Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Note sur le suffixe -ing en vieil-anglais

André Crepin

Texte intégral

1- Fréquent dans Beowulf

Hwæt!
We Gar-Dena     in gear-dagum
ϸeod-cyninga     ϸtrym ge-frunon
hu ða æϸelingas     ellen fremedon.
Oft Scyld Scefing     sceaϸena ϸreatum
monegum mægϸum     meodo-setla of-teah

1(Or donc allons-nous dire des Danois-à-la-lance, aux jours d’autrefois, de leurs rois souverains la gloire telle que nous l’avons apprise : comment leurs princes firent prouesse. - Souvent Scyld ["Le Bouclier"], de la lignée de Scef ["Le blé en gerbe"] à nombre d’ennemis, à maintes tribus arracha les trônes du festin...)

2Cette ouverture du poème, très travaillée (deux premiers vers octosyllabiques avec rimes et échos), contient en trois vers trois occurences du suffixe –ing.

1.1- Dans les noms propres

3Scyld "le bouclier" est Scef-ing "fils ou descendant de Scef (sheaf "la Gerbe")" ancêtres bien nommés pour une dynastie = protection et subsistance. Sigemund est Wœls-ing, "fils ou descendant de Wæls" ; cf. Wealses eafora 897.

4Les Danois sont donc "gens de Scyld". Cf. le vers-formule introduisant une tirade, 871, etc.

Hroðgar maϸelode          helm Scyldinga
(Hrothgar prit la parole, casque-et-couronne des Scyldingiens). La signification de Scyld-ing-as apparaît clairement aux vers où Beowulf est célébré après sa victoire sur l’ogre (858b-859) :

                         Selra nære
rond-hæbbendra,          rices wyrðra
("[qu’]il n’y avait pas meilleur parmi les possesseurs de boucliers [ = les Scyldingiens], plus digne du royaume [que Beowulf, Hrothgar excepté]").

1.2- Noms communs

5masculin : cyn-ing "le représentant de la tribu" (cynn) (plutôt que, autre hypothèse, "l’homme issu de rang royal")

6féminin : ge-met-ing "la rencontre" (2001, de Beowulf avec Grendel) au sens actif d’affrontement alors que dans witena gemot "l’assemblée des sages ( = des conseillers, plus ou moins occasionnels, du roi)", gemot indique le résultat (le français emploie une forme de participe passé : "assemblée").

2- Témoignage d’Ælfric

7Importance de sa Grammaire latine en anglais (éd. Zupitza). Ælfric a été formé par Æthelwold, évêque de Winchester, artisan de la réforme bénédictine, encourageant les beaux-arts (son Benedictional) et une standardisation du vocabulaire anglais (article de Helmut Gneuss dans le premier volume d’Anglo-Saxon Eghland). La Grammaire d’Ælfric n’est pas seulement un recueil de la morphologie du latin fondé sur Priscien, c’est aussi un vocabulaire latin-anglais, à peu près univoque.

P. 14-15 Sume sundon patronomica, ϸæt synd "fæderlice naman", æfter greciscum ϸeawe, ac seo leden-spræc næfð ϸa naman. Hi synd swa ðeah on engliscre spræce:
     Penda and of ðam
Pend-ing and Pend-ingas
     Cwicelm
and of ðam Cwicelm-ingas,
and fela oðre

8(Certains [noms] sont des patronomica, c’est-à-dire "noms patronymiques", à la manière grecque, mais le latin n’a pas ces noms. Ils existent cependant en anglais : Penda et, à partir de ce nom, [etc.] et beaucoup d’autres.)

9Noter que l’anglais est implicitement, par comparaison, élevé au niveau du grec, et du latin (et, ailleurs, de l’hébreu).

10Je relève pour les noms communs : clœming (litura [rature]) 256/3, earming (miser) 304/15, meting (pictura) 256/1, wicing (pirata) 302/11 ; yrðling (arator) 250/14. Ce dernier pose le problème du double suffixe -l-ing, que je n’aborderai pas.

3- Toponymes

11Il conviendrait d’ajouter-ing-ham / -ing-tun, etc. Ekwall distingue :

121 - Suffixe ajouté à des noms communs : Clavering < clœfer (> clover)

132 - N-ingas :

  1. Ν = nom de personne : Hastings < Hœst-a "le Violent"

  2. Ν = élément naturel : Epping <yppe "lieu élevé"

143 - Fusion (avec d’autres suffixes en nasale)

15-an      Abingdon < Æbban dun "colline d’Æbbe (nom féminin)"

16-en-      Wrightington < wyrhtena tun "le coin des artisans"

17Ou bien substitution : Cherrington / Cheriton < cirice tun "bâtiment attenant / appartenant à l’église"

4- Observations

181 - Latitudes phoniques. Formes verbales en -ing / -ung. On examinerait les différences entre langues germaniques. Les faits en vieil-anglais.

192 - Expansion : esquisser une carte dialectale ; dresser l’inventaire des lexèmes affectés.

203 - Interprétations culturelles.

Poème sur les runes, Strophes 22, vers 67-70:
[Rune n° 22] wæs ærest     mid East-Denum
gesewen secgum     oϸ he siððan eft [ou bien : est]
ofer wæg ge-wat,     wæn æfter ran:
ðus heardingas     ðone hæle nemdun

21("Ing fut tout d’abord chez les Danois de l’Est / [vu =] visible aux hommes jusqu’à ce qu’après à nouveau [ou bien : vers l’Est] par-delà la mer il partit, [son chariot roula après =] suivi de son chariot : ainsi les vaillants guerriers [ou les gens de Ing, Heardingas] nommaient ce héros".)

22Ing se trouve dans des toponymes, par exemple Ink-pen (dans le Berkshire), composé redondant de "colline" (vieil-anglais. + celtique), cf. Church (< cruc)-hill.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter