Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Diachronie des formes verbo-nominales : l'anglais fait-il cavalier seul ?

Guy Bourquin

Texte intégral

I. Aspects du problème

1L'objet de cette étude est de replacer sur toile de fond indo-européenne les formes dites verbo-nominales du verbe anglais. La toile de fond est diachronique et comparative.

2Qu'entendre par verbo-nommal ? Et d'abord par verbal ? Par nominal ?

3La question peut avoir un sens en indo-européen et dans beaucoup d'autres familles de langues du monde, mais non dans toutes (v. certaines langues d'Extrême-Orient…). Aussi convient-il d'élargir le problème et de remonter à la structuration de toute prise de parole.

41. Prendre la parole, c'est effectuer une opération de localisation, schématisable en F (p,q), à lire : "q quant à p" ou "localisation de q sur p".

5Plus précisément :

F0 (P0, q0) où

p0 = SITE ÉNONCIATIF

q0 = PAROLE À SITUER

F0 = MISE DE q0 EN SITUATION (Loc. de q0 sur p0).

6On reconnaît les opérations de l'ancrage énonciatif.

7F (p, q) se réapplique sur q0 pour donner :

q0= F1(p1, q1) où

p1 = thème

q1 = thème

F1 = Loc. de q1 sur p1

8L'opération est effectuable un nombre indéterminé de fois sur le facteur q de chaque application.

9En relèvent les distinctions du genre :

p

//

q

connu

/

nouveau

support

/

apport

thème

/

rhème

présupposé

/

posé

pré-construit

/

à construire

sujet

/

prédicat

anaphore

/

deixis

/

10Le statut de q(0, 1,…) se différencie de celui de p(0, 1,…) par l'opération LOC. qu'effectue F(0, 1,…) : q par F est rapporté à p. La fonction p antécède la fonction q, et q se définit par sa relation à p. Aussi, à la différence de p, q est-il difficilement dissociable de F, à l'opération duquel il doit son statut. La mise en relation par F est le garant de la cohésion du couple p, q.

11En schéma :

12L'important est la fonction localisante de F tant au niveau 0 (F0) qu'au niveau 1 (F1) et sa solidarité avec q (q0, q1).

13On rejoint ce que Benvéniste nomme "fonction verbale". Selon Benvéniste (PLG 154), la fonction verbale (notre fonction F) est à la fois assertive (=F0) et cohésive (=F0, F1) :

"Au sein de l'énoncé assertif, la fonction verbale est double : fonction cohésive, qui est d'organiser en une structure complète les éléments de l'énoncé ; fonction assertive consistant à doter l'énoncé d'un prédicat de réalité… Le verbe, dans un énoncé assertif fini, possède cette double capacité." (p. 154)

14Il convient de distinguer fonction syntaxique et forme matérielle :

"La fonction verbale… reste en une certaine mesure indépendante de la forme verbale, bien que souvent les deux coïncident… (p. 154)… Mais cette fonction n'a pas besoin d'une forme spécifiquement verbale pour se manifester dans l'énoncé… (p. 155)"

152. L'articulation du fonctionnel et du formel est néanmoins posée par beaucoup de langues ; la projection du fonctionnel sur le formel (i.e. l'aplatissement du volumique sur le linéaire) y conduit à l'élaboration d'une morphosyntaxe fondée sur la distinction entre verbal et nominal. Ces deux fonctions morphosyntaxiques (i.e. liées aux contraintes de la surface) ne sont pas symétriques : le verbal (syntagme verbal) est marqué, le nominal se définit négativement par rapport au verbal. Le verbal résulte du télescopage entre F0 et F1 sur le linéaire des relations interlexicales : il en est la projection syntagmatique. Il est la symbolisation formelle de ce qui donne VIE à l'acte de parole : nœud d'une part entre les composantes internes de l'énoncé et (surtout) d'autre part entre l'énoncé et son site énonciatif. En figure :

16La fonction verbale, au sens étroit, assume simultanément V0 et V1, soit V01 V0 ouvre sur A, domaine des modes de l'ancrage énonciatif ; V1 ouvre sur B, domaine des relations argumentaires et actancielles, de l'aspectuel, du modal radical…

17Au plan des classes lexicales (dites parties du discours) est verbal tout lexème apte à véhiculer – en sus d'autres fonctions – la fonction verbale ainsi définie, à lui servir de vecteur formel d'incidence.

18Une lexie verbale (même 'être'), fonctionnellement, n'est jamais du verbal à l'état pur, mais du nominal (riche ou appauvri) associé à du verbal. Benvéniste parle de la conjonction de deux éléments, l'un explicite et variable, l'autre implicite et invariable :

"La variable est la forme verbale comme donnée matérielle : variable dans l'expression sémantique, variable dans le nombre et la nature des modalités qu'elle porte, temps, personne, aspect, etc. Cette variable est le siège d'un invariant, inhérent à l'énoncé assertif : l'affirmation de conformité entre l'ensemble grammatical et le fait asserté. C'est l'union d'une variable et d'un invariant qui fonde la forme verbale dans sa fonction de forme assertive d'un énoncé fini." (p. 155)

19Il suffit d'ôter au verbal ce qui fait sa spécificité fonctionnelle, i.e. F0, sa fonction assertive, pour que tout l'énoncé retombe dans le nominal, ou plutôt ne soit plus que nominal. Nominaliser, c'est désasserter, dévitaliser, couper l'énoncé de ce qui fait son lien privilégié, direct, avec l'instance énonciative. C'est faire d'un réseau argumentaire et actanciel (voire aspectuel et modal) un corps devenu inerte, mommifié, replié sur lui-même, matériau en attente de réemploi.

203. La nominalisation peut laisser, en surface, au verbal dévitalisé plus ou moins de transparence, selon un continuum allant de la simple désassertion (par modalisation ou hypotaxe) jusqu'au syntagme nominal à l'état pur. Par exemple, en synchronie de l'anglais d'aujourd'hui, coexistent sur le même continuum (et sont transformables les unes dans les autres) les formes suivantes :

21A quel moment quitte-t-on le verbal pour entrer dans le (verbo-) nominal ? Fonctionnellement, à la frontière 1 ; syntaxiquement, à la frontière 2 ; morpho-lexicalement, à la frontière 3. La frontière 4 marque le passage lexical au nominal pur ('a building', 'bearded').

