Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

La reconversion économique des récupérateurs de la décharge d’Oued Smar (Alger) ou le dilemme communautaire

Madani Safar Zitoun

Texte intégral

  • 1 La wilaya est une entité administrative qui est l’équivalent de la préfecture en France.

1À l’instar de nombreuses villes des rives sud de la Méditerranée, Alger a connu, depuis une trentaine d’années, une vigoureuse expansion urbaine qui a contribué à accentuer un problème récurrent : celui du ramassage et de traitement de ses ordures ménagères. Pas moins de 9 « décharges sauvages » et 246 « points noirs » ont été recensés en 2011 par les autorités de la wilaya1. Ces sites « sauvages » de dépôt d’ordures sont disséminés dans toute la ville et plus particulièrement dans les quartiers périphériques que les camions de ramassage peinent à desservir. Ces dépôts révèlent, par leur prolifération et leur pérennité, à la fois l’insuffisance des capacités de ramassage et de traitement existantes au niveau de la wilaya, mais aussi le rapport particulier des Algérois à leurs déchets ménagers dont la présence dans la rue ne semble pas gêner leur quotidienneté pourtant difficile.

2Cette situation est due à l’insuffisance des capacités d’enfouissement et de traitement, puisqu’il n’existe, au niveau de la wilaya, que deux CET (centres d’enfouissement technique) à Ouled Fayet à l’ouest et dans la commune de Corso à l’est de la ville, qui ont remplacé l’énorme décharge municipale « traditionnelle » d’Oued Smar s’étendant sur une superficie 400 000 m². En effet, ces centres et la décharge ne parvenaient à absorber que 75 % des déchets produits par la ville. Mais d’autres facteurs plus complexes, comme, par exemple, l’inexistence d’une véritable industrie de récupération, expliquent, d’après les autorités en charge du secteur, la situation actuelle.

3Dans la perspective d’organiser le secteur, le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement a initié un PROGDEM (Programme national de gestion intégrée des déchets ménagers et assimilés) visant

[…] à éradiquer les pratiques de décharges sauvages et à organiser la collecte, le transport et l’élimination des déchets dans des conditions garantissant l’innocuité de l’environnement et la préservation de l’hygiène du milieu. [Le programme doit contribuer à terme à ] l’élaboration de 1 169 schémas directeurs communaux de gestion des déchets ménagers et assimilés […], à la réalisation de 58 centres d’enfouissement techniques au niveau des chefs-lieux de wilaya et les villes importantes du pays et de 55 décharges contrôlées […] ; [il doit aussi viser à mettre en place] 42 EPIC (Établissements publics à caractère industriel et commercial) qui devront assurer la gestion des centres d’enfouissement technique. (Note d’information du MATE, mars 2012.)

4Il s’agit, en fait, d’encourager à la « modernisation » de l’activité par l’élimination de toutes les activités informelles de récupération et de traitement des déchets. Ce qui explique le choix de la formule de concession de cette activité à des entreprises spécialisées et, encore, l’effort de reconversion de ces activités informelles dans des canaux et filières organisés et contrôlés.

5Ce programme, dont la réalisation est plus ou moins avancée selon les types et la lourdeur des tâches annoncées, ne vise pas moins qu’à installer une véritable industrie intégrée de la récupération qui devrait remplacer les approches et activités « mono-filières », formelles ou informelles, observées dans plusieurs décharges du pays.

6Ces dernières, malgré leur « informalisation » et leur « anarchie », ont contribué, vaille que vaille depuis plus d’une trentaine d’années, à mettre en place, à des coûts sociaux et économiques réduits, des filières de récupération et de recyclage souvent très performantes de déchets de tous types. Et il n’est pas du tout évident que le passage à la formalisation de cette activité, extrêmement juteuse et profitable, soit synonyme de réduction des coûts de collecte, de traitement et d’élimination des déchets, évalués à 4 000 dinars algériens (environ 40 €) la tonne au niveau d’Alger. De même, il n’est pas évident que ce projet de formalisation de l’activité n’alourdisse pas et ne rigidifie pas un domaine complexe et difficile à organiser, dans la mesure où il se situe à l’entrecroisement de pratiques et d’habitus culturels, d’un côté, et de pratiques économiques informelles extrêmement flexibles et souples, de l’autre. Or, ces dernières ont pu, du moins au niveau de l’agglomération d’Alger, assurer jusqu’à ce jour un modèle de récupération certes incomplet et archaïque sur certains aspects, mais d’une redoutable efficacité.

  • 2 Zabbâlîn (que l’on prononce zabbaline) est le pluriel de zabbâl, terme qualifiant les personnes pré (...)

