Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

Le compostage des déchets organiques à Majunga (Madagascar) : difficultés et limites de la valorisation agricole

Steve Joncoux

Texte intégral

1Les ordures ménagères sont composées en moyenne de 50 % de matières fermentescibles en France et ce taux peut atteindre 75 % dans les pays du Sud (Chalmin, Gaillochet, 2009). La gestion de ces résidus organiques, constituant la majorité des ordures ménagères, représente un enjeu considérable dans la gestion globale des déchets. Source de nuisances et de pollutions de par l’encombrement qu’ils représentent, les éléments pathogènes qu’ils contiennent, les émissions de gaz à effets de serre que leur décomposition produisent, ou encore leurs odeurs nauséabondes, les résidus organiques peuvent être également perçus comme une source de fertilisant pour l’agriculture, notamment celle située à proximité des villes. On voit ici apparaître deux conceptions différentes de ce que nous nommerons de façon générique les « matières organiques ».

  • 1 Créée en 1975, sous la tutelle du ministère de l’Environnement, lui-même créé dès 1971.
  • 2 Le plan d’épandage est un document par lequel l’agriculteur doit démontrer que les différentes mat (...)

2Cette distinction renvoie au processus socio-historique de construction de notre rapport aux déchets. Au XIXe siècle, en France, les résidus organiques urbains sont considérés comme des fertilisants et constituent une ressource pour l’agriculture périurbaine des grandes cités (Barles, 2005). Ce n’est qu’au tournant du XXe siècle, et en raison de l’essor de l’idéologie et des pratiques hygiénistes, que ces matières organiques deviennent des risques sanitaires qu’il s’agit d’éliminer. Elles deviennent alors des déchets et sont délaissées par l’agriculture au profit des engrais chimiques qui se développent à la même époque. La réutilisation agricole des matières organiques urbaines se poursuit néanmoins dans la première moitié du XXe siècle mais de façon marginale, l’essentiel des déchets s’entassant dans les décharges en marge des villes (Silguy, 1996). Dans le faste des trente glorieuses et l’apparition de la société de consommation, les déchets refont surface et viennent jouer les « trouble-fête ». Les problèmes sanitaires ne sont plus réellement une préoccupation, du moins dans le cœur des villes où les déchets ont disparu, mais leur quantité augmente considérablement et ils sont de plus en plus perçus comme le revers des sociétés industrielles et de la consommation de masse (Baudrillard, 1986). De surcroit, en concentrant des volumes de déchets de plus en plus importants sur des zones réduites, les décharges deviennent des nuisances pour leurs riverains et des sources de pollutions des sols, de l’eau et de l’air. Ces entrées – pollution et nuisance – sont à la base de la constitution de la notion d’environnement en tant que domaine d’intervention politique et administratif (Charvolin, 2003). « L’invention des déchets urbains » (Barles, 2005), à travers les risques sanitaires, se prolonge dans « l’invention de l’environnement » (Charvolin, 2003) et les déchets deviennent également des risques environnementaux. Toutefois, dès la création de l’Agence nationale pour la récupération et l’élimination des déchets1, la bonne gestion environnementale des matières organiques en tant que déchets ne consiste plus à les éliminer mais à les recycler. C’est ce processus de détournement de la mise en décharge des matières organiques à des fins d’utilisations comme fertilisant agricole que cette agence dénomme « valorisation agricole ». Contrairement à une conception en termes de ressource, dans laquelle les matières organiques sont échangées directement entre producteur et utilisateur sans contraintes administratives particulières, la valorisation des déchets implique la mise en œuvre de plans d’épandage devant garantir que le recyclage agricole ne génère pas de pollutions2.

  • 3 Sur les limites de la « logique déchet » dans la valorisation agricole, voir notamment d’Arcimoles (...)
  • 4 Normes NFU 42-001 pour les engrais organiques ou organo-minéraux, 44-095 pour les amendements orga (...)

3Enfin, plus récemment, et face aux réticences du monde agricole à participer à cette « logique déchet3 », a émergé la possibilité de les transformer en produits. La valorisation agricole consiste alors à d’abord composter les déchets organiques afin d’assurer leur hygiénisation tout en améliorant leurs intérêts agronomiques. Ce processus de transformation, le plus souvent industriel, est encadré par des normes4 conçues au sein de l’Association française de normalisation et rendues d’application obligatoire par les pouvoirs publics. Les déchets, ainsi transformés, sont considérés comme des produits, des intrants agricoles à part entière, et peuvent être commercialisés.

  • 5 La notion « socio-technique » renvoie ici à la sociologie de la traduction (Akrich et al., 2006) e (...)

4À la suite de R. Barbier et S. Lupton (2003), on considèrera ces trois modes de gestion des matières organiques comme des « formats » particulier de valorisation. Cette notion de « format » met l’accent sur le travail de mise en forme des matières et des acteurs dans des dispositifs socio-techniques en fonction d’attentes sociales spécifiques5. Dans le cadre du « format ressource », les matières organiques doivent d’abord avoir des intérêts agronomiques et les conditions de leur valorisation sont définies directement entre le producteur et le consommateur. Les attentes sociales du « format déchet » portent plutôt sur l’innocuité des matières par rapport à la santé et l’environnement. La garantie que les matières et les acteurs respectent ces attentes repose sur un dispositif juridico-politique dont les plans d’épandage sont l’élément central. Enfin, le « format produit » vise à concilier intérêts agronomiques et innocuité à travers le compostage, la normalisation et la commercialisation des matières organiques.

  • 6 Les résultats présentés ici sont issus d’un travail de thèse réalisé dans le cadre du programme «  (...)

5Plusieurs auteurs ont montré l’impact du passage des matières organiques du statut de ressource à celui de déchet sur l’agriculture et les territoires à vocation agricole (Nicourt, Girault, 2003 ; Mandinaud, 2005). Dans la continuité de ces travaux, il s’agit ici de décrire les conditions de la valorisation agricole des matières organiques en tant que produit et d’analyser leurs impacts sur les relations entre acteurs urbains et agricoles6.

6C’est à partir d’un pays du Sud, Madagascar, que nous proposons d’approfondir cette question. En effet, si le « format produit » a émergé dans les pays occidentaux, il est également mis en œuvre dans des situations relativement différentes. Dans un contexte de croissance des volumes de déchets urbains particulièrement forte et dans un cadre réglementaire proche du modèle français mais bien moins contraignant, le cas de Madagascar est propice à la transformation des déchets en produits. L’activité de compostage des ordures ménagères de la ville de Majunga et leur commercialisation auprès d’agriculteurs nous offrent un terrain particulièrement intéressant pour explorer le développement de ce « format produit ». Avec une dizaine d’années de fonctionnement, cette activité portée par l’association française Gevalor en partenariat avec l’association malgache Tananamadio permet d’avoir un certain recul sur l’évolution de ce type de projet. De plus, Gevalor tente aujourd’hui de réutiliser l’expérience de Majunga comme modèle pour développer ce « format produit » dans différents pays du Sud. Une analyse approfondie de ce cas particulier paraît alors pertinente, autant pour une meilleure compréhension des particularités de la valorisation agricole des matières organiques dans un « format produit » que pour cerner les limites de ce modèle.

MAJUNGA : DE LA « CITÉ AUX FLEURS » À LA « VILLE PROPRE »

Les matières organiques urbaines comme ressources agricoles

  • 7 Dinika/Office national de l’environnement, 2000, Mise en place d’un système de collecte, évacuatio (...)

