Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

Tirer sa subsistance du tri : recyclage collectif ou récupération individuelle ? Une coopérative de catadores du nord-est du Brésil

Solène Pérémarty

Texte intégral

  • 1 Du verbe catar qui signifie ramasser, glaner, récupérer. Le féminin de catador est catadora, le pl (...)
  • 2 Il existe une véritable « bataille » des chiffres à ce sujet. Le nombre des catadores est estimé e (...)
  • 3 Le Brésil produit 60 millions de tonnes de déchets par an (IBGE, 2008), dont seulement 1 à3 % sont (...)
  • 4 Le taux de recyclage des canettes en aluminium est notamment de 98,2 % (ABRELPE, 2010).

1Les chiffonniers, « travailleurs des déchets » (Corteel, Le Lay, 2011) par excellence, constituent encore un thème d’actualité, particulièrement dans les pays en développement ou émergents, tels que le Brésil. Au Brésil, ces travailleurs appelés catadores1 sont devenus un véritable phénomène social à partir des années 1970-1980, en raison de la conjonction de l’augmentation du chômage de masse, de l’augmentation de la production de déchets et de la généralisation des décharges comme modalité de traitement de ceux-ci. Ces centaines de milliers2 de travailleurs fouillent dans les déchets pour en extraire de la nourriture, des biens de consommation usagés ainsi que des résidus recyclables et dotés d’une valeur d’échange. Leur travail quotidien, minutieux et invisible est à la base de toute l’industrie brésilienne du recyclage. En effet, alors que le Brésil ne promeut officiellement le tri sélectif que depuis quelques années3, les taux de recyclage de certains matériaux sont équivalents et parfois supérieurs à ceux constatés dans des pays dit développés4.

2Il existe plusieurs catégories de catadores qui peuvent être classifiées en fonction de leurs lieu et organisation de travail. Les catadores autonomes qui travaillent, et parfois vivent, dans les décharges ont peu d’activités économiques annexes ; les catadores autonomes travaillant dans la rue complètent leurs revenus provenant d’activités peu qualifiées (maçonnerie, manucure, garde d’enfants, etc.) par la vente de matériaux chinés dans les bacs à déchets des espaces publics. Enfin, depuis le début des années 1990, certains catadores ont réussi à s’organiser collectivement au sein d’associations – ils continuent à travailler individuellement dans les décharges ou la rue et commercialisent collectivement – ou au sein de coopératives où ils réalisent toutes ces tâches ensemble. Les catadores cooperados, c’est-à-dire membres des coopératives, représentent désormais entre 5 et 10 % du total des catadores (CEMPRE, 2010).

  • 5 Cet article est issu d’une enquête de terrain ethnographique de cinq mois, menée en 2012 dans une (...)

3À l’intérieur des coopératives de tri et commercialisation des matériaux recyclables, les catadores sont censés travailler dans de meilleures conditions, être fiers de leur travail et pouvoir se réinsérer socialement. La promotion du recyclage et l’appui aux catadores, dépeints comme des agents du développement durable, sont des thèmes en vogue, tant au niveau fédéral que local. L’objet de cette contribution est d’aller au-delà de ce discours et de comprendre comment fonctionne réellement une coopérative de catadores, grâce à un enquête ethnographique menée en 2012 dans une coopérative de 50 cooperados, créée en 2003, dans une grande métropole du nord-est du Brésil5. Le premier constat qui s’impose à l’observateur est que l’écrasante majorité des membres de la coopérative veut en partir et développe d’innombrables manières de braconner (Certeau, 1994) le travail, parfois au détriment de la pérennité de la coopérative, pourtant leur source de revenu principale. Ce braconnage du travail se traduit notamment par la récupération de « trouvailles » présentes dans les déchets, qui se fait au dépend de leur commercialisation et recyclage : comment les cooperados arbitrent-ils entre recyclage collectif et récupération individuelle ?

4Dans un premier temps, il s’agira de replacer cette coopérative dans son contexte en évoquant les conditions de vie antérieures des catadores lorsqu’ils travaillaient dans la décharge municipale et en mettant, notamment, l’accent sur la notion « d’inclusion perverse » qui caractérise la dialectique exclusion/inclusion de ces « travailleurs des déchets ».

5Les modalités de création de la coopérative, impulsée par des acteurs extérieurs et non par les catadores eux-mêmes, ainsi que ses modes complexes de fonctionnement seront présentés dans un second temps. Ceux-ci permettront, enfin, de comprendre et d’analyser les pratiques de travail des cooperados, et plus spécifiquement le moment du tri où se joue l’arbitrage entre le recyclage collectif et la récupération individuelle.

LES CATADORES, À L’ÉPOQUE DE LA DÉCHARGE MUNICIPALE

6La coopérative étudiée est constituée de 50 membres, dont 90 % ont travaillé dans la décharge municipale, en fonctionnement du milieu des années 1970 au début des années 2000. Il convient donc de revenir sur leurs témoignages concernant cette époque.

Les catadores de la décharge : des récupérateurs d’origine rurale et urbaine

7Au début des années 1970, les pouvoirs publics municipaux ont créé une décharge, plus éloignée du centre-ville que la précédente, pour y entreposer les résidus urbains. Peu de temps après, les terrains proches de la décharge ont servi de zone d’accueil temporaire, puis permanent, pour des habitants du centre-ville dont le logement avait été détruit par des intempéries ou des travaux de rénovation urbaine. Les habitants actuels qui se souviennent de leur « déménagement » l’ont perçu comme très violent :

Là-bas, c’était le centre-ville, où il y avait pleins de cabanes. [] Du coup, ils nous ont jeté dans un quartier où il n’y avait pas de transport, où il n’y avait rien, même pas de l’eau, rien du tout. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

8Ces habitants du centre-ville, ayant perdu leur source de revenus en raison de leur déplacement, ont dû se rendre dans la décharge afin de survivre et s’alimenter. Progressivement, l’environnement de la décharge s’est transformé en une zone d’habitat périphérique caractérisée par une insécurité foncière et juridique ainsi que par des infrastructures urbaines défaillantes ou absentes. L’isolement géographique des habitants y est renforcé par la quasi absence de transport en commun pour se déplacer vers le centre : ainsi, un unique bus y circule toutes les six heures et, parfois, ne passe pas du tout, en particulier lorsque les passagers empêchent le chauffeur de desservir ce quartier réputé malfamé. En dépit de ces conditions de vie et d’habitat difficiles, la population du quartier a connu une forte croissance démographique, alimentée par l’exode rural : aussi, au début des années 2000, le quartier s’étend-il sur 33 hectares, à côté d’une décharge de 69 hectares ; on y compte alors environ 1 000 catadores, adultes et enfants, pour 10 000 habitants (Braga, 2003).

L’inclusion perverse des catadores dans l’industrie du recyclage

9Une décharge est communément perçue comme un lieu de mort et de dislocation, là où les objets finissent leur vie et sont oubliés. Pour les catadores, il s’agissait au contraire d’un lieu de vie car ils tiraient de la décharge de quoi s’alimenter, se meubler, s’habiller, etc., ainsi que de l’argent tiré de la vente des matériaux recyclables.

10Les catadores adultes chinaient au milieu des ordures ménagères, tous les matériaux ayant une valeur commerciale, sans aucun équipement de sécurité ; ils étaient confrontés à de nombreuses maladies et aux accidents mortels provoqués par les camions de compactage. Mais si de nombreux cooperados évoquent spontanément les accidents qui se produisaient avec les camions des éboueurs, ils refusent de parler de « danger » : « Non non, ça ne tuait personne, la preuve, je suis vivante. » (Domice, cooperada, entretien du 14/04/2012) Les matériaux étaient ensuite triés et surveillés par les enfants qui, en grandissant, se mettaient eux-mêmes à chiner. Ainsi, 50 % des catadores actuellement présents dans la coopérative ont au moins un membre de leur famille qui travaillait également dans la décharge. Certaines familles dormaient dans des cabanes construites aux abords de la décharge, afin de garder les matériaux car les vols étaient fréquents. Les cadarores vendaient leur « récolte » de matériaux recyclables à des acheteurs, localisés à l’intérieur de la décharge, qui les revendaient eux-mêmes à des intermédiaires et ainsi de suite jusqu’aux industries de transformation.

