Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

Système hybride de gestion des déchets à Montevideo (Uruguay)

Lucía Fernàndez

Texte intégral

1La ville de Montevideo, capitale de l’Uruguay, avec plus d’un million et demi d’habitants, dispose d’un service municipal de gestion des déchets. Celui-ci fonctionne de manière centralisée : tous les déchets, recyclables ou non, sont collectés, puis déversés sur une même décharge contrôlée. Des camions bennes de dernière génération et des conteneurs, importés d’Italie, intègrent depuis peu ce système officiel de collecte de déchets de la ville. Parallèlement, d’autres opérations de collecte sont mises en place par des individus qui détournent une partie des déchets urbains de leur destination finale afin de les recycler (figure 1). En Uruguay, on les appelle les clasificadores – « classificateurs » – constituant un groupe d’environ 10 000 individus qui, en dépit de l’absence de tri à la source, recyclent tous les jours à peu près 400 tonnes de déchets. Ceux-ci prennent en charge 79 % des matières recyclées dans la ville, mais ils ne sont pas, pour autant, intégrés aux dynamiques institutionnelles de gestion des déchets urbains.

  • 1 Les matériaux qui sont produits au sein de notre société consommatrice sont récupérés et recyclés, (...)

2Ces clasificadores sont, dans la plupart des cas, exclus de la ville « officielle » : ils vivent dans des espaces urbains illégaux et marginalisés où ils réalisent leurs activités de tri et de stockage et parfois d’élevage de porcs. Nous tenterons de montrer ici que ces deux dynamiques de prise en charge des déchets – l’une qui collecte et enfouit et l’autre qui collecte, trie et recycle – coexistent donc à Montevideo. Cette coexistence est parfois conflictuelle, notamment lorsque les intérêts de l’une ou de l’autre dynamique sont mis en concurrence. En effet, dans les beaux quartiers, là où les résidus ont le plus de valeur pour les clasificadores, le passage de leurs charrettes à cheval gêne les habitants. Par ailleurs, malgré le travail de recyclage, estimé à environ 60 % de ce que les clasificadores parviennent à collecter (OPP, LKSUR, 2004, 78), les déchets inexploités et non valorisés sont abandonnés, après le tri, à proximité de leurs lieux de travail et de vie. Ces restes, non récupérables, ne sont pas collectés par le service municipal, entraînant ainsi des pollutions diverses qui affectent ces quartiers voués au recyclage, leurs habitants, les clasificadores (pourtant impliqués dans le tri et le recyclage) et, plus généralement, l’environnement urbain (notamment les cours d’eau). Bien que dans les discours environnementaux contemporains le recyclage soit conçu et défendu comme un système en boucle fermée1, cet article montre que, dans les conditions décrites ici, celui-ci ne donne que l’illusion d’un cercle parfait. En effet, dans un contexte où le recyclage est réalisé sans coopération municipale ou des autres citadins, il s’avère impossible de fermer le cycle sans aucune « fuite » de déchets.

Figure 1. Un récupérateur dans une rue de Montevideo.
[Cliché : N. Minetti, 2006.]

  • 2 Nous nous inspirons ici de l’approche philosophique de Leibniz sur la « spontanéité des agents », (...)

3Par ailleurs, dans ce texte, nous prenons le parti de remplacer le terme « informel » – qui a toujours été utilisé pour décrire le travail de récupération réalisé par les clasificadores – par celui de « spontané ». Ce choix a pour objectif de porter un regard différent sur la problématique de la gestion des déchets dans les villes du Sud. Nous proposons ici une acception de la notion de « spontanéité » selon laquelle celle-ci peut être définie comme le « pouvoir » qu’un individu possède de modifier lui-même son état indépendamment de toute influence extérieure. Ceci renvoie notamment au fait que les acteurs, doués de spontanéité, peuvent être la source originelle d’actions ou de manifestations2. Cette optique implique pour nous de ne pas définir notre objet d’analyse, le recyclage réalisé par les clasificadores, par rapport à un système présupposé « formel ». Nous suggérons de penser l’existence du secteur des clasificadores à partir de ses potentialités et non de ses carences. Pour ce faire, nous proposons de sortir d’une conception selon laquelle on analyse les catégories les plus défavorisées uniquement pour leurs déficiences, restant aveugles à leur puissance, principe même de leur activité. On peut donc considérer que les clasificadores forment, à partir de leur capacité d’action, un système spontané basé sur les moyens technologiques traditionnels qui sont à leur disposition. Celui-ci fonctionne depuis longtemps sans aucun type d’aide financière ou d’investissement institutionnel. Dans la plupart des villes du Sud où il n’existe pas de recyclage « formel », pourquoi devrions-nous qualifier d’« informel » le travail de récupération réalisé par des individus en marge du système de collecte et traitement municipal ?

4Cet article analyse la complexité de la filière du recyclage et ses externalités : plus précisément, il s’agit de saisir les effets spatiaux de la non-régulation des pratiques de recyclage à Montevideo. L’objectif est de comprendre l’articulation – au sein de celui que nous considérons ici comme un « même » système de gestion des déchets – entre les dynamiques associées au recyclage mises en place par les clasificadores et celles associées à la collecte et au traitement du service public. Si ce système semble être soumis à des conflits permanents, les deux dynamiques parviennent néanmoins à fonctionner simultanément dans la même ville.

5Dans une première partie, il sera question de décrire l’évolution des activités de collecte et de recyclage des clasificadores et leurs interactions avec la gestion municipale des déchets. À l’aide de cartes, on présentera la dimension territoriale de l’activité de recyclage et les relations entre les différents acteurs impliqués. Une deuxième partie analysera l’évolution des modes d’organisation des clasificadores autour du site de la décharge. L’analyse fine de l’usage du sol des activités de recyclage montrera leurs externalités négatives, auxquelles est consacrée la troisième partie de ce texte. Enfin, une conclusion ouvrira la réflexion sur la nécessité d’impliquer les pouvoirs publics et les citoyens pour aboutir à un recyclage durable et inclusif à Montevideo.

  • 3 Ce travail a été mené dans le cadre d’un mémoire de master recherche en architecture réalisé à l’É (...)

6Fondée sur un travail de terrain mené pendant quatre ans auprès des clasificadores, la démarche utilisée ici a été de suivre « le filon » de la chaîne invisible du recyclage dans la ville de Montevideo3.

CLASIFICADORES ET SERVICE MUNICIPAL : DEUX DYNAMIQUES D’UN SYSTÈME HYBRIDE DE GESTION DES DÉCHETS

  • 4 La ville de Montevideo a été officiellement fondée par les Espagnols en 1728.

