Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

Difficiles arrangements locaux autour d’un déchet devenu ressource. Le cas de la filière de recyclage du plastique à Nouakchott (Mauritanie)

Alice Tsitsikalis

Texte intégral

1Perçue comme le plus « municipal » des services, la gestion des déchets occasionne de lourdes charges régulières pour les communes des pays du Sud qui disposent de faibles ressources financières et humaines et peinent à assumer correctement cette tâche. Depuis quelques années, face à la prégnance des enjeux et à la montée parallèle des préoccupations environnementales, un regain d’intérêt a émergé pour les nombreuses filières de récupération, qualifiées d’informelles, de certains déchets spécifiques (aluminium, pneus, ferrailles…), impliquant divers collecteurs (enfants, charretiers, indépendants…), des grossistes, des artisans, des industriels. Ces filières – entendues comme chaînes d’acteurs dans la production de valeur ajoutée autour d’un produit – existent aujourd’hui dans les pays du Sud, organisées de façon plus ou moins spontanée.

  • 1 Une version abrégée de cet article a fait l’objet d’une communication au colloque intitulé Prévent (...)

2Elles semblent répondre d’une manière localement adaptée au défi des déchets ménagers. À première vue, elles combinent astucieusement les dimensions sociales (participation des populations, création d’emplois, etc.), économiques (rentabilité, création de valeur ajoutée et de revenus, diminution du coût des matières premières) et environnementales (économies de matière première, seconde vie des produits). Les politiques recherchent ainsi l’articulation des filières, leurs complémentarités. Ces filières peuvent-elles être, pour autant, des réponses adaptées et pertinentes aux défis sanitaires et environnementaux que pose la gestion des déchets dans les pays du Sud ? Si oui, à quelles conditions ? Cet article1 tente d’apporter quelques éclairages sur ces questions à travers l’expérience d’un projet de création, puis de consolidation d’une filière de recyclage de déchets plastique dans la capitale mauritanienne.

  • 2 Fondé en 1976, le GRET (www.gret.org) est une ONG française regroupant des professionnels du dével (...)
  • 3 La communauté urbaine de Nouakchott est composée de neuf communes. Les communes pilotes d’interven (...)

3À Nouakchott, en Mauritanie, deux ONG occidentales, le GRET (ONG française) et la LVIA (ONG italienne)2, s’appuyant sur des expériences déjà existantes dans la région (Thiès au Sénégal, Ouagadougou au Burkina Faso), ont mis en place un dispositif pilote de recyclage de déchets plastique expérimentant des modalités d’organisation et de gestion originales. Initialement inscrit sur le territoire de deux communes3 périphériques de la capitale mauritanienne (Dar Naim et Toujounine), puis étendu progressivement à l’ensemble des neuf communes composant la CUN (communauté urbaine de Nouakchott), ce dispositif éclaire en partie les difficultés rencontrées pour stabiliser un dispositif socio-technique et des arrangements autour d’un déchet devenu ressource. Il repose sur plusieurs leviers inspirés d’autres montages similaires : tout d’abord, un tri à la source et une collecte de proximité, voire une incitation financière pour les populations à recycler via l’achat de déchets auprès des ménages ; ensuite, une gouvernance « hybride » entre le privé et le public impliquant des coopératives féminines afin de maintenir des objectifs qualifiés de « sociaux » ; enfin, une vocation marchande et son corollaire, la recherche d’un équilibre économique à travers la vente des produits à des industriels locaux. À l’aide d’une grille de lecture de sociologie de la traduction (Akrich, 2006a, 2006b, 2006c), nous tenterons de comprendre le processus de transformation d’un déchet en une ressource, de caractériser ce processus d’innovation et d’analyser dans quelle mesure il réinterroge le paradigme de la gestion des déchets.

  • 4 Le projet s’intitule Zazou, qui signifie en dialecte local « sachet plastique ». La première phase (...)

4Nouakchott, capitale de la République islamique de Mauritanie, a été créée en 1958 sur un plateau dunaire à environ 5 km de l’océan Atlantique. L’habitat, sous l’effet d’un fort exode rural, s’est développé en étoile autour des axes de circulation de la ville, bien souvent sans aucune régularisation foncière. La ville, dont les infrastructures de base ont été prévues pour 50 000 habitants, en accueille aujourd’hui environ 1 million et en comptera près d’1,5 en 2015, si l’on se réfère aux prévisions de l’Office national des statistiques. Dans ce contexte d’urbanisation rapide sans planification, la gestion des déchets ménagers urbains représente une gageure. Afin de contribuer à l’assainissement de la ville, le projet mené par le GRET visait dans une première phase4, achevée en juin 2009, à créer une filière de tri, de collecte et de recyclage des déchets plastique valorisables. La seconde phase, de 2010 à 2013, visait à consolider le dispositif, à renforcer la structure naissante née dans la première phase – le GIE (groupement d’intérêt économique) Zazou – et à étendre la collecte sur toute la ville.

  • 5 Le centre de traitement technique a été mis en place en mars 2007 dans des locaux loués par le pro (...)

5L’ambition était d’impulser une dynamique de recyclage de déchets plastique en s’inspirant des filières marchandes dites informelles de déchets et en s’appuyant sur le marché local (quatre à cinq plasturgistes) dans l’objectif de contribuer à l’assainissement de la ville. En 2013, le dispositif mobilise plus d’une centaine de coopératives féminines, très nombreuses dans les quartiers. Elles collectent puis revendent les déchets plastique valorisables à un centre de recyclage5, situé à Dar Naim et construit en 2009, au tarif de 13 centimes d’euro le kilo. Ce centre, équipé de deux broyeurs et d’une machine de lavage, produit une matière première secondaire pour les plasturgistes locaux. Il est géré par une gestionnaire nommée par le conseil d’administration du GIE. En effet, en 2008, les 108 premières coopératives mobilisées se sont regroupées dans le GIE Zazou, structure aujourd’hui autonome institutionnellement, propriétaire des actifs du centre (134 000 ), vouée à devenir pérenne pour gérer les activités de recyclage. Entre 60 et 80 tonnes par an sont ainsi traitées par le centre (figure 2). En 2011, il a généré un chiffre d’affaires de 52 000  et, en 2012, de 35 000 , employant entre 10 et 15 personnes à temps plein. Subventionné à hauteur de 13 % des charges d’exploitation en 2012 (principalement le salaire de la gestionnaire), les rendements ne lui permettent pas encore d’être autonome financièrement.