22Le nominal se dédouble à son tour, fonctionnellement et lexicalement, à l'intérieur de lui-même, en substantival et adjectival. De l'un à l'autre, là aussi, existe un continuum, d'où peuvent résulter des ambiguïtés entre formes lexicales et fonctions syntaxiques (ex. substantifs en fonction adjectivale d'apposition ; adjectifs d'appartenance doublant ou évinçant un substantif au génitif…).

23Nous nous limiterons à quelques aspects morphologiques, mais en gardant toujours à l'esprit le cadre d'ensemble à la fois morphosyntaxique et lexical. Plus précisément, nous examinerons, à partir de lexèmes verbaux, des formations de type substantival ou adjectival fonctionnant comme noyaux de syntagmes et reflétant avec plus ou moins de fidélité et plus ou moins de transparence les structures argumentaires, actancielles, aspectuelles liées au nœud verbal. Ces formations reçoivent les appellations (traditionnelles et confuses) d'infinitif, gérondif, supin, substantif verbal (noms d'action, d'agent, d'état…), participe, adjectif verbal… Elles sont, d'une langue indo-européenne à l'autre et d'une époque à l'autre, soumises à diverses fluctuations le long du gradient évoqué.

24Aussi les affleurements propres à chaque continuum ne sont-ils, de langue à langue, que rarement superposables. Car, même si les opérations syntaxiques sous-jacentes au dégradé sont à peu près partout du même ordre (en indo-européen tout au moins), les lieux morphologiques d'affleurement sont, eux, tributaires des aléas d'évolution propres à chaque langue. Chaque langue, au cours de son histoire, modifie les pondérations et les équilibres de surface entre les points de la chaîne ; une forme donnée est le plus souvent appelée à glisser d'un point à un autre (ex. ang. –ING) provoquant confusion et réajustements.

25Méthodologiquement l'idéal serait de poser pour chaque langue indoeuropéenne le spectre diachronique des glissements, de le comparer à celui de chaque autre langue, et de situer l'ensemble sur la toile de fond des tendances propres à la famille élargie.

26Le présent exposé n'est qu'un trop rapide et très partiel survol.

II. Courants indo-européens

27Le verbo-nominal se subdivise fonctionnellement en verbo-substantival (formations d'infinitif) et verbo-adjectival (noms d'agent et participes).

28Sans préjuger de ce que fut le pré-indoeuropéen, l'indo-européen commun ne semble pas avoir reçu ou s'être constitué une catégorie verbale de l'infinitif ou du participe. Chaque famille de langue disposait, au départ (après la diaspora), d'une assez grande variété de thèmes nominaux très certainement légués par la langue mère et formés sur des racines lexicales (dont on tirait aussi des thèmes verbaux), [v. Annexe, i] Certaines de ces formations, initialement indépendantes des formations verbales, ont été, dans chacune des familles, progressivement associées plus ou moins étroitement au paradigme morphosyntaxique (noyau actanciel, actants) puis catégoriel (aspect, temps, voix…) des verbes correspondants (i.e. ont été plus ou moins grammaticalisées).

1. L'infinitif (diachronie, diatopie)

1.1. Chronologie

29Le processus de grammaticalisation se laisse décomposer en au moins cinq étapes (D. Disterheft, 1997) très inégalement attestées, très inégalement abouties d'une famille à l'autre :

  1. Etape 1 : substantifs purs à "couleur" verbale
    Caractéristiques :

    1. diversité de formes concurrentes

    2. morphologie identique à celle des classes nominales existantes mais aptes à constituer des noyaux de groupes nominaux

    3. désinences de datif, accusatif, ablatif… selon la fonction dans la phrase

    4. si le grope nominal ainsi constitué inclut un agent ou un patient du noyau verbo-nominal, ces derniers se mettent au génitif ou au possessif

    5. si le GN est complément de but, le patient est au génitif, l'agent (coréférent du sujet du verbe recteur) est sous-entendu

    6. COD de verbes à sujet co-référent

  2. Etape 2 : acquisition de la syntaxe verbale (amorce d'autonomie à l'endroit de la morphosyntaxe nominale)

    1. les substantifs dépendant du noyau nominal peuvent prendre un autre cas que le génitif

    2. le nom verbal peut se mettre à un autre cas que celui qu'aurait un substantif ordinaire dans la même fonction. Dans ce cas il ne fonctionne plus comme simple actant du verbe matriciel.

  3. Etape 3 : acquisition d'une morphologie autonome
    Une fois l'infinitif établi au plan syntaxique, des changements morphologiques peuvent survenir. Des formes apparaissent, historiquement issues de paradigmes nominaux, mais qui sont synchroniquement suigeneris et n'ont plus rien de nominal (ex. Rig-Veda :-tavai).
    NB : l'étape 3 n'annule pas nécessairement, en synchronie, les étapes 1 et 2.

  4. Etape 4 : morphologie unique, spécifique
    Ex. Skt :-tum

  5. Etape 5 : acquisition progressive des catégories verbales : voix, temps, aspect… personne
    Ex. balto-slave, germanique, et surtout latin, grec ancien, langues romanes (cf. la combinatoire avec la personne en portugais)

  6. Etape Ν : vers la résorption plus ou moins complète dans le verbal ?
    Le cas des langues balkaniques (surtout grec moderne, albanais ; à un moindre degré : serbo-croate, bulgare, roumain…)

1.2. Topographie

30L'aire géographique de l'indo-européen peut se schématiser à peu près ainsi :

31C'est aux deux autres extrémités du domaine (ouest : celte ; est : indo-iranien, hittite) que l'évolution du nominal au verbo-nominal est, à date historique, la moins avancée. Les états anciens du celtique et de l'indo-iranien en sont encore aux étapes 1 et 2. Les états modernes de ces langues atteignent péniblement les stade 3 (celtique) et 4 (indo-iranien) sans évacuer pour autant (surtout en irlandais) les étapes antérieures, (v. Annexe, ii et iii)

32Les langues situées entre ces deux extrêmes attestent, dès leurs premiers monuments, une verbalisation nominale plus ou moins avancée, selon un dégradé allant de l'arménien au grec ancien en passant par le balto-slave, le germanique, l'italique. Ces langues ont atteint l'étape 5, mais pas au même degré. L'arménien est tout juste à la limite (v. annexe iv). Quant aux quatre autres, s'agissant du degré d'acquisition des catégories verbales, une nette différence oppose l'arc nord-nord est (germanique et balto-slave) à l'arc sud-sud ouest (latin et grec). C'est dans ces deux dernières langues que l'intégration du verbo-nominal à la conjugaison verbale est la plus avancée (et ceci dès les états les plus anciennement attestés du grec). Elle atteint un maximum dans une langue romane d'aujourd'hui (portugais) avec l'addition de la personne aux catégories acquises par l'infinitif.