7À Montevideo, l’activité de recyclage date du XIXe siècle : en effet, déjà en 18424, le peintre Alberto Castellanos évoque une boutique de « chiffonniers » (MIDES, 2006, 54). Puis, à partir de 1883, on trouve dans la littérature des références relatives au recyclage du verre, des chiffons et des métaux dans l’ancienne décharge de la ville.

Et au milieu de toutes ces immondices, comme maîtres absolus de ces pestilentiels domaines, des centaines de porcs, gros, orgueilleux d’être les seigneurs d’autant de porcherie, à laquelle ils se consacraient et fouillaient avec leurs longs museaux, se plaisant à remuer la pourriture. Et avec les porcs, des hommes, fouillant comme les porcs entre les ordures, se disputant avec ceux-ci les restes. Rien n’est gaspillé là, tout se trie et se stocke séparément : ici les os, là les verres, là-bas les chiffons, plus loin les conserves, là-bas les cuirs, le tout trié parmi les ordures que la ville jette quotidiennement comme un gaspillage de l’inutile. (Sanson Carrasco, 18 août 1883, La Basura, Crónicas Montevideanas. Traduction de L. Fernández.)

8Par la suite, l’on retrouve des références à cette activité dans les années 1950, période connue comme « l’époque d’or de l’Uruguay », appelée aussi la « Suisse d’Amérique ». Ainsi, le film Cantegriles (« Bidonvilles ») montre que des activités rurales, mais situées en milieu urbain, se mêlent à celles de la récupération des déchets. La plupart des clasificadores travaillent alors sur les décharges sauvages, mais aussi sur le site d’enfouissement officiel de la ville.

  • 5 Selon certaines sources, avant la dictature, il n’y avait pas de clasificadores dans les rues ; ce (...)

9Pendant la dictature (1973-1985), l’entrée à la décharge municipale est interdite et les clasificadores commencent à travailler dans la rue ; le nombre de charriots qui parcourent la ville augmente alors énormément5.

10Aujourd’hui, lorsqu’un étranger arrive à Montevideo, l’une des premières choses qui attire fortement son attention est le nombre important de charrettes à cheval qui traversent les rues de la ville, y compris celles des itinéraires touristiques. Ce visiteur peut s’interroger sur ces véhicules « d’une autre époque » ou sur l’origine d’une activité particulière qui consiste à collecter des déchets à l’intérieur de bennes très modernes, provenant d’Europe, placées sur les trottoirs de la ville. Pour un habitant de Montevideo, au contraire, cette réalité est si quotidienne et fréquente qu’elle en est devenue banale, sinon invisible.

11Avant 2003, lorsqu’un habitant de Montevideo remplissait un sac de ses déchets, il devait le déposer dans un bac à l’intérieur de son immeuble, que le concierge plaçait dans la rue pour le camion-collecteur. Pour les maisons individuelles, les habitants devaient, de préférence la nuit ou très tôt le matin, déposer le sac d’ordures dans des petits bacs situés sur les trottoirs, devant chaque demeure, et à une hauteur telle que les chiens ou d’autres animaux n’y aient pas accès.

12Dans ce mode de gestion, les clasificadores, qui parcouraient les rues à la recherche de déchets avec des chariots, à bicyclette ou à pied, pouvaient, d’une manière relativement simple, ramasser ces sacs et les porter à l’abri des regards pour extraire ce qui était récupérable et commercialisable. Les camions arrivaient ensuite, et les travailleurs municipaux, qui généralement courraient derrière les camions en passant d’un trottoir à l’autre, ramassaient ce qui était laissé par les clasificadores.

13À la même époque, le gouvernement uruguayen lançait une étude sur l’industrie des matériaux recyclables et élaborait un plan directeur de gestion des déchets pour l’aire métropolitaine.

LE SYSTÈME MUNICIPAL

  • 6 Affirmation d’un fonctionnaire municipal à l’époque du changement du système, reprise par plusieur (...)

14Parallèlement à ces actions au caractère technique et politique, la municipalité de Montevideo décidait, à la suite d’un appel d’offre destiné au secteur privé, de transformer le système municipal de ramassage de déchets en « système le plus moderne et le plus propre du monde6 ». Le service était délégué à une entreprise privée italienne, OMC Brescia.

15Comme ailleurs en Amérique latine, les gouvernements municipaux semblent être plus attirés par des solutions qui viennent de très loin, produites dans des contextes très différents, plutôt que d’intégrer la réalité existante dans des solutions innovantes et locales.

  • 7 Supplément périodique « Que pasa » de El Pais, 15/05/2010, http://www.elpais.com.uy/suple/quepasa/ (...)
  • 8 Chaque tonne de déchets coûte autour de 100 € de frais de collecte et de transport jusqu’au site d (...)

16Aujourd’hui, le nouveau système fonctionne avec des conteneurs bien plus grands que les anciennes bennes, permettant la collecte de trois m3 de résidus, dotés d’un dispositif de fermeture et placés en permanence sur les trottoirs de la ville. Ces conteneurs sont partagés par plusieurs voisins. L’anonymat de ce qu’on jette est nouveau pour les habitants de Montevideo, ainsi que le fait de pouvoir déposer ses déchets à n’importe quel moment de la journée et de la semaine. Les camions collecteurs ont modifié leurs jours et horaires de passage, passant trois fois par semaine, le matin, ce qui laisse davantage de temps aux clasificadores pour l’extraction des matériaux commercialisables des nouveaux conteneurs. Les ordures s’accumulent et restent à l’intérieur, attendant la nouvelle flotte de camions Mercedes Benz, conduits par un chauffeur muni d’un levier de commande permettant la levée latérale des conteneurs, aidé d’un deuxième employé qui balaie ou vérifie qu’il n’y ait personne à l’intérieur des conteneurs. Ce nouveau système mécanisé a entraîné la réduction des éboueurs qui réalisaient auparavant la même tâche. Les conteneurs ont été achetés et implantés graduellement dans différentes zones de la ville : 80 % du territoire de Montevideo est aujourd’hui couvert avec 7 500 bennes grises pour le tout-venant et 114 conteneurs orange pour les déchets secs, mais placés dans seulement deux quartiers, Malvín et Centro7. Chaque habitant de Montevideo produit environ 900 grammes de résidus par jour (OPP, LKSUR, 2004). On estime que, par jour, 2 000 tonnes de déchets ménagers urbains sont collectées grâce à 550 trajets de camions. D’après un entretien avec le responsable de la Division de la propreté, en 2009, 700 000 tonnes de déchets récoltés ont été ramenées vers le site de la décharge principale de Montevideo, nécessitant 165 000 trajets de camions8.

