Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Partie I. Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

« C’est pas le déchet, c’est le diamant ! ». Pratiques de récupération et gestion publique des déchets à Garoua et Maroua (Cameroun)

Émilie Guitard

Texte intégral

  • 1 http://www.dusensautrement.com/projets/plastic-bags-st-lazare/(consulté le 21 octobre 2014).
  • 2 Dossier de presse exposition « Africa Remix », Centre Pompidou, 25 mai au 8 août 2005, p. 10, http: (...)
  • 3 Voir, par exemple, à Yaoundé, le CIPRE (Centre international de promotion de la récupération) : htt (...)

1En mai 2012, l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou propose aux voyageurs traversant la salle des pas perdus de la gare de Paris-Saint-Lazare de nouer à un grand filet des milliers de sacs plastique biodégradables de couleurs vives1. Cette œuvre monumentale, visant à dénoncer l’absurdité de nos modes de consommation, s’inscrit dans la droite ligne d’un art urbain africain largement médiatisé depuis l’exposition fondatrice « Africa Remix » en 2005 au Centre Pompidou, basé sur « une esthétique du recyclage, du bricolage et de la récupération des déchets2 » et représenté par des artistes tels que Ousmane Sow, El Anatsui, Dilomprizulike ou encore Romuald Hazoumé. Cette capacité à travailler la matière déchue, érigée comme le symbole de l’ingéniosité africaine en contexte économique précaire, a aussi inspiré sur le continent toute une série de programmes locaux et de coopération, dans le champ du développement, valorisant la récupération et le recyclage des déchets urbains : appareils électroniques, matériaux en plastique (sacs, bouteilles, emballages, etc.), ou encore compostage des résidus organiques3. L’artisanat africain de la récupération et son cortège de bibelots emblématiques, miniatures d’animaux ou véhicules en fils de fer, lanternes en boîtes de lait concentré ou de Nescafé, paniers tissés en fibres plastique, mobiliers en pneu découpé, etc., ont finalement envahi les étals des marchands des capitales et des sites touristiques du continent, tout comme les boutiques éthiques, ethniques et équitables des villes d’Europe et d’Amérique du Nord.

  • 4 Pour une présentation plus détaillée des communautés de récupérateurs en Afrique, voir C. Harpet et (...)
  • 5 Voir par exemple M. Mérino, 2010, p. 111-120 ou B. Florin, 2011.

2S’est ainsi construite dans l’imaginaire collectif et médiatique occidental la figure romantique du récupérateur de déchets africain. Celui-ci fouillerait avec acharnement les grandes décharges municipales, les tas d’ordures et les bennes qui ponctuent le paysage urbain à la recherche de sa pitance quotidienne, mais aussi de tout objet ou matériau récupérable qui assurerait à la fois, par sa revente en gros, un petit salaire nécessaire à sa subsistance et à celle de sa famille, mais aussi la matière de sa culture matérielle domestique, depuis les murs et le toit de son habitation jusqu’à ses ustensiles de cuisine, en passant par ses vêtements4. Si de vastes et complexes réseaux de récupération se sont, de fait, mis en place dans la plupart des grandes villes africaines, avec pour épicentre bien souvent la décharge municipale locale5, il convient pourtant de nuancer cette imagerie du réemploi des objets et matières déchus en Afrique à l’aune d’autres études de cas menées hors des seules mégapoles du continent. Les villes secondaires, de moins d’un demi-million d’habitants, dans lesquelles résident en ce début de millénaire plus des deux tiers de la population urbaine africaine (Hilgers, 2012, 29), peuvent offrir ainsi d’autres schémas de manipulation et de revalorisation des déchets, où la récupération ne s’y pratique pas nécessairement comme activité informelle de subsistance.

3Sur les nombreux lieux de dépôts d’ordures disséminés jusqu’à récemment dans les villes de Garoua et Maroua, capitales des régions du Nord et de l’Extrême-Nord du Cameroun comptant plus de 200 000 habitants, on rencontrait ainsi très peu de récupérateurs de déchets.

4À partir d’une enquête ethnographique, conduite dans les deux villes de 2007 à 2011, portant sur les façons qu’ont les citadins mais aussi les autorités locales de concevoir et de gérer les déchets, on mettra en lumière ici comment les représentations des objets et substances déchus, leurs espaces de dépôt ainsi que leurs modes de gestion individuels et institutionnels ont conjointement contribué à limiter les pratiques de collecte et de récupération dans l’espace public. Nous verrons que le petit nombre de collecteurs œuvrant dans les espaces collectivement partagés dans l’une et l’autre de ces deux villes est d’abord simplement le fait de la rareté de déchets récupérables, ceux-ci subissant un tri drastique en amont, dans la sphère domestique, où ils connaissent ensuite immédiatement un nouveau cycle d’usage. Par contraste, il apparaîtra aussi que la récupération des déchets comme mode de subsistance et la fréquentation assidue des lieux de dépôt dans l’espace public s’avèrent être fortement dépréciées, comme symptômes de déviance et de marginalité, voire de « folie ». Il conviendra enfin de replacer ces pratiques domestiques de récupération et ces conceptions locales du rapport au déchet et à ses « lieux » dans le cadre plus large de l’évolution des schémas de gestion collective et institutionnelle des ordures dans les deux villes, depuis leur fondation, afin de saisir en quoi ils ont, jusqu’à récemment, limité fortement la possibilité de fonder la subsistance des individus sur la manne des ordures évacuées dans l’espace public.

UNE INTENSE RÉCUPÉRATION DANS LA SPHÈRE DOMESTIQUE

  • 6 Pour Maroua, voir par exemple C. Seignobos et O. Iyebi-Mandjek, 2004, p. 152.

5Les villes de Garoua et Maroua abritent, depuis leur fondation au début du XIXe siècle, toute une série d’activités de production artisanale. Outre la tannerie et la teinture, la forge et la bijouterie sont pratiquées traditionnellement par des populations musulmanes Kanuri et Haoussa venues de l’empire voisin du Bornou, dans l’actuel Nigéria6. Les forgerons produisent ainsi à destination du marché local outils agricoles et de bricolage, ustensiles de cuisine, ou encore brouettes et cantines (figure 1). À l’instar de la fabrication des marmites en aluminium dites macocottes, qui ont envahi les cuisines africaines depuis les années 1950, à partir d’une matière première issue « […] d’activités de récupération [recyclage de pièces automobiles, mais aussi de menuiserie d’aluminium, de plaques de rotative, de tuyauteries diverses, d’emballages, etc.] ou de prédation sur des panneaux de signalisation routière, des poteaux d’éclairage, des câbles électriques, etc. » (Romainville, 2009, 79), on pourrait s’attendre à voir les artisans du métal au cœur d’un réseau local de réemploi du fer et de la ferraille collectés sur les lieux de dépôt des déchets en ville. Mais, de fait, selon un jeune forgeron de Garoua, « on utilise peu de fer récupéré, car les gens eux-mêmes récupèrent trop, même s’ils ne sont pas spécialistes […]. Les gens viennent nous vendre des petits bouts, qu’on utilise surtout pour les petits articles et certains éléments des cantines. C’est dur d’en trouver, et ça coûte cher. » (Garoua, janvier 2007) Ce témoignage est révélateur d’un double phénomène : d’une part, la difficulté à trouver des matériaux réutilisables en quantité dans les lieux de dépôt de déchets et, d’autre part, l’une des causes de cette rareté, à savoir l’intense récupération à laquelle se prête chacun au sein de son domicile ou dans son activité, pour réutiliser ensuite directement les objets et matériaux récupérés, ou les revendre à l’extérieur.

  • 7 Sur le modèle du transect botanique, j’ai entrepris, avec l’aide d’un collègue camerounais, de tend (...)

6Plusieurs transects réalisés en 2007 sur quelques grands dépotoirs de la ville de Garoua7 nous permettent aussi d’avoir un aperçu de la nature des déchets qui y sont déposés : environ 37 % sont des déchets verts biodégradables, 38 % des emballages et contenants souillés, déchirés, percés ou brisés, contre à peu près 17 % de débris de matériaux divers (fer, gravats, bois notamment) et seulement 6,7 % d’objets définissables, mais pour autant trop dégradés pour être réutilisables.

Figure 1. Atelier de forgerons dans le quartier Kollere.
[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2006.]

  • 8 Voir F. Enten, 2003, p. 385-388 ou, en milieu rural, L. Douny, 2007.
  • 9 Ensemble de bâtiments clôturé d’un mur d’enceinte, abritant une famille étendue, parfois des locata (...)

7Le pan domestique de la récupération a trop souvent été négligé dans le contexte urbain africain, au profit d’une focalisation sur les filières de récupération dans l’espace public, notamment à partir des grandes décharges municipales. Quelques rares études de cas8 et l’exemple des pratiques de tri et de récupération intensives qui se déroulent au sein des concessions9 de Garoua et de Maroua révèlent pourtant que cette phase de distinction des objets et matières réutilisables des résidus désormais vus comme hors d’usage, avant leur expulsion hors de la concession, constitue une étape non négligeable de la « vie sociale des objets » (Appaduraï, 1986) du quotidien et de leur circulation entre différents propriétaires. Dans la trentaine de concessions que j’ai pu fréquenter assidûment dans les deux villes, chaque ménagère, quels que soient ses origines, son âge, sa religion ou encore son niveau de scolarisation, procède ainsi, chaque jour, à un tri méticuleux des objets, matières et matériaux usés, cassés, déchus d’un premier usage ou résidus des activités domestiques.