33Mais, au delà d'un certain stade, l'intégration peut tourner à l'absorption, témoin la zône des langues balkaniques d'aujourd'hui, issues de familles indoeuropéennes différentes. La construction verbo-nominale y est de plus en plus concurrencée par l'hypotaxe du verbe conjugué au subjonctif (roumain) ou à l'indicatif (bulgare, serbe) et l'infinitif morphologique a même totalement disparu du grec moderne et de l'albanais (étape N, à ajouter aux 5 étapes de Disterheft). La construction conjonction + subjonctif (confondu avec l'indicatif) supplée, dans ces deux langues, pour une bonne part aux fonctions antérieurement dévolues à l'infinitif (manière on ne peut plus radicale d'intégrer la personne !). En revanche, comme par compensation, à l'autre bout de la chaîne, de nouveaux substantifs à 'couleur' verbale entrent en scène dans des conditions comparables à l'étape 1 (v. Annexe, vii). Tout se passe comme si le mouvement était cyclique.

2. Participes

34Une solidarité existe, en diachronie comme en synchronie, d'un côté entre participe et fonction adjectivale, de l'autre entre participe et substantif d'action et d'agent. La fonction adjectivale coiffe aussi bien la morphologie du substantif (apposé ou décliné) que celle de l'adjectif.

35Comme dans le cas de l'infinitif, l'indo-européen commun ne semble pas avoir eu, au départ, de formes à proprement parler participiales i. e. intégrées à la conjugaison verbale (voix, aspect, temps…). Là aussi, il livre une pluralité de thèmes suffixaux non engagés dans le verbal. Ces formations sont soit encore substantives, soit déjà adjectives, soit indéterminées. L'évolution de ces thèmes révèle un chassé-croisé entre substantival et adjectival. En arménien ancien (v. Annexe, iv) infinitif et participe, formellement distincts (-el,-al,-ul vs eal), remontent à une même suffixation -(e)l (thématisée -lo). Le même suffixe -lo donne, en slave, des participes actifs (anciens noms d'agent) entrant dans la formation de temps composés (nes-lu jesmi : = d'abord : "je suis porteur", puis "j'ai porté") ; passage de la propriété notionnelle à une instanciation de cette propriété ? En arménien moderne, le nouveau participe présent (-ogh) résulte de la grammaticalisation d'un substantif d'agent de l'arménien ancien. En latin (v. Annexe, v) le participe futur en -urus et l'adjectif verbal en -ndus sont tirés respectivement des formes de supin (-tu-) et de gérondif (infinitif décliné en -nd-). En grec ancien (v. Annexe, vi), au passif et au moyen, les participes sont formés sur le même thème suffixal que les infinitifs en -men et -menai, eux-mêmes anciens noms d'action. L'état ancien du germanique atteste quelques contaminations entre infinitif et participe : vha : -en au lieu de -end (v. Annexe, ix, ex. 4) ; v. isl : emplois gérondivaux de -end (v. Annexe, x, ex. 2-3). L'islandais moderne, le féroïen (v. Annexe x, ex. 4-8)… accordent dans certains contextes au participe présent une valeur d'infinitif passif.

36Le participe présent est, en revanche, manifestement absent des langues celtes, et ceci dès les monuments les plus anciens de la famille (textes irlandais antérieurs au 10eme siècle) alors qu'il a sans doute existé en celtique commun (non attesté). La disparition de ces formes et la prise en charge de la fonction participiale par le substantif décliné (avec ou sans préposition) accentue encore aujourd'hui dans ce groupe de langues le caractère substantival et peu intégré du verbo-nominal (v. Annexe, iii). On peut établir un parallèle, à certains égards, avec le grec moderne où la disparition de l'infinitif (avec retour corrélatif des déverbatifs substantivaux du stade 1) est concomitante de la réduction du participe présent à une seule forme, à fonction gérondivale et quasi invariable.

3. Aspects du signifié

37Benvéniste (1948) a mis en lumière, dans l'usage que certaines langues indo-européennes ont fait de deux couples de suffixes nominaux d'action (-tu- / -ti-) et d agent (-ter / -tor), une opposition au plan du signifié globalement fondée sur la distinction intension (-tu- et -ter) // extension (-ti et-tor).

38Noms en -tu- et noms en -ti- opposent l'essence à la manifestation, le virtuel à la réalisation objectivée, la notion à ses instanciations, l'indéfinitude au défini. En indo-iranien ancien (v. Annexe, ii), ces suffixes ont des dérivés dont sont issus divers pseudo-infinitifs : les valeurs d'aptitude, disposition, capacité ou destination, but, éventualité, subjectivité (formations en -toh-, -tavai, -tum…) s'opposent à celles d'accomplissement effectif, d'actualité, d'objectivité (formations dérivées de -ti-). En grec homérique, -tus véhicule la disposition et l'aptitude à l'exercice de la notion, la capacité de celui qui l'accomplit, la fonction au sens propre (l'exercice de la notion étant considéré comme la fonction de celui qui la pratique). Avec -sis (< -ti-), au contraire, le procès est conçu comme réalisation objective : la forme sert souvent de régime à des verbes factifs (actualisation concrète de la notion conçue comme effective et objectivée). Le latin oppose -tus à -tio, la valeur subjective, abstraite (idée de, faculté de, virtualité, disposition) à la valeur objective (le fait de, l'acte de, l'accomplissement de… : cf. Plaute : "Quid tibi hanc tactio fuit ?" = "Qu'avais-tu besoin de la toucher ?"). Des orientations semblables, encore que moins systématiquement tranchées, se rencontrent aussi en balto-slave et en celtique.

39Les noms d'agent en -ter et en -tor différencient l'agent d'une fonction (-ter) de l'auteur d'un acte (-tor). La distinction morphologique vaut surtout en indo-iranien et en grec ancien (le latin confie les deux valeurs au type unique -tor). Le suffixe -ter est un classificateur (abolition de l'individuel, uniformatisation dans une classe), un catégoriseur, porteur d'une capacité, souvent chargé d'une valeur finale, qui l'amène à remplacer des formes de futur ou d'infinitif (construit souvent comme prédicat de futurité, d'intention, d'aptitude). A l'inverse, -tor est orienté vers la singularité, l'individuel : l'auteur est désigné à partir de l'acte qu'il a accompli, et caractérisé par la possession de cet accomplissement (son rôle est quasi-participial) : cf en français "Exécrable assassin d'un héros que j'adore…" vs "Ah l'assassin !…".

