Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

Gestion des déchets et rôle de la société civile à Turin (Italie) et Ouidah (Bénin)

Egidio Dansero, Sara Mela, Roberta Perna et Matteo Puttilli

Texte intégral

LA GESTION DES DÉCHETS : UNE « QUESTION TERRITORIALE »

1Au cours de ces dernières années, le problème de la gestion des déchets a plus que jamais capté l’attention des médias et de l’opinion publique internationale. Si les images de la ville de Naples envahie par des « montagnes d’ordures » ont fait le tour du monde, celles des décharges sauvages qui brûlent en plein air dans les villes africaines ne sont pas en reste.

  • 1 Même si ce texte est le fruit d’une réflexion commune, les première et deuxième parties doivent êt (...)

2Cependant, à côté de ces cas de crise environnementale et sociale, on enregistre, tant au nord qu’au sud, des exemples relativement vertueux de gestion des déchets urbains, comme ceux qui font l’objet de ce texte, à savoir les villes de Turin en Italie et d’Ouidah au Bénin1. L’analyse de ces expériences, qui se constituent simultanément dans différents pays, exige d’interpréter la gestion des déchets en termes de « question territoriale » ne se rapportant à aucun modèle préconçu mais, surtout, laisse à penser que celle-ci ne peut être réglée simplement à travers des politiques et des interventions exogènes (top-down). Le « problème des déchets » ne se limite pas aux aspects techniques et sanitaires, logistiques et organisationnels liés à leur gestion, mais doit prendre en compte les modalités selon lesquelles ceux-ci sont perçus culturellement ainsi que les relations sociales qui se mobilisent autour d’eux. En effet, autour de la gestion des déchets se redéfinissent les rapports entre population et territoire.

3Ce dernier est, ici, décliné dans toutes ses acceptions possibles. Le territoire dans sa matérialité, à savoir le sous-ensemble spatial où l’on trouve la production, le stockage et l’élimination des déchets ou encore le site d’une installation ; le territoire des compétences administratives, qui correspond, par exemple, aux différents découpages du territoire en bassins de collecte et d’élimination des déchets ; le territoire comme lieu d’habitation, vécu et revendiqué par la population résidente ; et enfin le territoire comme expression des stratégies et des relations de pouvoir entre les acteurs qui agissent à ces différentes échelles. En d’autres termes, à travers la gestion des déchets, on active des processus de production de territoire – ou de territorialisation – où ce dernier doit être entendu comme étant non pas figé dans une échelle fixe et externe aux processus sociaux mais comme un « territoire habité » (Magnaghi, 1994), une construction sociale à travers laquelle les acteurs produisent de multiples contextes de relations (Swyngedouw, 1997).

  • 2 Parmi d’autres références, le lecteur pourra se reporter aux travaux de C. Raffestin (1980), A. Tu (...)
  • 3 D’autres domaines pour lesquels l’approche par la territorialisation est adoptée pour interpréter (...)

4En se référant aux applications les plus récentes des réflexions sur la territorialisation2 dans différents contextes d’étude3, le processus de production de territoire relatif à la gestion des déchets peut être efficacement divisé en trois phases complémentaires et non successives : la phase de dénomination, de structuration et de réification.

5La phase de dénomination, qui renvoie à l’appropriation symbolique et culturelle du territoire, concerne la représentation culturelle des déchets par les différents acteurs qui interagissent sur le territoire. Dans cette phase, les déchets peuvent être perçus comme « rebut » – i.e. un objet porteur d’une valeur négative dont l’élimination est entièrement confiée à des organismes externes –, comme un « problème » – i.e. un vecteur potentiel de problématiques environnementales et sanitaires qui doivent être résolues par les autorités publiques –, mais également comme une « ressource », tant en termes économiques, en activant des circuits de valorisation alternatifs, qu’en termes sociaux, à travers la responsabilisation et l’implication de la société civile.

6La phase de structuration, constituée par l’ensemble des relations sociales et de l’architecture institutionnelle du territoire, concerne les différentes formes d’organisation des systèmes de gestion établies sur le territoire et, notamment, la relation entre l’État, les entreprises de gestion des déchets et la société civile.

7Enfin, la phase de réification, ou de production de territoire du point de vue matériel, concerne la réalisation des infrastructures servant à la gestion des déchets : décharges, sites de stockage, incinérateurs, centres de recyclage, etc. Cette phase de territorialisation est souvent plus délicate que les autres. D’une part, les systèmes de gestion des déchets exigent de mettre en œuvre de nombreuses infrastructures sur le territoire ; d’autre part, les déchets et les infrastructures prévues pour leur gestion s’avèrent particulièrement visibles et envahissantes sur ce territoire, ce qui augmente considérablement le niveau de perception et de conscience de leur impact par la population. Pour ces mêmes raisons, la phase de réification est souvent au centre de vifs conflits et de processus de localisation « difficiles » (Bobbio, 2002).

8En partant de cette perspective théorique, le présent article a pour vocation d’approfondir les différentes formes de mobilisation des acteurs présents sur le territoire dans la gestion des déchets à Turin et à Ouidah en examinant, dans un premier temps, le rapport entre société civile, organisme public et mode de gestion. Un deuxième temps s’attachera aux configurations des rapports entre l’État et la société civile. Un troisième temps se concentrera sur la ville de Turin en référence à deux initiatives émanant de la société civile, les projets Cartesio et Triciclo. Enfin, un quatrième temps sera consacré au cas de la ville d’Ouidah, en présentant une filière née de l’engagement de la société civile, là où l’État est absent.

POUVOIRS PUBLICS ET SOCIÉTÉ CIVILE DANS LA TERRITORIALISATION DE LA QUESTION DES DÉCHETS

  • 4 Il s’agit notamment du projet de coopération décentralisée Da rifiuto a risorsa (Du déchet à la re (...)
  • 5 Précisons que les situations exposées ici n’ont pas pour but de présenter une typologie exhaustive (...)

9S’agissant d’une « question territoriale », la gestion des déchets modèle profondément le rapport entre État et société civile et, dans un sens encore plus large, entre politique et population. Selon la manière dont les différentes phases de la « territorialisation des déchets » se présentent, les rôles de l’État et de la société civile changent considérablement. Sur la base de l’analyse de nombreux cas étudiés précédemment4, on peut distinguer ici trois situations différentes du rapport entre politique et population dans la gestion des déchets5.

10La première se caractérise par l’absence (ou par l’inefficacité) de l’État dans la gestion des déchets, ce qui se traduit souvent par une représentation du déchet comme un « rebut » ou comme un « problème » du fait du manque de structures adéquates où déposer les déchets et de filières pour le ramassage et l’élimination. Ces cas constituent un terrain favorable à l’apparition de procédures de gestion informelles, caractérisées par l’auto-organisation des systèmes de ramassage et d’élimination qui conduisent au remplacement de l’État par la société civile.

11C’est le cas, par exemple, de l’association Set-Setal à Dakar (Sénégal) : face à un processus d’urbanisation incontrôlé et à une action inefficace des services de ramassage, privatisés depuis peu, l’association de jeunes Set-Setal, au début des années 1990, avait créé un service auto-organisé de ramassage et de traitement des déchets, fondé sur la participation et l’implication de la population. L’expérience de Set-Setal démontre le rôle central de la dénomination et des représentations culturelles dans le domaine de la gestion des déchets : des campagnes de sensibilisation ont été initiées afin de souligner l’importance de l’implication populaire dans une gestion partagée des déchets.

12Sur le plan de la réification, l’absence de décharges et de sites où entreposer les déchets et d’une filière de collecte peut donner lieu à des usages illégaux, fruits de l’auto-organisation populaire.