Figure 1. Collecte dans les quartiers de Nouakchott.
[Cliché : F. Nimal, 2010.]

6Ce projet était novateur à plusieurs égards et reposait sur trois hypothèses tacites qu’il convenait de vérifier : il était possible de motiver les populations par un gain économique afin d’accroître les déchets triés et les volumes recyclés ; la filière de transformation pouvait s’autofinancer si l’on parvenait à créer une convergence entre débouchés et produits recyclés ; l’importance des risques serait diminuée si un grand nombre d’acteurs étaient mobilisés dans le dispositif. Ces hypothèses renvoyaient à un niveau d’analyse reposant quasi strictement sur des considérations technico-économiques et la question structurante était « Pourra-t-on rentabiliser l’activité de collecte et de transformation pour qu’elle soit durable ? » Si la question semble simple à un industriel qui y est confronté en permanence, elle l’est peut-être moins pour des acteurs qui se veulent « extérieurs » et qui ont pour ambition d’impulser des dynamiques endogènes sans se substituer aux « acteurs locaux ». L’expérimentation qu’a constitué le projet de recyclage des déchets plastique à Nouakchott éclaire cette difficulté de créer des arrangements « innovants » dans des dynamiques perpétuellement incertaines et déstabilisées dans des contextes d’urbanisation rapide et anarchique.

Source : Rapports de gestion du GIE Zazou, 2007 à 2012.
Graphique A. Tsitsikalis, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 2. L’activité du centre de retraitement technique.

DU DÉCHET À LA RESSOURCE : HISTOIRE D’UNE TRANSFORMATION

7Le bidon plastique en PEHD (polyéthylène haute densité), de volumes variés, est d’un usage commun en Mauritanie : il sert initialement de contenant d’huile, mais son usage est souvent détourné comme contenant pour le stockage et le transport de l’eau de consommation, comme unité de mesure pour les charretiers qui vendent l’eau ou comme jeu pour les enfants. Tant d’objets en plastique entourent les Mauritaniens que, lorsqu’ils deviennent des déchets, ils échouent et remplissent les dépôts sauvages, les rues et recoins de la ville. Or, dans d’autres pays voisins, le recyclage des objets en plastique est devenu habituel et ils peuvent servir de matière première secondaire pour les plasturgistes. Il suffirait donc de créer une façon d’associer cette offre de déchets avec la demande latente de ces produits qui ne manquerait pas d’apparaître si les conditions de qualité et d’un approvisionnement régulier étaient avérées. Il s’agirait encore de définir des modalités logistiques de collecte, de transport, un dispositif technique de transformation et une structure d’incitation telle que cette dernière permette de transformer un déchet sans valeur marchande – défini par son coût de nuisance – en ressource économique.

8Ainsi, le problème renouvelle les manières de penser la gestion des déchets d’au moins trois façons. D’abord, comme il ne s’agit plus d’un déchet mais d’un produit recyclable, l’enjeu réside dans l’opération de tri, c’est-à-dire d’extraction de ce qui est déchet. Cette extraction doit être réalisée au plus proche de la production de la future ressource car le déchet plastique, une fois au soleil, se détériore et perd de ses qualités intrinsèques utiles au plasturgiste (résistance, souplesse liée à l’agencement de certaines molécules, etc.). Ensuite, comme il s’agit d’une ressource, cela permet de générer un revenu pour les ménages dans une logique d’approvisionnement de filière productive et non plus d’évacuation. Enfin, d’autres acteurs – comme les coopératives de femmes, nombreuses dans les zones d’intervention –, estimés proches de la population et capables de la sensibiliser, peuvent être impliqués. Un des choix opéré a été de mobiliser plus d’une centaine de coopératives féminines dans les deux communes périphériques pilotes. Une coopérative féminine mauritanienne, telle que perçue par les agents des ONG, se caractérise par un collectif de personnes qui souvent pratique des activités individuelles de petit commerce (vente de couscous, couture de voiles, etc.) et se crée pour vendre les produits issus de leur travail. Les controverses portant sur l’opportunisme de ces collectifs, leur artificialité (Guérin, 2005), l’histoire de leur création ou leur instrumentalisation politique ont été évoquées, mais leur présence effective dans les quartiers a convaincu l’équipe des deux ONG de l’opportunité de les impliquer dans le dispositif. Leur nombre assurait une sorte de stabilité pour l’approvisionnement et un certain maillage du territoire. Elles remplissaient donc trois critères liés au problème posé : la proximité, la présence sur le terrain, une logique collective et économique intrinsèque à leur organisation en coopérative.

  • 6 La commune de Toujounine avait été dotée d’un site de transfert dans un précédent projet. Les site (...)