LES CLASIFICADORES

  • 9 Le ministère de Développement social affiche un chifre de 8 729 clasificadores (MIDES, 2006, 20) m (...)
  • 10 En 2006, le passage au système de conteneur a coûté approximativement 3 millions et 500 000 euros.

17En même temps que le service « se modernise », le nombre de clasificadores est passé de 5 312 en 2002 à environ 10 000 en 20109. Les effets de la crise économique argentine en 2001 ont aussi été ressentis en Uruguay à partir de l’année 2003 où, de la même manière qu’à Buenos Aires, les clasificadores ont augmenté exponentiellement jusqu’en 2010. L’explosion du nombre des clasificadores à Montevideo coïncide paradoxalement avec la modernisation coûteuse du système municipal de collecte des déchets10. Alors que l’ancien mode de récupération des sacs sur la voie publique était pratique pour les clasificadores, ces derniers doivent aujourd’hui se glisser à l’intérieur des conteneurs de 2 400 et 3 200 litres de capacité, tout en plaçant un dispositif qui empêche la fermeture complète des bennes. Par conséquent, et dans la plupart des cas, cette tâche est déléguée aux travailleurs les plus jeunes (adolescents et enfants), les seuls capables de pénétrer par la mince ouverture des conteneurs. Certains utilisent des crochets pour extraire les sacs ou les matériaux qu’ils considèrent comme récupérables et commercialisables. Les déchets qui restent au fond du conteneur sont pratiquement inaccessibles et donc inutilisables, devenant alors de vrais rebuts.

  • 11 12 723 500 dollars américains pour 118 903 tonnes selon la source (Barrenechea et al., 2003).

18Dans l’aire métropolitaine de Montevideo, 79 % du recyclage est effectué par des clasificadores qui recyclent environ 10 % de papiers et cartons, 2 % de canettes, fer, et aluminium, 1 % de plastiques flexibles et rigides, 2 % de chiffons, 3 % de verre clair et de couleur. Les clasificadores collectent et trient 52 % des résidus de Montevideo et réalisent cette collecte sans rémunération, se déplaçant à pied, à vélo ou en charrette à cheval (Plan directeur, 2004). Ceux-ci peuvent ramasser 84 kg de déchets pendant leur collecte à la main, entre 44 et 73 kg à vélo et 258 kg à cheval (OPP, LKSUR, 2004, 78). Environ 58 % des résidus qu’ils collectent sont récupérés de différentes manières : vente à l’industrie du recyclage, vente au marché, récupération pour leur propre utilisation, etc. Approximativement 42 % des matériaux qu’ils collectent sont inutilisés et rejetés dans leurs propres quartiers ou aux alentours (OPP, LKSUR, 78). Le chiffre d’affaires de l’industrie du recyclage à Montevideo était, en 2003, d’à peu près 9 millions d’euros pour plus de 100 000 tonnes de matériaux recyclés11. Toute une économie existe autour de ces déchets. Cependant, dans la plupart des cas, les clasificadores travaillent hors du système formel d’emploi et résident hors de la ville, dans des quartiers qu’eux-mêmes ont bâtis. Ils y réalisent le tri, au sein de leurs 4 400 habitations localisées dans des espaces périphériques et marginalisés (MIDES, 2006). Cette activité de tri, stockage de matériaux et parfois d’élevage, pose problème lorsque ces territoires de travail sont délaissés, sans collecte des résidus non récupérables.

19Ainsi, voit-on les contradictions de ce système hybride de gestion des déchets qui utilise le travail des clasificadores sans toutefois les intégrer dans la gestion municipale en externalisant les effets négatifs du recyclage – les déchets des déchets – en dehors du périmètre officiel et en le localisant sur le territoire des clasificadores.

20L’on peut alors s’interroger sur la logique qui sous-tend ces deux modes de prise en charge des déchets utilisant des technologies différentes : l’une, importée, éloigne le plus rapidement et proprement possible tout ce qui est jeté, alors que l’autre, perçue comme plus archaïque, permet, à partir des résidus récupérés, la survie des milliers de personnes.

21Le schéma ci-contre (figure 2) montre le fonctionnement du système hybride de gestion des déchets à Montevideo. La collecte et le recyclage des clasificadores sont effectués sans coopération publique ni des habitants ; engendrant des problématiques environnementales. Chaque famille produit en moyenne environ un kilo de déchets par jour. Ces déchets sont déposés dans les 8 000 conteneurs de la ville. Une fois les déchets à l’intérieur, les deux dynamiques de prise en charge s’activent simultanément. D’une part, le camion benne collecte et transporte les déchets jusqu’à leur disposition finale à la décharge municipale. Nous pouvons considérer celle-ci comme représentant la première déperdition de déchets et de rupture du cercle faussement vertueux du recyclage, étant donné que théoriquement entre la benne et la décharge le service municipal ne prévoit pas de récupération. D’autre part, les déchets sont collectés par les clasificadores qui les interceptent dans les bennes avant leur transfert à la décharge municipale. Les clasificadores font ensuite le travail de tri et de récupération chez eux. Certains matériaux sont recyclés sur place par compostage ou utilisés dans l’élevage des cochons. Les matériaux recyclables sélectionnés par les clasificadores rentrent dans la chaîne du recyclage illustrée dans le schéma par les usines de traitement de plastique, papier, carton et métaux auxquelles les clasificadores vendent ces produits. La boucle est bouclée avec l’exportation des matériaux recyclés – notamment le plastique – en Chine. Une fois en Chine, ils sont transformés en produits de consommation exportés ensuite dans le monde entier. Or, tout ce qui ne rentre pas dans le système de récupération ou recyclage est rejeté à proximité des maisons et, dans la plupart de cas, n’est pas collecté par le service de collecte municipal. Cela produit des pollutions diverses au sein de l’habitat des ramasseurs ainsi que dans les rivières où souvent ces résidus atterrissent. Nous avons ici la deuxième rupture du cercle produite par les activités de tri des clasificadores à cause des déchets non récupérables rejetés dans l’environnement.

Schéma L. Fernández, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 2. Schéma du recyclage à Montevideo, l’illusion d’un cercle parfait.

22Le cercle du recyclage montre donc ici deux failles du système hybride institutionnel-spontané : d’une part, les déchets prennent les chemins de la disposition finale en décharge et, d’autre part, partent vers les quartiers des clasificadores pour être partiellement recyclés.

LA DYNAMIQUE DISPERSÉE DES ACTIVITÉS DE RECYCLAGE

Ce n’est plus un capitalisme pour la production, mais pour le produit, c’est-à-dire pour la vente ou pour le marché. Aussi est-il essentiellement dispersif, et l’usine a cédé la place à l’entreprise. (Deleuze, 1990, s. p.)