13Au Sénégal, dans la ville de Saint-Louis, l’absence d’une gestion publique efficace a produit l’apparition d’une constellation de décharges formellement abusives, mais acceptées de fait et reconnues par les autorités publiques locales. Surtout, l’utilisation des déchets dans le secteur de la construction, pour la pose des fondations des habitations, est fréquente. Dans ce cas, le changement sur le plan symbolique – l’évolution du déchet comme rebut au déchet comme ressource, même pour des utilisations illégales – représente un passage stratégique d’une situation de non-gestion à une situation d’autogestion, même si celle-ci est fortement problématique.

14La deuxième situation est caractérisée par une présence plus importante (et plus efficace) de l’État dans la gestion, directe et indirecte, des déchets, à l’exclusion, au moins dans la phase initiale, du troisième secteur (l’économie sociale et solidaire) et de la société civile. Il s’agit d’une situation qui est liée à une représentation du déchet comme problème « technique », devant être résolu avec des solutions univoques et « définitives » (comme la mise en décharge et l’incinération). Dans ces situations, les pouvoirs publics se chargent de la gestion centralisée, optant pour une vision sectorielle du déchet qui ne permet pas de saisir les aspects territoriaux du problème et les différentes possibilités qui peuvent naître d’une gestion partagée.

  • 6 De plus, ce processus reflète l’intérêt croissant, dérivant de ce qui s’annonce comme un business (...)

15Si cette situation représente aujourd’hui le principal mode de gestion, on constate une externalisation toujours plus fréquente des services de gestion des déchets, confiés à des sociétés privées. Cette forme d’organisation exonère l’État des responsabilités directes de la gestion, permettant ainsi une réduction de la dépense publique6. Malgré la redéfinition du rôle de l’État, ou peut-être en raison de cette dernière, dans de nombreux cas, la société civile a trouvé de nouvelles ouvertures et possibilités de s’impliquer dans la gestion des déchets : c’est le cas des projets Cartesio et Triciclo à Turin et des projets de coopération décentralisée à Ouidah, présentés dans les paragraphes suivants. Il est possible de lire ces exemples en termes d’effet d’anticipation, à travers lesquels des associations enracinées sur le territoire (ou des acteurs extérieurs qui entrent en contact avec celles-ci) s’auto-organisent et exploitent la problématique des déchets pour mettre en œuvre des processus de développement local.

16La troisième situation est caractérisée par des formes plus consolidées de cogestion des déchets sur le territoire. Le déchet est perçu comme une ressource permettant de mettre en œuvre des processus de développement économique et social à l’échelle locale. Dans cette optique, dans une perspective de complémentarité, la phase de structuration prévoit l’intégration de différentes formes et systèmes de gestion. Les sociétés de gestion (publiques et privées) s’associent, par exemple, à des coopératives sociales qui participent aux phases de collecte (comme les filières de tri) et de récupération/recyclage.

17En Italie, les cooperative sociali (« coopératives sociales »), instituées par la loi italienne 381 de 1991, sont des organisations dont le but est de

[…] poursuivre l’intérêt général de la communauté pour la promotion des personnes et l’intégration sociale des citoyens à travers : a) la gestion des services socio-sanitaires et éducatifs ; b) l’exercice de différentes activités – agricoles, industrielles, commerciales ou de services – avec pour finalité l’intégration professionnelle des personnes défavorisées (loi italienne 381/1991, art. 1). [Cette catégorie comprend] les handicapés physiques, psychiques et sensoriels, les anciens internés psychiatriques, les personnes sous traitement psychiatrique, les toxicomanes, les alcooliques, les mineurs en âge de travailler dans des situations familiales difficiles, les condamnés admis à des mesures alternatives à la détention […]. (Loi italienne 381/1991, art. 4.)

18Cependant, le succès de la cogestion des déchets dépend de l’implication et de la participation active d’une multitude d’acteurs et d’organismes : simples citoyens, associations de consommateurs – qui peuvent avoir une incidence dans la phase de réduction de la production des déchets –, associations environnementales et établissements scolaires, impliqués à différents titres dans la sensibilisation et dans l’éducation publique vis-à-vis du problème des déchets. Ainsi définie, la gestion des déchets devient le résultat d’un projet territorial organisé et complexe où prévalent des solutions polyvalentes centrées sur la poursuite d’une durabilité économique, sociale et environnementale.

19Il s’avère évident que les trois situations exposées ci-dessus se trouvent dans un rapport évolutif les unes vis-à-vis des autres (tableau 1). La transition vers une situation plus mature suppose de faire « un pas en avant » dans toutes les phases du processus de territorialisation. En ce sens, la société civile peut jouer un rôle décisif en décidant de favoriser et de faciliter le passage entre les différentes formes d’organisation, en agissant sur la structuration (en anticipant, en remplaçant ou en intégrant l’action publique) et sur la dénomination (par des opérations de sensibilisation et de responsabilisation vis-à-vis de la population).

20Les exemples présentés dans ce texte se trouvent précisément dans cette perspective. En effet, Turin est emblématique du rôle joué par certain acteurs, auto-organisés dans la mise en place de procédures innovantes de gestion des déchets, intégrant des éléments de cogestion émanant des politiques publiques des déchets. Par contre, à Ouidah, la gestion des déchets a été entièrement prise en charge par des associations locales, d’abord soutenues par la coopération décentralisée italienne, qui ont remplacé une municipalité totalement absente dans la gestion du service.

Absence de gestion

Gestion technique et sectorielle

Cogestion

Dénomination

Le déchet comme « rebut » ou « problème ».

Le déchet comme problème « technique ».

Le déchet comme ressource économique et sociale.

Structuration

Absence de filières formelles de gestion des déchets.
Substitution de l’État par la société civile.

Retrait de l’État ou délégation extérieure de la gestion.
Fonction d’anticipation de la part de la société civile de bonnes pratiques de gestion.

Mise en place de filières de gestion complémentaires.
Participation active de la société civile dans les phases de collecte et de gestion.

Réification

Absence d’infrastructures et d’emplois informels/illégaux des déchets.

Solutions univoques d’élimination (incinération, décharge, etc.).

Solutions polyvalentes et fortement intégrées.

Tableau 1. Systèmes de gestion des déchets et phases de la territorialisation.

LE CAS DE LA VILLE DE TURIN

La gestion des déchets à Turin

  • 7 Le cas de la ville de Turin est approfondi dans un projet de recherche international plus vaste dé (...)

21Située au nord-ouest de l’Italie, chef-lieu de la région du Piémont, Turin (environ 868 000 habitants) représente, du point de vue des politiques et des procédures de gestion des déchets, un cas extrêmement intéressant d’analyse pour divers aspects7.

22D’une part, au cours des dix dernières années, la saturation et la fermeture de la décharge la plus importante de la région (Basse di Stura, intégrée à l’agglomération) suscitent de nombreux débats. Cette fermeture a donné lieu à la mise en place d’un processus décisionnel long et controversé, ancré dans des procédures délibératives et nommé « Non rifiutarti di scegliere » (« Ne refuse pas de choisir »). Ce processus, ouvert aux communes potentiellement concernées et impliquant, par des procédures inédites, les acteurs locaux, avait comme but d’identifier un lieu partagé pour un incinérateur en mesure d’éliminer les déchets urbains provenant de la ville et de sa province. Aux difficultés liées à ce processus se sont ajoutées, plus récemment, d’autres conflits liés à la réalisation sur le même territoire d’un second incinérateur.

