Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

La place de la curiosité dans les pratiques de biffe des éboueurs de Paris

Stéphane Le Lay

Texte intégral

La curiosité est un vice qui a été stigmatisé tour à tour par le christianisme, par la philosophie et même par une certaine conception de la science. Curiosité, futilité.
Le mot, pourtant,
[…] évoque le soin qu’on prend de ce qui existe et pourrait exister ; un sens aiguisé du réel, mais qui ne s’immobilise jamais devant lui ; une promptitude à trouver étrange et singulier ce qui nous entoure ; un certain acharnement à nous défaire de nos familiarités et à regarder autrement les mêmes choses ; une ardeur à saisir ce qui se passe et ce qui passe.
Foucault, 2001, 927.

1Comment expliquer que, dans des conditions de travail particulièrement difficiles, le travail puisse se faire ? Cette question, applicable à de nombreux métiers, se pose avec acuité dans le cas des éboueurs, professionnels confrontés à des sources de pénibilité multiples, aussi bien physiques qu’affectives et morales (Bourdouxhe et al., 1992 ; Volkoff, 2006 ; Corteel, Le Lay, 2011 ; Le Lay, 2011), contribuant à catégoriser aux yeux de beaucoup le métier comme un « sale boulot » (Hughes, 1996).

2Réflexion de Florina sur l’intérieur de la benne :

Elle. – C’est dégueulasse, ça coule de partout.
Moi. – Ouais, le mieux c’est de ne pas regarder.
Elle. – Ouais, t’as raison. (Extrait du carnet de bord,
première expérience de benne pendant la formation.)

3Ce court échange explicitement chargé de dégoût illustre le ressenti des stagiaires durant la formation. Pour autant, cet affect négatif ne saurait se perpétuer quotidiennement avec autant de force sans empêcher la réalisation des activités et l’incorporation progressive des règles de métier. Car la fréquentation répétée des déchets conduit les éboueurs à développer un rapport de familiarité qui se traduit, par exemple, dans des pratiques pourtant proscrites par les prescriptions, comme c’est le cas lorsqu’ils plongent les mains dans la trémie pour fouiller les détritus déversés par les conteneurs. Détourner le regard ne fonctionne donc qu’un temps comme stratégie d’évitement d’une source de gêne. On peut alors se demander ce qu’il s’est produit, qui puisse expliquer un tel basculement dans le rapport aux déchets.

  • 1 Depuis 1878, le dictionnaire retient comme définition de la biffe, dans le langage populaire, le «  (...)

4Dans le cadre de cet article, dont les réflexions s’appuient sur une observation participante incognito de trois mois dans un atelier d’éboueurs parisiens (Le Lay, 2014), je souhaiterais discuter l’hypothèse selon laquelle l’activation de la curiosité rend possible cette transformation du rapport au déchet, en permettant que se réalise la pratique de la biffe – à savoir la récupération, la réparation et le recyclage d’objets trouvés dans la rue durant le temps de travail1.

5Historiquement, chiffonniers et autres biffins éliminaient une partie des déchets de la mémoire collective en soustrayant des espaces privé et public ce que vidangeurs et autres ramasseurs de crottins ne prenaient pas en charge (Barles, 2011). Au XIXe siècle, dans le grand mouvement hygiéniste de désinfection des villes, la biffe assurait par ailleurs une fonction d’élimination travaillée par la pensée utilitariste cherchant à valoriser les déchets (Corbin, 1986, 134-143). Depuis lors, l’institutionnalisation de la collecte des ordures a profondément modifié les choses. En effet, depuis un avis du 2 décembre 1955 de la préfecture de la Seine, la biffe est formellement interdite, et les stagiaires éboueurs ont un rappel à la réglementation durant leur formation. Toutefois, à l’issue de cette présentation réglementaire durant la formation, de nombreux échanges ont eu lieu, à la fois pour connaître les raisons de cette interdiction (dimension sanitaire, question d’image, maintien de la productivité, peur de la Ville de voir s’installer des systèmes organisés de recyclage lucratif par certains de ses agents), mais également pour en souligner l’inanité dans les faits, chacun y allant de son anecdote à propos de tel éboueur ayant été aperçu biffant dans les conteneurs. Ces discussions et la réponse ambiguë – du point de vue normatif – d’un des formateurs (« Maintenant, vous faites ce que vous voulez, pas vu pas pris. Mais ici on doit vous dire ce qui est interdit ») indiquent que la biffe revêt une importance certaine pour les éboueurs, pour plusieurs raisons que j’aurai l’occasion d’expliciter (figure 1).

