Version classiqueVersion mobile

Sociétés urbaines et déchets

 | 
Claudia Cirelli
, 
Bénédicte Florin

Introduction. Vivre des déchets

Claudia Cirelli et Bénédicte Florin

Texte intégral

LES ENJEUX DE LA VALORISATION

  • 1 Les cartoneros sont les récupérateurs de Buenos Aires ; les catadores, recicladores, pepenadores t (...)

1Aujourd’hui, la question des déchets urbains se pose avec acuité dans un contexte général de croissances urbaine et démographique, mais aussi en raison de l’évolution rapide des modes de production et de consommation qui génèrent davantage de restes. Dans des situations de pauvreté ou d’accentuation des inégalités, de plus en plus d’individus récupèrent des déchets qui deviennent des ressources indispensables à leur survie. En effet, dans de nombreuses villes latino-américaines, africaines ou asiatiques, et ce depuis longtemps, les chiffonniers, cartoneros, catadores, recicladores, pepenadores, scavengers, streetpickers ou wastepickers1 fouillent les dépotoirs ou les poubelles à la recherche de matières qu’ils peuvent revendre ou recycler. Ces pratiques de récupération, de tri, de réutilisation et de recyclage contribuent au traitement d’une partie des déchets urbains : elles fournissent parfois un réel service aux citadins, mais assurent également des emplois et revenus à des populations se situant aux marges du marché du travail et, souvent, aux marges de la société. D’autres, percevant les bénéfices qui peuvent être tirés des rebuts, deviennent de véritables « entrepreneurs » des déchets via le recyclage et le commerce.

2Cependant, les activités de récupération et recyclage ne sont pas l’apanage des travailleurs des pays en développement et, dans les pays industrialisés, elles constituent également des sources de revenu comme en témoignent les vols d’aluminium ou de papier dans les bacs de tri qui semblent être assez communs aux États-Unis (Medina, 2007). En France, le vol de cuivre, en particulier celui des câbles qui alimentent le réseau ferré, est régulièrement évoqué dans les médias : les cours élevés de ces métaux expliquent la rentabilité de ce type de récupération.

  • 2 On pense bien sûr ici au film d’A. Varda, Les glaneurs et la glaneuse (2000), mais aussi au freega (...)
  • 3 Le terme biffin vient de « biffe », tissu rayé, biffé, puis devient l’appellation argotique de la (...)

3Plus généralement, dans les pays à hauts revenus, les glaneurs2, biffins, binners3 et autres récupérateurs requalifient les déchets, même si ces expériences n’ont été prises en compte que relativement récemment par les pouvoirs publics. En France, l’essor et la multiplication des structures de récupération, de réemploi, de recyclage – comme Emmaüs, pionnière dans le domaine du chiffonnage, ressourceries, entreprises de l’économie sociale et solidaire – témoignent d’un engouement pour le « vintage », mais, pour une clientèle paupérisée, ce sont aussi des lieux d’approvisionnement d’objets de seconde main qui, pour bon nombre, échappent ainsi à la poubelle. Ces structures réintègrent des objets ou des matières en bout de course dans des transactions économiques afin de réinsérer socialement des personnes exclues du marché du travail. Enfin, à un autre niveau encore, le rôle croissant joué par les entreprises privées, notamment les sociétés transnationales qui ont capté une grande partie du marché des déchets, témoigne des intérêts entrecroisés liés à la valorisation de ces rebuts. Pour les autorités urbaines, ces activités de récupération, légales ou illégales, peuvent entrer directement en concurrence avec leurs actions de collecte sélective et de recyclage et constituer un manque à gagner sur leurs recettes de vente des matériaux.

  • 4 La matière première secondaire désigne un matériau issu du recyclage des déchets et pouvant être u (...)

4Si, par le passé, la récupération et le recyclage étaient l’apanage de populations marginales à la recherche de ressources pour assurer leurs revenus, le potentiel économique du déchet, longtemps sous-estimé ou négligé, est ainsi devenu aujourd’hui un enjeu crucial pour de nombreux acteurs privés et publics (Bertolini, 1990, 2005). Ce potentiel est encore renforcé par le contexte mondial de raréfaction des ressources énergétiques et minérales, mais également par la demande croissante en matières premières secondaires4. Dans ce contexte général, le domaine de la gestion des déchets a profondément évolué : au cours des dernières décennies, les politiques publiques sont ainsi passées d’une obligation d’évacuation à une logique de valorisation (recyclage des matières, production d’énergie, etc.). Dans le même ordre d’idées, un principe de réduction a été adopté et mis en œuvre par les gouvernements. Son application prévoit, d’une part, une diminution de leur production et, d’autre part, une diminution du volume à traiter dans les exutoires (décharges, incinérateurs, etc.). En amont et en aval de la chaîne de prise en charge du déchet, la valorisation des matières via la collecte sélective et la récupération s’est imposée comme une troisième dimension de ces politiques. Celle-ci se présente comme un objectif, mais également comme une nouvelle valeur et un cadre d’action pour les politiques des déchets.

5Plus précisément, dans les pays occidentaux, ce secteur s’est profondément transformé à partir des années 1980. En effet, les préoccupations pour la protection de l’environnement ont inscrit les déchets sur l’agenda politique et se sont traduites par de nouveaux modes de gestion favorisant, entre autres choses, le tri et le recyclage. Dans ce contexte, les déchets, jusque-là éloignés de l’espace domestique, éliminés loin de la vue de leur détenteur et destinés à l’abandon car sans valeur, sont devenus l’objet d’opérations et de pratiques visant leur requalification. Grâce à la sélection et à la récupération de certains de leurs composants – qui peuvent alors se substituer partiellement ou totalement à une matière première vierge et devenir ainsi une matière première secondaire –, les déchets se transmutent en ressource et en produit. Ils acquièrent ainsi une valeur économique, alors qu’auparavant cette dernière était exclusivement liée à la phase d’élimination et à ses coûts. Une partie de ces opérations de sélection et récupération se réalise maintenant dans la sphère privée, impliquant l’habitant, devenu producteur-trieur. Cette proximité nouvelle avec le déchet influe aussi sur son statut et sur les représentations qu’il suscite. Ce processus d’internalisation des déchets (Barbier, 1996) implique donc des responsabilités inédites pour les usagers, des innovations technologiques pour la collecte sélective, le tri et le traitement des déchets, ainsi qu’une réorganisation et une nouvelle conception de ce service urbain. À cela s’ajoute une redéfinition des métiers associés. En bref, une reconfiguration profonde et une « innovation totale » (Barbier, Laredo, 1997) qui impliquent le passage d’une approche très centrée sur les aspects techniques et de management à une autre tenant compte des dimensions sociales de la gestion des déchets, tels que les comportements des usagers (Furedy, 1994).

6Ces changements qui concernent le secteur des déchets des sociétés urbaines occidentales depuis trois décennies ont également eu des implications sur l’organisation de ce service dans les autres villes du monde.

  • 5 Cette dénomination, objet de débats et utilisée ici par défaut, est réductrice de l’hétérogénéité (...)
  • 6 Nous sommes bien conscientes que le terme « informel » est sujet à débat : « On s’est mis à appele (...)

7En effet, dans le cadre des réformes des services urbains dans les pays dits du « Sud5 », encouragées par les organismes et bailleurs internationaux, ce modèle occidental, idéalement fondé sur des critères d’excellence environnementale, nécessite aussi des équipements toujours plus sophistiqués, des savoir-faire spécialisés et des investissements importants. Il est exporté par les grandes firmes, convoquées par des administrations urbaines ne pouvant faire face aux nouveaux défis dans des métropoles où le service des déchets est peu structuré. La croissance urbaine souvent forte, les ressources financières et techniques faibles, le manque de solvabilité des citadins pour payer le service et les infrastructures défectueuses et insuffisantes expliquent en grande partie les failles, irrégularités et inégalités du service. Cependant, ces tentatives de transposition du modèle occidental se sont heurtées à des dispositifs locaux préexistants et fortement ancrés. Leur remplacement n’a pas été dépourvu de conséquences politiques et sociales, notamment pour les acteurs du secteur dit informel6.

8De nombreux travaux ont montré la complexité des relations entre ces modèles et les dynamiques propres à chaque situation (Jaglin, Zérah, 2010) : en effet, ces dernières ne peuvent ni être pensées uniquement à l’aune de l’imposition de modèles exogènes, ni être le seul résultat de processus locaux.

9 Sociétés urbaines et déchets propose d’analyser ces mutations à partir d’approches pluridisciplinaires et internationales, avec l’ambition de saisir dans toute leur complexité les recompositions et les tensions à l’œuvre dans le domaine de la gestion des déchets dans les villes contemporaines. Ainsi, les situations présentées dans cet ouvrage illustrent différents modes de relations entre des dispositifs de prise en charge des déchets qui se sont construits en dehors des actions des pouvoirs publics et des systèmes institutionnels qui sont en mutation.

10Il s’agit donc ici de penser les services urbains des déchets comme un système résultant de l’articulation entre, d’une part, les savoirs et procédés techniques, d’autre part, les jeux d’acteurs et, enfin, les modes de régulation et logiques territoriales qui les sous-tendent. Ces systèmes se présentent comme des champs d’interactions entre acteurs aux visions, perceptions et intérêts souvent opposés, aux compétences techniques différenciées mais, surtout, dotés d’un poids politique et institutionnel inégal.

  • 7 Par service conventionnel ou institutionnel, nous entendons ici un système de gestion des déchets (...)

11Les acteurs non intégrés aux dispositifs institutionnels jouent un rôle indispensable dans le cycle de traitement et d’élimination des déchets. Pour autant, ils sont fréquemment exclus des processus décisionnels et des restructurations liés aux réformes des services publics qui bouleversent l’organisation préexistante. Parfois, néanmoins, leur mobilisation peut produire leur enrôlement dans les services conventionnels7, produisant alors des systèmes « composites » (Llorente, Zerah, 1998 ; Jaglin, 2005 ; Jaglin, Zerah, 2010) ou « alternatifs » (Coutard, 2010) dont la littérature scientifique fait de plus en plus état.

  • 8 La notion de « continuum socio-techniques » a été utilisée par Sylvy Jaglin dans le cadre du résea (...)

12Alors que l’opposition des termes « formel » et « informel » a longtemps dominé le débat dans ce domaine, nous nous proposons d’interroger sa valeur heuristique : en effet, ce qui apparaît, à la lecture des situations examinées dans les pages qui suivent, relève souvent d’un continuum de prise en charge des déchets qui relativise cette dichotomie8.

13Cet ouvrage témoigne d’alliances et d’un métissage des pratiques et modes de gestion qui brouillent les frontières entre ces secteurs habituellement distincts. Il montre encore que les stratégies des acteurs peuvent se répondre et se compléter – ce qui ne nie pas, loin de là, les oppositions, les concurrences et les points de rupture. L’on pourrait même ajouter que, plus l’intérêt des acteurs se porte sur le déchet devenu ressource, plus les enjeux autour de cette matière première secondaire sont grands et plus le continuum est observable : preuve en est l’essor de nouveaux intermédiaires, acheteurs et vendeurs de déchets qui constituent l’entre-deux des secteurs formel et informel. Les contributions de Sociétés urbaines et déchets montrent bien ainsi que les pratiques de récupération et de valorisation mises en œuvre par des acteurs dits informels oscillent entre marginalisation et reconnaissance de la part des acteurs dits formels (politiques, institutions et administrations, entreprises).

  • 9 La définition de la valorisation se limite en général à la transformation des déchets ainsi qu’en (...)

14La notion de « valorisation des déchets », récurrente dans les pages qui suivent, présente l’avantage d’associer deux dimensions. D’une part, la mise en valeur du déchet, qui en passant du statut de « déchet-rebut » à celui de « déchet-ressource » remplace d’autres matières premières, jusqu’à devenir parfois un « déchet-produit » et, effectivement, les processus de transformation et de requalification peuvent en faire un produit normé, doté d’une valeur marchande et donc commercialisable. D’autre part, la notion englobe également la mise en valeur des activités et pratiques des acteurs liés à la récupération et au recyclage. Ceci implique une évolution des représentations professionnelles des acteurs du secteur, dont l’objet de travail et sa valeur viennent occuper une place nouvelle dans la société9.

15Cette approche nous permet de saisir en même temps les dimensions économiques et politiques de ces processus (filières, outils de la gestion territoriale, injonctions environnementales, objectifs de réduction, réutilisation et recyclage, etc.), mais également l’évolution sociale et culturelle des perceptions associées au déchet et aux pratiques de consommation et d’élimination.

  • 10 Dans le domaine des déchets, les réformes ont pris la forme d’une participation d’entreprises priv (...)

16En dépit de l’exemplarité de chaque système de gestion et des spécificités propres à chaque pays, et parfois à chaque ville, les cas étudiés témoignent des tendances à une relative homogénéisation du modèle de service proposé : les PPP (partenariats public-privé) et la participation de multinationales – parfois les mêmes d’un cas à l’autre –, les « bonnes pratiques » mises en œuvre sous l’injonction des bailleurs de fonds, la mise en place de filières de collecte sélective et de traitement contrôlées, les tentatives d’intégration ou d’exclusion du secteur informel s’effectuent dans un cadre de réformes des services urbains diffusées et appliquées à l’échelle planétaire10. Or, comme le note D. Darbon, « […] au nom de ces principes indiscutables de bonne gestion, de bonne gouvernance, d’efficacité et d’amélioration des services rendus, les organismes de coopération internationale en arrivent à imposer non seulement de meilleures pratiques et des principes de bonne gouvernance, mais également des choix politiques et des options techniques formatés pour les sociétés et les marchés du Nord et le plus souvent totalement déphasés avec les moyens et les besoins des États et des sociétés pauvres d’Afrique » (2008, 99).

17Ceci dit, les exemples présentés ici soulignent également les résistances locales à cette uniformisation des modèles de gestion et les ajustements ou arrangements entre acteurs qui peuvent en découler : l’imposition des modèles n’est jamais totalement univoque et l’on s’aperçoit que, dans certains cas, l’adaptation des PPP aux réalités locales permet de repenser des politiques de gestion imposées « par le haut » – l’évolution des consignes de la Banque mondiale vers la prise en compte du secteur informel en témoigne. Toutefois, si ces changements s’inscrivent dans un processus d’actualisation et d’homogénéisation du secteur en termes techniques et normatifs selon les nouveaux impératifs environnementaux en matière de déchets, certains aspects renvoient également à des événements et des processus très locaux. En découlent des reconfigurations spatiales et des recompositions d’intérêts révélateurs de dynamiques urbaines plus larges. Celles-ci témoignent de la division sociale de l’espace, des inégalités territoriales qui se déploient à l’échelle de la métropole et de processus de marginalisation dont les récupérateurs sont un exemple éloquent.

LA FIGURE DU RÉCUPÉRATEUR, PRATIQUES ET TERRITOIRES

18 Sociétés urbaines et déchets, par la mise en perspective de 16 études de terrain localisées dans 17 villes du monde, propose une réflexion sur les différentes modalités de prise en charge des déchets dans des sociétés urbaines, en apparence très éloignées les unes des autres en raison de la diversité de leurs acteurs, de leurs politiques et modes de gestion. Cependant, plusieurs lectures transversales relient les situations présentées et les inscrivent dans des débats plus vastes, présentés ci-dessous.

Le récupérateur et sa matière

19Les contributeurs de Sociétés urbaines et déchets ont porté particulièrement leur attention sur les pratiques professionnelles, individuelles mais parfois collectives ou associatives, de ceux qui ont directement « à faire avec » les déchets, à savoir ceux qui les collectent et les récupèrent. À ce titre, le récupérateur est l’une des figures transversales qui parcourt cet ouvrage, indissociable des déchets qu’il fouille, manipule, trie, transporte, transforme ou vend.