8Dans le cadre d’une culture matérielle particulièrement dépouillée, du fait du contexte économique précaire mais aussi d’une certaine éthique musulmane de la sobriété, où certains objets de prestige, tels que les collections de casseroles en fer émaillé transmises en trousseau de mariage de mère en fille (Gosselain et al., 2009), ne sont jamais jetés, la liste des déchets et résidus qui sont conservés, puis réemployés à d’autres fins, donnés ou revendus, ou encore expulsés de la maisonnée, est assez brève.

Les restes de cuisine et de repas

  • 10 Pratique que l’on rencontre également au Sénégal. Voir F. Enten, 2003, p. 387.

9Il s’agit tout d’abord des résidus de cuisine et des restes de repas, composés essentiellement d’épluchures de tubercules (manioc, patates douces, pommes de terre) ou de fruits (ananas, mangues, papayes, oranges, etc.), de tiges et de feuilles de plantes à sauce (oseille de Guinée, feuilles de baobab ou de manioc, etc.), d’os de poulet, de mouton ou plus rarement de bœuf, et du son des céréales (sorgho, mil, riz, maïs) réduites en farine puis cuites sous forme boule de pâte, qui constituent la base du régime alimentaire local. La plus grande partie de ces restes de cuisine peut être donnée fraîche ou séchée à la basse-cour et au petit bétail élevés par la plupart des familles, notamment dans les quartiers islamo-peuls10, ou revendue à la tasse, dans les quartiers chrétiens, pour réaliser de l’alcool appelé arki ou odontol :

On écrase ça, puis on laisse tremper dans un fût dans l’eau, ça fermente, puis on bout ça, on récupère l’évaporation dans un tube, et ça fait de l’alcool. On vend ça 100 F CFA [100 francs des Communautés Financières d'Afrique = 15 centimes d’euro] la petite bouteille [33 cl] et 200 F CFA la grande [75 cl]. On ne peut pas faire ça qu’avec ses déchets, il faut aller chez les gens acheter les restes, on vend ça 50 F CFA la grande tasse, même 200 F CFA si la nourriture est chère à ce moment-là. Ça peut être n’importe quels restes, comme le riz, le maïs, les patates douces cuites, les épluchures de pommes de terre, etc. (Marcelline et Joséphine, jeunes filles Mafa, Garoua, septembre 2009.)

10Les reliquats de repas, quant à eux, ne sont également jamais jetés, notamment dans les milieux musulmans du fait d’une injonction morale et religieuse à ne pas gaspiller la nourriture, sous peine de se voir frappé de pauvreté, ou même de folie, comme en témoigne un jeune citadin musulman de Garoua :

Mon voisin Hama Suley a trouvé la semaine passée plus de 30 beignets jetés dans une poubelle près de chez lui. Il n’était pas du tout content de cela, alors il m’a demandé de les récupérer pour les donner à ses bêtes. Il a ajouté : « C’est la famine qui vise celui qui, au lieu de donner à ceux qui ont faim, va jeter à la poubelle. » (Cherif, Kanuri, décembre 2009.)

11Le fulfulde ou peul, langue véhiculaire locale, comprend d’ailleurs un vocabulaire étoffé distinguant différents types de restes de nourriture : les bakke, résidus de boule de céréales collés au fond de la marmite, qui peuvent être consommés bouillis avec du sucre, sont distingués des luttandi, restes du repas du soir, qui deviennent ñiiri nBaalnDi lorsqu’ils passent la nuit et sont consommés le lendemain matin au petit-déjeuner, pratique courante en milieu rural qui tend cependant à se perdre aujourd’hui en ville. Lorsque les restes de repas ne sont pas finis, ils peuvent être donnés à des nécessiteux (mendiants, enfants des rues) ou séchés à nouveau à destination des animaux domestiques.

Les contenants en plastique et en verre

  • 11 Guérisseurs soignants selon des méthodes dites « traditionnelles ».

12À côté de cette consciencieuse valorisation des restes de cuisine et de repas, les contenants en plastique et en verre représentent une deuxième catégorie d’objets déchus d’un premier usage qui sont systématiquement mis de côté dans le cadre domestique, avant d’être réutilisés ou revendus. Les bouteilles en plastique d’huile alimentaire de coton sont, malgré la difficulté à les débarrasser du corps gras qu’elles ont contenu, soigneusement conservées : elles sont remplies à nouveau avec de l’huile d’arachide artisanale vendue sur les marchés de quartier, ou alors revendues en gros (100 F CFA la bouteille) à des acheteurs qui passent de concession en concession et les revendront, à leur tour, à de petits distributeurs au détail d’essence de contrebande, zoua-zoua, rapportée du Nigéria voisin. En revanche, contrairement à ce qui a pu être observé au Sénégal (Valentin, 2010), l’eau minérale en bouteille, parce que trop chère par rapport à l’eau en sachet ou à celle de la pompe du quartier, a encore peu pénétré les foyers de Garoua et Maroua. C’est pourquoi les rares bouteilles Tangui, Sahel Spring ou Aquabelle du domicile sont plutôt conservées pour y stocker à nouveau de l’eau ou d’autres boissons artisanales comme le jus de fleurs d’oseille de Guinée, de gingembre ou encore de fruits de baobab. Autre type de contenants plastique fréquemment récupérés, les bouteilles de lait pour le corps – dont les femmes font un grand usage –, sont également mises de côté pour être revendues à des acheteurs de passage qui, à leur tour, les revendent ou les réutilisent pour y stocker des préparations cosmétiques ou médicinales artisanales. Les thérapeutes, marabouts et autres « tradipraticiens11 » locaux les utilisent ainsi très souvent, comme les petits contenants en verre, pots de mayonnaise, bouteilles de sirops ou fioles de vaccin, pour y stocker leur lekki, décoctions à base de plantes et d’écorces. De même, les ménagères n’hésitent pas à conserver soigneusement les contenants en verre pour y garder leurs condiments, raison pour laquelle ils acquièrent une véritable valeur sur les marchés locaux. Il en est aussi de même des bouteilles en verre, d’alcool type whisky utilisées pour la vente des arachides grillées, ou encore de bière et de soda, consignées par les Brasseries du Cameroun, et donc systématiquement rapportées à la boutique contre une petite somme d’argent (100 F CFA) ou une ristourne (le prix de la bouteille) sur une nouvelle boisson.

Les objets cassés

  • 12 Ce recours fréquent à des récipients hors d’usage pour sortir les déchets de la concession n’a pas (...)

13Du fait, également, de la précarité économique dans laquelle vit la majorité des foyers de Garoua et Maroua, les objets usés ou cassés ne sont pas systématiquement évacués des concessions pour être jetés sur les dépôts collectifs. Par exemple, les ustensiles de cuisine usés, comme les marmites et les plats en métal percés, sont fréquemment ressoudés puis utilisés pour nourrir les animaux, ou deviennent une tassa salte, poubelle domestique, jusqu’à ce qu’il soit impossible d’y transporter les déchets hors de la maisonnée sans les recevoir sur les pieds12. Les appareils électriques, le plus souvent limités à un poste de télévision, voire un magnétoscope, une radio, parfois un ventilateur sur pied ou un réfrigérateur et, plus largement, tous les gros objets tels que les vélos, les motos ou encore les machines à coudre, restent toujours, lorsqu’ils sont cassés, conservés précieusement à l’intérieur des habitations, dans les pièces les plus intimes comme le salon ou la chambre à coucher, pour éviter qu’ils ne soient volés. Même hors service, ils gardent en effet de la valeur, puisqu’ils peuvent être remis en état par les multiples petits réparateurs du quartier. Ceci explique que les habitants les stockent dans un coin de l’habitation en attendant d’avoir les moyens de les faire réparer, au risque de les laisser prendre la poussière et d’encombrer l’espace pour une durée indéterminée. Ils peuvent aussi être rachetés par des bricoleurs qui se chargeront de les démantibuler pour en récupérer les bonnes pièces servant elles-mêmes à réparer d’autres objets cassés. À Garoua, divers espaces de la ville sont consacrés à la vente de ces pièces de récupération, qu’il s’agisse d’éléments de moteur et de véhicules près de l’ancien cinéma Ribadou, ou d’un véritable bric-à-brac de débris d’objets en tout genre au marché « anticrise » de Yelwa, entassés jusqu’à constituer la structure même des étals qui les proposent aux réparateurs. Enfin, en dernier recours, il est possible de vendre ses rebuts au poids pour leur matière première, comme le bois ou le fer, le premier servant ensuite de combustible tandis que le second sera fondu pour produire de nouveaux objets : « J’avais chez moi un bloc moteur et un gars est venu prendre ça avec son camion pour vendre et il m’a dit que ça se vendait 25 000 F CFA [38 €] la tonne… » (agent de la communauté urbaine de Garoua, Garoua, janvier 2011). C’est à cette source que s’approvisionnent ainsi les forgerons et bijoutiers artisanaux des deux villes.