9La filière initiale d’évacuation du tout-venant par des charretiers vers un site de transfert et des camions bennes se trouvait alors remise en cause. La question du recyclage modifiait les assemblages existants et contribuait à « problématiser » différemment la gestion des déchets. Résultat de volontés convergentes à un moment donné (Olivier de Sardan, 1995), « produit, toujours contingent de jeux d’acteurs » (Lavigne Delville et al., 1998), la problématisation de ce projet pilote a associé plusieurs objectifs portés par des acteurs différents (ONG, bailleurs, communes). Tout d’abord, il s’agissait de l’assainissement des quartiers précaires de deux communes périphériques de Nouakchott à travers la collecte sélective des déchets plastique ; ensuite, de créer des revenus à travers une valeur marchande attribuée aux déchets ; enfin, de permettre des économies aux communes qui optimisaient ainsi leur fonctionnement6. La problématisation, au sens de la sociologie de la traduction, évoque les manières de délimiter le questionnement afin de se rendre indispensable à sa résolution :

Problématiser, c’est définir une série d’acteurs et dans le même mouvement identifier les obstacles qui les empêchent d’atteindre les buts ou objectifs qui leur sont imputés. Ainsi se construit un réseau de problèmes et d’entités au sein duquel un acteur se rend indispensable. (Callon, 1986.)

10Passer d’une démarche d’évacuation de déchets à une logique d’approvisionnement supposait d’investir de nouveaux acteurs et de mobiliser de nouveaux outils pour parvenir à ces fins. Ce passage implicite d’une logique à une autre a justifié ainsi l’entrée de nouveaux acteurs et une autonomisation de la problématique par rapport à celle de la gestion des déchets.

La production d’un dispositif socio-technique ou comment la technique définit « son monde ». (Akrich, 2006a)

11Le dispositif comportait ensuite un ensemble de choix pour transformer le déchet ainsi collecté. Différentes étapes de transformation apparaissaient nécessaires pour en faire une matière exploitable pour les plasturgistes. D’ailleurs, la vision de l’usager final (Akrich, 2006b) a déterminé en partie le processus. L’idée de proposer un produit qui ressemblait au mieux à la matière vierge qu’il était censé remplacer délimitait déjà l’ensemble des possibles. L’enjeu était de s’approcher au plus près des usages des plasturgistes qui s’approvisionnaient en matière plastique importée à des coûts déterminés par le marché mondial et pour lesquels ils avaient des machines adaptées. Il fallait donc trier, transporter, laver, réduire en taille (déchiquetage, broyage) et homogénéiser (granulation) le déchet plastique. Ces étapes pouvaient, dans l’absolu, s’arranger de multiples manières, mais des contraintes sont intervenues ici pour orienter les choix organisationnels : il fallait regrouper la matière récupérée car les machines utilisables (les broyeurs) étaient conçues pour des volumes et des rendements spécifiques ; mais, surtout, l’eau et l’énergie requises s’avéraient indisponibles dans les quartiers.

12Le centre technique de traitement a été la principale « trace » du projet qui a suscité l’intéressement de multiples nouveaux acteurs. Les « traces » peuvent être entendues comme la matérialisation des transformations. L’intéressement est « l’ensemble des actions par lesquelles une entité s’efforce d’imposer et de stabiliser l’identité des autres acteurs qu’elle a définis par sa problématisation » (Callon, 2006). Le centre a ainsi permis par son organisation interne et par son positionnement externe d’agencer les coopératives, les employés du centre, les clients mais aussi les machines ou les tâches de transformation du plastique. Ces agencements ne se sont pas faits sans controverses. Une fois acceptés, ils déterminaient également en partie d’autres agencements. C’est l’ensemble de ces agencements entre acteurs et objets techniques qui forme le dispositif socio-technique. Nous décrirons ici deux arrangements qui s’articulent l’un l’autre : en premier lieu, l’agencement interne du centre, entre les objets techniques et les hommes mais aussi entre les processus et, en second lieu, son positionnement externe.

13Tout d’abord, en interne, le broyeur artisanal, importé du Sénégal, permettait de transformer physiquement le déchet en ressource. Celui-ci se retrouvait donc au centre d’une organisation fonctionnelle dont il déterminait en partie la cadence. L’agencement des étapes s’est effectué de manière à faire fonctionner le broyeur en continu, afin de limiter son allumage électrique très consommateur en énergie et très coûteux. Le broyeur, tel qu’il a été livré puis installé, a contraint un approvisionnement manuel et la présence de deux personnes pour l’alimenter ; son bac d’alimentation étant en hauteur, une table d’alimentation en équilibre a été installée, rendant l’activité plus accessible aux hommes portant des pantalons et non aux femmes portant des voiles ; les lames du broyeur, produites sur mesure (dont l’approvisionnement était possible au Sénégal), exigeaient une maintenance importante, requérant des outils et des compétences spécifiques (figure 3).

Figure 3. Alimentation manuelle du broyeur au centre de traitement technique.
[Cliché : A. Tsitsikalis, Nouakchott, 2011.]

  • 7 La sociologie de la traduction accorde une place importante aux objets techniques, aux actants non (...)

14Afin de réduire les coûts, mais surtout d’adapter le fonctionnement aux contraintes estimées, le choix a été fait de restreindre la mécanisation et d’opérer manuellement la plupart des tâches autour du broyeur. Ainsi, de nombreux acteurs humains et non humains7 ont été mobilisés : les sacs de riz, utilisés comme étalon pour transporter, mesurer et contrôler la collecte auprès des coopératives ; les bacs choisis pour le lavage, autour desquels pouvaient être assises les femmes, déterminaient une organisation collective d’équipes ; des balances permettaient le contrôle par les équipes des volumes produits à chaque étape, mais elles exigeaient des compétences polyvalentes de pointage, de consolidation, d’agrégation d’étapes et donc des hiérarchies organisationnelles ; des bases de données de production, de suivi de stocks avaient également été conçues pour dissocier les tâches, les réagréger dans des tableaux de bord de suivi, dissocier les déchets plastique par type et par couleur. Les incertitudes de chaque agencement ont été ponctuées de controverses.