20Les travaux fondateurs d’anthropologues et d’ethnologues tels que M. Douglas (1966) ou plus récents (Zonabend, 1999 ; Jeanjean, 2006) ont montré combien l’objet déchet est lié au sale, à l’impur, à la souillure, à l’innommable, voire à la mort. J.-C. Beaune, philosophe, définit le déchet comme « […] un fait social total, mais aussi technique, scientifique, anthropologique, corporel et moral, métaphysique et finalement matériel » (1998, 10). C. Harpet dans son magistral travail de « philosophie des immondices » décrypte l’étymologie du mot déchet – « ce qui est jeté en bas » – et ses deux disqualifications conjointes : la perte – i.e. un manque, une diminution, une dévaluation, une décomposition – et déchoir – i.e. la chute, la déchéance – (2010, 49-50). F. Dagognet, dans Des détritus, des déchets, de l’abject. Une philosophie écologique (1997) propose, quant à lui, une liste, presque interminable, de qualificatifs du déchet, énumérés ici par J. Amphoux qui établit un parallèle entre la « chose-déchet » et « l’homme-laissé-de-côté » :

Délaissé, abandonné, vil, abimé, délabré, déchiqueté, altéré, négligé, émietté, vieilli, effiloché, dépenaillé, guenilleux, taché, cassé, brisé, délité, déchu, maculé, pulvérisé, démoli, déconstruit, détraqué, déprécié, dévalué, jeté, repoussé, repoussant, déclassé, avili, disqualifié, estropié, relégué, éliminé, banni, innommable, fragmenté, irrégulier, informe, amorphe, inerte, indigent, pauvre, minime, anonyme, fade, misérable, petit, insignifiant, banal, fragile, minable, inférieur, incomplet, sale, usé, vétuste, délétère, vulnérable, fatigué, incomplet, sans emploi, ruiné, corrompu, fangeux, fermenté, souillé, nauséabond, sans oublier gras, huileux, visqueux, gluant, dégoûtant. Abject. (Amphoux, 1998, 113.)

  • 11 On pense ici aux œuvres, hors normes, de l’art brut dont beaucoup ont été réalisées par des pensio (...)

21Pour autant, F. Dagognet fait l’« éloge du déchet » : qu’il s’agisse de son utilisation dans l’art contemporain11 ou mutadis mutandis de ce que la technique du recyclage opère, il s’agit bien de rendre à la vie ce qui semblait promis à une agonie définitive (1999, 208).

22L’acte de récupérer, de réemployer, de recycler le déchet est ainsi marqué par un paradoxe : certes, il s’agit de le sauver de la disparition par le réemploi et le recyclage, mais, tout aussitôt, le déchet corrompt celui qui le touche. La sociologie du travail et la sociologie clinique, notamment l’analyse de D. Lhuilier et Y. Cochin (1999), rendent bien compte de la superposition entre l’objet déchet et les « déchets sociaux ». Cette superposition de sens est particulièrement efficace en termes de représentations identitaires : « Le déchet est d’abord une place, un rang : celui du bas, de l’inférieur […]. Ceux qui campent sur ce reste-là s’exposent au même procès d’exclusion que celui qui vise la chose déchue. » (Lhuilier, 2005, 78-80) Le travail avec le déchet est alors réservé aux parias, aux intouchables, aux basses castes. Dans l’Égypte du XIVe siècle, les chiffonniers appartenaient au groupe des corporations exécrables et impies, celui des prostituées, vagabonds, mendiants et voleurs (Assaad, 1988, 186). En Inde, les scavengers exercent une activité très dégradante (Furedy, 1984) : ils sont qualifiés de « Harijans ou enfants de Dieu », appartiennent à la caste des intouchables et, même si ce dernier terme tend à devenir un peu obsolète dans l’Inde d’aujourd’hui, tout contact avec le déchet reste très stigmatisant (Philippot, 2006).

23Les activités des récupérateurs, se déclinant dans l’espace public où ils circulent, posent très tôt, pour les pouvoirs publics et les citadins, la question de la visibilité de leur misère et de leur dangerosité potentielle, ainsi que l’ont montré les travaux des historiens. Dès lors que le déchet contamine – parfois littéralement – celui qui le manipule (Lhuillier, 2005), il n’est pas très surprenant que, au début du XXe siècle, les biffins de la Zone, aient été accusés de propager à plusieurs reprises « la peste des chiffonniers » dans les beaux quartiers de Paris (Silguy, 1996, 73) ou encore la tuberculose, conduisant les autorités publiques à mettre fin au chiffonnage par mesure hygiéniste (Barles, 2005, 212). Perçu comme appartenant à la « classe malpropre » et donc à la « classe dangereuse » (Faure, 1977), le chiffonnier est, par nature, l’ennemi de la police, des pouvoirs publics et des hygiénistes : il s’agit bien de débarrasser l’espace public de sa puanteur, mais aussi de ses mauvaises odeurs sociales (Corbin, 1982). Il devient alors plus que nécessaire de littéralement « mettre au propre » les espaces publics pour une société qui attache une importance croissante à l’hygiène corporelle et où la misère, sale, est coupable du délit de transgression (Vigarello, 1985).

24Cette historicité des représentations du chiffonnier et du stigmate qu’il véhicule – et qu’il a souvent lui-même intériorisé – reste toujours peu ou prou efficiente ainsi qu’on le découvre à la lecture des contributions de cet ouvrage. Souvent les toponymies de leurs quartiers d’habitation et de travail, mais davantage encore l’étymologie des termes qui les désignent, disent tout de suite « à qui » on a affaire : chiffonnier, gadouilleur, éboueur se comprennent aisément en français et l’on peut y ajouter le bouâra casablancais – terme dérivé d’éboueur – ou encore le lumpensammler allemand, littéralement le récupérateur de chiffons, qui évoque forcément le lumpenprolétariat, le prolétariat en haillons, sans oublier le zabbal du monde arabe dont le nom dérive de zoubâla, le fumier, ou le basuriego colombien (de basura, ordure). Dans le sens commun, ces dénominations participent pleinement de la figure du récupérateur et de l’identité professionnelle des individus, des groupes et communautés qui travaillent avec et vivent du déchet.

  • 12 La notion de « sale boulot » – dirty work – est proposée par le sociologue américain E.-C. Hugues (...)
  • 13 En 1992, dans la ville de Baranquilla, en Colombie, la presse locale signala l’information selon l (...)

25Le stigmate lié au « sale boulot » (Hugues, 196212) explique aussi leurs habitus professionnels relevant de la discrétion, parfois d’une quasi invisibilité et très souvent de la défiance – notamment à l’endroit des autorités publiques. Et cela non sans raisons : dans de nombreux pays, les activités de chiffonnage, considérées illégales, sont sanctionnées par la loi. Les attitudes hostiles vis-à-vis des récupérateurs peuvent aller jusqu’à la répression et la violence13. Pour mener leurs activités, ces « travailleurs des déchets », présents physiquement dans l’espace public, en sont symboliquement effacés : ils « œuvrent à la frontière entre ordre et désordre, entre pur et impur […], une frontière invisible, mouvante, toujours à rétablir » (Corteel, Le Lay, 2011, 26).

26L’activité de ramassage et de récupération des déchets semble donc être marquée par un paradoxe qui la rend répugnante et profitable en même temps. À toutes les époques, le rapport au déchet paraît soumis à cette double dimension de l’éloignement et de la proximité. Tout se passe comme si la société, tout en voulant s’en libérer, ne pouvait pas renoncer totalement à ses rebuts, dotés d’un fort pouvoir symbolique. Ceci fait écho à la figure de « l’homme sans déjections », proposée par G. Bertolini qui s’interroge sur une société sans déchets qui y perdrait son identité (2011, 122). Pour sortir de ce dilemme, la société chargerait donc des acteurs spécifiques d’opérer la médiation entre ce qui est « sale » et « impur » et ce qui ne l’est pas. De ce fait, les récupérateurs et tous ceux qui ont affaire aux déchets réalisent, par leurs activités, la transmutation du rebut, assimilé au risque et au désordre, en une ressource, dotée d’une valeur positive. Cela permettrait ainsi à la société, par l’entremise de ce processus de requalification, de rétablir l’ordre menacé par la pollution dont le déchet est porteur (Cirelli, 2006, 2011).

  • 14 Nous faisons notamment ici référence aux communications du colloque international Le métier d’ébou (...)

27Les contributions de Sociétés urbaines et déchets montrent que les « travailleurs des déchets » résistent aux catégories stigmatisantes énoncées ci-dessus. Certes, ils ne les annulent pas, mais ils tentent de s’en arranger, de les contourner, de les réduire. Ces façons de faire ou de dire font écho à d’autres travaux14 sur les éboueurs ou récupérateurs mettant en exergue les arguments que ceux-ci utilisent pour contrer ou atténuer les risques liés à leur métier : aussi, les éboueurs font-ils preuve de leur force, de leur rapidité et de leur virilité au travail et les chiffonniers déclarent-ils qu’ils sont « immunisés » contre les maladies. De plus, dans le nouveau contexte de valorisation du déchet, leurs activités – qui, parfois, n’ont pourtant pas fondamentalement changé – acquièrent une valeur inédite et, dès lors, leur rôle d’opérateurs du nettoiement et de la propreté de la ville, voire la dimension écologique de leur travail, constitue un registre supplémentaire, en particulier instrumentalisé lorsque leurs activités sont menacées (Cirelli, 2006, 2011 ; Florin, 2011).

Les pratiques de récupération : entre marginalité et inclusion

Le récupérateur : une figure à la marge

  • 15 Ces romans ont parfois une base réelle qui les apparentent à du documentaire. De façon non exhaust (...)

28Les travaux en sciences sociales sur les déchets sont moins nombreux et plus récents que ceux traitant de l’eau comme le signalent H. Subrémon et B. de Gouvello (2012) dans une livraison de la revue Flux sur la gestion des déchets au Sud. Ceci dit, depuis quelques années et si l’on en juge par le nombre d’articles, de thèses, de films ou de romans produits15, on observe une forme d’engouement pour cette thématique. Parmi les différents domaines d’intérêt de ces travaux, les acteurs et leurs activités de récupération occupent une place importante, souvent inscrite dans les réflexions plus larges sur la marginalité, associant le déchet au déclassement social et à la pauvreté. À ce titre, les recherches qui, à partir des années 1970, s’intéressent aux récupérateurs et à leurs conditions de travail sont à replacer dans les débats de l’époque sur l’économie informelle et ses relations avec le secteur formel (Hart, 1973 ; ILO, 1979 ; Davies, 1979).

  • 16 Pour l’Antiquité et les périodes antérieures à l’époque contemporaine, voir l’excellente reconstru (...)
  • 17 La description qu’en fait l’auteure est saisissante : « Ils peuvent être comparés à des bandes de (...)

29Comme le remarque M. Medina (2007), les premiers travaux, qui traitent de la question de la récupération des déchets comme une activité économique permettant la survie de nombreux individus dans les villes contemporaines16, s’insèrent dans la droite lignée des débats autour de la théorie de la marginalité des années 1970 et, tout particulièrement, des études sur les populations marginales, produit des processus d’urbanisation exceptionnelle des métropoles d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Au cœur de ces travaux se trouve un questionnement : « Dans ces contextes urbains, comment les pauvres survivent-ils ? » Pour certains des auteurs, ces récupérateurs représenteraient même le dernier symbole de la pauvreté urbaine (Furedy, 1984). Ces travaux précurseurs portent en effet sur les conditions de vie de ces populations marginales qui, parmi différentes stratégies de survie, ont recours au ramassage et à la récupération des déchets dans les rues et sur les décharges urbaines. Ces récupérateurs, au Japon (Taira, 1969), aux Philippines (Keyes, 1974), en Égypte (Kingsley, El-Hakim, 1979), en Inde (Mukherjee, Singh, 1981 ; Furedy, 1984), au Mexique (Lomnitz, 1975 ; Price, 1978 ; Castillo, 1983), cherchent leur gagne-pain comme « des bandes de chasseurs-cueilleurs dans la jungle urbaine » (Lomnitz, 197517). Cette image, évoquée par l’anthropologue mexicaine L. Lomnitz dans sa recherche sur les habitants d’un quartier populaire de la ville de Mexico, met en exergue des modalités de travail et de mode de vie que l’on retrouve dans d’autres situations décrites à travers le monde : à savoir, la dimension précaire, aléatoire et risquée de l’activité de ces récupérateurs et leur relation avec la société en marge de laquelle ils travaillent et ils vivent. Dans l’analyse de L. Lomnitz, ces « marginados urbanos » restent coupés du système formel (de travail, d’éducation, etc.) avec lequel ils n’entretiennent pas de liens (Lomnitz, 1988). Ces populations marginalisées vivent, selon l’auteure, grâce à une organisation sociale sui generis, où le manque de sécurité économique est compensé par des réseaux d’échanges réciproques de biens et services. Ces réseaux représentent, en effet, un système d’assurance coopérative informelle qui permet de faire face à la pauvreté. En outre, ils leur offrent un soutien affectif et moral face à la quasi-absence de toute autre participation organisée dans la vie de la cité ou de la nation. Les réseaux d’échanges réciproques constituent la communauté effective des populations marginales tant à Mexico que dans les bidonvilles d’Amérique latine (Lomnitz, 1975, 223). Ce concept de communauté est aussi présent chez K. Taira (1969) qui, dans son étude sur les ragpickers du quartier Ants Villa à Tokyo, décrit une communauté de travailleurs vivant dans le même espace, très organisée et liée par des relations fortes. L’auteur offre une description très fine des différents rôles professionnels dans l’activité de récupération et des liens qui existent entre les différentes phases de l’activité et leurs acteurs : les ragpickers, les chiffonniers, les ragbuyers, ceux qui achètent aux ménages ou aux entreprises leurs rebuts et dont le capital est assuré par les ragdealers, les intermédiaires qui stockent, classent et écoulent ensuite les matériaux récupérés. Les deux premières catégories d’acteurs sont très dépendantes du ragdealer qui leur fournit un abri pour un loyer symbolique dans son dépotoir. Ces différents acteurs et leurs activités constituent ce que les Japonais appellent « saisei shigen gyo » : une « industrie des ressources régénérées » ou « industrie de régénération des ressources », terminologie qui donne bien l’idée d’un processus dynamique (Taira, 1969, 164).

30Le concept de régénération est porteur ici d’une valeur positive associée à ce travail et, en quelque sorte, les ragpickers de K. Taira semblent acquérir plus de dignité vis-à-vis de leur « pauvreté » et d’une activité considérée dégradante. La dureté des conditions de travail sont au centre de l’étude de Keyes (1974) sur les récupérateurs de Manille et tout particulièrement les rapports avec les autorités locales qui tolèrent peu et mal leurs activités. C. Birkbeck (1978) fait aussi ressortir les liens que les récupérateurs de Cali, en Colombie, entretiennent avec le secteur formel, tout particulièrement avec l’industrie du papier. Pour cet auteur, il s’agit d’un système basé sur l’exploitation intensive d’une main-d’œuvre sous-payée, utilisant des techniques de travail assez rudimentaires et employant souvent des membres de la famille. Un mode de fonctionnement similaire a été décrit par C. Furedy pour Calcutta (1984). Ce qui en résulte est l’image d’un sous-prolétariat qui s’emploie dans une entreprise informelle en s’autoexploitant. Dans ce contexte, le déchet – en tant que matière récupérée – acquiert de la valeur ajoutée dans la mesure où de plus en plus de main-d’œuvre est mobilisée pour sa transformation et, enfin, devient une marchandise.

  • 18 De la même manière que les études de l’époque sur la paysannerie le faisaient pour les unités de p (...)