Les vêtements

14Enfin, les vêtements font partie des objets intimes qui ne sont que rarement jetés hors des habitations, sur les dépotoirs collectifs. Tout d’abord parce que, dans une logique d’entraide et de redistribution familiale, ils sont fréquemment donnés aux proches, révélant toutefois une hiérarchisation des personnes à travers l’appréciation de la valeur d’un bien selon son degré d’usure. On donnera ainsi nécessairement ses vêtements usés « aux plus pauvres » (Penene, ménagère Fulɓe, Garoua, novembre 2010), aux « vieilles mamans » (Suzanne, ménagère Lamé, Garoua, octobre 2010), soit les vieilles femmes et plus largement les personnes âgées désargentées, ou « au village » (Aline, ménagère Laka, Garoua, septembre 2009 ; Jacqueline, ménagère Moundang, Garoua, novembre 2009 ; Dudjo, ménagère Fulɓe, Maroua, février 2011 ; Damdam, ménagère Mofu, Maroua, février 2011), autant de personnes identifiées comme peu regardantes vis-à-vis de l’état du vêtement qu’on leur offrira, à la différence des citadins, des jeunes et des personnes un peu plus argentées. Mais, surtout, il s’agira toujours de parents et jamais d’étrangers, de peur que ces derniers n’utilisent ces objets ayant été proches du corps, imbibés de ses humeurs, pour nuire à leurs anciens propriétaires par des pratiques de sorcellerie. C’est pour la même raison que les vêtements trop usés ne sont que très rarement jetés sur les dépôts de déchets situés dans l’espace public, mais plutôt brûlés, ou découpés en petits morceaux puis évacués dans les latrines de la maisonnée, afin d’éviter tout risque de récupération malveillante.

Je brûle aussi les vieux vêtements et je jette les cendres dans les latrines, parce que sinon quelqu’un peut utiliser la sueur sur le vêtement pour te faire du mal. […] Par exemple, une personne peut prendre ton caleçon sale pour faire en sorte que tu n’aies plus d’enfants, que tu n’accouches plus. On peut même t’éliminer ! (Colette, ménagère Moundang, Garoua, décembre 2009.)

  • 13 Ceci concerne notamment les sécrétions uro-génitales, surtout vis-à-vis du sexe opposé. Voir par ex (...)

15Ces pratiques sont à rapprocher de la gestion drastique des déchets corporels effectuée dans nombre de foyers africains où, à la peur d’une récupération à des fins de sorcellerie, s’ajoute la crainte, notamment en milieu musulman, d’une souillure néfaste à la pureté nécessaire à la prière, mais aussi, plus largement, à l’intégrité physique, voire à la chance, des individus13.

  • 14 Une catégorie similaire est distinguée dans les foyers sénégalais de Thiès, où les ménagères vont m (...)
  • 15 Estimation personnelle à partir des tonnages de collecte de la société Hysacam et du nombre d’habit (...)

16À l’issue de ce tri minutieux, les restes qui seront finalement évacués hors de la sphère domestique sont rassemblés dans un seau ou un plat usé, tassa ou gogong salte dissimulé dans un coin reculé de la concession, à l’abri des regards. Qualifiés de nBuuwri, littéralement « balayures14 », et constitués essentiellement de poussières et de feuilles balayées dans la cour en terre battue ou dallée, mais aussi de quelques déchets de cuisine et de repas, ces résidus sont largement biodégradables. Ils représentent à peine 400 g par jour et par personne15. S’il est donc difficile d’y trouver des objets ou des matériaux récupérables, on peut néanmoins y constater la présence, en augmentation constante, des emballages en plastique, notamment les sachets d’eau potable et, surtout, les sacs noirs et blancs, leeda, très peu conservés et réutilisés (si ce n’est comme combustible pour allumer le foyer domestique) du fait de leur abondance sur les marchés locaux et leur très mauvaise qualité (Guitard, 2012c). La diffusion massive, sur ces mêmes marchés, de produits de consommation courante de fabrication asiatique, à bas coût mais de piètre qualité, donc peu durables ni réparables, est également en train de modifier largement le contenu des poubelles domestiques des citadins de Garoua et Maroua.

LA RÉCUPÉRATION DANS L’ESPACE PUBLIC : UNE ACTIVITÉ DÉPRÉCIÉE

  • 16 Rapporté par Cherif, Garoua, mars 2009.
  • 17 Voir les différentes études de cas dans D. Corteel et S. Le Lay, 2011, A. Jeanjean, 2006 ou encore (...)

17« Vois, j’ai trouvé une chemise, elle est bien pour moi, je vais la raccommoder. La voirie [le dépotoir], c’est un endroit que Dieu a fait pour les plus démunis » : ainsi s’adresse le gardien d’une concession à un collègue d’une maison voisine, alors qu’ils sont en train de fouiller en pleine nuit dans un bac à ordures, au cœur de Garoua16. Il n’est pourtant pas anodin de noter que ce dialogue se déroule de nuit et entre deux individus au statut social et économique précaire. Dans de nombreuses villes du monde, le contact avec le déchet, a fortiori quand il permet d’assurer la subsistance de l’individu, est « mal vu » et particulièrement déprécié17. À Garoua et Maroua, alors que le dépôt quotidien des déchets de la concession sur le tas d’ordures ou la benne la plus proche est déjà vu en soi comme une activité honteuse, surtout dans les milieux islamo-peuls, le fait de ramasser des déchets dans ces mêmes espaces est marqué du sceau de la marginalité et de la déviance, voire même de la folie.

Le rôle des enfants

  • 18 Voir aussi, à propos du Ghana, S. Van der Geest, 2009.

18C’est une des raisons pour lesquelles l’évacuation comme la récupération des déchets hors de la sphère domestique sont le plus souvent attribuées aux enfants, situés au bas du système local de classification sociale. Les plus jeunes, filles comme garçons, sont chargés de sortir la tassa salte de la concession chaque matin avant de se rendre à l’école, pour la déposer sur le tas ou la benne à ordures la plus proche ou, depuis plus récemment, la donner aux éboueurs chargés de la collecte en porte-à-porte18. Mais les enfants sont aussi sans cesse accusés de ramener dans la concession des déchets issus de l’extérieur, prélevés sur leur aire de jeux préférée, à savoir le dépotoir du quartier, alors même que leurs mères s’évertuent à les évacuer de la sphère domestique : « Les enfants jouent beaucoup sur le tas, ils ramènent des choses, mais on les chasse. Beaucoup se sont blessés, avec des bouteilles ou des clous. On passe notre temps à jeter des choses, alors que les enfants les ramènent ! » (Clémentine, ménagère Moundang, et Tapita, ménagère Massa, Garoua, octobre 2009). En témoigne aussi cette séquence observée un matin sur un grand tas d’ordures au cœur du quartier Rumde Ajia, à Garoua :

8h05. Une petite fille ramasse des cailloux au pied du tas d’ordures et les jette sur des pigeons en train de picorer dessus pour les faire décoller. Puis elle monte sur le tas, prend le cadre plastique d’une télé et redescend avec en criant « Mi soodi télé ! » [« J’ai acheté une télé ! »]. Elle dépose sa trouvaille et remonte sur le tas, pour y prendre cette fois une vieille chaussure à talon rose, en criant « Mi soodi padde juulde ! » [« J’ai acheté des chaussures de fête ! »]. Boubakary lui demande à combien elle les a achetées et elle répond « Boro ! » [« 1 000 F CFA ! »]. Puis elle redescend du tas en courant et tente de passer la chaussure au pied d’un petit garçon adossé au mur de la concession en face, en lui disant qu’« il faut mesurer » [sa pointure]. Celui-ci se débat en criant : « Les chaussures de bordelle [prostituée], est-ce que je vais même porter ça ! ? » (Garoua, décembre 2010.)

  • 19 Discussion lors de la séance « Déchets et recyclage dans les sociétés sahariennes » du séminaire La (...)

19De fait, les enfants sont les plus inventifs en matière de création à partir d’objets et de matériaux récupérés : cerfs-volants en sacs plastique, drapeau camerounais à partir de quelques chutes de tissus de la couleur appropriée, petites voitures en fil de fer et en chutes de pagne, frondes avec des lanières de caoutchouc découpées dans de vieilles chambres à air, costumes de militaire en sachets de concentré de tomate, etc. (figures 2 et 3). Cette profusion de réalisations originales à l’aide de rebuts contraste avec la rareté des objets domestiques issus de matériaux récupérés, contrairement à ce qui a pu être observé dans d’autres contextes citadins africains19.

Figure 2. Déguisements d’enfants en militaires à partir de sachets de concentré de tomate.
[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2009.]

Figure 3a et b. Christian Kingue Epanya : Le petit camion de Garoua.
[Coll. « Le Caméléon vert », EDICEF, 2001 (avec l’aimable autorisation de l’auteur).]