23Nous proposons de concevoir les activités liées au recyclage des déchets comme une chaîne de production où chaque produit est envoyé vers l’étape suivante qui correspond à un processus spécifique de sa transformation en « non déchet », afin de lui donner une deuxième vie. Tout se passe comme s’il s’agissait d’une chaîne d’assemblage de l’ère fordiste, mais qui, ici, n’existe jamais, ni dans sa totalité, ni dans le même espace… En effet, cette chaîne est segmentée en plusieurs parties et chacune d’elle comporte des codifications et des organisations différentes tout en constituant un réseau complexe dans la ville. Les nombreux intermédiaires jouent un rôle de points de contact entre les économies formelles et informelles, entre la ville connue et la ville invisible (figure 3).

24Ci-contre, la figure 4 propose une cartographie de l’organisation du recyclage des déchets à l’échelle de Montevideo. Si certains territoires sont principalement producteurs de déchets ménagers (carrés noirs) ou producteurs de déchets verts, comprenant des composantes organiques (carrés gris), d’autres lieux, situés dans les quartiers informels (carrés rouges), s’occupent du traitement primaire des déchets produits dans les carrés noirs. Enfin, sont aussi recensés les sites en charge de la transformation industrielle (points en couleur) des matériaux ramassés et récupérés en début de chaîne par les clasificadores. Nous avons, notamment, identifié plus de vingt-cinq entreprises de récupération de plastique, neuf dépôts spécialisés en métaux recyclés, un site pour le recyclage du verre, neuf coopératives de clasificadores, deux lieux de compostage, etc.

25Les nombreux intermédiaires jouent un rôle de points de contact entre les différents points de recyclage présentés sur la carte (figure 4). En effet, les liens entre ces différents espaces de gestion se fondent sur les relations interpersonnelles entre les acteurs et sur des calculs économiques :

Je vends mon matériau à l’acheteur qui me paye le plus et qui me traite le mieux, et non, comme vous pouvez croire, à celui qu’est le plus proche de ma maison. Je préfère faire quelques kilomètres de plus pour obtenir un meilleur prix et, surtout, pour respecter des années de relations amicales avec le même acheteur. (Eduardo, ramasseur, mars 2010.)

26Parfois, ces choix sont faits par défaut : le fait par exemple de ne pas avoir de cheval ou de véhicule à moteur pour transporter les matériaux, oblige le clasificador, après une longue journée ou semaine de travail, à vendre à l’acheteur le plus proche, souvent, celui du même quartier, même s’il pratique des prix inférieures à ceux des autres intermédiaires.

Illustration L. Fernández, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Les dynamiques du recyclage : métaphore d’une chaîne de production.

Carte L. Fernández, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 4. L’organisation dispersée du recyclage des déchets dans la zone métropolitaine de Montevideo.

L’ÉVOLUTION DU TRAVAIL DES CLASIFICADORES DANS LA DÉCHARGE

27La décharge municipale est placée actuellement à l’est de la ville de Montevideo. Dans ce lieu se déposent quotidiennement, selon des données municipales, environ 2 000 tonnes de déchets, transportées en plus de 550 trajets journaliers de camions. Pour minimiser les risques pour le personnel et les machines, mais aussi en raison de la proximité de l’aéroport national, la hauteur de ces entassements de déchets est limitée, de telle sorte que la mairie est obligée de changer de site à chaque fois que cette hauteur devient trop importante. L’accumulation en spirale des déchets a été le mode préconisé sur les trois sites existants. Le site no 5, appelé ainsi car quatre anciens sites avaient été déplacés, possède une alvéole de 13 mètres de profondeur où sont enfouis les déchets. Le site no 6-7 est une décharge contrôlée, produit de la fusion de deux anciens sites. Le site no 8, le plus récent (2002), site d’enfouissement contrôlé au périmètre limité, est muni d’une membrane de polyuréthane noire destinée à protéger les nappes phréatiques.

28Plusieurs tentatives de privatisation des décharges, dont le but était de les moderniser en mettant en place des systèmes de récupération de biogaz, ont échoué devant les pressions syndicales des travailleurs de la mairie et des clasificadores. De ce fait, ces décharges restent des simples sites d’enfouissement.

  • 12 Observation personnelle lors de l’une de mes visites sur le site, en 2005.

29Certains camions, et notamment les « camions bennes », doivent payer pour déposer leurs déchets dans la décharge ; il s’agit dans ce cas de déchets produits par le secteur privé. Afin de ne pas payer, une grande partie de ces camions dépose les déchets face au site, sur une zone qui s’est développée illégalement où 129 clasificadores réceptionnent et récupèrent les matériaux provenant de ces camions « déviés ». Quant aux camions transportant des déchets chimiques liquides, ils optent, au lieu de payer le traitement approprié, de les rejeter dans les rivières qui entourent la décharge, sans que les autorités aient mis en place des mesures pour les en empêcher12. Depuis la restauration de la démocratie en 1985, qui avait consenti à l’entrée des clasificadores sur le site, des activités de triage sont réalisées sur la décharge. Ces pratiques, même si elles sont « tolérées », restent inscrites dans le « laisser-faire » des pratiques institutionnelles. Par ailleurs, on observe des activités de récupération également aux alentours de la décharge.

Le travail individuel des clasificadores sur la décharge (avant 2002)

  • 13 Entretien réalisé en 2004.

30Avant 2002, on dénombre une centaine de clasificadores qui travaillent de façon individuelle ou en famille sur la décharge no 6-7. Comme les clasificadores l’expliquent, à l’époque, pour entrer, ils devaient payer le gardien ; autrement, ils s’introduisaient le soir, lorsque personne ne les voyait13.

  • 14 Lors des entretiens, les clasificadores racontent des histoires variées sur ces « camions trésors  (...)

31Ces clasificadores travaillent de façon complètement dispersée et pour leur propre compte sur les lieux où les camions viennent déposer les matériaux les plus intéressants. Des chargements entiers de verre, de nouveaux vêtements, ou d’autres matériaux récupérables (même du chocolat périmé), sont triés et récupérés par les clasificadores14.

32Suite aux répressions policières et aux menaces d’interdiction d’accès au site, en 2002, l’UCRUS (Unión de Clasificadores de Residuos Urbanos Sólidos – Union syndicale des clasificadores) est créée. Celle-ci revendique le droit à un lieu de travail spécifique pour les travailleurs de la décharge.