7Contrairement à l’imagerie et aux clichés colportés par une partie des autorités férues de modernité et de management, mais aussi par le commun des citoyens, les zabbâlîn2 d’Alger, ces « soutiers » de la ville que l’on ne voit pas et que l’on stigmatise – qu’il s’agisse de ceux qui exercent au sein des décharges publiques ou des « récupérateurs » ambulants qui parcourent les quartiers dans leurs « 404 bâchées » à la recherche d’objets de récupération –, ont réussi à construire, au fil des années, un système de récupération et de recyclage informel qui sera difficile à remplacer et à formaliser.

8Le propos de cette contribution n’est pas du tout un plaidoyer en faveur de l’informel, mais il consiste à montrer qu’il existe, en quelque sorte, des moyens plus imaginatifs et pertinents d’un point de vue social et économique de « récupérer » les récupérateurs informels dont l’existence est directement menacée par la fermeture de ces décharges, en particulier ceux qui ont travaillé et qui travaillent toujours dans la plus grande d’entre elles : celle d’Oued Smar à Alger.

  • 3 Cette recherche a été menée conjointement avec Brahim Benmoussa, sociologue (université d’Alger 2 e (...)

9La prise en compte de la dimension anthropologique de cette question permettrait sans aucun doute d’assurer une transition douce et sans grandes retombées négatives sur une filière qui pose des enjeux de réorganisation importants. C’est d’ailleurs ce qui ressort de l’enquête réalisée auprès de ces récupérateurs, dont cette contribution restitue les principaux résultats : tout d’abord, en termes d’identification de ces acteurs très peu « ordinaires » que sont les zabbâlîn d’Oued Smar, et, ensuite, en termes de réflexion sur la nature de ces enjeux et des stratégies mises en œuvre par cette population face au projet de fermeture de la décharge qui menace leur existence3.

10L’étude a révélé, en effet, que ces récupérateurs constituaient une communauté structurée autour de critères communautaires et tribaux très forts, communauté ayant réussi la gageure de construire un système complexe et performant de récupération et de traitement en aval des déchets : ce système est d’une grande efficacité économique et déborde les strictes limites de la décharge puisqu’il étend ses ramifications et sites d’activité dans toute la région algéroise. De plus, ce système est rodé et performant en termes de coûts d’exploitation ce qui le rend difficilement substituable par une organisation formalisée de type « moderne ». Il s’agit donc ici d’apporter des éléments de connaissance inédits sur les capacités de structuration et d’organisation communautaire de cette « communauté » des récupérateurs de la décharge, qui ne semblent pas être, pour le moment, « solubles » dans les solutions institutionnelles préconisées par les autorités. À cet égard seront discutées les différentes pistes et alternatives suscitées par le projet et leurs retombées directes et indirectes sur les récupérateurs.

L’ACTIVITÉ DE RÉCUPÉRATION : UNE AFFAIRE TRIBALE ?

La décharge d’Oued Smar : un projet de fermeture maintes fois décalé

11L’histoire de la décharge d’Oued Smar, la plus grande du pays par son volume, mais aussi par les nuisances atmosphériques qu’elle a généré depuis son ouverture en 1979, est riche en péripéties et rebondissements. Sa fermeture annoncée depuis 2006 par le transfert de ses fonctions aux nouveaux CET d’Ouled Fayet et du Corso et dans l’attente de la construction d’autres CET sur le territoire de la wilaya comme sa transformation en parc de détente et de loisirs, ont été sans cesse reportées d’année en année, pour des raisons « techniques » à chaque fois renouvelées. Cela n’a pas empêché toutefois le démarrage de son projet d’aménagement en espace vert dont les travaux, actuellement en cours, sont menés par une entreprise turque selon des plans développés par un cabinet d’études libanais (figure 1).

12Les résultats exposés dans ce texte ont été collectés au printemps 2012, quelques mois avant la fermeture de la décharge en décembre de la même année, auprès des 500 récupérateurs qui y étaient encore en activité, leur nombre ayant diminué au fur et à mesure des années, à cause du rétrécissement inéluctable des surfaces réservées aux déchets. À l’origine, dans sa phase d’expansion maximale, la décharge s’étendait sur une superficie de 400 000 m2 et offrait les conditions d’activité à plus de 2 000 individus. De plus, des pics d’activité pouvaient être observés durant les campagnes d’éradication des bidonvilles, menées par les autorités publiques, qui voyaient arriver à la fois des tonnes de gravats et de déchets issus de la destruction des baraques, mais aussi une main-d’œuvre supplémentaire de récupérateurs occasionnels de déchets que les « permanents » de la décharge, du moins se qualifiant comme tels, considéraient comme des sortes de « pique-assiettes » indésirables.

Figure 1a et b. La décharge avant son aménagement et maquette du projet.
[Source : Cabinet Libanconsult, 2008.]