7Majunga est une ville portuaire située au nord-ouest de Madagascar, dans la région du Boeny. La « cité aux fleurs », ancien nom de la ville, pourrait tenir, selon la légende, son nom officiel malgache « Mahajanga » de l’expression d’un roi qui aurait trouvé la ville « qui guérit ». Ces origines viennent probablement de la situation privilégiée de la cité, à la fois protégée dans l’estuaire du fleuve Betsiboka et bordée de longues plages de sable fin donnant sur le canal du Mozambique. Avant l’unification de Madagascar, la région de Majunga a été le royaume d’un peuple d’éleveurs, les sakalava. Dans les années 1960 à 1980, la région, encore peu peuplée et largement dédiée au pastoralisme, a connu un fort développement industriel soutenu par une immigration massive, produisant un développement démographique considérable, notamment pour la ville de Majunga. Les chiffres de la population varient de façon notable selon les différentes institutions qui les produisent, mais différentes sources s’accordent sur une croissance démographique annuelle de 3 % par an en moyenne depuis les années 1980, pour une population comptant entre 220 000 et 260 000 personnes en 2003 (Mawois, 2009). Selon N. Bordage (2010), la population est passée d’environ 100 000 habitants au milieu des années 1980 à approximativement 280 000 en 2010. Cette croissance s’accompagne d’un étalement urbain et de l’apparition de zones d’habitat précaire marquées par la quasi absence d’équipements collectifs et, notamment, d’infrastructures d’assainissement et de traitement des déchets (Mawois, 2009). Une décharge, très peu utilisée, existait à la périphérie de la ville. Une partie des déchets était brûlée ou enfouie dans les jardins, une autre réutilisée. Les déchets pouvaient être donnés ou vendus directement par leur producteur, récupérés dans des dépôts sauvages, ou encore monnayés par les chauffeurs des quelques tracteurs de la commune en charge de la collecte dans les zones accessibles et équipées de bacs7. Les matières organiques servaient à l’alimentation du bétail, à la fertilisation des terres ou au remblai des zones humides.

8Ce type de pratiques est souvent qualifié d’« informel » avec une connotation négative. L’in-formel, littéralement sans forme, relève alors de ce qui ne devrait pas ou plus exister, qui doit être organisé, mis en forme. Nous considérons ici, au contraire, que cette logique de réutilisation est une forme de valorisation à part entière. Pour les agriculteurs, les matières organiques ne sont pas considérées comme des déchets, mais comme des ressources productives dont la gestion ne relève pas d’une prise en charge par les pouvoirs publics mais d’une relation directe entre les producteurs et les utilisateurs, pouvant également intégrer des intermédiaires prenant en charge leur transport. Dans ce « format ressource », la valorisation repose sur la reconnaissance de l’intérêt des matières organiques en tant que fertilisants pour le futur détenteur et la relation de confiance entre les parties prenantes de l’échange. Elle consiste alors essentiellement pour les producteurs à trouver un utilisateur pour leurs résidus et la valeur se définit sur la base de l’accord passé entre producteurs et utilisateurs. Toutefois, si ce « format ressource » constitue bien une valorisation agricole des matières organiques, nous allons voir qu’il est susceptible de générer des problèmes conséquents.

L’apparition du « format déchet » dans le cadre d’une problématique sanitaire

9En 1991, après 63 ans d’absence, la peste refait son apparition autour du marché de gros de Marolaka. Entre 1995 et 1998, c’est une véritable épidémie qui se répand par vagues dans les quartiers les plus insalubres et surpeuplés (Chanteau et al., 2001). Après avoir identifié l’accumulation et les pratiques de réutilisation des résidus comme des facteurs majeurs de développement épidémique, les autorités municipales de Majunga commandent une étude visant à établir un état des lieux de la production et de la gestion des déchets et à proposer des solutions.

  • 8 Business and Market Expansion/Groupement pour la relance économique et environnementale nationale, (...)
  • 9 Ce sont les termes utilisés par les autorités municipales. Cette expression d’« habitat spontané » (...)

10Le rapport réalisé par le bureau d’études Dinika fait état, en 1998, de 127 kg de déchets produits par habitant et par an, composés à plus de 70 % de matières fermentescibles. C’est ainsi 60 tonnes journalières de déchets qui sont produites par les ménages, les collectivités et les entreprises urbaines. En 2006, un autre rapport sur la valorisation des déchets à Majunga8 avance le chiffre de 74 tonnes d’ordures ménagères par jour. Là encore, les données restent peu précises, mais la plupart des auteurs s’accordent sur une augmentation constante des volumes de déchets suivant l’augmentation de la population (Dumont, 2006, Mawois, 2009, Bordage, 2010). Le bureau d’études met en avant le manque de structures d’assainissement et la faiblesse de la collecte des ordures ménagères dans bon nombre de quartiers et, notamment, les zones « d’habitat spontané9 », très denses et donc peu accessibles. La ville ne dispose alors que de quelques tracteurs pour faire la collecte de plusieurs dizaines de tonnes de déchets par jour. Seulement 30 % de ceux-ci sont collectés par la commune, dont une partie orientée vers la décharge. Le reste fait l’objet de dépôts sauvages, de remblais des zones inondables ou d’épandage agricole et participe à la création de foyers pathogènes. Les résidus deviennent des risques sanitaires et doivent être évacués des zones urbaines et pris en charge par la collectivité.

11C’est dans cette situation de crise sanitaire que s’opère le passage à une valorisation des matières organiques en tant que « déchet » plutôt que « ressource ». Les matières organiques deviennent des sources de contamination et leur valorisation agricole sans « hygiénisation » préalable est un risque sanitaire. L’utilisation de matières non traitées, gérées directement entre producteurs et utilisateurs sans contrôle par les pouvoirs publics – le « format ressource » – n’a alors plus sa place dans cette logique et devient « informelle ». Pour les ingénieurs de Dinika, la priorité consiste à mettre en place un service de collecte des déchets efficace afin d’assainir la ville, en évitant de façon prioritaire leur utilisation en tant que remblais et fertilisant. Dans un second temps, ces déchets doivent être valorisés, d’une part, pour éviter la saturation de la décharge et, d’autre part, pour participer au financement global de l’assainissement afin de faire face aux difficultés de la commune à prélever la taxe sur les ordures ménagères. La valorisation implique d’abord un assainissement des matières et ensuite de leur trouver une nouvelle utilité et une valeur économique.

12Dans la conclusion de son étude, Dinika propose une augmentation et une rationalisation de la collecte afin d’orienter l’ensemble du flux vers la décharge de Mangatokana, en marge de la ville et jusqu’alors sous-exploitée. Il s’agit aussi de réaménager la décharge pour organiser une activité de tri et de compostage de la fraction organique des ordures ménagères. Le compost produit pourra alors être vendu aux agriculteurs locaux pour participer au financement de l’opération. Nous assistons alors au passage d’un « format déchet » à un « format produit » dans lequel les déchets doivent être à la fois assainis pour limiter les risques sanitaires et environnementaux et constituer des fertilisants agricoles assez efficaces et réguliers dans leur composition pour justifier leur commercialisation en tant qu’intrants. L’agriculture est ainsi appelée à entrer dans une nouvelle logique de valorisation qui se traduit par l’achat de déchets compostés devenus produits fertilisants.

Le projet de compostage : transformer les déchets en produits agricoles

  • 10 Cette agriculture est couramment définie comme « l’agriculture localisée dans la ville et sa périp (...)

13En raison du développement démographique et urbain, l’agriculture paysanne traditionnellement centrée sur l’auto-consommation a également évolué. Dans les années 1980 et 1990, des zones agricoles rurales se trouvent inclues dans le tissu urbain et de nouveaux foyers d’agriculture apparaissent au cœur même de la ville (Dumont, 2006). Au contact direct d’une population citadine, le maraîchage s’est développé en parallèle des cultures vivrières pour répondre à la demande croissante de produits frais. Apparaît alors ce que l’on peut qualifier d’agriculture urbaine et périurbaine10.

14Cette agriculture est déconnectée des grands élevages qui s’éloignent de la ville faute d’espaces suffisants et, par là même, déconnectée d’une source essentielle de fertilisants tel que le fumier de zébu. Les engrais minéraux sont très chers et font régulièrement l’objet de pénurie. Les matières organiques urbaines deviennent alors une nouvelle source de fertilisant de plus en plus indispensable pour cette agriculture périurbaine en plein développement qui constitue alors un marché potentiel pour la commercialisation du compost.

15En 2002, un ingénieur français, récemment retraité, ayant participé à l’étude de Dinika en tant qu’expert du traitement des déchets, se saisit du projet. Il crée l’association malgache Tananamadio, la « ville propre », afin de prendre en charge le tri, le compostage et la commercialisation de la fraction organique des ordures ménagères. L’association est hébergée par la CUM (Communauté urbaine de Majunga) qui conserve la charge de la collecte des déchets (figure 1). Dès 2004, l’association française Gevalor, réunissant également des ingénieurs français à la retraite, est conçue pour encadrer l’association malgache et développer le projet de compostage. La communauté urbaine acquiert des camions de collecte grâce à des bailleurs de fonds internationaux ; la décharge est réaménagée ; l’épidémie de peste et de choléra est rapidement maîtrisée et Tananamadio produit entre 10 et 20 tonnes de compost par mois.

Figure 1. L’association Tananamadio.
[Cliché : S. Joncoux, Majunga, 2009.]