31Les travaux de M. Mukherjee et A.M. Singh (1981), sur l’Inde, montrent également l’articulation des récupérateurs avec le système formel qui s’approvisionne en matériaux grâce à leur travail de récupération et triage. De la même manière que L. Lomnitz, les auteurs se focalisent sur les relations de réciprocité qui organisent le travail des récupérateurs. Les recherches de D. Sicular (1992) sur les scavengers des villes indonésiennes de Bandung, Surabaya et Jakarta ainsi que la mise en perspective avec ceux de Shanghai et Mexico décrivent les décharges comme des lieux où l’on travaille autour de ressources qui pourraient s’apparenter à des biens communaux : les individus tirent profit d’une ressource qui est perçue comme appartenant à tous ceux qui l’exploitent. Il ne s’agit pas d’individus isolés, mais reliés entre eux par un système complexe de dettes et d’obligations. Le cadre d’analyse appliqué aux récupérateurs rappelle les théories sur les stratégies de reproduction basées sur l’auto-exploitation des paysans, très en vogue à la même époque18. Selon cette approche, les récupérateurs sont exploités non pas en tant que segment d’un processus de production capitaliste, mais parce qu’ils sont forcés de vendre leurs biens – les déchets triés – à des prix trop bas. Toutefois, selon D. Sicular, si cette activité de récupération est réalisée à une échelle micro, très localisée, dans des circuits courts, elle peut alors représenter une véritable source de revenus et d’amélioration des conditions de vie des récupérateurs. Ainsi S. Cointreau-Levine (1982) prône-t-elle une intégration du travail des récupérateurs dans le système de gestion des déchets « modernes » afin de préserver la participation de populations sans ressources à la gestion urbaine.

  • 19 H. Castillo fournit une définition très spécifique d’un cacique : un cacique émerge de sa propre c (...)

32Une dimension, jusqu’ici peu explorée, est proposée par H. Castillo (1983) dans ses recherches portant sur le système de récupération des déchets à Mexico mettant en évidence les logiques économiques, sociales et surtout les enjeux de pouvoir autour des ordures. L’auteur présente un système entièrement sous l’emprise de leaders locaux qui, grâce à des relations de clientélisme politique avec le pouvoir en place, contrôlent tout le cycle de la prise en charge des déchets. Il en résulte une situation où le pouvoir exercé par ces caciques sur les déchets – mais également sur les récupérateurs – est absolu19. Les caciques organisent et gèrent les différentes phases de la récupération et de la valorisation – autant sur les décharges que dans les rues – ainsi que de la revente des matériaux extraits. Les récupérateurs payent un droit d’accès pour travailler sur les décharges et vendent les produits de leur collecte aux caciques qui assurent leur protection et « un droit » de travailler vis-à-vis des autorités. H. Castillo n’hésite pas à définir ce système de « féodal » et ces leaders jouiraient même d’un droit jus primae noctis au regard de jeunes mariées appartenant à la communauté des récupérateurs. Ce système a perduré, et perdure encore en partie, grâce à des accords politiques qui ont survécu aux changements et aux transformations de l’administration urbaine. Les récents conflits autour de la fermeture de la plus grande décharge de Mexico et les reconfigurations qui ont suivi montrent les fortes imbrications – politiques mais aussi sociales et économiques – de ce dispositif au système conventionnel. À la différence des récupérateurs colombiens, brésiliens, uruguayens et argentins qui ont pu faire entendre leur voix et davantage faire valoir leurs droits dans les dernières décennies, le système mexicain reste encore aujourd’hui peu transparent et inféodé à des logiques politiques clientélistes. Enfin, cette « anthropologie de la misère » décrite par H. Castillo (1984), qui fonde son approche sur des récits de vie des récupérateurs, est parvenue à donner une voix à ces acteurs et montrer les mécanismes qui permettent leur articulation à la société urbaine.

  • 20 Alors que dans l’Inde coloniale, les scavengers recevaient une licence des autorités pour réaliser (...)

33Les recherches de C. Furedy (1984) sur Calcutta enrichissent la typologie des récupérateurs et des modes d’articulation de leurs activités au système économique urbain. Ici, la récupération ne se limite pas uniquement à l’activité des ragpickers dans la rue, mais elle se produit également dans l’espace domestique – les employées de maison prennent ce que leurs patrons jettent – par un travail de récupération en porte-à-porte réalisé auprès des particuliers, des commerces ou des établissements publics et industriels. Toujours selon C. Furedy, la mise en place de services urbains institutionnels saperait la légitimé de l’activité des récupérateurs et la ferait basculer dans l’illégalité20.

34Dans les années 1990, l’attention particulière donnée aux facteurs sociaux et environnementaux dans le domaine des déchets participe à l’avènement du « génie environnemental » dans la gestion urbaine (Barraqué, 1993). La prise en compte des comportements quotidiens associés à la production des déchets est alors essentielle afin de résoudre les problèmes de l’augmentation des volumes et des coûts. Dans ce nouveau contexte où les pratiques acquièrent du sens, le travail des récupérateurs est de plus en plus valorisé pour les bénéfices qu’il apporte à la ville. Dans cette optique, la compréhension et la reconnaissance de l’activité de récupération à l’échelle urbaine (Furedy, 1994) se frayent un chemin.

Vers l’intégration des récupérateurs ?

35Les travaux les plus récents (entre autres Medina, 1997, 2000, 2007 ; Neamatalla, 1998 ; Scheinberg, 2001 ; Li, 2002 ; Bernache, 2003 ; Wilson et al., 2006) insistent sur ces bénéfices sociaux, économiques et environnementaux des activités de ramassage et récupération informelles dans la gestion des déchets. Les nouvelles approches tendent à gommer l’opposition « formel »/« informel » : les activités de ramassage et récupération s’articuleraient aux systèmes formels plutôt que d’opérer de manière parallèle. Des exemples réussis montrent que l’intégration de ces dispositifs informels au secteur formel est possible (GTZ, 2004). Les dispositifs dit informels apparaissent alors comme hautement spécialisés dans le travail d’identification des rebuts dotés de valeur économique et totalement adaptés pour générer des produits pouvant participer aux circuits commerciaux formels. Ces systèmes de recyclage peuvent être également très efficients et participer à l’hygiène et à la salubrité urbaine. Par ailleurs, ces activités génèrent des externalités sociales positives (Moreno Sanchez et al., 2003) : une réduction des coûts de production du service des déchets, un allongement de la vie des décharges mais aussi des revenus à des populations dépourvues de ressources socio-économiques et souvent marginales. Ces aspects positifs n’empêchent pas de souligner que les revenus de la plupart des récupérateurs restent souvent médiocres en raison de la place que ceux-ci occupent dans la hiérarchie du commerce des matières collectées, notamment dans les situations où le système est contrôlé par un nombre réduit d’acheteurs. De la même manière, les groupes de populations que s’y consacrent sont soumis à des risques importants pour la santé.

36Différentes typologies des acteurs et des activités de récupération ont été répertoriées dans le monde dont D. Wilson, C. Velis et C. Cheeseman offrent un inventaire : les acheteurs itinérants qui collectent surtout en porte-à-porte ; la collecte dans la rue des poubelles et containers avant le passage du service de ramassage ; la récupération, faite par les équipages des services de collecte municipaux (très caractéristique du Mexique et de la Colombie) et, enfin, la récupération directement sur les décharges. C’est bien par leur travail de collecte, de stockage, de triage, de transformation (lavage, coupe, compactage, etc.), mais aussi par leur « intelligence du marché » (Wilson et al., 2006, 802) que les récupérateurs transmutent les déchets en matières-ressources avec une haute valeur commerciale.

37Dans un ouvrage sur la figure des récupérateurs dans le monde, M. Medina (2007, 58-59) distingue, quant à lui, quatre modalités d’activités de récupération. En fonction des matériaux collectés, les récupérateurs peuvent se consacrer à une ou plusieurs de ces activités. Il s’agit tout d’abord de la récupération pour une consommation personnelle ; cette modalité n’implique pas d’échanges monétaires et est le fait d’individus considérés comme « marginaux ». La deuxième modalité est la récupération dite industrielle, lors de laquelle les récupérateurs recherchent et collectent des matériaux pour les vendre ; cette activité est étroitement liée au secteur formel et elle n’est pas marginale. La troisième modalité de récupération est celle réalisée pour des activités artisanales lorsque les récupérateurs approvisionnent les artisans de matériaux pour la fabrication d’objets particuliers. Dans cette modalité de récupération, il y a des échanges monétaires et les récupérateurs sont associés à des activités productives ; enfin, la récupération effectuée pour un usage agricole ou d’élevage où les récupérateurs ont recours aux déchets pour alimenter des animaux – au Caire, à Mexico ou à Manille, les récupérateurs élèvent de nombreux porcs ou volailles comme en Inde – ou pour la valorisation agricole, notamment la matière organique et les eaux usées (Cirelli, 2006).

38Nous retrouvons dans les textes de Sociétés urbaines et déchets, seules ou combinées, toutes ces modalités. Par ailleurs, les activités de récupération réalisées par des associations comme Emmaüs ou Triciclo (à Turin), présentées dans cet ouvrage, peuvent constituer une modalité supplémentaire qui associe à la vente l’insertion sociale comme un objectif spécifique et essentiel. Enfin, les actions mises en place dans le cadre de projets de coopération Nord-Sud, ou Sud-Sud, associatives et/ou publiques comme celles des collectivités locales, peuvent aussi être créatrices de filières de récupération et recyclage qui ne leur préexistaient pas comme le montrent les exemples mauritanien, béninois et malgache. Dans cette configuration, le recyclage devient une activité économique formelle à part entière dotée – de surcroît – d’une vocation sociale, notamment via la création de coopératives ou micro-entreprises. Toutefois, ces mêmes exemples révèlent également les limites de ces expériences comme d’autres auteurs l’ont montré (Baron, 2007).

39En somme, ces premiers travaux se situent dans deux débats : d’un côté, la récupération est une activité marginale, relevant du secteur informel, mais destinée à disparaître lorsque le pays atteint un niveau de développement économique plus élevé (théorie de la modernisation et du développement) ; de l’autre, la récupération est une composante structurelle de l’économie capitaliste, soit parce qu’elle constitue un secteur à part entière de celle-ci, soit parce qu’elle en est une activité dépendante (approche marxiste ou de la théorie de la dépendance). Dans ce cadre théorique, le secteur informel est une source importante de possibilité de travail pour la population urbaine paupérisée (Santos, 1975 ; Raczynski, 1977).

40 In fine, l’image qui en résulte est celle d’individus qui collectent des matériaux pour des acheteurs formels (intermédiaires) qui, à leur tour, sont reliés à des vendeurs dont les affaires se développent à une échelle plus industrielle. Dans tous les cas, l’activité est considérée en lien étroit avec le secteur formel : soit parce que ce dernier est incapable d’absorber les activités informelles, soit parce qu’il s’agit d’une stratégie du secteur formel afin de réduire les coûts de production, notamment le coût des salaires (Medina, 2007).

41Quoi qu’il en soit, de nombreuses situations – nous l’avons vu pour Mexico – témoignent que les relations entre les « travailleurs des déchets » sont très hiérarchisées ; elles peuvent toutefois inclure, dans une relation de type patron-client (Wolf, 1966), protection et aide des intermédiaires ou des petits patrons envers les récupérateurs au prix de conditions de travail qui s’apparentent à de l’assujettissement. Dans le même ordre d’idée, un constat s’impose : si le système permet sans doute aux récupérateurs de survivre, il paraît également les figer dans des conditions sanitaires très fragiles.

  • 21 Ces positionnements font écho aux débats de l’époque sur l’informel et le formel. Ainsi, le Bureau (...)

42Dans les recherches les plus récentes, l’analyse des activités et des pratiques des récupérateurs est replacée dans une large réflexion sur, d’une part, les réformes du secteur des services urbains des déchets et, d’autre part, l’acceptation plus ou moins générale de l’imbrication entre services urbains conventionnels et dispositifs non conventionnels21. L’idée semble progressivement s’imposer que dans certains contextes, caractérisés par des services des déchets défaillants et par une activité informelle développée, les autorités publiques devraient prendre en compte les dispositifs existants. De nombreux auteurs prônent la reconnaissance des acteurs informels en considérant les différentes perspectives de leur intégration ; d’autres s’intéressent davantage aux processus de modernisation de la gestion, aux effets des réformes et des expériences de privatisation.

  • 22 Dès 1970, à la suite du congrès de Bâle sur l’élimination des déchets, deux structures internation (...)

43Les réflexions et les apports de cette littérature ont été repris par les organismes et bailleurs internationaux qui, à partir du milieu des années 1990, entreprennent une réflexion sur la gestion des déchets dans les pays en voie de développement : celle-ci fonde l’évolution des politiques qui incluent le principe de la prise en compte des dispositifs locaux22. Il s’agirait donc d’intégrer les activités et les pratiques des récupérateurs afin de garantir une véritable gouvernance urbaine des déchets. Un consensus semble atteint, même si localement les situations sont très diverses et l’intégration parfois plus que relative.

  • 23 Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing est un réseau international de recherche (...)

44Ce travail de « visibilisation » des récupérateurs a été renforcé depuis une vingtaine d’années par les actions des ONG et des associations de défense de leurs droits, notamment en Asie et en Amérique latine dont WIEGO23 est parmi les plus actives. Par ailleurs, les mobilisations de ces groupes de travailleurs contre les réformes du secteur – comme, par exemple, le MTE (Mouvement des travailleurs exclus) créé par 2 000 cartoneros argentins – les ont projetés sur le devant de la scène et contribuent, lentement certes, à faire évoluer la figure du récupérateur dans les représentations collectives.

L’articulation des systèmes et ses limites

45Jusqu’à une époque récente, la prise en charge des déchets se limitait à des opérations de nettoyage de la voirie, de ramassage des ordures entreposées dans la rue ou de collecte par des dispositifs informels ; les ordures étaient ensuite déposées dans des décharges plus ou moins légales, quand elles n’étaient pas tout simplement abandonnées dans la nature à la sortie de la ville. Dans les années 1990, l’adhésion de nombreux pays aux injonctions environnementales internationales a impliqué un changement des modes de gestion et des investissements plus importants en termes d’infrastructures et de technologie. Dans de nombreuses villes des pays du Sud, on observe alors que la collecte, le transport et la disposition de déchets solides municipaux ont été transférés à des acteurs privés nationaux et internationaux, soit en raison des politiques libérales prônées par les réformes des années 1990, soit en raison de la mise en place de systèmes hybrides émanant d’associations locales ou internationales. Or, la réussite de ces expériences repose sur la complémentarité entre, d’une part, les ressources et l’expertise de gestion du secteur privé et, d’autre part, le rôle de régulateur et de contrôle du secteur public.

46Dans un objectif d’amélioration des conditions environnementales et d’hygiène des villes, le secteur privé est donc impliqué dans la prise en charge des déchets, même si le contrôle reste généralement l’apanage des pouvoirs publics : accords de sous-traitance pour le nettoyage des rues et la collecte des déchets solides et/ou pour le traitement et l’élimination grâce à la technologie d’enfouissement sanitaire et/ou pour le recyclage des déchets et enfin pour le financement de l’investissement. Les résultats de ces collaborations sont très divers comme le montrent certains des textes contenus dans Sociétés urbaines et déchets.

47Quoi qu’il en soit de ces articulations « public-privé », dans de nombreuses configurations, les autorités publiques doivent prendre en compte les récupérateurs, en particulier lorsque le service des déchets nécessite une importante main-d’œuvre, rendue intéressante par son coût bas et ses techniques de travail intensif assez appropriées. Dans les années 1990, la Banque mondiale comptait, pour les pays en développement, en moyenne 2 000 travailleurs des déchets par million d’habitants et jusqu’à 5 000 par million de résidents dans certaines villes d’Asie centrale, contre 1 000 par million de résidents dans certaines villes d’Amérique latine (Cointreau-Levine, 1994). Souvent, la pression sur le service des déchets est un tel défi que les acteurs publics sont obligés de constater que les activités de récupération contribuent à la salubrité et propreté urbaines et à diminuer les dépenses publiques tout en réduisant les volumes à collecter. De plus, dans de nombreux cas, la récupération est le seul mode de recyclage existant. L’ensemble de ces processus participe à la durabilité environnementale, d’autant que le volume de matières premières utilisées est alors réduit.