  • 4 Les récupérateurs divisaient leur année d’exploitation en deux saisons : une saison utile qui comme (...)
  • 5 Le terme de client est à comprendre ici dans le sens anthropologique de groupe tribal subalterne au (...)
  • 6 Nous empruntons l’expression « système résidentiel » à E. Le Bris et A. Osmont (1993) qui ont mis e (...)

13Lors de l’enquête par questionnaires, réalisée en mai 2010, le nombre de récupérateurs actifs oscillait entre 500 et 600 individus selon les saisons4 et ne comprenait plus que les membres faisant partie du groupe tribal dominant des Ouled Allane, tous originaires de la petite bourgade de Sidi Damed, autour duquel s’agglomérait un autre groupe « client5 », originaire de la même zone géographique ainsi que quelques dizaines d’individus cooptés par le groupe mais provenant d’autres wilayas du pays. Il semble bien, à cet égard, que la forte structuration communautaire et la solidarité fonctionnant à l’intérieur de ces groupes dominants aient participé à l’exclusion des individus isolés et ne pouvant s’intégrer dans le système de mise en valeur contrôlé par ces groupes. Au fur et à mesure que se réduisaient les ressources, c’est-à-dire le gisement de déchets exploitables, se réduisait aussi le nombre d’individus étrangers, notamment ceux ne disposant pas de capacités d’hébergement sur le site. L’analyse des modalités de fonctionnement de l’activité montre en effet l’existence d’un véritable système résidentiel6 fortement articulé à la structuration tribale du collectif des récupérateurs, comme nous l’explicitons ci-dessous.

L’origine géographique des récupérateurs

14L’enquête révèle en effet que 63,7 % de l’ensemble des enquêtés est né dans la wilaya de Médéa, plus précisément dans la daïra (sous-préfecture) d’Aïn Boucif (83,4 % des effectifs). Les récupérateurs proviennent majoritairement de deux de ses communes : Aïn Boucif avec 179 individus (soit 63,3 % de l’ensemble de la wilaya) et Sidi Damed avec 57 personnes (soit 20,1 %). Rapportés à l’effectif global des récupérateurs – 444 personnes enquêtées –, les 236 natifs de la daïra d’Aïn Boucif constituent le groupe communautaire le plus fort, représentant 53,1 % de l’ensemble, auquel il faut adjoindre comme nous l’avons évoqué plus haut, près d’une cinquantaine de leurs descendants, nés à Alger de familles ayant changé de résidence et s’étant définitivement fixées sur le territoire de la wilaya d’Alger (tableau 1).

Ville

Effectif

%

Médéa

283

63,7

Alger

76

17,1

Djelfa

41

9,2

Msilta

9

2,0

Tipaza

6

1,4

Blida

6

1,4

Bouira

6

1,4

Biskra

3

0,7

Bordj Bou Arréridj

3

0,7

Aïn Defla

3

0,7

Jijel

2

0,5

Boumerdes

2

0,5

Sétif

1

0,2

Tebessa

1

0,2

Souk Ahras

1

0,2

Bejaïa

1

0,2

Total

444

100

Tableau 1. Distribution des récupérateurs selon leur lieu de naissance.
[Source : M. Safar Zitoun et B. Benmoussa, enquêtes personnelles, 2010.]

Une communauté fortement structurée

15Le collectif des récupérateurs de la décharge est composé, par-delà l’origine géographique commune, non pas d’individus isolés, mais d’individus ayant de liens de parenté entre eux (frères ou cousins). Les récupérateurs ont, pour plus de la moitié d’entre eux (50,5 %), au moins un membre de leur famille au premier ou deuxième degré (ascendants, descendants, collatéraux et cousins) qui exerce dans la décharge. La fratrie constitue la forme la plus fréquente de lien familial : 32,9 % des individus questionnés déclarent avoir au moins un frère en activité sur la décharge, suivie de loin (10,4 %) par la catégorie « cousins » (tableau 2).

16Cette structuration, forte du point de vue des liens sociaux primaires, expliquerait, selon les intéressés, l’absence de conflits importants concernant les modes de distribution des ressources et des territoires de collecte des déchets au sein de la décharge. Elle est, en outre, renforcée par le leadership exercé par certaines familles appartenant toutes à la même fraction de tribu, les Ouled Allane. Par ailleurs, l’examen des noms de famille recensés fournit des indications importantes sur les liens familiaux : sur la dizaine de familles représentées par au moins 7 personnes du même nom, on découvre la forte présence de la famille Benlaribi qui en compte 27 et de la famille Laghouati qui en compte 26, autour desquelles gravitent des « familles » de frères plus minoritaires en termes d’effectifs, mais toutes liées les unes aux autres par des liens d’alliance parentale. La dominance des Benlaribi sur les autres fratries s’explique à la fois par le nombre et l’ancienneté de leur installation, mais aussi par le fait que sur les 14 acheteurs-distributeurs présents sur la décharge, 4 appartiennent à cette famille et que sur ces 4 individus, 3 possèdent les seuls moyens de transport (camions) permanents, permettant de commercialiser les déchets vers l’extérieur.

