupes, comme El Ceibo ou El Álamo, sensibilisent les habitants à l’intérêt environnemental de leur activité et les informent sur le devenir de leurs déchets. En sonnant en porte-à-porte chez les riverains pour collecter leurs matériaux recyclables sur une superficie de quelques îlots, elles densifient peu à peu leurs réseaux et éduquent les habitants volontaires au tri sélectif.

30Ces deux logiques différentes posent la question de l’attribution de la compétence de la collecte entre entreprises et coopératives de récupérateurs. Le débat tenu à la législature met en évidence les tensions et les incertitudes qui pèsent sur ce choix. Il est particulièrement houleux. Tout d’abord, le gouvernement a tenté de passer un accord discret avec les coopératives, leur promettant de les équiper en matériel si elles approuvent les appels d’offres publiquement. Or, après des pré-audiences par commissions qui se tiennent au mois de la même année dans un consensus relatif, le gouvernement urbain lance un projet de loi additionnel de retour au système de paiement à la tonne qui prévalait avant la crise de 2001. Pour se justifier, il indique que cette mesure permettra d’améliorer l’hygiène et l’esthétique urbaines, que les habitants jugent toujours déplorables en 2008. Or, cette décision est particulièrement problématique dans la mesure où elle sape l’accord auquel étaient parvenus les législateurs en 2003, lors des précédents appels d’offres. En instaurant le système à la superficie nettoyée, ils avaient lissé les tensions sur l’appropriation de la ressource qui existaient entre récupérateurs et entreprises.

31Lorsque les récupérateurs en prennent connaissance, ils se mobilisent fortement contre les deux propositions du gouvernement. Ils estiment que la décision du retour à la tonne compromet leur présence dans la ville et profile à l’horizon la répétition de l’interdiction qui pesait sur leur activité entre 1977 et 2003. En contre-offensive, la coordinatrice de la coopérative El Ceibo défend la qualité de la prestation du service de collecte fourni par les récupérateurs et les connaissances professionnelles dont ces derniers disposent pour pratiquer leur activité (législature de la ville de Buenos Aires, session du 01/10/2008, 48-49). De leur côté, les ONG environnementalistes comme Greenpeace ou la FARN voient l’engagement de la loi Basura Cero compromis par le retour à une modalité de paiement qui encourage l’enfouissement sanitaire. C’est dans cette optique qu’elles soutiennent la position des récupérateurs. L’audience s’achève par un fiasco : les législateurs sont accusés d’avoir recomposé l’ordre de passage des orateurs à la tribune pour créer artificiellement un bloc en faveur des deux propositions gouvernementales. Le processus participatif qu’avait tenté de mettre en scène le gouvernement perd toute sa légitimité. En 2010, lorsque la négociation des contrats de la collecte est renouvelée, celui-ci fait appel à une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme, Poder Ciudadano, pour organiser la consultation.

Les méga-coopératives et la reconfiguration des territoires de récupération

32Après l’audience, des liens inédits se créent entre le gouvernement de la ville et des groupes de récupérateurs, distincts des coopératives qui avaient participé à l’élaboration de la loi 992. Le MIE (Movimiento Independiente Estudiantil – Mouvement des travailleurs exclus), transformé en la coopérative El Amanecer de los Cartoneros, en est un exemple emblématique. Il rassemble 1 700 individus tous issus du même quartier – contre 50 à 60 membres pour les coopératives précédentes (figure 8).