  • 24 L. Debout (2012) propose cette définition pour qualifier le service de gestion des déchets en oppo (...)

48Les travaux qui s’intéressent au service des déchets ont montré que ceux-ci constituent un secteur différent des autres services en réseau, notamment en raison de l’absence d’une infrastructure lourde reliant les points du système entre eux (Subremon, Gouvello, 2012). En effet, ce secteur est caractérisé par un ensemble de points fixes (les sites de collecte, tri et traitement) raccordés par « des connexions mobiles » qui en font un « réseau mou »24, plus souple et plus segmenté (Debout, 2012, 8). Ces caractéristiques permettent que la prise en charge des différentes opérations qui composent le service (collecte, tri, entreposage, élimination, etc.) puisse être réalisée par différents opérateurs et sous différentes modalités de mise en œuvre locale. Ces dimensions de souplesse et de segmentation prennent toute leur importance dans des villes où le service mis en place par les autorités n’est pas toujours performant et où il n’atteint pas l’ensemble des quartiers selon les mêmes modalités. C’est dans ce cadre que l’activité des récupérateurs peut compenser les segments manquants du réseau conventionnel. Les travaux présentés ici montrent que ces dispositifs représentent de vraies alternatives au service conventionnel dans des villes caractérisées par des situations de défaillance ou par l’absence tout court d’un service institutionnalisé et intégré.

49Dans ce contexte, les solutions de gestion proposées dans le cadre des réformes des services – souvent de pures transpositions de modèles exogènes, accompagnées d’injonctions environnementales et d’une idéologie modernisatrice fortes – sont éloignées des capacités, au niveau local, à les assumer financièrement, technologiquement, mais surtout socialement (Jaglin, 1998, 2004, 2005 ; Wilson et al., 2006 ; Medina, 2007 ; Jaglin, Zerah, 2010 ; Verdeil, 2010 ; Cirelli, 2012 ; Debout, 2012 ; Florin, 2010 ; Fernández, 2010 ; Carré, 2013). À titre d’illustration, ici les systèmes de gestion du Nord « exportés » au Sud n’intègrent pas les différentiels de production des déchets et leur nature différente, par exemple, le fait que la proportion d’organique ou de poussière y soit bien plus importante : « Dans les pays riches, la production d’ordures ménagères continue à s’accroître, proportionnellement au niveau de vie (1 à 2 kg par personne et par jour en France, 4 kg aux États-Unis). […] Dans les quartiers pauvres des villes africaines, la production quotidienne de déchets ne dépasse pas 400 g par personne, essentiellement composés de débris végétaux et alimentaires, de poussières et de cendres. […] Ces résidus de la vie urbaine, deux à trois fois plus importants dans les zones aisées, trouvent encore aujourd’hui un usage ultime dans des activités domestiques, artisanales et agricoles. Dans ce domaine, les pays dits “développés” auraient peut-être à (ré)apprendre de l’Afrique… » (Dorier-Apprill, 2006, 396)

50Ces hiatus renforcent la nécessité de prendre en compte dans les politiques publiques, mais aussi dans la réflexion, des formes alternatives de fourniture de ce service aux citadins (Coutard, 2010). Pourtant, si ces systèmes alternatifs peuvent représenter une solution à l’échelle micro-locale (immeuble, ensemble de maisons ou quartier), pour les opérations de traitement et élimination, la gestion doit s’ancrer à une échelle plus large et s’articuler au système conventionnel (Hardoy et al., 2001 ; Coutard, 2010). Enfin, ces différents dispositifs peuvent aussi former des systèmes « composites » (Jaglin, 2005 ; Durand, 2010) offrant une combinaison de prestations plus ou moins adaptées. Comme J. Cavé le montre pour le cas indien de Coimbatore, il existe une « coexistence de plusieurs chaînes d’acteurs, tantôt complémentaires, tantôt rivales, mais toujours imbriqués » (2010, 29). Dans ces nouvelles configurations, le service municipal peut entrer en concurrence avec les secteurs privés qui occupent le marché, notamment lorsqu’il s’agit de recyclage et récupération de la matière.

51Ainsi, certains des textes contenus dans cet ouvrage montrent comment ces différentes modalités de prestation du service peuvent s’articuler les unes aux autres au sein d’une même ville. L’intégration des acteurs considérés informels se met en place avec des résultats différents : bien que visant une amélioration des conditions de vie et de travail des récupérateurs, parfois de profondes mutations se produisent dans leurs pratiques professionnelles. D’autres fois, cette intégration est le produit de mobilisations qui obligent les prestataires privés à se plier à une hybridation de la gestion du « service intégré » vers un « service intégrant » les dispositifs locaux.

52Les textes témoignent également des tentatives d’intégration des dispositifs non conventionnels aux systèmes mis en place par les autorités, mettant ainsi en lumière le rôle des acteurs intermédiaires : acheteurs et vendeurs de déchets qui constituent alors l’entre-deux des secteurs conventionnel et non conventionnel. Les situations de concurrence qui en découlent sont alors à l’origine de conflits d’appropriation des déchets qui se produisent la plupart du temps au détriment des acteurs les plus fragiles, les recycleurs notamment. Les situations présentées mettent en évidence que ce qui marque l’expérience des acteurs, c’est bien la gestion conflictuelle de la coexistence entre ces différents dispositifs fondés sur des temporalités et des périmètres différents d’intervention de prise en charge des déchets.

53En ce sens, il nous semble qu’une lecture de ces systèmes « composites, mous, hybrides » en tant que continuum est plus appropriée pour saisir les expériences illustrées dans les textes proposés ici. Cependant, ce continuum est loin d’être un système fermé : il n’évite pas la déperdition des déchets et n’empêche pas les points de rupture.

TERRITOIRES DES DÉCHETS, TERRITOIRES DE COLLECTE ET INÉGALITÉS SPATIALES

54Ces points de rupture sont visibles dans la ville : poubelles qui débordent, dépôts « sauvages », quartiers à l’évidence malpropres, alentours des décharges dégradés, etc. Fréquemment, le discours commun associe la saleté des espaces publics au manque de civisme des citoyens et à un déficit d’éducation à l’environnement qui concerneraient notamment les habitants des quartiers peu aisés. Mais cette vision oublie que, parmi les autres inégalités qui disqualifient les quartiers populaires, celles qui caractérisent la gestion des déchets contribuent pour une large part à accentuer ces situations d’iniquité spatiale.

55Cette dimension territoriale constitue une autre lecture transversale de Sociétés urbaines et déchets où les différentes échelles d’observation choisies par les contributeurs se font écho : les espaces de vie et de travail des récupérateurs et la « double peine » qui pèse sur eux en raison des risques ; les circulations des hommes et des matériaux en ville ainsi que les « territoires de collecte » et, enfin, l’échelle urbaine et la question des différentiels de gestion et des injustices socio-spatiales qui en découlent.

La « double peine » qui pèse sur les quartiers des récupérateurs

56Une partie des articles présentés ici évoque la question sanitaire et les risques encourus par les récupérateurs, ces « soutiers de la ville », comme l’écrit M. Safar Zitoun. Dans les métropoles du Sud, leurs espaces de travail se superposent à leurs espaces de vie : localisés aux marges de la ville, dans les failles, les ravines, d’anciennes carrières, ou à même la décharge, ils sont isolés en raison, précisément, de l’activité qui les caractérisent ; de plus, ces quartiers sont généralement dénués de toute sécurité foncière et l’habitat y est plus que précaire. À cette situation de marge spatiale s’ajoutent les effets directs et indirects du travail avec les ordures qui affectent l’environnement des récupérateurs : accumulation des déchets en attente de tri, de revente et de recyclage, dépôts pérennes des rebuts qui ne peuvent être traités mais qui ne seront pourtant jamais évacués, pollution atmosphérique, mais aussi des sols, des cours d’eau et des nappes superficielles. Le lixiviat, engendré par la percolation de l’eau et des liquides à travers les déchets, est chargé de polluants organiques, chimiques et de métaux lourds. Sur les décharges, les risques d’incendie – liés à la fermentation des ordures qui produit du méthane inflammable et explosif – sont très présents et le méthane forme parfois des poches de plusieurs mètres cubes qui peuvent engloutir les travailleurs. Les déchets irrécupérables sont souvent brûlés par les récupérateurs eux-mêmes afin d’en réduire la quantité et c’est ainsi que, à deux reprises dans les années 1980, le quartier des chiffonniers du Caire a totalement pris feu. Les éboulements de terrain ou affaissements des monticules de déchets restent fréquents : une montagne d’ordures s’est ainsi effondrée sur le bidonville de Payatas, la grande décharge de Manille, tuant plus de 300 scavengers en juillet 2000. Ces dangers se superposent aux risques sanitaires dont les incidences sont beaucoup plus élevées qu’ailleurs en dépit des bonnes œuvres des associations caritatives : blessures, maladies dermatologiques, intestinales, respiratoires, ophtalmologiques… L’on comprend bien cette « double peine » que subissent ces espaces puisque, à la marginalisation – qui concerne bien sûr d’autres quartiers populaires – s’additionnent ici tous les effets néfastes de l’externalisation. En effet, comme l’explique dans cet ouvrage L. Fernández, le secteur industriel formel s’épargne, grâce à cette sous-traitance à bas prix, une grande part des coûts qu’il aurait à payer s’il devait lui-même collecter, trier, nettoyer, empaqueter, etc., les matériaux à recycler. Or, cette externalisation du traitement s’effectue sans aucune responsabilité – ni financière ni même symbolique – en termes de conditions de travail, de santé et de pollution. Celle-ci atteint un degré plus élevé lorsque les déchets industriels dangereux ou ceux des hôpitaux sont rejetés dans ces quartiers. De même, dans certaines décharges « contrôlées » ou en cours de mise aux normes, la position des autorités gestionnaires est socialement et politiquement complexe lorsqu’ils ont à faire aux récupérateurs installés sur le site. Il n’en reste pas moins que ces derniers contribuent aussi à délester ces décharges d’une partie de leurs rebuts : ces pratiques d’externalisation peuvent aussi être le fait des pouvoirs publics comme l’illustre la présence longtemps tolérée des récupérateurs sur la décharge Oued Smar à Alger ou celle de Médiouna à Casablanca.

57Au-delà de la seule dimension territoriale, l’externalisation pose plus largement la question de la formalisation de l’« informel » qui achoppe en raison des intérêts du secteur formel privé et de l’administration évoqués ci-dessus. Le clientélisme et la corruption s’y déploient davantage parce qu’il s’agit de populations plus vulnérables qui connaissent peu leurs droits. Dans certains cas, les récupérateurs eux-mêmes s’opposent à toute formalisation en revendiquant, par exemple, leur indépendance, l’avantage de ne payer ni charges, ni taxes, ou de ne pas avoir à respecter de normes de sécurité.

58Enfin, sans doute la « double peine » atteint-elle son comble lorsque les récupérateurs, comme au Caire, ont eux-mêmes à payer une taxe pour la collecte de leurs déchets alors qu’ils n’ont jamais vu l’ombre d’un camion benne…

Les territoires de collecte : partages, hiatus et conflits territoriaux

59Hormis ceux qui travaillent exclusivement dans les décharges, les récupérateurs ne sont pas confinés dans leurs quartiers : leurs parcours de collecte les amènent à circuler dans la ville dont ils connaissent les modes de fonctionnement – d’où, par exemple, le choix d’horaires spécifiques pour échapper à la circulation – et les codes qui gèrent l’espace public où leur présence est souvent mal perçue. Ces « routes » se dessinent parfois de façon hasardeuse, mais souvent de manière précise en fonction de leur connaissance de la valeur de la ressource. L’assertion de H. Coing et I. Montano, cités par E. Dorier-Apprill (2006, 397), prend ici tout son sens : « […] les déchets des riches font travailler les pauvres », puisqu’elle explique l’intérêt, voire la concurrence, pour collecter dans les quartiers les plus aisés. Pourtant, dans de nombreuses situations et, notamment, lorsqu’on est en présence de communautés de récupérateurs ou lorsque les liens de parenté sont importants, le partage de la ville en « territoires de collecte » (Florin, 2010) peut être assez rigoureux. Ces partages s’effectuent aussi en fonction de la position du récupérateur dans le groupe, les leaders s’attribuant les « meilleurs » quartiers. Si, à Mexico, les circuits de collecte sont définis par les services de la ville qui est propriétaire des camions bennes et dont les chauffeurs sont employés municipaux, dans la pratique, ils sont contrôlés par les différentes organisations de pepenadores et leurs leaders. L’attribution de la collecte dans les quartiers les plus aisés dépend alors des capacités de ces derniers à négocier avec les autorités locales. Les nombreuses tentatives des administrateurs pour améliorer les routes et les horaires de collecte ont échoué face à ce système très structuré par les intérêts des acteurs impliqués (Frikman, 2006).

60Les territoires de collecte deviennent indispensables dans le cas du ramassage en porte-à-porte où des sortes de contrats oraux lient le récupérateur à l’habitant ou au commerçant. C’est le cas dans de nombreuses villes indiennes, au Caire – où les relations entre chiffonniers et habitants peuvent se décliner sur plusieurs générations – ou à Buenos Aires. Dans de nombreuses situations, encore, les récupérateurs achètent les déchets secs aux habitants et aux commerçants, ce qui suppose une organisation du parcours et des horaires de collecte ainsi que des relations d’interconnaissance entre les uns et les autres.

61Ces pratiques professionnelles dans la ville peuvent être bouleversées par les réformes de modernisation des systèmes de gestion. Comme l’explique M.-N. Carré dans sa contribution, l’implantation de centres de tri et de recyclage dans les périphéries urbaines, qu’elle émane des associations ou des autorités publiques, inverse la circulation des hommes et des déchets : ce ne sont plus alors les récupérateurs qui sillonnent la ville-centre pour collecter, mais les camions bennes qui viennent à eux, sachant que, en chemin, les matières les plus intéressantes peuvent être vendues à d’autres. À Buenos Aires toujours, la création de coopératives de tri lointaines et l’arrêt en 2008 du célèbre « Train Blanc » – une rame sans sièges, permettant aux cartoneros de circuler aisément avec leurs chariots depuis leurs quartiers jusque dans la ville-centre – éloignent les récupérateurs des lieux de la ressource en déchets.

  • 25 Si cette figure était caractéristique surtout de la collecte dans les quartiers populaires de la v (...)

62La modernisation des dispositifs de collecte peut aussi impliquer des modifications dans les façons de faire et de circuler : ainsi que l’explique L. Fernández, à Montevideo, l’installation de containers « modernes » à ouverture étroite implique davantage les enfants des clasificadores qui, petits et minces, peuvent mieux se glisser à l’intérieur. Ailleurs, l’arrivée des bennes-tasseuses, matériel lui aussi « moderne » souvent importé de l’étranger, oblige les récupérateurs à modifier leurs horaires et parcours pour récupérer les matériaux intéressants avant leur passage. Surtout, ce que l’on observe un peu partout, y compris dans les pays développés, ce sont les pratiques de récupération des éboueurs qui sont, pour l’occasion, associés aux autres acteurs. À Casablanca, au Caire ou à Coimbatore en Inde (Cavé, 2010, 2013), les éboueurs mettent de côté les matériaux recyclables qu’ils savent pouvoir revendre aux grossistes. À Mexico, les circulations des déchets sont le fait de plusieurs acteurs, parfois associés : les barrenderos (balayeurs qui font du porte-à-porte), les carretoneros (récupérateurs avec charrette25) et les recolectores (personnels des camions de ramassage) conduisent les ordures aux centres de transfert de chaque arrondissement d’où – après pesage et vente des matériaux de valeur – elles partent vers les sites d’enfouissement. Les barrenderos livrent aux camions bennes en des points précis du circuit – moyennant une somme établie – le reste des ordures qu’ils ont ramassées lors du porte-à-porte et triées pour en extraire les matériaux de valeur. Les chauffeurs de camions, les seuls à recevoir un salaire, sont épaulés par des « assistants volontaires » de leur parenté (frère, beau-frère, etc.) qui aident à l’opération de collecte, réalisée au pied de chaque immeuble, en échange d’une petite récompense. Comme à Casablanca, les chauffeurs font des détours pendant leur circuit pour vendre les matériaux pré-triés (papier, carton, aluminium, vieux meubles ou résidus organiques, etc.). Ce court-circuitage d’un certain volume de matériaux permet d’arrondir leur petit salaire et rendre l’activité profitable même s’il constitue certainement un manque-à-gagner pour les récupérateurs. Ceci dit, dans de nombreuses villes, les relations entre éboueurs et récupérateurs ne sont pas toujours celles de la concurrence : échanges et dons de matériaux de la part des premiers lors de la collecte sont fréquents.