Le travail syndicalisé et concentré (2003-2004)

33Dans les années qui suivent la formation du syndicat, plusieurs rencontres entre les différents acteurs de la gestion des déchets sont organisées. Le résultat de ces négociations consiste en la cession, par la mairie de Montevideo, d’une partie de la rue située entre l’ancienne décharge no 6-7 et le nouveau site d’enfouissement no 8, à l’époque en construction. Dans ce bout de rue, un nombre négocié de 30 charges de camions, a priori remplis de matériaux intéressants pour la récupération, est déposé chaque jour afin d’être récupéré par les clasificadores membres de l’UCRUS.

34Le fait d’avoir un lieu de regroupement permet d’établir un certain nombre de règles de travail qui n’existaient pas auparavant : horaires à respecter, interdiction de faire travailler les mineurs, usage de vêtements appropriés pendant le ramassage, etc. ; puisqu’il s’agit de règles édictées par le syndicat, celles-ci sont respectées par tous. Tout au long de la rue cédée par la mairie, plus d’une centaine de clasificadores se rendent tôt le matin pour récupérer, et, l’après-midi, des acheteurs viennent sur place négocier les matériaux. Ceux qui ne veulent pas vendre sur place ramènent ces matériaux chez eux, à l’aide de charrettes à cheval, afin de les vendre aux intermédiaires voisins. À l’époque, le seul fait d’avoir réussi à travailler dans une rue leur étant destinée, représente pour les clasificadores une victoire politique importante.

Le travail associatif et concentré (2005)

  • 15 La deuxième conférence latino-américaine des ramasseurs a eu lieu à Sao Leopoldo en février 2005. (...)

35Début 2005, certains clasificadores du syndicat participent à une conférence internationale au Brésil, organisée par le MNCR (Movimento Nacional dos Catadores de Materiais Recicláveis – Mouvement national des clasificadores de matériaux recyclables), à laquelle assistent de nombreux travailleurs des déchets du continent sud-américain15. À cette occasion, les clasificadores du syndicat prennent conscience que le fait d’avoir accès à une rue pour travailler et à un nombre déterminé de camions ne constitue pas des conditions suffisantes pour mener à bien leurs activités. À quelques kilomètres de la frontière avec le Brésil, de vrais espaces de travail clôturés (petits, mais munis d’un toit et de murs) permettent d’effectuer les opérations de tri dans des meilleures conditions de travail. Surtout, les clasificadores de Montevideo apprennent alors qu’il existe des matériaux pré-triés, parvenant dans ces espaces pour être traités par les travailleurs associés.

36À leur retour à Montevideo, forts de ces expériences venant d’ailleurs, les clasificadores convainquent la mairie de leur attribuer un autre site de travail dans la décharge, mais surtout de mettre en place des conditions de travail moins lourdes : ainsi ont-ils obtenu une plate-forme de béton pour trier et des installations sanitaires appropriées (cuisine, vestiaires et douches). La mairie a pris en charge la moitié de la construction de la plate-forme bétonnée, la deuxième moitié étant construite par les clasificadores sur la base du volontariat. Le nouveau site est entouré de grillages, permettant une seule entrée et sortie des clasificadores et des camions. Ce changement est alors vécu comme une vraie réussite :

  • 16 Lucía Fernández, base de données personnelle, août 2005.

Avec cette victoire, l’histoire commence à peine. […] Depuis quelques années, notre vie dépend de ce que la société refuse, et cela est notre gagne-pain et celui de nos familles. Notre objectif consiste à être reconnus comme des travailleurs et travailleuses et, comme tels, avoir les mêmes droits que ceux qui s’occupent d’autres tâches, métiers ou professions. […] Notre histoire est une histoire de sacrifice et de discrimination, mais malgré tout elle est aussi une histoire riche d’expériences et de victoires dans le quotidien. (Extrait du discours d’inauguration d’Eduardo Perez, ramasseur, août 200516.)

37Mais les clasificadores qui travaillent sur le site ne peuvent vérifier le contenu des autres camions qui délestent leur cargaison sur la décharge ; éventuellement, ils peuvent être privés des déchets de meilleure qualité. Et, en effet, comme nous le décrivons dans les pages qui suivent, cette situation est à l’origine des conflits entre clasificadores.

Le travail associatif dispersé dans la ville (2006-2008)

  • 17 Pendant les années 2006 et 2007, la CUDECOOP (Confédération uruguayenne des entités coopératives) (...)

38Ces conflits pour l’accès aux camions mieux dotés nécessitent l’intervention du syndicat. De plus, des initiatives émergent pour créer des associations moins nombreuses, mais surtout fondées sur une plus grande solidarité entre les membres, afin de réduire l’exclusion hors du système économique et du travail des clasificadores les plus précaires17.

  • 18 Fernández, Perez, 2007, Mapeo de Cooperativas de Clasificadores en Montevideo, Reporte para la Fun (...)

39À la fin de l’année 2007, on compte ainsi huit associations de clasificadores18. Si le projet consiste à promouvoir le travail associatif, la demande persistante pour un espace de travail et de meilleurs matériaux à ramasser reste le but premier des associations. Ces années sont considérées par les clasificadores difficiles pour les négociations, en particulier parce qu’ils n’ont pas d’interlocuteur institutionnel identifié vers lequel diriger leurs demandes. Encore une fois, la mairie de Montevideo n’a pas de réponses quant à la question des activités des clasificadores dans la mesure où celles-ci ne sont pas liées au système municipal de gestion des déchets, mais plutôt associées à une question « sociale ». Faute d’interlocuteur, la plupart de ces coopératives disparaît après un an d’existence, voire moins, et leurs membres reviennent alors à un mode de travail individuel ou en famille.

Externalités spatiales du travail (2008-2009)

40Des huit coopératives créées entre 2005 et 2007, il ne reste autour de la décharge que trois en 2008 : deux sont situées à l’extérieur du site et fonctionnent grâce à la double activité des clasificadores qui travaillent le matin à la décharge et l’après-midi à la coopérative. Ces coopératives constituent véritablement des groupes de travail associatif : les déchets, arrivant sur des espaces affectés aux associations, sont triés par tous et les profits sont distribués équitablement.

41Toutefois, cette organisation du travail va créer un autre problème pour les clasificadores. En effet, au fil des années, les déchets résultant du tri se sont accumulés autour des lieux d’activité, engendrant des nuisances dans cet espace de vie et d’activités. Comme le montre la figure 5, les transformations des lieux de travail et de résidence associées aux opérations de tri et recyclage ont eu un effet important sur l’environnement, sur le cadre de vie mais aussi sur les conditions mêmes du travail des clasificadores.

  • 19 Lors de ma dernière visite sur le site, j’ai vu passer en deux heures quatre camions qui se débarr (...)