15Les tâtonnements et les nombreux tests d’organisation du processus technique ainsi que les réagencements reflètent les difficultés à adapter la production aux conditions locales elles-mêmes interprétées par les initiateurs (poussière, sable, conditions d’alimentation électrique différentes de celles du Sénégal) et, également, à adapter les outils de gestion au processus dans des mouvements itératifs constants.

Figure 4. Opération de lavage au centre de traitement technique.
L’organisation du lavage illustre la tension entre des équilibres organisationnels, techniques et économiques. En effet, le lavage a été, dès le départ, appréhendé comme une activité féminine qui pourrait être confiée aux coopératives de femmes (ce qui interroge, par ailleurs, la prédétermination des rapports sexués et de l’organisation du travail perçue par les initiateurs). Contrairement aux expériences menées dans d’autres pays (Sénégal, Burkina Faso), où les bacs cimentés à hauteur d’homme et impliquant cinq à dix personnes rendent cette tâche pénible, les initiateurs du projet ont opté pour des bacs en fibre de verre (des demies citernes) autour desquelles quatre à cinq femmes peuvent s’asseoir. Ainsi, la tâche devient collective, il n’est plus possible de distinguer le travail unitaire de chacune des femmes autour du bac. Or, l’intention de stabiliser la productivité a été contrecarrée par une forte variabilité des rendements selon des équipes constituées par les coopératives alternant à tour de rôle. Par ailleurs, confrontés à des contraintes de maîtrise des coûts, mais aussi et surtout à des rendements de tâches très variables, il semblait nécessaire de former des équipes polyvalentes qui puissent s’occuper du lavage mais également de la manutention des sacs, du séchage et du tamisage. Dès lors ont été envisagés le recrutement et la stabilisation d’un personnel fixe d’opératrices, rémunérées sur des bases fixes mensuelles. En contrepartie, divers outils pour améliorer le contrôle et l’émulation entre les équipes ont été mis en œuvre pour suivre les opératrices dans les nouvelles tâches qui leur étaient confiées.
[Cliché : A. Tsitsikalis, Nouakchott, juin 2008.]

16L’intéressement à travers le centre, qui apparaît comme un « centre de calcul », n’est pas non plus un processus linéaire ou fini. Le démarrage d’une nouvelle phase de projet, en 2010, avec un nouveau responsable de projet et une nouvelle équipe qui avaient leurs propres représentations de ce que devrait être le centre, témoigne de la permanence des structures et des forces de maintien et d’inertie des règles instituées validant ainsi les hypothèses d’effets de trajectoires bien connus (path dependency). Ainsi, le plan même du nouveau centre, ressemblant et entérinant une organisation préalable, laissait peu de marges de manœuvre et contraignait les nouvelles équipes à s’adapter. En l’occurrence, nombre de choix préalables ont été remis en cause, notamment la mécanisation de la tâche de lavage, l’agencement des tâches ou certaines procédures comptables, de contrôle et d’achats. La stabilisation d’une quinzaine d’emplois permanents dans le centre a été remise en question à de nombreuses reprises en partie du fait de l’intéressement de nouveaux acteurs comme le changement de présidente du GIE en 2010 ou de la directrice en 2012.

17Ensuite, au niveau du positionnement externe, outre les coopératives dont il convenait de maintenir la motivation, plusieurs acteurs ont dû être sollicités. Tout d’abord, la recherche d’un terrain pour construire un nouveau centre a mobilisé les maires des communes, l’entreprise de fourniture d’électricité, les géomètres. Le terrain du centre a ainsi fait partie de la première pierre dans le nouveau plan de lotissement du quartier de Haye Saken. Par ailleurs, la contrainte d’accroître les volumes d’approvisionnement pour rentabiliser les investissements supposait d’ouvrir de nouveaux points de collecte dans d’autres quartiers de la capitale. Les maires, d’autres associations ou des boutiquiers ont dû être intéressés au dispositif.

18À travers ces exemples, on peut dire en partie que « la machine incorpore dans son dessein une certaine définition de l’organisation du travail » (Akrich, 2006a, 120). Les champs des possibles organisationnels sont restreints. Les machines, mais également les équipements techniques ou les façons de compter, de représenter les produits, les flux de matières et d’agencer les tâches impliquent des processus qui sont en partie prédéterminés. Toutefois, il existe encore des marges de manœuvre ou plutôt des incertitudes pour lesquelles, à nouveau, la construction de règles dépend en partie des contraintes fonctionnelles, mais celle-ci s’appuie aussi sur des arrangements avec l’environnement social dans lequel elle s’inscrit.

Comment le monde réintègre la technique : le centre de recyclage encastré dans des rapports de force ou l’enrôlement des acteurs

19Le processus d’enrôlement engage, d’une part, la gouvernance du dispositif, mais aussi ses relations avec les usagers du produit final, à savoir le déchet enfin devenu ressource. L’enrôlement peut être défini comme une opération de définition et de stabilisation des rôles prescrits. Dans ce dispositif, il s’agit des rôles, en amont, de fournisseurs, de propriétaires, de gestionnaires et, en aval, de clients. Il reflète une vision dichotomique des initiateurs du projet, pris entre, d’un côté, l’objectif de rentabiliser le dispositif, rechercher des convergences entre une offre et une demande sur un marché existant – celui des plasturgistes locaux – et, de l’autre, l’objectif d’institutionnaliser le centre dans lesquelles les coopératives jouent un rôle actif. Le centre, à nouveau, devient une trace des arrangements hybrides de gouvernance.