11De nos jours, comme à l’époque de la décharge, les catadores se trouvent systématiquement à la base de la chaîne du recyclage et dans une situation d’inclusion perverse. Ce concept, élaboré par Sawaia (1999), se réfère à la dialectique entre inclusion et exclusion : le catador, exclu socialement est pourtant exploité par l’industrie formelle du recyclage ; l’exclu est ainsi à l’intérieur du système (Medeiros, Macêdo, 2006). Ainsi que l’explique F.-R. de Medeiros en réutilisant le concept de « self-employed proletarians » de Birbeck (1978), « les catadores s’auto-emploient, mais, en réalité, ils vendent leur force de travail à l’industrie du recyclage, sans malgré tout avoir accès à la sécurité sociale du monde du travail » (Medeiros, Macêdo, 2006). L’activité des catadores est essentielle à la société ; elle est reconnue légalement, leur procure un revenu, mais leur statut social n’est pas valorisé à hauteur de leur véritable utilité environnementale.

Travailler dans la décharge : se construire au-delà du stigmate

Dans la décharge, la seule chose qu’il n’y avait pas, c’était la dignité. Tout le reste, on le trouvait. Il n’y avait pas de dignité car on était traités comme les déchets. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

  • 6 Le stigmate est défini par Goffman comme « attribut qui jette un discrédit profond » sur la person (...)

12Les catadores de déchets sont la catégorie la plus rejetée et stigmatisée de la société, car ils survivent grâce à ce que celle-ci rejette. Selon E. Goffman, l’attitude normale face à une personne arborant un stigmate6 est de considérer qu’elle n’est « pas tout à fait humaine. Partant de ce postulat, nous pratiquons toute sorte de discriminations, par lesquelles nous réduisons efficacement […] les chances de cette personne » (1975). Les catadores sont donc victimes de toutes sortes de discriminations : économiques, puisqu’ils sont exploités par les échelons supérieurs de l’économie du recyclage ; politiques, car ils sont dans l’incapacité d’exercer leurs droits citoyens ; sociales, car ils sont exclus des réseaux classiques de sociabilité ; et, enfin, environnementales, puisqu’ils vivent et travaillent dans des endroits pollués et dangereux pour la santé. Comment alors retourner le stigmate et faire face à ces discriminations ?

13Les catadores qui n’avaient pas d’autre choix que de travailler dans la décharge se protégeaient grâce au mécanisme de scotomisation qui est « le processus psychologique inconscient par lequel l’individu cache ou exclut de sa conscience ou de sa mémoire un événement ou un souvenir ayant un contenu douloureux ou désagréable » (Caputo, 2011, 112). Une catadora de la décharge, désormais membre de la coopérative, témoigne ainsi :

J’ai vécu avec cette puanteur pendant plus de vingt ans et mon organisme s’est habitué. Quand quelqu’un passait dans le bus et disait que mes déchets puaient, je me battais. Parce qu’il parlait de la décharge, parce que c’est de là que je tirais de quoi survivre. Quelqu’un de l’extérieur ne pouvait pas comprendre ça. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

  • 7 En 1997, si 78 % des catadores ramassaient des fruits, seuls 6 % ramassaient du plastique (Grossi, (...)

14La décharge constituait un lieu de vie essentiel et remplissait dans le quartier plusieurs fonctions : il s’agissait d’un lieu de travail, mais aussi d’une sorte de « supermarché » et d’un lieu de socialisation. La première raison pour laquelle ces personnes se rendaient dans la décharge était pour récupérer de la nourriture, souvent récemment périmée et provenant des supermarchés7. Ils y récoltaient également de grandes quantités d’objets de consommation, tels que des habits, des petits meubles, de la vaisselle, etc.

C’était comme un marché… comme une boutique à l’intérieur de la décharge, une boutique de chaussures dans la décharge, une boutique de sacs dans la décharge, une boutique de nourriture dans la décharge… (Dina, cooperada, entretien du 23/05/2012.)

15Il peut être plus difficile à un observateur étranger de comprendre que la décharge était également un important lieu de socialisation, parfois festif. Certaines familles y vivaient, la plupart des catadores cuisinaient et mangeaient sur place. Tous les habitants du quartier s’y rendaient régulièrement, pour travailler, discuter avec des amis ou jouer :

J’ai passé mon enfance dans la décharge, à vraiment m’amuser ! Je m’amusais dans une flaque d’eau de lixiviat [le « jus » des déchets], on pensait que c’était une rivière. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

16La décharge avait une fonction sociale, économique et identitaire très forte pour tous les habitants du quartier qui en parlent désormais avec des propos ambigus, teintés de répugnance, mais aussi de nostalgie.

La fermeture de la décharge

17En 2001, cette organisation sociale a été bouleversée par la fermeture de la décharge sans concertation, après une décennie de réformes sanitaires inabouties. L’immense majorité des habitants du quartier perd de ce fait sa première ressource économique, avec des conséquences sociales dramatiques, comme cela est illustré par les propos d’un catador :

Les catadores sont allés dans les poubelles. D’autres sont devenus des trafiquants, d’autres des cambrioleurs, d’autres sont devenus alcooliques, beaucoup sont morts […]. Même si tu pues, si tu es sale, si au moins tu as à manger… Ça a vraiment été un génocide. (Paulo, militant du MNCR, entretien du 12/05/2012.)

18Il faut toutefois noter que, dix ans plus tard, l’insalubrité et la pauvreté du quartier ont globalement diminué. Certains catadores ont été embauchés par l’entreprise municipale de nettoyage, mais rapidement licenciés car ils n’arrivaient pas à respecter les contraintes d’un travail formel :

Des personnes habituées à aller dans la décharge quand elles voulaient, travailler le temps qu’elle voulaient, qui était maîtres de leurs affaires, tout d’un coup se sont trouvées avec un patron. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

19Plusieurs enquêtés pensent s’être fait manipuler par les pouvoirs publics qui promettaient des emplois en échange de la fermeture de la décharge. Plus de 300 enfants catadores ont été pris en charge dans un projet éducatif, toujours actif aujourd’hui. Enfin, environ 200 catadores ont été sélectionnés pour intégrer un programme de formation et créer une coopérative, ainsi que nous l’explicitons dans les pages qui suivent.

L’ESSOR DES COOPÉRATIVES DE CATADORES : INCLUSION SOCIALE OU NOUVELLE FORME DE CONTRÔLE SOCIAL ?

20Les catadores de la coopérative étudiée dans cette enquête n’ont pas, eux-mêmes, décidé de s’unir pour travailler au sein de la coopérative ou d’adhérer à l’association nationale des catadores, à savoir le MNCR (Movimento Nacional dos Catadores de Materiais Recicláveis – Mouvement national des catadores de matériaux recyclables). Ces actions collectives ont été très fortement impulsées par deux acteurs extérieurs : les pouvoirs publics municipaux responsables de la fermeture de la décharge et une ONG écologiste spécialisée dans l’accompagnement de groupes de catadores. L’action de ces deux acteurs s’inscrit dans une tendance amorcée au sud du Brésil dans les années 1990 : la promotion du recyclage et de « l’inclusion sociale » des catadores, présentée dans le tableau ci-dessous (tableau 1 et figure 1).