  • 8 Parmi les villes italiennes, Turin occupe en effet la deuxième place pour le tri sélectif du papie (...)

23D’autre part, au cours des 20 dernières années, la ville constitue un milieu favorable à la mise en œuvre et à l’ancrage d’initiatives et de projets – émanant de la société civile, d’associations et de mouvements locaux – proposant la diffusion de pratiques innovantes et de comportements toujours plus responsables en matière de déchets. En effet, grâce à l’introduction de services de collecte à domicile, le pourcentage de collecte sélective a presque triplé au cours des dix dernières années, atteignant en 2011 environ 43 % de déchets collectés globalement (figure 1). Ainsi, parmi les villes métropolitaines italiennes, Turin se place en première position pour la collecte sélective8.

24Du point de vue de la territorialisation de la question des déchets, Turin présente donc un environnement particulièrement complexe et diversifié où des politiques à grande échelle, concentrées et sectorielles (destinées majoritairement à la mise en décharge et à l’incinération) coexistent grâce à des pratiques innovantes et transversales, basées sur la décentralisation de la gestion et sur l’implication de la population et des acteurs locaux, notamment dans le domaine de la collecte sélective. La reconstitution des événements et des processus qui ont conduit au succès de Turin dans ce deuxième domaine montre une société civile capable de promouvoir des initiatives et des pratiques innovantes : ces expériences se créent à petite échelle, mais sont ensuite en mesure de s’étendre de façon significative au reste de la ville et d’influencer les organismes publics locaux. À cet égard, les exemples les plus significatifs sont ceux des coopératives sociales Arcobaleno et Triciclo.

Calculs effectués par les auteurs à partir des données de la municipalité du Turin.
Voir www.comune.torino.it
Graphique E. Dansero et al., repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 1. Pourcentages de collecte sélective dans la municipalité de Turin, années 1995-2011.

L’expérience de la Cooperativa sociale Arcobaleno

25La Cooperativa sociale Arcobaleno est fondée en 1992 afin de favoriser l’insertion professionnelle de personnes au chômage ou ayant des problèmes de toxicomanie, d’alcoolisme, etc. Depuis 1993, Arcobaleno gère le projet Cartesio, service à domicile de collecte sélective du papier et du carton. Il s’agit d’une toute nouvelle expérience dans le panorama turinois et italien : au début des années 1990, peu de villes italiennes ont effectivement mis en place des activités expérimentales en matière de collecte sélective.

  • 9 Cette situation a changé à la fin de l’année 2012. En effet, un processus de privatisation est en (...)
  • 10 En Italie, le recyclage des emballages s’organise à partir d’un système formé de six consortiums e (...)

26Le projet Cartesio a vu le jour grâce à un projet pionnier d’une section locale de l’association environnementale nationale Legambiente, qui consistait à collecter le papier en se rendant directement au domicile des habitants sans attendre que ceux-ci l’apportent dans les lieux de collecte disséminés dans la ville. Arcobaleno réalise donc en 1993 une première expérimentation dans une zone du centre-ville, le Quadrilatero, en collaboration avec la municipalité et AMIAT, société de collecte et d’élimination des déchets détenue à 100 % par la ville de Turin9. L’initiative obtient des résultats excellents tant en termes de quantité que de pureté du matériel collecté. Un autre élément intervient en faveur de l’essor du projet Cartesio : la création, au cours de ces mêmes années, du Comieco (Consorzio Nazionale Recupero e Riciclo degli Imballaggi a base Cellulosica – Consortium national pour la récupération et le recyclage des emballages à base de cellulose), qui regroupe les producteurs et les transformateurs de papier et de carton afin d’en garantir la collecte, le recyclage et la récupération (art. 223, DL 152/200610). Le consortium propose à la municipalité de Turin de soutenir la collecte sélective du papier et de lancer simultanément une campagne de communication sur le projet. C’est donc un ensemble d’acteurs locaux, profondément enracinés dans le tissu associatif turinois, comme l’association Legambiente et la coopérative sociale Arcobaleno, avec l’appui du service à l’Environnement de la commune et d’acteurs nationaux, tel que le consortium Comieco, qui convaincront la municipalité d’initier, en juillet 1995, un appel d’offres triennal pour la collecte sélective du papier. Le président de la coopérative nous explique : « Turin a donc été la première ville italienne à adopter le système en porte-à-porte et peut-être même la seule grande ville à avoir un système aussi quadrillé. »

27Au fil des ans, la coopérative s’agrandit et commence à diversifier ses activités en maintenant comme prérogatives l’intégration sociale et l’innovation dans le domaine des pratiques environnementales. En 2001, Arcobaleno engage le recyclage des déchets électroniques. L’activité est conduite en totale autonomie par AMIAT, qui lance une campagne de communication du service destinée aux habitants de la ville. Il s’agit, une fois encore, d’une initiative jamais tentée à Turin. En 2005, AMIAT crée un service à domicile de collecte, de transport et de tri des déchets urbains encombrants (meubles, appareils électroménagers, etc.) provenant d’établissements et de lieux publics ou d’habitations situés sur le territoire de la ville, sur adjudication d’un marché public. En mai 2008, l’activité de conception et d’installation de systèmes photovoltaïques est démarrée ; celle-ci est actuellement reconvertie en activité de conception et d’installations thermo-hydrauliques (chaudières, panneaux solaires thermiques, etc.). L’année 2009 est celle de la création de la société Transistor STL, spécialisée dans la collecte et le traitement des DEEE (déchets et équipements électriques et électroniques). Le site consacré au traitement des DEEE non dangereux est actuellement l’un des cinq plus grands d’Italie : c’est là que sont traitées environ 350 tonnes de matériel par jour. Parmi les initiatives introduites récemment, il y a également la promotion d’un service innovant d’« auto-désamiantage » des déchets. Ce service comprend la fourniture à l’utilisateur d’un kit d’« auto-désamiantage », le transport et l’élimination de l’amiante conformément à la loi. Le chiffre d’affaires de la coopérative augmente jusqu’à dépasser 16 millions d’euros par an. La quantité de papier collecté augmente elle aussi et s’élève aujourd’hui à environ 51 tonnes par an.

L’expérience de Triciclo

  • 11 La CISV (Comunità Impegno Servizio Volontariato) est une association à but non lucratif, laïque et (...)

28Triciclo, créé en 1996, est un « centre pilote pour la réutilisation, le recyclage et l’éducation environnementale ». La conception du centre Triciclo et son activité appartiennent à l’ONG CISV11 et bénéficient de l’importante contribution et du patronage du service à l’Environnement de la province de Turin et de la municipalité de Grugliasco (située dans la première ceinture de la communauté urbaine de Turin). Les activités de Triciclo sont actuellement exercées par une association et par une coopérative sociale. La première est plus axée sur les activités éducatives, tandis que la seconde travaille sur l’aspect opérationnel qui s’est progressivement élargi au fil du temps.

  • 12 En Italie, il s’agit de centres de récupération, de tri et de recyclage qui associent à la fois le (...)

29Triciclo, comme d’autres expériences européennes analogues – Helsinki, Brême, Hanovre pour citer les écocentres12 dont il s’inspire –, fonde son activité sur l’objectif de répondre de manière simple et immédiate à l’exigence de réduire la production de déchets en stimulant la réutilisation et le recyclage. Le second objectif réside dans une consommation plus responsable, durable du point de vue environnemental et du point de vue social, notamment en établissant un lien entre la surconsommation des sociétés les plus riches et le sous-développement des régions « du Sud du monde ». L’aspect social de Triciclo revêt une grande importance. En effet, la coopérative a été créée également dans le but de permettre la réinsertion professionnelle de personnes vivant dans des conditions défavorisées et qui, en raison de leur parcours social ou familial problématique, sont marginalisées et ne trouvent pas leur place sur le marché du travail.