20La première clé d’enrôlement était la place supposée des coopératives dans le dispositif. Après un processus d’animation, de confrontation, de discussion, d’analyse des textes de loi, de recherche de récépissé – ce qui a aussi mobilisé de nouveaux acteurs comme des juristes et agents du ministère de l’Artisanat et du Commerce et nécessité des statuts, règlements associatifs et signatures –, le choix d’une gouvernance reposant sur un contrat constitutif pour créer un groupement d’intérêt économique regroupant les coopératives a été opéré. En parallèle, une hiérarchie d’entreprise a été mise en place au sein du centre. Censé représenter l’intérêt des fournisseurs, le groupement devait être intéressé par la survie du centre qui en permettait les débouchés. Or, d’une part, les coopératives étaient rémunérées en fonction de la quantité de déchets collectés et non en fonction des ventes du centre et, d’autre part, la plupart des outils et des process mis en place les excluaient de fait de la gestion du centre. Ces dissociations ont empêché l’appropriation, au sens propre comme au figuré, du centre par les coopératives. Cette question interpelle sur la responsabilité et la propriété du déchet. En effet, une fois vendu, le déchet collecté n’était plus, au sens strict, leur propriété. Sa transformation ni même son devenir ne pouvaient les intéresser. Cette dissociation intrinsèque a expliqué, en grande partie, les difficultés de maintenir et stabiliser par la suite le dispositif de gestion du centre qui se retrouvait avec un conflit de légitimités à sa tête : légitimité de la gestionnaire, d’une part, maîtrisant les outils techniques et gouvernant la « boîte noire » que constituait le centre et légitimité du GIE, d’autre part, représentant les intérêts des fournisseurs. Le centre de traitement cristallisait ainsi des attentes, mais aussi des règles de fonctionnement arbitrant sur qui a droit de regard sur la gestion et les orientations techniques, commerciales et économiques.

21Le processus d’enrôlement s’est exercé ensuite par le prix d’achat du déchet plastique. La démarche adoptée par les initiateurs du projet était de présenter la collecte des produits en plastique comme une activité complémentaire à celles déjà pratiquées par les coopératives, qui rapporterait un revenu plutôt faible (comparé aux revenus des autres activités) mais régulier.

  • 8 Les autres femmes continuaient à réaliser les activités de base de la coopérative – vente, couture (...)

22Au total, plus de 120 coopératives ont été impliquées, mobilisant plus de 1 000 femmes dont 6008 exerçaient réellement une collecte de déchets plastique (Maerten, 2009). La proposition a, de manière générale, été reçue avec scepticisme et incrédulité, les personnes ne voyant pas comment un déchet (sachets déchirés, bidons ou flacons écrasés) pouvait avoir une valeur. Par ailleurs, la mobilisation d’un grand nombre de coopératives a contraint le regroupement de celles-ci par quartier afin d’identifier des interlocuteurs et de simplifier la communication. Or, cette organisation fonctionnelle, ou cette manière de « catégoriser une réalité », requise pour améliorer la communication ne constituait pas une règle légitime. La gouvernance du groupement a donc été un compromis entre des considérations fonctionnelles (représentativité territoriale) et des arrangements politiques négociés entre les coopératives (figure 5). Les modalités d’adhésion, d’exclusion et celles relatives au capital du groupement devaient équilibrer la vocation égalitaire de ce dernier, à savoir : « un membre = une voix » et l’hétérogénéité entre les coopératives (taille, degré d’activité, de dynamisme…). Elles devaient également veiller à assurer une certaine ouverture (incitations à ne pas sortir du groupement, répartition des bénéfices) mais aussi une certaine fermeture du groupement (critères d’adhésion, incitations à collecter, etc.) ou garantir les équilibres territoriaux (entre communes). Le contrat constitutif du GIE devait respecter un équilibre fragile entre contrôle, diminution des risques, encadrement, moyen et long termes, et encore souplesse et simplicité indispensables pour obtenir l’adhésion des coopératives. Ces différents impératifs suggèrent une controverse latente due à l’ambiguïté des objectifs : comment concilier la différentiation des coopératives et la représentativité territoriale ou, encore, l’inégalité latente et l’égalité stricte entre les membres d’un GIE ? Finalement, c’est également l’articulation des échelles et la vocation productive et marchande qui sont ici interrogées. Cette question n’a pas pu être tranchée et s’est résolue dans le maintien d’une sorte d’équilibre fragile mieux accepté des femmes, mais au risque de créer des incompréhensions.

Figure 5. Assemblée générale du GIE Zazou.
[Cliché : M. Pouret, Nouakchott, 2010.]

  • 9 Le broyat est issu d’un processus de lavage, de broyage et de tamisage. Il précède le granulat qui (...)

23Enfin, une troisième clé d’enrôlement était l’inscription dans le marché local. Le centre de traitement reflétait ainsi les enjeux de la vente du déchet devenu ressource. Le déchet, ressource pour les coopératives, est devenu une ressource, un produit, une matière première pour des industriels. Il ne suffisait plus, en effet, d’enrôler des acteurs dans la collecte d’une ressource et dans sa transformation, il fallait aussi en assurer la vente et, donc, s’adapter aux besoins spécifiques du marché. Nouvel opérateur économique dans le marché du recyclage plastique, sans concurrents directs, le centre se positionnait sur un marché industriel existant, celui des plasturgistes, mais face à une demande latente, inexprimée (les plasturgistes importent de la matière vierge, non recyclée). Si l’intérêt des industriels était réel pour les produits recyclés, leur permettant de 30 à 50 % d’économies sur la matière vierge, le principal souci était l’adaptation technique des produits et des procédés, le produit plastique recyclé ne se comportant pas comme de la matière vierge – degré de chauffage différent, impuretés, densités différentes de plastiques, etc. Le recyclé étant issu de déchets ménagers composites, il ne peut être un produit totalement stabilisé : même si les efforts de tri et de « purification » sont importants, il est, en effet, difficile de maintenir une qualité irréprochable sur des déchets d’origine inconnue. À cette difficulté s’ajoutait le manque de techniciens compétents pour gérer de telles machines. Par ailleurs, la matière recyclée ne peut pas se substituer totalement à la matière vierge. En effet, tout produit plastique est fabriqué à partir de matière vierge, issue du pétrole et importée ; celle-ci intervient au minimum dans 50 % de la production sauf pour des produits de faible qualité et non alimentaires. Étant donné les problèmes de qualité occasionnés par l’utilisation de la matière recyclée, on estimait que le prix d’achat du broyat recyclé devait être inférieur de 50 % à celui de la matière vierge et celui du granulat recyclé de 70 %9. Les produits importés rivalisaient avec la matière du centre tant sur les volumes que sur les tarifs en raison de quantités permettant d’offrir des conditions de prix avantageuses (absence de frais de transport, des taxes douanières, etc.). Les avantages concurrentiels du centre reposaient toutefois sur la proximité de l’approvisionnement, la possibilité d’ajustement des quantités selon les besoins marginaux, la qualité du recyclé (le plastique du centre étant souvent issu de matière vierge à l’inverse des produits importés qui ont subi de nombreuses régénérations) et le prix de vente en monnaie locale (pas de frais de change). Le centre devenait donc un nouveau fournisseur pour le marché local à condition d’ajustements réciproques. En effet, les industriels pouvaient changer de machines, contraindre les quantités, les prix, les produits (couleurs, types), intégrer eux-mêmes un procédé de recyclage en interne ou, encore, exiger des conditions qui, en retour, avaient un effet sur l’organisation du centre et ses investissements.