Date

Localité

Principales innovations politiques concernant les catadores

1990

Porto Alegre (RGS)

Les organisations de catadores déclarées sont les destinataires prioritaires des matériaux recyclables collectés par la municipalité.

2000

Belo Horizonte (MG)

Des coopératives de catadores sont subventionnées et reçoivent des conseils techniques, en parallèle avec des programmes d’éducation environnementale.

2000

Diadema (SP)

Des partenariats peuvent être conclus avec les coopératives de catadores pour la collecte en porte-à-porte.

2001

Fédéral

Première législation fédérale mentionnant le tri sélectif.

2002

Fédéral

L’activité des catadores n’est plus illicite, avec l’inscription de la profession de catador sur la CBO (Classificação Brasileira de Ocupações).

2003

Fédéral

Création du comité interministériel pour l’inclusion sociale des catadores.

2004

Brasilia (DF)

Les coopératives de catadores doivent recevoir les matériaux recyclables générés dans les bâtiments étatiques.

2006

Fédéral

Les coopératives de catadores doivent recevoir les matériaux recyclables générés dans les bâtiments fédéraux.

2007

Fédéral

Révision de la politique nationale d’assainissement basique : les municipalités peuvent confier la collecte sélective aux coopératives de catadores sans passer d’appel d’offre.

2010

Fédéral

Avec la politique nationale des résidus solides, tous les organes publics doivent réaliser le tri sélectif et les États et municipalités doivent établir des plans de gestion de résidus solides qui incluent les catadores, apportent leur soutien aux coopératives et organisent la fermeture des décharges à ciel ouvert. Lancement du programme « pro-catador ».

21

Tableau 1. Évolution des politiques en faveur du recyclage et de l’insertion des catadores.
[Source : S. Pérémarty.]

Figure 1. Un effet des innovations politiques : un étal d’artisanat recyclé au Sommet des Peuples de Rio + 20 de juin 2012.
Les coopératives, notamment du sud du Brésil, commercialisent des pièces d’artisanat à forte valeur ajoutée ou des objets transformés.
[Cliché : S. Pérémarty, 2012.]

Une coopérative ni créée ni administrée par les catadores

  • 8 La loi définissant la politique sur le coopérativisme est la loi 5.764/1971, qui vient récemment d (...)

22Les coopératives peuvent être définies comme des « entreprises solidaires » à but lucratif, basées sur « des pratiques et des principes d’autogestion, d’égalité, de coopération, d’auto-soutien, de développement humain et de responsabilité sociale » (Gaiger, 2007, 309). Nous retiendrons ici qu’une coopérative est censée être constituée d’un groupe de travailleurs qui choisissent de produire de manière collective et autogérée, en respectant les règles légales définies par la loi sur le coopérativisme8.

23À première vue, la coopérative étudiée répond à ces critères. Le fonctionnement interne est encadré par des statuts et un règlement intérieur qui définissent les différentes attributions des membres du bureau lors de la gestion courante et des réunions. Les statuts font rapidement allusion à la présence de techniciens extérieurs pour assister les membres du bureau. Le travail est collectif et les revenus sont calculés en fonction du temps de travail et des recettes mensuelles, et non pas du poste occupé. Cependant, notre étude de terrain a dévoilé que, en réalité, les travailleurs n’avaient pas choisi de travailler ensemble, que leur travail n’est absolument pas autogéré et que le sentiment d’appartenance à la coopérative est ténu.

24La coopérative a été créée à l’initiative de l’entreprise de nettoyage municipale, suite à la fermeture de la décharge en 2001, comme le témoigne une cooperada : « L’entreprise de nettoyage nous a mis ici pour travailler. » (Zenira, cooperada, entretien du 15/06/2012) Cette entreprise s’est engagée à financer les infrastructures d’une coopérative et a confié la formation des catadores à une ONG écologiste locale qui avait déjàmené des projets avec des catadores. Cette ONG, créée au milieu des années 1990, apporte désormais un soutien logistique et technique à un réseau de dix coopératives de catadores. L’ONG a alors sélectionné 200 catadores et leur a offert une formation rémunérée, entre 2001 et 2003, pour qu’ils apprennent à travailler de manière collective, à trier plus efficacement les matériaux et à gérer une coopérative. Certains modules de cette formation ont été pensés dans une perspective émancipatrice d’éducation populaire, selon les principes de la pédagogie des opprimés de Paulo Freire (1970). Ce dernier postule que la connaissance doit être co-créée dans un dialogue horizontal entre élèves et éducateurs, et non pas imposée par ces derniers, afin que les apprenants se construisent en tant que citoyens et se libèrent de l’oppression.

25Mais, en réalité, la coopérative n’a pratiquement jamais été autogérée. Pendant les premières années, entre 2003 et 2005, elle a été administrée de manière très autoritaire par l’entreprise municipale de nettoyage :

On n’avait rien le droit de dire. Ceux qui dirigeaient tout c’était eux, nous on ne faisait que ramasser et peser, ils le prenaient, et ils nous donnaient ce qu’ils voulaient. (Jeane, cooperada, entretien du 07/06/2012.)

  • 9 Cette période est très mal documentée et les témoignages des enquêtés sont très confus.
  • 10 Les revenus des cooperados passent alors de 70-100 à340 réaux brésiliens (BRL) par mois.
  • 11 Les revenus mensuels des cooperados, entre 300 et 450 BRL, sont inférieurs au salaire minimum léga (...)

26Sous l’impulsion d’une cooperada très revendicative, les cooperados ont réussi à « chasser » l’entreprise en la menaçant de représailles judiciaires. Pendant un ou deux ans, il semblerait9 qu’ils aient organisé eux-mêmes leur travail, avec des interventions minimales de l’entreprise de nettoyage. Finalement, en 2007, cette dernière a signé une convention avec l’ONG pour que celle-ci administre la coopérative. Désormais, trois techniciens rémunérés par l’ONG sont présents dans la coopérative : un technicien-coordinateur, un technicien chargé de la logistique et un technicien chargé de la comptabilité. Le technicien-coordinateur opère, en 2007, une réorganisation complète de la production qui porte ses fruits dans un premier temps : les revenus des cooperados triplent le premier mois10 et continuent d’augmenter, puis chutent avant la crise économique de 2009 et stagnent depuis11.

  • 12 Pour la distinction entre « parler au peuple » et « parler avec le peuple », voir P. Freire, « Com (...)

27En 2007, les statuts de la coopérative sont modifiés pour mieux respecter la loi sur le coopérativisme : ils prévoient que les membres du bureau, responsables de la gestion, soient élus au cours des assemblées générales. Cependant, ces textes ne sont pas conçus pour favoriser l’autogestion, car tout le pouvoir décisionnel est très concentré, en théorie dans les mains du président et de la secrétaire, en pratique dans celle des trois techniciens. L’opinion des catadores cooperados semble rarement être prise en compte. Au sein de la coopérative, les décisions sont censées être prises de manière collective lors de réunions hebdomadaires du bureau et ou lors des réunions plénières mensuelles. En réalité, le bureau se réunit dans la plus grande opacité, sans grande régularité, généralement à la demande du technicien-coordinateur qui mène l’ordre du jour. Lors des plénières, ce technicien informe de certaines décisions et présente des tableaux de comptabilité que peu de cooperados comprennent. Ils sont parfois consultés mais, la plupart du temps, ils attendent en silence que la réunion se termine : « Je ne dis rien pendant les réunions, j’ai peur que tout le monde s’énerve contre moi. » (Cacau, cooperada, entretien du 05/04/2012) Ils ne semblent pas retenir pas grand chose, comme durant les cours de formation où les éducateurs ne discutent pas avec les cooperados sur les possibilités d’améliorer la coopérative. Ils disent plutôt aux cooperados comment modifier leurs techniques de tri et obéir aux règles12.

