Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie II. Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

Réforme, crise, ajustements et malentendus entre acteurs : quand la question des déchets devient un problème public. L’exemple du Caire (Égypte)

Bénédicte Florin

Texte intégral

  • 1 En termes méthodologiques, j’ai initié, en 2007, mes recherches sur les chiffonniers du Caire par d (...)

1Au Caire, la réforme du système de gestion des déchets, initiée en 2000, s’est traduite par une délégation de service à des entreprises privées, bouleversant ainsi l’organisation professionnelle de la corporation des chiffonniers qui, depuis les années 1930, ramassait et recyclait une partie des déchets. Cette contribution1 tend à montrer comment la question des déchets est devenue, en raison de la réforme et de ses effets, un « problème public » de grande ampleur qui intéresse et fait intervenir de multiples acteurs aux relations complexes et, souvent, conflictuelles. Il s’agit ici d’inscrire la réflexion dans la lignée d’autres travaux qui ont « montré comment des situations, qualifiées de problématiques, acquéraient les traits de problèmes publics [qui] venaient à être inscrits sur l’agenda des autorités publiques […] » (Gilbert, Henry, 2012, 36).

2Ainsi, comme nous le verrons dans un premier temps, en Égypte, avant les années 2000, la question des déchets et l’objet « déchet » en tant que ressource ne constituent pas un problème public, ni même un objet de débat ou d’intérêt qui traverse la société, hormis pour la corporation des chiffonniers qui a directement affaire aux rebuts ou pour les ONG qui travaillent, souvent en vase clos, avec ces chiffonniers. Certes, en 1967, une première loi sur les déchets solides est promulguée et, certes, au début des années 1980, sont créées des agences de propreté, mais il faut attendre 1999 pour que la problématique des déchets soit visibilisée par une ambitieuse politique de réforme de leur gestion.

3Analysées dans un deuxième temps, les conséquences de cette réforme expliquent que la question des déchets devienne publique, obligeant, en quelque sorte, une mise à l’agenda politique, et ce, pour trois raisons. D’une part, la question des déchets est au cœur de nombreuses discussions et controverses dans les lieux du débat public, notamment au Parlement, et elle est alors grandement « publicisée » par les médias. D’autre part, le déchet, en tant que tel, pose de plus en plus problème, notamment lorsque l’ordure est visible sur la voie publique et que sa présence met en évidence les manquements de la politique de gestion et les failles du système de collecte. Enfin, cette question traverse de nombreux groupes ou catégories qui vont être directement en prise avec les déchets : les responsables politiques, les sociétés délégataires du service, les chiffonniers qui, bon gré mal gré, se trouvent sur le devant de la scène à plusieurs reprises, mais aussi les habitants qui prennent partie et agissent au moment des « crises » ; sans oublier, dès avant la révolution du printemps 2011, les mobilisations, souvent menées par des jeunes qui initient, via les réseaux sociaux, des campagnes de nettoyage de leur quartier.

4In fine, le troisième temps de cette contribution explicitera les nouvelles façons de travailler des chiffonniers pour s’ajuster aux contraintes – dont la moindre n’est pas l’abattage de leurs cochons en mai 2009. En définitive, en dépit de l’intégration d’une partie du secteur informel – qui n’en est pas pour autant formalisé – au système de gestion des déchets, il reste toujours un malentendu fondamental qui nous semble séparer les autorités politiques des chiffonniers : ces derniers, loin d’être les éboueurs de la ville, sont avant tout des recycleurs et des commerçants de matériaux recyclés œuvrant « dans » la ville. Essentielle au fonctionnement de l’activité de la corporation, cette dimension spatiale est niée par les responsables, a fortiori lorsqu’ils proposent de les délocaliser loin du Caire. Il peut paraître paradoxal de les tolérer, sinon de les utiliser, comme éboueurs de la ville tout en les expulsant de celle-ci : mais sans doute l’explication réside-t-elle dans le stigmate dont ils sont, toujours et fondamentalement, l’objet.

PREMIÈRES INITIATIVES ET PRINCIPAUX ACTEURS JUSQU’AUX ANNÉES 2000

Les récupérateurs : wahiya et zabbâlîn

5Jusqu’au XIXe siècle, Le Caire est caractérisé par une indescriptible saleté comme en témoignent les écrits scientifiques ou littéraires, pourtant peu prolixes sur la question des déchet. Au début du XXe siècle, l’action de nettoyage initiée par le Tanzim – institution responsable de la gestion urbaine – permet d’améliorer la situation du centre-ville, mais la plupart des quartiers n’est pas concernée sauf lorsque les épidémies de peste et de choléra menacent et alors même que le volume d’ordures par habitant est supérieur à celui des grandes villes européennes, d’après Marcel Clerget (1934). La révolution de 1952 ne modifie pas fondamentalement la situation : l’œuvre réformatrice de Nasser (1954-1970) s’étend à de nombreux domaines, mais seule la loi 38 de 1967, amendée en 1976, réglemente la collecte et la mise en décharge des déchets solides. Cette loi ne semble pas suivie de beaucoup d’effets et, avant les années 1980, il n’y a pas d’action de grande ampleur, ni de politique publique de gestion des déchets.

6En définitive, avant les années 2000, la collecte des déchets ménagers ne relève pas d’un service public à la différence de la distribution de l’eau, du gaz ou de l’électricité qui a fait l’objet, dès le milieu du XIXe siècle, de spectaculaires progrès.

7Jusqu’aux années 1980, c’est donc le secteur informel qui est directement concerné par les déchets, à savoir deux groupes : les wahiya et les zabbâlîn. Les wahiya – « oasiens » – sont des musulmans, migrants originaires des oasis du désert ; il s’agit d’un groupe fermé et peu connu qui, en échange d’un droit acheté aux propriétaires d’immeubles, collecte depuis longtemps les déchets revendus comme combustible pour les hammams et fours de cuisine. En échange de ce « service », les habitants versent mensuellement à leur wahî une petite somme d’argent. Les wahiya se réunissent dans les cafés de Bâb el Bahr où ils mènent leurs transactions, en particulier la répartition de leurs zones de collecte qui se transmettent de père en fils, mais qui peuvent aussi s’échanger et se vendre (Assaad, 1988, 188).

  • 2 Le mot zabbâlîn – prononcer zabbaline – (zabbal au singulier) dérive du mot zibbâla, l’immondice, l (...)
  • 3 Une quinzaine de familles musulmanes sont zabbâlîn dans le quartier de Manchiat Nasser et sans dout (...)

8Quant aux zabbâlîn2, chiffonniers, ils sont essentiellement chrétiens coptes3, migrants de la région d’Assiût, venus dans les années 1930 pour « gagner leur pain » en ville (figure 1). À l’instar de nombreux autres migrants pauvres, ils s’installent dans de misérables cahuttes, aux confins de la ville et, pour nourrir leurs animaux – chèvres, puis cochons originellement destinés à la consommation des Anglais –, ils achètent aux wahiya le droit de collecter eux-mêmes les ordures en porte-à-porte. Les relations entre wahiya et zabbâlîn, et entre ces derniers, reposent sur des accords oraux – le ‘orf – respectés, bien qu’ils placent les zabbâlîn sous la dépendance des wahiya : ceux-ci abandonnent alors la collecte des déchets tout en continuant à percevoir l’argent des habitants (Assaad, 1988, 188) et tout en commercialisant les tissus, papiers et ferrailles que les chiffonniers trient mais ne recyclent pas à l’époque (Assaad, 2006, 44).

9Jusqu’aux années 2000, cette organisation permet un partage des quartiers de collecte entre récupérateurs, qui est notamment efficace dans les quartiers de classes moyennes et aisées : ces « territoires professionnels », appelés « routes » par les zabbâlîn, sont en effet répartis clairement entre familles (Florin, 2010). Dans les quartiers populaires, la situation n’est guère enviable : le plus souvent, les déchets forment des dépôts sauvages qui sont brûlés par les habitants eux-mêmes ; ailleurs, des bennes en fer collectives, mises à la disposition des habitants, sont irrégulièrement vidées par des sociétés de collecte égyptiennes.

10Quoi qu’il en soit, avant la réforme de 2000, la collecte, le tri et le recyclage des déchets ménagers ne ressortissent pas d’un service public cohérent et équitable : les services municipaux entretiennent certes la propreté des rues et espaces publics – les lieux touristiques sont particulièrement soignés –, mais seulement 65 % des déchets sont collectés dans les zones urbaines dont environ 30 % par les chiffonniers pour une ville de plus de 16 millions d’habitants qui produit quotidiennement 14 000 tonnes de déchets ménagers (GTZ, 2008).

Figure 1. Carte des zarâyeb.
Les quartiers des zabbâlîn sont aussi appelés des zarâyeb – littéralement porcheries. Cette carte montre les différents lieux d’installation des zabbâlîn depuis les années 1930 : régulièrement expulsés et toujours sous la menace d’être déplacés, ils résident et travaillent aujourd’hui dans des quartiers situés à la lisière de la métropole.