VERS L’INSTITUTIONNALISATION DU DISPOSITIF ?

24Avec un déchet devenu ressource, c’est la problématique de création d’un marché et donc bien d’innovation qui est ici mise en exergue. Comme l’explicite M. Akrich, les initiateurs se retrouvent :

[…] naviguant sans arrêt en eaux troubles entre le social, la technique, l’économique etc., négociant les contenus mêmes de leurs innovations avec les acteurs qu’ils souhaitent enrôler, y incorporant les résultats des différentes épreuves qu’ils imposent, sachant changer de registre argumentaire en fonction des circonstances, de sorte que l’innovation y apparaît, selon l’expression devenue célèbre de Hughes (Hughes, 1979), comme un « tissu sans couture » mêlant des éléments que l’on rapporte généralement à des catégories hétérogènes, comme le social, la technique, etc. (Akrich, 2006a, 111.)

25La stabilisation du dispositif est, en effet, permise par les alliés mobilisés et par la simplification des processus qui deviennent une sorte de « boîte noire ». Il devient simple et non complexe d’acheter du plastique auprès des ménages. Il devient simple et non complexe de vendre des déchets plastique transformés en matière première secondaire à des industriels dont les machines et les techniciens maîtrisent les caractéristiques et les procédures particulières qu’elle requière. Cette manière de simplifier annonce le début d’une institutionnalisation de l’innovation (Strum, Latour, 2006). Les modalités d’organisation de la filière sont le résultat de conflits et d’agencements complexes qui incorporent finalement un ensemble de liens, de rôles, de règles, de rapports de force qui ne sont finalement plus discutés. Dans ce contexte, il est particulièrement difficile d’évaluer le dispositif au regard des critères qui ont déterminé sa création. Le recyclage plastique est aujourd’hui un « fait » établi à Nouakchott. En revanche, l’imbrication spécifique des processus sociaux, économiques, techniques, politiques, etc., crée ou non la stabilité du dispositif ; on ne peut seulement l’évaluer à l’aune d’un critère de performance ou de rentabilité économique comme les initiateurs en avaient l’intention au départ. En cela, l’agencement des différentes dimensions construit de nouvelles associations qui sont incorporées dans le dispositif. La rentabilité n’est pas seule garante de la pérennité d’un tel dispositif.

26Par ailleurs, la vocation marchande des filières de recyclage suppose de nouveaux arrangements non uniquement marchands. Ils remettent en question le paradigme initial de gestion des déchets. En effet, à partir du moment où le déchet devient ressource, la valeur marchande qu’il acquiert impose de réfléchir non plus l’évacuation comme une charge, mais bien comme s’inscrivant dans un marché. Les intérêts divergents entre fournisseurs et producteurs, entre employés et propriétaires, entre fournisseurs et clients, comme les concurrences qui se créent pour l’accès à la ressource, la recherche de profits et de débouchés sont alors inhérents aux processus. Au-delà d’une simple articulation entre des acteurs publics, privés ou communautaires, la création d’un marché autour d’une ressource nouvelle questionne les concurrences entre territoires, l’articulation des échelles, les processus de transformation, la captation de la valeur ajoutée et, implicitement, les politiques et les dimensions politiques du déchet.

27La gestion des déchets urbains est souvent perçue comme répondant à un objectif sanitaire, d’hygiène publique, voire aujourd’hui environnemental et entre dans les attributions de l’État ou des communes. La faiblesse des capacités, ressources humaines, financières et techniques mais également les logiques de gestion « performante » justifient souvent l’implication d’autres intervenants, une diversification d’acteurs qui, de fait, fournissent le service en substitution ou en complémentarité. Cette manière d’appréhender le secteur s’explique aussi par les modes d’intervention des bailleurs de fonds internationaux qui promeuvent, non sans controverses, la « bonne gouvernance », la « société civile » ou « l’économie sociale et solidaire » en transférant peut-être un peu abusivement des concepts du nord au sud (Baron, 2007). Ces termes, aussi larges que globalisants, font partie de ces mots-valises permettant de justifier les politiques de privatisation plus ou moins déguisées ou justifiées des services publics marchands (eau potable, assainissement, déchets) et le désengagement de l’État dans les affaires de développement local (Quentin, 2012). Ces visions reposent sur un paradigme inspiré fortement des pays occidentaux. Les déchets sont collectés, puis orientés vers les différentes filières de valorisation qui fonctionnent ensuite sur des structures d’incitation marchandes. Or, le recyclage des déchets reconfigure fondamentalement les manières de penser le développement urbain, l’espace public, la propriété des déchets, l’économie de leur gestion, les représentations et la notion même de déchet. Ces reconfigurations sont rarement explicitées comme telles. Pourtant, les arrangements autour d’un déchet devenu ressource sont bien moins marginaux qu’il n’y paraît et entrent bien dans une problématique d’« innovation » au sens où un large pan d’incertitudes existe au départ déjouées par les différents acteurs et transformées en dispositif plus ou moins stabilisé qui requiert des efforts constants pour exister. L’innovation ne réside ni dans les « nouveaux » acteurs, ni dans les « nouvelles » techniques introduites, ni dans les « nouvelles » structures créées, mais bien dans l’assemblage, l’association, la stabilisation de l’ensemble. Ces processus, loin d’être linéaires, sont problématiques ; ils recouvrent des intérêts divergents, des incitations variées, des agencements techniques, sociaux et politiques nouveaux rarement explicités ou remis en cause.