40Ces oppositions sont latentes dans la plupart des langues indo-européennes et s'y expriment sous diverses formes comme en arménien, avec les deux degrés de l'infinitif : "infinitif (dit) verbe" ou indéfini vs "infinitif (dit) substantif" ou défini (v. Annexe, iv, 2). Partout elles figurent deux états dans l'intégration du nominal au verbal : de la saisie extensive à la saisie intensive. Néanmoins, plutôt qu'une dichotomie, c'est un cheminement qu'il faut postuler, partant du concret de l'instanciation avérée et singulière, puis de la construction progressive de l'expérience acquise au fil des instanciations, jusqu'à l'acquisition des valeurs (modales) de capacité, d'aptitude, puis d'éventualité, puis le passage à la notion pure. Ce cheminement est engrammé dans le continuum comme chaîne implicative (X implique y qui implique z…). Les glissements diachroniques de valeurs peuvent s'opérer dans les deux sens le long de cette chaîne sémique préexistante. C'est ainsi par exemple qu'il faut comprendre l'intégration d'un adjectif d'agent comme participe passé actif dans le temps composé du slave déjà cité ("neslu jesmi" : j'ai porté, m. à m. je-suis ayant-porté < je-suis port-eur) : c'est parce que le nom d'agent (celui qui a-l'expérience-de) est saisi comme adossé à l'expérience acquise du fait distanciations préalables qu'il peut diachroniquement glisser vers les valeurs aspectives et temporelles qu'il implique : le révolu. L'"agent" d'une fonction présuppose l'"auteur" d'actions spécifiques.

III. Position de l'anglais

41Les vicissitudes de l'histoire ont – à des titres très inégaux selon les époques et les états de langue – placé l'anglais à la croisée de trois branches de l'indoeuropéen : le germanique dont il est issu, le celtique via le brittonique (substrat ? + adstrat ?), l'italique via le latin puis le français (superstrat ? + adstrat ? et/ou instrat ?). En outre, la variété de germanique propre à l'anglais (westique ingvéonique) a subi sur une partie de son territoire (nord et centre-est) l'influence d'une autre variété : le scandinave continental (adstrat ? + superstrat ?…). La toile de fond s'en trouve complexifiée d'autant.

1. L'héritage germanique

42Le germanique a poussé moins loin que l'hellénique ou l'italique (mais bien plus loin que le celtique ou l'indo-iranien) l'intégration de formes nominales à la morpho-syntaxe et à la conjugaison du verbe. Si les suffixes d'infinitif (suff. nominal IE -*ono-) et de participe (-and- < IE -*ont- ; -ϸa- < -*to- ; -na- < -*no-) y sont solidement implantés, l'infinitif et le participe en -and- (v.a. -ende) ne s'utilisent guère qu'à l'actif et au présent et ne s'attachent pas encore aux auxiliaires des temps composés naissants. En revanche, les participes en -ana- et en -ϸa- (v.a. -en et -(e)d) entrent dans la formation des premiers temps composés et, bien plus,- ϸa- met dès le proto-germanique sa forme et son sémantisme étymologique (IE -*to- : adhérence, possession, acquis) au service du prétérit des nouveaux verbes (faibles) dont il va jusqu'à endosser les désinences de la personne (degré achevé de l'intégration !).

43Sur l'aire du westique, l'infinitif conserve comme trace morphologique de son origine nominale un reste de déclinaison (génitif, datif…), encore assez vivante en vieux-haut-allemand (v. Annexe, ix, ex. 5-7). Le vieil-anglais, pour sa part, n'a gardé qu'une construction prépropositionnelle morphologiquement figée mais fonctionnellement vivace : to + inf. datif (-enne), où to, seule préposition à s'être ici maintenue, cultive plus que jamais sa valeur étymologique de localisateur abstrait (quant-à, en ce qui concerne…). La construction fonctionne encore parfois comme circonstant autonome (v. Annexe, xi, ex. 2) mais le plus souvent comme complémentation de substantif, d'adjectif ou comme complément de but (v. Annexe xi, 3-6), valeurs de supin seules à avoir résisté à la concurrence des formes de l'infinitif nu (lequel de son côté a perdu depuis longtemps sa morphosyntaxe de substantif).

44Parallèlement aux constructions à l'infinitif, un certain nombre de substantifs abstraits tirés de thèmes verbaux (v. liste Annexe, xi) entrent de plus en plus comme noyaux de syntagmes prédicatifs ou d'énoncés nominalisés (Annexe xi, 7-14). Dans les langues autres que l'anglais (allemand, néerlandais, nordique), ces substantifs sont, au fil du temps, concurrencés dans ces fonctions par l'infinitif nu re-substantivé avec ou sans déterminant (article…). Ces re-substantivations morphosyntaxiques de la forme infinitive, si elles rappellent un procédé répandu en grec classique et évangélique (article neutre to + infinitif et dépendances syntaxiques), sont tardives en germanique : le gotique de Wulfila, pourtant d'une grande servilité à l'égard de la syntaxe de son modèle, rend ces constructions grecques (à l'exception des propositions de but) par une proposition à verbe conjugué (v. Annexe, viii, 8-9). L'anglais (vieil-anglais, puis moyen-anglais) ne re-substantive pas l'infinitif, mais, en revanche et comme par compensation, il favorisera de plus en plus l'accès des noms verbaux aux fonctions morphosyntaxiques du verbe (v. Annexe, xiii). Il se distingue nettement sur ce point des autres langues germaniques, en particulier et notoirement par le sort qu'il commence à réserver, dès la fin de la période vieil-anglaise, aux formes en -ing / -ung (⇒ -ing).

2. Données moyen-anglaises

45Avec le moyen-anglais s'opère, en effet, un véritable bouleversement des rapports antérieurs, du fait de la coïncidence (et peut-être de l'interaction) de quatre événements majeurs :

  1. l'accès des formes substantives en -ing à d'autres propriétés morphosyntaxiques du verbal : transitivité directe, base de l'incidence adverbiale (v. Annexe, xii, ex. 1 et 6), avec maintien concomitant de la fonction substantivale (donc statut comparable à l'infinitif du germanique commun ?)