63Enfin, en dépit de la confusion (parfois entretenue par les pouvoirs publics), les récupérateurs ne doivent pas être assimilés aux éboueurs : les premiers captent une ressource pour en tirer profit alors que les éboueurs remplissent un service et ramassent aussi le rebut. Dans cet ouvrage, les contributions sur Le Caire montrent que de cette « confusion » découlent de véritables hiatus territoriaux : un chiffonnier détenant officiellement un contrat de sous-traitance pour une zone de collecte – ce qui l’apparente à l’éboueur aux yeux de la structure qui le paye – peut cependant ne pas assurer la totalité de son travail si un autre chiffonnier possède, sur cette même zone, un territoire de collecte héréditaire et communautaire… Ces territoires d’activité peuvent donc se superposer, voire se heurter, aux périmètres existants ou instaurés par le système de gestion des déchets conventionnel qui opère parfois dans les mêmes limites. Les conflits, au Caire, à la suite de la décision des autorités de mettre en place une délégation du service aux entreprises européennes (Debout, Florin, 2011) ou les rivalités déclenchées à Coimbatore, en Inde, pour la mise en place de filières de recyclage de grosses entreprises privées concurrentes des récupérateurs traditionnels (Cavé, 2010) ou, encore, les collaborations établies entre les différentes dispositifs comme au Brésil, témoignent de ces processus.

Inégalités et injustices spatiales à l’échelle urbaine

  • 26 Initiateur de l’enseignement de la rudologie qui est la science du déchet et de l’ordure et l’étud (...)

64Les déchets sont des « marqueurs de territoire » et, ainsi que J. Gouhier, fondateur de la « rudologie26 » le souligne, « le déchet est un indicateur négatif, révélateur des zones déqualifiées et déprimées des territoires » (2000, 73). Cette dimension spatiale s’exprime à différents niveaux comme en témoignent les impacts en termes de pollution évoqués ci-dessus, d’organisation territoriale de leur gestion, mais aussi d’inégalités territoriales produites par leur présence et concentration dans l’espace ou par la présence d’équipements pour leur traitement. Dans les politiques de gestion des déchets des villes du Nord, la question de l’inégalité territoriale de certains espaces se pose notamment lorsqu’il est question de la localisation d’infrastructures de traitement – centre d’enfouissement, incinérateur… — qui sont souvent à l’origine de protestations des populations riveraines. Dans les villes du Sud, la question de l’inégalité se pose aussi au niveau de la généralisation et de la qualité du service.

  • 27 D. Darbon explique ainsi que, en Afrique, la notion est directement héritée du colonisateur (brita (...)

65Sans entrer ici dans un débat sur la notion de « service public » dont la définition, complexe, varie selon les pays (Darbon, 200827), il n’en reste pas moins qu’est posé, dans de nombreux cas, le diagnostic de l’échec de la transposition du modèle de service urbain selon des normes occidentales. Celui-ci, reposant sur l’égalité de traitement pour tous les usagers et qui nécessite une péréquation financière : dans des villes socialement et spatialement fragmentées, l’égalité de service est loin d’être acquise pour ce qui concerne les déchets et, de plus, leur gestion peut-être instrumentalisée politiquement. Comme l’explique M. Durand dans l’exemple de Lima, l’inégalité territoriale en ce domaine est d’autant plus forte que les plus grands producteurs de nuisances, mais les moins vulnérables, sont les quartiers aisés qui font évacuer leurs déchets : ceux qui réduisent le plus la vulnérabilité urbaine sont justement les plus vulnérables, à savoir les récupérateurs.

66Ces inégalités territoriales se lisent aussi dans les dispositifs de collecte : entre le porte-à-porte rigoureux des quartiers aisés, le container placé en bas de chaque immeuble dans les quartiers de classes moyennes ou la grande benne en métal recevant les déchets de plusieurs centaines d’habitants dans les cités, il y a une évidente inégalité de traitement des citadins. À ceci s’ajoute l’impact de la configuration urbaine : il est certain que les vieilles villes, aux ruelles étroites, comportant parfois des escaliers comme les médinas, les trames urbaines serrées et denses, les quartiers lointains auto-construits et aux routes peu carrossables opposent des obstacles objectifs aux modes de collecte modernes qui se doivent d’être rapides et efficaces.

67Ces inégalités se retrouvent à l’échelle de l’agglomération opposant quartiers centraux, quartiers de l’administration et du pouvoir, quartiers touristiques bien collectés et bien nettoyés aux quartiers périphériques, populaires et/ou non-réglementaires. Aussi, en effet, marqués par l’injustice spatiale, les espaces pauvres des métropoles restent-ils sales et, plus grave, leurs habitants sont les premières victimes face aux risques liés aux déchets comme l’a montré la résurgence de la peste à Madagascar dans les années 1990.

68Sans doute le paradoxe réside-t-il ici dans le fait que les inégalités territoriales et les dysfonctionnements qui caractérisent la gestion des déchets dans de nombreuses villes ont été les arguments mobilisés par les élites nationales et les organismes internationaux pour prôner des réformes dans le secteur, de la même manière que cela a été fait pour d’autres types de services. Or, si l’on observe des progrès en matière de distribution d’eau et d’électricité, la problématique des déchets est plus tardive et reste particulièrement révélatrice, dans le paysage urbain, des divisions sociales et spatiales des métropoles.

SOCIÉTÉS URBAINES ET DÉCHETS : UNE MISE EN PERSPECTIVE INTERNATIONALE

69La mise en perspective internationale a été le fil conducteur des travaux préliminaires à cet ouvrage. Certes, il ne s’agit pas ici de comparer terme à terme ce qui se passe dans des contextes politiques et sociétaux très variés, mais les exemples empiriques, les « terrains » choisis, ont vocation à s’éclairer et à s’enrichir les uns les autres.

70Nous avons également porté une attention particulière à la pluridisciplinarité – géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques, aménagement et urbanisme, architecture – qui, autre fil conducteur, s’inscrit résolument dans une méthodologie qualitative, par-delà les différences disciplinaires. Cette méthodologie privilégie les entretiens avec les acteurs, l’observation – dans certains cas, l’observation participante –, les relevés de terrain et la cartographie fine des processus à l’œuvre. Cette démarche s’associe à l’intérêt que nous avons particulièrement prêté à l’iconographie. Les cartes, croquis, schémas et photographies sont bien sûr explicatifs et illustratifs de chaque cas, mais, très souvent, d’un article à l’autre, ils rendent compte de formes de continuité entre les différentes situations présentées. Ils réinterrogent les catégories habituelles évoquées ci-dessus ; ils bousculent l’évidence des cloisonnements géographiques ou culturels. Ils témoignent aussi, sans aucun doute, de la tendance à la circulation mondiale des modèles et des techniques de gestion des déchets.

71Cet ouvrage souhaite donc restituer plusieurs années de recherches collectives, mais surtout apporter par la richesse et la diversité des cas présentés un éclairage sur la place nouvelle occupée par les déchets dans les sociétés urbaines contemporaines.

Récupérer et valoriser : entre marginalisation et reconnaissance

72La première partie de cet ouvrage, « Récupérer et valoriser les déchets : entre marginalisation et reconnaissance », met l’accent sur les acteurs qui ont à faire directement avec les déchets : ceux qui les cherchent dans la ville, ceux qui fouillent, les manipulent au plus près, les collectent, les transportent, les trient, les revendent, les recyclent. Il s’agit ici des acteurs de la récupération et de leurs pratiques professionnelles.

73Mais, avant les récupérateurs, les citadins, eux aussi, ont à faire avec leurs déchets lorsque ceux-ci sont encore dans la sphère privée de l’habitat, avant d’être déposés à l’extérieur – en général la rue. L’article d’Émilie Guitard propose une analyse de ce transfert du déchet de l’espace privé à l’espace public : dans les villes moyennes de Garoua et Maroua, au Nord du Cameroun, les restes sont, en effet, d’abord réutilisés et réemployés dans la sphère domestique ou dans des réseaux spécifiques du réemploi tels que celui des forgerons. Ce qui est abandonné est « le reste du reste », le déchet ultime, ce qui est a priori non récupérable : de ce fait, la récupération sur les dépôts d’ordures est rare et lorsqu’elle a lieu, elle est alors assimilée à une pathologie, à une déviance, voire à la folie. Dans ces deux villes, à partir de 2008-2009, la mise en ordre des déchets, par le biais de la gestion publique et la collecte en porte-à-porte, remet en cause les possibilités de récupération des déchets qui pouvaient être glanés dans l’espace public ou les décharges : le nouveau système, symbole de modernité aux yeux des municipalités, suscite la satisfaction des habitants, sans annuler pour autant la perception du déchet comme étant une ressource.

74Illustrées par les photographies d’E. Guitard, la recherche et l’utilisation des déchets par les enfants de Garoua et Maroua ont une dimension ludique qui renvoie à la curiosité, centrale dans les pratiques de récupération des éboueurs parisiens dont parle l’article de Stéphane Le Lay : la biffe, illégale et proscrite, est d’autant plus nécessaire pour contrer l’univers professionnel des éboueurs marqué par « l’imprévisibilité, la déstructuration et la destruction ». Il s’agit alors de repérer, dans l’indistinction ordurière, le déchet qui pourra en être extrait, sauvé parce que l’éboueur lui prêtera une deuxième vie. Motivée par la curiosité, faisant appel au bricolage et au savoir-faire, la recherche de trouvailles et autres trésors a une fonction de lutte contre la pénibilité du travail, autant physique que morale et de résistance face aux regards dévalorisants.

75Au plus près des déchets, encore, les récupérateurs de la plus grande décharge d’Alger, Oued Smar, présentés par Madani Safar Zitoun, constituent une communauté entièrement occupée à la collecte et au recyclage. Originaires de Sidi Damed, situé à 250 km d’Alger, ces récupérateurs réalisent des allers-retours entre la décharge, où ils résident temporairement, et leur bourgade d’origine, où vivent leurs familles et où se trouvent des ateliers de recyclage. L’article de M. Safar Zitoun montre combien les activités de récupération peuvent être rentables en dépit de la perception misérabiliste souvent plaquée sur ces « soutiers de la ville ». Cependant, la fermeture de la décharge bouleverse ce système et a un effet de clivage au profit des récupérateurs les plus anciens, davantage ancrés et aidés par les réseaux sociaux et professionnels qu’ils ont tissés à Alger, et les « intermittents » de la ville, récemment arrivés et plus démunis. L’auteur s’interroge également sur la mise en œuvre brutale d’une politique de fermeture de la décharge sans prise en considération de ces acteurs de l’informel, ni de leur efficacité en termes de collecte et de recyclage, alors même que ces derniers sont insérés dans des réseaux économiques qui dépassent largement le site de la décharge : réseaux locaux, régionaux, nationaux et internationaux.

76Cette dialectique exclusion/inclusion renvoie à la notion « d’inclusion perverse » (Sawaia, 1999) analysée par Solène Pérémarty dans son article sur les récupérateurs – catadores – du Brésil. En effet, à l’instar des récupérateurs de la décharge d’Alger – et de ceux de nombreuses autres décharges dans le monde –, les catadores sont exclus socialement et pourtant exploités par l’industrie formelle du recyclage : l’exclu est ainsi à l’intérieur du système. Au Brésil, les décharges sont donc aussi des lieux de fouille et de tri, d’autant plus intenses que, comme l’écrit S. Péremarty, se conjuguent augmentation du chômage de masse et de la production de déchets récupérables : les catadores sont ainsi à la base d’une industrie du recyclage dont les taux, pour certains matériaux, sont supérieurs à ceux des pays développés. La plupart des catadores travaille individuellement, mais certains d’entre eux sont organisés en coopératives où ils collectent, trient et commercialisent collectivement. L’étude ethnographique menée par S. Pérémarty dans l’une de ces coopératives montre que, au-delà des représentations habituelles du coopératisme brésilien souvent présenté comme très innovant et a priori garant de meilleures conditions de travail, les catadores cooperados désirent quitter la coopérative, notamment parce que ce qui donne sens à leur travail est davantage le « braconnage », à savoir la récupération individuelle, que le recyclage destiné au collectif – ce qui remet en cause les principes mêmes du coopératisme. Entre le bricolage des éboueurs de Paris, évoqué plus haut, et le braconnage des catadores, il y a au moins deux points communs : au-delà de la découverte des « trouvailles », il s’agit de lutter contre la monotonie et la dureté du travail et de mettre à distance un travail jugé sale et honteux.

77Dans toutes les situations présentées ci-dessus, les activités des récupérateurs coexistent, parfois de façon conflictuelle, avec celles des services municipaux. L’article de Lucía Fernández propose d’aller plus loin dans cette dialectique inclusion/exclusion : à Montevideo, les récupérateurs – clasificadores – sont à la fois dans une situation d’exclusion, parce que vivant dans des quartiers illégaux et marginalisés, et d’inclusion, car ils participent au « même » système hybride de gestion des déchets, à savoir celui mis en œuvre par la municipalité. Cette dernière a opté récemment pour une modernisation de la collecte qui ne s’est pas traduite par l’éviction des clasificadores, mais les a obligés à ajuster leurs pratiques professionnelles aux nouveaux dispositifs techniques. Parvenant à recycler 79 % des déchets de la capitale de l’Uruguay, les clasificadores subissent néanmoins les externalités négatives de ce système de gestion hybride : aussi leurs quartiers sont-ils des espaces de grande pollution, où les déchets non réutilisables s’accumulent sans que la municipalité n’intervienne ; de même, certains camions bennes préfèrent déverser leurs déchets chez les clasificadores plutôt que d’avoir à payer le prix de mise en décharge.

78Dans un tout autre cadre, ces externalités négatives sont aussi appréhendées par Steve Joncoux qui étudie la création et le mode de fonctionnement d’une filière de compost à Majunga, ville moyenne de Madagascar : après la collecte, prise en charge par la municipalité, le traitement des déchets organiques est initié et géré par deux ONG, l’une malgache et l’autre française. Or, la rentabilité du compost et, plus largement, les enjeux financiers, économiques et politiques concernant cette filière – incitations financières à la tonne de compost produite et incitations internationales liées à la réduction des effets de serre – conduisent à une « marchandisation » de ce déchet. Celle-ci s’effectue clairement au détriment de la petite paysannerie locale pratiquant une agriculture vivrière périurbaine qui nourrit la ville et au profit d’une agriculture spéculative, celle des agro-carburants : ces cultures nécessitent de grandes quantité de compost, mais aussi des moyens financiers et techniques pour l’utilisation de celui-ci que seuls les agro-industriels, notamment étrangers, détiennent. L’on voit bien ici comment la valorisation du déchet vit encore une autre étape : le passage du déchet-ressource au déchet-produit entraîne un déplacement de la valeur du déchet et implique des concurrences et conflits entre acteurs, mais agit aussi sur l’organisation du territoire urbain.