La création des agences de propreté

11La première réforme est initiée en 1983 et s’inscrit dans une politique et une rhétorique plus générales de modernisation de la capitale égyptienne, très prégnantes depuis les années 1960-1970 (Debout, Florin, 2011, 38). Sont ainsi instituées les CCBA (Cairo Cleaning and Beautification Agency) et GCBA (Giza – Guizah – Cleaning and Beautification Agency), agences placées sous la responsabilité des gouverneurs du Caire (à l’est du Nil) et de Guizah (à l’ouest du Nil). Ces agences imposent aux zabbâlîn l’achat d’une licence annuelle pour la collecte dans des quartiers précisément déterminés, afin de mieux contrôler et d’avoir connaissance de l’organisation spatiale de leur travail.

Au début, le ramassage n’était pas très organisé géographiquement, mais on respectait les secteurs des uns et des autres, sans interférences [entre eux]. On pouvait ramasser près de chez soi, mais aussi très loin. Avant, en cas de décès, on pouvait transmettre son secteur à son fils ou à une connaissance. On travaillait seulement avec les wahiya. Puis, ici à ‘Ard el Lewa, le travail s’est organisé vers 1990-1991. Le gouvernorat [de Guizah] nous a attribué des secteurs, la collecte s’est légalisée […]. Mais finalement, chacun a pu garder son quartier de collecte avec des petites modifications pour tenir compte de nos trajets et de la circulation. (Entretien avec Youssef, ‘Ard el Lewa, 25/11/2009.)

12Portée par la même idéologie de modernisation, s’ajoute à la réforme l’interdiction de l’accès en ville aux carrioles tractées par des ânes, moyen usuel de transport de la collecte des déchets depuis les quartiers de ramassage jusqu’aux quartiers périphériques où les zabbâlîn vivent, trient et recyclent :

Le gouvernorat nous a demandé de nous moderniser et d’acheter des véhicules. Seuls ceux qui l’ont fait ont obtenu des licences […]. Ici, les gens n’ont pas trop de voitures ; les ânes sont interdits : s’ils se font attraper, ils ont une amende et la police confisque leur âne et leur charrette. […]. Ce qu’ils font des ânes ?… Ils les amènent au zoo… Pour la nourriture des lions ! [Il rit] (Entretien avec Khalil, ‘Ard el Lewa, 25/11/2009.)

13Ces deux changements ont des effets immédiats sur l’organisation professionnelle de la corporation. D’une part, seuls les chiffonniers détenteurs d’une licence octroyée par l’une des deux agences peuvent légalement collecter les déchets et, si la licence n’est pas très coûteuse, elle implique toutefois d’avoir affaire à l’administration :

Les wahiya, ils collectaient l’argent et nous les poubelles. Ils continuent à être les intermédiaires : pour avoir un contrat avec le CCBA, il faut passer par eux parce qu’ils connaissent les rouages de l’administration. Ils sont toujours intermédiaires entre nous et les sociétés étrangères et ils gagnent toujours de l’argent. (Entretien avec Romani, Manchiat Nasser, 12/02/2010.)

  • 4 De plus, comme le note le rapport de la GTZ, de nombreux chiffonniers sont à cette époque illettrés (...)

14Par la suite, certains zabbâlîn acquièrent l’expertise nécessaire pour effectuer les démarches administratives et deviennent eux-mêmes des intermédiaires entre les agences et les autres zabbâlîn (GTZ, 2008, 94). D’autre part, l’interdiction des carrioles nécessite l’achat de pick-up ou camions qui ne peut être assumé que par les zabbâlîn détenteurs d’un capital et assez bien positionnés dans la hiérarchie du métier. Ceci explique que, pour les chiffonniers peu aisés, l’accès aux déchets, notamment ceux des quartiers riches ou ceux du centre-ville dont la valeur est particulièrement intéressante, devient difficile sinon impossible. Certaines familles abandonnent alors la collecte pour se consacrer à l’élevage de porcs ou aux tri et recyclage en travaillant pour d’autres. Toutefois, il est encore fréquent, notamment, dans les quartiers péricentraux et périphériques de croiser des charrettes (figure 2).

Figure 2. Enfants récupérateurs à Manchiat Nasser.
La charrette, un moyen de transport qui perdure en dépit de l’interdiction.
[Cliché : F. Troin, mars 2008.]

15En définitive, cette réforme, qui aurait pu ressembler à une « formalisation » ou, tout au moins, à une reconnaissance de l’existence et de l’activité de collecte des chiffonniers, ne s’accompagne pour autant ni d’une légitimation officielle de leurs activités de recyclage, ni d’un bénéfice quelconque, comme l’accès à une sécurité sociale ou à d’autres types de droits. Avec du recul, il semble plutôt qu’elle ait été un pis-aller conjoncturel, lié à l’impossibilité de constituer un véritable service public de collecte. Quoi qu’il en soit, elle annonce l’erreur d’interprétation de la part des pouvoirs publics sur ce que sont vraiment les chiffonniers, à savoir tout sauf être des « éboueurs ». Nous reviendrons plus bas sur ce contresens qui fonde le malentendu entre les uns et les autres.

La délégation du service public au secteur privé

  • 5 La zone sud du gouvernorat du Caire constituera cependant un cas à part, puisque la collecte est ef (...)

16Si ces premiers changements accentuent les relations d’inégalité et de dépendance au sein de la corporation, c’est la délégation de service qui bouleverse radicalement le système antérieur. Celle-ci s’inscrit dans la politique d’ajustement structurel, impulsée au début des années 1990 par le FMI et la Banque mondiale : c’est dans ce contexte économico-politique que le ministère de l’Investissement ouvre le secteur des déchets à la procédure d’appel d’offre international et que le ministère de l’Environnement initie la « stratégie nationale pour la gestion des déchets ». Le premier contrat de délégation de service est signé, en 2001, entre la ville d’Alexandrie et Véolia-Propreté (Debout, Florin, 2011, 40). Pour le Grand Caire, divisé en six zones, des appels d’offre sont publiés dans la presse nationale et internationale et, entre 2002 et 2003, les contrats de délégation sont signés avec cinq entreprises étrangères. Les entreprises égyptiennes répondant à ces appels d’offre ne sont pas retenues en raison de leurs moyens techniques jugés insuffisants par rapport aux compétences des sociétés étrangères (Debout, 20075). Quant aux zabbâlîn et à leurs représentants officiels, ils ne sont avertis à aucun moment de la réforme en cours, qu’ils apprennent par voie de presse, mais ils comprennent rapidement qu’elle signifie pour eux la fin de la collecte des déchets, dorénavant propriété des sociétés privées, comme le stipule les contrats, et leur exclusion du système. D’ailleurs, les licences de collecte octroyées par les agences de propreté ne sont pas renouvelées.

17Ce « passage de l’informalité à l’illégalité » (Florin, 2010) suscitera de la part des zabbâlîn de fortes oppositions ainsi que nous le verrons plus loin, mais l’implantation des entreprises étrangères se heurte aussi à de nombreuses difficultés – dont le blocage des camions de collecte italiens par les douanes égyptiennes pendant plusieurs mois au début de l’année 2003, ce qui a coûté cher à l’entreprise en frais de douane et en pénalités pour collecte non effectuée (Dollet, 2003, 144). De façon générale, l’administration locale qui s’est vue imposer « d’en haut » le partenariat public-privé, rechigne à travailler avec les entreprises étrangères, comme l’explique Lise Debout : lenteur des procédures, multiplication des interlocuteurs, corruption de certains fonctionnaires, retards répétés des versements dus aux sociétés ont exacerbé leurs relations (Debout, Florin, 2011, 55).

LES « CRISES », LA MISE À L’AGENDA POLITIQUE ET LES DÉBATS SOCIAUX AUTOUR DE LA QUESTION DES DÉCHETS

  • 6 Je distingue ici « l’espace public », réservé à la dimension spatiale « d’objets de sociétés spécif (...)

18Dès 2002, la délégation, appelée de façon impropre « privatisation » par les Égyptiens, provoque une première crise suscitant de nombreuses oppositions, controverses et conflits. Cette crise fonde précisément le « moment » où la question des déchets devient un problème public, où elle fait l’objet de débats, traversant quasiment toutes les couches de la société cairote et retransmis par les médias, acteurs à part entière dans cette affaire. Cette publicisation n’empêche pas, bien au contraire, « les logiques de discrétion » qu’elles se déploient dans « les scènes plus confidentielles de l’action publique » (Gilbert, Henri, 2012, 47) par le biais de négociations en sous-main entre acteurs ou qu’elles se déploient dans l’espace public, au sens littéral6, par le biais de discrets mais multiples petits actes menés par les chiffonniers.

19Mais, ajoutons ici, que ce soit sur le devant de la scène ou dans les coulisses, ces processus ont comme effet une accentuation des inégalités, certes préexistantes, entre chiffonniers et entre leurs quartiers.

Les chiffonniers sur le devant de la scène

  • 7 La comptabilisation du nombre de chiffonniers est assez aléatoire : un rapport d’expertise de la GT (...)

20L’un des effets de cette crise est la mise au jour de la corporation des chiffonniers qui étaient auparavant tout juste connus des Cairotes en tant qu’individus collectant leurs poubelles et non en tant que corporation organisée, occupée au tri et au recyclage de 80 % des déchets collectés : en dépit de ce taux de recyclage exceptionnel, admis par tous les acteurs, et de leur nombre, environ 100 0007, on ne trouve qu’un article de presse sur les chiffonniers avant 1999 (Debout, 2012b) !