  • 7 Arch signifie tribu ou fraction de tribu, selon les contextes historiques et locaux. Le terme arch (...)

17Ainsi, ce qui fait la particularité sociale des récupérateurs de la décharge d’Oued Smar, ce ne sont pas les caractéristiques d’ordre individuel (moyenne d’âge, statut matrimonial, taille des ménages, niveaux d’instruction, etc.) qui sont en phase avec le reste de la population algérienne, mais plutôt les aspects d’ordre collectif. Nous avons affaire, en effet, à un collectif de travailleurs qui s’est constitué depuis l’ouverture de la décharge en 1979 en tant que groupe social sur la base de liens communautaires d’ordre tribal et parental très forts. Ces caractéristiques communautaires expliquent à la fois la forte cohésion interne que nous avons constatée à l’intérieur du groupe, le verrouillage de l’accès à l’activité vis-à-vis d’autres individus ou groupes extérieurs concurrents et les modes de répartition égalitaires des rôles et statuts à l’intérieur du groupe, calqués sur les hiérarchies parentales. Tout fonctionne selon un ordre traditionnel où ce sont les aînés, les anciens, mais aussi les membres de la fraction dominante du arch7 des Ouled Allane – la famille Benlaribi en l’occurrence – qui contrôlent l’ensemble du processus de récupération. Cette fraction a réussi aussi à mettre en place un système original de mobilité tirant parti à la fois de son fort ancrage spatial dans l’agglomération algéroise et des possibilités de campement au sein de la décharge qui permettent d’augmenter les effectifs de récupérateurs en fonction des besoins. En effet, le système résidentiel original construit au fil des années assure la flexibilité nécessaire en termes de mobilité des récupérateurs, mais permet également une diminution drastique des coûts d’exploitation.

Tableau 2. Les liens de parenté.
[Source : M. Safar Zitoun et B. Benmoussa, enquêtes personnelles, 2010.]

Un système résidentiel original

18Quand on regarde de plus près et simultanément les conditions de résidence, de mobilité et d’activité, on s’aperçoit rapidement que les récupérateurs de la décharge ont su mettre en place un système original combinant ces trois éléments de manière efficace. Les « baraques », érigées au sein même de la décharge, ne sont pas, comme le proclament les discours misérabilistes de la presse, des baraques dans le sens bidonvillois du terme mais des abris de fortune, des sortes de tentes en toile et carton, posées à même le sol, qui sont destinées à héberger pour des durées ne dépassant pas la quinzaine de jours, les récupérateurs venant de l’intérieur du pays. Ceux-ci se relaient dans l’occupation de ces tentes qui constituent ainsi des refuges dortoirs gérés par les familles installées sur la décharge, selon un calendrier précis de rotation et des règles de transmission précises.

Tableau 3. Résidence familiale des ménages et lieu de résidence actuelle des récupérateurs durant l’exercice de l’activité.
[Source : M. Safar Zitoun et B. Benmoussa, enquêtes personnelles, 2010.]

  • 8 Ancien bidonville situé sur la commune de Gué de Constantine et qui avait été créé dans les années (...)

19En effet, les données recueillies montrent l’existence d’un véritable système résidentiel, reliant les populations anciennement installées dans l’Algérois au noyau que constitue le quartier Remli8. Ce dernier héberge des familles de récupérateurs les plus anciens ayant réussi dans leur activité, dans des constructions précaires « durcifiées » au fil des ans, autour desquelles gravitent d’autres noyaux de récupérateurs (dont ceux des descendants) éparpillés dans la wilaya.

20Il apparaît cependant que le véritable noyau organisateur du système se trouve à Sidi Damed, commune dont est originaire plus de la moitié des récupérateurs. Cette commune et d’autres hameaux limitrophes habités par la même fraction de tribu des Oueld Allane, situés à 250 km au sud de la capitale, et donc de la décharge, constituent à la fois le gisement de main-d’œuvre de l’activité de récupération, mais aussi la base arrière de reconversion des revenus tirés de l’exploitation des déchets de la décharge. Ici, en partageant l’espace avec des poulaillers industriels appartenant à des récupérateurs « reconvertis », une véritable industrie de transformation des déchets (ateliers de tri et de broyage des plastiques) s’est implantée. De plus, un réseau de collecte des déchets plastique et ferreux sillonnant tout l’Algérois, a été mis en place grâce à une flotte de véhicules utilitaires : les fameuses « 404 bâchées » affichant en signe de reconnaissance le cageot plastique jaune de la limonaderie algéroise Hammoud Boualem.