  • 2 La biffe constitue l’une des quatre formes de bricolage illégaliste que j’ai pu repérer chez les éb (...)

6Pour les éboueurs, cette pratique illégaliste2 constitue le ressort déterminant de l’organisation du rapport aux déchets et de la « domestication » de leurs aspects le plus difficilement supportables. Mais il reste à comprendre quel élément déclencheur rend le processus effectif. L’hypothèse que je souhaite proposer invite à questionner la place qu’occupe la curiosité dans ce travail de transformation du rapport au déchet : de manière apparemment paradoxale, je considèrerai que cette prédisposition participe à l’élaboration d’un sens subjectif au travail stable, dans un univers dominé par l’imprévisibilité, la déstructuration et la destruction. Pour mener ma réflexion, je partirai de réflexions générales concernant la manière dont la curiosité peut être analysée en sociologie, notamment dans le sillage de Franck Cochoy, puis je montrerai la manière dont elle se déploie pratiquement dans le métier d’éboueur.

Figure 1. La pêche aux trouvailles sera-t-elle bonne ?
[Cliché : Collectif ripeurs, 2013, région Aquitaine.]

LA CURIOSITÉ : VERS UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE D’UNE PRÉDISPOSITION COMMUNE NÉGLIGÉE

7De manière étonnante, un constat que j’avais posé en 2004 à propos de la curiosité (je faisais déjà allusion à celle des membres des classes populaires) ne semble pas avoir beaucoup changé : dans l’un des rares travaux consacrés à la question, F. Cochoy souligne que, contrairement à d’autres spécialistes, les sociologues se sont peu penchés sur ce ressort de l’action pourtant répandu. Même si son ouvrage consiste davantage à rendre compte des effets de dispositifs visant à réveiller/susciter la « curiosité commerciale » (2011, 107) des consommateurs qu’à procéder à l’explicitation sociologique de la curiosité, un certain nombre de pistes de réflexion s’avère féconde pour mon propre objet.

8Ainsi l’auteur considère-t-il notamment la curiosité comme une disposition « oubliée » par les sciences sociales au profit de l’intérêt (comme principal ressort de l’action en économie) et de l’habitude (idem pour la sociologie), à mesure que les dynamiques marchandes, d’une part, et scientifiques, d’autre part, ont désenchanté le rapport au monde (accumulation des objets et travail taxinomique « asséchant » en quelque sorte le rapport curieux au monde). Dans un premier mouvement analytique, F. Cochoy développe donc sa réflexion à partir d’un couple d’oppositions (curiosité versus intérêt ; curiosité versus habitude) :

[…] la curiosité est l’antidote de l’habitus, c’est une force qui nous porte à rompre avec ce que nous sommes ; en cela, c’est une disposition qui met en balance l’un des édifices centraux de la sociologie, non pour le nier, mais pour le mettre en tension. […] À la force de l’habitude qui nous enracine dans ce que nous sommes s’oppose l’appel de la curiosité qui nous porte à aller au dehors de nous-mêmes, de sorte que pour comprendre l’action sociale il convient de rendre à la curiosité toute sa place, son pouvoir et sa dignité. (Cochoy, 2011, 176.)

  • 3 Notons que F. Cochoy introduit également l’idée de « convoitise » des consommateurs (2011, 99), san (...)

9Toutefois, l’auteur relativise ce système dichotomique, malaisé à mobiliser empiriquement, comme je le montrerai plus bas, par exemple lorsqu’il évoque le dispositif marchand de la vitrine, à propos duquel il parle d’« une curiosité intéressée (son orientation est économique et rationnelle) et un intérêt curieux (la préoccupation économique est subordonnée à la mise en œuvre d’une exploration cognitive) » (Cochoy, 2011, 793). Et il précise plus loin :

Si la curiosité se présente effectivement parfois comme une disposition, c’est-à-dire comme une inclination disponible par nature au sens d’Aristote ou incorporée par culture au sens des sociologues, c’est aussi dans d’autres circonstances une émotion, c’est-à-dire une pulsion soudaine qui, une fois activée, peut à son tour devenir une passion, c’est-à-dire un objectif que l’on nous donne ou que l’on se donne (c’est d’ailleurs en termes de passion que Thomas d’Aquin et la tradition abordent la curiosité) ou bien au contraire une raison, un calcul, que nous avons rencontré avec la libido sciendi, c’est à-dire une aptitude cognitive puissante pour mettre en ordre le monde conformément aux objectifs que l’on s’est fixés. (Cochoy, 2011, 186-187.)