21Leurs pratiques professionnelles expliquent en grande partie cette invisibilisation : la collecte quotidienne s’effectue très tôt quand les rues sont encore calmes ; les récupérateurs, souvent les jeunes garçons, ramassent les poubelles devant chaque porte et empruntent les escaliers de services lorsqu’ils existent ; puis les grands sacs de jute, remplis de poubelles, sont ramenés dans les quartiers où s’effectuent tri et recyclage (figure 3).

22À la différence de nombreux autres récupérateurs des pays des Suds, avant la réforme, les zabbâlîn ne trient pas les déchets sur place ou dans la rue : cette façon de faire la collecte, rapide et silencieuse, atteste de leur discrétion dans l’espace public.

  • 8 Dans les années 1980, la Banque mondiale a initié des projets d’équipements et d’infrastructures po (...)

23Fortement perçu et intériorisé par les zabbâlîn, le stigmate lié au « sale boulot » (Hugues, 1996, Lhuillier, 2005), à la saleté, à la souillure en raison de la proximité au déchet mais aussi à l’impur, voire à l’impie en pays musulman, en raison de la proximité au porc, explique encore davantage la discrétion et la défiance émanant des chiffonniers eux-mêmes. Enfin, les quartiers où résident et travaillent les zabbâlîn forment des enclaves peu décelables de l’extérieur même lorsqu’elles abritent plusieurs milliers de personnes. Situés aux lisières ou dans les failles de la ville – à l’exemple de Batn el Baqara, littéralement le « Ventre de la vache », sis dans une carrière où étaient déversées les entrailles des animaux de l’abattoir –, ni ces quartiers ni leurs habitants ne sont localisés sur les cartes8, ce qui participe aussi de leur invisibilisation (figure 4). En bref, les chiffonniers du Caire ne faisaient pas parler d’eux, ni ne parlaient d’eux-mêmes ; ils étaient, paradoxalement, davantage connus à l’étranger qu’en Égypte du fait des associations caritatives et de l’œuvre de Sœur Emmanuelle.

Figure 3. Tri à Manchiat Nasser.
[Cliché : F. Troin, mars 2011.]

Figure 4. Batn el Baqara : un quartier pauvre, enclavé et menacé par la promotion immobilière.
[Cliché : B. Florin, février 2010.]

24La prise de parole des zabbâlîn et leur résistance face à la perte de leurs territoires de collecte due à la « privatisation » se déclinent, d’une part, dans l’espace public sous forme de manifestations et, d’autre part, dans les lieux publics du débat, tels que le Parlement, les médias, etc.

  • 9 Dans son excellent mémoire de master de sciences politiques, Soazig Dollet, présente au Caire en 20 (...)

25Les raisons de la première forme de mobilisation9 résident dans le non-renouvellement de leur licences de collecte et la parution dans la presse d’un appel d’offre pour la gestion des déchets dans le sud du Caire : finalement, collecter les poubelles dans les quartiers centraux leur est interdit et il leur reste les zones périphériques semi-rurales, pauvres en déchets… En février 2003, à la suite de réunions entre zabbâlîn à ‘Ard el Lewa et Manchiat Nasser, deux manifestations éclatent à proximité de ces quartiers, bloquant notamment l’autoroute qui passe en contrebas de Manchiat Nasser. La police intervient violemment et arrête les meneurs (Dollet, 2003). Ces manifestations ne font l’objet de quasiment aucune médiatisation, mais il est notable que, même inorganisées et assez spontanées, elles aient lieu dans un pays où tout rassemblement public est alors interdit en raison de l’état d’urgence en vigueur depuis 1981 et où l’omnipotence et l’omniprésence étatiques sont telles qu’elles découragent vivement toute velléité de mobilisation. Émanant d’une communauté introvertie et marginalisée socialement et spatialement, ces mobilisations peuvent surprendre. Mais, probablement que, sous le coup de la colère et de l’inquiétude de perdre leur gagne-pain, les manifestants ont-ils pensé qu’ils n’avaient « rien à perdre » ; pour autant le choix du lieu des manifestations – à proximité de chez eux plutôt que dans les espaces publics du centre-ville où ils auraient été plus visibles et sans doute plus rapidement réprimés – montre les limites de la publicisation du problème dans l’espace public égyptien.

  • 10 En effet, dans le quartier de Manchiat Nasser surtout, les nombreuses ONG, fréquemment en désaccord (...)

26Les leaders de la corporation, à savoir les patrons d’ateliers de recyclage, les responsables d’associations et les responsables religieux10, s’opposent aux manifestations et optent pour des négociations avec les autorités et les entreprises de collecte qui vont se dérouler « dans les coulisses ».

Les débats dans la sphère publique

27Parallèlement, ces mêmes leaders initient une prise de parole dans les lieux institutionnels et, plus largement, dans la sphère publique afin de défendre leur communauté professionnelle. S’ouvre ainsi, le 11 mars 2003, un large débat à l’Assemblée nationale où sont notamment présents le gouverneur du Caire, le ministre de l’Environnement, le député de Manchiat Nasser et un représentant des zabbâlîn. L’éventail des registres des discours des défenseurs des chiffonniers s’ouvre sur l’injustice dont les zabbâlîn sont victimes du fait de la « privatisation » ; il se poursuit par la réclamation de droits – le droit de travailler, le droit de ramasser gratuitement les déchets jetés par les multinationales européennes dans les décharges ; il s’achève par une sorte de mise en demeure, à savoir la rupture des contrats conclus avec les entreprises étrangères. La réponse des représentants du gouvernement peut se résumer en deux formules : la première, sur un mode affectif, exprime, certes, l’attention que portent les autorités au problème – « Mon cœur est avec les zabbâlîn de Manchiat Nasser », énonce le ministre de l’Environnement – ; la seconde, qui renvoie à nouveau au paradigme de la modernité, légitime définitivement les entreprises étrangères par le « transfert de civilisation », par leurs « techniques » dont il faut profiter, comme le montre bien l’exemple de Véolia à Alexandrie.

28Dans la presse et, surtout, à la télévision, de nombreuses interview de chiffonniers leur permettent également de légitimer leur travail. Ils font valoir leur rôle historique de nettoyeurs de la ville – et ce sans jamais avoir un centime des autorités ! –, leur rôle écologique puisqu’ils recyclent, leurs compétences professionnelles, car ils sont reconnus ailleurs et invités à des conférences internationales, même si ignorés dans leur propre pays…

Je suis parti aux États-Unis pour expliquer notre travail. C’est la Ford Foundation qui a payé mon voyage. Là-bas, on a expliqué comment on travaillait et on a demandé aux journalistes de nous soutenir, de résister avec nous. Le ministère de l’Environnement ici nous a accusé de travailler contre l’Égypte, à l’étranger. Le ministre s’est fâché : « Vous allez avoir des problèmes à l’aéroport ! » Ensuite ?… Ensuite, on a arrêté de parler. Finalement, on n’a pas eu de problèmes mais un article dans Al Ahram a dit qu’on avait œuvré contre l’Égypte. (Entretien avec Rizk, Manchiat Nasser, 06/11/2012.)

29Si, comme l’exprime le témoignage ci-dessus, la parole des zabbâlîn est loin d’être libre, il n’en reste pas moins qu’ils osent la prendre. En reprenant les termes de C. Gilbert et E. Henry, on peut dire que la visibilisation et la participation active des leaders chiffonniers à l’irruption d’un problème dans l’espace public induit tout d’abord « des changements de rôles et de discours, particulièrement visibles pour les acteurs intervenant habituellement peu dans l’espace public du politique » (2012, 52).

30Last but not least, on peut aussi comprendre ces prises de positions et occupations de la scène publique comme un retournement discursif du stigmate lié au « sale boulot » : en ce sens, l’argumentation des chiffonniers, offensive ou défensive, fait appel à « des catégories générales, à des règles de droit, à des principes moraux, à des systèmes de valeurs idéalisés » (Gilbert, Henry, 2012, 52) qui tendent à faire d’eux des citoyens comme les autres.

Les négociations en coulisse ou la capacité à agir dans plusieurs mondes11

  • 11 L’expression « agir dans plusieurs mondes » est le titre d’un article de Nicolas Dodier se référant (...)

31En coulisse de ces débats publics et médiatisés, les discussions officieuses se multiplient. Le président de l’Association of Garbage Collectors for Community Development, reconnue par les autorités publiques, qui a pignon sur rue à Manchiat Nasser, explique ainsi :

Au moment de la crise, j’ai passé de nombreux coups de téléphone et envoyé des fax pour dire qu’on n’avait pas besoin de ces sociétés étrangères, que notre travail ne coûtait pas une seule livre à l’État et que nous recyclons 80 % des déchets alors que les sociétés ne recyclent absolument rien ! Ensuite, nous avons beaucoup de réunions avec les responsables, puis par la suite avec les sociétés étrangères. (Entretien avec le président de l’Association of Garbage Collectors for Community Development, Manchiet Nasser, 24//11/2009.)