16À travers le compostage des ordures ménagères, une sorte d’écologie urbaine semble se mettre en place entre la ville et l’agriculture, qui n’est pas sans rappeler le métabolisme urbain décrit par S. Barles (2006) à partir du cas de la région francilienne au milieu du XIXe siècle. La ville est débarrassée de ses résidus gênants qui deviennent un fertilisant pour une agriculture locale fournissant, en retour, des produits frais pour les citadins. On est pleinement dans la complémentarité entre ville et agriculture à la base de la définition de l’agriculture urbaine et périurbaine. Toutefois, si le « format produit » mis en place dans le cas de Majunga suppose a priori une utilisation agricole des matières organiques, il implique des conditions d’échange entre producteurs et consommateurs qui sont très différentes du « format ressource » qui avait jusqu’alors cours. Il s’inscrit d’abord dans le cadre d’une pratique d’assainissement, puis d’une pratique écologique dans laquelle l’agriculture ne tient qu’une place secondaire et, nous allons le voir, pas toujours nécessaire.

LE COMPOSTAGE, UNE FIN EN SOI ?

Le compostage, une activité d’assainissement

17L’activité de Tananamadio/Gevalor est régie par une convention avec la CUM dans une logique de délégation de service public. La CUM a la charge de la collecte des déchets et de leur acheminement vers la décharge de Mangatokana, relayée par l’association ENDA-OI dans les quartiers périphériques où les camions ne peuvent accéder. Tananamadio a, pour sa part, la responsabilité de la gestion de la décharge et de la transformation des ordures en compost. Les ordures ménagères constituent l’essentiel de la matière première utilisée par l’association. De par le contexte de création de cette activité de compostage, la logique première de l’association est de traiter les déchets urbains. Le projet est, en effet, porté par des acteurs urbains, des ingénieurs et experts ancrés dans le monde des déchets, avec pour objectif principal d’assainir la ville et d’éradiquer les épidémies de peste et de choléra. Aucun acteur du monde agricole n’est impliqué dans le projet de départ et, d’ailleurs, les principaux protagonistes ne disposent pas de réseau d’interconnaissances au sein du monde agricole. Le compostage est vu comme un moyen de traitement des déchets plus que comme une activité de production de fertilisant pour l’agriculture locale. Ces attentes sociales de départ, portées par des acteurs largement ancrés dans le monde des déchets, vont se mettre en œuvre à travers un dispositif sociotechnique qui formatera la gestion des déchets de telle sorte que le compostage devient quasiment une fin en soi, n’impliquant pas la prise en compte des volontés et besoins des agriculteurs urbains et périurbains.

Le compostage comme moyen de réduction des volumes de déchets

  • 11 Entretien avec le fondateur de Tananamadio et de Gevalor, 2009.

18Nous l’avons déjà évoqué, la collecte est financée directement par le prélèvement d’une taxe à laquelle sont soumis les producteurs de déchets. De son côté, l’association Tananamadio est financée principalement par des bailleurs de fonds internationaux. La filière de valorisation des déchets ne dépend donc pas directement de la vente des composts. Néanmoins, Gevalor souhaite acquérir une autonomie financière grâce à la commercialisation de ses produits. De plus, la décharge/plate-forme de compostage constitue un « goulot d’étranglement11 » qui oblige à vendre régulièrement les composts pour continuer le traitement des déchets (figures 2 et 3).

Figure 2a. Organisation du site de la décharge et compostage. Tas de compost au milieu des déchets.
Le site géré par Tananamadio fait office de décharge et de plate-forme de compostage. Les déchets y sont acheminés et déposés dans la zone de déchargement à l’entrée du site. Ils sont alors triés à la main par les salariés de l’association, employés à la journée ou au mois. La fraction organique est mélangée avec les autres matières organiques récupérées par l’association (résidus des abattoirs ou du port par exemple) et mise en tas pour être compostée. Après plusieurs semaines de maturation, pendant lesquelles les tas de compost seront retournés deux à trois fois, le compost mûr est tamisé et mis en sachet. Il est finalement stocké sur place avant d’être livré directement aux clients ou acheminer vers le magasin de vente situé dans le centre-ville.

19En effet, le site de la décharge est relativement réduit par rapport au volume de déchets que l’association devra traiter une fois la collecte pleinement optimisée. Une extension du site, qui appartient à l’université de Majunga, est envisagée par l’association, mais ce projet est freiné par la complexité des droits de propriété et de gestion de la décharge. L’université y détient des bâtiments, potentiellement destinés à des activités pédagogiques ou de recherches, qui limitent l’extension de la décharge. Mais, localisé à proximité d’un cimetière traditionnel, le site est réputé être hanté par des esprits et les bâtiments sont délaissés par l’université. Cette dernière souhaite toutefois conserver la possibilité d’utiliser ces bâtiments et argue de ne pouvoir agir sans l’accord de son ministère de tutelle, difficilement mobilisable dans un contexte d’instabilité politique générale.

Figure 2b. Organisation du site de la décharge et compostage. Zone de dépôt des déchets non compostables, en travaux.
Lors du premier tri, la partie non organique est orientée vers l’autre côté du site, faisant office de décharge. Les déchets de cette zone ayant encore un intérêt (bouteilles plastique, métal, etc.) sont récupérés par les populations vivant à proximité du site, notamment dans les bâtiments délaissés par l’université. Ces déchets peuvent être réutilisés directement ou revendus pour leur propre compte. Une grande partie des déchets non organiques reste cependant sur place et se dissémine au gré du vent.

Figure 2c. Organisation du site de la décharge et compostage. Zone de mise en sachet du compost.
[Clichés : S. Joncoux, Majunga, 2009.]

Schéma S. Joncoux, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Schéma de l’organisation du site de la décharge et du compostage.

20Au-delà de la propriété du site, la gestion de la décharge est confiée à la CUM qui l’a elle-même déléguée à l’association Tananamadio. Cette dernière a réalisé des travaux conséquents d’aménagement – réfection de la route d’accès, construction d’un bâtiment, organisation du site, etc. – et revendique le fait de pouvoir peser dans la décision de l’extension du site. Dans ce jeu d’acteurs, de droits, de délégations et d’occupations sur fond d’instabilité politique, l’extension de la décharge est totalement bloquée. Avant d’être une source de financement, le compostage constitue alors surtout un moyen de réduire de façon considérable les volumes de déchets de par la transformation des matières organiques durant la phase de fermentation. Entre le démarrage du projet – au début des années 2000 – et 2009, l’activité de compostage s’est fortement développée, grâce aux subventions et malgré la faiblesse des ventes, pour atteindre une production d’environ 1 500 tonnes de compost par an.

La production de compost : une source de financement en soi

  • 12 Document de Gevalor, février 2010, Compostage des ordures ménagères de Mahajanga (Madagascar).

21En 2010, Gevalor parvient à inscrire officiellement l’activité de compostage des ordures ménagères de Majunga dans le mécanisme de financements des « crédits carbone ». Il s’agit de faire reconnaître l’intérêt du compostage permettant d’éviter le dégagement de gaz à effet de serre. Après une étude approfondie, la fondation Good Planet s’engage à financer le projet pendant dix ans. Le projet se fonde sur le compostage de 12 000 tonnes de déchets ménagers par an, qui correspondent à une réduction de 150 000 tonnes d’équivalent CO212. Chaque tonne d’équivalent CO2 non produite valant 17 €, ce mécanisme de « crédits carbone » représente une véritable manne financière pour Tananamadio, sous contrôle toutefois de l’association française Gevalor et du respect des normes internationales établies par le Voluntary Carbon Standard qui encadre les « crédits carbone ». Cette procédure, très encadrée et très pesante pour une association relativement modeste, représente une véritable contrainte mais permet d’assurer une pérennité financière sur le long terme. Tananamadio obtient ainsi une plus grande marge de manœuvre pour la commercialisation de ses produits. La production du compost devient en conséquence une source de financement en elle-même et entre pleinement dans une logique écologique.

22Néanmoins, les engagements pris par Gevalor auprès de Good Planet impliquent une augmentation notable des volumes de déchets traités. Selon le fondateur de Gevalor, l’augmentation des volumes de compost produit est contractuelle et fait l’objet d’une avance de financement par Good Planet :

  • 13 Entretien avec le fondateur de Tananamadio et de Gevalor, 2009.