42Il peut sembler paradoxal que la moitié de la surface du site soit destinée à empiler les résidus inemployables, mais le fait que des camions bennes viennent vider fréquemment leur contenu19 – de façon illégale – et que la coopérative a vu augmenter sa clientèle du secteur privé, explique sans doute cette accumulation de déchets. Quoi qu’il en soit, la mairie ne s’intéresse pas à ces restes non récupérables qui, de ce fait, encombrent les espaces de tri et de recyclage.

EXTERNALITÉS DANS LA CHAÎNE DE RECYCLAGE ET DÉFIS INSTITUTIONNELS

43Les défis politiques de la gestion de déchets sont surtout liés à la partie « visible » du système, c’est-à-dire à la collecte effectuée par les clasificadores dans les zones aisées de la ville, à l’aide de moyens de transport considérés d’une autre époque. Or, cette approche cache la dimension « invisible » des modes de fonctionnement et de l’organisation du système « spontané », en particulier dans le domaine du tri et du recyclage.

44La liste des « solutions magiques », détaillées surtout dans la presse, qui apparaît à chaque élection municipale (tous les cinq ans) est devenue interminable. Reconvertir les clasificadores dans d’autres types d’emplois a été la solution la plus entendue dans les années 1990 et au début des années 2000.

Illustration L. Fernández, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 5. analyse des externalités spatiales autour d’un site de travail associatif des classificadores.

45Lors des dernières élections, en mai 2010, les candidats ont finalement proposé d’offrir aux clasificadores des espaces de travail dans des usines de traitement de déchets ou bien de les incorporer à la dynamique municipale comme fonctionnaires rémunérés pour des activités de nettoyage. Depuis le début de leur mandat actuel, les élus ont régulièrement commandé des rapports d’information et d’expertise, notamment auprès de consultants nationaux ou étrangers. Mais ces documents semblent pour la plupart être destinés à finir dans des tiroirs avec d’autres dossiers du même genre, commandités depuis des décennies.

46Le Plan directeur des résidus de l’Aire métropolitaine (2004-2005), pour citer le plus complet de ces dossiers, a mis en exergue une multitude de solutions possibles quant au « problème de l’informalité » et, en particulier, le projet de construction de 19 centres de tri et de traitement des matériaux récupérables dans toute l’aire métropolitaine qui pourraient créer 783 postes de travail. L’étude estime impossible d’offrir à tous les clasificadores recensés de bonnes conditions de participation au recyclage formel. En effet, les responsables de la mairie de Montevideo considèrent qu’il faudrait employer seulement une petite proportion de clasificadores, compte tenu du fait qu’il faudra aussi des investissements en équipements. Sans cela, le système ne serait pas économiquement rentable. Ainsi, le responsable de la direction de la propreté de la mairie, qui occupe ce poste technique depuis 25 ans, assure la chose suivante :

obtenir de la richesse à partir des ordures dans des conditions correctes du point de vue environnemental, dans des usines de tri et avec un personnel salarié, donne un solde économique négatif. (Entretien avec le responsable de la direction de la propreté, mai 2004.)

47Or, il semble clair qu’il ne s’agit pas d’un sujet qui relève purement du domaine technique, mais bien du social. Cependant, à l’absence d’une approche transversale – intégrant à la fois les variables sociales, techniques, économiques, mais aussi environnementales, politiques et territoriales – s’ajoutent les limites de l’administration et, en particulier, le manque de communication interne entre les différents services responsables de la gestion des déchets.

48Enfin, comme nous l’avons évoqué supra, le système « spontané » ne concerne pas seulement les clasificadores qui parcourent les rues de Montevideo, mais également toute une chaîne d’activités invisibles et très dispersées dans la ville. Cette chaîne, qui s’organise à la marge de tout contrôle institutionnel, n’est pas intégrée ni ciblée par les discours pré-électoraux dans leur propositions de solutions.

  • 20 Nicolas Minetti, ancien directeur du programme « Uruguay Classifique », ministère du Développement (...)

49Ainsi, les pratiques du secteur « spontané » autour des déchets sont inscrites dans cette logique où 1 % de la population ramasse plus de la moitié des déchets produits par la ville, sans être rémunéré pour le « service » de collecte fourni – au contraire, cette population est plutôt dénigrée. Si l’activité de valorisation survit, avec parfois des profits très considérables, c’est parce que le recyclage informel présente des externalités économiques, réparties dans la ville. Il s’agit d’une filière établie autour d’une ou de deux grandes entreprises par types de résidus traités en bout de chaîne et d’un certain nombre de petits intermédiaires. Ces derniers, souvent, vivent dans les mêmes quartiers que les clasificadores, mais, selon certains responsables, « agissent comme succursales peu sérieuses des grandes entreprises20 ».

50Tout se passe comme si les clasificadores fonctionnaient comme les seuls acteurs d’une chaîne invisible, impossible à identifier facilement dans la ville. On croit qu’ils sont « les informels » et que le reste du système opère dans la logique de la formalité. En réalité, les entreprises s’enrichissent avec la transformation et l’exportation des matériaux recyclables tout en externalisant leurs coûts de production avec une armée de travailleurs informels non rémunérés.

51Par exemple, en ce qui concerne la récupération des matériaux en plastique, les entreprises de recyclage dites « formelles » achètent ces matériaux à quelques intermédiaires, notamment aux « laveurs de plastique », qui sont ceux qui vendent leur produit le plus cher grâce à de meilleurs processus de traitement. Évidemment, le fonctionnement de tous ces petits intermédiaires est inscrit dans l’« informalité » : ils ne payent pas l’eau pour laver les matériaux et celle-ci est rejetée n’importe où. Les entreprises dites « formelles » n’ont aucune responsabilité ni sur ce qui se passe avant l’achat de la matière première secondaire, ni sur le dispositif de transformation qui leur permet de la revendre bien plus cher. Dans ce mode de fonctionnement de l’« informel », le système peut générer un bénéfice allant jusqu’à 900 % entre le produit brut déniché par les clasificadores et le produit recyclé et vendu par les industriels et exportateurs. Sachant cela, beaucoup de clasificadores croient difficilement qu’en intégrant un système « formel », ils pourraient gagner davantage qu’aujourd’hui, ou même avoir toujours du travail.

52À l’inverse, si la récupération et le recyclage étaient compris par les responsables comme étant des activités d’utilité publique, et non exclusivement comme des ressources économiques, la valorisation et la reconnaissance du secteur « spontané » permettraient certainement d’améliorer les conditions de travail des acteurs du secteur.