32Ces discussions, qui associent responsables politiques, entreprises européennes délégataires du service et certains zabbâlîn, constituent un événement de taille : c’est bien l’une des premières fois en Égypte qu’a lieu ce type de négociations avec des représentants de l’économie informelle (Debout, 2007). Pour autant, les arguments, officiels ou officieux, pour une reconnaissance de l’activité des chiffonniers n’infléchissent pas la politique officielle : l’accès aux déchets – notamment aux déchets organiques indispensables pour nourrir les cochons – et pour le recyclage, reste illégal, sauf à conclure des contrats de sous-traitance avec les compagnies étrangères. Mais ces contrats ne concerneront que les zabbâlîn les mieux placés : ceux qui ont des ateliers de recyclage, des véhicules de collecte, des ouvriers ; ceux qui parviennent également à se tenir informés, quasiment au jour le jour, par le biais des associations et des leaders du quartier. Quant aux commerçants intermédiaires, souvent aisés, qui vendent les matières triées (papiers, cartons, ferraille) ou ayant subi un recyclage (plastiques) aux usines du secteur formel, ils sont peu concernés : disposant de grandes surfaces de stockage, ils vendent en fonction des cours, or, en situation d’incertitude, les prix d’achat des matériaux grimpent…

33Les « petits » chiffonniers, moins bien positionnés, sont exclus de ce processus d’autant plus lorsqu’ils ne résident pas à Manchiat Nasser : ceux des autres sites qui ont peu d’ateliers de recyclage et, de façon générale, peu de moyens, se sentent évincés, marginalisés, et davantage encore exclus de la communauté. En dépit des liens professionnels, et souvent d’amitié, entre les habitants des différents quartiers de chiffonniers, que ce soit à Batn el Baqara ou à ‘Ard el Lewa, les hommes rencontrés disent qu’ils se sont sentis isolés, sans soutien, sans porte-parole.

34Les négociations aboutissent donc à la signature des premiers contrats de sous-traitance, discrètement et parcimonieusement dans un premier temps, puis de façon plus ouverte et plus fréquente ensuite. À la fin de la décennie 2010, ces contrats se multiplient ; ils sont validés et même encouragés par les autorités publiques ainsi qu’en témoigne un haut responsable du ministère de l’Environnement :

Quant au secteur informel, il a été ignoré par l’État alors qu’il a joué un rôle très important, mais nous avons commencé à reconsidérer la situation en 2010 […]. À partir de 2010, nous avons aménagé un solide cadre juridique et essayé de corriger nos erreurs en donnant un rôle plus important aux chiffonniers et en valorisant leur activité, en collaboration avec les sociétés privées. Nous avons entrepris de légaliser le secteur informel en signant des contrats officiels avec les entreprises et les agences de nettoyage de chaque gouvernorat, qui se portent garantes pour les chiffonniers. Nous avons commencé à traiter le secteur informel comme les sociétés. (Amin Saïd Abdel Mu’ti Khayal, directeur de l’administration centrale des déchets et des matière dangereuses au ministère de l’Environnement égyptien, extrait d’entretien cité dans P.-A. Barthel, S. Monqid, 2011, 77.)

35Ces contrats de sous-traitance permettent en effet aux zabbâlîn qui en bénéficient de retrouver légalement un accès aux déchets ; quant aux autres, ils restent toujours suspects de collecte illégale. Certains d’entre eux ont bien tenté de résister au système en s’opposant aux sociétés européennes par de nombreux actes, très localisés et discrets, mais répétés tels que la dégradation ou le vol des nouveaux containers à déchets ; ou encore, l’éparpillement des ordures imposant aux sociétés officielles de collecte, après plainte auprès des autorités, des amendes pour travail non fait.

Figure 5. Une nouvelle pratique professionnelle : le tri dans la rue.
Depuis les années 2000, le nombre de biffins indépendants –
sarriha – a augmenté ainsi que les façons de récupérer les déchets.
[Cliché : B. Florin, 2010.]

Les débats sociaux où quand les Cairotes s’en mêlent

  • 12 Lire à ce propos l’article de Lise Debout dans le même ouvrage. Par ailleurs, L. Debout évoque les (...)
  • 13 Sur ces registres nationalistes et culturels, voir B. Florin (2010, 115) ; sur l’opposition des hab (...)

36Les années qui suivent la délégation de service de 2002 sont marquées par des arrêts et grèves de collecte à répétition, qu’elles émanent des entreprises européennes délégataires en but à de nombreux problèmes – matériel inadapté à la morphologie urbaine de certains quartiers, grèves des employés, conflits avec l’administration12 – ou des zabbâlîn qui, en dépit de la « privatisation », restent les seuls à ramasser les déchets dans certains quartiers. À de nombreuses reprises, les rues sont parsemées de dépôts d’ordures et la situation sanitaire devient inquiétante, notamment lorsque ces grèves se déroulent pendant les mois chauds. La saleté des rues de certains quartiers provoque le mécontentement des habitants, décuplé par le fait que, d’une part, la taxe sur les déchets alourdit leurs factures d’électricité et que, d’autre part, la fin de la collecte en porte-à-porte, remplacée par des containers disposés au bas des immeubles, oblige les résidents à descendre eux-mêmes leurs poubelles. Aussi, les témoignages à l’encontre du nouveau système se multiplient-ils dans les médias, arguant que l’ancien mode de collecte « national » était beaucoup plus confortable et efficace que celui des sociétés « étrangères » auxquelles il n’était pas nécessaire de faire appel. Alors que les zabbâlîn, en tant que communauté ou corporation, étaient quasiment inconnus avant la réforme, les reportages et interviews mettent également en exergue l’attachement des Cairotes à « leur zabbâl » qui collectait, depuis plusieurs générations, les mêmes immeubles13. Les zabbâlîn, quant à eux, mettent en avant des arguments discursifs identiques – le coût bas et l’efficacité de leur service, l’attachement « ancestral », la confiance et leur honnêteté – pour décrier le nouveau système, ainsi qu’en témoigne cette conversation entre trois chiffonniers :

– Ce sont les habitants d’ici qui nous disent de revenir ramasser leurs poubelles. Dans les endroits où on travaille, les gens payent trois livres, mais ils nous payent nous aussi et ils trouvent que c’est trop. Nous, on continue à monter dans les étages et ils nous connaissent. Mais quand ils payent trois livres, ils ne savent pas à qui ils payent. Les compagnies étrangères sont seulement là pour prendre de l’argent […].
– Les sociétés sont des voleuses. Une compagnie étrangère, c’est quoi ? Un mec qui a de l’argent et qui décide de faire ce métier sans le connaître. Nous, on monte, on nettoie et on a des rapports humains avec les gens. Les gens nous connaissent et ont confiance en nous […]. Si tu vas dans le centre-ville, tu vas voir qu’il y a plein d’ordures ! C’est lamentable ! Avant, on travaillait avec de bonnes intentions. Si on trouvait quelque chose de précieux, on le rendait aux habitants. Maintenant, si quelque chose est perdu, les sociétés étrangères ne le rendent pas : elles jettent tout à la décharge !
– Moi, un jour, j’ai trouvé une bague en or ; une autre fois, des objets en argent. Je les ai ramenés à leurs propriétaires ! Ils étaient très contents ! Maintenant, les gens ne laissent plus jamais tomber leurs affaires précieuses dans leur poubelle parce que si tu perds quelque chose, tu vas demander à qui ? [Tout le monde rit] (Entretien avec des zabbâlîn musulmans, Batn el Baqara, 10/02/2010.)

  • 14 Voir aussi l’article de S. Monqid sur les représentations qu’ont les Cairotes des déchets (2011, 87 (...)

37Cet autre aspect de la visibilisation des chiffonniers contribue, lui aussi, à atténuer le stigmate lié à ceux qui ont affaire aux ordures : il ne s’agit pas ici d’affirmer qu’il a totalement disparu, loin s’en faut comme nous le verrons lors de la « crise des cochons », mais il n’en reste pas moins que l’avènement et le développement du « problème public » lié aux déchets ont considérablement fait évoluer l’image des chiffonniers et de leur rôle dans la société et dans la ville14.

Initiatives citadines et citoyennes : grand nettoyage du centre-ville, mobilisations pour la propreté et… musique !

38En guise de point d’orgue ici, il est possible d’évoquer d’autres formes de participation, peut-être plus inattendues, à ce qui construit le « problème public » autour des déchets. Ainsi, les images de jeunes gens et jeunes filles nettoyant la place Tahrir et ses alentours, à la suite des événements de janvier et février 2011, ont-elles amplement circulé en Égypte et à l’étranger : à la puissance symbolique très forte de ce « nettoyage de printemps » s’ajoute la prise en charge collective de la propreté d’espaces publics centraux, devenus les hauts lieux de l’histoire en train de se faire. Mais, dans d’autres quartiers de la capitale, les opérations de nettoyage se sont aussi multipliées dans les jours qui ont suivi la révolution.

[Dans le quartier des Pyramides], les jeunes jettent les ordures dans de grands sacs en plastique, installent des plantes en pots et repeignent les trottoirs. Ils commencent le matin et finissent le soir et recommencent le lendemain. […] Il ne s’agit pas seulement du nettoyage de la place Tahrir, que l’on a pu voir le lendemain de la révolution du 25 janvier. Il semblerait plutôt qu’il s’agisse d’une campagne de grande envergure de nettoyage. […] « Ce qui s’est passé en Égypte nous a changés de fond en comble. Les ordures domestiques dans les rues sont considérées comme de la corruption. Nous n’en voulons plus dans notre pays ! », explique Mohamad Fahmi […]. [Al Ahram Hebdo, Racha Hanafy, « La propreté en marche », no 859, http://hebdo.ahram.org.eg/​Archive/​2011/​2/​23/​envi1.htmexte (consulté le 11 novembre 2014).]