33Sa base est Villa Fiorito, l’un des quartiers informels les plus relégués de la métropole, localisé dans la municipalité de Lomas de Zamora. Enfin, la définition de la coopérative y est limitée, dans la mesure où les déchets sont triés individuellement, bien qu’ils soient revendus en commun. Des moyens de transport, estampillés à l’effigie du programme « Jugá Limpio » – bus et camions –, sont mis à la disposition du groupe par le gouvernement de la ville-centre et une indemnité mensuelle de 600 pesos est versée contre un comportement exemplaire sur la voie publique. Cela signifie que les récupérateurs ne doivent pas travailler en état d’ébriété ou sous l’emprise de la drogue et qu’ils doivent dénouer les sacs-poubelle plutôt que de les éventrer sur la voie publique. Une garderie est ouverte à Villa Fiorito par la ville de Buenos Aires pour que les enfants n’accompagnent pas les parents. Les récupérateurs évacuent ainsi entre 100 à 150 tonnes de matériaux recyclables par jour.

34Or, les conditions dans lesquelles ces récupérateurs travaillent semblent saper les efforts des autres coopératives plus anciennes qui avaient tenté de s’assurer un ancrage dans la ville en renforçant les sociabilités de proximité avec les habitants. Tout d’abord, ils ne travaillent pas en porte-à-porte mais continuent à ouvrir les sacs-poubelle dans la rue. Ensuite, ils travaillent de nuit, de 19 à 23 heures, vêtus d’un uniforme bleu marine. Enfin, ils sont soigneusement encadrés par un réseau de travailleurs sociaux du gouvernement urbain. Tous les soirs, ceux-ci veillent à l’appel et montent dans les bus lors de leur départ pour s’assurer que tous les récupérateurs qui se sont portés présents à 19 heures le sont également à 23 heures (figures 9 et 10).

Sources : Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires ; Travaux de terrain 2008-2011.
Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 8. Petites et méga-coopératives dans la ville de Buenos Aires.

35Le travail des récupérateurs dans la rue a bien été conservé par les politiques publiques de gestion intégrée. Néanmoins, le modèle d’intégration sociale des coopératives privilégié par le gouvernement entraîne aussi l’affaiblissement des liens entre habitants et récupérateurs. La localisation de la méga-coopérative dans le conurbano, dans un interstice de la ville caractérisé par une faible présence publique, ouvre très partiellement la ville-centre aux banlieues et renforce la coupure entre ces deux espaces. Enfin, le succès de cette pratique qui repose sur le nombre d’individus impliqués et une rémunération attractive, a conduit à sa diffusion : l’apparition récente d’autres méga-coopératives en atteste largement. En 2011, le gouvernement décide de lancer un appel d’offres spécifiquement consacré à la collecte sélective et tourné exclusivement vers les coopératives de récupérateurs. Des zones sont attribuées aux différents groupes afin de réguler les tensions sur l’appropriation du territoire entre ces derniers (figure 11).

Figures 9 et 10. Deux modalités de récupération des déchets.
El Ceibo : une récupératrice converse avec le concierge d’un immeuble sur les matériaux à trier.
[Cliché : M.-N. Carré, 2008.]
El Amanecer de los Cartoneros (MTE) : au centre vert, des opérateurs reçoivent un chargement de matériaux récupérés la nuit précédente dans les rues de la ville.
[Cliché : M.-N. Carré, 2011.]

Sources : FIUBA/CEAMSE, 2010 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires, consulté le 7 juillet 2013 ; Travaux de terrain 2008-2011.
Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 11. Les dispositifs d’institutionnalisation du tri sélectif dans la ville de Buenos Aires.

CONCLUSION

36Cet article s’interroge sur les transformations qui ont affecté l’organisation du service de gestion des déchets de Buenos Aires depuis la crise de 2001. Comment les cartoneros, des individus pauvres et marginaux, ont pu faire l’objet de politiques publiques d’intégration sociale et économique et d’incorporation dans la prestation du service urbain ? L’analyse a pris en compte l’ensemble de la métropole de Buenos Aires. Toutefois, elle s’est concentrée sur son cœur, la ville de Buenos Aires, parce que c’est dans cette circonscription politico-administrative que sont les plus visibles les tensions qui ont entraîné la reconfiguration des modalités de la collecte. Ces tensions ont d’abord alimenté des récits de crise dans lesquels les cartoneros ont affleuré comme symboles de la crise de 2001. Leur présence massive dans la ville a incarné l’entrée de la pauvreté dans un espace qui en avait été préservé jusqu’alors et a mis au jour les systèmes de recyclage dans lesquels ils sont intégrés.