On a eu de la chance que Good Planet, qui distribuera ces fonds, a bien voulu nous faire une avance. […] Mais, par contre, on est dans l’obligation écrite de faire dans deux ans une production de 4 500 tonnes par an. Là, on est à 1 500, l’année prochaine on passera à 2 500 et après 4 500, ça c’est contractuel.13

23Faute d’extension du site de compostage et de capacité de stockage suffisante, Tananamadio se voit contraint d’évacuer le compost de façon massive et régulière pour s’assurer un espace adapté à l’augmentation programmée de la production. Pour leur part, les coordinateurs de Gevalor n’envisagent pas de donner le compost : en effet, ils souhaitent bénéficier d’un revenu complémentaire à l’activité de traitement des déchets par le biais de la commercialisation et assurer ainsi une trésorerie suffisante aux deux associations. Sous cet angle, la production de compost est bien une fin en soi, tant qu’elle remplit la mission d’assainissement de la ville et qu’elle constitue une source de financement par elle-même. Néanmoins, dans la stratégie de Gevalor, qui n’est pas enclin à la distribution gratuite du compost auprès du paysannat local, la production de compost implique sa commercialisation.

LE MARCHÉ DU COMPOST : DU MARAÎCHAGE URBAIN ET PÉRIURBAIN A L’AGRO-INDUSTRIE

Une faible utilisation par les maraîchers : un manque de connaissance

24Les ordures ménagères ont, a priori, un intérêt croissant pour les maraîchers urbains et périurbains. En effet, on a vu, plus haut, que l’étalement urbain engendre un éloignement des grands élevages de zébus, dont le fumier constituait une des premières sources de fertilisant (figure 4). Les élevages intra-urbains (principalement porcs et volailles) encore présents sont de petite taille et ne peuvent fournir assez d’effluents pour des sols qui sont parfois très pauvres en matières organiques et nécessitent une fumure régulière.

25Les engrais minéraux sont chers à l’achat et pas nécessairement disponibles à proximité de toutes les zones de cultures. Dans l’ensemble, les maraîchers font plutôt face à des difficultés pour se procurer des matières fertilisantes du fait de l’éloignement des zones de production ou de vente, des périodes régulières de pénurie et des prix parfois prohibitifs (Dumont, 2006). Le compost d’ordures ménagères semble alors particulièrement intéressant. Néanmoins, en 2006, S. Dumont estimait que seulement 10 % des maraîchers urbains et périurbains avaient connaissance du compost produit par Tananamadio, les utilisateurs réguliers se résumant à quelques dizaines de maraîchers. Le premier obstacle à l’utilisation du compost d’ordures ménagères est donc la connaissance et la visibilité du produit. Au début des années 2000, Tananamadio a réalisé une campagne de publicité et implanté différents points de vente dans les principales zones de production maraîchères. Cela a permis de faire parler du produit et d’inciter de nombreux maraîchers à l’utiliser. Toutefois, S. Dumont montre encore que ce développement commercial ne s’est pas accompagné de conseils agronomiques sur les conditions d’utilisation du produit. Or, l’activité de maraîchage à destination commerciale s’est largement constituée autour des migrants (les populations implantées localement étant traditionnellement plutôt des éleveurs) n’ayant pas nécessairement de formation agricole ou, du moins, pas de connaissance des caractéristiques naturelles particulières de la région de Majunga. De plus, le compostage est encore peu pratiqué à l’échelle de Madagascar et généralement peu connu des agriculteurs. En l’absence de références sur les doses, les périodes ou les types de cultures les plus propices, les mauvaises expériences se sont multipliées et les maraîchers n’ont pas renouvelé l’expérience.

Figure 4. Les maigres zébus des maraîchers périurbains.
[Cliché : S. Joncoux, Majunga, 2009.]

  • 14 On fait ici notamment référence aux travaux déjà cité de M. Mawois, S. Dumont et N. Bordage réalis (...)
  • 15 Sur ces questions, voir notamment H. Mendras et M. Forsé, 1983 ou J.-P. Olivier de Sardan, 1995.

26L’essentiel des utilisateurs réguliers ayant persisté dans l’utilisation du compost s’est constitué autour d’expérimentations au champ menées par des agronomes chez des maraîchers14. Ces expérimentations qui visaient d’abord la caractérisation du comportement du compost sur les différents types de sols et de cultures ont, dans un premier temps, permis de faire connaître son existence même aux maraîchers concernés, ainsi que ses conditions d’utilisation optimale. La circulation de ces informations parmi les réseaux des agriculteurs, comme l’observation et la reproduction de ces expérimentations aux champs par les maraîchers à proximité, ont ensuite permis une diffusion plus large de ces connaissances produites autour du compost. Les agronomes ont ainsi pleinement participé à une logique sociale de diffusion de l’innovation15 qui semble n’avoir pas été prise en compte par les membres de Tananamadio.

27Aujourd’hui, les points de vente implantés dans les zones maraîchères ont disparu ou ne sont plus utilisés. Le seul point de vente qui subsiste se situe en centre-ville, dans les locaux mis à disposition par la CUM, très éloignés des zones agricoles principales. Le recentrage sur ce point de vente unique favorise plutôt l’utilisation du compost par des citadins aisés ayant de grandes propriétés comportant souvent des espaces verts. L’association a, toutefois, embauché une « commerciale » dont l’essentiel du travail consiste à démarcher et entretenir les relations avec les maraîchers. Elle dispose d’un « fichier clients » spécifique et fait régulièrement des tournées pour proposer les produits de Tananamadio, prendre des commandes, entretenir les relations, etc. Malheureusement, la personne recrutée pour ce poste n’a pas de formation initiale ni dans le domaine du commerce ni dans celui de l’agronomie. Malgré sa sympathie et son dynamisme – qui lui ont permis de créer une forte proximité humaine avec les maraîchers –, elle n’est pas en mesure de les conseiller sur l’utilisation du compost.

28On voit ici l’impact de l’ancrage du projet de compostage dans une logique d’assainissement, porté par des acteurs issus du monde des déchets. L’association n’a pas les réseaux de connaissances ou d’interrelations ni les compétences techniques pour implanter le compost au sein d’un monde agricole qui recherche des conseils techniques. Quand bien même l’association développe-t-elle des compétences dans le domaine agronomique, elle ne parvient pas, pour autant, à pénétrer le marché de la petite agriculture urbaine et périurbaine.

Les difficultés de la coopération paysanne autour du compost

  • 16 1 € vaut environ 2 800 ariary, soit à peu près 40 € la tonne de compost.

29En 2006, Tananamadio a hébergé une stagiaire agronome pour la réalisation d’une étude sur le marché potentiel du compost au sein des agriculteurs maraîchers. En raison de la défaillance du coordinateur de l’association, cette stagiaire s’est retrouvée à gérer celle-ci, secondée par les fondateurs de Gevalor. Durant son étude, elle a mis en lumière le fait que, au-delà de la connaissance du produit, le coût était un élément central dans le refus ou l’abandon de l’utilisation du compost par les maraîchers. Le compost se vend en effet en moyenne 120 ariary16 le kilo contre 30 ariary le kilo de fumier de zébu et 15 ariary le kilo de fumier porcin (Bordage, 2010). Les doses de compost ou de fumier varient fortement selon les utilisateurs, les types de cultures, les sols, etc., mais restent dans des ordres de grandeur comparables. Le compost est donc nettement plus cher que les fertilisants habituellement utilisés par les maraîchers : rapporté à la dose utilisée, il se situe, en effet, dans une fourchette de prix plus proche de celle des engrais minéraux. De plus, le prix du compost, comparativement à celui des fumiers, peut augmenter considérablement en raison du coût du transport entre le dépôt du centre-ville et les zones d’utilisation.

30Sous l’impulsion de la stagiaire agronome, devenue de fait la coordinatrice de Tananamadio, l’association a instauré un « prix spécial paysan ». Le compost est alors vendu aux petits producteurs à 40 ariary le kilo au lieu de 120, avec des facilités de paiement adaptées aux trésoreries limitées des maraîchers. En outre, il est livré gratuitement par l’association à partir d’une commande d’une tonne. Les prix deviennent ainsi comparables à ceux des fumiers et beaucoup plus attractifs pour les maraîchers. Mais un achat d’une tonne implique pour ces derniers de regrouper leurs besoins pour faire une commande collective sur une zone donnée. Or, il n’existe pas d’organisation de producteurs à travers laquelle la myriade de petits maraîchers pourrait se regrouper par zones. Ainsi, la collectivisation de l’achat de compost est problématique pour tous les acteurs rencontrés et, à ce jour, un seul ensemble de maraîchers est parvenu à se structurer pour bénéficier de la livraison gratuite proposée par Tananamadio.