39Cependant, dès avant la révolution, de nombreuses initiatives de nettoyage s’étaient organisées : à Guizah, en septembre 2009, alors que les ordures jonchent les rues, se constitue le collectif Clean Up Giza, comptant rapidement plus de 1 000 membres et procédant à la mise au propre du quartier plutôt aisé de Mohandessin (Debout, 2009, Monqid, 2011) ; trois ans plus tard, L. Debout (2012a, 105) compte 186 groupes qui se préoccupent, via les réseaux sociaux, de cette question. Au-delà d’être une gêne quotidienne qui concerne quasiment toute la société urbaine – certes, les résidents des quartiers très aisés et des gated communities du désert sont relativement épargnés tant qu’ils n’en sortent pas –, la problématique des déchets prend un caractère éminemment politique comme en témoigne une nouvelle campagne, initiée en juillet 2011, qui incite les citoyens à déposer leurs poubelles devant les bâtiments officiels :

« Nettoie ton pays et jette ton sac-poubelle devant la municipalité ! », « Ordures delivery », le premier cadeau populaire.
Tels sont les slogans de la campagne lancée sur les réseaux sociaux sur Internet. Et pour donner plus d’impact à l’initiative, des marches de protestation pacifiques ont été organisées sur la place Tahrir, vendredi il y a deux semaines. Ce vendredi a été baptisé « Vendredi de l’assainissement des rues ». [Un chauffeur de taxi] exprime son mécontentement et propose sa solution : « Cela fait des années que nous vivons entourés de tas d’immondices alors que la municipalité ne bouge pas le petit doigt. Nous continuons à payer régulièrement les frais de propreté ajoutés à la facture d’électricité et nous continuons à voir les ordures joncher les rues et les avenues de la capitale. Pourquoi ne pas ramasser ces ordures et les jeter devant les portes de ces responsables ? Qu’ils vivent un peu notre calvaire quotidien en enjambant ces tas d’ordures où grouillent toutes sortes d’insectes et de petits mammifères rongeurs porteurs de maladies ! » […] « Si vous voulez jeter votre sac-poubelle et que vous ne trouvez pas de place, ne le laissez ni devant votre maison ni devant celle de votre voisin, mais déposez-le devant la porte de la municipalité », a écrit Michaël sur sa page Facebook. La campagne a connu un grand succès et de nombreuses personnes ont rejoint le groupe qui compte aujourd’hui des milliers de membres. Munis de pancartes et de slogans dénonçant l’immobilisme des responsables, ils ont manifesté sur la place Tahrir, ce qui a encouragé les habitants des différents quartiers à prendre en main la défense de leurs droits. [Al Ahram Hebdo, Chahinaz Gheith, « Les poubelles jetées au nez des responsables », http://hebdo.ahram.org.eg/​Archive/​2011/​11/​16/​null0.htm (consulté le 27 octobre 2014).]

  • 15 Nous renvoyons ici à l’interview du groupe dans P.-A. Barthel et S. Monqid (2011). Il est aussi pos (...)

40Enfin, sur une note également engagée, mais plus poétique, des étudiants de l’AUC (American University of Cairo), université très sélective et aux droits d’inscription élevés, ont créé, en 2010, un groupe de musique baptisé Zabaleen band, en hommage aux chiffonniers ainsi qu’ils l’expliquent : « Sans eux, Le Caire serait envahi par les tonnes de déchets que les habitants produisent chaque jour15. » Jouant sur des percussions fabriquées à partir de matériaux de récupération, ces musiciens militent, en se produisant dans l’espace public, pour l’environnement et, en particulier, le tri sélectif et le recyclage….

41Ces initiatives, spécifiquement urbaines, sont considérées comme citoyennes par ceux qui les relatent et il est indéniable qu’elles participent à l’appropriation matérielle et symbolique de la ville par ses habitants et qu’elles détiennent une dimension politique forte. Aussi, la question des ordures et de leur visibilité dans l’espace public ainsi que l’interpellation, très critique, des pouvoirs publics sur leur (mauvaise) gestion des déchets modifient-elles la perception des déchets et de ceux qui ont à faire avec. Pour autant, l’association de l’impur (l’ordure) à l’impie (les porcs en terre d’islam) reste particulièrement opératoire pour justifier la mise au ban des chiffonniers.

LE GRAND MALENTENDU : « LES ZABBALIN NE SONT PAS DES EBOUEURS ! »

Panique collective et nouvelle crise : l’abattage des porcs

En vérité, c’est les cochons qui nettoyaient Le Caire ! L’arrivée des compagnies étrangères, ce n’est rien par rapport à la crise du cochon. Les responsables ne se sont pas rendu compte qu’ils faisaient n’importe quoi ! (Entretien avec Youssef, ‘Ard el Lewa, 25/11/2009.)

Moi, je suis Ahmad et lui, c’est Ramadan et on avait aussi des cochons ! Si le cochon était impur, on serait tous morts depuis longtemps, les chrétiens, comme les musulmans ! Et les enfants, ici, sont élevés au cochon ; c’est les cochons qui payaient les études, c’est les cochons qui nous faisaient vivre… Qu’Allah protège nos cochons ! (Entretien avec Ahmad et Ramadan, chiffonniers musulmans, Batn el Baqara, 10/02/2010.)

Nous ne sommes pas des éboueurs ! C’est les habitants qui produisent des ordures. S’ils ne veulent plus de nous, ils n’ont donc qu’à manger leurs ordures ! Et le gouvernement n’a toujours pas compris que les cochons nettoyaient Le Caire… (Entretien avec Romani, Manchiat Nasser, 09/02/2010.)

  • 16 Ces lignes sont en partie issues de mon article « Les chiffonniers du Caire et la grippe porcine », (...)

42Ces citations amères symbolisent à elles seules les effets de la décision prise au plus haut sommet de l’État de procéder à l’abattage de tous les porcs d’Égypte suite à la grippe A-H1N1, faussement baptisée « grippe porcine ». Se constitue ici un nouveau « problème public » propulsant, à leur corps défendant, les zabbâlîn sur le devant de la scène : de nombreux débats – houleux – se déroulent, mais à la différence des précédents, ici, la cause des zabbâlîn et de leurs cochons apparaît très vite comme indéfendable16.

Figure 6. Une porcherie à Manchiat Nasser avant mai 2009.
Consommant la matière organique – entre 30 et 40 % des détritus collectés –, le lisier des porcs permettaient de produire un compost de très bonne qualité vendu aux paysans du delta du Nil. Ces porcs constituaient aussi un véritable « capital sur pattes », essentiel pour les familles pauvres, les femmes veuves, pour payer les frais de scolarité ou un mariage, acheter de nouvelles machines, construire un logement, etc. Leur viande était vendue aux quatre charcutiers du Caire, consommée dans les grands hôtels et exportée.
[Cliché : B. Florin, 2008.]

  • 17 Il s’agit de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ; les représenta (...)

43En effet, dans les premiers jours de mai 2009, après un conseil des ministres réuni le 30 avril et présidé par le chef de l’État, H. Moubarak, la police égyptienne et des vétérinaires réquisitionnés procèdent à l’éradication de 300 000 porcs, élevés par les chiffonniers du pays. L’Égypte est le seul État au monde à prendre cette décision alors même que les scientifiques récusent l’expression « grippe porcine » et démontrent qu’il s’agit d’une grippe inter-humaine. Le 30 avril, le directeur régional de l’OMS – Organisation mondiale de la santé – pour la Méditerranée orientale, annonçait pourtant à la presse que l’exposition aux porcs n’était pas un facteur de transmission ; le directeur de la FAO17 tentera, en vain, de joindre les autorités égyptiennes pour les dissuader de procéder à l’abattage.

  • 18 Il s’agit de l’université religieuse Al-Azhar, référence de l’islam sunnite.
  • 19 En ce qui concerne l’analyse des discours au Parlement, le lecteur peut se reporter à l’article trè (...)

44Mais la panique collective qui a saisi l’Égypte, l’absence de contestation dans les médias, l’instrumentalisation faite de la « crise des cochons » par le PND (Parti national démocrate) au pouvoir et par les Frères musulmans rendent irrémédiable l’abattage des cochons. Le gouvernement est pris en tenaille entre une initiative qui pourrait être perçue comme anti-copte et les arguments des députés Frères musulmans, à l’audience très populaire, tels que « Comment les porcs peuvent-ils être élevés sur la terre d’al-Azhar ?18 » ou encore le fait qu’« une indemnisation par animal abattu ne peut être versée aux éleveurs puisque, en pays musulman et conformément à la loi islamique, il ne devrait y avoir aucun porc en Égypte19 ». Loin de s’opposer à l’abattage, les religieux coptes légitiment le choix des autorités. Ainsi, début mai 2009, le pape Chénouda, chef spirituel des Coptes d’Égypte, déclare que sa communauté ne consomme pas de viande de porc, réservée aux touristes et étrangers ; pour sa part, le Père Samaan, habitant et figure religieuse de la communauté des zabbâlîn de Manchiat Nasser, recommande d’éviter de fréquenter les lieux où sont élevés des porcs (Tadroz, 2010).