La division sexuelle du travail

  • 13 Selon Hirata (2003) et Kergoat (2002), la division sexuelle du travail est organisée selon deux pr (...)

28Par ailleurs, il existe un fort conflit de genre entre les techniciens (trois hommes) ou présidents (des hommes depuis 2007) et les cooperadas qui représentent 78 % des cooperados. Cela se traduit dans la division sexuelle du travail13. Plus précisément, au sein de la coopérative, les tâches sont divisées afin de réaliser tout le processus de production de matériaux recyclables commercialisables à partir de déchets. Certains cooperados vont chercher des déchets pré-triés à bord de deux camions chez des partenaires de la coopérative (centres commerciaux, écoles, entreprises, etc.). Ces matériaux sont déversés dans la coopérative qui comporte un hangar de 300 m2 sur un terrain de 800 m2 (figure 2).

29À l’intérieur du hangar, le bâti est constitué de compartiments de rangement, des toilettes-douches-vestiaires masculines et féminines, ainsi qu’un bureau administratif situé au dessus de celles-ci. Les équipements sont composés d’un tapis de tri mécanique (très rarement utilisé), d’une balance manuelle et de quatre presses. Les matériaux sont triés à plusieurs reprises par différentes équipes, puis compactés en blocs dans une presse et entreposés. Lorsqu’il y en a suffisamment, des acheteurs viennent chercher les blocs à bord de leur camion.

30Les hommes fuient le tri et préfèrent conduire les camions, transporter les matériaux lourds ou manipuler les presses : « Je n’ai jamais aimé travailler au tri [grimace] parce que je n’ai pas de patience pour séparer, en restant assis, immobile toute la journée. Je préfère le mouvement, porter des choses lourdes. » (Carlito, cooperado et ancien président, entretien du 30/05/2012) Du fait du manque de main-d’œuvre masculine, les femmes réalisent souvent ces tâches mais cela n’apparaît pas dans le discours des hommes. Les femmes sont chargées d’activités proches de celles de la sphère domestique : ce sont elles qui sont en contact avec les matériaux les plus sales et les trient, elles qui nettoient et rangent, etc. (figures 3 et 4).

Figure 2. Le hangar de la coopérative.
[Cliché : S. Pérémarty, 2012.]

Figures 3 et 4. Hommes qui travaillent aux presses à carton, femmes qui travaillent au tapis de tri.
[Source : S. Pérémarty, croquis extraits du carnet de terrain.]

31Alors que la qualité du tri détermine la qualité des matériaux vendus, la sélection fine des matériaux « en étant considérée comme proprement féminine, fait que sa valeur est considérée moindre » (Grimberg, Silveira, 2012, 4). C’est ainsi que le technicien-coordinateur a décrété que les nouveaux cooperados seraient des hommes car il considère qu’ils sont plus productifs, ce qui agace fortement certaines femmes.

32Aussi, ces femmes, ne seraient-elles ni capables de prendre de bonnes décisions (il ne faut donc pas qu’elles participent trop aux réunions), ni capables de bien travailler (il faut donc les remplacer progressivement par des hommes jeunes). Pourtant, ce sont bien les femmes qui font vivre la coopérative et cette absence de reconnaissance renforce leur mauvaise estime d’elles-mêmes : « Nous, on sait rien faire », justifie ainsi Lurdes (entretien du 16/05/2012). Cette mauvaise estime de soi entraîne également un rejet des autres. Les cooperados sont divisés en petits groupes qui communiquent peu entre eux, ou de manière souvent agressive. Le groupe des femmes s’oppose à celui des hommes, celui des jeunes à celui des plus âgées, celui des nouveaux à celui des fondateurs… Ils ne se font pas confiance, médisent constamment, s’insultent et se moquent les uns des autres, souvent ouvertement. Pour se protéger, certains travailleurs s’isolent, travaillent seuls, mangent seuls, ne parlent à personne.

33De ce fait, la grande majorité des catadores membres de la coopérative souhaiterait en partir et seuls restent ceux qui sont exclus du marché du travail, c’est-à-dire surtout les femmes âgées et très peu éduquées. En effet, parmi les 50 membres de la coopérative, il y a 78 % de femmes, dont 11 ont plus de 60 ans, et leur âge moyen est de 44 ans. Parmi les 32 travailleurs qui ont quitté la coopérative, il faut noter que les hommes sont restés en moyenne moins de deux ans, pour ensuite rejoindre un autre emploi, alors que les femmes sont restées plus de sept ans, pour partir à la retraite. La majorité des cooperados souhaite occuper un autre travail : 52 % cherchent un autre travail, 30 % voudraient bien partir mais se sont résignés et 18 % acceptent d’être dans la coopérative. Les femmes âgées ne se font plus d’illusion : « ici c’est pour ceux qui ne peuvent pas aller sur le marché du travail ou ceux qui ne trouvent pas de travail » (Adelice, cooperada, entretien du 27/04/2012), ou encore : « ici c’est seulement pour ceux qui n’ont pas étudié » (Hilda, cooperada, entretien du 16/05/2012).

Le MNCR : un mouvement peu représentatif

34Le principal facteur de constitution du groupe semble avoir été la contrainte et non pas le sentiment d’appartenance à un projet collectif, ce qui explique très clairement les difficultés que rencontre le MNCR pour s’implanter dans la coopérative.

  • 14 La loi nationale des résidus solides (2010) a notamment été fortement influencée par l’action du M (...)
  • 15 À Rio, j’ai personnellement participé à la rencontre des catadores lors du Sommet des Peuples de R (...)

35Le MNCR est une organisation sociale qui, à la manière d’un syndicat, lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des catadores depuis 2001 à l’échelle du Brésil. Pour y adhérer, les catadores doivent faire partie d’une organisation collective, respecter certaines règles de fonctionnement, élire des représentants pour les instances décisionnelles à différentes échelles administratives, participer à des actions collectives, etc. Une infime minorité, entre 5 et 10 % des catadores (CEMPRE, 2010), fait en réalité partie du mouvement, mais le MNCR entend défendre les intérêts de tous les catadores, organisés ou autonomes, membres ou non membres. Pour faire entendre ces revendications, le MNCR fait appel au lobbying législatif – parfois avec succès14 – et à l’action directe populaire : manifestations, campagnes de sensibilisation au tri sélectif ou rencontres15. Celles-ci permettent aux catadores de partager des connaissances et des expériences de lutte, ainsi que de renforcer l’identité collective à travers l’utilisation de symboles liés au MNCR – drapeau, habits, musique, slogans, leaders populaires, etc. (figure 5).

36Ce mouvement cherche à s’organiser de manière autogérée et non partisane, ce qui est loin d’être le cas dans l’État étudié. En effet, la section régionale du MNCR a été créée en 2004 lors d’une rencontre de catadores organisée par l’ONG qui apporte son soutien aux catadores et, de ce fait, ce MNCR a très peu d’autonomie financière et décisionnelle vis-à-vis de celle-ci. L’ONG présente ses projets d’intervention auprès des catadores comme émanant du MNCR, alors que, en réalité, les membres actifs du MNCR sont souvent employés par l’ONG pour convaincre les catadores de participer aux projets. Tous les membres de la coopérative étudiée sont officiellement membres du MNCR depuis 2007, mais la plupart ne se sentent pas concernés : « Ce mouvement fait euh il y a une fille qui part souvent, oui voilà » (Hilda, cooperada, entretien du 16/05/2012)

Figure 5. La tente du MNCR au Sommet des Peuples de Rio + 20 de juin 2012.
[Cliché : S. Pérémarty, 2012.]

  • 16 On peut aussi évoquer ici l’analyse d’A. Jeanjean sur l’utilisation de mots crus par les travaille (...)
  • 17 Si certains cooperados préféreraient être éboueurs, d’autres le refusent car, à la manière des chi (...)