30Triciclo offre à tous les Turinois un service professionnel pour vider les appartements, les caves, les greniers, les entrepôts ou autres locaux et gère le « centre pilote » spécialisé dans la réutilisation, le recyclage et l’éducation environnementale. Le centre est aussi le siège de la brocante qui expose des objets provenant de l’activité de vide-greniers gérée par la coopérative (figure 2).

31Une fois collecté, le matériel est donc trié de deux façons : une partie, celle inutilisable pour la coopérative, est divisée en fonction du type de déchet (bois, fer, papier, encombrants) et transférée à l’activité de recyclage après avoir été remise à des centres spécialisés. L’autre partie, habituellement la plus importante, se compose d’objets qui, après avoir été nettoyés, réparés ou remontés (s’il s’agit de meubles), sont regroupés dans les zones d’exposition et revendus à la brocante pour éviter ainsi qu’ils ne finissent à la décharge.

32Il s’agit d’une brocante fréquentée par une clientèle hétérogène qui va du collectionneur au jeune couple qui s’installe, du commerçant aux immigrants non européens, du lecteur passionné à l’écologiste qui soutient une culture contre la société du jetable en faveur de celle qui, à l’inverse, privilégie la réutilisation des objets qui nous entourent.

Figure 2. Triciclo : le marché d’occasion à l’écocentre de la rue Arbe à Turin.
[Cliché : F. Cellai, 2012.]

33Au fur et à mesure, les activités exercées par le centre Triciclo se sont étendues dans le domaine de la collecte des déchets encombrants à Turin et dans quelques-unes des municipalités périurbaines – Collegno et Grugliasco – ainsi que dans la gestion de différentes stations écologiques, appelées aussi écocentres, îlots écologiques ou déchetteries – Collegno, Rivoli et Turin – où travaillent 25 personnes.

34Même si, pour son activité, Triciclo a géré et gère encore aujourd’hui des écocentres « traditionnels » (Collegno et Rivoli), la coopérative a cherché, au fil du temps, à innover en s’inspirant d’autres expériences européennes et notamment celles des écocentres d’Allemagne et de Finlande. Le modèle traditionnel de station écologique, déjà implanté en Italie, est conçu comme une installation de stockage et de traitement des déchets non triés où le citoyen peut apporter des déchets particuliers comme des objets « encombrants », des déchets spéciaux, toxiques et nocifs (huiles usagées, peintures, etc.), le bois, les appareils électroménagers, le métal, etc. La conception de ces stations est généralement organisée sur le plan fonctionnel par des espaces d’arrivée, de chargement et de déchargement des véhicules de l’entreprise ou de collecte des déchets ; du point de vue territorial, elles se trouvent souvent dans des zones périphériques et facilement accessibles. Il s’agit donc d’espaces relativement banalisés, anonymes et peu accueillants où les usagers peuvent difficilement percevoir les possibilités réelles de recyclage et de réutilisation.

35À l’inverse, le modèle d’écocentres proposé par Triciclo est conçu pour représenter un point de rencontre pour les habitants, un lieu où le déchet se transforme en ressource, associant activité de maintenance, de réutilisation et de recyclage d’objets à des fonctions d’information et d’éducation environnementale.

36Partant de ce modèle d’écocentre, prévu dès la création de Triciclo, et en l’enrichissant de nouveaux contenus grâce à la collaboration de la coopérative Arcobaleno et de Legambiente Torino, en 2000, une étude est alors lancée par les trois partenaires pour le compte de la municipalité de Turin. Le résultat est la réalisation, sur le territoire turinois, d’un écocentre très proche de ce qui est considéré par les partenaires comme modèle idéal. À savoir un modèle fondé sur une conception du déchet comme ressource, valorisable en termes économiques et sociaux, et visant à promouvoir la responsabilisation et l’implication des habitants dans la gestion des déchets.

37Grâce au financement du ministère de l’Environnement, l’écocentre de Via Arbe est créé, dont la conception des espaces et des laboratoires est confiée à Triciclo. Par la suite, Triciclo s’est aussi impliqué dans l’écocentre en prenant en charge l’organisation et la gestion de la partie éducative, du tri des objets réutilisables ou recyclables, des laboratoires et de la brocante. La gestion des transports et de la manutention des déchets triés est, quant à elle, effectuée directement par AMIAT.

Figure 3. Triciclo : atelier de réparation de l’écocentre de la rue Arbe à Turin.
[Cliché : F. Cellai, 2012.]

38Dans cette optique, le centre entend transformer l’image commune liée aux centres de traitement des déchets en les transformant en lieux vivants et dynamiques. Chaque mois, dans l’écocentre, environ 600 kg d’objets, prêts à être de nouveau commercialisés, sont récupérés pour un total d’environ 8 540 kg de biens envoyés pour la réutilisation (chiffres en 2009). Chaque semaine, plus de 100 clients achètent des produits d’occasion et récupérés.

L’EXEMPLE DE LA VILLE D’OUIDAH, AU BÉNIN

Ouidah : urbanisation, pauvreté et décentralisation administrative

39Située à 45 km à l’est de Cotonou, dans le département de l’Atlantique, Ouidah s’étend sur une superficie de 364 km2 et compte une population totale de 76 555 habitants, majoritairement jeune (Afrique Conseil, 2006). Selon une étude de l’INSAE (2008), la population actuelle du département continuera de croître dans les années à venir : une croissance estimée à 144 % entre 2002 et2039 et qui a induit une très forte urbanisation. Un tel processus nécessite la mise en œuvre de politiques urbaines pour répondre aux besoins d’une population toujours en augmentation.

40Ceci renvoie aussi aux conditions de vie de la population : le Bénin se trouve à la 167e position sur 187 dans le classement de l’UNDP en termes de développement humain et la ville d’Ouidah présente des données plutôt dramatiques : si l’on considère l’indicateur de la pauvreté humaine adopté par l’INSAE, en 2011, 54,03 % de la population d’Ouidah se trouvait en dessous du seuil de pauvreté, un pourcentage bien supérieur à la moyenne du département (39,01 %).

  • 13 Trois programmes d’ajustement structurel ont été mis en œuvre : 1989-1991, 1992-1994 et 1995-1997.
  • 14 Pour ce qui concerne la gestion des déchets en particulier, les municipalités sont responsables d’ (...)

41Ce contexte de vulnérabilité nécessite la mise en place de politiques urbaines qui doivent également faire face aux difficultés croissantes enregistrées par les municipalités en termes de services publics. En effet, le processus de décentralisation administrative, engagé à partir des années 1990 suite aux programmes d’ajustement structurel du FMI adoptés pour réduire la dette publique13, a impliqué l’augmentation des charges des communes alors même qu’elles faisaient face à un manque de ressources financières octroyées par l’État. À partir de 1997, le maillage administratif du pays a été entièrement réformé sur la base d’une structure hiérarchisée en départements, municipalités, arrondissements, villages ou quartiers de ville (loi 97-028 portant sur l’organisation de l’administration territoriale de la République du Bénin). En conséquence, les charges incombant aux différents niveaux de ce maillage territorial ont également été reformées. Les municipalités sont ainsi devenues responsables de l’administration du territoire, par le biais de programmes économiques, sociaux, sanitaires, culturels et scientifiques ainsi qu’environnementaux ; de toute évidence, il s’agit de domaines très larges qui touchent tous les aspects de vie d’un territoire14. La même loi stipule que, dans le but d’assurer son autonomie financière et la réalisation des objectifs de développement de la ville, la commune dispose de son propre budget financier. Toutefois, comme dans d’autres villes, la superposition de toutes ces tâches a laissé la ville d’Ouidah dépourvue de fonds pour répondre à ses nouvelles charges (Thuy, 1998).