10Par ailleurs, F. Cochoy postule peut-être trop rapidement du caractère uniforme de la curiosité. Pour lui, « mettre la curiosité au travail [dans la maison de Barbe bleue ou dans la vitrine], c’est réveiller la curiosité qui est dans le sujet [épouse ou consommateur] » (2011, 55). On peut objecter à cette formule un peu rapide la question des conditions sociales rendant possible le réveil de cette curiosité. Si je prends comme exemple l’objet qui m’intéresse ici, cela revient à affirmer que tout le monde n’est pas curieux de savoir ce que dissimule un tas d’immondices ; et encore moins prêt à satisfaire une curiosité éventuelle en y plongeant les mains et le nez, y compris quand on est amené à fréquenter les déchets : au début de mon terrain, encore peu au fait des réalités du travail et porteur de mes propres dispositions sociales, j’avais répondu à un éboueur que je ne souhaitais pas pratiquer la biffe, n’y voyant pas réellement d’intérêt ; les faits me contrediraient rapidement.

11La variabilité dans le déclenchement de la curiosité m’incite à envisager cette dernière comme une prédisposition socialement et historiquement modelée, en m’inspirant des réflexions de N. Elias sur le langage (Elias, 2010 ; Le Lay, 2012). Analyser la curiosité dans ce cadre vise à renseigner les ressorts subjectifs et sociaux permettant aux éboueurs de se différencier de leurs « semblables différents » (les autres travailleurs), en montrant comment cette prédisposition se trouve mise en forme au contact de la configuration professionnelle spécifique que représentent les activités de nettoiement. Cela revient donc à analyser la façon dont une prédisposition humaine participe de manière pleine et entière au processus d’individuation.

LA CURIOSITÉ, UNE PRÉDISPOSITION INDISPENSABLE À LA PRATIQUE DE LA BIFFE

12Si l’on transpose les réflexions de F. Cochoy à l’univers des éboueurs, on peut considérer comme point de départ de l’analyse que la curiosité pousse les éboueurs à regarder sous la surface chaotique des déchets pour tenter d’y découvrir un objet potentiellement réutilisable. Mais être ainsi disposé à fouiller dans un tas d’immondices suppose un certain nombre de conditions.

Le déclenchement de la curiosité dans la pratique de biffe

13Constats banals s’il en est, mais qu’il convient de rappeler pour cadrer la discussion : d’abord, l’éboueur travaille dans l’espace public et passe la majeure partie de son temps de travail à circuler dans un secteur délimité dont il a la charge du nettoiement. Qu’il soit assigné à l’activité de balayage ou à celle de collecte, un éboueur dispose donc de l’opportunité physique nécessaire au déclenchement de la curiosité dans les pratiques de récupération.

14Bien que le rythme du travail diffère considérablement selon le type d’activité occupée (le travail à la benne est contraint par la nécessité de collecter l’ensemble des conteneurs sur un circuit donné et par l’obligation du chauffeur à aller vider sa benne), la légitimité du principe de la biffe se voit reconnue sur le terrain, en dépit de son interdiction officielle et des tensions que cela peut générer au moment de la collecte :

Discussion animée entre Dominique et le chauffeur à propos de la biffe. Le premier défend le principe – parce que des fois ça vaut le coup – mais le second critique les ripeurs qui font ça, souvent au détriment des passants et du chauffeur, en plus du fait que c’est interdit. Toutefois, il reconnaît que ce n’est pas gênant « si c’est bien fait » [ajout du 15/07/2008 : il n’a pas précisé les critères du « bien »]. Il n’hésite pas à « laisser 2-3 rues » non ramassées si le ripeur abuse, quitte à se prendre la tête avec le chef d’atelier après. (Extrait du carnet de bord, 18 décembre.)