  • 20 http://hebdo.ahram.org.eg/Archive/2007/10/24/envi0.htm (consulté le 11 novembre 2014).
  • 21 Plusieurs vidéos, mises en ligne sur internet, montrent l’amateurisme de l’abattage ainsi que l’opp (...)

45Certes, in fine, les autorités politiques et sanitaires reconnaissent que les porcs du pays ne sont pas infectés, mais annoncent néanmoins que l’abattage est nécessaire puisque le porc, par nature, est porteur de nombreux virus transmissibles à l’homme. Il s’agit d’une « mesure d’hygiène générale » et il n’est plus temps de délocaliser les porcheries hors des villes comme le prévoyait une loi datant de 1994, mais jamais appliquée20. L’abattage des porcs déclenche au sein des quartiers d’élevage des confrontations très violentes entre la police antiémeute et les zabbâlîn21. L’intériorisation du caractère éminemment autoritaire de l’État, de la brutalité de la police, mais aussi la conscience de la marginalité des zabbâlîn, accentuée pour tout ce qui a trait aux porcs, expliquent l’impossibilité d’une mobilisation collective sur l’espace public.

46Ceci dit, l’abattage ne met pas fin à la psychose collective : pire, les zabbâlîn sont accusés d’être contaminés et « on les traite comme s’ils avaient la peste ». Pour leur part, ils vivent la situation comme une nouvelle grande injustice envers eux-mêmes et leurs activités, mais, surtout, ils comprennent immédiatement les effets de l’abattage : la vente des porcs, très rentable, leur permettait d’acheter du matériel, de réparer une machine, de se faire soigner, de financer la scolarisation, le mariage d’un enfant ou la construction d’une pièce d’habitation, etc. Surtout, les porcs consommaient les 40 % de matières organiques contenues dans les déchets collectés : qu’en faire et, question essentielle, comment travailler à présent ?

47À l’échelle de la capitale, les effets de l’abattage sont immédiats et la situation devient intenable, notamment en été : les chiffonniers indépendants ne s’encombrent plus des matières organiques et ne sélectionnent que les matières recyclables, laissant les détritus dans ou à côté des poubelles. Pour les chiffonniers en contrat de sous-traitance, la situation est complexe et coûteuse en temps et en argent : il faut ramener l’ensemble des déchets, les trier au sein du quartier, puis acheminer les détritus inutilisables aux décharges du désert qui sont payantes et éloignées ; cela suppose posséder des camions… Selon le secrétaire de l’Association of Garbage Collectors for Community Development, la quantité de déchets ramenés à Manchiat Nasser passe de 4 000 à 2 200 tonnes par jour suite à la disparition des porcs. Les zabbâlîn tentent de nourrir chèvres et moutons avec les déchets organiques, mais il faut mélanger ceux-ci à de l’herbe et du pain sec et les animaux sont plus fragiles que les cochons.

48Les chiffonniers, rencontrés à Manchiat Nasser, Batn el Baqara ou ‘Ard el Lewa, s’accordent à dire qu’ils ne seront jamais plus autorisés à élever des porcs en ville et, s’il est vrai que certains ont échappé à l’abattage, ils sont gardés cachés et ne sont consommés que par les habitants de ces quartiers.

Les chiffonniers « hors » la ville ? Le rôle de l’espace urbain dans les pratiques professionnelles

49Il nous semble que l’un des plus grands hiatus qui explique le malentendu, sinon le conflit, entre, d’un côté, les responsables politiques et l’administration et, de l’autre, les chiffonniers, réside dans l’incompréhension des premiers quant au fonctionnement professionnel des seconds et, notamment, la dimension spatiale de celui-ci. En effet, l’organisation de la corporation est fondée sur la mise en œuvre de pratiques professionnelles qui ne peuvent se décliner que « dans » l’espace urbain. Or, les zabbâlîn ne sont tolérés que lorsqu’ils sont « éboueurs », alors que leur raison professionnelle est la récupération de matériaux précis, le recyclage et la vente des matériaux transformés : ces professionnels des déchets se définissent comme « chiffonniers », « patrons d’atelier », ou « commerçants ».

50L’une des manifestations de ce paradoxe se lit dans les nombreuses évictions qui, depuis les années 1930, ont repoussé les quartiers de chiffonniers aux frontières de la ville sans, toutefois, leur interdire d’exercer leur activité de collecte : cette tolérance est justifiée par l’absence d’un service public qui les rend à la fois indésirables et indispensables. La signature des contrats de sous-traitance va dans le même sens : les pressions exercées mais encore davantage le fait que la collecte ne peut se passer d’eux obligent à les intégrer au secteur formel, sans pour autant les « formaliser ». Ils sont donc nécessaires à la ville et en ville, certes, mais ceci n’empêche pas les lourdes menaces immobilières sur leurs quartiers ou, de façon très explicite, les projets de délocalisation :

Notre volonté est de déplacer les chiffonniers dans de nouvelles zones, où ils pourront se concentrer sur leurs activités, en conformité avec les objectifs étatiques. L’État n’est pas resté sans réaction, nous leur venons en aide. Le président Moubarak lui-même leur a octroyé un nouveau site de plus de 200 hectares pour qu’ils puissent se consacrer à leurs activités de tri et de recyclage et à l’élevage des porcs, en toute liberté mais loin des zones d’habitation. Cela ressemblera à des fermes exemplaires. Ce projet est en cours de réalisation et nous sommes en train d’édifier les infrastructures nécessaires. Avec les nouvelles dispositions, le secteur informel sera intégré. Les chiffonniers seront très contents, ils auront des emplois et il y aura de l’investissement au niveau international. (Amin Saïd Abdel Mu’ti Khayal, directeur de l’administration centrale des déchets et des matières dangereuses au ministère de l’Environnement égyptien, extrait d’entretien cité dans P.-A. Barthel, S. Monqid, 2011, 77.)

51À ce projet, les zabbâlîn rétorquent que ces « fermes modernes » ne leur seront pas destinées, ou qu’elles ne concerneront que quelques-uns – ceux qui ont des relations avec les responsables – et que leur éloignement du Caire – 80 km ou 200 km, selon les sources – les rend inintéressantes pour eux. Il en est de même pour les projets d’usines recyclant les déchets organiques qui ne concerneront pas la majorité des zabbâlîn, incapables d’y transporter la collecte. Enfin, ces derniers associent cette volonté de délocalisation à la spéculation immobilière pesant sur leurs quartiers et qui, à Batn el Baqara, par exemple, a donné lieu à de violents affrontements entre promoteurs, policiers et habitants.

52C’est méconnaître – ou nier – le mode de fonctionnement spatial de la corporation : d’une part, le ramassage s’effectue bien sûr en ville, il est donc paradoxal de vouloir déplacer les zabbâlîn loin de celle-ci, sauf à leur fournir des moyens de transport adéquats. Certes, une telle délocalisation éliminerait immédiatement tous les « petits zabbâlîn » qui collectent à pied ou en charrette. D’autre part, si l’on se place du point de vue de ces derniers, le système antérieur fonctionnait parce que leurs routes de collecte, précisément définies, évitaient la superposition de leurs territoires professionnels et la concurrence entre eux dans l’accès aux déchets. Or, depuis la réforme, ces territoires se sont recomposés pour les chiffonniers qui ont signé des contrats de sous-traitance et se sont brouillés pour les autres. Ces derniers continuent parfois le porte-à-porte mais, souvent, trient à même les bennes dans les rues – ce qui était rarissime avant les années 2000. Dans les quartiers aisés, la compétition pour l’accès aux déchets exclut les moins bien placés dans le système.

53Ensuite, le tri s’effectue au sein de chaque quartier, puis les matériaux sont acheminés vers les ateliers de recyclage ou vendus aux commerçants qui les stockent : les échanges entre différents quartiers sont denses et ne peuvent être efficaces que parce que les distances entre eux restent raisonnables. Le passage par les décharges périphériques constitue aussi une perte de temps, de matériaux et d’argent pour les chiffonniers en contrat de sous-traitance : si avant 2010, il fallait payer pour y déverser les déchets, un nouveau plan, en 2010, décide de les payer à la tonne déversée, mais la rentabilité n’est pas assurée selon eux. Ils peuvent ramener chez eux le contenu de la collecte pour le tri, mais alors que faire de l’organique ?

54Enfin, les produits triés ou transformés sont vendus aux grossistes, localisés en ville, ou aux usines du secteur formel, notamment celles des villes nouvelles : l’intégration et la participation des zabbâlîn à l’économie des déchets ne peut être efficace qu’en tenant compte de l’accessibilité à la ressource première et de l’ancrage local des réseaux commerciaux (figures 7 et 8).

Schéma B. Florin & Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 7. Acteurs et organisation du système avant la réforme de 2002.

Schéma B. Florin & Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 8. Acteurs et organisation du système après la réforme de 2002 et l'instauration du Plan 2010.