  2. confusion entre formes du participe présent et formes du substantif verbal en -ing : -ende (-inde) -ing avec maintien apparent de la fonction participiale à côté de la fonction substantive (gérondivale) (v. Annexe, xii, ex. 10-12)

  3. accès de l'infinitif prépositionnel supin (to ----enne) du vieil-anglais aux fonctions restantes de l'infinitif nu (sauf constructions avec perfecto-présents).

  4. Corrélativement, émergence et expansion progressive de noms verbaux (substantifs et adjectifs) d'origine française (v. Annexe, xii, ex. 2-7)

3. Examen et discussion

463.1 La coïncidence de ces phénomènes est-elle fortuite ? L'un d'eux est-il à l'origine d'une réaction en chaîne ? Se sont-ils au contraire confortés les uns les autres ? Le regard est attiré en premier par par le phénomène b), qui a pu faciliter l'extension au nom verbal en -ing des propriétés de syntaxe verbale (phénomène a)) que possédait le participe. Ou serait-ce l'inverse ? Le résultat, de toutes façons, est que le bloc verbo-nominal en -ing ainsi consolidé et devenu multivalent (substantif ET adjectif) non seulement se substitue au participe en -ende, mais aussi concurrence l'infinitif étymologique jusque dans les zones les plus verbales de sa syntaxe actancielle. Il ne restait plus à l'infinitif – lequel n'avait pas connu certaines des propriétés nominales que lui conservent encore aujourd'hui les autres langues germaniques (comme la re-nominalisation) – qu'à consolider son repli déjà amorcé sur les valeurs de supin et de renvoi à la notion. Un signe en est la fluctuation du marquage morphologique de surface : (FOR) (TO) V (-(e) (n) / -Ø). Il ne s'agit plus ici de marques mutuellement exclusives ou complémentaires, mais au contraire d'une variation de marqueurs solidaires reflétant plus ou moins sobrement le jeu d'opérations autour d'un site en attente d'occupation.

473.2 Mais la constitution du bloc verbo-nominal en -ing n'est-elle pas, à son tour, la trace d'un réajustement fonctionnel plus profond ? L'anglais perd-il ici (à la différence des autres langues germaniques) l'autonomie non seulement de la forme mais encore de la fonction participiale ? Et si cette notion de fonction participiale n'était qu'un mirage, qu'un effet de surface ? Un rapprochement avec le celtique peut être éclairant. Le celtique a perdu, dès avant les premiers documents, ou n'a peut-être jamais connu, la morphologie du participe présent. Les langues celtes attestées (anciennes et modernes) ne l'ont jamais (re)constituée. A la fonction dite participiale des autres langues correspond en celtique (goïdélique, brittonique…) la construction prép. + nom verbal (ex. breton moderne : oc'h evãn : buvant). En d'autres termes, le celtique a toujours utilisé un substantif à couleur verbale simultanément pour couvrir la fonction infinitive (ν. Annexe iii) et la fonction de participe agent. Sans chercher à établir une influence directe (difficilement démontrable) de type adstrat ou substrat du celte sur l'anglais, il faut constater que dans ces deux ensembles de langues la morphologie verbo-nominale, en écartant la distinction substantif/adjectif, laisse affleurer une seule et simple opération de localisation de type ETRE-DANS centrée sur le site du verbo-nommal (valeur inessive). En anglais, l'opérateur localisant (sémantisme du genre at, on, in, réduits le plus souvent à a-) n'a fait qu'irrégulièrement surface, mais il n'en est pas moins le noeud occulté d'une fonction F (p, q) où p est le lexeme verbo-nominal en -ing, F le relateur, et q tel élément, explicité ou non, du contexte immédiat.

483.3. Infinitif et formes en -ing se rejoignent donc en profondeur dans la mesure où ils marquent l'un comme l'autre une opération localisante, sont l'un comme l'autre des sites d'insertion (opération que le signifiant de surface peut laisser entrevoir), mais ils se différencient sur la nature de la stratégie localisante : la relation dite infinitive est applicative (le quant-à du supin, de l'adjacence, de la visée), celle dite "gérondive" (-ing) est implicative (l'ETRE-EN comme déjà-là exploitable). Cette distinction s'apparente à celle que Benvéniste dégage çà et là en indo-européenn ancien entre virtuel et actuel (v. ci-dessus II. 3) : -tu- / -ti- ;-ter- / -tor-). Elle va en anglais se confortant à partir du 14ème siècle jusqu'aujourd'hui. D'un côté, en effet, le virtuel inhérent à la construction (to) VØ regarde désormais du côté du modal : l'infinitif-supin (avec ou sans le marqueur to de surface) est le point focal des opérations modales (combinatoire avec les perfecto-présents et divers autres verbes) et concurrence ici le subjonctif-optatif. D'un autre côté, l'actuel inhérent à (LOC) V-ing connaît deux développements, d'inégale ampleur mais tous deux significatifs. Le premier est la renominalisation de propositions verbo-nominales en -ing, surtout fréquentes aux 18ème-19ème siècles (v. Annexe xiv, passim). Le second est l'expansion de la construction périphrastique BE…. ING, qui exploite progressivement, à tous les niveaux d'abstraction, la valeur acquise dès la fin du moyen-anglais, par différenciation d'avec (TO) INF. : le site localisateur (la verbo-nominalisation) est extensible non seulement à l'ensemble du prédicat, mais à la totalité de l'énoncé, si bien que c'est souvent ailleurs, dans un contexte indéfiniment élargi, qu'il faut aller chercher l'entité à localiser.

493.4. Reste à rendre compte du quatrième événement : l'entrée en scène des noms verbaux d'origine française. La verbalisation des formes en -ing a laissé le champ plus ou moins libre à la prolifération de nouveaux substantifs et adjectifs à vocation verbo-nominale, véritable cohorte de formations lexicales alternatives, qui modifient dès le 14ème siècle, le paysage verbo-nominal en concurrençant -ing dans les fonctions qu'il occupait (et continuera par la suite d'occuper) avant la confusion des formes. La variété des constructions est étonnante et elle s'accroîtra encore après la période moyen-anglaise avec l'autonomie qu'acquièrent les suffixes romans à partir de16ème siècle (v. Annexe, xiii, passim). Il convient ici aussi d'établir un parallèle avec la diversité de suffixes verbo-nominaux (dits d'infinitif) que possèdent les langues celtes (anciennes ou récentes) et qu'elles peuvent affecter à un même lexème. L'anglais d'aujourd'hui n'est pas prêt à renoncer aux constructions propositionnelles verbo-nominales (ν. Annexe, xv, ex. 1-5) et va dans ce sens beaucoup plus loin que le français. Sémantiquement, ces noms verbaux recouvrent les mêmes opérations de localisation implicative (insertion, inhérence, coïncidence) que les formations en -ing. Les apparitions en surface de prépositions de lieu (amid, under…) dans les exemples cités en Annexe xv rappellent certaines constructions archaïques indo-iraniennes antérieures à l'évolution des formes vers le datif ou l'accusatif.