53Quant aux entreprises de recyclage, en bout de chaîne, elles parviennent à diminuer leurs coûts globaux, grâce aux conditions de travail précaires, à un matériel peu coûteux, etc. Leurs bénéfices, substantiels, se font au détriment de toutes les autres parties de la chaîne situées en amont (clasificadores, intermédiaires). C’est ici que le concept d’externalité utilisé par les économistes est utile pour éclairer ces modes de fonctionnement et les relations entre les acteurs :

L’activité de production ou de consommation d’un agent a un effet externe sur un autre sans contrepartie monétaire, en produisant une utilité ou un avantage de façon gratuite, ou au contraire un dommage sans aucune compensation. (D. Henriet, Encyclopédie Universalis, article « L’externalité ».)

CONCLUSION

L’apiculteur profite de la proximité de l’arboriculteur et obtient un miel de meilleure qualité qu’il pourra vendre à meilleur prix et cela gratuitement. L’arboriculteur ne sera pas payé pour le service indirect qu’il a rendu à l’apiculteur. Il s’agit dans ce cadre d’une externalité positive. Mais l’arboriculteur profite aussi gratuitement de la pollinisation de ses arbres, ce qui améliore son rendement sans faire recours à de coûteuses méthodes manuelles, et la pollinisation aléatoire des abeilles enrichit aussi la diversité génétique qui permet aux plantations de mieux résister à d’autres affections ou maladies. L’externalité est positive dans les deux sens. (D’après Meade, 1952, 54-67.)

54Serait-ce possible que la ville de Montevideo dispose d’externalités positives dans son système hybride de gestion de déchets, pour que le mode institutionnel et le mode « spontané » fonctionnent dans une forme de synergie, comme l’apiculteur et l’arboriculteur ?

55L’absence de coopération et d’engagement de la part des habitants dans le tri à la source de leur déchets ainsi que les carences de la responsabilité institutionnelle sur les activités de recyclage font partie des problématiques à résoudre pour inventer une forme de coexistence entre les deux modes de prise en charge des déchets.

56Serait-il envisageable que les habitants, dans un acte de responsabilité citoyenne, séparent et trient à la maison leurs propres déchets pour que les milliers de clasificadores puissent collecter en porte-à-porte des résidus recyclables ou commercialisables dans l’optique de réduire les externalités négatives chez eux ?

57Les comportements des citadins de Montevideo à l’égard de ces déchets ainsi que, jusqu’à présent, les réponses officielles de la municipalité nous paraissent très loin des conditions requises pour répondre positivement à ces questions : cependant, les expériences menées dans d’autres pays du Sud où les collecteurs, associés ou organisés en coopératives, signent des contrats de collecte en porte-à-porte laissent augurer des changements progressifs. Aussi, parmi ceux qui font partie des défenseurs et des collaborateurs du recyclage informel des déchets, le nouveau défi réside dans l’articulation et le renforcement des partenariats entre, d’une part, les modèles associatifs du recyclage et, d’autre part, la gestion municipale et publique des déchets.

58Le paradoxe reste que, dans le cas de Montevideo mais également dans bien d’autres pays, la dynamique institutionnelle – et éminemment politique ! – opte davantage pour un système centralisé qui nécessite d’énormes investissements et une technologie coûteuse et sophistiquée, alors que la dynamique spontanée montre son efficacité du fait de sa logique décentralisée, fondée sur de petits capitaux communautaires et de l’emploi créés grâce à des technologies appropriées.

59Serait-il donc possible d’envisager la filière du recyclage comme un service public, caractérisé par son utilité environnementale et non pas seulement économique ? Si ces nouvelles perception et conception de la gestion des déchets se faisaient jour, l’on pourrait penser que les conditions de vie et de travail des acteurs de la chaîne – et notamment celles des clasificadores – en seraient améliorées, permettant au recyclage de devenir une pratique valorisée et reconnue par les citadins et surtout par les pouvoirs publics.

60Il faudrait également comprendre la gestion des déchets comme un problème transversal et intégrer des variables non seulement sociales, techniques ou économiques, mais aussi environnementales, politiques et, bien sûr, territoriales : une approche inclusive qui favoriserait ainsi le droit du secteur spontané de participer activement au service de gestion des déchets dans les villes et qui constituerait un changement de paradigme pour la gestion des déchets.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barrenechea Pedro, González Ignacio, Croce Cyro, 2003, Estudio de Mercado : materiales reciclables de residuos sólidos urbanos, Rapport final, Résiduos Solidos Urbanos, p. 61.

Carrasco Sansón, 1883, « La Basura, Crónicas Montevideanas », La Razón, 18 août 1883.

COSOCO (Comisión Social Consultiva), 2004, Gestión de Residuos Sólidos Urbanos : un abordaje territorial desde la perspectiva de la inclusión social, el trabajo y la producción, Facultad de Arquitectura, Universidad de la República.

CSI Ingenieros, 2011, Información de Base para el Diseño de un Plan Estratégico de Residuos Sólidos, vol. I.

Deleuze Gilles, 1990, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », L’autre journal, no 1, http://1libertaire.free.fr/DeleuzePostScriptum.html (consulté le 26 octobre 2014).

Fernández Lucía, 2007, « De hurgadores a clasificadores organizados : análisis político institucional del trabajo con la basura en Montevideo », dans Recicloscopio : Miradas sobre recuperadores urbanos de residuos en América Latina, Buenos Aires.

Fernández Lucía, 2010, Dynamiques du recyclage spontané : regards croisés sur les villes de Montevideo et Paris au XIXe siècle, Projet de fin d’études, École supérieure nationale d’architecture de Grenoble, http://issuu.com/basurita/docs/memoire_pfe_lucia_f (consulté le 26 octobre 2014).

Fernández Lucía, 2011, La Gestion des Déchets, entre tradition et modernité, Mémoire de master « Éthique et développement durable », Faculté de philosophie, Université Lyon 3, http://issuu.com/basurita/docs/m_moire_philo_final_2012 (consulté le 26 octobre 2014).

Fernández Lucía, Pérez Eduardo, 2007, Mapeo de Cooperativas de Clasificadores en Montevideo, Reporte para la Fundación Avina, Montevideo.

Gaudemar Martine de, 1994, Leibniz. De la puissance au sujet, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 296 p.

Henriet Dominique, s.d., « L’externalité », Encyclopédie Universalis, http://www.universalis.fr/encyclopedie/externalite-economie/ (consulté le 26 octobre 2014). ILO, 2012, Global Employment Trends 2012.

Lewkovich Ignacio, 2004, Pensar sin Estado. La subjetividad en la era de la fluidez, Buenos Aires, Editorial Paidós, p. 252.