  • 15 GATOM : Groupe d’assainissement et de traitement des ordures ménagères. IRADM : Initiative pour la (...)

42En bref, la croissance de la population, l’urbanisation et le processus de décentralisation administrative ont contribué à la dégradation de la ville, en particulier en termes de conditions d’hygiène, sanitaires et d’environnement. Face à cette situation, la gestion durable des déchets a constitué une priorité pour la ville d’Ouidah et c’est dans ce contexte que plusieurs acteurs de la société civile ont joué un rôle actif dans leur communauté, en concentrant leurs efforts sur la promotion des services à la population, contribuant ainsi à l’amélioration du niveau de vie et de la santé des habitants. Grâce à l’appui de l’organisation non gouvernementale CISV, entre le début de l’année 2000 et 2011, quatre associations locales – Action Plus, GATOM, IRADM et AYWOU15 – ont pris officiellement en charge la gestion des déchets à Ouidah, en constituant le consortium USIRTO (Union des structures intervenant dans le ramassage et le traitement des ordures).

USIRTO et la filière des déchets dans la ville d’Ouidah

43À Ouidah, la gestion des déchets s’est progressivement constituée en véritable filière : en effet, partie d’une activité de collecte en porte-à-porte des déchets destinés à la décharge finale, elle s’est petit à petit structurée et développée en plusieurs étapes (figure 4).

44Dans un premier temps, les déchets sont ramassés et enlevés dans les lieux de production (habitations, bureaux, écoles, rues et autres sites publics) au moyen de charrettes métalliques traînées par les charretiers des quatre associations locales qui se partagent la collecte en fonction du plan de zonage des dix arrondissements de la ville, en accord avec le consortium USIRTO et la municipalité d’Ouidah. Chaque association est autonome dans l’arrondissement relevant de sa compétence et emploie son propre personnel. La collecte est destinée aux habitants ou aux organismes abonnés au service, ces derniers payant selon leur taille (tarif minimum : 500 F CFA ; tarif moyen mensuel : 1 000 F CFA, environ 1,52 €).

45Ensuite, les déchets sont amenés aux trois points de regroupement de la ville et gérés par USIRTO. Là, les employés d’USIRTO, munis de gants et de masques, trient manuellement les déchets. Ils en extraient la matière organique, destinée à la valorisation par la production de compost utilisé par le maraîchers dans leurs activités agricoles ; ils trient les déchets réutilisables ou recyclables (plastique, aluminium, carrosseries de voitures, pneus, etc.), vendus ensuite aux artisans récupérateurs de la ville. Les déchets solides non recyclables sont acheminés vers la décharge d’Ouessé.

Sources : Enquêtes de terrain des auteurs.
Schéma E. Dansero et al., repris par F. Troin • CITERES 2014
Figure 4. La filière des déchets à Ouidah.

  • 16 Les déchets d’Ouidah sont composés de matière organique (47 %), de sable/débris (37,87 %), de plas (...)

46Aujourd’hui, l’attention se porte sur la matière organique, laquelle constitue environ 47 % des déchets de la ville16. Par conséquent, la première destination de la valorisation des déchets a été identifiée justement dans le compostage, activité réalisée dans la ferme d’AYWOU et, surtout, dans celle d’Action Plus. Ici, les ouvriers d’Action Plus tamisent la composante organique des déchets dans le but d’enlever le sable résiduel et les autres débris, puis la complètent avec des excréments d’animaux (essentiellement crottes de lapins et fientes de poulets) ainsi qu’avec de la matière organique complémentaire (fruits, légumes, etc.), produites dans la ferme même, afin d’améliorer la qualité du compost. In fine, ce mélange est déposé dans des cuves de sept m3 où il fermente pendant quatre mois, à la suite de quoi il peut être utilisé comme compost pour le maraîchage ou destiné à la vente.

47On peut donc constater que, grâce aux interventions réalisées par la CISV, la gestion des déchets dans la ville d’Ouidah est aujourd’hui organisée en filières. La récupération, la réutilisation, le recyclage, mais aussi la valorisation sont des éléments essentiels du cycle des déchets, intégrés par les acteurs engagés mais aussi par la population. L’organisation de journées de sensibilisation et de formation dans le domaine de l’assainissement par CISV et USIRTO ont aussi activement participé à ce processus de prise de conscience.

48L’expérience d’Ouidah représente un exemple de gestion des services urbains qui implique la participation de multiples acteurs (figure 5). D’une part, le consortium USIRTO représente l’acteur central de la filière, entièrement engagé dans la gestion des déchets, avec le but d’améliorer le niveau de vie de la population d’Ouidah grâce à une gestion du service adéquate et efficace, tout en favorisant la participation active de la population. D’autre part, un rôle indispensable est joué par les quatre associations locales, qui intègrent aussi le consortium : au-delà de leur participation à la gestion des déchets, elles sont engagées dans d’autres activités qui visent à améliorer les conditions de vie de la population, en particulier, par des initiatives dans les domaines sanitaire, de l’enseignement et de l’environnement.

49En ce qui concerne cette dimension environnementale, USIRTO et CISV ont organisé entre 2010 et 2011, dans la ferme d’Action Plus, des cycles de formation dans le domaine de l’entreprenariat agricole et du compostage adressés à 33 jeunes en situation précaire. Ces cycles étaient destinés à favoriser la capitalisation des connaissances et compétences quant à la valorisation des déchets et à la revalorisation des activités agricoles, d’autant que la région d’Ouidah possède des terrains très favorables à l’agriculture. Ces activités ont eu pour but de relancer l’emploi des jeunes et de tenter de limiter leur forte émigration vers la ville de Cotonou, beaucoup plus développée économiquement.

Sources : Enquêtes de terrain des auteurs.
Schéma E. Dansero et al., repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 5. Les acteurs locaux et internationaux engagés dans les projets.

50Enfin, un autre acteur clé de la filière est aujourd’hui la municipalité d’Ouidah qui, à partir de 2004, a commencé à s’intéresser aux enjeux environnementaux tout en essayant de faire face aux tâches qui lui sont attribuées par la loi nationale en matière de déchets et de salubrité urbaine. Depuis 2008, la municipalité a reconnu officiellement USIRTO comme partenaire privilégié dans la gestion du service. Sur la base d’une « convention pour l’exploitation des points de regroupement et la collecte des déchets solides ménagers de la ville d’Ouidah », signée en 2008 et revue chaque année, la municipalité a pour obligation d’assurer à USIRTO un soutien économique en fonction de ses ressources financières et de veiller à ce que les engagements du consortium soient tenus en contrôlant régulièrement l’état des travaux et les performances d’USIRTO.

51Les artisans récupérateurs de la ville constituent aussi d’autres acteurs de la filière des déchets, car ils récupèrent verre, plastique et divers matériaux aux points de récupération pour fabriquer de nouveaux outils. Ce faisant, ils contribuent à « compléter » le cycle des déchets de façon productive. Il s’agit notamment de ferblantiers qui fabriquent des plats destinés aux fours en récupérant des canettes, de chaudronniers qui produisent des casseroles à partir de l’aluminium, de forgerons qui confectionnent des outils de travail en utilisant des carrosseries de voitures, de cordonniers qui créent des sandales à partir de pneus, ou encore de l’association de femmes (Gohoto) qui récupère les bouteilles. De toute évidence, il s’agit d’activités qui ne peuvent pas être simplement considérées comme marginales, secondaires ou informelles, mais qui sont devenues de véritables sources de revenus pour une partie significative de la population d’Ouidah.