31Plusieurs raisons peuvent être avancées pour expliquer ces difficultés. En premier lieu, C. Gondart-Delcroix et S. Rousseau (2004) montrent que si la solidarité est un élément essentiel de la stratégie de gestion des risques des ménages ruraux, elle s’applique ex post, comme une assurance en cas de crise, plutôt qu’ex ante, dans la collectivisation du travail agricole. En ce sens, le cas des ménages ruraux ne semble pas être très différent de celui des agriculteurs urbains et périurbains. L’entraide agricole se fait au cas par cas, dans des réseaux de proximité sociale et géographique et essentiellement en cas de difficulté. On peut voir ici une évolution du principe du fihavanana au regard des conditions de vies urbaines : le fihavanana peut être défini comme un « système de règle, norme et coutume qui régit la dynamique de la société locale, édicte les comportements interpersonnels, les modes de sociabilité et les stratégies anti-risque » (Sandron, 2008, 507). Ce principe fort de solidarité et de réciprocité s’applique traditionnellement à l’échelle de la communauté villageoise et l’entraide agricole y est centrale. Mais il peut également représenter une véritable contrainte comme l’illustre le coordinateur des paysans cultivateurs de tabac pour le compte d’une grande société malgache :

Le comble, c’était à Bevla, il y a deux semaines. Des enfants du village ont joué avec une allumette, ça a commencé à brûler, avec le vent les deux séchoirs ont cramé. Donc on leur a dit voilà le système : vous portez plainte et vous joignez avec une copie de cette plainte une demande de report de crédit pour l’année prochaine. On va reporter 50 % de votre dette et on va encore vous aider à faire avancer le reste de la récolte pour pouvoir reconstruire un séchoir rapidement. Vous joignez à votre demande la copie de la plainte. Si vous ne le faites pas, vous n’aurez pas le droit de vous inscrire l’année prochaine. Alors la femme a déposé la plainte à la gendarmerie, et le monsieur a été à la gendarmerie pour retirer la plainte. (Entretien avec le responsable de la production paysanne de tabac pour le compte de la Sotcam, 2009.)

32Le coordinateur explique le retrait de la plainte par le fait que les deux enfants font partie de la même communauté que le cultivateur de tabac et qu’il n’est donc pas concevable pour ce dernier de les dénoncer. F. Sandron (2008) considère que ce principe du fihavanana « s’assouplit » toutefois fortement avec l’évolution des conditions de vie et, notamment, le passage d’une agriculture d’auto-subsistance à une agriculture commerciale. L’auteur constate une forme de « découplage » entre les relations sociales et les activités économiques qui s’exprime particulièrement dans la substitution du salariat agricole à l’entraide. Ces évolutions sont particulièrement prégnantes dans le cas des agriculteurs urbains et périurbains. L’autarcie villageoise n’existe plus, la communauté a un poids beaucoup moins marqué et l’agriculture a une vocation de plus en plus commerciale. Autant de facteurs qui participent à assouplir le principe du fihavanana pour le rendre conciliable avec les aspirations individuelles de chacun. L’hypothèse que nous formulons ici – qui nécessiterait toutefois une exploration plus détaillée – repose sur le fait que, avec la dissolution des communautés autonomes dans l’urbanisation, le fihavanana ne s’impose plus de façon mécanique sur un ensemble d’individus prédéterminé par les limites de la communauté. En revanche, toute forme d’association volontaire entre individus reste théoriquement soumise au principe général de solidarité, de consensus et de réciprocité du fihavanana. Ainsi, un des maraîchers rencontrés pense que s’il s’associe avec ses voisins pour commander du compost et que l’un de ses voisins ne paie pas, il devra payer à sa place. Cette conception de la solidarité devient dissuasive dans les temps de crise où chaque maraîcher connaît les difficultés financières de ses voisins pour les vivre par lui-même.

33Face au peu de réussite du « prix spécial paysan » et aux difficultés de recouvrement des paiements s’étalant sur de longues périodes, cette initiative a été abandonnée et le nombre de maraîchers utilisant le compost dans la principale zone de diffusion a chuté en 2010 (Bordage, 2010). L’apparition d’un nouveau marché, lié à l’arrivée de grandes firmes agro-industrielles dans la région de Majunga, a également participé à l’abandon du « prix spécial paysan ». L’association voit, en effet, dans ces grandes firmes un marché beaucoup plus adapté à son produit et à son mode de fonctionnement par rapport aux très nombreux petits maraîchers nécessitant un lourd travail de communication et de conseils et ayant, entre autre, des difficultés de trésorerie et de transport.

L’agro-industrie : un débouché plus en adéquation

  • 17 Pour une analyse détaillée de ce projet et sa place dans la politique agricole de Madagascar, voir (...)
  • 18 Madagascar Tribune, lundi 2 février 2009 ; http://www.madagascar-tribune.com/Chronologie-de-l-affai (...)
  • 19 Le jatropha est un arbuste qui pousse sous les climats tropicaux. Il est reconnu pour ses propriét (...)
  • 20 Entretien avec le co-fondateur de l’entreprise JSL, 2009.

34Depuis le milieu des années 2000, plusieurs projets de création de grands domaines de cultures industrielles, portés par des firmes internationales, ont vu le jour à Madagascar. Le projet de l’entreprise coréenne Daewoo, à travers sa filiale Madagascar Future Entreprise, a défrayé la chronique en 2008. Afin de produire des denrées alimentaires destinées à l’exportation vers la Corée17, un accord aurait été passé entre cette filiale et l’État malgache portant sur la concession de 1 300 000 hectares de terres dans le cadre d’un bail emphytéotique de 99 ans. Plus discrètement et échappant à la vision médiatique focalisée sur « l’affaire Daewoo18 », plusieurs projets agro-industriels se sont constitués dans la région du Boeny, à proximité de Majunga, ce qui pour l’association Tananamadio représente un marché potentiel important. Une nouvelle coordinatrice, également française et agronome de formation, remplace la stagiaire précédente qui a quitté Madagascar et une partie de sa mission est dédiée à l’ouverture de ce marché. La plus ancienne et principale cliente de l’association est l’entreprise JSL, filiale malgache d’un groupe industriel allemand, installée dans la région depuis 2008. Cette entreprise, financée et dirigée par des Occidentaux, correspond au profil de ce que l’on peut appeler une « agriculture de firme spéculative » (Hervieu, Purseigle, 2009). Sa production est centrée sur le jatropha, culture à vocation énergétique, dans le but de produire des biocarburants sur plusieurs milliers d’hectares (figure 519). Contrairement aux exemples précédents, JSL s’est installée à Madagascar sur de petites surfaces, quelques centaines d’hectares et a un « business plan progressif ». Elle s’inscrit dans une logique de « business adapté » et entend mettre en œuvre une agriculture « durable », intégrant des conditions de production alignées sur les standards biologiques européens, la réduction des émissions de carbone, la protection de la biodiversité et le commerce équitable20. Au-delà des pratiques réelles de cette entreprise, relevant encore du projet au moment de l’enquête de terrain, c’est une sensibilité environnementale affichée qui l’incite à l’utilisation de compost issu de déchets recyclés.

Figure 5. Une plantation industrielle de jatropha.
[Cliché : S. Joncoux, Majunga, 2009.]

35Dès la première année, JSL a mis en place des essais au champ sur une cinquantaine d’hectares, assortis d’analyses de sol et de croissance des plantes. Le but était de tester différentes combinaisons d’engrais, associées à des techniques culturales spécifiques, dans l’espoir de trouver une formule permettant de réduire les consommations d’intrants chimiques. Le compost se révèle en adéquation avec les attentes de JSL, autant du point de vue des performances agronomiques recherchées que du coût. Pour un second test, il a déjà été décidé d’atteindre les 80 % d’engrais biologiques minimum demandés par les investisseurs de JSL. De 3 hectares fertilisés avec le compost urbain de Tananamadio la première année, l’entreprise est passée à 150 hectares l’année suivante, ce qui représente une commande d’environ 500 tonnes, soit un tiers de la production annuelle de l’association. Dans l’optique des milliers d’hectares que pourrait atteindre très rapidement l’exploitation, le marché est colossal pour Tananamadio. De plus, ce marché est plus adapté aux caractéristiques du produit proposé par l’association et au mode de fonctionnement qu’elle souhaite mettre en place :

[…] les « gros » cultivateurs, qui souvent peuvent bénéficier de l’appui d’un ingénieur agronome qui sait déjà comment se distingue le compost des autres fertilisants, sont donc plus faciles à convaincre. (Document de travail interne de Tananamadio rédigé par la coordinatrice de l’association, 2009.)