Meade James, 1952, « External Economies and Diseconomies in a Competitive Situation », The Economic Journal, vol. 62, no 245, p. 54-67.

MIDES (Ministerio de Desarrollo Social – Ministère du Développement social), 2006, Tirando del Carro.

OPP, LKSUR, 2004, Plan Director de Residuos para el Área Metropolitana, Anexo RSU.

Notes

1 Les matériaux qui sont produits au sein de notre société consommatrice sont récupérés et recyclés, pour être utilisés dans l’industrie formelle, productrice d’autres matériaux à consommer de nouveau d’où la fermeture de la boucle.

2 Nous nous inspirons ici de l’approche philosophique de Leibniz sur la « spontanéité des agents », réconciliant déterminisme et liberté du sujet (Gaudemar, 1994, 83).

3 Ce travail a été mené dans le cadre d’un mémoire de master recherche en architecture réalisé à l’École d’architecture de Grenoble (Fernández, 2010) : Dynamiques de recyclage spontané : regards croisés sur les villes de Montevideo et Paris au XIXe siècle duquel est issu cet article. Notre intérêt pour ce sujet a débuté avec une recherche interdisciplinaire menée en 2004 sur l’intégration des clasificadores dans la gestion des déchets à Montevideo ; il s’est développé ensuite grâce à des collaborations multiples avec des associations de clasificadores de plusieurs pays, mais aussi des expertises sur la filière des recycleurs de plastique à Montevideo. Voir aussi Fernández, 2011.

4 La ville de Montevideo a été officiellement fondée par les Espagnols en 1728.

5 Selon certaines sources, avant la dictature, il n’y avait pas de clasificadores dans les rues ; ceci reste une information à vérifier.

6 Affirmation d’un fonctionnaire municipal à l’époque du changement du système, reprise par plusieurs journaux.

7 Supplément périodique « Que pasa » de El Pais, 15/05/2010, http://www.elpais.com.uy/suple/quepasa/10/05/15/quepasa_488334.asp (consulté le 26 octobre 2014).

8 Chaque tonne de déchets coûte autour de 100 € de frais de collecte et de transport jusqu’au site de la décharge, avec un trajet moyen de 10,5 km ; il faut y ajouter, pour chaque tonne, environ 11 € pour la gestion à la décharge (CSI Ingenieros, 2011). L’usine municipale de traitement et de compostage Tresor récupère quotidiennement 40 tonnes de résidus organiques ; le coût de ce traitement est de à peu près 7 € par m3 (OPP, LKSUR, 2004, 117).

9 Le ministère de Développement social affiche un chifre de 8 729 clasificadores (MIDES, 2006, 20) mais le syndicat des clasificadores considèrerait qu’il y en près du double. En sachant que certains clasificadores collectent à pied (bolseros) et qu’ils n’ont pas été comptabilisés dans le recensement, on évaluait leur nombre à 10 000 dans la ville de Montevideo. Ce nombre correspond aussi à l’augmentation substantielle de leurs effectifs ces dernières décennies : 3 000 en 1990, 5 312 en 2002, 7 700 en 2004 et 8 427 en 2008, selon les chiffres de la mairie.

10 En 2006, le passage au système de conteneur a coûté approximativement 3 millions et 500 000 euros.

11 12 723 500 dollars américains pour 118 903 tonnes selon la source (Barrenechea et al., 2003).

12 Observation personnelle lors de l’une de mes visites sur le site, en 2005.

13 Entretien réalisé en 2004.

14 Lors des entretiens, les clasificadores racontent des histoires variées sur ces « camions trésors » qui jettent des choses très rares. Par exemple, un magasin de tapis persans avait fermé ses portes et décidé de se débarrasser de très beaux et très chers tapis orientaux. Parfois, les fonctionnaires municipaux eux-mêmes récupéraient ces butins.

15 La deuxième conférence latino-américaine des ramasseurs a eu lieu à Sao Leopoldo en février 2005. Je me suis occupée de la coordination du voyage d’une trentaine de ramasseurs du syndicat uruguayen, de certains techniciens d’appui, et de toutes les délégations en dehors du Brésil qui participaient à cette conférence (Chili, Colombie, Argentine et Uruguay).

16 Lucía Fernández, base de données personnelle, août 2005.

17 Pendant les années 2006 et 2007, la CUDECOOP (Confédération uruguayenne des entités coopératives) a joué un rôle structurant auprès des associations de clasificadores. De plus, une association des Uruguayens au Canada a financé une structure de tri d’une des coopératives. Une autre association en Italie, Reorient, a octroyé des prêts pour l’achat d’un camion de collecte. Enfin, durant ces mêmes années, la fondation Avina pour le développement durable en Amérique latine a soutenu le syndicat des clasificadores.

18 Fernández, Perez, 2007, Mapeo de Cooperativas de Clasificadores en Montevideo, Reporte para la Fundación Avina, Montevideo. Voir aussi le film fait à partir de ce recensement des coopératives : http://www.youtube.com/watch?v=YCQJMbJ6_HM (consulté le 26 octobre 2014).

19 Lors de ma dernière visite sur le site, j’ai vu passer en deux heures quatre camions qui se débarrassaient surtout de matériaux de construction ; ces matériaux augmentant considérablement la hauteur de la décharge.

20 Nicolas Minetti, ancien directeur du programme « Uruguay Classifique », ministère du Développement social.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Un récupérateur dans une rue de Montevideo. [Cliché : N. Minetti, 2006.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Schéma L. Fernández, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 2. Schéma du recyclage à Montevideo, l’illusion d’un cercle parfait.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Illustration L. Fernández, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 3. Les dynamiques du recyclage : métaphore d’une chaîne de production.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Carte L. Fernández, reprise par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 4. L’organisation dispersée du recyclage des déchets dans la zone métropolitaine de Montevideo.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Illustration L. Fernández, repris par Fl. Troin • CITERES 2014Figure 5. analyse des externalités spatiales autour d’un site de travail associatif des classificadores.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

Auteur

Chercheure associée au département d’études urbaines et planification du MIT. Elle est titulaire d’un master d’architecture de l’École supérieure d’architecture de Grenoble et d’un master en éthique et développement durable de la Faculté de philosophie de l’université Lyon 3. Depuis plus de dix ans, elle travaille en étroite collaboration avec les organisations de récupérateurs de déchets dans plus de 20 pays, de l’aide aux petites coopératives et syndicats jusqu’à la constitution d’un réseau international. Depuis 2009, elle est également la coordonnatrice pour le programme de récupérateurs de WIEGO (Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing – Femmes dans l’emploi informel, mondialisation et organisation).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search