37Ainsi, le MNCR-régional est en réalité très peu actif au sein de cette coopérative et il échoue à donner sens au travail des cooperados, afin d’inverser le stigmate. Les cooperados ne se reconnaissent pas dans le discours du MNCR selon lequel ils devraient se sentir fiers d’occuper la profession de catador et de contribuer à « nettoyer » l’environnement. La plupart d’entre eux ont une attitude très défensive lorsque la conversation porte sur leur vision de leur travail et s’empressent de déclarer ne pas en avoir honte. Mais si, au sein de la coopérative, ils font parfois allusion à leur rôle environnemental, lorsque des discussions se déroulent dans la sphère privée, ils semblent aussi dégoûtés par les déchets que le reste de la population. Dans la législation, le MNCR a réussi à faire remplacer l’expression « catador de déchets » par « catador de matériaux recyclables », et, de fait, lorsqu’ils se sentent interrogés la plupart des cooperados parlent de matériaux recyclables. Cet artifice linguistique les prive de la possibilité de nommer la matière avec laquelle ils travaillent, et de s’en protéger16. Le tabou linguistique est parfois transgressé avec un ton agressif : « Mon mari ne me touche pas, il est dégoûté […]. Je n’aime pas travailler dans les déchets ! », s’exclame Catia (cooperada, entretien du 16/05/2012). Rosangela déclare également : « Il y a beaucoup de gens qui disent encore “hmm, ça pue”, en nous traitant comme des éboueurs ! » (cooperada, entretien du 12/05/201217) Ils se comparent parfois à des porcs ou à des serpents : « Je ne veux pas que ma maison soit une porcherie comme mon travail. » (Laura, cooperada, entretien du 17/07/2012)

  • 18 Les catadores de matériaux recyclables ont été légalement reconnus comme des professionnels en 200 (...)

38Le MNCR affirme que les cooperados doivent revendiquer le fait d’être des catadores. Cette opinion n’est pas partagée par 60 % des cooperados qui allèguent qu’ils ne sont plus dans la décharge et donc qu’ils ne peuvent plus être qualifiés de catadores, que le travail est différent, que le matériel est propre ou qu’ils sont désormais « formés au coopérativisme ». Lorsqu’il leur est demandé de caractériser leur travail, les réponses tendent à occulter le lien avec les déchets pour valoriser le geste – « je recycle/sépare » – ou le lieu de travail – « je suis cooperado ». De même, selon le MNCR, être catador serait une profession comme une autre18, à l’image de cette cooperada militante du MNCR qui déclare lors d’une réunion publique avec la mairie : « Aujourd’hui je travaille avec des matériaux recyclables, aujourd’hui je ne ramasse plus de déchets, j’ai une valeur en tant que personne, en tant que professionnelle. » (Jeane, discours prononcé le 21/05/2012) Mais pour la plupart des cooperados que nous avons rencontrés, « ramasser des déchets n’est pas une profession ! […] Ici, c’est un bouche-trou : tu en as besoin, tu n’as pas de travail, tu y vas. » (Leonor, ancienne cooperada, entretien du 08/06/2012) Et même Jeane, en réalité, cherche à économiser pour monter un petit commerce de rue et partir de la coopérative.

  • 19 Rappelons que l’inclusion perverse désigne les formes subtiles de l’exclusion au sein même de l’in (...)

39Si les coopératives sont présentées comme un vecteur d’insertion privilégié des catadores, car elles leur permettraient de se rapprocher du monde du travail formel et de développer leur citoyenneté et leur sentiment d’appartenance à la société, dans le cas étudié, les catadores ne se sont pas approprié le projet collectif, notamment parce que la coopérative, comme le MNCR, ont été impulsés par des acteurs extérieurs. Ils persistent dans une situation d’inclusion perverse19 par rapport à l’industrie du recyclage, pour laquelle ils fournissent des matériaux et une main-d’œuvre peu chère, tout en bénéficiant d’une protection sociale encore très limitée. Leurs revenus restent plus faibles que ceux de n’importe quel travail formel et s’apparentent plus à « un moyen de survie » qu’à un vrai salaire. Spontanément, ils comparent leur situation à celle d’un emploi formel et n’évoquent les avantages par rapport à la décharge que lorsqu’ils sont spécifiquement interrogés, comme ceci est synthétisé dans ce tableau ci-contre, réalisé à partir des observations de l’auteur et des entretiens auprès des 50 cooperados (tableau 2).

40Ainsi, les cooperados contraints de rester dans la coopérative doivent développer des stratégies pour supporter leur travail, comme nous allons le détailler désormais.

Revenu

Formalité

Rapport au sale

Infrastructures

Avantages par rapport à la décharge

Plus élevé que dans décharge

INSS (sécurité sociale)

Beaucoup plus propre que dans la décharge

Protection contre le soleil et la pluie

Inconvénients par rapport à un emploi formel

Moins élevé que n’importe quel travail formel (salaire minimum)

Absence de fond de garantie, de droits au chômage

Travail toujours avec les déchets

Absence de réfectoire, toilettes et vestiaires insalubres

Tableau 2. Avantages et inconvénients de la coopérative.
[Source : S. Pérémarty, enquêtes de terrain, 2012.]

DES PRATIQUES DE TRI SUBVERSIVES : LA RÉCUPÉRATION INDIVIDUELLE AU DÉTRIMENT DU RECYCLAGE COLLECTIF

41Pour la plupart des cooperados, il ne sert à rien de s’efforcer à travailler davantage, car cela bénéficierait plus aux autres ou ne changerait rien : « Si je gagnais beaucoup, je travaillerais beaucoup, mais comme je gagne peu, je travaille peu », explique ainsi Christiane (cooperada, entretien du 26/07/2012). Ils développent donc de nombreuses tactiques pour « braconner » (Certeau, 1994) le travail, notamment l’absentéisme, le présentéisme contemplatif, les discussions ou jeux, etc.

42Ces comportements sont combattus frontalement par les techniciens qui n’identifient pas les causes de cette démotivation. Mais la manière la plus répandue, et peut-être la plus efficace, pour braconner le travail consiste à rechercher des trouvailles dans les déchets. En effet, lorsqu’elles trient, les cooperadas classifient en trois catégories : ce qui va être intégré au processus productif collectif (les matériaux recyclables), ce qui est rejeté en déchetterie (les déchets) et ce qu’elles récupèrent pour elles-mêmes (les trouvailles). En pratique, il y a beaucoup de gaspillage dans la coopérative et la récupération personnelle, bien qu’interdite, est largement pratiquée.

Subjectivité du tri et gaspillage

43La production des matériaux recyclables est organisée en différentes étapes, selon le principe de la division horizontale des tâches. Des cooperados vont à bord des camions pour ramasser les résidus chez les partenaires réguliers ou lors d’événements festifs. Ensuite, les camions de collecte déversent les matériaux à trier à l’extérieur du hangar. Une première équipe de femmes réalise un premier tri (tri grossier) en séparant, dans des grands sacs, les matériaux en fonction de leur nature : toutes les bouteilles en plastique d’un côté, le verre d’un autre, les papiers ailleurs, etc. Parfois le tri grossier est réalisé à l’aide du tapis de tri mécanique – mais celui-ci consomme beaucoup d’énergie et impose un rythme rapide aux cooperadas. Une autre équipe de femmes réalise un deuxième tri (tri fin) : les bouteilles de couleur verte sont distinguées des transparentes ou des grises, les journaux sont séparés des revues, etc. Une troisième équipe d’hommes compacte en blocs les matériaux triés dans les presses. À l’arrivée du camion de l’acheteur, ils sont hissés manuellement dans celui-ci.