36Les firmes pratiquant une agriculture industrielle connaissent les composts et savent comment les utiliser. Elles ont les moyens de tester le produit par elles-mêmes et d’évaluer leurs besoins. De plus, elles n’ont pas de difficultés de trésorerie, ni de transport et un seul interlocuteur suffit à passer des commandes pouvant représenter plusieurs centaines de tonnes. Néanmoins, ce marché, encore balbutiant, est instable. De nature spéculative, ces firmes peuvent facilement abandonner ou déplacer leur activité au gré des prix du marché et de la fluctuation des gains estimés. Tananamadio en a d’ailleurs déjà subit les conséquences : un agroindustriel avait passé une commande de 1 000 tonnes au début de l’année 2008, dans laquelle l’association plaçait beaucoup d’espoir. Malheureusement, cet agroindustriel a quitté Madagascar sans honorer cette dernière…

LA CAPTATION DU GISEMENT DE « DÉCHETS » ORGANIQUES

37Grâce à l’implantation de grandes agro-industries dans la région de Majunga, un marché à la hauteur de l’augmentation programmée de la production semble s’ouvrir pour Tananamadio. Néanmoins, un problème reste entier : augmenter la production du compost ! S’ajoutant à la question du périmètre limité du site de compostage, la principale difficulté consiste à améliorer la captation du gisement de « matières premières ». Pour cela, Tananamadio diversifie ses sources d’approvisionnement et travaille avec la CUM afin d’améliorer la collecte des ordures ménagères.

La plate-forme de compostage : un « aspirateur à déchets »

  • 21 Voir supra note 7.

38Dès le début de son activité, Tananamadio a cherché à diversifier ses sources de « déchets » organiques. Dans un premier temps, il s’agissait surtout d’améliorer le processus de compostage et la qualité des composts qui n’était pas assurée par les seules ordures ménagères. Tananamadio récupère donc également des sciures de bois, des déchets de l’industrie du tabac, les résidus de cornes broyées issues d’un atelier de production d’objets manufacturés en cornes de zébus, les rumens (panses de zébus) des abattoirs de la ville, etc. Par ailleurs, il s’agit également pour l’association de faire en sorte que la CUM puisse augmenter le taux de collecte des ordures ménagères qui restent sa matière première centrale en termes de volume. Quoi qu’il en soit, en raison de l’augmentation programmée de la production, la décharge est en passe de devenir un véritable « aspirateur à déchets » et cela n’est pas sans poser de problèmes. En effet, ce qui est considéré comme des « déchets » par Tananamadio, des matières a priori sans intérêt, ne l’est pas forcément pour d’autres acteurs qui utilisaient ces matières avant l’implantation de la plate-forme de compostage. Le rapport de Dinika, à la base de la création de l’activité de compostage, faisait déjà état d’une utilisation des matières organiques contenues dans les ordures ménagères par les éleveurs pour nourrir leur bétail et par les maraîchers pour fertiliser les sols21. Le directeur technique de la CUM, supervisant la collecte des déchets, affirme également qu’ils étaient utilisés par les producteurs de maïs avant l’arrivée de Tananamadio :

Avant, les ordures étaient données aux paysans. Elles étaient déposées sur un site à côté de l’aéroport. Les paysans du coin cultivaient leur maïs à partir des ordures brutes. Ils avaient de grands maïs qu’ils vendaient bien, alors que maintenant les maïs sont plus petits. (Entretien avec le directeur technique de la communauté urbaine de Majunga, en charge de la gestion des déchets, 2009.)

39Un rapport de l’association confirme également l’utilisation du rumen avant que Tananamadio ne le récupère :

Les prisonniers du Camp pénal Bealoy, à 17 km de la ville, travaillent en semi liberté sur des cultures. Ils ont besoin de fertilisants pour leurs cultures. Avant que Tananamadio ne signe un accord avec la CUM pour l’exclusivité du rumen, c’est eux qui le récupéraient. (Document interne de Tananamadio, rapport de visite no 10.)

40Mais l’augmentation de la production à laquelle se sont engagés les coordinateurs de Gevalor dans le cadre des « crédits carbone » rend essentiel l’accès à ces matières. Le même rapport de visite auprès du directeur du Camp pénal relève ce problème de façon explicite :

Dans la mesure où le rumen est comptabilisé dans les économies de GES [gaz à effet de serre], il était important pour nous de pouvoir garder l’apport prévu. Nous leur avons donc proposé éventuellement d’étudier la possibilité de leur fournir gratuitement du compost et de la corne… (Document interne de Tananamadio, rapport de visite no 10.)

41Cette citation confirme bien le fait que le compostage devient une fin en soi ou, du moins, devient prioritaire sur la vente. Le don de compost peut « éventuellement » être discuté, mais le partage de la matière première n’est pas une option envisagée. Au-delà des intérêts propres de l’association, ses coordinateurs s’appuient sur des arguments sanitaires et agronomiques pour justifier la captation de plus en plus grande du gisement de matières organiques résiduaires. L’utilisation brute des ordures ménagères peut être la source d’une contamination des sols et des plantes par des éléments pathogènes. Les spectres de la peste et du choléra sont encore là pour le rappeler. De plus, le compost est censé être plus performant d’un point de vue agronomique que les ordures brutes. Toutefois, nous avons vu que les paysans, qui se trouvent privés d’une source de fertilisant peu onéreuse et facilement disponible, n’ont pas nécessairement les moyens d’acheter et utiliser le compost produit par Tananamadio.

Les déchets : une valeur en soi

42Au-delà des problèmes liés à la diversification du gisement, la difficulté essentielle pour augmenter la production réside dans l’augmentation du taux de collecte des ordures ménagères pour alimenter la plate-forme de compostage. Rappelons que, selon la convention qui encadre l’activité de traitement des déchets, la collecte est à la charge de la CUM, aussi bien financièrement que techniquement. Or, la collectivité parvient à peine à maintenir le taux de collecte actuel. Mais, plus fondamentalement, le développement de l’activité prévu par Gevalor pour Tananamadio, l’obtention des « crédits carbone » et l’apparition d’un marché potentiellement très important amène la CUM à remettre en cause la convention qui la lie à l’activité de compostage.

43En effet, à la fin des années 2000, le ratio de collecte des ordures ménagères est encore de 30 % en moyenne et la convention de gestion des déchets implique une livraison journalière de 14 camions à la décharge de Mangatokana. Gevalor espère pouvoir atteindre rapidement un taux de collecte de 75 % et augmenter ainsi considérablement les volumes de déchets livrés sur le site de compostage. Nous n’insistons pas ici sur les contraintes de collecte liées aux quartiers « spontanés » (habitudes de brûler ou réutiliser directement les déchets, manque de points de collecte, problèmes d’accès et de circulation pour les camions, etc.) qui nécessiteraient une étude à part entière. Précisons simplement qu’une augmentation du taux collecte implique, entre autres, de concevoir un système spécifique pour capter le gisement issu de ces quartiers. Une association travaille déjà en partenariat avec la mairie et Tananamadio/Gevalor pour organiser cette collecte, qui reste toutefois limitée. La CUM éprouve toujours de grandes difficultés à collecter l’ensemble des bacs du centre-ville et cet élargissement de la collecte aux quartiers « spontanés » ne semble pas être une priorité (figure 6). Elle dispose d’un parc réduit de véhicules de collecte qu’elle n’a pas les moyens d’agrandir par l’achat de nouveaux camions.

44Mais, entre les pannes régulières des véhicules, le manque de trésorerie pour payer les chauffeurs ou même l’essence, la CUM a déjà du mal à faire circuler l’ensemble des camions dont elle dispose. Ainsi, selon le responsable de production sur le site de compostage, ce sont plus souvent 6 à 8 camions qui arrivent à la décharge au lieu des 14 prévus initialement.