21Loin de tout misérabilisme et de tout apitoiement sur les « terribles conditions de vie » des récupérateurs, les résultats de l’enquête décrivent donc des conditions de résidence ordinaires, si on considère les abris de toile érigés au sein même de la décharge, ainsi que le déclarent leurs occupants interviewés, comme des abris provisoires, intermittents, plutôt de campement et non pas comme des lieux de résidence. Le tableau 3 résume ces caractéristiques en distinguant la « résidence familiale », qui est la résidence permanente du récupérateur, là où sa famille réside, du lieu où il vit durant les périodes où il travaille sur la décharge. Ce tableau montre bien l’existence de deux catégories de récupérateurs : un petit groupe de ceux qui résident dans la wilaya d’Alger et qui vont travailler sur la décharge chaque matin comme à l’usine ou au bureau et un autre groupe plus important de récupérateurs, ne résidant pas à Alger, qui sont hébergés dans la décharge pour des périodes de travail allant de 10 à 15 journées.

22Le tableau 4 montre, par ailleurs, la dispersion géographique des lieux de résidence des récupérateurs ayant déclaré habiter dans l’Algérois. On remarque la grosse concentration de ces derniers au niveau du noyau fondateur qu’est le quartier Remli, mais aussi le fait que, dans ce même quartier, cohabitent de l’habitat dit précaire (baraques) et des maisons en dur. Ces dernières sont pourvues de toutes les commodités, ce qui en fait des baraques « durcifiées » au fil des ans.

23La carte page suivante (figure 2) permet de localiser ces lieux de résidence et leur densité en récupérateurs. Elle montre le caractère central, au niveau de toute la région, du quartier Remli, lieu de résidence des anciens et des familles de récupérateurs dominantes, bien ancrées « résidentiellement » dans l’agglomération. Ce quartier est également le lieu où existent des centres de tri et de broyage des déchets plastique venant de la décharge et d’autres lieux, grâce, comme on l’a dit auparavant, à la flotte de petits véhicules utilitaires, appartenant à ces familles, qui sillonnent toute la région à la recherche de déchets ferreux et plastique.

24Tous ces éléments permettent de construire un diagramme (figure 3) résumant les caractéristiques et le fonctionnement du système complexe qui réunit à la fois les activités, les lieux de résidence et les pratiques de mobilité des récupérateurs.

Tableau 4. Répartition des récupérateurs résidant dans la wilaya d’Alger selon le quartier et le type de résidence.
[Source : M. Safar Zitoun et B. Benmoussa, enquêtes personnelles, 2010.

Source : Enquêtes personnelles, M. Safar Zitoun & B. Benmoussa, 2010. Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 2. Distribution et densités des résidences des récupérateurs dans l’espace algérois.

Schéma M. Safar Zitoun & B. Benmoussa, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
Figure 3. Le système résidentiel et d’exploitation de la décharge.

L’EXERCICE DE L’ACTIVITÉ DE RÉCUPÉRATION : DE LA FOUILLE DES DÉCHETS À LEUR COMMERCIALISATION

Une activité peu hiérarchisée

25L’autre aspect socio-économique documenté par les fiches de recensement permet de constater une faible hiérarchisation des activités économiques. Concernant le type d’activité exercée, 550 personnes, soit 98,2 % de l’ensemble, se déclarent « récupérateurs », seulement 5 « prestataires de services » (dans la restauration rapide) et 5 autres déclarent une « autre activité », c’est-à-dire essentiellement des transporteurs propriétaires de leurs camions qui viennent acheter les produits récupérés sur le site.

26Concernant le statut dans l’activité, la plupart des personnes enquêtées (99,1 %) déclare travailler pour son « propre compte », quatre seulement disent travailler pour une tierce personne et un seul individu se déclare « patron ». Ce qui suggère une structuration très peu hiérarchisée de l’activité qui semble s’apparenter à une activité de cueillette traditionnelle avec une faible division technique du travail. Les récupérateurs sont des « cueilleurs » de déchets, dans la mesure où ils les regroupent et les conditionnent eux-mêmes dans des ballots qu’ils revendent ensuite à des clients disposant de moyens de transport qui viennent les acheter sur le site de la décharge. Notons, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, que cette hiérarchisation simple est corrélée avec la hiérarchie tribale : ce sont les « familles » dominantes, les plus anciennement installées, résidantes à Alger, qui occupent les fonctions les plus rémunératrices d’interface entre les « cueilleurs » et le monde extérieur, le marché. Les gains issus de l’exploitation des déchets s’avèrent en effet assez confortables comparés à ceux des activités manuelles ordinaires à Alger. Ces revenus s’évaluent aussi en fonction de la quantité de travail fourni et de la fonction exercée dans le processus de travail collectif (figures 4, 5 et 6).