Les enfants des rues

20La récupération comme mode de subsistance, pratiquée par les enfants des rues, ne connaît pas la même tolérance bienveillante et amusée que ces pratiques de récupération enfantines et ludiques, causes de tourment incessant pour les mères de famille, mais somme toute relativement acceptées tant qu’elles n’envahissent pas trop la sphère privée. En revanche, considérés avec mépris comme des petits voyous, la plupart du temps drogués à la « solution » (colle fondue servant normalement à réparer les chambres à air), les enfants des rues de Garoua et Maroua sont sans cesse accusés par les citadins d’éparpiller, lors de leurs collectes, les déchets hors des bennes ou des poubelles domestiques déposés le long de la route dans l’attente du passage du camion de collecte ; ils sont aussi fréquemment accusés de venir se soulager sur les lieux de dépôt d’ordures. Certains citadins, un peu plus bienveillants à leur égard, font parfois appel à eux moyennant une petite somme d’argent pour leur donner leurs déchets à évacuer hors de leur concession, ou leur faire nettoyer certains espaces du quartier envahis par les immondices. Mais le recours à ces enfants des rues pour ces tâches dégradantes, vu comme un service qui leur est concédé, est souvent tout autant porteur de mépris :

Quand Hysacam est venu, certaines personnes ont payé des gars, des petits soûlards avec toujours la solution dans la bouche, qui ne sentent plus rien et ne sont pas gênés par les déchets, pour venir nettoyer, comme ça si c’était propre, les gens n’allaient plus rejeter. (Boubakary, père de famille Fulɓe, janvier 2011.)

  • 20 S’agissant d’individus particulièrement méfiants et farouches, du fait de la précarité de leur situ (...)
  • 21 Également l’une des principales ressources, avec le chiffon, des biffins parisiens au XIXe siècle. (...)

21La plupart des récupérateurs que nous avons pu rencontrer sur les lieux de dépôt de déchets dans les espaces publics de Garoua et Maroua, étaient, de fait, des enfants ou de jeunes adolescents, des garçons en grande majorité, pas tous nécessairement drogués ni à la rue, mais comptant sur leur collecte quotidienne pour assurer leur subsistance ou participer à celle de leurs familles20 (figure 4). Leur activité de récupération s’apparente véritablement à une « économie de bouts de ficelle », puisque les fragments et débris qu’ils récupèrent sur les tas d’ordures, puis dans les bennes qui les ont remplacés, n’atteignent une certaine valeur que lorsqu’ils sont revendus en gros. Ce sont essentiellement des petits morceaux de ferraille, fils de fer, de cuivre ou d’aluminium (parfois extraits des vieux pneus après les avoir brûlés), qui seront achetés au kilo (25 F CFA) puis fondus pour réaliser des bijoux, des pièces ou des petits articles en métal, mais aussi des os. Les récupérateurs disent que ceux-ci sont appréciés de certains commerçants nigérians qui les achètent (75 à 100 F CFA le kilo) pour réaliser des « plats cassables » mais aussi, plus vraisemblablement, de la provende pour les animaux d’élevage21. Plus largement, tout ce qui a échappé au tri domestique représente une aubaine pour ces petits récupérateurs, tels que les bouteilles en plastique, les contenants en verre, le coton des matelas ou des oreillers déchirés, les tongs et sandales encore réparables, les vêtements, la nourriture, etc., que ce soit pour être revendu en gros ou au détail, ou pour leur usage personnel.

Figure 4. Enfants récupérateurs de déchets.
[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2007.]

Les « fous »

  • 22 Pour une analyse approfondie de la relation entre lieux de dépôt d’ordures et folie, voir E. Guitar (...)

22Cependant, même si les citadins accusent ces enfants subsistant sur les lieux de dépôt de déchets d’être sans domicile et drogués, voire d’être de petits délinquants, ils reconnaissent encore une certaine normalité à leur activité de récupération, sort de ceux qui ont mal tourné, faute d’encadrement parental et d’autres solutions pour survivre. Mais il n’en est pas de même des adultes qui fréquentent trop assidûment les tas et bennes à ordures, notamment pour s’y adonner à la collecte des déchets. Ceux-ci sont systématiquement qualifiés de yinnaaɓe, « fous » ou, du moins, soupçonnés de certaines déviances et déficiences mentales, depuis les pré-collecteurs de déchets dans les quartiers et les récupérateurs sur les lieux de dépôt, en passant par l’ethnologue et ses assistants réalisant des transects sur le tas d’ordures, jusqu’à certains individus sans domicile, souvent hirsutes et débraillés, se nourrissant sur les dépotoirs et ayant, de fait, un comportement inhabituel (parlant seuls par exemple22).

23Un vieux marabout observant un jeune récupérateur de déchets en train de fouiller une benne s’exclame ainsi :

Regarde-moi cet homme jeune et musclé, on ne peut l’appeler un homme normal ni un fou, il est seulement bizarre, au lieu d’aller travailler le champ, il perd son temps à récupérer les bouts de métal dont le prix ne vaut même pas celui des travaux champêtres. (Rapporté par Cherif, Garoua, mars 2010.)

24Au-delà du caractère peu rentable et dégradant de pareille activité, qui peut faire passer celui qui la pratique pour un peu « dérangé », l’idée est également fortement répandue chez les citadins des deux villes que la fréquentation trop assidue des lieux de dépôts d’ordures est le signe d’une possession par un ginnaaji, « génie », entité invisible et versatile qui apprécie particulièrement les endroits sales (comme les latrines) et les accumulations de déchets. Ces « génies » n’hésitent pas à posséder quiconque se rendrait en ces lieux sans prendre les précautions nécessaires – à savoir se « blinder » par divers moyens maraboutiques et prononcer quelques versets tant pour en appeler à la protection divine que pour prévenir les « génies » de l’intrusion dans leur espace de vie. Celui qui passe son temps à traîner sur les tas ou dans les bennes à ordures ne peut être alors que ramené au lieu de prédilection du ginnawol qui le possède et qui le pousse parfois même à réaliser de véritables collections d’objets déchus (tantôt des thermos, tantôt des stylos bics, tantôt de vieux journaux, etc.). Quant aux ménagères chargées le plus souvent, après leurs enfants, de l’évacuation des déchets sur le dépotoir le plus proche, elles prennent bien soin d’éviter de s’y rendre aux heures de grande activité des « génies », à savoir à midi, à 18 heures et durant la nuit, mais aussi de prononcer les formules adéquates avant de déverser leurs ordures, de peur d’être frappées de paralysie ou de folie par l’une de ces entités dérangées dans sa « maison », le tas ou la benne à ordures.

  • 23 Ceci allant de pair avec le soulagement de ne plus être soumis aux effets néfastes, d’un point de v (...)

25À ce titre, l’installation d’une société de collecte privée en 2008 dans les villes du Nord du Cameroun, le remplacement de la plupart des grands tas d’ordures qui s’étaient développés au fil des ans dans tout l’espace urbain par des bennes, puis par un service de collecte en porte-à-porte par camion et, enfin, la création d’une grande décharge municipale dans chaque ville ont été vécus comme un grand soulagement par les habitants de Garoua et de Maroua23. Pour autant, le nouveau dispositif technique public de gestion n’a pas remis en cause les anciennes représentations des accumulations d’ordures comme résidences des « génies » :

Pour l’instant il n’y a rien, mais les djinns sont malins, ils attendent de voir où on va emmener leurs voiries. Peut-être qu’ils vont suivre à la décharge de Gaschiga, ce sera le camp de réfugiés des djinns. Mais ils ne seront plus avec les humains, ils vont vivre là-bas regroupés ensemble. (Jeune homme Kanuri, Garoua, novembre 2008.)

26Ce nouveau système de gestion des déchets est en revanche en train de faire largement évoluer les perceptions et les pratiques de la récupération des déchets dans l’espace public, à la fois en les favorisant et en en instaurant un encadrement plus strict, comme aboutissement d’un processus plus large de reprise en main de la gestion collective des déchets à Garoua et Maroua par les pouvoirs publics.

DES POLITIQUES DE GESTION DES DÉCHETS LIMITANT LA RÉCUPÉRATION DANS L’ESPACE PUBLIC

Lorsque les déchets étaient emblèmes de la richesse

  • 24 Voir E. Guitard, 2012a ou, pour un phénomène équivalent au Burkina Faso, Y. Deverin-Kouanda, 1993 e (...)

27En dépit de l’existence ancienne des grandes villes du Nord et de l’Extrême-Nord du Cameroun, ce n’est que depuis relativement récemment que la gestion des déchets dans l’espace public urbain y est perçue comme une affaire collective, du ressort des autorités. En effet, en milieu rural et aux origines des deux villes, fondées au début du XIXe siècle par des conquérants peuls sur des sites occupés par des chefferies tchadiques et adamawa, chaque famille avait pour pratique de disposer ses déchets en grand tas devant ou derrière sa concession, et de l’étendre régulièrement sur les jardins et les champs environnant pour fumer le sol. Dans certains systèmes politiques locaux, tels que les grandes chefferies zumaya ou guiziga Bui Marva de la plaine du Diamaré, installées sur le site de la future Maroua entre les XVIe et XIXe siècles, les chefs faisaient même entreposer leurs déchets, mais aussi ceux de leurs notables et de leurs sujets, en un grand tas d’ordures devant leur concession. Il s’agissait d’exprimer ainsi leurs richesses en biens, mais aussi « en hommes », alliés, vassaux et sujets, l’ancienneté de la chefferie sur ce sol et, enfin, de domestiquer différentes « forces » occultes qui se dégageaient de ces accumulations de déchets, notamment des esprits des lieux venus y élire domicile. Dans ce cas bien particulier, le grand tas d’ordures du chef était régulièrement « retravaillé » pour qu’il soit le plus imposant possible et, de ce fait, jamais utilisé comme engrais pour les champs. Ainsi, dans ce contexte, l’accumulation d’ordures était bien plus pensée comme un emblème de la richesse matérielle de la chefferie, mais aussi de son ancienneté et de sa puissance, plutôt que comme une source de matières récupérables et revalorisables24.