  • 17 Il s’agit du « Programme de sécurité alimentaire et lutte contre la pauvreté en Afrique Subsaharie (...)
  • 18 C’est par exemple le cas de la société GAIA engagée dans la gestion des déchets dans la province t (...)

52Tout au long de ce processus, l’ONG CISV a joué un rôle fondamental dans l’élaboration de la filière et non seulement en raison de la contribution financière liée aux projets de coopération décentralisée piémontaise17. En effet, progressivement, CISV a constitué une sorte de lien entre le territoire d’Ouidah et celui de Turin, en agissant comme intermédiaire pendant la réalisation des projets entre acteurs béninois et italiens. En ce qui concerne ces derniers, la région du Piémont a été bailleur des interventions de coopération décentralisée ; certaines entreprises turinoises, gérant des activités de recyclage des déchets et de production de compost dans la province italienne, ont participé à des expériences d’échange au cours du projet18 ; l’université de Turin est aussi engagée, depuis des années, dans plusieurs projets de recherche concernant le domaine de la gestion des déchets dans les pays en développement.

Figure 6. Journée de formation à destination des paysans d’Ouidah.
Organisée par Action Plus et USIRTO, cette journée informe les paysans des profits qu’ils peuvent tirer de l’utilisation du compost dans leurs activités agricoles et, en particulier, des modalités de sa production et utilisation.
[Cliché : R. Perna, 2012.]

53La mise en relation entre ces acteurs a permis de créer des réseaux durables, locaux et internationaux, qui ont favorisé un échange de connaissances et compétences sur la thématique des déchets entre des acteurs et des territoires qui sont extrêmement différents entre eux mais qui poursuivent le même but, celui d’une gouvernance des déchets.

CONCLUSION

54Les expériences de Cartesio et Triciclo à Turin et celui d’USIRTO à Ouidah ne représentent pas seulement des exemples significatifs de participation et d’implication de la société civile, mais aussi et surtout des pratiques territoriales innovantes qui ont permis de progresser plus aisément dans la gestion des déchets à l’échelle urbaine. Dans ces trois cas, au-delà des différences territoriales, il est évident que la société civile peut s’insérer dans les vides – ou les carences – de la gestion publique en introduisant de nouvelles formes de dénomination, de structuration et de réification en anticipant une reterritorialisation de la « question des déchets » qui peut, dans un deuxième temps, être perçue et intégrée par les politiques publiques.

55Sur le plan de la dénomination, à Turin, l’action de la coopérative Arcobaleno s’avère fondamentale dans l’élaboration d’un « progrès culturel » qui détermine le passage de la conception du déchet comme « rebut » à sa perception comme ressource à valoriser pour accroître le capital territorial et produire de nouvelles ressources. De même, dans l’exemple d’Ouidah, on constate un changement radical en termes d’attribution de sens aux déchets : ceux-ci ne sont plus perçus en termes de « problèmes » mais de ressources économique, environnementale et sociale.

56Sur le plan de la structuration, le rôle d’« anticipation » d’Arcobaleno à Turin s’avère important à plusieurs niveaux : tout d’abord, dans l’introduction du système de collecte à domicile du papier, dans un contexte où la collecte sélective tend, certes, à s’ancrer, mais où elle est effectuée et organisée essentiellement au moyen d’un système impliquant l’utilisation de conteneurs sur la voirie ; ensuite, dans l’organisation du service de collecte des DEEE ; et, enfin, plus récemment, dans l’expérimentation du service d’auto-désamiantage.

57À Ouidah, la création du consortium USIRTO et d’une filière des déchets intégrant un grand nombre d’acteurs très divers a restructuré la question des déchets : il s’agit du passage d’une approche techniciste et centralisée à des formes de gouvernance locale des déchets, où l’on expérimente des objectifs d’efficacité économique, de protection et de promotion environnementale ainsi que l’empowerment des capacités locales via la participation pleine et entière des protagonistes engagés.

58Ici, il faut souligner le rôle fondamental de l’ONG CISV comme moteur de ce processus de transformation de gestion des déchets, mais aussi du territoire. En effet, CISV est un acteur central dans ces processus de nouvelle territorialisation tant dans le cas de Turin, où l’ONG a promu et soutenu la création de Triciclo, que dans celui d’Ouidah où, pendant des années, CISV a collaboré à la structuration de la filière des déchets à travers des projets de coopération décentralisée.

59Enfin, sur le plan de la réification, la création et la gestion à Turin d’une plate-forme pour le recyclage des déchets électroniques montre et anticipe, dans une certaine mesure, le passage d’un système d’élimination des déchets à la mise au point de systèmes évolués intégrant des solutions multiples à travers l’implication d’un large éventail d’acteurs.

60L’exemple de Triciclo permet également d’expliciter la territorialisation de façon tout aussi significative : sur le plan de la réification, l’écocentre ne représente pas un simple espace où apporter les déchets – que l’on cherche normalement à rendre les plus invisibles possible –, mais il devient un lieu vivant, ouvert sur la ville et impliqué dans différentes filières liées à l’élimination et à la récupération des déchets. Les dimensions fonctionnelles (tri des déchets) et sociales (éducation et formation en matière d’environnement) ou encore l’accessibilité (apport de la part de la population, organisation des marchés du recyclage) sont essentielles.

61Dans l’expérience d’Ouidah, la création des trois points de regroupement pour le tri des déchets, la construction de la décharge d’Ouessé et la réalisation des sites de valorisation de la composante organique, dans les fermes d’Action Plus et d’AYWOU, constituent sans aucun doute la dimension réifiante des déchets à Ouidah.

62Dans ces exemples, c’est l’enracinement social et territorial des acteurs promoteurs des projets et leur capacité à développer des réseaux de relations avec des acteurs publics et privés, mais aussi avec la population, qui représentent la clé de la réussite. Tant dans la phase de lancement que, surtout, dans la phase suivante d’expansion, c’est la capacité des acteurs présents sur le territoire à s’ouvrir et à interpréter les demandes en termes de gestion des déchets qui détermine la valeur ajoutée que les projets ont su offrir à la ville.

63Malgré ce rôle de promoteur de l’innovation territoriale, ces expériences comportent aussi des éléments critiques et controversés qu’il n’est pas possible d’approfondir ici, mais qui pourraient représenter des pistes de recherche fertiles sur le thème des relations entre État et société civile dans la gestion des déchets et au-delà. Les expériences et les projets présentés évoluent tant en raison de leurs transformations internes qu’en raison des contextes dans lesquels ils s’inscrivent – notamment, dans le cas turinois, avec la privatisation récente d’AMIAT, la société de collecte et élimination des déchets. Dans tous les cas apparaissent les tensions, les ambiguïtés mais aussi les potentialités du rapport public-privé avec des formes de cogestion.

64Ainsi, en ce qui concerne le cas turinois, le remplacement du service public par le secteur de l’économie solidaire peut être interprété comme un exemple d’anticipation et d’activités qui ne seraient pas accomplies avec la même motivation. Cependant, cette situation peut être également perçue comme un exemple négatif d’outsourcing, où le secteur public délègue et préfère l’externalisation pour des raisons de commodité économique : les fonctions publiques sont alors accomplies par des coopératives sociales recourant à des formes de travail bénévole, sous-payé ou précaire. Ces activités qui intègrent des services de collecte, d’élimination, de récupération et, en même temps, de sensibilisation et d’éducation environnementales restent des initiatives avec une faible valeur ajoutée du point de vue économique et demeurent donc fragiles ; elles se trouvent sous la menace permanente de leur fermeture.