15Le chauffeur considère ici que la biffe, interdite, perturbe le travail de ramassage, voire le « bien-être » des passants et indique, par ailleurs, qu’il n’hésite pas à prendre des mesures de rétorsion détournées pour signifier son mécontentement potentiel. Il faut comprendre que les intérêts du chauffeur et de l’éboueur ne sont pas absolument identiques, notamment en termes d’horaires, le premier étant contraint par la nécessité d’aller vider la benne avant de prendre sa pause du matin ou de retourner à son atelier en fin de service. Le temps consacré à la biffe est donc pour lui du temps perdu, sauf dans certains cas précis :

À noter : Dominique a biffé. Un moment, il met un carton avec des choses à l’intérieur dans la cabine, et me dit qu’il fait gaffe à ce que le chauffeur ne lui pique rien, parce qu’il est sûr qu’il fouille dans le carton. Il me conseille de me méfier de ça aussi, quand je bifferai. Quand on remonte, le chauffeur lui dit qu’il lui a piqué un truc en double dans le carton. Puis plus tard, Dominique trouve un lecteur DivX, qu’il garde avec lui pour la fin du tour (c’est dans la dernière rue). (Extrait du carnet de bord, 6 novembre.)

  • 4 Ce point m’a été confirmé à l’issue d’une série d’entretiens collectifs menés avec des éboueures (r (...)

16On voit à travers ces deux séquences que la légitimité de la biffe existe parmi les éboueurs4 : le premier chauffeur estime qu’il existe une bonne manière de biffer, même s’il n’explicite pas les critères d’évaluation de cette norme, quand le second trouve un intérêt matériel direct à l’existence d’une biffe « juteuse ».

  • 5 Par opposition à la « première province », dans laquelle sont rangés « les objets en général, en li (...)

17La possibilité pratique et normative de mettre en œuvre la biffe est une condition nécessaire à son déploiement, mais pas suffisante. Cela me conduit à effectuer le second constat : l’éboueur est amené à manipuler de la matière plus ou moins déstructurée. Les détritus forment, pour qui adopte un regard distrait, un amas indistinct. Or, comme l’a bien montré F. Dagognet, on peut distinguer plusieurs classes dans ce qu’il appelle « la seconde province de la matérialité » (1997, 615) : c’est ainsi qu’il différencie notamment les fragments [« sortes de vestiges [qui] ont conservé des liens avec ce dont ils sont séparés ; ils forment des morceaux reconnaissables » (1997, 62)], les déchets [tenus « pour des restes insignifiants » qui « appartiennent à la catégorie des miettes, qui elles-mêmes impliquent la démolition ; leur inconsistance les déclasse » (1997, 62)] et les détritus ou ordures [« en plus d’une inconsistance, telle que nul ne reconnaît leur provenance et d’autant moins que nous nous empressons de les broyer afin de les “réduire”, elles fermentent et dégagent des odeurs fétides ; en outre, elles pourraient contaminer, parce qu’elles offrent asile à la vermine » (1997, 64)].

18Dans leurs activités, les éboueurs mettent en œuvre pratiquement de telles classifications, puisqu’ils procèdent au repérage et à la récupération des matériaux susceptibles de faire l’objet d’un nouvel usage. Comme le souligne F. Cochoy, la curiosité « suppose […] l’adoption d’un certain attrait pour la singularité des objets » (2011, 43). Dans le cas des éboueurs, la curiosité est donc mobilisée dans cette recherche de singularité au sein de l’indistinct. En plus des avantages liés directement aux propriétés sociales de l’objet trouvé (cf. infra), la pratique de récupération aiguillonnée par la curiosité conduit à déplacer la frontière de l’indistinction ordurière de sens commun par un travail de réordonnancement des détritus qui empêche la dilution des propriétés singulières d’un objet abandonné dans l’indétermination de l’ordure. En ce sens, la biffe rend possible que s’actualise la nécessité de remettre de l’ordre dans le désordre, sans laquelle il est impossible d’orienter durablement ses pratiques professionnelles.

19Présence dans l’espace public et proximité des déchets comme source de trouvailles potentielles forment donc deux conditions nécessaires pour que la curiosité des éboueurs se dirige vers les tas d’immondices. Il reste maintenant à voir comment elle se déploie.