L’Islam, l’éthique peule et l’occultation des déchets

28Malgré la prise du pouvoir dans la région de conquérants peuls et musulmans à la fin du XVIIIe siècle, ces pratiques concomitantes d’enrichissement des champs à partir des déchets organiques du foyer, mais aussi de mise en scène des dépotoirs des « grands » comme symboles ostentatoires de richesse et de puissance perdurent à Garoua et Maroua, au XIXe siècle, alors que le tissu urbain est encore assez lâche et que les cultures sont relativement proches des habitations. Cependant, rapidement, l’introduction d’un nouveau modèle de savoir-vivre urbain associant une éthique musulmane stricte de la propreté au code de conduite peul, pulaaku (De Bruijn, Breedveld, 1996), qui astreint chacun à la retenue et à la pudeur dans l’expression de ses besoins naturels, rend l’exposition des déchets problématique. Toutefois, les citadins composent pendant un temps avec ces deux conceptions contradictoires de l’ordure, notamment avec les notabilités locales qui pratiquent encore la création de grands dépotoirs devant leur concession, sans pour autant désormais l’assumer ouvertement :

Autrefois ceux qui étaient riches, c’était ceux qui avaient au moins dix moutons, dix chèvres, dix bœufs, ou deux chevaux. Le matin, leurs esclaves ramassaient les excréments et faisaient un jiddere [tas d’ordures] avec devant la concession. Alors quand on voyait ça, on ne disait rien, mais on savait que le gars était riche. (Notable du laamiiɗo de Maroua, mars 2011.)

29Pour autant, les élites islamo-peules imposent rapidement un modèle de gestion des déchets radicalement opposé, à savoir la dissimulation dans une fosse au sein des vastes concessions, non seulement parce qu’il est malséant de « voir ce que le chef mange » (chef de quartier et notable du laamiiɗo de Garoua, décembre 2010), mais aussi parce que l’on craint que certains de ses effets soient récupérés et utilisés dans des manipulations de sorcellerie afin de nuire à son pouvoir. Les déchets de la maisonnée peuvent encore être valorisés dans l’enrichissement des cultures, mais tout cela se fait désormais par les esclaves des grandes familles ou dans le secret des concessions :

Même les Fulɓe pouvaient utiliser les nBuuwri [déchets domestiques] pour le koonal [engrais], mais plutôt quand c’est la cendre, et tout ça ils le faisaient seulement entre eux. Les grands pouvaient envoyer leurs esclaves. Sinon en public ce n’était pas possible. C’est aussi pour ça que les gens gardaient chez eux, pour cultiver dans les concessions, et aussi parce qu’ils ne voulaient pas qu’on voit ce qu’ils consommaient. (Chef de quartier et notable de Garoua, décembre 2010.)

30Dans ce contexte d’occultation des déchets au sein des habitations et alors que les deux villes ne possèdent pas de grandes industries, hormis de nombreux ateliers d’artisans, la récupération des déchets dans les espaces collectifs n’a pas encore de raison d’être.

  • 25 Autorité politique suprême peule, littéralement « commandeur des croyants », laamiiɗo juulɓe, voir (...)

31Cependant, avec l’accroissement de la population et la densification du bâti dans les deux villes au tournant du XXe siècle, seules les grandes familles islamo-peules des premiers quartiers, érigés autour du Palais du laamiiɗo25, gardent assez d’espace dans leurs vastes concessions pour se permettre d’y conserver leurs déchets. La grande majorité des citadins sont, au contraire, contraints de les évacuer hors de chez eux, dans les espaces collectivement partagés, la croissance urbaine ayant aussi éloigné les champs du centre-ville. Certains chefs de quartier, sous l’autorité du laamiiɗo, imposent alors à leurs sujets de déposer leurs ordures en tas devant leurs chefferies, non plus afin d’exprimer le nombre important d’hommes sous leur commandement, mais plutôt de pouvoir contrôler leurs modes d’évacuation dans l’espace public. Ainsi, même si les déchets domestiques sont désormais évacués dans des dépotoirs collectifs, le contrôle strict qu’exercent sur ces dépotoirs les autorités islamo-peules rend encore difficile toute possibilité de récupération.

L’administration coloniale française et les « voiries des Blancs »

  • 26 Contrairement à ce qui a pu être observé dans nombre de capitales coloniales africaines. Voir O. Go (...)

32À partir du XXe siècle, la reprise en main des deux villes comme chefs-lieux de province par l’administration coloniale allemande, puis française en 1918, changera peu le schéma institutionnel de gestion des déchets, laissée largement aux mains des autorités « traditionnelles » jusqu’à l’indépendance du Cameroun, en 196026. En revanche, l’installation, entre les années 1950 et la fin des années 1970, de quelques familles européennes d’administrateurs, commerçants et industriels, favorise le développement de plusieurs grands dépotoirs, qui sont vite identifiés par les enfants de la ville comme de véritables mines d’or. Deux hommes, âgés aujourd’hui d’une quarantaine d’années, se remémorent ainsi leurs propres trouvailles dans les « voiries » des quartiers « blancs » de Garoua :

  • Quand nous étions petits, nous allions à la voirie de Nassarao, et vers celle du Plateau aussi, pour y trouver des choses pour jouer. Avant il y avait beaucoup de Blancs dans ces quartiers.

  • Nous aussi, et un jour nous avions trouvé un couteau à pain vers les Affaires sociales, près d’une résidence de Blancs, on s’est bagarré entre nous pour l’avoir, finalement c’est moi qui l’ai eu et je crois qu’il est toujours chez moi ! [Rires]

  • Moi, j’avais trouvé un jour un appareil photo Polaroid à la voirie au Plateau, je ne connaissais pas la valeur, alors un grand m’a donné 5 000 F CFA pour ça, ça marchait encore ! (Boubakary, Guidar et Abdulkarim, Guiziga, Garoua, décembre 2010.)

33On peut sans doute lire dans ces témoignages la naissance des premières pratiques de récupération sur les lieux de dépôt de déchets situés dans l’espace public. On notera aussi que, de l’engrais au Polaroid, en passant par le couteau à pain, la composition des tas d’ordures de Garoua et Maroua traduit l’évolution des modes de consommation citadins, même si ces objets, venus d’Occident, ne restent alors encore accessibles qu’à une minorité fortunée.

La déliquescence du service municipal de collecte et la « poubellisation » de Garoua et Maroua

  • 27 Voir A.-S. Zoa, 1995, J. Bouju et F. Ouattara, 2002, E. Dorier-Apprill et C. de Miras, 2002, G. Blu (...)

34Cependant, la crise économique qui frappe durement le Cameroun au début des années 1980 signe la fermeture de nombre de commerces et d’industries dans les villes du Septentrion et, avec elle, le départ de la plupart des entrepreneurs blancs de Garoua et Maroua. La manne des grands dépotoirs semble alors se tarir, dans un contexte de précarité généralisée où chacun, on l’a vu, récupère chez soi le moindre rebut ou résidu encore utilisable. Paradoxalement, ce phénomène se produit à une époque où, encore sous l’effet de la crise mais aussi d’une gestion politique défectueuse des villes, le service de collecte des déchets assuré depuis l’indépendance par les municipalités se dégrade, surtout à Garoua, et ce jusqu’à laisser les déchets des citadins envahir les rues. De nombreux grands tas d’ordures poussent partout tels des « champignons », sur les axes de circulation, les carrefours, devant les commerces, les bars, les restaurants, les lieux de culte, près des écoles et des hôpitaux, etc., où ils peuvent rester parfois plusieurs mois, voire des années, sans être ramassés par les services de collecte municipaux. Ces derniers semblent être véritablement « dépassés » et démunis face à ce phénomène de « poubellisation », d’ailleurs commun à partir de cette période à bien d’autres villes du continent27. C’est dans ce contexte d’invasion des espaces publics par les immondices que se multiplient les récupérateurs, sillonnant les dépotoirs de Garoua et Maroua à la recherche d’objets et de matériaux à réutiliser ou à revendre.

  • 28 http://cetege.over-blog.com/article-4862228.html (consulté le 21 octobre 2014).

35À la fin des années 1990 et au début des années 2000, quelques initiatives sont aussi tentées par les pouvoirs publics locaux, comme la collecte des déchets organiques par des charrettes tirées par des ânes afin de réaliser du compost, dans le cadre d’un projet de formation et d’insertion de jeunes sans emploi de la communauté urbaine de Garoua. Les centres techniques de la Mission baptiste européenne et l’Union des églises baptistes du Cameroun proposent aussi, parmi leurs projets de formation et de réinsertion des jeunes exclus du système scolaire, une activité de collecte et de transformation des leeda (sacs plastique), en divers articles (tuiles, pavés autobloquants, embouts de pied de chaise, etc.28). Ces différents projets périclitent pourtant rapidement, faute de financements ou de débouchés pour leurs productions recyclées.

Le déploiement de Hysacam : bennes à ordures et décharges municipales

  • 29 Hygiène et salubrité du Cameroun, créée en 1969 à Douala : http://www.hysacam-proprete.com/index.ph (...)
  • 30 La société Hysacam a signé en 2008 un contrat de cinq ans, renouvelable, avec l’État camerounais. C (...)
  • 31 Un contrat à durée indéterminée, une couverture sociale, un salaire régulier d’environ 68 000 F CFA (...)