37La révélation de ces filières par matériaux et de cette activité a conduit à une mise en cause plus générale d’un système de gestion des déchets qui prévalait depuis 1977. Conçu par et pour la ville de Buenos Aires, il est en proie aux vives critiques qu’émettent certaines ONG environnementalistes dans le but de déclencher un infléchissement de la gestion. Celui-ci se traduit par le basculement d’une gestion tournée vers l’enfouissement massif des déchets à des politiques publiques et un corpus législatif qui favorisent le tri sélectif et le recyclage. La loi 992 sur les récupérateurs urbains, promulguée au plus fort de la crise, favorise l’intégration sociale de ces derniers. La loi Basura Cero 1854, quant à elle, oriente la gestion vers la préservation de l’environnement. À partir de 2008, les débats qui se tiennent autour des contrats de la collecte des déchets posent le problème de l’intégration des récupérateurs sous un nouvel angle. Avec l’arrivée au pouvoir de la droite libérale, le gouvernement urbain restreint les cadres de l’accès à la ville par les récupérateurs posés par la loi 992. Le tri sélectif est institutionnalisé et fait l’objet d’un appel d’offres qui fixe les périmètres d’action des récupérateurs et les enjoint à se réunir en coopératives.

38En définitive, cette décision, prise dans la tension, ouvre la discussion sur la citadinité des récupérateurs. Certes, ces derniers obtiennent le droit de pratiquer la ville à des horaires déterminés et selon des conditions spécifiques. Néanmoins, le recours toujours plus large à des coopératives issues du conurbano, qui viennent pour extraire les déchets des poubelles et repartent, entraîne aussi l’appauvrissement des représentations que leurs membres peuvent se faire de la ville. Dès lors, ils sont amenés à considérer cette dernière comme un bassin de ressources plutôt que comme un espace d’appartenance.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Berry-Chikhaoui Isabelle, 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe », Les cahiers d’EMAM, no 18, http://emam.revues.org/175 (consulté le 28 octobre 2014).

Borello Jorge, 1997, « La industria Argentina de celulosa y papel : restructuración, reciclado, calidad y localización », Informes de investigación del CEUR, no 13, 86 p.

Caputo Carlotta, 2011, « La crise des déchets à Terzigno en Campanie », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 93-120.

Coutard Olivier, Rutherford Jonathan, 2009, « Les réseaux transformés par leurs marges. Développement et ambivalence des techniques décentralisées », Flux, nos 76/77, p. 6-13.

Coy Martin, Pölher Martin, 2002, « Gated Communities in Latin American Megacities: Case Studies in Brazil and Argentina », Environment and Planning B: Planning and Design, no 29, p. 355-370.

Florin Bénédicte, 2010, « Réforme de la gestion des déchets et reconfiguration des territoires professionnels des chiffonniers du Caire », Géocarrefour, no 85, no 2 : « Services publics en réforme dans le monde », p. 109-118.

Lascoumes Pierre, 1994, L’écopouvoir. Environnement et politiques, Paris, La Découverte, 318 p.

Lévy Jacques, Lussault Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1032 p.

Merlinsky Gabriela, 2009, Atravesando el río : la construcción social y política de la cuestión ambiental en Argentina, Thèse de doctorat en géographie, Facultad de Ciencias Sociales, Universidad de Buenos Aires, 358 p.

Pàgina/12, 2002, « Todos apuntan contra Macri », 28 août 2002, http://www.pagina12.com.ar/diario/ sociedad/3-9417-2002-08-28.html (consulté le 28 octobre 2014).