45Plusieurs personnes de l’association Tananamadio suspectent de plus les chauffeurs de la CUM de détourner les camions de la décharge pour vendre directement les déchets pour leur compte. Une étude de marché pour la valorisation des déchets par compostage, datant de 2006, confirme ces suspicions et précise que ce sont principalement les maraîchers qui utiliseraient les ordures ménagères brutes :

Figure 6. Un bac de la CUM dans le centre-ville.
[Cliché : S. Joncoux, Majunga, 2009.]

En outre, certaines ordures sont « vendues » par les camionneurs livreurs de la CUM à des particuliers, constitués principalement par des maraîchers. Ces derniers les utilisent directement dans leurs champs de culture. (Business and Market Expansion/Groupement pour la relance économique et environnementale nationale, 2006, La valorisation des déchets à Mahajanga et études de marché du compost, Rapport de recherche financé par US-AID Madagascar, p. 19.)

46Les pratiques de récupération des déchets bruts par les maraîchers, relevant d’un « format ressource », se maintiennent. Mais, avec l’essor de l’activité de compostage, elles deviennent un « détournement » des déchets. Précisons toutefois que, à l’inverse, certaines personnes de la CUM suspectent le personnel en charge de la production pour Tananamadio de détourner le contenu des camions à leur profit. Toujours est-il que les quantités de matières premières pour le compostage qui arrivent effectivement à la décharge sont fluctuantes et régulièrement en dessous des prévisions. Cela représente un réel obstacle pour Tananamadio tant pour honorer les contrats de commercialisation qu’elle met en place avec les agro-industriels, que pour la perspective d’augmentation de la production de compost.

47La CUM a bien saisi cette relation de dépendance et entend en profiter pour renégocier les termes de la convention, afin de trouver une source de financement pérenne pour la collecte à travers l’activité de compostage. Le directeur technique de la collecte des déchets remet ainsi en cause la logique de service public établie précédemment :

Là, jusqu’à présent, je vous le dis franchement, la commune ne jouit pas des fruits de Tananamadio. Presque 100 % des dépenses de la collecte est à la charge de la CUM et les revenus des ventes du compost appartiennent à Tananamadio. […] Si on calcule 17 € par tonne, avec 10 000 tonnes par an, c’est déjà pas mal d’argent. Je ne demande pas beaucoup, au moins la moitié, ou 40 % à la CUM. Parce que c’est notre ordure, c’est notre dépense. (Entretien avec le directeur technique de la CUM, 2009.)

48Une discussion s’ouvre alors sur une généralisation de la participation de Tananamadio aux frais liés à la collecte – déjà mise en place de façon ponctuelle – qui, pour la CUM, devrait se faire à travers l’achat des ordures ménagères. Pour Tananamadio/Gevalor, la création de valeur permettant de transformer les déchets en produits se situe dans l’activité de compostage en tant que technique d’amélioration de la qualité agronomique, sanitaire et environnementale des déchets. Les déchets restent donc des déchets tant qu’ils ne sont pas compostés et leur gestion relève d’une mission de service public. Mais la CUM souhaite étendre le principe de la valorisation, dans le sens d’une création de valeur, en faisant des déchets de véritables matières premières ayant déjà une valeur en soi et, à ce titre, s’intégrant pleinement dans une filière économique. Du fait de l’opposition de ces deux logiques et des enjeux financiers conséquents, les négociations semblent avoir été délicates. Quelques jours à peine après une réunion houleuse sur ce sujet entre l’ensemble des parties prenantes, la décharge de Mangatokana a été ravagée par un incendie. Est-il intentionnel ou accidentel ? Aucun élément à ma connaissance ne permet de trancher définitivement cette question mais la coïncidence avec le conflit ouvert laisse supposer un acte volontaire. L’activité de compostage s’est arrêtée et Tananamadio, par ailleurs en conflit avec l’association Gevalor jugée trop intrusive et dirigiste, a été dissoute.

CONCLUSION. LA VALORISATION : CRÉATION OU DÉPLACEMENT DE VALEUR ?

49Le modèle d’évolution des formats de gestion des matières organiques, ressource/déchet/produit, établi à partir du cas français, semble pertinent pour analyser la situation d’une ville du Sud. Ces matières, utilisées comme une ressource par les maraîchers locaux, se trouvent pris dans la tourmente d’une crise sanitaire et deviennent des déchets, aussitôt transformés en produits fertilisants pour l’agriculture et intégrés au cadre écologique des « crédits carbone ». Néanmoins, le cas du compostage des déchets urbains à Majunga met en lumière le fait que ces différents formats ne se substituent pas les uns aux autres dans une logique évolutionniste. Le « format produit » devient la nouvelle référence et le principe organisateur de la gestion des déchets. Cependant, le « format déchet » reste au cœur de la gestion des résidus par la CUM et le « format ressource » se maintient pour une partie des paysans. Le processus de valorisation prend alors différentes significations selon les acteurs et les trois formats de référence que nous avons approfondis.

50Pour les associations Gevalor et Tananamadio, la valorisation repose sur la transition d’un mésusage des déchets organiques à la création de valeur à travers le processus de compostage : valeur agronomique par l’intérêt fertilisant accru des matières organiques, devenant une valeur économique par la transformation en produits commerciaux ; valeur écologique induisant également une valeur économique à travers l’inscription du compostage dans le processus des « crédits carbone ». La valorisation apparaît alors comme une création de valeur. En revanche, pour les maraîchers locaux qui utilisaient les résidus bruts, la valorisation des déchets en produits constitue une perte de valeur. On passe d’une valeur d’usage, basée sur la convergence des intérêts entre un producteur qui souhaite se débarrasser de matières inutiles et un utilisateur qui souhaite se procurer une matière fertilisante peu onéreuse, à une valeur d’échange, nécessairement monétaire, définie par le producteur en fonction de ses coûts et du positionnement de son produit sur le marché.

51Or, nous avons vu que, malgré les arrangements prévus par Tananamadio à travers le « prix spécial paysan », le compost reste relativement inaccessible pour les petits maraîchers urbains et périurbains. Enfin, pour la communauté urbaine de Majunga, les matières organiques, auparavant quasi inexistantes en tant que déchets devant être pris en charge dans le cadre d’un service public, deviennent un coût financier important. La valorisation est perçue comme une création de valeur mais qui se fait à partir d’une matière première dont la valeur n’est pas reconnue dans la filière de fabrication de produits organiques fertilisants.

52Ainsi analysé à travers une pluralité de conceptions des matières organiques, d’attentes sociales auxquelles doivent répondre leur gestion et de dispositifs socio-techniques de mise en œuvre, le processus de valorisation des déchets en produits n’apparaît plus comme une création de valeur ex nihilo mais comme un déplacement, une transformation de la valeur.

53On a pu démontrer que le nouveau dispositif dominant collecte/transformation/commercialisation, tel qu’il est conçu et mis en œuvre par ses promoteurs, est en adéquation avec les attentes et les moyens de l’agro-industrie mais peu adapté au maraîchage urbain et périurbain. Loin de permettre aux acteurs agricoles urbains de tenir une place dans l’organisation de la ville à travers la gestion des déchets urbains, le « format produit » leur rend inaccessible une source de fertilisant qui devient pourtant de plus en plus essentielle à la production agricole.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arcimoles Marie d’, Borraz Olivier, Salomon Danielle, 2001, Les mondes des boues. La difficile institutionnalisation des filières d’épandage des boues d’épuration urbaines en agriculture, Paris, CSO.

Akrich Madeleine, Callon Michel, Latour Bruno, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, coll. « Sciences sociales ».

Barbier Rémi, Lupton Sylvie, 2003, « Jeux et enjeux autour de la réglementation des épandages, une analyse socio-économique », Les dossiers de l’environnement de l’INRA, 25, p. 139-148.

Barbier Rémi, Trépos Jean-Yves, 2007, « Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des collectifs », Revue d’anthropologie des connaissances, 1 (1), p. 35-58.

Barles Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 297 p.

Baudrillard Jean, 1986, La société de consommation ses mythes, ses structures, Paris, Gallimard, coll. « Folio 35 ».

Bordage Nolwenn, 2010, Usage d’un compost de déchets domestiques dans les systèmes de culture urbains et périurbains de Mahajanga (Madagascar), Mémoire de fin d’études pour l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome sous la direction de N. Devaux, Montpellier, SupAgro.

Chalmin Philippe, Gaillochet Catherine, 2009, Du rare à l’infini panorama mondial des déchets 2009, Paris, Economica.