44Malgré le processus rationnel de mise en ordre de la matière déchue, il reste encore beaucoup de gaspillage de matériaux qui pourraient être triés et commercialisé et qui sont, en fait, jetés : les déchets résistent à leur requalification. La plupart des femmes qui trient ne connaissent pas tous les types de matériaux. Elles interrogent souvent leurs voisines et se querellent pour savoir si, oui ou non, les bouchons de bouteilles doivent être recyclés (réponse : oui !). Il n’y a pas de référent fixe, car les connaissances sur les matériaux proviennent de formations ponctuelles organisées par l’ONG, durant lesquelles les cooperadas ne retiennent pas grand chose. De nombreux matériaux sont classés au hasard dans une catégorie ou une autre car leur hybridité les empêche d’être clairement définis par les classifications sensorielles habituelles. Par exemple, comment classer un papier blanc mais imprimé, qui a la texture du papier mais la couleur d’une revue ? Et que faire d’un gobelet en plastique solide, si le plastique solide est recyclé mais pas les gobelets classiques (figure 6) ?

Figure 6a et b. Une question récurrente : « C’est un déchet ou un matériau ? »
Tableaux de reconnaissance des différents types de plastiques élaborés par les récupérateurs de la coopérative Reciclando Sueños (Isidoro Casanova, La Matanza, Buenos Aires), étudiés par M.-N. Carré. Afin de réduire les incertitudes sur les matériaux et réduire le gaspillage, je suggérais aux cooperados de réaliser un tableau du même genre pour mieux identifier les matériaux. L’idée fut bien accueillie, puis rejetée car perçue comme un instrument de contrôle supplémentaire.
[Clichés : M.-N. Carré, 2010.]

45L’inertie et l’habitude provoquent également beaucoup de gaspillage. Lors d’une réunion, le technicien-coordinateur annonce que, désormais, les briques alimentaires seraient recyclées car il avait trouvé un nouvel acheteur. Cependant, plusieurs semaines après, de nombreuses cooperadas continuaient à jeter ces emballages avec les déchets. La localisation du matériau au moment où il est trié influence également son sort : une bouteille en plastique (recyclable) sera traitée comme un déchet si elle se retrouve par inadvertance au milieu des matériaux métalliques lors du deuxième tri. Enfin, les travailleuses peuvent également choisir volontairement de ne pas trier un matériau recyclable lorsqu’il est jugé trop petit ou trop sale. Le fait de ne pas tout trier peut également être interprété comme un acte d’insoumission face aux techniciens, dont elles méprisent les connaissances : « Lui, il ne sait rien du tout. » (Catia, cooperada, entretien du 23/05/2012)

L’enjeu de la récupération et des trouvailles

46Il faut rappeler que les catadores sont des récupérateurs avant d’être des recycleurs : ils se sont rendus dans la décharge pour récupérer de la nourriture et des objets, puis ont commencé à vendre des matériaux recyclables aux acheteurs intermédiaires. Et c’est la récupération qui continue à donner sens à leur travail. Bien qu’interdite, elle est essentielle pour les catadores : les objets récupérés permettent d’améliorer l’environnement de travail (bricolage), de compléter les revenus par des avantages en nature (trouvailles emportées chez soi), mais aussi de rompre la monotonie du tri.

47Effectivement, de nombreuses infrastructures de la coopérative sont délabrées ou peu efficaces, ce qui contraint les travailleurs à s’adapter, notamment grâce au bricolage à partir d’objets récupérés durant le tri. Il s’agit de catachrèse, c’est-à-dire du « détournement d’un outil pour lui donner la fonctionnalité d’un autre […] faisant d’un déchet un instrument » (Poussin, 2011, 195). Le mobilier dans la coopérative provient largement de la récupération : les caisses, bidons, boites et morceaux de cartons se transforment en chaises, tables, oreillers, tapis, pare-soleil, etc. Il en est de même pour de nombreux instruments de travail : des couteaux ou des morceaux de verre épais pour trancher des cordes et lier des paquets, des gants, des contenants. Enfin, le bricolage permet de compenser l’absence de cuisine équipée : des bouteilles en plastique sont transformées en gobelet, des boites de conserves deviennent des casseroles, des réfrigérateurs sont réparés et fonctionnent un temps, etc.

  • 20 Voir M. de Certeau selon lequel le bricolage permet à l’homme de détourner les codes, de se réappr (...)

48Ce bricolage permet donc aux travailleurs de s’approprier leur espace de travail20, à défaut de pouvoir s’approprier la gestion de celui-ci. Cependant, la plupart de ces récupérations a un but purement utilitaire et les cooperados ne manifestent pas le désir de s’approprier outre mesure leur espace, tel qu’en témoignent l’absence de décoration et la quasi-absence d’artisanat. Les quelques objets qui décorent les meubles et les murs de la coopérative semblent avoir été posés au hasard, puis abandonnés.

  • 21 J’ai notamment reçu beaucoup de petits cadeaux au début de mon enquête, considérés comme étant app (...)

49Absolument tous les cooperados rapportent chez eux des objets qu’ils ont trouvé pendant le tri, ce qui procure du plaisir et de la satisfaction à certains. Ces trouvailles sont essentielles, car elles représentent un avantage en nature et permettent de donner un sens direct et concret au travail. Avec le tri, le déchet ne devient matière première utile qu’au bout d’un long processus industriel de recyclage que les travailleurs comprennent peu. Le retournement de valeur du déchet est par contre immédiat avec la récupération : il suffit de déclarer utile et désirable ce qui ne l’était plus. La liste des objets récupérés paraît infinie (tableau 3) ! Ces trouvailles sont destinées à l’utilisation personnelle, à la revente (parfois après réparation), ou parfois également – de manière plus symbolique – à la création de liens sociaux qui peuvent aussi relever du don et contre-don21.

50L’observation révèle que tous les cooperados font des trouvailles, même si certains se plaignent de ne pas en faire. Il est vrai que ce sont les femmes qui, travaillant au niveau des premières étapes du tri (les plus sales), sont les plus susceptibles de faire des trouvailles parmi les déchets. La plupart comparent leur situation actuelle à leur situation antérieure : « Dans la décharge, on trouvait beaucoup de choses, ici, rien du tout. » (Domice, cooperada, entretien du 14/04/2012) Certains cooperados cachent l’étendue de leurs trouvailles par honte du regard des personnes extérieures à la coopérative et certains, qui pourtant récupèrent eux-mêmes, se moquent des autres : « Elle va ramener ces chaussures chez elle et les porter ! » (Severiana, cooperada, entretien du 24/04/2012) Ce genre de commentaires révèle l’adhésion des cooperados aux stéréotypes contre lesquels ils se défendent.

51La récupération est théoriquement interdite au sein de la coopérative, puisque la mission officielle des cooperados est de produire des matériaux recyclables destinés à la commercialisation. Mais elle ne peut pas, pour autant, être combattue frontalement car elle est indispensable aux yeux des travailleurs.

Catégorie

Exemples d’objets récupérés

Ustensiles de cuisine

Assiettes, verres, couverts, tasses, couteaux, économes, paires de ciseau, thermos, balance alimentaire, râpe à légume

Produits actifs (généralement périmés)

Médicaments, produits de nettoyage, shampoings, parfums, parfums d’intérieur

Contenants

Bouteilles, boîtes, bidons, bassines, seaux, sacs plastique

Accessoires « mystérieux »

Masque oculaire au gel rafraîchissant, masseur de tête

Petits meubles

Chaises en métal (à payer au poids), tabouret en bois, tapis de bain

Objets électriques/électroniques cassés

Aspirateur, machine à laver, gazinière, radio, mixer, micro-onde, télévision, réfrigérateur, fer à repasser, téléphone portable, ventilateur, chaîne Hi-Fi, GPS, télécommandes

Habillement

Vêtements, chaussures, sacs-à-main

Stylos et livres

(Les plus récupérés sont) les livres de cuisine, religieux, mots croisés, pour enfants, parfois des livres scolaires ou des romans

Autres

Objets décoratifs, jouets, bijoux de faible valeur (colliers, broches, pinces à cheveux, pendentifs, montres, boucles d’oreilles)

« Trésors » : objets de valeur jetés par mégarde

Billets de banque, iPod, clés USB, montres

Marchandise frauduleuse saisie par la douane

Sacs de contrebande, bouteilles d’huile d’olive périmées

Tableau 3. Les innombrables trouvailles.
[Source : S. Pérémarty, enquêtes de terrain, 2012.]