79Depuis quelques décennies, l’intérêt porté à ces filières spécifiques de valorisation des déchets va croissant : la dimension économique joue ici un rôle moteur en raison de l’augmentation du coût des matières premières, rendant les matières premières « secondaires » attractives. S’y ajoutent les dimensions politiques et sociales : les filières de récupération qualifiées d’informelles sont créatrices d’emploi ; elles contribuent localement aux systèmes « officiels » de collecte et de traitement des déchets qu’elles délestent ; elles répondent aux préoccupations environnementales des gouvernements. Ce sont, notamment, ces arguments qui conduisent à l’organisation, impulsée par une ONG, d’une filière de recyclage du plastique à Nouakchott dont les tenants et aboutissants sont présentés dans la contribution d’Alicia Tsitsikalis. Cette expérience se veut novatrice, avec des objectifs de rentabilité, de durabilité de la filière et de mobilisation d’un grand nombre d’acteurs, dont plus de 120 coopératives de femmes. Au-delà des difficultés techniques (matériel importé de l’étranger, besoins en eau et électricité importants, maintenance des outils, etc.), ce sont surtout les rapports de force et controverses entre acteurs qui témoignent des limites de l’expérience : certes, la filière de recyclage du plastique est désormais bien ancrée à Nouakchott, mais devenue un enjeu, elle a intégré de nouveaux venus et reconfiguré les relations entre les acteurs dont les intérêts peuvent diverger. Cette expérience interroge aussi sur le transfert dans les villes du Sud de notions telles que « l’économie sociale et solidaire » qui, sous couvert de « participation de la société civile » ou de « bonne gouvernance » masquent parfois des stratégies de privatisation.

80Pour autant, d’autres expériences, en l’occurrence celle d’une coopérative de recyclage et récupération des déchets à Turin et celle de la création d’une filière de déchets à Ouidah, au Bénin, témoignent que l’économie sociale et solidaire et la société civile peuvent s’insérer dans les vides ou les carences de la gestion publique. Ces deux situations, présentées par Egidio Dansero, Sara Mela, Roberta Perna et Matteo Puttilli, marquent une étape fondamentale dans la façon qu’ont les sociétés urbaines concernées de considérer le déchet : de « problème » à résoudre, le déchet est perçu comme une ressource à valoriser, productrice de nouvelles ressources économiques, environnementales et sociales. Ce qui est en jeu ici, c’est le passage d’un système d’élimination des déchets à un système évolué, intégrant des solutions multiples et impliquant un large éventail d’acteurs. Toutefois, ces expériences ne sont pas, elles non plus, exemptes de limites et de critiques : in fine, les auteurs s’interrogent, pour le cas italien, sur la substitution du secteur public par les « coopératives sociales » qui ont recours au travail précaire ; et, pour le cas béninois, sur la fragilité de la filière et des associations qui la supportent en raison de l’absence d’engagement pérenne et fort de la part de la municipalité.

Réformer et gouverner : conflits et reconfigurations territoriales autour des déchets

81Dans le premier volet de cet ouvrage ont été évoquées des questions que le lecteur retrouvera au cœur des sept contributions qui composent son deuxième volet. À partir d’études de cas localisées dans sept pays – Égypte, Inde, Brésil, Argentine, Pérou, Tunisie et France –, les textes réunis ici mettent en lumière, d’une part, les effets de la territorialisation des réformes et transformations du service urbain des déchets et, d’autre part, les impacts sur les dispositifs parallèles, complémentaires et parfois conflictuels de prise en charge des déchets, qui participent néanmoins de l’offre urbaine dans ce domaine. Il s’agit ici de la collecte et de la récupération des déchets effectuées par des groupes de populations – souvent identifiées comme marginales – dotés de degrés d’organisation différents et dont l’objectif est de tirer profit de ce que d’autres citadins abandonnent.

82En dépit de la grande variété des contextes politiques, économiques et urbains, les situations présentées offrent l’intérêt de montrer les effets des mutations qui, depuis une quinzaine d’années, touchent le service des déchets dans les pays de Sud. L’accent sera tout particulièrement mis sur les recompositions des intérêts des acteurs et les reconfigurations spatiales autour des nouveaux enjeux. Si ces changements s’inscrivent dans un processus généralisé d’actualisation du secteur en termes techniques et normatifs selon les nouveaux impératifs environnementaux en matière de déchets, certains de leurs aspects renvoient également à des événements et des processus très locaux.

83Le texte de Bénédicte Florin ouvre cette deuxième partie en proposant une analyse de l’avènement en Égypte d’un problème public associé aux déchets. Ce dernier est étroitement lié aux transformations qui ont bouleversé les activités des zabbâlîn, la corporation des chiffonniers du Caire. En effet, jusqu’aux réformes du service des déchets, mises en place dans les années 2000, plusieurs milliers de chiffonniers réalisaient un travail de ramassage et de récupération en porte-à-porte, dans une quasi-invisibilité sociale, tout en étant tolérés par les pouvoirs publics et les citadins. Le fonctionnement de ce dispositif de collecte des ordures afin d’en extraire les éléments valorisables est mis à mal par la volonté des pouvoirs publics de « moderniser » la ville et, en particulier, le service des déchets. Cette politique se traduit par une ouverture aux entreprises privées étrangères via des contrats de délégation qui leur attribuent les opérations de collecte et de mise en décharge. Ces changements et les conflits qui s’en sont suivis ont porté les déchets sur le devant de la scène et ont tout particulièrement jeté la lumière sur le rôle fondamental joué par le secteur dit « informel » dans la prise en charge d’une question d’hygiène urbaine ; mais ils ont également conduit à la mise à l’écart des chiffonniers les moins dotés de ressources économiques et politiques.

84Ces conflits d’appropriation autour des déchets, qui s’achèvent la plupart du temps au détriment des plus vulnérables, sont également l’objet des réflexions présentées dans l’article suivant sur la gestion des déchets dans les deux villes de Vitória, au Brésil et de Coimbatore en Inde. Toujours dans le cadre de la « modernisation » du secteur des déchets, Jérémie Cavé s’interroge sur les effets de l’intégration au service municipal de l’impératif de valorisation des déchets, ici aussi réalisé jusque-là par des groupes de population assez marginaux. L’auteur remet en cause la pertinence d’une analyse fondée sur l’opposition entre dispositifs « formels » et « informels », montrant leur imbrication, ou encore sur l’opposition entre le déchet considéré comme « bien privé » lorsqu’il est une ressource et comme « mal public » lorsqu’il est perçu en tant que rebut. Les deux cas illustrent également comment la participation du secteur privé à la gestion des déchets peut être un facteur de convergence entre les différents dispositifs en place (Brésil) ou de conflit (Inde).

85La contribution de Marie-Noëlle Carré, sur la mise en place à Buenos Aires d’une gestion intégrée des déchets, analyse les modalités et les contradictions de l’intégration dans le système de gestion urbaine des déchets des cartoneros : ces récupérateurs sont le produit de la crise économique qui a frappé l’Argentine à la fin des années 1990. L’intégration des cartoneros se met en place dans le cadre des réformes du secteur des déchets – notamment, en réponse aux recommandations internationales et aux nouveaux impératifs en matière de développement durable et de participation de la population – et ne se fait pas sans heurts. Ainsi, les changements de politique dans le domaine des déchets urbains, bien que visant une amélioration des conditions de vie et de travail des récupérateurs, ont induit de profondes mutations dans les pratiques de travail des cartoneros, mais surtout dans leurs pratiques de la ville : c’est ici la question de leur droit d’accès à la ville en tant que citadins qui est en cause. Au-delà de l’exemple argentin, l’article met plus généralement en exergue les défis posés par la collecte et l’élimination des déchets pour la gestion urbaine des métropoles d’Amérique latine caractérisées par de grandes disparités économiques et sociales.

86Le quatrième article introduit la grave question de la vulnérabilité des populations qui vivent ou travaillent à proximité des déchets : une vulnérabilité sociale qui se double d’une vulnérabilité des territoires, produite par les activités liées à la prise en charge des déchets (collecte, valorisation et élimination), mais aussi à leur circulation dans l’espace urbain et aux risques sanitaires et environnementaux afférents. Ainsi, Mathieu Durand analyse pour Lima, autre grande métropole latino-américaine, les logiques spatiales des transferts de déchets : de la sphère domestique à la rue, de la rue aux lieux de traitement et récupération qui se superposent aux lieux de vie des recycleurs (comme dans l’exemple de Montevideo évoqué en première partie). Ces circulations constituent, pour l’auteur, des marqueurs d’inégalités territoriales et environnementales.

87Paradoxalement, la diminution de la vulnérabilité du système urbain se traduit par l’exacerbation de la vulnérabilité de certains groupes de population : à Lima, les habitants les plus exposés aux risques produits par les déchets sont aussi ceux qui permettent – grâce à leur travail – de diminuer l’impact des déchets sur l’environnement urbain et de réduire ainsi la vulnérabilité globale de la ville.

88Dans le texte de Lise Debout, qui porte sur la dimension socio-spatiale des réformes du secteur des déchets au Caire, il est question également d’inégalités territoriales résultant des logiques qui sous-tendent le fonctionnement des différents dispositifs de prise en charge de déchets. Qu’il s’agisse du service public mis en place par les sociétés privées prestataires ou du travail de ramassage et récupération réalisé par les chiffonniers, les quartiers non réglementaires de la ville – qui concentrent plus de 60 % de la population du Caire – semblent être doublement perdants. D’une part, ceux-ci sont délaissés par le service municipal à cause de leur morphologie qui entrave une gestion aisée des ordures (voirie étroite et densité de la population) et, d’autre part, ces quartiers sont également désertés par les chiffonniers, puisque leurs déchets ne présentent pas un grand intérêt économique au vu de leur nature, majoritairement organique. À l’instar de J. Cavé, L. Debout s’interroge sur la nature du déchet et les effets que les différentes représentations, déchet-rebut et déchet-ressource, ont sur l’organisation du service et sur la recomposition des intérêts autour de sa valorisation.

89Luisa Moretto et Mustapha Azaitraoui questionnent, quant à eux, le fonctionnement d’un système « hybride » de gestion des déchets qui combine acteurs publics et privés, modalités « formelles et informelles » de leur prise en charge en Tunisie. À partir de l’exemple de la ville de Sfax, les auteurs montrent comment la stratégie de gestion centralisée mise en place par l’État – fondée sur la valorisation exclusive de certains matériaux et la mise en décharge des autres – s’articule à une variété d’initiatives locales, privées, individuelles et collectives, formelles et informelles, qui occupent un créneau négligé par la gestion étatique. La question posée par ce texte fait écho à la réflexion de J. Cavé sur l’Inde et le Brésil, mais aussi à celle de Lucía Fernández sur les clasificadores de Montevideo : il s’agit ici de remettre en cause la pertinence d’une lecture dichotomique des différents dispositifs à l’œuvre dans la gestion des déchets.

90Jean-Baptiste Bahers clôt la deuxième partie de l’ouvrage par une analyse mobilisant l’écologie territoriale en tant que discipline capable de « faire tenir ensemble » les acteurs, les flux de matières et les enjeux des systèmes socioéconomiques au sens large. Cette posture interroge l’objet déchet ou plutôt le déchet en tant que maillon d’une chaîne d’activités (une filière de traitement, par exemple) où les acteurs et les systèmes socio-techniques forment un tout articulé. À partir de l’analyse de la filière de traitement des DEEE (déchets électroniques et électroménagers), J.-B. Bahers montre au lecteur comment sa territorialisation est moins le produit d’une organisation de la circulation des flux des matières que l’expression des enjeux et des logiques portés par les différents acteurs du secteur sur le territoire. Si les flux des déchets prennent certaines directions et pas d’autres, c’est bien parce que des logiques et des intérêts divers sont en jeu.

91Enfin, à une autre échelle et à un autre niveau, les textes réunis dans cet ouvrage ont comme ambition d’interroger la question de l’évolution des liens que les sociétés entretiennent avec leurs déchets et les paradigmes qui cadrent ces liens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amphoux Jacqueline, 1998, « Défense du pauvre et du fragile », Autre temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, vol. 59, no 1, p. 113-114.

Assaad Ragui, 1988, « L’informel structuré. Les zabbâlîn du Caire », Paris, Peuples méditerranéens, nos 41-42, p. 181-192.

Assaad Fawzia, 2004, Ahlam et les éboueurs du Caire, Grolley, L’Hèbe, 389 p.

Austin John, 1970, Quand dire c’est faire, Paris, Le Seuil, 183 p.

Bahers Jean-Baptiste, 2012, Dynamiques des filières de récupération-recyclage et écologie territoriale : l’exemple du traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) en Midi-Pyrénées, Thèse de doctorat en géographie et aménagement sous la direction de M.-C. Jaillet et A. Rouyer, Université Toulouse II-Le Mirail, 491 p.

Barbier Rémy, Laredo Philippe, 1997, L’internalisation des déchets. Le modèle de la communauté urbaine de Lille, Paris, Economica, 111 p.

Barles Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 297 p.

Baron Catherine, 2007, « Transfert du concept d’économie solidaire en Afrique : paradoxes et atouts », Revue Tiers Monde, no 190, p. 325-342.

Barraqué Bernard, 1993, « Qu’est-ce que le génie de l’environnement ? », dans Barraqué B., La ville et le génie de l’environnement, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, p. 13-32.

Beaune Jean-Claude, 1998, « préface », dans Harpet C., Du déchet : philosophie des immondices. Corps, ville, industrie, Paris, L’Harmattan, p. 9-17.

Beaune Jean-Claude (dir.), 1999, Le déchet, le rebut, le rien, Seyssel, Champ Vallon, 232 p.

Bernache Gerardo, 2003, « The Environmental Impact of Solid Waste Management: The Case of Guadalajara Metro Area », dans Resources Conservation and Recycling, 39 (3), p. 223-237.

Bertolini Gérard, 1990, Le marché des ordures. Économie de gestion des déchets ménagers, Paris, L’Harmattan, 206 p.

Bertolini Gérard, 2005, Économie des déchets, Paris, Technip, 208 p.

Bertolini Gérard, 2011, Montre-moi tes déchets. L’art de faire parler les restes, Paris, L’Harmattan, 128 p.

Binebine Mahi, 2010, Les étoiles de Sidi Moumen [roman], Casablanca, Le Fennec, 150 p.

Birkbeck Chris, 1978, « Self-Employed Proletarians in an Informal Factory: The Case of Cali’s Garbage Dump », World Development, vol. 6, no S/10, p. 1173-1185.

Carré Marie-Noëlle, 2013, Gouverner la métropole par les déchets. Service urbain, action publique territoriale et écologie urbaine à Buenos Aires, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme, Université Sorbonne Nouvelle, 390 p.

Castillo Berthier Hector, 1983, La sociedad de la basura : caciquismo urbano en la ciudad de México, Mexico, UNAM, 142 p.

Castillo Berthier Hector, 1984, El basurero : antropología de la miseria. Siete « historias de la vida » de los trabajadores de la basura en la ciudad de México, Mexico, EDAMEX.

Castillo Berthier Hector, 2003, La basura en el limbo : desempeño de gobiernos locales y participación privada en el manejo de residuos urbanos, Comisión Mexicana de Infraestructura Ambiental & GTZ.

Cavé Jérémie, 2010, La gestion des déchets à Coimbatore (Inde) : frictions entre politique publique et initiatives privées, Document de travail 104, Paris, AFD, 54 p.

Cavé Jérémie, 2013, La gestion disputée d’un bien public impur : économie politique des déchets, LATTS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 456 p.

Charmes Jacques, 2012, « The Informal Economy Worldwide: Trends and Characteristics », Margin, The Journal of Applied Economic Research, s. p.

Cirelli Claudia, 2006, Environnement et usages de l’eau. Pratiques agricoles à risque aux marges des villes mexicaines, Thèse de doctorat en géographie, Paris 8, 434 p.

Cirelli Claudia, 2011, « “Lorsque la ville avait besoin de nous”. Fortune et déchéance de la figure des paysans-recycleurs des eaux usées urbaines au Mexique », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 121-143.