Chanteau Suzanne, Rahalison Lila, Duplantier Jean-Marc, Ratsitorahina Mahery, Boisier Pascal, Handschumacher Pascal, 2001, « Épidémies de peste et espaces urbains : l’exemple du port de Mahajanga à Madagascar », manuscrit no DK/64, 6e Congrès international francophone de médecine tropicale « Santé et urbanisation en Afrique », Dakar.

Charvolin Florian, 2003, L’invention de l’environnement en France. Chroniques anthropologiques d’une institutionnalisation, Paris, La Découverte.

Dumont Sylvie, 2006, Diversité des exploitations agricoles et systèmes de culture maraîchers à Mahajanga, Madagascar : quelles perspectives pour le compost urbain ?, Mémoire de fin d’études pour l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome sous la direction de M. Mawois et C. Aubry, Montpellier, SupAgro.

Gondard-Delcroix Claire, Rousseau Sophie, 2004, « Vulnérabilité et stratégies durables de gestion des risques : une étude appliquée aux ménages ruraux de Madagascar », Développement durable et territoires, Dossier 3 : « Les dimensions humaine et sociale du développement durable », http://developpementdurable.revues.org/index1143.html (consulté le 25 octobre 2014).

Hervieu Bertrand, Purseigle François, 2009, « Pour une sociologie des mondes agricoles dans la globalisation », Études rurales, no 183 (1), p. 177-200.

Mandinaud Vincent, 2005, « La pollution des sols des champs d’épandage d’eaux usées, contrainte et/ou ressource pour le développement durable en plaine de Bessancourt-Herblay-Pierrelaye », Développement durable et territoire, Dossier 4 : « La ville et l’enjeu du développement durable », http://developpementdurable.revues.org/document1543.html (consulté le 25 octobre 2014).

Mawois Marie, 2009, Constitution des systèmes de culture maraîchers à proximité d’une ville : quelles marges de manœuvre des agriculteurs pour répondre à une augmentation de la demande ? Cas des systèmes de culture à base de légumes feuilles dans l’espace périurbain de Mahajanga (Madagascar), Thèse de doctorat sous la direction de M. Le Bail et C. Aubry, Montpellier, Agro Paris Tech.

Mendras Henri, Forsé Michel, 1983, Le changement social. Tendances et paradigmes, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Moustier Paule, Mbaye Alain, 1999, « Introduction », dans Moustier P., Mbaye A., Bon H. de, Pagès J. (dir.), Agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne, Actes de l’atelier international (20-24 avril 1998), Montpellier, Cirad, p. 7-16,

Nicourt Christian, Girault Jean-Marc, 2003, « Qualification des déchets des boues de stations d’épuration et réorganisation de la filière, dans deux départements marqués par le moteur urbain », Les dossiers de l’environnement de l’INRA, 25, p. 125-138.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1995, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris/Marseille, Karthala/APAD, coll. « Hommes et sociétés ».

Sandron Frédéric, 2008, « Le fihavanana à Madagascar : lien social et économique des communautés rurales », Revue Tiers Monde, no 3, p. 507-522.

Silguy Catherine de, 1996, Histoire des hommes et de leurs ordures du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 225 p.

Teyssier André, Ramarojohn Landry, Ratsialonanarivo Andrianirina, 2010, « Des terres pour l’agro-industrie internationale ? Un dilemme pour la politique foncière malgache », EchoGéo, no 11, http://echogeo.revues.org/index11649.html (consulté le 25 octobre 2014).

Trépos Jean-Yves, 2004, « L’équipement politique des passions », Le Portique. Revue de philosophie et de sciences humaines, 13-14, p. 43-58.

Notes

1 Créée en 1975, sous la tutelle du ministère de l’Environnement, lui-même créé dès 1971.

2 Le plan d’épandage est un document par lequel l’agriculteur doit démontrer que les différentes matières organiques et parcelles concernées par l’épandage répondent à des « conditions environnementales satisfaisantes » selon l’arrêté du 16 septembre 2005 relatif au projet d’amélioration des pratiques agronomiques. Cela implique de respecter une distance minimale par rapport aux habitations et au périmètre de captage d’eau potable, des doses limites, un pourcentage maximum de pente, etc.

3 Sur les limites de la « logique déchet » dans la valorisation agricole, voir notamment d’Arcimoles, Borraz et Salomon, 2001.

4 Normes NFU 42-001 pour les engrais organiques ou organo-minéraux, 44-095 pour les amendements organiques à base de boues de STEP et 44-051 pour les amendements sans boues.

5 La notion « socio-technique » renvoie ici à la sociologie de la traduction (Akrich et al., 2006) et définit des associations entre des « humains » et des « non-humains » participant conjointement à la construction d’un « collectif ». La notion de « dispositif » permet d’insister sur le caractère performatif des collectifs ainsi formés (Trépos, 2004). Pour un approfondissement de ces notions en lien avec celle de « format », voir Barbier et Trépos, 2007.

6 Les résultats présentés ici sont issus d’un travail de thèse réalisé dans le cadre du programme « Intensification écologique des systèmes agricoles par le recyclage des déchets ». Ce programme, porté par le CIRAD, a été financé par l’Agence nationale de la recherche à travers l’appel à projet « Systerra 2008 ».

7 Dinika/Office national de l’environnement, 2000, Mise en place d’un système de collecte, évacuation et traitement des déchets à Mahajanga, Rapport final.

8 Business and Market Expansion/Groupement pour la relance économique et environnementale nationale, 2006, La valorisation des déchets à Mahajanga et études de marché du compost, Rapport de recherche financé par US-AID Madagascar.

9 Ce sont les termes utilisés par les autorités municipales. Cette expression d’« habitat spontané » renvoie au fait que ces zones n’ont pas été aménagées dans le cadre du plan local d’urbanisme. Elles ne sont pas pour autant considérées comme illégales.

10 Cette agriculture est couramment définie comme « l’agriculture localisée dans la ville et sa périphérie, dont les produits sont destinés à la ville et pour laquelle il existe une alternative entre usage agricole et urbain non agricole, alternative qui ouvre sur des concurrences, mais également sur des complémentarités entre ces usages » (Moustier, Mbaye, 1999, 8).

11 Entretien avec le fondateur de Tananamadio et de Gevalor, 2009.

12 Document de Gevalor, février 2010, Compostage des ordures ménagères de Mahajanga (Madagascar).

13 Entretien avec le fondateur de Tananamadio et de Gevalor, 2009.

14 On fait ici notamment référence aux travaux déjà cité de M. Mawois, S. Dumont et N. Bordage réalisés dans le cadre de programmes scientifiques franco-malgaches.

15 Sur ces questions, voir notamment H. Mendras et M. Forsé, 1983 ou J.-P. Olivier de Sardan, 1995.

16 1 € vaut environ 2 800 ariary, soit à peu près 40 € la tonne de compost.

17 Pour une analyse détaillée de ce projet et sa place dans la politique agricole de Madagascar, voir A. Teyssier et al., 2010.

18 Madagascar Tribune, lundi 2 février 2009 ; http://www.madagascar-tribune.com/Chronologie-de-l-affaire-Daewoo,11023.html (consulté le 25 octobre 2014).

19 Le jatropha est un arbuste qui pousse sous les climats tropicaux. Il est reconnu pour ses propriétés médicinales et son huile permettant de produire des savons. C’est pour son potentiel de production d’agro-carburant qu’il est cultivé aujourd’hui. Son intérêt en la matière est toutefois controversé, de même que le fait de développer des cultures énergétiques dans des pays ne parvenant pas à produire des denrées alimentaires en quantités suffisantes. Sur ce sujet voir notamment le site internet de Natura-Sciences [http://www.natura-sciences.com/energie/agrocarburants/jatropha-biodiesel.html (consulté le 25 octobre 2014)].

20 Entretien avec le co-fondateur de l’entreprise JSL, 2009.

21 Voir supra note 7.

Auteur

Doctorant en sociologie au CERTOP (Centre d’étude et de recherche travail organisation pouvoir, UMR 5044), à l’université Toulouse II-Le Mirail et au Centre universitaire Jean-François Champollion à Albi. Après un master 2 en sociologie de l’environnement, il réalise un master professionnel en gestion sociale de l’environnement et valorisation des ressources territoriales. Sa thèse, sous la direction de M.-C. Zélem, porte sur les processus de valorisation agricole des déchets organiques, notamment à Madagascar, dans le cadre du programme « Intensification écologique des systèmes de production agricole par le recyclage des déchets », coordonné par le CIRAD et financé par l’ANR.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search