36En août 2008, enfin, alors que les citadins se désespèrent de voir leurs villes débarrassées des tas d’immondices qui les encombrent et qui font peser sur les populations le péril constant du paludisme, des maladies gastro-intestinales ou, encore, d’une épidémie de choléra, une société de collecte camerounaise, Hysacam29, est mandatée par le gouvernement pour venir reprendre la gestion des déchets dans les villes du Nord en contrat avec les municipalités30. Par les nouveaux dispositifs techniques de collecte qu’elle met en place, cette société va bouleverser les modes de gestion locaux – individuels comme institutionnels – des déchets, mais aussi les pratiques de récupération. Hysacam entreprend d’abord de recruter localement un grand contingent d’employés (environ 500 dans chaque ville), depuis le personnel administratif jusqu’aux ripeurs, en passant par les conducteurs des camions (figure 5). Dans un bassin d’emploi particulièrement sinistré, où beaucoup de jeunes diplômés se retrouvent sans travail, les conditions de recrutement très favorables qu’offre la société de collecte31 suscite un nombre très important de candidatures (4 500 demandes pour 80 postes à Garoua dès les premières semaines), en dépit de la dureté du travail et de son caractère déprécié. L’installation de cette société de collecte dans les villes du Nord du Cameroun contribue, de fait, à largement revaloriser le travail de l’ordure : munis d’un équipement flambant neuf, habillés d’orange vif et circulant dans des camions Ville de Paris rutilants, les éboueurs de Hysacam sont véritablement perçus par les citadins comme les restaurateurs de l’ordre et de la beauté de leurs villes et sont effectivement souvent soutenus dans leur travail sur la voie publique par des encouragements, des petites sommes d’argent, de l’alimentation, de l’eau ou, encore, par les acclamations des enfants accueillant le camion de collecte : « Les enfants, ce sont nos amis, ils crient toujours : “Hysacam, Hysacam !” » (Mohammadou, chauffeur de Hysacam, Garoua, novembre 2011).

Figure 5. Collecte en porte-à-porte de Hysacam.
[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2009.]

37Seules certaines populations, notamment les élites citadines peules de Garoua et de Maroua, considèrent encore le travail au contact des déchets comme une activité infamante et sont, de ce fait, peu représentées au sein du personnel de la société :

Mais pour les Fulɓe c’est autre chose, c’est cemtuɗum [honteux], comme être porteur au marché, pousser un pousse ou être domestique. Moi quand je dis que je suis de Fulbere [quartier peul], derrière le lamidat [Palais du laamiiɗo], et que je travaille à Hysacam, les gens ne me croient pas. Et certains du quartier me disent que si je travaille avec les ordures, je suis une ordure aussi. Même, si je ne devais pas me débrouiller, j’aurais fait un autre travail. […] Un Fulɓe, il préférera mendier plutôt que de travailler avec les déchets. (Mohammadou, chauffeur de Hysacam, Garoua, novembre 2011.)

38Parallèlement à ce recrutement massif pour assurer la collecte des déchets à Garoua et Maroua, la société Hysacam entreprend aussi, dès son arrivée, d’enlever les différents dépotoirs disséminés dans l’espace urbain. Elle remplace d’abord la plupart d’entre eux par des bacs à ordures et rapatrie les grands volumes de déchets collectés vers une nouvelle décharge municipale, créée en périphérie de chaque ville. Si la concentration des déchets dans les bacs semble faciliter, voire accroître, les pratiques individuelles de récupération dans l’espace public, celles-ci sont pourtant largement combattues par Hysacam, qui y voit une atteinte à la qualité de ses prestations. Les récupérateurs sont accusés de disperser les déchets hors des bacs durant leur fouille et certains d’entre eux, qualifiés à nouveau de « fous », de dégrader les équipements :

Parce que la plupart des clients de nos bacs sont des malades mentaux, qui sillonnent, qui déversent, qui renversent. À Douala, on a maille à partir avec eux, ils mettent le feu dans nos bacs, parce que pour eux c’est un jeu, ils sont en train d’expérimenter des choses… (Chef d’agence de Hysacam, Garoua, novembre 2008.)

39De fait, certains vont même jusqu’à se mettre en danger, au contact des nouveaux équipements introduits par la société de collecte, pour atteindre « les déchets que leur folie leur dicte de prendre » (Cherif, Garoua, novembre 2008), comme le rapporte un jeune citadin, témoin d’un tel accident à Garoua :

Un fou avait vu les agents Hysacam jeter un téléviseur dans le camion BOM [benne ordures ménagères], alors il a décidé de récupérer l’appareil dans la benne. Deux des agents l’ont empêché, mais malgré leur interdiction, le fou est parvenu à rentrer dans la benne, il a utilisé la force alors que le camion était en train de broyer les ordures. Au final, le fou s’est retrouvé avec un pied broyé, il poussait des cris de souffrance, il a été tiré de là par les agents Hysacam et la population, notamment les gens du quartier. L’homme, âgé d’environ 60 ans, avait un pied fracturé et de graves blessures. (Rapporté par Cherif, Garoua, avril 2010.)

40Dans un premier temps, la société de collecte adopte la même attitude de défiance vis-à-vis des quelques récupérateurs qui apparaissent dans les nouvelles décharges municipales, attirés par la concentration des objets déchus et des rebuts de toute la ville. À Garoua, le premier chef d’agence de Hysacam refuse d’abord catégoriquement de les laisser accéder au site, notamment lorsqu’il s’agit d’enfants, de peur de les voir ramener les déchets en ville, de la même façon que les mères craignent de voir leurs concessions salies par les ordures ramenées de l’extérieur par leur progéniture :

Là, c’est même pas un tri, c’est une perte de temps. On veut des personnes qui peuvent transformer ce qu’on appelle des déchets en matières premières. Mais il faudrait que ce soit bien clair : s’ils veulent des bouteilles, ils collectent des bouteilles, s’ils veulent de la ferraille, ils collectent de la ferraille, s’ils veulent du plastique, ils collectent du plastique et ceux qui veulent du compost, qu’ils prennent les autres types de déchets, comme ce qui vient du marché. Mais dire qu’il faut venir récupérer, tout va se retrouver en ville. Si les enfants viennent récupérer, on va devoir refaire le même travail. On a transporté pour aller sur le site de Gaschiga, on va se retrouver encore en ville parce que les enfants sont venus ! (Chef d’agence de Hysacam, Garoua, novembre 2008.)

41Mais dans un second temps, devant l’affluence des populations à l’assaut de la décharge, et arguant du fait que « comme sur toutes les décharges du monde, on aura des récupérateurs, même si on met des portes et quatre murs », le second directeur d’agence de Garoua propose plutôt de « sécuriser les récupérateurs, par exemple en leur faisant des vaccins anti-tétanos » (décembre 2010) Une solution qui ne semble pas convenir au délégué régional du ministère de l’Environnement, interrogé par un bureau d’étude sur les activités de Hysacam à Garoua dans le cadre d’un audit environnemental :

Pour la décharge, il y a la sécurisation du site, chacun va où il veut dans cette décharge, quand on va pour un contrôle on trouve un petit enfant qui fouille. Il y a des gardiens c’est vrai, un ou deux postés, mais on ne sait pas si ce n’est pas plus le gardien du container ou du matériel. Donc les gens rentrent fouiller et personne ne leur dit rien, ce n’est pas bien. Ce n’est pas tout le monde qui lit, mais il faut mettre des panneaux d’interdiction. Et puis les accès sont ouverts de tous côtés […]. Parce qu’on connaît que ce qui est déchet pour moi est ressource pour lui. On a vu aussi des mamans avec l’enfant au dos venir collecter, l’enfant pleure et la mère prend le sein main nue ! (Garoua, décembre 2010.)

42Ce sont donc deux modèles institutionnels de la prise en compte des activités de récupération sur les lieux de dépôt collectifs des déchets qui s’opposent : l’interdiction ou l’accompagnement. Ainsi, le déploiement récent du nouveau dispositif de collecte et de gestion des déchets par Hysacam à Garoua et à Maroua a ceci de particulier que, tout en favorisant le développement de la récupération hors de la sphère domestique, il en instaure aussi un contrôle beaucoup plus serré par les pouvoirs publics. Dans les faits, ce sont surtout les employés de Hysacam eux-mêmes qui en tirent le meilleur parti, en se réservant les objets et les matériaux récupérables, notamment les contenants en verre et en plastique, dès la collecte des bacs puis le dépôt sur la décharge. On peut ainsi assister à ce genre de scène cocasse sur la décharge de Garoua :

9 heures : Arrivée à la décharge pour vider la benne du camion. À l’entrée du site, près du container, les gardiens et des éboueurs sont en train de déballer un ballot de sous-vêtements neufs. Nous voyant arriver, ils brandissent des caleçons et des soutiens-gorge en riant pour les montrer à Théophile, leur chef. Le camion arrivé à leur niveau, ils nous disent avoir trouvé ça dans une benne en ville. (Garoua, décembre 2009.)

43À Yaoundé, ces pratiques de récupération des éboueurs durant leur temps de travail, même si interdites, alimentent un véritable marché au rond-point Nlongkcak, mais aussi sur la route menant à la décharge. Il est difficile, en revanche, de savoir si pareil commerce du déchu et du rebut se développera également à Garoua et Maroua, alimenté autant par des récupérateurs informels que par les agents de la société de collecte, en complément de leur activité salariée.