Cirelli Claudia, 2012, « Au bout du réseau », Flux, no 87 : « Mutations des services urbains : le cas des déchets au Sud », p. 39-50.

Cointreau-Levine Sandra, 1982, « Environment Management of Urban Solid Wastes in Developing Countries », Urban Development Technical Paper, no 5, 214 p.

Cointreau-Levine Sandra, 1994, Private Sector Participation in Municipal Solid Wastes Services in Developing Countries, Urban Management Program, Washington, D. C., The World Bank, 153 p.

Corbin Alain, 1982, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social. XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 334 p.

Corteel Delphine, Le Lay Stéphane (dir.), 2011, Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », 331 p.

Coutard Olivier, 2010, « Service urbains : la fin des grands réseaux ? », dans Coutard O., Lévy J.-P. (dir.), Écologies urbaines, Paris, Economica, 371 p.

Dagognet François, 1997, Des détritus, des déchets, de l’abject. Une philosophie écologique, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, coll. « Les empêcheurs de penser en rond », 230 p.

Dagognet François, 1999, « Éloge du déchet », dans Beaune J.-C. (dir.), Le déchet, le rebut, le rien, Seyssel, Champ Vallon, p. 200-209.

Darbon Dominique, 2008, « Réformer un inexistant désiré ou supprimer un inopportun incontournable ? Le service public confronté à l’État et aux sociétés projetées en Afrique », Télescope, Québec, p. 98-112.

Davies Rob, 1979, « Informal Sector or Subordinate Mode of Production? A Model », dans Bromley R., Gerry C. (dir.), Casual Work and Poverty in Third World Cities, New York, John Wiley and Sons, p. 87-104.

Debout Lise, 2012, Gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme sous la direction de F. Scherrer et E. Verdeil, Université Lyon 2, 440 p.

Debout Lise, Florin Bénédicte, 2011, « Les contradictions du nouveau système de déchets au Caire. Conflits, négociations et stratégies d’acteurs », Égypte-Monde arabe, no 8 : « Développement durable au Caire : une provocation ? », p. 31-57.

Dixon Stephen, 2013, Ordures [roman], Paris, Cambourakis, 274 p.

Doctorow Edgar Laurence, 2010, Holmer & Langley [roman], Arles, Actes Sud, 240 p.

Dorier-Apprill Élisabeth (dir.), 2006, « La gestion de l’eau et des déchets dans les villes des PVD, entre modèles exogènes et pratiques populaires », dans Dorier-Apprill E. (dir.), Ville et environnement, Paris, SEDES, p. 385-412.

Douglas Mary, 1966, Purity and Danger, an Analysis of Conception of Pollution and Taboo, London/New York, Routledge, p. 188 [trad.fr.: 2001, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 205 p.].

Dujovneortiz Alicia, 2011, Chronique des ordures. Qui a tué Diego Duarte ?, Paris, Tango Bar, 207 p.

Durand Mathieu, 2010, Gestion des déchets et inégalités environnementales et écologiques à Lima (Pérou) : entre vulnérabilité et durabilité, Thèse de doctorat en géographie, Université Rennes 2, 458 p.

Faure Alain, 1977, « Classe malpropre, classe dangereuse ? Quelques remarques à propos des chiffonniers parisiens au 19e siècle et de leurs cités », Recherches, l’haleine des faubourgs, no 29, p. 79-102.

Fernández Lucía, 2010, Dynamiques du recyclage spontané : regards croisés sur les villes de Montevideo et Paris au XIXe siècle, Projet de fin d’études, École supérieure nationale d’architecture de Grenoble, http://issuu.com/basurita/docs/memoire_pfe_lucia_f (consulté le 24 octobre 2014).

Florin Bénédicte, 2010, « Quelques effets de la réforme du système de gestion des déchets au Caire : reconfigurations des territoires professionnels des zabbâlîn (chiffonniers) », Géocarrefour, vol. 85, no 2 : « Services publics en réforme dans le monde », p. 109-118.

Florin Bénédicte, 2011, « Résister, s’adapter ou disparaître : la corporation des chiffonniers du Caire en question », dans Corteel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès, coll. « Clinique du travail », p. 69-91.

Frykman Carina, 2006, The Power of Waste. A Study of Socio-political Relationships in Mexico City Waste Management System, Master in Cultural Anthropology, Uppsala University, 79 p.

Furedy Christine, 1984, « Survival Strategies of Urban Poor. Scavenging and Recuperation in Calcutta », GeoJournal, 8.2, p. 129-136.

Furedy Christine, 1990, « Waste Recovery in China », Biocycle, p. 80-84.

Furedy Christine, 1994, « Solid Wastes in the Waste Economy: Socio-cultural Aspects », communication présentée au Workshop The Waste Economy, National Institute for Scientific and Technical Forecasting and Strategy Studies, Hanoi, University of Toronto, International Developpent Research Center, Ottawa.

Gervais-Lambony Philippe, Landy Frédéric, 2007, « On dirait le Sud… », Autrepart, no 41, http://www.autrepart.ird.fr/editos/editos/edito41.htm (consulté le 24 octobre 2014).

Gouhier Jean, 1972, Éléments pour une géographie des déchets, Thèse de doctorat en géographie, Université de Caen.

Gouhier Jean, 1984, « Géographie des déchets dans L’art d’accomoder les restes », Paris, Centre de documentation industrielle, Centre Pompidou, p. 17-21.

Gouhier Jean, 2000, Au-delà du déchet, le territoire de qualité. Manuel de rudologie, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 240 p.

GTZ, 2004, Partnerships in Recycling Management, www.giz.de/en/worldwide/15913.html (consulté le 10 novembre 2014).

Hardoy Jorge E., Mitlin Diana, Satterthwaite David, 2001, Environmental Problems in an Urbanizing World: Finding Solutions for Cities in Africa, Asia and Latin America, Newcastle-on-Tyne, Earthscan Publications, 448 p.

Harpet Cyrille, 1998, Du déchet : philosophie des immondices. Corps, ville, industrie, Paris, L’Harmattan, 603 p.

Hart Keith, 1973, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », Journal of Modern African Studies, no 11, p. 61-89.

Hughes Everett C., 1962, « Good People and Dirty Work », dans Social Problems, vol. X, Summer [trad. fr. : 1996, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, EHESS, 344 p.].

ILO, 1989, Urban Informal Sector Information: Needs and Methods; World Employment Programme, Genève, ILO.

Jaglin Sylvy, 1998, « Services urbains et cohésion social en Afrique australe (Afrique du Sud, Namibie, Zambie) : une laborieuse ingénierie », Flux, nos 31/32, p. 69-82.

Jaglin Sylvy, 2004, « Être branchés ou pas. Les entre-deux des villes du Sud », Flux, nos 56/57, p. 4-12.

Jaglin Sylvy, 2005, Service d’eau en Afrique sub-saharienne. La fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Éditions, 244 p.

Jaglin Sylvy, Zerah Marie-Hélène, 2010/3, « Eau des villes. Repenser des services en mutations. Introduction », Revue Tiers Monde, no 203, p. 7-22.

Jeanjean Agnès, 2006, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, CTHS, coll. « Le regard de l’ethnologue », 279 p.

Keyes William, 1974, Manila Scavenger: the Struggle for Urban Survival, Manila, Institute Philippine Culture, 110 p.

Kingsley E. Haynes, El-Hakim Sherif M., 1979, « Appropriate Technology and Public Policy: the Urban Waste Management System in Cairo », Geographical Review, 19, 1, 101-108.

Lautier Bruno, 2013, « L’étrange altérité du travail », Revue Tiers Monde, no 214, p. 35-36.

Lhuilier Dominique, Cochin Yann, 1999, Des déchets et des hommes, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie clinique », 185 p.

Lhuilier Dominique, 2005, « Le “sale boulot” », Travailler, no 14, p. 73-98.

Lipsett Charles H., 1974, 100 Years of Recycling History: From Yankee Tincart Peddlers to Wall Street Scrap Giants, Quezon City, Atlas Publishing Company, 254 p.

Li Shichao, 2002, « Junk-buyers as Linkage between Waste Sources and Redemption Depots in Urban China: The Case of Wuhan », Resources Conservation and Recycling, 36 (4), p. 319-335.

Lima Oswaldo Gonçalves de, 1962, O Reaprofeitamento do Lixo da Cidade do Recife, Prefeitura Municipal do Recife, UR Recife, Instituto de Antibióticos.

Llorente Marie, Zerah Marie-Hélène, 1998, « La distribution d’eau dans les villes indiennes : quels réseaux pour quel services ? », Flux, nos 31/32, p. 83-89.

Lomnitz Adler Larissa, 1975, Cómo sobreviven los marginados, México, Siglo XXI, 229 p.

Lomnitz Adler Larissa, 1988, « Informal Exchange Networks in Formal Systems: A Theoretical Model », American Anthropologist, vol. 90, no 1, p. 42-55.

Marié Michel, 1996, « Aménager ou ménager le territoire ? », Annales des ponts et chaussées, no 77, p. 67-76.

Massoud May A., El-Fadel Mutasem, 2002, « public-Private Partnerships for Solid Waste Management Services », Environmental Management, vol. 30, no 5, p. 621-630.

Medina Martin, 1997, Scavenging on the Border: A Study of the Informal Recycling Sector in Laredo, Texas and Nuevo Laredo, Mexico, PHD Dissertation, Yale University, New Haven, (Connecticut), p. 304.

Medina Martin, 2000, « Scavenger Cooperatives in Asia and Latin America », Ressources Conservation and Recycling, 31 (1), p. 51-69.

Medina Martin, 2007, The World’s Scavengers. Salvaging for Sustainable Consumption and Production, Globalization and the Environment, Lanham, Altamira Press, 303 p.

Melosi Martin V., 1981, Garbage in the Cities. Refuse Reform and the Environment, 1880-1980, Houston, Texas A & M University Press.

Mintz Sydney, 1973, « A Note on the Definition of Peasantries », The Journal of Peasant Studies, vol. 1, no 1, p. 91-106.

Molinier Pascale, 2008, « Éditorial », Travailler, no 19, p. 5-7. www.cairn.info/revue-travailler-2008-1-page-5.htm (consulté le 24 octobre 2014).

Moreno Sanchez Rocío, Maldonado Jorge, Sheldon Ian, 2003, « The Role of Scavengers in a Dynamic-Model of Solid-Waste Disposal and Recycling in Developing Countries », Paper presented at the First Latin American and Caribbean Congress on Environmental and Resource Economics, Cartagena de Indias, Colombia, July 9-11.

Mukherjee Sudhendu, Singh Menefee Andrea, 1981, « Hierarchical and Symbiotic Relationships Among the Urban Poor: A Report on Pavement Dwellers in Calcutta », The Residential Circumstances of the Urban Poor in Developing Countries, New York, United Nations Centre for Human Settlements, Praeger, p. 135-163.

Neamatalla Mounir, 1998, Zabbaleen Environment & Development Program, Cairo, Egypt, The Mega-Cities Project, Publication MCP-018D, 27 p.

Philippot Emmanuelle, 2006, « Gestion et pratiques des déchets solides à Pondichéry », dans Dorier-Apprill E. (dir.), Ville et environnement, Paris, SEDES, p. 481-486.

Post Johan, Broekema Jaap, Obirih-Opareh Nelson, 2003, « Trial and Error in Privatisation, Experiences with Urban Solid Waste Collection in Accra (Ghana) and Hyderabad (India) », Space and Place in Development Geography Conference, Utrecht.

Price John, 1978, Poverty Subcultures in El Paso-Juarez: Healthy Adaptations of the Poor, Unpublished typescript, s. p.

Prignano Angel, 1998, Crónica de la basura porteña. Del fogón indígena al cinturón ecológico, Buenos Aires, Junta de estudios históricos de San José de Flores, p. 337.

Raczynski Dagmar, 1977, « El Sector Informal Urbano : Controversias e Interrogantes », Estudios CIEPLAN, no 13.

Santos Milton, 1975, L’espace partagé : les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, M. Genin-Librairies Techniques.

Sawaia Bader, 1999, As artimanhas da ExclusaÞo : Anàlise Psicos-social e Ética da Desigualdade Social [4e éd.], Petrópolis, RJ Vozes, 156 p.

Scheinberg Anne, 2001, Micro and Small Entreprises in Integrated Sustainable Waste Management, The Netherlands, WASTE, 38 p.

Shanin Teodor, 1973, « The Nature and Logic of the Peasant Economy », The Journal of Peasant Studies, vol. 1, no 1, p. 63-79.

Sicular Daniel T., 1992, Scavengers, Recyclers and Solution for Solide Waste Management in Indonesia, Berkeley, University of California, 201 p.

Silguy Catherine de, 1996, Histoire des hommes et de leurs ordures du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 225 p.

Silverman Sydel, 1979, « The Peasant Concept in Anthropology », The Journal of Peasant Studies, vo1. 7, no 1, p. 49-69.

Subrémon Hélène, Gouvello Bernard de, 2012, « Introduction », Flux, no 87, p. 4-6.

Taira Koji, 1969, « Urban Poverty, Ragpickers, and the “Ants’Villa” in Tokio », Economic Development and Cultural Change, vol. 17, p. 155-177.

Tchayanoff Alexandre, 1972, « pour une théorie des systèmes économiques non capitalistes », Analyse et prévision, t. XIII, no 1, p. 19-51.

Tekim Latife, 1995, Les contes de la montagne d’ordures [roman], Paris, Stock, 160 p.

The World Bank, 2011, http://ppp.worldbank.org/public-private-partnership/overview/what-are-public-private-partnerships (consulté le 24 octobre 2014).

The World Bank, 2012, What a Waste! A Global Review of Solid Waste Management, Knowledge Papers, Urban Development Series, Washington, D. C., 116 p.

UN-Habitat, 2010, « Solid Waste Management in the World’s Cities », Water and Sanitation in the World’s Cities 2010, London, United Nations Human Settlements Program (UN-Habitat), http://www.wsscc.org/sites/default/files/publications/unhabitat-solidwaste-urbanwatersanitation_2010.pdf (consulté le 24 octobre 2014).

Verdeil Éric, 2010, « Les services urbains en réseau dans les pays arabes : diversité des réformes libérales et leurs effets territoriaux », Géocarrefour, vol. 85, no 2 : « Services publics en réforme dans le monde », p. 89-108.

Vigarello Georges, 1985, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 285 p.

Waste et Skat, 2010, Economic Aspects of the Informal Sector in Solid Waste, Eschborn, Germany, GTZ (German Technical Cooperation), s. p.

Wilson David, Velis Costas, Cheeseman Chris, 2006, « Role of Informal Sector Recycling in Waste Management in Developing Countries », Habitat International, no 30, p. 797-808.

Wolf Eric, 1966, « Kinship, Friendship, and Patron-Client Relations in Complex Societies », The Social Anthropology of Complex Societies, p. 1-22.

Zonabend Françoise, 1999, « L’innommable et l’innommé », dans Beaune J.-C. (dir.), Le déchet, le rebus, le rien, Seyssel, Champ Vallon, p. 90-98.

Notes

1 Les cartoneros sont les récupérateurs de Buenos Aires ; les catadores, recicladores, pepenadores travaillent respectivement au Brésil, en Uruguay et au Mexique ; wastpickers, notamment utilisé en Inde, signifie littéralement « cueilleurs de déchets » ou, toujours en Inde, scavenger, dont le sens original est to scrape dirt from the street (Furedy, 1984). Le lecteur peut se reporter au lexique proposé en fin d’ouvrage. Selon la Banque mondiale, environ deux millions de personnes se consacrent à cette activité dans le monde (The World Bank, 2012).

2 On pense bien sûr ici au film d’A. Varda, Les glaneurs et la glaneuse (2000), mais aussi au freeganisme qui consiste à récupérer les déchets alimentaires des commerces, soit par conviction idéologique anti-consummériste (« déchétarisme »), soit par nécessité.