28Si les logiques marchandes semblent premières, ces questions interpellent enfin sur les fonctions d’encadrement, d’arbitrage, de contrôle et de promotion de ces filières. Si l’autonomie de ces filières est finalement avérée, elles ne répondent toutefois pas complètement aux enjeux identifiés au départ, à savoir des enjeux environnementaux et d’inclusion sociale. Dépendantes des débouchés finaux et tributaires des cours mondiaux des matières premières, l’économie de ces filières apparaît fragile, relativement instable et déséquilibrée. La valeur ajoutée est surtout concentrée dans les mains des producteurs finaux bien plus que dans celles des fournisseurs, atomisés, qui ne peuvent agir sur la demande. La simple intention initiale de « promouvoir le recyclage dans une démarche de gestion durable des déchets » empêche de s’interroger sur la structure des filières et les rapports de force qui les entretiennent. L’enjeu ne résiderait-il pas dans la règlementation et l’encadrement de la concurrence ? Les politiques ne devraient-elles pas inciter les débouchés locaux, encadrer les importations plutôt que d’axer leurs stratégies sur l’offre ?

CONCLUSION. DIFFICILE CONSTRUCTION D’ARRANGEMENTS NOUVEAUX AUTOUR D’UN DÉCHET DEVENU RESSOURCE

29Cette expérience peut refléter les arrangements hybrides ou compliqués (Latour, 2006) pour expliquer l’action collective et son institutionnalisation. Celles-ci sont le produit d’une transformation d’intérêts particuliers de concurrence en actions collectives de coopération ainsi qu’en règles opérationnelles instituées, mais surtout d’une transformation en associations mouvantes d’intérêts. La façon de problématiser, comme les méthodologies pour intéresser, mobiliser et enrôler les acteurs, déterminent fortement la capacité du dispositif à se stabiliser.

30Fruit de tâtonnements, de tests, d’échecs et d’arbitrages plus ou moins négociés, plus ou moins conscients, cette expérience apporte certains éclairages sur les difficultés de création et de renforcement d’arrangements nouveaux autour d’un déchet devenu ressource. Loin de s’articuler naturellement, les différents objectifs sociaux, économiques, techniques, environnementaux et institutionnels apparaissent bien souvent contradictoires et créent un ensemble de contraintes qui impliquent des négociations, des ajustements et des choix plus ou moins déterminés par les processus eux-mêmes. Les incertitudes qui existent à chaque étape du processus sont inhérentes à la création d’un marché et interpellent sur les mécanismes d’arbitrage et de négociation des règles.

31Les filières de recyclage apparaissent donc comme une opportunité certaine pour les autorités publiques qui profitent de la diminution des coûts de mise en décharge, de l’implication des populations et d’une économie générée par ce qui était auparavant une charge. Toutefois, leur désengagement de ce secteur entérine un certain nombre d’arrangements discutables et d’arbitrages politiques. L’explicitation de ces arbitrages et des reconfigurations occasionnées par cette transformation du déchet en ressource devrait être une condition première pour une réflexion plus générale sur le développement urbain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Akrich Madeleine, 2006a, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 109-134.

Akrich Madeleine, 2006b, « La description des objets techniques », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 159-178.

Akrich Madeleine, 2006c, « Les objets techniques et leurs utilisateurs. De la conception à l’action », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 179-199.

Baron Catherine, 2007, « Transfert du concept d’économie solidaire en Afrique francophone : paradoxes et atouts », Revue Tiers Monde, no 190, p. 325-342.

Callon Michel, 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction », L’Année sociologique, no 36.

Callon Michel, 2006, « Pour une sociologie des controverses technologiques », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 135-158.

Lavigne Delville Philippe, Chauveau Jean-Pierre, Gastaldi Jacques, Kasser Michel, Le Roy Étienne, 1998, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 744 p.

Guérin Isabelle, 2005, Femmes et économie : quels enjeux ? Pratiques économiques solidaires : entre résistance et justice sociale, Chantier femmes et économie, 21 p.

Latour Bruno, 2006, « Le prince : machines et machinations », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 87-107.

Maerten Adeline, 2009, Le déchet entre concept, objet et projet, Mémoire de master 1 d’anthropologie sous la direction de J. Bouju, Université de Provence Aix-Marseille 1, 87 p.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1995, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris/Marseille, Karthala/APAD, coll. « Hommes et sociétés ».

Quentin Aurélie, 2012, « L’institutionnalisation du rôle des ONG au sein des politiques publiques financées par l’aide internationale : l’ambiguïté de la participation de la société civile. Le cas de la politique d’habitat en Équateur », Mondes en développement, no 159, p. 29-44.