65Un risque similaire peut être identifié à Ouidah où les projets de CISV arrivent à terme, mais où, surtout, l’absence d’un solide appui financier de la part de la municipalité au consortium et aux associations locales constitue une source très importante de fragilité et d’incertitude pour la poursuite à terme de la filière.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bignante Elisa, Magrin Géraud, 2007, « Déchets et développement local », Les cahiers de Girardel, no 4.

Bignante Elisa, Bouc Katia, Guida Simona (éd.), 2005, Rifiuti urbani e sviluppo locale. Itinerari di cooperazione decentrata tra Piemonte e Sahel, Turin, Rapport du CISV.

Bignante Elisa, Chiusano Germana, Dansero Egidio, 2007, « Associazionismo urbano e gestione dei rifiuti in Senegal : pratiche di co-produzione di servizi pubblici e cooperazione allo sviluppo », dans Bini V., Vitale Ney M. (éd.), Tradizioni e modernità in Africa, Milano, Franco Angeli, p. 123-139.

Bignante Elisa, Dansero Egidio, Gioda Piera, 2005, « Coopération décentralisée, gestion des déchets urbains et développement local : le projet “Des déchets à ressources” entre le Sénégal, le Burkina Faso et la région Piémont », Actes du 3e colloque inter-universitaire Turin-Sahel. Décentralisation, organisations, endogènes ressources environnementales, technologies appropriées, Bamako, Jamana, p. 383-396.

Bignante Elisa, Dansero Egidio, Scarpocchi Cristina, 2011, Geografia e cooperazione allo sviluppo, Milano, Franco Angeli.

Bobbio Luigi, 2002, « Come smaltire i rifiuti. Un esperimento di democrazia deliberativa », Stato e Mercato, no 64, p. 101-141.

Capo-Chichi Yénakpondji, 2006, Monographie de la commune d’Ouidah. Mission de décentralisation, Programme d’appui au démarrage des communes, Afrique Conseil, République du Bénin, p. 44.

Dansero Egidio, Mela Alfredo, 2007, « La territorialisation olympique : le cas des Jeux de Turin 2006 », Revue de géographie alpine, no 95-3, p. 5-26.

Dansero Egidio, Puttilli Matteo, 2010, « Mega-Events Tourism Legacies. The Case of the Torino 2006 Winter Olympic Gasmes: A Territorialisation Approach », Leisure Studies, no 29, p. 321-341.

Dansero Egidio, Scarpocchi Cristina, 2008, « Voci di corridoio, sensi del luogo: riflessioni per un approccio geografico a partire dal contestato progetto del nuovo collegamento ferroviario tra Torino e Lione », Bollettino della Società Geografica Italiana, no 1, p. 589-617.

Davico Luca, Staricco Luca, Crivello Silvia, Mela Sara, 2012, Potenziali di energia. Tredicesimo rapporto « Giorgio Rota » su Torino, Torino, Comitato Giorgio Rota.

Dematteis Giuseppe, Governa Francesca, 2005, Territorialità, sviluppo locale, sostenibilità: il modello SLoT, Milano, Franco Angeli.

Faggi Pierpaolo, Turco Angelo, 1999, Conflitti ambientali, genesi, sviluppo, gestione, Milano, Unicopli.

INSAE, 2008, Projections départementales 2002-2030, Bénin, Rapport du ministère chargé de la Prospective, du Développement et de l’Évaluation de l’Action publique et de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique.

Magnaghi Alberto, 1994, Il territorio dell’abitare. Lo sviluppo locale come alternativa strategica, Milano, Franco Angeli.

Magnaghi Alberto, 2006, The Urban Village: A Charter for Democracy and Local Self-Sustainable Development, London/New York, ZED Books.

Raffestin Claude, 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

Swyngedouw Erik, 1997, « Neither Global nor Local: “Glocalisation” and the Politics of Scale », dans Cox K. (éd.), Spaces of Globalization, New York, Guilford, p. 137-166.

Thuy Ta Thu, 1998, « Pour une gestion efficiente des déchets dans les villes africaines, les mutations à conduire », Les cahiers PDM (partenariat pour le développement municipal), p. 59.

Turco Angelo, 1988, Verso una teoria geografica della complessità, Milano, Unicopli.

Turco Angelo, 2008, Governance, culture, sviluppo. Cooperazione ambientale in Africa occidentale, Milano, Franco Angeli.

Notes

1 Même si ce texte est le fruit d’une réflexion commune, les première et deuxième parties doivent être attribuées à Matteo Puttilli, la troisième à Sara Mela, la quatrième à Roberta Perna et les conclusions à Egidio Dansero. Les auteurs ont été fortement impliqués dans les études de cas présentées. Tout particulièrement, Egidio Dansero a participé à la fondation de l’association Triciclo en 1996 comme membre de l’ONG CISV, en a été le président et ensuite conseiller pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il est membre des deux associations. Il a en outre coordonné plusieurs recherches, thèses et masters sur des projets de coopération dans le domaine de la gestion participative des déchets urbains notamment au Sénégal, au Burkina Faso et au Bénin. Roberta Perna a réalisé, dans le cadre de son master, une recherche de terrain sur l’expérience d’Ouidah. Au-delà des techniques et outils de recherche utilisés (collecte et analyse de la documentation, entretiens avec les acteurs clés et questionnaires dans le cas béninois) et du cadre théorique de la territorialisation, les études de cas proposées s’inscrivent dans une démarche de recherche-action.

2 Parmi d’autres références, le lecteur pourra se reporter aux travaux de C. Raffestin (1980), A. Turco (1988) ou A. Magnaghi (2006).

3 D’autres domaines pour lesquels l’approche par la territorialisation est adoptée pour interpréter les processus territoriaux peuvent être évoqués ici. Par exemple, les rapports entre grands événements et territoire (Dansero, Puttilli, 2010 ; Dansero, Mela, 2007), les conflits territoriaux et les politiques de gestion de déchets (Faggi, Turco, 1999), l’analyse des projets de coopération internationale en Afrique sub-saharienne (Turco, 2008 ; Bignante et al., 2011) ou, enfin, les conflits territoriaux et les grands projets d’infrastructure (Dansero, Scarpocchi, 2008).

4 Il s’agit notamment du projet de coopération décentralisée Da rifiuto a risorsa (Du déchet à la ressource) auquel les villes de Turin et de Chieri ont participé en partenariat avec les villes de Louga et de Mbour et le quartier Parcelles assainies (Dakar) au Sénégal ; et les villes d’Ouagadougou, Tenkodogo et Nanorò au Burkina Faso ; ainsi que les ONG piémontaises CISV, LVIA et MAIS, la Regione Piemonte et différents collèges et lycées des trois pays. L’université de Turin a impliqué les universités de Saint-Louis et d’Ouagadougou (Bignante et al., 2005a ; Bignante et al., 2005b ; Bignante et al., 2007 ; Bignante, Magrin, 2007).

5 Précisons que les situations exposées ici n’ont pas pour but de présenter une typologie exhaustive des rapports entre État et société civile : plus simplement, elles fournissent quelques exemples jugés particulièrement intéressants et représentatifs, inspirés d’expériences de recherche dans lesquelles les auteurs ont été impliqués.