Pàgina/12, 2011, « Un lugar para los cartoneros en el mundo », 30 mars 2011, http://www.pagina12.com.ar/diario/sociedad/3-165183-2011-03-30.html (consulté le 28 octobre 2014).

Saunders Chris, 2007, « The National and the Local: Relationships Among Environmental Movement Organisations in London », Environmental Politics, no 16, p. 742-764.

Schamber Pablo, 2009, Una Aproximación Histórica y Estructural sobre el Fenómeno Cartonero en Buenos Aires : Continuidad y Nuevas Oportunidades entre la Gestión de los Residuos y la industria del Reciclaje, Buenos Aires, Ministerio del Interior, s. p.

Suárez Francisco, 2010, Residuos, territorios, representaciones e identidades. Una mirada sociocultural de los sitios de disposición y de los circuitos de recuperación de Residuos Sólidos Urbanos en Buenos Aires, Thèse de doctorat en anthropologie, Facultad de Filosofia y Letras, Universidad de Buenos Aires, 325 p.

Suárez Francisco (coord.), 2012, Recicloscopio II, Buenos Aires, Universidad Nacional General Sarmiento, s. p.

The World Bank, 2012, What a Waste! A Global Review of Solid Waste Management, Knowledge Papers, Urban Development Series, Washington, D.C., 116 p.

Notes

1 La crise de 2001 en Argentine a entraîné le recours massif à la récupération des matériaux recyclables. Des individus et des familles pauvres se sont mis à fouiller dans les poubelles des quartiers les plus aisés pour en retirer papier, carton, plastique et les revendre afin de disposer d’un revenu de survie. Ils ont été désignés par le nom de cartoneros en raison de la prédominance du carton dans les matériaux récupérés.

2 Le président de la république Carlos S. Menem (1989-1999) avait, entre autres choses, promis de faire de la ville-centre de Buenos Aires une ville développée sur le slogan « Buenos Aires, primer mundo ».

3 Ciruja est une abréviation de cirujano (« chirurgien »). Ce nom est issu de la pratique originelle des cirujas, qui prélevaient des fragments de viande comestible sur les os jetés par les bouchers dès la fin du XIXe siècle, à l’aide d’un petit couteau. Cette figure de la marginalité est restée ancrée dans la chanson populaire et le théâtre : le tango El ciruja, l’œuvre El basural de Gorostiza (voir lexique).

4 C’est particulièrement le cas à Puerto Madero, quartier neuf de Buenos Aires, situé à proximité du micro-centre de la ville, qui rassemble des hôtels et des restaurants de luxe, des immeubles de standing à l’architecture audacieuse. Puerto Madero est le symbole de ces investissements immobiliers.

5 Certains cartoneros se sont regroupés en coopératives pour mener à bien leur activité, manipuler des quantités plus importantes de déchets et obtenir de meilleurs prix auprès des intermédiaires de revente. Les leaders de ces groupes sont parvenus à se mettre en contact avec des ONG environnementalistes et à se concerter pour porter des revendications communes auprès du gouvernement de la ville de Buenos Aires. Ce sont ces représentants qui participent à l’élaboration de la loi 992. En particulier, les coopératives El Ceibo, El Álamo, Reciclando Sueños et Cooperativa del Oeste ont joué un rôle important.

6 Les récupérateurs inscrits ont droit à des gants et des dossards réfléchissants. Des garderies sont organisées pour lutter contre le travail infantile et les écoliers reçoivent une indemnité en échange de leur assiduité scolaire.

7 Zéro déchets.

8 Entretien avec Greenpeace, mai 2011.

9 Entretien avec Greenpeace, 06/03/2008.

10 Une cuadra représente l’espace libre du trottoir et de la rue laissé entre deux manzanas, ou îlots urbains, sur une distance de 110 m.