Ennui, sérendipité et émerveillement

20Emboîtant le pas du philosophe Kierkegaard, F. Cochoy considère que la curiosité est une (im)pulsion qui pousse à diriger son attention vers des endroits dissimulés et/ou interdits – l’auteur prend les exemples de l’arbre de la connaissance, dans la Genèse, et du cabinet interdit dans le conte Barbe bleue ; pour ce qui concerne la biffe, le rapport à l’interdit est clairement rappelé lors de la formation – notamment pour lutter contre l’ennui :

L’ennui instaure l’une des conditions les plus favorables à l’expression de la curiosité, comme si la stase [ralentissement], l’arrêt, l’immobilité, étaient la condition paradoxale d’un transport, d’un emportement, d’une agitation. (Cochoy, 2011, 160.)

21Or, en dehors des périodes d’activité particulièrement chargées (l’automne, en particulier), la nécessité de lutter contre l’ennui au travail, notamment lors de l’activité de balayage, est fortement prégnante.

Second tour : on m’a remis sur le canton de samedi après-midi. Tout seul. Mais comme Xavier est à l’Olympique [laveuse], et qu’il passe avant, je n’ai quasiment rien à faire. Je m’ennuie grave, et en plus mon MP3 est en carafe de batterie. Vers 10h50 j’ai terminé. Je refais un tour, mais qu’est-ce que c’est long ! Je m’emmerde absolument ! (Extrait du carnet de bord, 21 janvier.)

22Pour cela, diverses tactiques sont déployées par les éboueurs, la biffe constituant l’une d’elles.

Comme la tournée est peu chargée (« normal, le vendredi »), le rythme est tranquille, et Christian prend le temps à 2-3 reprises de discuter avec des collègues (il était avec eux sur ce secteur avant d’être dans son atelier actuel), et le chauffeur prendra même le temps de biffer. (Extrait du carnet de bord, 18 janvier.)

  • 6 Pour une analyse de la notion de sérendipité, traduction du néologisme serendipity créé en 1754 par (...)

23Si l’ennui est favorable au déploiement de la curiosité, c’est notamment par la capacité de cet affect à créer des espaces disponibles pour l’action. F. Cochoy suit alors Robert Merton et Elinor Barber et considère que « la sérendipité désigne à la fois une certaine ouverture cognitive à l’accueil de ce qui advient, une capacité à donner sens aux imprévus, et une disposition/une occasion favorable à l’expression de la curiosité » (2011, 162). De fait, le travail de repérage et de distinction des matériaux réutilisables auquel procèdent les éboueurs mobilise bien ce deuxième ressort de la curiosité6 : outre la vigilance un peu flottante dont il faut faire preuve pour différencier ce qui est potentiellement récupérable au sein d’un tas d’ordures, les éboueurs font montre d’une ouverture cognitive dans leur lent travail d’accumulation d’objets. En effet, dans ces rencontres fortuites, ils accordent une nouvelle chance à des matières que d’autres ont considéré sans valeur, sans usage.

24La sérendipité ne mobilise pas seulement l’aptitude au détachement, mais également celle « à l’attention, à la focalisation, à la capacité de tirer parti justement de ces débordements que notre relâchement cognitif nous permet de croiser, de les prendre en compte, de les accueillir et finalement de leur donner sens et de les intégrer à nos logiques d’action » (Cochoy, 2011, 162-163). Chez les éboueurs, ces logiques d’action sont de plusieurs ordres. D’abord, la réappropriation de l’espace collectif (cuisine, vestiaires) : la biffe permet en effet d’aménager les espaces communs de l’atelier avec des objets que ne fournissent pas la mairie (télévision, canapé, etc.). En marquant ainsi l’espace de leur empreinte, les éboueurs peuvent tout à la fois affirmer une prise d’autonomie par rapport au prescrit, et contribuer à la protection des membres du groupe (en offrant des outils qui participent à leur récupération physique et mentale). Ensuite, l’alimentation de cycles de don/contre-don inhérents à tout rapport social, dimension jouant un rôle important dans l’incorporation des dispositions professionnelles d’atelier. Ainsi, lorsqu’un des gars a ramené dans la cuisine une machine à café à dosettes en état de marche, s’est petit à petit constitué un système d’échanges de dosettes, en fonction des stocks individuels disponibles. De la même manière, le récit de ma première biffe, outre qu’il montre que je commençais à me familiariser à l’univers des éboueurs, a été l’occasion d’engager un cycle d’échanges avec Dédé, un collègue avec qui je ressentais des difficultés à établir une relation sereine.