Figure 4. Les récupérateurs.
[Cliché : B. Benmoussa, 2010.]

Figure 5. Ramasseurs de déchets et leurs outils.
[Cliché : B. Benmoussa, 2010.]

Figure 6. Chiffonniers à l’ouvrage. lors d’une fouille
[Cliché : B. Benmoussa, 2010.]
La régularité des gestes avec lesquels les chiffonniers prennent en charge chaque chargement déversé suppose l’existence d’un ordre régissant leur activité : depuis la fouille systématique des déchets jusqu’au stockage des matières récupérées et triées avant leur acheminement vers des destinations connues et définies, le travail des récupérateurs passe par des étapes marquées par des outils, des espaces et des relations de travail dont il convient de citer :
– un instrument indispensable, le crochet métallique destiné à effectuer la fouille
minutieuse des déchets tout en protégeant les mains des risques de blessures ; – des moyens d’emballage « normalisés » en raison de leur efficacité (les sacs de toile pour le plastique en particulier) ;
– des aires de stockage délimitées en fonction d’une répartition convenue des espaces entre les récupérateurs ;
– des modalités de transaction régies par des prix connus et respectés.

Des ressources et gains économiques confortables

27En effet, contrairement, encore une fois, à un cliché fortement répandu, l’activité de récupération s’avère extrêmement profitable et rémunératrice, sans oublier son utilité économique formidable en termes de volume de récupération, de traitement et de recyclage des déchets ménagers, surtout les plastiques. Menées à partir des questionnaires, les évaluations ont permis d’obtenir – en sus des déclarations de niveaux de revenus – des données sur la quantité de matériaux récupérés et sur leur prix de commercialisation, expliquant aussi l’effet de verrouillage à l’accès à l’activité exercé par la communauté des Oueld Allane.

28L’enquête a permis, tout d’abord, de montrer que l’activité de récupération constituait une activité principale pour 97,7 % des personnes interrogées : seulement 6 sur 418 ont une activité complémentaire à celle qu’elles exercent sur la décharge. Cette activité est pratiquée en moyenne 11 mois par an, avec des différences dans la permanence de l’activité. Cela se justifie par la pénibilité des conditions de campement dans la décharge, obligeant ainsi les récupérateurs venant de la région d’Aïn Boucif à intercaler dans leurs périodes d’activité et de séjour dans la décharge des périodes hebdomadaires de repos dans leurs domiciles familiaux.

29Interrogés sur leurs niveaux de revenus, presque 59 % des récupérateurs sur la décharge ont déclaré que leur activité leur permet de gagner moins que le SNMG (salaire national minimum garanti). Ce qui laisserait penser que cette catégorie de personnes est constituée de chômeurs contraints de valoriser leur force de travail dans cette activité pénible, faute de trouver un travail plus rémunérateur et moins salissant. En réalité, les choses ne se passent pas ainsi. En effet, si presque tous les récupérateurs répondent à la question « Pour quelle raison avez-vous choisi l’activité de récupérateur ? » par l’affirmation qu’ils « sont au chômage », 33 % ajoutent que c’est aussi « pour gagner plus d’argent », 23 % « pour travailler à leur compte » et 13 % « pour être libre ». Ce qui relativise quelque peu l’image du choix forcé et contraint « par la misère » de la profession.

30Un essai d’évaluation des revenus tirés de l’activité, à partir des quantités journalières de matériaux récupérés et de leurs prix sur le marché, montre que les gains réalisés sont très supérieurs aux revenus déclarés et abonde dans le sens contraire de cette image préconçue. Nous avons bien affaire à un choix délibéré d’activité, si tant est que l’on peut considérer que c’est un choix individuel, étant donné les conditions d’appartenance à un groupe déterminé qui régissent son accès.

31Questionnés sur les quantités de matières qu’ils récoltent par jour, sur le nombre de jours qu’ils travaillent par semaine, de semaines qu’ils travaillent par mois et de mois qu’ils travaillent par année, les récupérateurs interrogés s’avèrent gagner des revenus bien supérieurs aux revenus moyens des Algérois ordinaires, si l’on se fie aux calculs ayant permis de confectionner le tableau d’estimation ci-dessous (tableau 5).

32Ces revenus sont de loin supérieurs à ceux déclarés en monnaie : ils sont 4 fois supérieurs au SNMG pour les catégories d’intermittents travaillant sur la décharge neuf mois par an à 20 fois supérieurs pour ceux qui y travaillent toute l’année. L’importance de ces revenus explique l’acharnement au travail constaté lors des visites sur le terrain et la volonté des récupérateurs à endurer la pénibilité physique du travail sur la décharge. Ce qui permet de réfuter définitivement l’image de « pauvres hères » des récupérateurs, ce qui explique aussi la quasi-monopolisation de l’activité par le groupe social dont il a été question ci-dessus et la difficulté d’entrer dans l’activité de récupération pour des nouveaux venus.