Strum Shirley, Latour Bruno, 2006, « Redéfinir le lien social : des babouins aux humains », dans Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales », p. 71-86.

Notes

1 Une version abrégée de cet article a fait l’objet d’une communication au colloque intitulé Prévention et gestion durable des déchets, innovations techniques, sociales et territoriales qui s’est tenu au Mans les 9, 10 et 11 novembre 2012.

2 Fondé en 1976, le GRET (www.gret.org) est une ONG française regroupant des professionnels du développement. Il agit du terrain au politique pour lutter contre la pauvreté et les inégalités en apportant des réponses durables et innovantes pour le développement solidaire. La LVIA (www.lvia.it) est une association italienne de solidarité et de coopération internationale depuis 1966. Elle se donne pour objectif la lutte contre l’inégalité, l’insécurité alimentaire, la pauvreté et l’action concrète pour la paix et le développement humain.

3 La communauté urbaine de Nouakchott est composée de neuf communes. Les communes pilotes d’intervention sont deux communes périphériques, Dar Naim et Toujounine.

4 Le projet s’intitule Zazou, qui signifie en dialecte local « sachet plastique ». La première phase a été financée par l’Union européenne, l’Organisation internationale de la francophonie et la fondation Véolia. La seconde phase a été financée par l’Agence française de développement, la fondation Ensemble, la Société générale, l’UICN et la fondation PPR.

5 Le centre de traitement technique a été mis en place en mars 2007 dans des locaux loués par le projet. Les équipements ont été achetés et la production a démarré. Un terrain a ensuite été identifié, puis obtenu officiellement en février 2009 ; c’est sur ce terrain qu’a été construit le centre actuel inauguré en juin 2009 (fin de la première phase).

6 La commune de Toujounine avait été dotée d’un site de transfert dans un précédent projet. Les sites de transfert sont destinés au stockage intermédiaire des déchets avant leur évacuation finale.

7 La sociologie de la traduction accorde une place importante aux objets techniques, aux actants non humains, faisant l’hypothèse que ceux-ci participent à la stabilisation du dispositif socio-technique.

8 Les autres femmes continuaient à réaliser les activités de base de la coopérative – vente, couture de voiles, petit commerce. Faute d’étude exhaustive, il n’est pas possible d’avoir des chiffres actualisés de la collecte au jour d’aujourd’hui, Il est toutefois permis de constater à travers le registre d’achat que le nombre de femmes a encore réduit alors que les achats ont augmenté. On peut donc supposer que certaines femmes se sont spécialisées et qu’elles collectent des tonnages plus importants, ce qui leur octroie un revenu plus conséquent.

9 Le broyat est issu d’un processus de lavage, de broyage et de tamisage. Il précède le granulat qui est issu d’un processus d’extrusion qui chauffe la matière, détruit en partie les impuretés et l’homogénéise.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Collecte dans les quartiers de Nouakchott. [Cliché : F. Nimal, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Source : Rapports de gestion du GIE Zazou, 2007 à 2012. Graphique A. Tsitsikalis, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 2. L’activité du centre de retraitement technique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 3. Alimentation manuelle du broyeur au centre de traitement technique. [Cliché : A. Tsitsikalis, Nouakchott, 2011.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 4. Opération de lavage au centre de traitement technique. L’organisation du lavage illustre la tension entre des équilibres organisationnels, techniques et économiques. En effet, le lavage a été, dès le départ, appréhendé comme une activité féminine qui pourrait être confiée aux coopératives de femmes (ce qui interroge, par ailleurs, la prédétermination des rapports sexués et de l’organisation du travail perçue par les initiateurs). Contrairement aux expériences menées dans d’autres pays (Sénégal, Burkina Faso), où les bacs cimentés à hauteur d’homme et impliquant cinq à dix personnes rendent cette tâche pénible, les initiateurs du projet ont opté pour des bacs en fibre de verre (des demies citernes) autour desquelles quatre à cinq femmes peuvent s’asseoir. Ainsi, la tâche devient collective, il n’est plus possible de distinguer le travail unitaire de chacune des femmes autour du bac. Or, l’intention de stabiliser la productivité a été contrecarrée par une forte variabilité des rendements selon des équipes constituées par les coopératives alternant à tour de rôle. Par ailleurs, confrontés à des contraintes de maîtrise des coûts, mais aussi et surtout à des rendements de tâches très variables, il semblait nécessaire de former des équipes polyvalentes qui puissent s’occuper du lavage mais également de la manutention des sacs, du séchage et du tamisage. Dès lors ont été envisagés le recrutement et la stabilisation d’un personnel fixe d’opératrices, rémunérées sur des bases fixes mensuelles. En contrepartie, divers outils pour améliorer le contrôle et l’émulation entre les équipes ont été mis en œuvre pour suivre les opératrices dans les nouvelles tâches qui leur étaient confiées. [Cliché : A. Tsitsikalis, Nouakchott, juin 2008.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Figure 5. Assemblée générale du GIE Zazou. [Cliché : M. Pouret, Nouakchott, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un master 2 en développement industriel et évaluation de projets de l’IEDES. Elle s’est spécialisée dans le développement des services d’eau potable, d’assainissement et de gestion des déchets en milieux urbain et semi-urbain. Ses domaines d’expertise portent sur l’analyse économique des filières, la structuration et le renforcement des opérateurs, les études de synthèse, la gestion et l’évaluation de projets. Chargée de projet au GRET, elle a été responsable du projet de création de la filière de recyclage des déchets en plastique à Nouakchott (Mauritanie) pendant sa première phase, elle a pu également suivre la deuxième phase dans une position d’assistante technique au nouveau chef de projet. Par ailleurs, elle réalise des missions d’expertise et de prospection tant en Afrique (Burkina Faso, Sénégal, Congo) qu’en Asie (Cambodge) et dans les Caraïbes (Haïti).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search