CONCLUSION. MALENTENDU OU EN FINIR AVEC LES CHIFFONNIERS ?

55Finalement, ce « malentendu » ne renvoie-t-il pas, simplement et encore une fois, au paradigme de la modernisation à tout prix du système de gestion des déchets qui conduit les politiques publiques depuis les années 1990 et qui tend à exclure les chiffonniers ? Les pressions immobilières sur leurs quartiers, la volonté de les délocaliser en dehors de la ville et l’abattage des porcs en sont des témoins tangibles : à cet égard, la « grippe porcine » aura constitué une opportunité idéale pour les autorités égyptiennes et a, effectivement, fortement affaibli la corporation et accentué les inégalités en son sein. Les principales victimes en sont les zabbâlîn les moins bien positionnés et ceux des petits quartiers essentiellement voués à la collecte qui se sentent peu défendus et exclus des négociations. Les grands commerçants de produits triés, les patrons d’ateliers de recyclage les plus aisés, sans oublier les wahiya au rôle peu connu mais rouage essentiel du système, pourraient bien tirer leur épingle du jeu au détriment des autres. Constatée lors d’une récente visite à Manchiat Nasser, l’édification de vastes bâtiments destinés aux tri, recyclage et stockage témoigne bien de la vitalité, au moins pour certains, de l’activité de récupération…

56En même temps, l’intégration d’une partie des zabbâlîn au système, via les contrats de sous-traitance et l’évolution des discours des autorités vers plus de tolérance à leur égard, montre qu’ils restent indispensables. Cette hésitation entre exclusion et inclusion partielle est aussi liée au fait que la corporation, paradoxalement, est plus puissante que sa marginalisation ne le laisserait accroire. En ce sens, il est certain que les crises, conflits, controverses et débats qui ont émaillé ces dix dernières années ont modifié en profondeur les représentations que la corporation a d’elle-même et que la société cairote à d’eux : c’est l’atténuation du stigmate qui en est ici l’enjeu.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Assaad Ragui, 1988, « L’informel structuré. Les zabbâlîn du Caire », Peuples méditerranéens, nos 41-42, p. 181-192.

Assaad Fawzia, 2006, Ahlam et les Éboueurs du Caire, Grolley, Éditions de l’Hèbe, 389 p.

Barthel Pierre-Arnaud, Monquid Safaa, 2011, Le Caire, réinventer la ville, Paris, Autrement, 253 p.

Clerget Marcel, 1934, Le Caire. Étude de géographie urbaine et d’histoire économique, Thèse pour le soctorat ès lettres présentée à la faculté des lettres de l’université de Paris, Le Caire, t. I et II, 416 p.

Debout Lise, 2007, La libéralisation/modernisation en Égypte, la possibilité d’une réforme de la gestion urbaine ? Le cas pionnier de la privatisation de la collecte des ordures ménagères au Caire et son impact sur la gestion de la métropole, Mémoire de master sous la direction de C. Lefèvre, Institut français d’urbanisme, Paris 8, 81 p.

Debout Lise, 2009, « Citoyens, mobilisations et déchets », Newsletter, no 4, p. 1-5.

Debout Lise, 2012a, « La propreté comme symbole et outil de la (ré)appropriation », dans Lavergne M. (dir.), Une société en quête d’avenir, Paris, L’Harmattan, p. 95-107.

Debout Lise, 2012b, Gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme sous la direction de F. Scherrer et E. Verdeil, Université Lyon 2, 440 p.

Debout Lise, Florin Bénédicte, 2011, « Les contradictions du nouveau système de déchets au Caire. Conflits, négociations et stratégies d’acteurs », Égypte-Monde arabe, no 8 : « Développement durable au Caire : une provocation ? », p. 31-57.

Dodier Nicolas, 1991, « Agir dans plusieurs mondes », Critique, nos 529-530 : « Sciences humaines : sens social », p. 427-458.

Dollet Soazig, 2003, Une communauté traditionnelle face à la modernité. Le cas des zébalin du Caire, Mémoire de DEA en sciences politiques sous la direction d’E. Picard, Université Aix-Marseille III, 193 p.

Florin Bénédicte, 2010, « Quelques effets de la réforme du système de gestion des déchets au Caire : reconfigurations des territoires professionnels des zabbâlîn (chiffonniers) », Géocarrefour, vol. 85, no 2 : « Services publics en réforme dans le monde », p. 109-118.

Florin Bénédicte, 2011a, « Résister, s’adapter ou disparaître : la corporation des chiffonniers du Caire en question », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Erès, coll. « Clinique du travail », p. 69-91.

Florin Bénédicte, 2011b, « Dimensions spatiales d’une crise : les stratégies des zabbâlîn (chiffonniers) du Caire face à la réforme du système de gestion des déchets », dans Bonny Y., Ollitrault S., Keerle R., Le Caro Y. (dir.), Espaces de vie, espaces enjeux. Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », p. 129-144.

Gilbert Claude, Henry Emmanuel, 2012/1, « La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion », Revue française de sociologie, no 531, p. 35-59.

GTZ-CID, 2008, The Informal Sector in Waste Recycling in Egypt, Cairo, 53 p.

Habermas Jürgen, 2003, « Au-delà du libéralisme et du républicanisme, la démocratie délibérative », Raison publique, no 1, raison-publique.fr/IMG/pdf/Habermas01.pdf (consulté le 27 octobre 2014) [trad. S. Chavel].

Hugues Everett C. 1996. Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, EHESS, 344 p.

Lhuilier Dominique, 2005, « Le “sale boulot” », Travailler, no 14, p. 73-98.

Lussaut Michel, 2003, « Espace public », dans Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 339-340.

Monqid Safaa, 2011, « La gestion des déchets ménagers au Caire : les habitants en question », Égypte-Monde arabe, no 8 : « Développement durable au Caire : une provocation ? », p. 87-105.

Tadroz Mariz, 2010, « Scapepigging: H1N1 Influenza in Egypt », dans Dry S., Leach M. (éd.), Epidemics: Pathways of Disease and Response, Newcastle-on-Tyne, Earthscan Publications, p. 213-238.

Notes

1 En termes méthodologiques, j’ai initié, en 2007, mes recherches sur les chiffonniers du Caire par des entretiens de type qualitatif dans plusieurs de leurs quartiers (Manchiat Nasser, Batn el Baqara, ‘Ard el Lewa, Tourah). Je me suis plus particulièrement intéressée à l’organisation spatiale de ces quartiers, qui associe lieu d’habitat et lieu de travail, aux « territoires professionnels » des chiffonniers qui constituent à mon sens une « corporation professionnelle » – à savoir un corps professionnel relié par des contrats oraux et moraux et fondé sur un sentiment professionnel identitaire très puissant. J’ai poursuivi mes premiers entretiens par des retours réguliers sur le « terrain », dont le dernier est daté de novembre 2012. Enfin, je remercie ici Émile Florin qui, depuis 2010, retranscrit mes pattes de mouche issues des entretiens, ainsi que Karim Selim qui m’a accompagnée sans faillir au cours de mes pérégrinations cairotes et m’a aidée à transcrire les entretiens.

2 Le mot zabbâlîn – prononcer zabbaline – (zabbal au singulier) dérive du mot zibbâla, l’immondice, l’ordure, la poubelle. Le terme zibbâla est particulièrement lourd de sens puisqu’il constitue la racine étymologique de la matière déchet et de l’individu qui récupère, le zabbal ; mais il renvoie plus largement à l’identité professionnelle, à la corporation des zabbâlîn et, enfin à leurs quartiers qui constituent des espaces exclusivement réservés au traitement des déchets (Florin, 2011a, 72). La superposition des dimensions identitaire (individuelle et collective), professionnelle et spatiale construit la corporation et l’ancre dans l’espace.

3 Une quinzaine de familles musulmanes sont zabbâlîn dans le quartier de Manchiat Nasser et sans doute davantage à Batn el Baqara. Les Coptes, minorité religieuse, représentent entre 6 à 10 % de la population égyptienne, et sont régulièrement victimes de violences interconfessionnelles, souvent manipulées par les pouvoirs en place. Ainsi, le 8 mars 2011, une bataille rangée entre « salafistes » du quartier de Sayyeda Aïcha et chiffonniers du quartier de Manchiat Nasser a fait 13 morts parmi ces derniers, l’armée étant intervenue « trop tard ». Cette position difficile des chrétiens d’Égypte est vivement ressentie par les zabbâlîn et s’ajoute au stigmate.

4 De plus, comme le note le rapport de la GTZ, de nombreux chiffonniers sont à cette époque illettrés et obtenir le code et le permis de conduire peut s’avérer difficile (GTZ, 2008, 9). Or, à partir des années 1990, le développement de la scolarisation et le fait que certains jeunes suivent des études supérieures expliquent la progression des compétences à l’expertise, à la négociation avec l’administration et à la professionnalisation, notamment dans le recyclage (invention de nouvelles machines, adaptation aux matériaux, multiplication des liens commerciaux, etc.).

5 La zone sud du gouvernorat du Caire constituera cependant un cas à part, puisque la collecte est effectuée par trois entreprises privées égyptiennes ainsi que par une entreprise publique de l’agence CCBA.