Tableau 5. Les revenus mensuels par personne estimés en valorisant les quantités de matières récupérées (en dinars algériens ; 1 € = 100 DA environ).
[Source : enquêtes personnelles, 2010.]

33Enfin, et pour estimer l’importance économique de l’activité en termes de volume de récupération par personne de déchets selon leur nature, le tableau 6 montre une productivité élevée des récupérateurs qui est fonction directe du nombre de jours travaillés. C’est, en définitive, cette productivité importante et les revenus qu’elle permet de générer pour un nombre réduit de jours de travail qui permet d’entretenir un système de rotation entre le lieu de résidence permanente (frais de déplacement) et la décharge pour les intermittents, ainsi que le coût d’entretien des familles à charge « restées au bled » dont la taille moyenne est de 4,6 personnes par récupérateur.

Tableau 6. Quantités de matières récupérées par jour et par personne en kg.
[Source : enquêtes personnelles, 2010.]

34Pour clore cette présentation, précisons que cette productivité permet de générer plus de 11,2 millions d’euros de revenus aux récupérateurs et presque 14,6 millions d’euros quand les matières récupérées sont valorisées aux prix de vente par les utilisateurs finaux – usines de transformation des plastiques, sidérurgie ou usines de fabrication de papier et carton. Aussi, l’on peut estimer que cette activité garantit à un grand nombre d’individus une vie considérée par eux-mêmes comme « convenable ».

35Ceci pose le problème de l’orientation actuelle de la politique de traitement des déchets qui repose sur la mise en place de centres d’enfouissement techniques, qui enterrent les déchets ménagers avant toute forme de tri et de récupération, en l’absence de filières de recyclage et de traitement en amont. L’étude menée démontre bien, à cet égard, que l’élimination de la décharge et des activités de récupération associées, remplacés par des centres d’enfouissement techniques, aurait des coûts économiques et sociaux importants (figures 7 et 8).

Figure 7. Produits en plastique emballés et entreposés sur une aire de stockage. On remarque en arrière-plan les abris de fortune et tentes utilisés par les récupérateurs.
[Cliché : B. Benmoussa, 2010.]

Figure 8. Marchandises chargées avant convoyage.
[Cliché : B. Benmoussa, 2010.]

CONCLUSION. LA FORMALISATION DE L’ACTIVITÉ DES RÉCUPÉRATEURS : UNE SOLUTION EFFICACE ?

36Confrontés manifestement à la menace de fermeture de la décharge, les récupérateurs n’ont pas attendu des autorités une solution institutionnelle à leur disparition annoncée. Ils ont essayé de redéployer leur activité dans deux directions : la première a consisté à investir les nouvelles décharges sauvages et le nouveau centre d’enfouissement technique d’Ouled Fayet et la seconde à développer un système de « tri sélectif » par le démarchage à la source. Ce qui veut dire récupérer directement dans la ville les matériaux et les objets les plus nobles et les plus rentables (objets renfermant des métaux non ferreux, brocante et autres déchets métalliques) grâce à leurs « 404 bâchées », en réalisant un maillage systématique de l’agglomération algéroise.

37Ces nouvelles pratiques professionnelles se réalisent avec plus ou moins de succès : devant l’interdiction d’accéder au CET d’Ouled Fayet, protégé par une clôture et des gardiens, certains « barons », issus des grandes familles qui contrôlaient l’activité de commercialisation des déchets plastique et ferreux, ont investi dans la location de lots de terrains situés à proximité du CET d’Ouled Fayet. Ici, les employés des entreprises de ramassage d’ordures publiques ou privées et les petits collecteurs privés viennent déposer, contre rémunération, sur leur chemin avant d’arriver au CET, les sacs de déchets plastique les plus nobles triés par les ouvriers de l’entreprise de ramassage des ordures NetCom. Cette solution de remplacement et de redéploiement n’a toutefois pas pu compenser, en termes de volume de produits récupérés, les pertes générées par le nouveau dispositif : en effet, 10 % seulement des volumes initiaux transitent par ces nouveaux dépositaires de déchets selon l’évaluation faite par les récupérateurs eux-mêmes.

38Le deuxième solution de collecte à domicile par le biais des petits collecteurs mobiles privés, ne ciblant que les produits à forte valeur ajoutée (métaux ferreux et non ferreux, brocante et autres objets récupérables), du fait des frais de fonctionnement élevés (amortissement de l’investissement dans l’achat du véhicule, carburant) a contribué à l’abandon quasi total de la filière plastique qui nécessite des volumes d’entreposage et de concentration des gisements de collecte importants.