3 Le terme biffin vient de « biffe », tissu rayé, biffé, puis devient l’appellation argotique de la pique utilisée par les chiffonniers pour fouiller les poubelles ; les binners sont les personnes qui récupèrent les canettes (cf. lexique en fin d’ouvrage).

4 La matière première secondaire désigne un matériau issu du recyclage des déchets et pouvant être utilisé en substitution totale ou partielle d’une matière première vierge ; il s’agit d’une notion intermédiaire entre le déchet et le produit. En pratique, la matière première secondaire est un déchet qui a été transformé et/ou combiné, en vue d’obtenir un produit utilisable dans les procédés de fabrication en remplacement de la matière première initiale.

5 Cette dénomination, objet de débats et utilisée ici par défaut, est réductrice de l’hétérogénéité des pays qu’elle inclut et qui présentent des différences socio-économiques et politiques évidemment notables. De la même manière, pour nous, l’usage « des Suds » n’est pas non plus satisfaisant et relève d’une « facilité d’écriture » et d’une « impuissance » à conceptualiser la diversité et les spécificités de chaque pays. Voir à ce propos l’article de P. Gervais-Lambony et F. Landy (2007).

6 Nous sommes bien conscientes que le terme « informel » est sujet à débat : « On s’est mis à appeler “secteur informel” tout ce qu’on appelait auparavant artisanat ou micro-entreprise ou encore petite production marchande […]. Pourtant, la notion de secteur informel posait problème […]. Un vaste méli-mélo, où l’on mélange la domestique et le narcotrafiquant, le cireur de chaussures et le patron d’une petite entreprise. » (Lautier, 2013, 46) La discussion de la notion d’« informel » n’est pas l’objet de cet ouvrage, même s’il est sûr que les exemples développés rendent bien compte de l’hétérogénéité du secteur évoqué par les travaux originaux et engagés du sociologue récemment disparu B. Lautier.

7 Par service conventionnel ou institutionnel, nous entendons ici un système de gestion des déchets qui prend en charge la collecte, le transport, le stockage et la disposition des déchets, dont la régulation et la responsabilité incombent aux autorités publiques municipales – ou aux opérateurs sous contrat avec celles-ci.

8 La notion de « continuum socio-techniques » a été utilisée par Sylvy Jaglin dans le cadre du réseau de recherche SERVED (Services en réseaux dans les villes en développement) qu’elle définit comme un assemblage de systèmes socio-techniques qui assurent ensemble la fourniture de services urbains (séminaire du 9 décembre 2010, AFD-LATTS).

9 La définition de la valorisation se limite en général à la transformation des déchets ainsi qu’en témoigne la directive européenne 2008/98/CE du 19/11/2008 : « Toute opération dont le résultat principal est que des déchets servent à des fins utiles en remplaçant d’autres matières qui auraient été utilisées à une fin particulière, ou que des déchets soient préparés pour être utilisés à cette fin, dans l’usine ou dans l’ensemble de l’économie. »

10 Dans le domaine des déchets, les réformes ont pris la forme d’une participation d’entreprises privées dans la gestion du service, par des délégations, concessions, ou partenariats, connus sous l’acronyme PPP. Les PPP sont le transfert et le contrôle, partiel ou intégral, de la responsabilité de services urbains (santé, assainissement, déchets, etc.) du secteur public à des établissements privés. Selon la définition de la Banque mondiale, le PPP se réfère à des arrangements, à moyen et long terme, entre les secteurs public et privé sur la base d’un accord clair sur les objectifs communs pour la prestation du service. La promotion de ces PPP repose sur plusieurs croyances : une performance accrue du service public grâce à des méthodes innovantes ; une réduction des coûts grâce à davantage de productivité et rentabilité ; une protection de l’environnement plus performante grâce à un personnel très qualifié ; et, enfin, un investissement des capitaux privés pour les infrastructures (The World Bank, 2011). Le secteur privé est donc crédité de qualités telles que l’indépendance politique, la rationalité économique, l’efficacité, le dynamisme et l’innovation qui le place à la hauteur du secteur public (Post et al., 2003). Or, plusieurs études ont montré que l’évaluation des PPP nécessite un examen actif et continu des services rendus pour déterminer si leur efficacité est au moins égale à celle du secteur public, notamment en raison de l’application de modèles développés dans des contextes économiques et sociaux très différents (Massoud, El-Fadel, 2002).

11 On pense ici aux œuvres, hors normes, de l’art brut dont beaucoup ont été réalisées par des pensionnaires d’asiles psychiatriques. Ainsi, le déchet reste associé à la folie, à la sorcellerie (Lhuiller, 2005, 83), à la pathologie – le syndrome de Diogène – illustrée par le roman Homer & Langley (Doctorow, 2010) ou par France Culture dans deux magnifiques émissions : « Le diogène des Baronnnies » (2011) et « Au pays des Diogènes » (2010).

12 La notion de « sale boulot » – dirty work – est proposée par le sociologue américain E.-C. Hugues en 1951, puis développée dans son article « Good People and Dirty Work » (1962) : elle caractérise les tâches « qui se situent en bas de l’échelle des valeurs, qui sont jugées serviles, fastidieuses voire dégradantes et ne procurent aucun prestige social, exposant au contraire ceux qui les réalisent au mépris des autres » (Molinier, 2008, 5).

13 En 1992, dans la ville de Baranquilla, en Colombie, la presse locale signala l’information selon laquelle les corps de 40 récupérateurs avaient été retrouvés mutilés : leurs organes avaient été retirés et vendus pour des transplantations et leurs corps achetés par l’université locale afin d’être disséqués par des étudiants de médecine. L’atrocité de cet événement n’a été que la manifestation la plus violente d’une campagne de « nettoyage social » – limpieza social –, mise en place par des groupes organisés à partir des années 1980, qui visait à éliminer de la société les individus considérés « jetables » – desechables – tels que les mendiants, les vagabonds, les prostituées et les récupérateurs, etc. (Medina, 2007, 73). Ici, l’association entre le déchet, l’impur et l’élimination a dépassé le domaine du symbolique pour atteindre la dimension de l’horreur !

14 Nous faisons notamment ici référence aux communications du colloque international Le métier d’éboueur, un clair-obscur contemporain. Le travail du déchet dans l’espace public, coorganisé par D. Corteel et S. Le Lay les 4 et 5 février 2010 à la MSH de Paris.

15 Ces romans ont parfois une base réelle qui les apparentent à du documentaire. De façon non exhaustive, nous renvoyons ici à des œuvres traduites en français : Contes de la montagne d’ordures (Terkin, 1995), chroniques d’un bidonville de récupérateurs d’Istanbul et de leurs luttes quotidiennes ; Les étoiles de Sidi Moumen (Binebine, 2010), narrant la vie des gamins d’une grande décharge de Casablanca rêvant d’échapper à leur destin ; Chronique des ordures. Qui a tué Diego Duarte ? (Dujivne Ortiz, 2011), analysant les événements réels liés la mort d’un jeune homme enseveli sous la cargaison d’un camion benne dans une décharge argentine ; Ahlam et les éboueurs du Caire (Fawzia Assaad, 2006), qui emmène le lecteur en plein cœur du quartier des chiffonniers ; Ordures, « satire urbaine et saleté de roman noir », raconte les déboires d’un patron de bar dans une ville états-unienne, harcelé par une entreprise mafieuse de ramassage des déchets (Dixon, 2013). La filmographie est aussi très riche et parmi d’autres, citons ici : L’île aux fleurs de Jorge Furtado (1989) ; Ossos de Pedro Costa (1997) ; L’Homme sans nom de Wang Bing (2009) ; Garbage Dreams de May Iskandar (2009) ; Waste Land de Lucy Walker (2010) ; Le pendule de Costel de Pilar Arcila (2013), etc.

16 Pour l’Antiquité et les périodes antérieures à l’époque contemporaine, voir l’excellente reconstruction de l’histoire des récupérateurs dans le deuxième chapitre du livre de M. Medina (2007), les travaux de Lipsett (1974) sur les États-Unis et particulièrement de M. Melosi (1981) pour New York, ceux de S. Barles (2005) pour la France ou encore ceux de A. Prignano (1998) pour Buenos Aires.

17 La description qu’en fait l’auteure est saisissante : « Ils peuvent être comparés à des bandes de chasseurs-cueilleurs qui peuvent faire face au problème de la survie uniquement avec les ressources de leur habileté, leur capacité à ruser et leur solidarité sociale… [Le marginal] est un collecteur des déchets du système urbain et industriel. Il porte des vêtements usagés, transporte de l’eau avec des pots et bidons vides, protège son toit avec des restes de matériaux de construction… L’utilisation des déchets peut être systématique : un habitant qui travaille comme libre ramasseur d’ordures, élève des porcs avec des ordures produit de son travail quotidien… » (Lomnitz, 1998, 96, trad. C. Cirelli)

18 De la même manière que les études de l’époque sur la paysannerie le faisaient pour les unités de production rurales (Shanin, 1973 ; Mintz, 1973 ; Silverman, 1979).

19 H. Castillo fournit une définition très spécifique d’un cacique : un cacique émerge de sa propre communauté, gagne le pouvoir en s’imposant, constitue un groupe de partisans inconditionnels, maintient une relation autocratique et de servitude avec ses travailleurs, cultive le culte de la personnalité, utilise l’arbitraire, la violence, pratique l’usure et la rapine. Il est reconnu comme le « leader » par la communauté ainsi que par les autorités locales ce qui légitime aussi sa puissance, il représente les intérêts d’un seul individu ou d’une petite faction. La figure du cacique est donc éminemment clientèliste et marquée par la corruption (1983).

20 Alors que dans l’Inde coloniale, les scavengers recevaient une licence des autorités pour réaliser leurs activités de ramassage des ordures, la mise en place du service urbain les a fait basculer dans l’illégalité.

21 Ces positionnements font écho aux débats de l’époque sur l’informel et le formel. Ainsi, le Bureau international du travail prend acte, en 1993, de la remise en cause de l’aspect souterrain et illégal du secteur informel alors que les activités dites « informelles », loin de se cacher, s’exercent en plein jour (Charmes, 2012) et qu’elles sont étroitement imbriquées au secteur formel.

22 Dès 1970, à la suite du congrès de Bâle sur l’élimination des déchets, deux structures internationales – l’INTAPUC (International Association of Public Cleansing) et l’IRGRD (International Research Group on Refuse Disposal) – s’associent pour créer l’ISWA (International Solid Waste Association), devenue aujourd’hui une référence en matière de recherche-action sur les déchets. Il s’agit d’une organisation indépendante et sans but lucratif soutenant les économies émergentes. En 1995 émerge un réseau d’experts internationaux, initié par la coopération helvétique et la Banque mondiale, appelé aujourd’hui « Groupe de travail collaboratif sur la gestion des déchets dans les pays à bas et moyens revenus » (Collaborative Working Group on Solid Waste Management in Low and Middle income Countries – CWG) qui porte institutionnellement le changement de perspective sur la gestion des déchets municipaux au Sud. Initialement, il s’agit de formuler une stratégie commune afin de surmonter les échecs de la modernisation de la gestion. Dix ans après, un nombre croissant d’institutions et d’individus – plus de 200 – s’impliquent dans le réseau en vue de combler le manque de connaissances dans ce domaine. Une vingtaine de produits (manuels, guides, logiciels, outils d’aide à la décision) sont élaborés, soit à titre individuel, soit de façon collective. La coordination du réseau CWG est désormais assurée par la coopération allemande (GTZ), ainsi que par les bureaux d’études néerlandais (WASTE), suisse (SKAT) et britannique (ERM). Depuis 1995, ces consultants mènent un projet de recherche bottom-up, intitulé UWEP, sur la gestion des déchets dans sept pays – Mali, Costa Rica, Pérou, Philippines, Inde, Bulgarie, Égypte – qui aboutit à la formulation d’un cadre conceptuel nouveau, l’ISWM (Integrated Sustainable Waste Management). Ce cadre intègre trois dimensions capitales pour appréhender la gestion des déchets au Sud : les parties prenantes actives et passives, les éléments techniques et les paramètres du contexte local garantissant la durabilité du système (aspects socioculturels, environnementaux, institutionnels, économico-financiers, politiques et de politiques publiques). Nous remercions ici J. Cavé pour ces informations.

23 Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing est un réseau international de recherche-action. Son rôle est d’aider au renforcement des organisations des travailleurs informels – en particulier les femmes – et à la solidarité de ces organisations à un niveau international. Les premiers contacts se sont noués avec les récupérateurs d’Inde, puis ont été créées des coopératives locales et nationales, suivies de la construction d’un réseau de récupérateurs en Amérique latine.

24 L. Debout (2012) propose cette définition pour qualifier le service de gestion des déchets en opposition « aux réseaux durs » à partir desquels a été établie la définition traditionnelle, à savoir une gestion centralisée, unicité de la filière, réseau d’armature territoriale, homogénéité, etc. Le réseau mou serait caractérisé par l’absence d’ossature et une desserte en surface qui permet la division du service en segment, chacun correspondant à une jonction entre points nodaux et pouvant être pris en charge par des acteurs différents.

25 Si cette figure était caractéristique surtout de la collecte dans les quartiers populaires de la ville, aujourd’hui elle tend à disparaître à Mexico ; néanmoins, dans les villes de province, on peut encore voir les carretoneros à l’œuvre, surtout dans les périphéries urbaines où les autorités tolèrent toujours leur activité.

26 Initiateur de l’enseignement de la rudologie qui est la science du déchet et de l’ordure et l’étude des biens exclus et rejetés en incluant une dimension spatiale très forte : l’approche par la rudologie amène à l’analyse de la marge, le déchet étant le révélateur de la misère sociale (Gouhier, 1984, 2000).

27 D. Darbon explique ainsi que, en Afrique, la notion est directement héritée du colonisateur (britannique, français, belge, portugais…) et produit des effets juridiques différents selon ces héritages. L’auteur insiste également sur la faiblesse de l’État et de l’administration, sur la corruption et le clientélisme qui expliquent la défaillance des services urbains. La réflexion en termes de services publics a aussi été menée de façon très enrichissante dans le cadre du réseau de recherche SERVED initié par le LATTS et l’AFD en 2011.

Auteurs

Claudia Cirelli a une formation en anthropologie (université La Sapienza de Rome et université Iberoamericana de Mexico) et un doctorat en géographie (université Paris 8). Ses recherches ont principalement porté sur deux grandes thématiques : la gestion de l’eau et la gestion des déchets, analysées notamment à la lumière des enjeux territoriaux et des situations de conflit. Dans les deux cas, sur des terrains mexicains puis français, elle a construit des questionnements sur les effets locaux de ces politiques urbaines et des processus socio-territoriaux associés à la mise en place de réseaux. Elle est actuellement chercheure contractuelle à l’UMR 7324 Citeres (CNRS-université de Tours) où elle participe et anime plusieurs programmes de recherche internationaux qui portent sur la gestion des déchets et ses effets socio-territoriaux. Elle est co-initiatrice et co-rédactrice avec Bénédicte Florin du site et carnet d’hypothèses Sociétés urbaines et déchets (http://sud.hypotheses.org/).

Maître de conférences en géographie à l’université de Tours et chercheure à l’UMR 7324 CITERES, équipe EMAM (Monde arabe et Méditerranée). Ses travaux portent sur les mobilités résidentielles, les politiques urbaines et les questions relatives à la citadinité en Égypte. Depuis 2007, elle s’intéresse également aux systèmes de gestion des déchets et, plus particulièrement, aux récupérateurs et recycleurs de déchets au Caire et à Casablanca. Elle dirige un projet de recherche sur la gestion des déchets au Maghreb, soutenu par MISTRALS - SocMed, et participe au programme ODORR, financé par l’ADEME sur le recyclage et le réemploi des déchets. Elle est co-initiatrice et co-rédactrice avec Claudia Cirelli du site et carnet d’hypothèses Sociétés urbaines et déchets (http://sud.hypotheses.org/).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search