11 Les Annales de la recherche urbaine consacrent leur numéro 53 (1992) au « Génie du propre » en ville.

Table des illustrations

Légende Schéma M.-N. Carré, 2013, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 1. La gestion des déchets dans la métropole de Buenos Aires.La gestion des 13 000 tonnes de déchets ménagers et assimilés quotidiens produits par la métropole de Buenos Aires repose surtout sur le circuit de l’enfouissement technique (en jaune), pris en charge par l’entité transjuridictionnelle de la CEAMSE (Coordinación Ecológica Área Metropolitana Sociedad de Estado – Coordination écologique de l’aire métropolitaine société d’État). Le recyclage des déchets fait l’objet d’une institutionnalistion progressive depuis 2003 et s’appuie sur les réseaux capillaires et informels de récupérateurs (cartoneros), parfois réunis en coopératives. Quant à la mise en décharge à ciel ouvert, elle est interdite. Les municipalités et l’ACUMAR (Autoridad de Cuenca Matanza Riachuelo – Autorité du bassin versant du cours d’eau Matanza-Riachuelo) tentent de fermer, puis de revaloriser les sites concernés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Figure 2. Cartonera collectant les matériaux recyclables dans les rues du quartier central d’Almagro (ville de Buenos Aires).[Cliché : M.-N. Carré, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Sources : INDEC, 2001 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007. Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 3. Les mouvements pendulaires des récupérateurs : des périphéries de la métropole vers la ville-centre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Source : FIUBA/CEAMSE, 2009. Graphique M.-N. Carré repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 4. Composition et volume des déchets dans la ville-centre de Buenos Aires de 1971 à 2010.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 5. Une manifestation contre les installations de traitement des déchets de la CEAMSE dans la municipalité de La Matanza. [Cliché : M.-N. Carré, 2009.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Schéma M.-N. Carré, 2013, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 6. Chronologie de la législation sur les récupérateurs et la gestion intégrée des déchets dans la ville autonome de Buenos Aires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Sources : FIUBA/CEAMSE, 2010 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires, consulté le 7 juillet 2013 ; Travaux de terrain 2008-2011. Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 7. La mosaïque territoriale des coopératives dans la ville de Buenos Aires (2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Sources : Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires ; Travaux de terrain 2008-2011. Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 8. Petites et méga-coopératives dans la ville de Buenos Aires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Figures 9 et 10. Deux modalités de récupération des déchets. El Ceibo : une récupératrice converse avec le concierge d’un immeuble sur les matériaux à trier. [Cliché : M.-N. Carré, 2008.] El Amanecer de los Cartoneros (MTE) : au centre vert, des opérateurs reçoivent un chargement de matériaux récupérés la nuit précédente dans les rues de la ville. [Cliché : M.-N. Carré, 2011.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Sources : FIUBA/CEAMSE, 2010 ; Subsecretaría de Urbanismo y Vivienda, Dirección provincial de Ordenamiento Urbano y Territorial, 2007 ; Site de la Ville de Buenos Aires, consulté le 7 juillet 2013 ; Travaux de terrain 2008-2011. Carte M.-N. Carré, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 11. Les dispositifs d’institutionnalisation du tri sélectif dans la ville de Buenos Aires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 589k

Auteur

Docteure en géographie de l’université Sorbonne Nouvelle et de l’IHEAL (Institut des hautes études d’Amérique latine) et chercheure associée associée au CREDA (Centre de recherche et de documentation des Amériques). Sa thèse, sous la direction de M.-F. Prévôt-Schapira, s’intitule Gouverner la métropole par les déchets. Service urbain, action publique territoriale et écologie urbaine à Buenos Aires. Elle travaille sur la gestion et la gouvernance des déchets à Buenos Aires depuis 2008 et est membre du réseau SUD (Sociétés urbaines et déchets). Elle a obtenu un post-doctorat au Centre de recherche en éthique de l’université de Montréal pour travailler sur « l’après-décharge » dans les grandes villes d’Amérique latine.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search