CONCLUSION

  • 32 Idéologie de la modernité, particulièrement mobilisée dans la gestion des déchets, à l’œuvre dans d (...)
  • 33 Qui n’est pas sans rappeler, bien loin de la modernité revendiquée, le système de collecte des déch (...)

44Dans le courant de l’année 2009, la société Hysacam entreprend finalement d’enlever la plupart des bacs qu’elle avait disposé à l’emplacement des anciens dépotoirs, pour les remplacer par un système de collecte en porte-à-porte, présenté comme l’apanage des villes « modernes32 ». Dès 6 heures du matin, des camions sillonnent les quartiers selon des itinéraires prédéfinis, en klaxonnant régulièrement pour avertir les citadins de leur approche. Ceux-ci doivent alors sortir leur poubelle domestique pour la donner en main propre aux éboueurs de Hysacam, qui la déversent dans la benne du camion, puis leur rendent le récipient. Outre le caractère contraignant, voire coercitif, du dispositif pour les usagers33, celui-ci a aussi la particularité de dématérialiser complètement les espaces de dépôt collectif : les déchets sortis de la concession sont directement emportés par les camions vers les décharges municipales. Cette disparition des dépotoirs, puis des bacs à ordures, ne peut qu’entraver la collecte des récupérateurs qui n’ont plus accès aux déchets issus de la sphère domestique, hormis lorsque les tassa salte des ménages sont déposées le long de la route avant le passage du camion. Par ailleurs, ils voient remis en cause leur accès aux sites des décharges municipales.

45Avec l’aboutissement de la mainmise de la société de collecte et, en amont, des pouvoirs publics, sur les déchets des citadins, l’heure des grands réseaux informels de récupération de déchets, avec ses multiples acteurs, tels qu’on les rencontre dans nombre de capitales africaines, ne semble pas encore venue à Garoua et Maroua. Leur développement dépend notamment des choix faits à l’avenir en la matière par les pouvoirs publics.

46Les projets associatifs ou institutionnels de revalorisation des déchets organiques en compost ou de recyclage des sacs en plastique ont, quant à eux, tous périclité à ce jour, tandis que la réalisation des propositions de Hysacam en matière de compostage et de captage de biogaz sur leurs sites de décharge se fait attendre. Seuls les citadins continuent donc patiemment, au sein de leurs concessions, à trier, récupérer, mettre de côté, réutiliser, revendre les multiples résidus de leurs activités quotidiennes et les rebuts de leur culture matérielle domestique (figure 6).

Figure 6. Schéma de circulation des déchets à Garoua et Maroua.
Schéma É. Guitard, repris par Fl. Troin • CITERES 2014

  • 34 Réponse d’un chauffeur d’un camion de Hysacam à l’endroit d’un jeune homme s’étant exclamé, m’ayant (...)

47La récupération comme activité de subsistance dans l’espace public à Garoua et Maroua reste certes dépréciée, et l’adhésion des pouvoirs publics comme des populations locales au registre hygiéniste de la perception et de la gestion des déchets en fait d’abord une nuisance à éliminer. Mais, quoi qu’il en soit, tous gardent à l’esprit que finalement tout cela, « c’est pas le déchet, c’est le diamant !34 »

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Appaduraï Arjun (dir.), 1986, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Barles Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 297 p.

Blundo Giorgio, 2009, « Des ordures et des hommes : la gouvernance de l’assainissement à Dogondoutchi », dans Olivier de Sardan J.-P., Tidjani Alou M. (dir.), Les pouvoirs locaux au Niger, t. 1, Paris, Codesria/Karthala, p. 113-150.

Bouju Jacky, Ouattara Fatoumata, 2002, Une anthropologie politique de la fange : conceptions culturelles, pratiques sociales et enjeux institutionnels de la propreté urbaine (Burkina Faso), Programme « Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain », PS/Eau, PDM, 17 p.

Corteel Delphine, Le Lay Stéphane (dir.), 2011, Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 331 p.

De Bruijn Mirjam, Breedveld Anneke, 1996, « L’image des Fulbe. Analyse critique de la construction du concept de pulaaku », Cahiers d’études africaines, vol. 36, no 144, p. 791-821.

Deverin-Kouanda Yveline, 1993, « De la fertilité rurale à la nuisance urbaine : les difficiles variations culturelles du tampuure (tas d’ordures) en pays Mossi (région d’Ouagadougou, Burkina Faso) », Géographie et cultures, no 6, p. 121-134.

Dorier-Apprill Élisabeth, Miras Claude de, 2002, Gestion des déchets urbains et aide à la décision municipale : municipalité de Mopti (Mali) et circonscription urbaine de Porto Novo (Bénin), Programme « Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain », PS/Eau, PDM, 46 p.

Douny Laurence, 2007, « The Materiality of Domestic Waste: The Recycled Cosmology of the Dogon of Mali », Journal of Material Culture, vol. 12, no 3, p. 309-331.

Enten François, 2003, « L’hygiène et les pratiques populaires de propreté. Le cas de la collecte des déchets à Thiès (Sénégal) », dans Bonnet D., Jaffré Y. (dir.), Les maladies de passage : transmissions, préventions et hygiènes en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, p. 375-402.

Florin Bénédicte, 2011, « Résister, s’adapter ou disparaître : la corporation des chiffonniers du Caire en question », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 69-91.

Fourchard Laurent, 2001, De la ville coloniale à la cour africaine : espaces, pouvoirs et sociétés à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso (Haute-Volta), fin XIXe siècle-1960, Paris, L’Harmattan.

Goerg Odile, 1997, Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, vol. 2, Paris, L’Harmattan.

Gosselain Olivier, Zeebroek Decroly Renaud, Decroly Jean-Michel, 2009, « Les tribulations d’une casserole chinoise au Niger », Techniques & cultures, vol. 5, no 1, p. 18-49.

Guitard Émilie, 2012a « Le chef et le tas d’ordures : la gestion des déchets comme arène politique et attribut du pouvoir au Cameroun », Politique africaine, no 127 (3), p. 155-177.

Guitard Émilie, 2012b, « Le fou, le génie, et le tas d’ordures : la passion des déchets comme marqueur de la déviance mentale dans une ville moyenne africaine (Garoua, Nord-Cameroun) », dans Rothmaler E., Tourneux H., Tchokothe R. (éd.), Man and Health in the Lake Chad Basin. L’homme et la santé dans le bassin du lac Tchad, Bayreuth, Rüdiger Köppe Verlag, p. 91-108.

Guitard Émilie, 2012c, « Le tas d’ordures renferme une grande connaissance, un grand savoir : connaissances et pratiques de gestion des déchets en milieu urbain africain (Garoua et Maroua, Cameroun) », Actes du 1er congrès de l’AFEA, (consulté le 21 octobre 2014).

Guitard Émilie, à paraître, « Le leeda (sac plastique), à Garoua, Nord-Cameroun : un “déchet propre” ? », Actes du 1er colloque international de l’AHEA, ENS Yaoundé (soumis).

Harpet Cyril, Lelin Brigitte, 2001, Vivre sur la décharge d’Antananarivo : regards anthropologiques, Paris, L’Harmattan.

Hilgers Mathieu, 2012, « Contribution à une anthropologie des villes secondaires », Cahiers d’études africaines, vol. 1, no 205, p. 29-55.

Jeanjean Agnès, 2006, Basses œuvres, une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, CTHS, coll. « Le regard de l’ethnologue », 279 p.

Kopytoff Igor, 1986, « The Cultural Biography of Things: Commoditization as Process », dans Appaduraï A. (dir.), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, p. 64-91.

Liberski-Bagnoud Danouta, 2002, Les dieux du territoire : penser autrement la généalogie, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

Mérino Matthieu, 2010, Déchets et pouvoir dans les villes africaines, l’action publique de gestion des déchets à Nairobi de 1964 à 2002, Pessac, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Poloni Arlette, 1990, « Sociologie et hygiène. Des pratiques de propreté dans les secteurs périphériques d’Ouagadougou », dans Fassin D., Jaffré Y. (dir.), Sociétés, développement et santé, Paris, Ellipses/Aupelf-UREF, p. 273-287.

Romainville Michel, 2009, « Les routes africaines de l’aluminium », Techniques & cultures, vol. 51, no 1, p. 74-97.

Seignobos Christian, Iyebi-Mandjek Olivier, 2004, Atlas de la province de l’Extrême-Nord du Cameroun, Paris, IRD Éditions.

Seignobos Christian, Tourneux Henry, 2002, Le Nord-Cameroun à travers ses mots : dictionnaire des termes anciens et modernes, Paris, Karthala/IRD Éditions.

Valentin Manuel, 2010, « Bouteilles et sachets en plastique. Pratiques et impacts des modes de consommation d’eau à boire au Sénégal », Autrepart, vol. 55, no 3, p. 57-70.

Van der Geest Sjaak, 2002, « The Night-Soil Collector: Bucket Latrines in Ghana », Postcolonial Studies, vol. 5, no 2, p. 197-206.

Van der Geest Sjaak, 2009, « Children and Dirt in Kwahu, Ghana: A Social-Anthropological Perspective », dans Kutalek R., Prinz A. (ed.), Essays in Medical Anthropology. The Austrian Ethnomedical Society after Thirty Years, Wiener Ethnomedizinische Reihe, vol. 6, Wien, Muenster, LIT Verlag, p. 179-190.