6 De plus, ce processus reflète l’intérêt croissant, dérivant de ce qui s’annonce comme un business des déchets, en mesure de garantir des rendements élevés pour les organismes et les sociétés impliqués dans la gestion des installations d’élimination comme les décharges et les incinérateurs.

7 Le cas de la ville de Turin est approfondi dans un projet de recherche international plus vaste dénommé DESCRI (Décider en situation de crise : gestion des déchets, conflits et concertations) associant des équipes de recherche des universités de Tours, Turin et Mexico [réponse APR du programme CDE (Concertation, décision environnement), ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire et ADEME/2009-2012]. Ce projet avait pour objectif l’analyse de cas d’étude internationaux sur le thème des conflits associés aux déchets à l’aide d’une grille d’interprétation commune articulant les dimensions territoriales, temporelles et juridiques dans l’évolution des processus décisionnels.

8 Parmi les villes italiennes, Turin occupe en effet la deuxième place pour le tri sélectif du papier et des déchets biologiques, en termes de kilo par personne, la troisième place pour le plastique et la quatrième pour le verre (Davico et al., 2012).

9 Cette situation a changé à la fin de l’année 2012. En effet, un processus de privatisation est en cours pour donner en concession via appel d’offre public 49,9 % d’AMIAT à une société privée détenue par des sociétés publiques privatisées à leur tour.

10 En Italie, le recyclage des emballages s’organise à partir d’un système formé de six consortiums en fonction des filières suivantes : papier et carton, plastique, verre, bois, aluminium et acier ; l’ensemble est coordonné par le CONAI (Consorzio Nazionale Imballaggi). Ces consortiums doivent garantir la réalisation des objectifs de récupération et de recyclage prévus par la réglementation nationale et, à cette fin, ils signent des conventions avec les communes pour que les matériaux collectés soient déjà triés avant leur transfert pour le recyclage. De cette manière, les communes ont droit à une rétribution économique pour le matériel collecté. Les moyens financiers pour le fonctionnement du CONAI dérivent de la contribution environnementale, versée par les six consortiums et introduite par le décret législatif italien 152/2006, en application du principe « pollueur-payeur » et de la « responsabilité partagée ». « Les producteurs et les utilisateurs des emballages sont responsables de la gestion environnementale correcte et efficace des emballages et des déchets d’emballage générés par la consommation de leurs produits, proportionnellement à la quantité, au poids et au type d’emballage introduits sur le marché national […]. » (art. 221 et 224, DL italien 152/2006)

11 La CISV (Comunità Impegno Servizio Volontariato) est une association à but non lucratif, laïque et indépendante, créée en 1961 et engagée dans la lutte contre la pauvreté et en faveur des droits de l’homme. En tant qu’organisation non gouvernementale, elle réalise des projets de coopération internationale ayant pour objectif de favoriser l’auto-développement des communautés locales comme soutien aux organisations paysannes et à la société civile. Elle est reconnue par le ministère italien des Affaires étrangères et par l’Union européenne. Le choix de la part de la CISV de promouvoir et de soutenir la création de Triciclo s’inscrit dans la tentative de consolider l’engagement dans la lutte contre le surdéveloppement mondial, nuisible au Sud comme au Nord, en unissant les trois « R » : réduisez, réutilisez, recyclez. Au fil du temps, même si persistent des liens étroits et des personnes impliquées dans les deux projets, Triciclo est devenue complètement autonome par rapport à la CISV.

12 En Italie, il s’agit de centres de récupération, de tri et de recyclage qui associent à la fois les fonctions de la déchetterie et de la ressourcerie.

13 Trois programmes d’ajustement structurel ont été mis en œuvre : 1989-1991, 1992-1994 et 1995-1997.

14 Pour ce qui concerne la gestion des déchets en particulier, les municipalités sont responsables d’assurer la fourniture et la distribution de l’eau potable, la collecte et la gestion des déchets solides ménagers et industriels, la collecte et le traitement des déchets liquides, la gestion de la réseau d’eau pour l’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales, et toutes les autres tâches pour assurer l’assainissement et la salubrité de la ville (loi 97-029 du 15 janvier 1999, art. 3).

15 GATOM : Groupe d’assainissement et de traitement des ordures ménagères. IRADM : Initiative pour la recherche et les actions du développement mondial. AYWOU : mot en langue fon, qui signifie « agir avec conscience ».

16 Les déchets d’Ouidah sont composés de matière organique (47 %), de sable/débris (37,87 %), de plastique (5,47 %), de papier (3,33 %), de piles (3,11 %), de métaux (2,58 %), de verre (0,54 %) et de tissus (0,11 %).

17 Il s’agit du « Programme de sécurité alimentaire et lutte contre la pauvreté en Afrique Subsaharienne » initié en 1997 et qui concerne le Burkina Faso, le Sénégal, le Mali, le Niger, le Cap-Vert, le Bénin, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire et l’Éthiopie. Ce programme est engagé dans plusieurs interventions d’appui au développement économique, rural et social, ainsi qu’à la protection environnementale, en collaboration avec les partenaires locaux et les structures administratives publiques.

18 C’est par exemple le cas de la société GAIA engagée dans la gestion des déchets dans la province turinoise. La société gère les déchets sur la base d’un système intégré, en conformité avec une conception moderne de réutilisation et valorisation des déchets et de protection de l’environnement.

Table des illustrations

Légende Calculs effectués par les auteurs à partir des données de la municipalité du Turin. Voir www.comune.torino.it Graphique E. Dansero et al., repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 1. Pourcentages de collecte sélective dans la municipalité de Turin, années 1995-2011.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Figure 2. Triciclo : le marché d’occasion à l’écocentre de la rue Arbe à Turin. [Cliché : F. Cellai, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Figure 3. Triciclo : atelier de réparation de l’écocentre de la rue Arbe à Turin. [Cliché : F. Cellai, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Sources : Enquêtes de terrain des auteurs. Schéma E. Dansero et al., repris par F. Troin • CITERES 2014Figure 4. La filière des déchets à Ouidah.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Sources : Enquêtes de terrain des auteurs. Schéma E. Dansero et al., repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 5. Les acteurs locaux et internationaux engagés dans les projets.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 6. Journée de formation à destination des paysans d’Ouidah. Organisée par Action Plus et USIRTO, cette journée informe les paysans des profits qu’ils peuvent tirer de l’utilisation du compost dans leurs activités agricoles et, en particulier, des modalités de sa production et utilisation. [Cliché : R. Perna, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

Auteurs

Professeur de géographie économique et politique à l’université de Turin. Il est rattaché au département cultures, politique et société, où il enseigne la géographie économique et les politiques territoriales. Ses principaux intérêts de recherche se situent dans le champ des politiques de l’environnement, du développement local durable, des conflits territoriaux et transformations de l’espace, de l’impact territorial des grands événements comme les Jeux olympiques, des politiques de valorisation de l’héritage industriel, de la coopération et des processus de co-développement dans le Sahel.

Sociologue et chercheure au Centre 4T (Think Tank Torino Territori). Elle a un doctorat en sociologie et méthodologie de la recherche en sciences sociales à l’université Catholique de Milan. Depuis 2007, elle réalise des recherches pour plusieurs centres d’étude, notamment pour le centre Einaudi et pour l’Institut des recherches économiques et sociales de la région du Piémont.

Roberta Perna a un master en développement économique et coopération internationale. Ses principaux intérêts se situent dans le champ de la coopération au développement et des politiques publiques locales, notamment la gestion des déchets.

Enseignant-chercheur au département des sciences économiques de l’université de Cagliari. Ses thématiques principales de recherche portent sur le développement local durable, la justice sociale et environnementale et l’éducation géographique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search