6 Je distingue ici « l’espace public », réservé à la dimension spatiale « d’objets de sociétés spécifiques (places, rues, jardins publics, etc.) » de la « sphère publique », métaphore d’une « entité abstraite, immatérielle et idéelle, exprimée dans des lieux, des dispositifs, des médias » ; il s’agit ici de « l’espace public communicationnel (une scène délibérative publicisée), où l’on ne trouve si ce n’est point d’espace du tout, du moins pas de volonté de penser la dimension spatiale de la société » (Lussault, 2003, 340). Cette précision me semble importante dans le sens où l’article cité de C. Gilbert et E. Henry, sur les modalités d’émergence des problèmes publics, emploie l’expression « espace public » pour qualifier la « sphère publique délibérative » ; or, ici, la dimension spatiale – ce qui se joue dans l’espace public de la rue – est constitutif de ce qui se joue dans l’espace public métaphorique, i.e. la sphère publique (et réciproquement). Enfin, l’expression « sphère publique délibérative » peut interroger dans le contexte du régime autoritaire égyptien : avec toutes les réserves et limites que la transposition de l’expression impose, il n’en reste pas moins que, depuis les années 2000, se multiplient les espaces délibératifs articulant le politique et le sociétal (Habermas, 2003).

7 La comptabilisation du nombre de chiffonniers est assez aléatoire : un rapport d’expertise de la GTZ note que 300 000 personnes travaillent, directement ou indirectement, des déchets (GTZ, 2008, 16) ; les autorités publiques ont longtemps eu tendance à minimiser leur nombre alors que les ONG avaient tendance à l’exagérer (Dollet, 2003).

8 Dans les années 1980, la Banque mondiale a initié des projets d’équipements et d’infrastructures pour le quartier auto-construit de Manchiat Nasser (au total, 400 000 habitants), puis dans les décennies 1990 et 2000, la GTZ/GIZ (coopération allemande) a conduit des études sur les chiffonniers du même quartier (environ 40 000). Ces travaux ont donné lieu à des cartes globales, mais à notre connaissance aucun relevé – par exemple des ateliers de recyclage – n’a été effectué.

9 Dans son excellent mémoire de master de sciences politiques, Soazig Dollet, présente au Caire en 2002 et 2003, relate avec précision ces manifestations : c’est à ce travail que nous nous référons ici (Dollet, 2003).

10 En effet, dans le quartier de Manchiat Nasser surtout, les nombreuses ONG, fréquemment en désaccord et en concurrence, se sont pour une fois entendues contre les manifestations ; il en est de même pour les responsables religieux, dont le rôle politique est essentiel à la fois à l’intérieur de la communauté, mais aussi dans ses relations avec les pouvoirs publics : ces responsables s’accordent le plus souvent avec les décisions des autorités, comme nous le verrons plus bas lors de la « crise des cochons ». Cependant, de plus en plus de voix dans la communauté s’élèvent pour leur demander de se cantonner à un rôle religieux.

11 L’expression « agir dans plusieurs mondes » est le titre d’un article de Nicolas Dodier se référant aux travaux de L. Boltanski et L. Thévenot qui donnent à voir « […] les actions humaines comme une suite de séquences où les personnes, engagées dans des moments successifs, doivent mobiliser en elles des compétences diverses pour réaliser, au fur et à mesure des rencontres avec les circonstances, une adéquation à la situation présente » (Dodier, 1991, 427).

12 Lire à ce propos l’article de Lise Debout dans le même ouvrage. Par ailleurs, L. Debout évoque les bénéfices pour les multinationales qui ont signé des contrats de sous-traitance : les calculs pour l’entreprise Ama Arab (société italienne) ont été rapides : « […] intégrer les zabbâlîn […] permettait de diminuer les coûts et réduisait considérablement les frais matériels dus aux petits actes de sabotage des zabbâlîn, très nombreux avant les négociations. Sur les 117 quartiers de collecte, 68 quartiers sont donc délégués aux zabbâlîn, ce qui représente 58 % de la superficie totale du territoire d’Ama Arab, mais seulement 19 % des dépenses de l’entreprise […]. Ce coût, même s’il ne comprend que le ramassage en porte-à-porte, le transport, les dépôt et traitement des déchets et s’il exclut la propreté des espaces publics (balayage, collecte des bennes), représente un avantage financier conséquent pour l’entreprise par rapport au coût investi dans les quartiers dont elle collecte elle-même les déchets. Sans doute encore, le rôle du directeur d’Ama Arab, estimant que le système ne pouvait fonctionner sans les zabbâlîn, a-t-il été essentiel dans l’organisation actuelle. En fin de compte, l’implantation d’Ama Arab, après des débuts assez erratiques et financièrement coûteux pour l’entreprise est plutôt positive. » (Debout, Florin, 2011, 53)

13 Sur ces registres nationalistes et culturels, voir B. Florin (2010, 115) ; sur l’opposition des habitants à la nouvelle taxe sur les déchets, voir L. Debout (2009, 3).

14 Voir aussi l’article de S. Monqid sur les représentations qu’ont les Cairotes des déchets (2011, 87-105).

15 Nous renvoyons ici à l’interview du groupe dans P.-A. Barthel et S. Monqid (2011). Il est aussi possible de visionner le clip du groupe : http://zabaleen.bandcamp.com/(consulté le 27 octobre 2014).

16 Ces lignes sont en partie issues de mon article « Les chiffonniers du Caire et la grippe porcine », consultable ici : http://blog.mondediplo.net/2011-01-12-Les-chiffonniers-du-Caire-et-la-grippe-porcine (consulté le 27 octobre 2014).

17 Il s’agit de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ; les représentants de l’OIE, l’Organisation mondiale de la santé animale, interviendront sans plus de succès auprès des autorités égyptiennes.

18 Il s’agit de l’université religieuse Al-Azhar, référence de l’islam sunnite.

19 En ce qui concerne l’analyse des discours au Parlement, le lecteur peut se reporter à l’article très documenté de Mariz Tadroz, « Scapepigging : H1N1 Influenza in Egypt », dans l’ouvrage Epidemics : Pathways of Disease and Response édité par Sarah Dry et Melissa Leach en 2010.

20 http://hebdo.ahram.org.eg/Archive/2007/10/24/envi0.htm (consulté le 11 novembre 2014).

21 Plusieurs vidéos, mises en ligne sur internet, montrent l’amateurisme de l’abattage ainsi que l’opposition des zabbâlîn aux forces de l’ordre : http://www.youtube.com/watch?v=jwMIlw7rCSc (consulté le 27 octobre 2014).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte des zarâyeb.Les quartiers des zabbâlîn sont aussi appelés des zarâyeb – littéralement porcheries. Cette carte montre les différents lieux d’installation des zabbâlîn depuis les années 1930 : régulièrement expulsés et toujours sous la menace d’être déplacés, ils résident et travaillent aujourd’hui dans des quartiers situés à la lisière de la métropole.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Figure 2. Enfants récupérateurs à Manchiat Nasser.La charrette, un moyen de transport qui perdure en dépit de l’interdiction. [Cliché : F. Troin, mars 2008.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 3. Tri à Manchiat Nasser.[Cliché : F. Troin, mars 2011.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 4. Batn el Baqara : un quartier pauvre, enclavé et menacé par la promotion immobilière.[Cliché : B. Florin, février 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 5. Une nouvelle pratique professionnelle : le tri dans la rue.Depuis les années 2000, le nombre de biffins indépendants – sarriha – a augmenté ainsi que les façons de récupérer les déchets.[Cliché : B. Florin, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Figure 6. Une porcherie à Manchiat Nasser avant mai 2009.Consommant la matière organique – entre 30 et 40 % des détritus collectés –, le lisier des porcs permettaient de produire un compost de très bonne qualité vendu aux paysans du delta du Nil. Ces porcs constituaient aussi un véritable « capital sur pattes », essentiel pour les familles pauvres, les femmes veuves, pour payer les frais de scolarité ou un mariage, acheter de nouvelles machines, construire un logement, etc. Leur viande était vendue aux quatre charcutiers du Caire, consommée dans les grands hôtels et exportée.[Cliché : B. Florin, 2008.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Schéma B. Florin & Fl. Troin • CITERES 2014Figure 7. Acteurs et organisation du système avant la réforme de 2002.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Schéma B. Florin & Fl. Troin • CITERES 2014Figure 8. Acteurs et organisation du système après la réforme de 2002 et l'instauration du Plan 2010.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7319/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 583k

Auteur

Maître de conférences en géographie à l’université de Tours et chercheure à l’UMR 7324 CITERES, équipe EMAM (Monde arabe et Méditerranée). Ses travaux portent sur les mobilités résidentielles, les politiques urbaines et les questions relatives à la citadinité en Égypte. Depuis 2007, elle s’intéresse également aux systèmes de gestion des déchets et, plus particulièrement, aux récupérateurs et recycleurs de déchets au Caire et à Casablanca. Elle dirige un projet de recherche sur la gestion des déchets au Maghreb, soutenu par MISTRALS - SocMed, et participe au programme ODORR, financé par l’ADEME sur le recyclage et le réemploi des déchets. Elle est co-initiatrice et co-rédactrice avec Claudia Cirelli du site et carnet d’hypothèses Sociétés urbaines et déchets (http://sud.hypotheses.org/).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search