Zoa Anne-Sidonie, 1995, Les ordures à Yaoundé : urbanisation, environnement et politique au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 http://www.dusensautrement.com/projets/plastic-bags-st-lazare/(consulté le 21 octobre 2014).

2 Dossier de presse exposition « Africa Remix », Centre Pompidou, 25 mai au 8 août 2005, p. 10, http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-AfricaRemix/ENS-AfricaRemix.htm (consulté le 21 octobre 2014).

3 Voir, par exemple, à Yaoundé, le CIPRE (Centre international de promotion de la récupération) : http://base.afrique-gouvernance.net/fr/corpus_dph/fiche-dph-281.html (consulté le 10 novembre 2014) ; ou encore les injonctions au développement de la récupération comme activité professionnelle du conseil économique et social des Nations Unies, 2009 : http://www.uneca.org/publications/africa-review-report-waste-management-executivesummary (consulté le 10 novembre 2014).

4 Pour une présentation plus détaillée des communautés de récupérateurs en Afrique, voir C. Harpet et B. Lelin, 2001 ou A. Epelboin (2001) : Leçon d’humanité : les récupérateurs d’ordures de Mbebess, Sénégal (56 mn).

5 Voir par exemple M. Mérino, 2010, p. 111-120 ou B. Florin, 2011.

6 Pour Maroua, voir par exemple C. Seignobos et O. Iyebi-Mandjek, 2004, p. 152.

7 Sur le modèle du transect botanique, j’ai entrepris, avec l’aide d’un collègue camerounais, de tendre un mètre ruban en travers du tas d’ordures, de définir dans son axe un couloir d’un mètre de large et, enfin, de noter tous les 50 cm quels étaient les déchets visibles dans l’espace ainsi délimité.

8 Voir F. Enten, 2003, p. 385-388 ou, en milieu rural, L. Douny, 2007.

9 Ensemble de bâtiments clôturé d’un mur d’enceinte, abritant une famille étendue, parfois des locataires.

10 Pratique que l’on rencontre également au Sénégal. Voir F. Enten, 2003, p. 387.

11 Guérisseurs soignants selon des méthodes dites « traditionnelles ».

12 Ce recours fréquent à des récipients hors d’usage pour sortir les déchets de la concession n’a pas manqué de poser problème lorsque, courant 2009, la société Hysacam a imposé un système de collecte en porte-à-porte des déchets domestiques dans les deux villes : tandis que les éboueurs se plaignaient de se retrouver couverts de détritus du fait de poubelles trop largement percées ou cédant sous le poids de leur contenu, nombre de citadins les accusèrent, en retour, de jeter leurs poubelles dans le camion benne avec les déchets qu’elles contenaient. De fait, quelques agents de Hysacam reconnaissent l’avoir fait à certaines reprises, mais dans une visée « éducative », afin d’apprendre aux citadins à utiliser des récipients plus résistants pour évacuer leurs ordures.

13 Ceci concerne notamment les sécrétions uro-génitales, surtout vis-à-vis du sexe opposé. Voir par exemple A. Poloni, 1990, p. 276-277 ou encore E. Guitard, 2012b, p. 5-6.

14 Une catégorie similaire est distinguée dans les foyers sénégalais de Thiès, où les ménagères vont même jusqu’à tamiser ces balayures pour en extraire le sable et le gravier et les rejeter sur le sol de la cour. Voir F. Enten, 2003, p. 386.

15 Estimation personnelle à partir des tonnages de collecte de la société Hysacam et du nombre d’habitants dans chaque ville, sujette à caution du fait du manque de chiffres précis sur le nombre exact d’habitants.

16 Rapporté par Cherif, Garoua, mars 2009.

17 Voir les différentes études de cas dans D. Corteel et S. Le Lay, 2011, A. Jeanjean, 2006 ou encore S. Van der Geest, 2002.

18 Voir aussi, à propos du Ghana, S. Van der Geest, 2009.

19 Discussion lors de la séance « Déchets et recyclage dans les sociétés sahariennes » du séminaire La deuxième vie des objets, animé par E. Anstett et N. Ortar à l’EHESS à Paris le 9 février 2012 (duo.hypotheses.org/319).

20 S’agissant d’individus particulièrement méfiants et farouches, du fait de la précarité de leur situation mais aussi du regard fortement dépréciateur qui est porté sur leur activité, il nous a été très difficile de pouvoir échanger avec eux. Des recherches plus approfondies restent à mener sur ce type particulier de récupérateurs de déchets en milieu urbain africain.

21 Également l’une des principales ressources, avec le chiffon, des biffins parisiens au XIXe siècle. Voir S. Barles, 2005, p. 34-52.

22 Pour une analyse approfondie de la relation entre lieux de dépôt d’ordures et folie, voir E. Guitard, 2012b.

23 Ceci allant de pair avec le soulagement de ne plus être soumis aux effets néfastes, d’un point de vue sanitaire cette fois, des accumulations de déchets dans les espaces publics, avec celui de pouvoir à nouveau circuler facilement en ville, et enfin de lui voir retrouver « meilleure figure ».

24 Voir E. Guitard, 2012a ou, pour un phénomène équivalent au Burkina Faso, Y. Deverin-Kouanda, 1993 et D. Liberski-Bagnoud, 2002, p. 203-206.

25 Autorité politique suprême peule, littéralement « commandeur des croyants », laamiiɗo juulɓe, voir C. Seignobos et H. Tourneux, 2002, p. 166.

26 Contrairement à ce qui a pu être observé dans nombre de capitales coloniales africaines. Voir O. Goerg, 1997 ou L. Fourchard, 2001, p. 67-70.

27 Voir A.-S. Zoa, 1995, J. Bouju et F. Ouattara, 2002, E. Dorier-Apprill et C. de Miras, 2002, G. Blundo, 2009 ou encore M. Mérino, 2010.

28 http://cetege.over-blog.com/article-4862228.html (consulté le 21 octobre 2014).

29 Hygiène et salubrité du Cameroun, créée en 1969 à Douala : http://www.hysacam-proprete.com/index.php (consulté le 21 octobre 2014).

30 La société Hysacam a signé en 2008 un contrat de cinq ans, renouvelable, avec l’État camerounais. Celui-ci finance son intervention dans la ville de Garoua à hauteur de 95 % et de 80 % dans celle de Maroua. Les parts restantes sont assurées par les communautés urbaines, qui ont aussi signé un cahier des charges avec la société privée. Le service est en revanche gratuit pour ses usagers.

31 Un contrat à durée indéterminée, une couverture sociale, un salaire régulier d’environ 68 000 F CFA pour les ripeurs à119 000 F CFA pour les chauffeurs, à raison de 170 heures de travail par mois.

32 Idéologie de la modernité, particulièrement mobilisée dans la gestion des déchets, à l’œuvre dans de nombreuses autres villes des Suds, avec toutefois des résultats très divergents. Ainsi, au Caire, la « modernisation » du service de collecte s’est traduite à l’inverse par l’abandon du porte-à-porte, remplacé par des bennes collectives (Florin, 2012, 74).

33 Qui n’est pas sans rappeler, bien loin de la modernité revendiquée, le système de collecte des déchets imposé à Paris à la fin du XIXe siècle par le fameux préfet Eugène Poubelle (Barles, 2005, 166-170).

34 Réponse d’un chauffeur d’un camion de Hysacam à l’endroit d’un jeune homme s’étant exclamé, m’ayant vue assise dans la cabine du camion : « Voilà les Blancs qui prennent les déchets avec Hysacam pour faire de l’argent ! » (Garoua, novembre 2009)

Table des illustrations

Légende Figure 1. Atelier de forgerons dans le quartier Kollere.[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2006.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 2. Déguisements d’enfants en militaires à partir de sachets de concentré de tomate.[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2009.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 3a et b. Christian Kingue Epanya : Le petit camion de Garoua.[Coll. « Le Caméléon vert », EDICEF, 2001 (avec l’aimable autorisation de l’auteur).]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 4. Enfants récupérateurs de déchets.[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2007.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Figure 5. Collecte en porte-à-porte de Hysacam.[Cliché : E. Guitard, Garoua, 2009.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Figure 6. Schéma de circulation des déchets à Garoua et Maroua.Schéma É. Guitard, repris par Fl. Troin • CITERES 2014
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7300/img-6.png
Fichier image/png, 708k

Auteur

Doctorante allocataire en anthropologie à l’université Paris X Nanterre, accueillie par le LESC (UMR 7186) et associée à l’IRD et au CEMAF (UMR 8171). Spécialisée dans les rapports des sociétés urbaines d’Afrique subsaharienne à leur environnement, elle travaille depuis 2007 dans deux villes moyennes du Cameroun, Garoua et Maroua, sur les représentations et les modes de traitement des déchets, à la croisée de l’anthropologie politique et des études sur la culture matérielle. Une ethnographie des pratiques de gestion des déchets et des discours des populations et des autorités locales en la matière lui permet d’aborder son objet de recherche sous ses multiples facettes, depuis ses aspects sanitaires jusqu’à ses implications matérielles et environnementales, mais aussi religieuses et politiques. Depuis 2007, elle enseigne également au sein du département d’anthropologie de Paris X Nanterre, d’abord comme monitrice, puis comme vacataire et aujourd’hui comme ATER.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search