39Face à cette situation de reconversion difficile, interrogés sur leur devenir professionnel et leur avenir dans l’activité, les récupérateurs ont réagi de manière différenciée, introduisant pour la première fois depuis leur existence en tant que communauté soudée et organisée, des éléments de clivage dans leurs attitudes, représentations et choix. L’analyse de ces derniers permet, en effet, de montrer l’existence de lignes de partage assez nettes entre deux profils nettement différenciés de récupérateurs. D’une part, une majorité (60 %) de récupérateurs n’est attirée que par une « compensation d’ordre pécuniaire ». Elle se recrute essentiellement dans la catégorie des « intermittents » qui ne disposent pas de résidence familiale à Alger et qui est constituée en grande partie d’individus « isolés », ne faisant pas partie des familles ou fratries dominantes. D’autre part, un groupe qui réunit les autres récupérateurs (40 %) affiche des dispositions à s’insérer dans des montages et dispositifs d’aide à la création de micro-entreprises. À la différence du premier groupe, ces derniers sont bien insérés dans l’espace algérois et dans la filière spécialisée de la récupération, ainsi qu’affiliés à des groupes de parenté puissants et bien implantés dans la région algéroise.

40La situation de précarité résidentielle nouvelle introduite par la fermeture de ce « lieu d’hébergement » que constituait la décharge d’Oued Smar, en cassant toute la logique de fonctionnement du système de rotation de main-d’œuvre mis en place depuis des décennies, semble donc à cet égard jouer un rôle de « démobilisation » communautaire inattendu et difficile à compenser pour les intermittents. Ce qui explique à la fois leur choix de demande d’une compensation financière pour l’arrêt de leur activité, mais aussi le fait que la

Notes

1 La wilaya est une entité administrative qui est l’équivalent de la préfecture en France.

2 Zabbâlîn (que l’on prononce zabbaline) est le pluriel de zabbâl, terme qualifiant les personnes préposées au ramassage et à la collecte des ordures ménagères dans les villes traditionnelles précoloniales. Ce métier était exercé à Alger avant 1830 par les Biskris (originaires de la ville de Biskra, dans le Sahara algérien) qui étaient comparés par les voyageurs français de l’époque aux Auvergnats et aux Savoyards et ne résidaient que temporairement en ville, « leurs familles restant dans leurs oasis ou villages d’origine » (Raymond, 1985, 97). Les zabbâlîn souffraient d’un double stigmate : celui d’exercer un métier impur mais également celui d’être des barrani, des gens de l’extérieur, les non-citadins (voir lexique).

3 Cette recherche a été menée conjointement avec Brahim Benmoussa, sociologue (université d’Alger 2 et LADASET).

4 Les récupérateurs divisaient leur année d’exploitation en deux saisons : une saison utile qui commençait après les premières pluies d’automne et finissait avec l’arrivée des grandes chaleurs de l’été, et une saison inutile qui s’étalait de juin à octobre, période de grandes nuisances atmosphériques (poussières, émanation de gaz toxiques, fumées de combustion de ces gaz).

5 Le terme de client est à comprendre ici dans le sens anthropologique de groupe tribal subalterne autorisé par le groupe dominant à se greffer temporairement à l’activité.

6 Nous empruntons l’expression « système résidentiel » à E. Le Bris et A. Osmont (1993) qui ont mis en exergue – dans leurs travaux sur l’Afrique de l’Ouest – la pertinence de la notion.

7 Arch signifie tribu ou fraction de tribu, selon les contextes historiques et locaux. Le terme arch ne fait plus référence, comme dans le passé, à un système d’organisation tribale codifié et hiérarchisé (avec ses subdivisions comme la farqa, ou clan) et sa hiérarchie de pouvoir (caïd, bachaghah, etc.), mais à l’appartenance à groupe agnatique, ou de même ascendance lignagère.

8 Ancien bidonville situé sur la commune de Gué de Constantine et qui avait été créé dans les années 1960 à côté de l’emplacement de l’ancienne décharge municipale, transférée ensuite à Oued Smar.

Auteur

Professeur de sociologie urbaine au département de sociologie de l’université Alger 2 et directeur de recherche associé au CREAD (Centre de recherches en économie appliquée pour le développement). Depuis juin 2012, il dirige le LASADET (Laboratoire d’analyse socio-anthropologique du développement des territoires). Ses travaux de recherche et publications portent sur l’analyse de l’urbanisation, des politiques urbaines et de l’habitat, les mobilités urbaines et l’évaluation des politiques de protection et d’action sociales en Algérie et dans le monde arabe. Il est l’auteur de nombreuses publications nationales et internationales dont Stratégies patrimoniales et urbanisation. Alger. 1962-1992, publié chez L’Harmattan en 1997.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search