Ma première biffe : deux sacs en plastique remplis de cassettes vidéos. Je demande à Dédé s’il a un magnétoscope. Quand il me répond oui, je lui file les sacs. Il est un peu surpris, mais me dit merci, deux fois. En fait, le contenu des sacs suscitera des commentaires dans l’atelier, car il y a des vidéos pornos (Xavier me dira, en fonçant voir Dédé, que son cousin peut les transférer sur DVD). (Extrait du carnet de bord, 4 janvier.)

25Troisième logique d’action, l’accumulation individuelle. Dominique, dans la situation de biffe relatée plus haut, apporte dans ses propos et son comportement une autre clé de compréhension de la pratique, à savoir sa dimension directement utilitariste. Durant la plupart des collectes que nous avons effectuées ensemble, ce collègue aura souligné à de nombreuses reprises la richesse cachée dans les déchets, en mobilisant force exemples incroyables (ordinateurs, écrans, etc.). Ici, la curiosité permet donc d’accéder à des biens de consommation rares, pour peu que l’on sache bricoler en cas de besoin. L’accumulation individuelle peut par ailleurs revêtir une dimension sociale dépassant le seul gain matériel.

Il biffe pas mal, pour en faire profiter ses proches surtout, et pas contre de l’argent comme certains : « Ça ne me coûte rien, sauf un peu de temps, et puis ça fait plaisir alors. » (Extrait du carnet de bord, 4 décembre.)

26Ce collègue, conducteur de porteur, rappelle que l’utilitarisme ne se limite pas à sa stricte dimension économique. La biffe constitue aussi une façon de se bâtir une satisfaction et une forme de reconnaissance sociale en faisant plaisir à autrui, grâce à un aspect « marginal » de son activité professionnelle qui met en scène des capacités occultées dans l’institution.

  • 7 On retrouve d’ailleurs cette particularité chez les égoutiers (Jeanjean, 1998).
  • 8 Pour une analyse de cette notion, à la suite des travaux de M. Détienne et J.-P. Vernant, 1974, et (...)

27Comme le soulignait déjà D. Corteel (2007) à propos des histoires de biffe, les récits auxquels se prêtent les éboueurs contiennent souvent une dimension « merveilleuse », parfois à la limite du fantastique7. Or, selon F. Cochoy, l’« émerveillement est […] le troisième moyen d’agiter la curiosité » (2011, 163). Outre l’émerveillement qui peut surgir de l’objet lui-même (en raison de sa grande valeur d’usage ou d’échange), on peut en percevoir deux autres sources chez les éboueurs. En premier lieu, l’émerveillement passe par l’inventivité, le fait de « redonner vie » à un objet déchu grâce au déploiement de l’intelligence pratique, la mètis8. Cela se donne à voir en particulier dans le détournement d’usage de matériaux pour se faciliter le travail (utiliser une canette de soda comme réceptacle à seringues, par exemple). « C’est souvent avec le presque rien, l’abandonné, qu’on invente (l’ingéniosité). » (Dagognet, 1997, 22-23) Créer, bricoler, détourner : autant de processus créatifs dont la perspective de réalisation contribue à maintenir éveillée la curiosité, et finalement à en faire une prédisposition nécessaire à la réalisation du travail quotidien.

CONCLUSION

28Soumis aux rythmes et aux logiques spatiales en partie imprévisibles de l’espace public, l’univers professionnel des éboueurs comporte un caractère aléatoire qu’il convient de prendre en compte dans l’analyse. Cette dimension stochastique se trouve néanmoins encadrée par des éléments structurels (organisation du travail de collecte, obligations réglementaires d’usage des conteneurs, etc.) et des éléments davantage subjectifs. Parmi eux, la curiosité, prédisposition notamment utile contre l’ennui (soulever un tas d’ordure « pour voir »), permet le déclenchement d’une série d’actions progressivement routinisées grâce à l’incorporation de dispositions spécifiques au métier.