503.5 Si l'entrée et l'utilisation massive des noms verbaux en -tion, -ance, -ure… etc. est une conséquence de l'extension du gérondif sur sa gauche aux dépens de l'infinitif germanique, et si cette extension a eu à son tour pour conséquence le repli de l'infinitif sur les valeurs de supin, le nouvel infinitif-supin négocie, dans le même temps, sur sa gauche à lui, un nouveau modus vivendi avec le subjonctif-optatif et le modal. Les valeurs de supin se mettent, en fait, tout simplement, au service du modal, duquel l'infinitif devient formellement de plus en plus le support. On assiste en effet, en moyen-anglais, à l'interaction de deux phénomènes : a) la désinence d infinitif s'affaiblit puis disparaît (-en > -(e) > Ø) dans le même temps que celles du subjonctif-optatif (-e > Ø et -en > Ø) et de l'impératif-subjonctif-infinitif supin ; b) les constructions perfecto-présents + forme nue du verbe englobent progressivement, en se grammaticalisant, la plus grande partie du virtuel et du modal, puis concurrencent, en le marginalisant (mais sans jamais totalement l'évincer), le subjonctif désinenciel. La solidarité qui s'institue entre auxiliaire dit modal et infinitif nu est d'autant plus à souligner que les perfecto-présents, en se grammaticalisant, renoncent à leur autonomie morpho-syntaxique : contrairement à l'allemand, par exemple, ils ne peuvent plus entrer en discours sans le support de la forme nue du verbe plein. Cette forte intégration de l'infinitif à la conjugaison composée du modal fait pièce, à quelques siècles de distances, à l'intégration du participe passé (-d) dans les conjugaisons composées aspecto-temporelle et passive. Faut-il aller plus loin et évoquer l'hypothèse de l'origine du prétérit faible du germanique où l'adjectif verbal en -ϸa- (< IE. -to-) reçoit les marques de la conjugaison ? Dans le cas présent et sur le plan formel, est-ce l'infinitif qui, par modal interposé, est en voie d'accéder à la conjugaison, ou le subjonctif qui, toujours par modal interposé, investit et absorbe du verbo-nominal ? On pense, toujours au plan formel, au devenir du complexe avoir + infinitif en pré-roman occidental, éliminant le futur morphologique du latin, ou à la situation intermédaire de la marque du futur en serbo-croate (co-existence de hoc'u pisati / pisa (t) c'u). On pense aussi au grec moderne (évoqué ci-dessus) où l'infinitif disparaît totalement au profit d'une extension du rôle d'un mode conjugué et d'un regain des constructions nominales. Mais l'infinitif anglais n'en est pas encore (n'en sera dans doute jamais) là !

513.6. En bref, dès la fin du moyen-âge, le continuum diachronique des opérations sémantiques sous-jacentes à l'élaboration du verbo-nominal confirme un mouvement de l'implicatif vers l'applicatif, de l'inhérent vers l'adjacent, de l'être-EN vers l'être -A autour d'une frontière située entre gérondif (-ing) et supin (inf.) :

IV. Pour conclure

52Cette étude laisse tout juste entrevoir la complexité des problèmes. Les quelques indications données dans les annexes aident à peine à prendre la mesure de cette complexité.

53Sont intriqués dans le même écheveau à la fois du lexical, du morphologique, du lexico-syntaxique, du morpho-syntaxique, du syntaxique, du fonctionnel, du sémantique. Il faut, d'autre part, distinguer plusieurs sortes de continuum :

  1. du verbal au nominal et/ou vice-versa

  2. du substantival à l'adjectival et/ou l'inverse

  3. les interactions de a) et b) en synchronie

  4. les données a) – b) – c) en diachronie

54Les causes des changements sont le plus souvent liées à la nature des traitements discursifs. En synchronie, les diverses constructions attestées le long d'un dégradé cohabitent - par définition - dans le système et les glissements de l'une vers l'autre (vers plus ou moins de nominal) obéissent à des décisions d'ordre stylistique (concision, densité, abstraction…) ou à des choix de niveau de langue (écrite, formelle, familière, poétique…). Le problème serait à étudier à travers les textes et documents, décennie par décennie, à l'aide de recensements statistiques, délimitant diverses strates de discursivité, les rapports de force à l'intérieur de chacune. D'autres lignes de force, d'autres fractures mais aussi d'autres espaces frontières seraient alors à dégager que ce dont nous avons pu faire état.

55Néanmoins, à condition de s'en tenir à une certaine distance de prise de vue, se dessinent certaines convergences entre l'anglais et les autres langues indoeuropéennes. Les solutions de surface attestées par la morphologie et la morphosyntaxe, même si elles ne sont pas superposables de langue à langue (au niveau de la traduction par exemple), ne reflètent pas moins des tendances récurrentes, celles-là même que nous avons tenté ici au moins d'évoquer : notamment le glissement (à la faveur d'ambiguïtés) des valeurs locatives et instrumentales vers les valeurs datives-accusatives, et la complémentarité entre formes verbalisées et non-verbalisées.

56La nominalisation est-elle autre chose qu'un simple mouvement vers l'abstraction ? Elle est plutôt une opération stratégique : nominaliser c'est souvent "reculer pour mieux sauter". C'est libérer V1 pour mieux valoriser V0. C'est créer une attente, un vide assertif, un appel.

Bibliographie

Bibliographie

Benvéniste, Emile, 1935a. Origine de la formation des noms en indo-européen. Paris, Maisonneuve.

—, 1935b. Les infinitifs avestiques. Paris, Maisonneuve.

—, 1948. Noms d'agent et noms d'action en indo-européen. Paris, Maisonneuve.

—, 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris, Gallimard [=PLG].

Bosworth & Toller, [1898] 1964. An Anglo-Saxon Dictionary. Oxford, OUP [=ASD].

Burguière, Paul, 1960. Histoire de l'infinitif grec. Paris, Klincksieck.