52Cependant, simplement fermer les yeux sur cette pratique aboutit parfois à des dérives lorsque la limite entre récupération et vol est floue. Par exemple, que faire avec un seau en plastique intact ? Le garder pour soi ou le détruire pour le recycler et partager les gains collectivement ? Cette sorte de récupération devient plus préjudiciable pour le collectif lorsqu’elle concerne des matériaux à haute valeur commerciale, comme des composants électroniques ou métalliques (cuivre, aluminium). Cependant, la coopérative ne dispose pas des outils symboliques ou formels pour se prémunir contre le vol, puisque chacun choisit de requalifier ce qu’il trouve, sans qu’il y ait une « grille commune » permettant de classifier les déchets, matériaux et récupération. Lorsque des cas de vols sont avérés et punis, nombreux sont les cooperados qui pensent qu’ils auraient fait pareil s’ils en avaient eu l’occasion.

CONCLUSION

53Ainsi, la réalité des catadores cooperados, communément présentés comme des professionnels du recyclage et fiers de l’être, n’est pas si simple. Certes, la majeure partie de leur temps de travail est consacrée au processus de recyclage (récolte, tri, rangement, compactage), mais ce n’est pas le recyclage en lui-même qui donne sens au travail et leur permet de « tenir ». Comme dans la décharge, les trouvailles permettent de compléter les revenus provenant de la vente des matériaux, d’améliorer leur environnement – professionnel ou personnel – et de rompre la monotonie et la répétitivité du travail. Ces trouvailles permettent parfois d’inverser le regard et de percevoir l’immense tas de matériaux à trier comme des trésors potentiels et non pas comme un tas de déchets répugnants. Cependant, ces trouvailles sont assez inégalitaires : elles ne sont pas partagées collectivement et certains travailleurs occupant des postes éloignés du tri ne trouvent presque jamais rien.

54Cette récupération individuelle de trouvailles ou matériaux recyclables dans les déchets se fait en parallèle au recyclage collectif et parfois au détriment de celui-ci. Comme le refus de mettre des gants, l’absentéisme déguisé ou l’insoumission face aux techniciens, la récupération est une des manières individuelles de mettre à distance un travail sale et honteux, à défaut de pouvoir recourir aux ressources collectives de mise à distance. Les catadores cooperados continuent à penser et à agir de manière individuelle : la plupart d’entre eux n’adhèrent pas au projet collectif de la coopérative qui leur a été imposé à la fermeture de la décharge. Ils y restent faute d’alternatives professionnelles et la pérennité économique de la coopérative n’est pas garantie.

55Cependant, l’enquête révèle que le mécontentement et le manque d’adhésion des cooperados proviennent non seulement des conditions de travail, mais aussi et surtout du mode de gestion autoritaire de la coopérative. Ce manque d’adhésion pourrait être repensé à condition de faire de la participation des travailleurs aux décisions une priorité. Nous ne voudrions donc pas conclure à l’inefficacité de l’action collective comme mode de protection physique et symbolique de ces travailleurs des déchets, mais plutôt questionner le rôle que pourrait avoir l’éducation populaire dans la réussite de cette « formalisation » de l’informel.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ABRELPE (Associação Brasileira de Empresas de Limpeza Pública e Resíduos Especiais), 2010, Panorama dos Resíduos Sólidos no Brasil 2010, http://www.abrelpe.org.br/Panorama/panorama2010.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Birkbeck Chris, 1978, « Self-Employed Proletarians in an Informal Factory: The Case of Cali’s Garbage Dump », World Development, 6, p. 1173-1185.

Carvalho Braga Hilda Maria de, 2003 « Riscos sócioambientais em à reas periféricas: uma análise sobre o bairro de Salvador de Bahia », 15 p., http://www.geoambiente.ufba.br/semin%C3%A1rio/Hilda%20Braga.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Caputo Carlotta, 2011, « La crise des déchets à Terzigno, en Campanie », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 93-119.

CEMPRE (Compromisso Empresarial para Peciclagem), 2010, « Politica nacional de residuos solidos. Agora é lei », http://www.cempre.org.br/download/pnrs_002.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Certeau Michel de, Giard Luce, Mayol Pierre, 1994, L’invention du quotidien. Arts de faire, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 337 p.

Corbin Alain, 2008, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Flammarion, 429 p. Corbin Alain, 2011, « Préface », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 11-14.

Corteel Delphine, Le Lay Stéphane (dir.), 2011, Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 331 p.

Dias Sonia Maria, 2009, Trajetórias e memórias dos fóruns Lixo e Cidadania no Brasil : experimentos singulares de justiça social e governança participativa, Thèse de doctorat en science politique, Faculté de philosophie et sciences humaines, Université fédérale de Minas Gerais, 391 p., http://www.inclusivecities.org/wp-content/uploads/2012/07/Dias_TESE_Final_2009.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Florin Bénédicte, 2011, « Résister, s’adapter ou disparaître : la corporation des chiffonniers du Caire en question », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 69-90.

Freire Paulo, 1970, Pedagogia do oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 107 p., http://www.letras.ufmg.br/espanhol/pdf %5Cpedagogia_do_oprimido.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Gaiger Luiz Inácio, 2007/2, « Nouvelles formes de production non capitalistes au Brésil : sens et faisabilité », Revue Tiers Monde, no 190, p. 309-324.

Goffman Erving, 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 180 p.

Grimberg Elisabeth, Da Silveira Maria Lucia, 2012, DimensoÞes de Gênero no Manejo de Resíduos Domésticos em SaÞo Paulo, Instituto Polis et SOF, 32 p.

Grossi Gabriele, 1998, Os badameiros : o luxo do lixo, Mémoire de sociologie, UFBA, 115 p.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatisticas), 2008, Pesquisa Nacional de Saneamento Bàsico. 2008, http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/condicaodevida/pnsb2008/PNSB_2008.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Jeanjean Agnès, 2006, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, CTHS, coll. « Le regard de l’ethnologue », 279 p.

IPEA (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada), 2010, Pesquisa sobre pagamento por serviços ambientais urbanos para gestaÞo de residus solidos, Brasilia, http://www.mncr.org.br/box_2/instrumentos-juridicos/manuaise-publicacoes/relatorio-de-pesquisa-ipea (consulté le 23 octobre 2014).

LIMPURB (Empresa de Limpeza Urbana do Salvador), 2010, CaracterizaçaÞo física dos Resíduos Sólidos Urbanos no município de Salvador de Bahia, 44 p., http://www.servicospublicos.salvador.ba.gov.br/consultapublica/arquivos/caracterizacaofinal (consulté le 23 octobre 2014).

Medeiros Luiza Ferreira Rezende de, 2006, Uma anàlise psicossocial das relaçoÞes de trabalho dos catadores de material reciclàvel organizados em cooperativas de reciclagem, Mémoire de psychologie, Université catholique de Goiás, 160 p. http://www.ucg.br/ucg/katiaMacedo/dissertacoes/pdf/Luiza_UmaAnalisePsicossocial.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Medeiros Luisa Ferreira Rezende de, Macêdo Kátia Barbosa, 2006, « Catador de material reciclável : uma profissão para além da sobrevivência ? », www.scielo.br/pdf/psoc/v18n2/08.pdf (consulté le 23 octobre 2014).