29La biffe nécessite en effet que l’éboueur développe diverses dispositions pratiques. D’abord, celle à scruter l’espace public : guetter et anticiper (l’attention flottante et la capacité à se laisser tenter par l’occasion, i.e. la sérendipité). Ensuite, une disposition à fouiller parmi les déchets, dans tous les endroits où ils peuvent se trouver (conteneurs, vrac, trémie). De là, l’éboueur devra apprendre à classer-ordonner-évaluer les déchets, une capacité à l’émerveillement devant lui permettre de voir en l’objet ce qu’il pourrait être, et par-là même de le sauver de sa déchéance. Enfin, une dernière disposition, celle à accumuler les trouvailles et à en organiser l’utilisation dans le cadre de leur valeur d’usage (que cet usage soit direct ou détourné – par l’intermédiaire de la mètis) ou de leur valeur d’échange (don/vente/troc).

30Ainsi la biffe, portée par la curiosité, participe-t-elle à donner du sens individuel et collectif au travail (lutte contre la stigmatisation attachée au « sale boulot ») et à « domestiquer » le rapport aux déchets : sa dimension symbolique se situe dans le retournement opéré par la traversée de l’interdit professionnel et social – la pollution (Douglas, 2001) – puisque le déchet de consommation devient propre à consommer. Cela constitue donc une manière positive de percevoir les matières repoussantes côtoyées chaque jour, et de se ménager un espace de résistance face aux regards d’autrui dévalorisants, c’est-à-dire de redéfinir pratiquement la frontière symbolique et physique « nous/eux », que ce « eux » renvoie aux usagers de l’espace public ou aux chefs, avec qui les éboueurs jouent au « pas vu pas pris » – dimension ludique particulièrement importante dans le travail de « domptage » du rapport au déchet (Gernet, Le Lay, 2011). Car en se constituant un ethos de la récupération, de la lutte contre les déchets envahissants, contre le gaspillage des usagers, les éboueurs procèdent à un déplacement de la division morale du travail qui permet l’expression d’un réel plaisir au travail.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barles Sabine, 2011, « Les chiffonniers, agents de la propreté et de la prospérité parisiennes au XIXe siècle », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 45-67.

Bourdouxhe Madeleine, Guertin Serge, Cloutier Esther, 1992, Étude des risques d’accident dans la collecte des ordures ménagères, Rapport de l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail du Québec, R-061.

Catellin Sylvie, 2014, Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte ».

Cochoy Franck, 2011, De la curiosité. L’art de la séduction marchande, Paris, Armand Colin.

Corbin Alain, 1986, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social. XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Corteel Delphine, 2007, « La figure de l’éboueur : une figure claire-obscure », dans Koebel M., Walter E. (dir.), Résister à la disqualification sociale. Espace et identités, Paris, L’Harmattan, p. 73-88.

Corteel Delphine, Le Lay Stéphane (dir.), 2011, Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail ».

Dagognet François, 1997, Des détritus, des déchets, de l’abject. Une philosophie écologique, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, coll. « Les empêcheurs de penser en rond ».

Dejours Christophe, 2004, « Ingéniosité et évaluation », Psychiatrie française, no 35, p. 128-147.

Détienne Marcel, Vernant Jean-Pierre, 1974, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Douglas Mary, 2001, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte.

Elias Norbert, 2010, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, La Découverte.

Foucault Michel, 2001, « Le philosophe masqué », dans Dits et écrits, t. II : 1976-1988, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », p. 923-929.

Gernet Isabelle, Le Lay Stéphane, 2011, « S’accommoder des conduites viriles dans les collectifs de travail mixtes. Le cas des éboueures », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 257-278.

Hughes Everett Cherington, 1996, « Le travail et le soi », dans Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, EHESS, p. 75-85.

Jeanjean Agnès, 1998, Basses œuvres. Ethnologie d’un réseau technique urbain : les égouts de Montpellier, Thèse de doctorat en ethnologie, Université Paris 5, 2 t.

Le Lay Stéphane, 2010, « Mètis et rire. Que nous apprennent les “petits” éboueurs ? », Variations. Revue internationale de théorie critique, nos 13-14, p. 114-135.