Disterheft, Dorothy, 1997. "The Evolution of Indo-European Infinitives" in J.Ι.E.S. Monographs, n° 20, Washington.

Einarsson, Stefán, 1945. Icelandic. Baltimore, Johns Hopkins Press.

Feydit, Frédéric, 1969. Manuel de langue arménienne. Arménien occidental moderne. Paris, Klincksieck.

Gagnepain, Jean, 1963. La syntaxe du nom verbal dans les langues celtiques. Paris, Klincksieck.

Haudry, Jean, 1979. L'indo-européen. Paris, PUF.

Hémon, Roparz, 1975. Grammaire bretonne.8ème édition, Al Liam.

Jespersen, Otto (réimp. 1961). An English Grammar on Historical Principles. London, Allen & Unwin [=MEG].

Jolivet et Mossé, [1947] 1959. Manuel de l'allemand au moyen-âge. Paris, Aubier.

Lockwood, W.B., 1964. An Introduction to Modern Farnese. Copenhague, Mundsgaard.

Minassian, Martinos, 1976. Manuel pratique d'arménien ancien. Paris, Klincksieck.

Mirambel, 1959. La langue grecque moderne. Description et analyse. Paris, Klincksieck.

Mossé, Fernand, 1944. Manuel de l'anglais du moyen-âge, I. Vieil-anglais, Paris, Aubier.

—, 1956. Manuel de la langue gotique. Paris, Aubier.

—, 1957. "Réflexions sur la genèse de la forme progressive", in Mélanges Karl Brunner.

Noreen, Adolf, 1903. Altisländische Grammatik. Halle, Niemeyer.

Russel, Paul, 1995. An Introduction to the Celtic Languages. London, Longman.

Thurneysen, Rudolf, 1975. A Grammar of Old Irish. Dublin.

Annexes

Annexes

Annexe I : INDO-EUROPEEN. Principaux suffixes de formation de noms d'action et d'agent (d'après Haudry, 49 sq.)

1. Suffixe ø : nom d'action ou d'événement, agent, instrument, objet accompli. Un même nom racine peut être polyvalent. Souvent continuité (dans un sens ou dans l'autre) entre l'abstrait, l'entité, la "force personnifiée" et même l'objet matériel (cf. nom-racine védique samidh- : bûchette, allume-feu, et datif sing, avec valeur d'abstrait :'pour allumer')

2. Suffixe -o- : a) action, objet accompli (gr. tóm-o-s : coupure, chose coupée) b) agent (gr. tom-ó-s : coupant) c) action (voyelle racine = e : werg-• : travailler ⇒ werg-o : travail (ang. work)

3. Suffixe -eH2 : action (tom-á- : coupure, gr. tomê), quelques noms d'agent (lat. agricola)

4. Suffixe -e/os : a) médio-patients b) agents.

5. Sufi -ew/-u : adj. primaires. Elarg. thémat. -wo : adj. d'état : *gui-wo : vivant

6. Suffi -ey/-i- : action. Vieille formation. Peu d'ex. souvent au dat.sg. (véd. dršáye : pour voir). – Elarg. thémat. -yo- : adjectifs déverbatifs à valeur prospective (véd. ya j(i)ya- = gr. agios : venerandus)

7. Suff. -en et H1 en- : adj. d'appartenance ou de localisation. Elarg. thémat. En -no (parallèle à -to, cf 11 ci-dessous) : a) adj à valeur possessive, b) substantifs à valeur d'action (swep-no : sommeil, le dormir) ? Un doublet en -ono-est à l'origine des infinitifs du germanique.

8. Suff -mo- (élarg. thém. d'un suffi -em peu attesté). Adj. à valeur médiopassive. A l'origine de participes louvites et balto-slaves

9. Suff -ro- : adj. à valeur active ou médio-passive

10. Suff. -lo- (thématisat. d'un ancien -el ?) : adjectif d'agent (cf. lat. credulus) ⇒ part, passés actifs du slave, arménien, tokharien et adj. latins en -li- : agilis ; de plus passage à la valeur médio-passive (agilis : qui agitur ; habilis : qui habitur…)

11. Suffixe -et- : abstraits déverbaux en anatolien. Vestiges en védique, latin, gotique (mit-aϸ-s : mesure, abstr. de mitan), dans des formes d'infinitif datif iranien (i-t-ay : pour aller) Le correspondant thém. -to- : ⇒ part, passés pass. de la plupart des langues i.e. initialement dérivés possessifs de noms racines.

12. -ter- et -tel- : deux types de dérivés d'agent ("agent" vs "auteur" à partir de –ter- vs -tor-, cf. gr dotêr/dôtôr)

13. -tey- / -ti- : a) subst. fém. d'action "objective" (Benvéniste) (ex. got. gabaurϸs, angl. birth <bhr-tey-) b) -tey : en gâthique ⇒ infinitif datif, puis inf. thème (pour-aller ⇒ aller) c) ti +yen tyen attesté en latin (-tion-), arménien, celtique, d) -ti, aussi, qq noms d'agent e) -tyo (thémat.), adj. à valeur prospective

14. –teu/-tu- : a) subst. masc./fém. d'action "subjective" (Benvéniste, cf 13 ci-dessus) b) -two- : adj. verbaux de sens futur ou désidératif : véd. kar-tva (à faire). Symétrique de -tyo-

15. -men : a) valeur centrale de "nom instrumental", évoluant soit vers des noms d'agent, soit d'action. Donne les inf. grecs en -men et -menai b) -mno- (thémat.) : suffixe de part, présent et aoriste médio-passif (lat. alumnus). Refait en grec : menos, et indien : -mana.

16. -e/o nt : suffixe dénominal possessif (= possesseur de) ⇒ participes présents et aoristes actifs.

Annexe II : INDO-IRANIEN (D'après Benvéniste 1935b)

Les Avestas représentent l'état le plus archaïque. Une nette évolution s'amorce avec le védique (puis le sanskrit classique) et surtout en iranien (moyen et moderne).

1. Avesta

Difficile de parler d'infinitifs, bien qu'obéissant à une syntaxe bien définie : "rection verbale, position de dépendance vis à vis d'un verbe personnel…, éventuellement fonction d'impératif…, forme particulière du thème et liaison formelle avec un thème verbal" (p. 61) Morphologiquement les formes sont à l'instrumental, au locatif, mais surtout au datif. Les marques sont d'abord déterminées dans le cadre des fonctions actancielles, mais le datif tend de plus en plus vers l'emploi absolu. Sont attestés huit types de formations suffixales. Les sept premiers trahissent encore leur ancien emploi nominal (Ex. dat. da-voi : pour créer ; gat-toi : à obtenir). Le huitième (formes en -dhyai) est dès l'origine établi dans sa fonction d'infinif et n'entre dans aucune formation nouvelle. Trait distinctif de ce dernier : se comporte comme des formes personnelles en proposition libre (fonction paratactique, non encore subordonnée).