Poussin Nadine, 2011, « La réorganisation de leur travail par les éboueurs : de la nécessité d’une prescription pour pouvoir y répliquer », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 191-204.

Proulx Serge, 1994, Une lecture de l’œuvre de Michel de Certeau : l’invention du quotidien, paradigme de l’activité des usagers, vol. 15, no 2, Montréal, Université Laval Saint-Martin, p. 171-197, (consulté le 23 octobre 2014).

Reynaud Emmanuèle, 1980, « Olson Mancur, logique de l’action collective », Revue française de sociologie, 21-3, p. 451-454.

Sawaia Bader, 1999, As artimanhas da exclusaÞo : Anàlise psicossocial e ética da desigualdade social, Petrópolis, RJ Vozes, 156 p.

Ubton José Argolo Nascimento, 2005, A pràtica educativa a serviço da formaçaÞo de trabalhadores em cooperativa, focada na socionomia : o caso dos agentes ecológicos de Salvador de Bahia, UFBA, 140 p.

Notes

1 Du verbe catar qui signifie ramasser, glaner, récupérer. Le féminin de catador est catadora, le pluriel catadores ou catadoras (voir lexique).

2 Il existe une véritable « bataille » des chiffres à ce sujet. Le nombre des catadores est estimé entre 300 000 (Dias, 2009) et un million (CEMPRE, 2010) au Brésil. Dans la ville étudiée, il y en aurait environ 1 000 (LIMPURB, 2010).

3 Le Brésil produit 60 millions de tonnes de déchets par an (IBGE, 2008), dont seulement 1 à3 % sont collectés de manière sélective par les pouvoirs publics (IPEA, 2010).

4 Le taux de recyclage des canettes en aluminium est notamment de 98,2 % (ABRELPE, 2010).

5 Cet article est issu d’une enquête de terrain ethnographique de cinq mois, menée en 2012 dans une coopérative de catadores, située dans une grande métropole du nord-est brésilien, et fortement soutenue par une ONG. Celle-ci a accepté de me laisser enquêter sous couvert de confidentialité, c’est pourquoi aucun nom propre n’est cité dans cette contribution. Ce travail a donné lieu au mémoire « Ethnographie d’une coopérative de recycleurs urbains brésiliens (catadores.) Les tactiques individuelles de contournement du travail et de mise à distance du “sale” » dirigé par J. Buffet et D. Corteel, dans le cadre du master « Gestion de projet, coopération et développement en Amérique latine », Sciences Po Lyon.

6 Le stigmate est défini par Goffman comme « attribut qui jette un discrédit profond » sur la personne qui le possède (1975, 11-13).

7 En 1997, si 78 % des catadores ramassaient des fruits, seuls 6 % ramassaient du plastique (Grossi, 1998).

8 La loi définissant la politique sur le coopérativisme est la loi 5.764/1971, qui vient récemment d’être remplacée par la loi 12.690/2012.

9 Cette période est très mal documentée et les témoignages des enquêtés sont très confus.

10 Les revenus des cooperados passent alors de 70-100 à340 réaux brésiliens (BRL) par mois.

11 Les revenus mensuels des cooperados, entre 300 et 450 BRL, sont inférieurs au salaire minimum légal de 622 BRL par mois. En 2013, 1 réal brésilien valait 0,33 €.

12 Pour la distinction entre « parler au peuple » et « parler avec le peuple », voir P. Freire, « Como trabalhar com o povo ? », communication prononcée le 23/01/1982 à São Paulo.

13 Selon Hirata (2003) et Kergoat (2002), la division sexuelle du travail est organisée selon deux principes : il existe un travail pour les hommes et un pour les femmes – principe de séparation – et le travail masculin est plus valorisé que le travail féminin – principe de hiérarchie – (Grimberg, 2012).

14 La loi nationale des résidus solides (2010) a notamment été fortement influencée par l’action du MNCR.

15 À Rio, j’ai personnellement participé à la rencontre des catadores lors du Sommet des Peuples de Rio + 20 en juin 2012, mais je n’ai pas réussi à évaluer le poids médiatique des catadores.

16 On peut aussi évoquer ici l’analyse d’A. Jeanjean sur l’utilisation de mots crus par les travailleurs affectés au réseau des eaux usées afin de se protéger de la violence symbolique liée àleur travail dans les égouts (2006).

17 Si certains cooperados préféreraient être éboueurs, d’autres le refusent car, à la manière des chiffonniers du Caire, « leur métier n’est pas de nettoyer la ville [mais de] faire tourner les ateliers de recyclage » (Florin, 2011, 78).

18 Les catadores de matériaux recyclables ont été légalement reconnus comme des professionnels en 2001, avec l’inscription à la CBO (Classificação Brasileira de Ocupações – Classification brésilienne des occupations).

19 Rappelons que l’inclusion perverse désigne les formes subtiles de l’exclusion au sein même de l’inclusion sociale, ou le fait d’être inclus dans un système – contribuer au recyclage – tout en étant exclu de ses avantages – la protection sociale – (Medeiros, 2006).

20 Voir M. de Certeau selon lequel le bricolage permet à l’homme de détourner les codes, de se réapproprier l’espace et de créer des « espaces de micro-liberté » (Proulx, 1994).

21 J’ai notamment reçu beaucoup de petits cadeaux au début de mon enquête, considérés comme étant appropriés à mon statut : des livres et des stylos, des petits bijoux.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Un effet des innovations politiques : un étal d’artisanat recyclé au Sommet des Peuples de Rio + 20 de juin 2012. Les coopératives, notamment du sud du Brésil, commercialisent des pièces d’artisanat à forte valeur ajoutée ou des objets transformés. [Cliché : S. Pérémarty, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Figure 2. Le hangar de la coopérative. [Cliché : S. Pérémarty, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Figures 3 et 4. Hommes qui travaillent aux presses à carton, femmes qui travaillent au tapis de tri. [Source : S. Pérémarty, croquis extraits du carnet de terrain.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Figure 5. La tente du MNCR au Sommet des Peuples de Rio + 20 de juin 2012. [Cliché : S. Pérémarty, 2012.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 6a et b. Une question récurrente : « C’est un déchet ou un matériau ? » Tableaux de reconnaissance des différents types de plastiques élaborés par les récupérateurs de la coopérative Reciclando Sueños (Isidoro Casanova, La Matanza, Buenos Aires), étudiés par M.-N. Carré. Afin de réduire les incertitudes sur les matériaux et réduire le gaspillage, je suggérais aux cooperados de réaliser un tableau du même genre pour mieux identifier les matériaux. L’idée fut bien accueillie, puis rejetée car perçue comme un instrument de contrôle supplémentaire. [Clichés : M.-N. Carré, 2010.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

Auteur

Solène Pérémarty a consacré deux ans à étudier le recyclage informel au Brésil, et spécifiquement les catadores, au cours de ses masters 1 et 2 à l’IEP de Lyon. Elle réalise une première enquête de terrain de deux mois en 2011, qui donne lieu au mémoire Les catadores, agents essentiels du recyclage au Brésil et l’économie solidaire, dirigé par L. Abdelmalki. Elle obtient un stage de fin d’études de cinq mois dans une ONG brésilienne qui apporte son soutien aux coopératives de catadores et mène une enquête de terrain ethnographique dans une de ces coopératives, située dans une grande métropole du nord-est du Brésil. Sa contribution à cet ouvrage est issue de son mémoire de master 2 : Ethnographie d’une coopérative de recycleurs urbains brésiliens. Les tactiques individuelles de contournement du travail et de mise à distance du « sale », dirigé par J. Buffet et D. Corteel.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search