Le Lay Stéphane, 2011, « Le traitement des déjections canines dans l’espace public : implications affectives et significations sociales », communication au RT17, Grenoble, Congrès de l’Association française de sociologie, 5-8 juillet 2011.

Le Lay Stéphane, 2012, « Le travail de Norbert Elias peut-il renforcer les liens entre sociologie et psychodynamique du travail ? À propos de Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse », Travailler, no 27, p. 143-156.

Le Lay Stéphane, 2014, « Enseignements empiriques et éthiques d’une biffe sociologique parmi les éboueurs parisiens », Actes de la recherche en sciences sociales, no 205, p. 120-131.

Rabardel Pierre, 1995, Les hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains, Paris, Armand Colin.

Volkoff Serge, 2006, « “Montrer” la pénibilité : le parcours professionnel des éboueurs », Actes de la recherche en sciences sociales, no 163, p. 62-71.

Notes

1 Depuis 1878, le dictionnaire retient comme définition de la biffe, dans le langage populaire, le « métier des chiffonniers ; milieu, corporation des chiffonniers ». Le Dictionnaire culturel en langue française permet de préciser : aux alentours de 1584, le sens du mot « biffer » renvoyait à l’action d’effacer (de la mémoire), « biffé » signifiant « rayé » (1576) : http://www.cnrtl.fr/definition/biffe (consulté le 23 octobre 2014). Notons que ce terme n’est pas utilisé dans toutes les municipalités françaises pour qualifier les pratiques de récupération (voir lexique en fin d’ouvrage).

2 La biffe constitue l’une des quatre formes de bricolage illégaliste que j’ai pu repérer chez les éboueurs parisiens, avec la réappropriation spatiale, la réappropriation temporelle et les catachrèses – « écart entre le prévu et le réel dans l’utilisation des artefacts » (Rabardel, 1995, 110). Ces bricolages participent d’un ensemble de pratiques dites d’engagement dans le travail du fait de leur déploiement discuté, voire disputé, dans la vie collective de l’atelier.

3 Notons que F. Cochoy introduit également l’idée de « convoitise » des consommateurs (2011, 99), sans que l’on puisse réellement savoir laquelle de ces deux (pré) dispositions joue réellement dans l’attrait des produits en vitrine (il n’y a pas d’entretiens réalisés qui permettraient d’étudier ce point).

4 Ce point m’a été confirmé à l’issue d’une série d’entretiens collectifs menés avec des éboueures (réalisés en collaboration avec Isabelle Gernet de l’équipe Psychodynamique du travail et de l’action du CNAM), à l’issue de ma présence sur le terrain. À partir de cette pratique commune aux femmes et aux hommes, il serait intéressant d’étudier s’il existe des différences sexuées dans les manières de faire ou dans les matériaux collectés.

5 Par opposition à la « première province », dans laquelle sont rangés « les objets en général, en liaison avec l’usage et donc le désir qu’ils satisfont ; ils concrétisent l’ingéniosité ; ils animent les marchés. » (Dagognet, 1997, 59)

6 Pour une analyse de la notion de sérendipité, traduction du néologisme serendipity créé en 1754 par l’écrivain anglais Horace Walpole, lire S. Catellin (2014). L’auteure y expose notamment avec précision les étapes ayant conduit de l’usage de la notion dans la littérature à son usage dans les sciences.

7 On retrouve d’ailleurs cette particularité chez les égoutiers (Jeanjean, 1998).

8 Pour une analyse de cette notion, à la suite des travaux de M. Détienne et J.-P. Vernant, 1974, et C. Dejours, 2004, voir S. Le Lay, 2010.

Table des illustrations

Légende Figure 1. La pêche aux trouvailles sera-t-elle bonne ?[Cliché : Collectif ripeurs, 2013, région Aquitaine.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Sociologue, associé à l’Équipe psychodynamique du travail et de l’action (CRTD-CNAM). Il est spécialisé sur les questions de travail et de santé au travail, en particulier dans les classes populaires. Dans une optique théorique visant à rapprocher les analyses en termes de rapports sociaux (sexe, classe et race) à celles développées dans le cadre de la psychodynamique du travail, il étudie depuis plusieurs années les métiers liés à la prise en charge des déchets dans nos sociétés. Il a codirigé avec D. Corteel l’ouvrage Travailleurs des déchets publié aux éditions Érès en 2011.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search