2. Védique

Datif de plus en plus prépondérant.

On distingue : a) des formations homologues des 7 premières de l'avestique, et élimination de -dhyai b) de vieilles formations nominales abolies par ailleurs (-sani,-tari) c) des développements nouveaux : formes fléchies en -tu- (-tum, -toh, -tave), génitifs et accusatifs radicaux en -ah, -am. (NB : -tum deviendra la seule forme infinitive du sanskrit classique).

Contrairement à l'avestique, les infinitifs peuvent être régis par des prépositions. Ils peuvent avoir aussi un complément au datif (ex. ahaye hantavai : m. à m. pour le dragon, pour la mise à mort, i.e. pour mettre à mort le dragon).

3. Iranien moyen et moderne

Des formes anciennes disparaissent, d'autres survivent jusqu'aujourd'hui. De nouvelles formes s'installent selon les dialectes. Les deux grandes formations anciennes sont représentées la première par le suffixe -tan (persan moderne) qui se conforme au radical du participe passif, la seconde par les suffixes -ty (sogdien), -te (saka). Le persan a aussi (après les verbes de réflexion, décision, discours, convenance, nécessité) un inf. court en -t (-d) qui coïncide formellement avec le participe passif et le thème de prétérit.

Annexe III : IRLANDAIS ANCIEN (⇒10ème siècle)

A. Principaux suffixes de formation du nom verbal

Se déclinent. Le nominatif est qqfois remplacé par le datif (à cause de l'usage fréquent de ce dernier avec do ?)

  • suffixe ø : la racine se décline sur le modèle de neutres ø ou sur F/N en -e

*-t étymologique :

  1. -th,-t,-ss (<rac. t- + -t)

  2. -tiu (= Lat. -tio)

  3. -tal,-(t)ol, -tar -<*-tlo-, *-tro-)

  4. d)-acht (-echt)

*-m étymologique :

  1. -um, -em, -am (<*-mu, *-ma)

  2. -m (<*-men)

-n féminins pour la plupart

B. Exemples de constructions [1 à 6 : <Gagnepain ; 7 à 9 : <Thurneysen]

(1) nifoílsitis deícsin agnúsa iarmbid dó oc accaldim dé octindnacul recto dó = ils ne pouvaient supporter de regarder son visage, après qu'il eut conversé avec Dieu, lorsque la foi lui fut donnée (litt. ils ne pouvaient plus supporter la vue de son visage après l'état à lui en conversation avec Dieu, lors de la remise à lui de la Loi).

(2) ar-dofórmaich fochricc dosom sochude dochreittim triaprecept = car cela augmente sa récompense qu'une multitude croie grâce à son enseignement (litt. une multitude à croire).

(3) ba uissiu ind figor do imthrenugud veritatis = mieux vaudrait que l'image confirmât la réalité (litt. l'image à confirmer).

(4) is hecen doib ingremmen do foditiu = il leur faut souffrir des persécutions (litt. des persécutions à souffrir).

(5) dobeir teist dinni cretem dúibsi = le fait que vous croyez porte témoignage de nous (litt. la foi à vous).

(6) foditiu fochide duibsi… le fait que vous enduriez des souffrances (litt. l'endurance de souffrances à vous).

(7) dénum maith (gen.) ocus imgabáil uilc (gen.) do dénum "to do (lit. "doing of") good and to avoid doing evil" Ml. 14°12.

(8) is bés leo-som in daim (nom.) do thúarcuin "it is a custom with them that the oxen thresh" (lit. "the oxen for (the) threshing") Wb.10d6.

(9) ni guid dígail (acc.) du thabairt foraib "he prays not that punishment should be inflicted on them" (lit. "he prays not for punishment for bringing on them")

C. Les trois types syntaxiques (Gagnepain)

(1) far cretem

= votre foi

(2) cretem dúibsi

= la foi à vous

(3) sochude dochreittim

= une foule à croire

Annexe IV : ARMENIEN

1. Arménien ancien (classique)

Le nom verbal, substantif (=pseudo-infinitif) ou adjectif ("participe") est formé avec un seul et même suffixe : *-lo-, d'où sont dérivés :

a) inf. en -el, -al, -ul. Sens actif et médio-passif. Il se décline et a son régime au génitif, ce qui n'empêche pas non plus des emplois de type verbal.

De l'infinitif sont tirés deux adjectifs : (1) en -i : ex. sireli (<sirel) : qui peut être aimé, aimable (qqfois : qui peut aimer) (2) en -oc : participe futur : à porter, à être porté.

b) participe, toujours en -eal. Les participes en -eal = d'anciens substantifs.

Ex. nora bereal : il a porté (origin. = {il y a] porter de lui). Il s'emploie comme nom (substantif et adjectif : ex. apôtre, envoyé) et comme verbe (accompagne alors un prédicat à une forme personnelle et traduit une action antérieure à celle de la forme personnelle).

Le suffixe formateur est le même que celui des temps composés du slave : *-lo (slave : nes-lu jesmi : j'ai porté =je suis porteur).

c) noms déverbatifs d'agent en -ogh (= subst. franç. en -eur).

2. Arménien moderne

Morphologie plus riche tant à l'actif qu'au passif.

a) infinitif

Toujours une forme substantive du verbe (déclinable à tous les cas : ex. dat. = valeur de supin ; inst. = valeur de gérondif, type "en…ant"). Sa substantivité connaît deux degrés : (1) "infinitif verbe" (ou indéfini) (2) "infinitif substantif'(ou défini), ce dernier toujours accompagné de l'article défini ou du possessif. Ex. (1) Je l'ai dit pour dire quelque chose (= pour-parler) VS (2) Tu as été puni pour avoir bavardé (=pour-ton-parler). Sens : virtuel ou vague VS actuel ou précis (cf. Benvéniste *-tu-/*-ti-, et p.ê. ang. to-V / V-ing ???)

Sujet du défini : génitif ; de l'indéfini : nominatif. Dans les deux cas, peut avoir tous les compléments du même verbe à mode personnel. De plus le groupe infinitival = expression inséparable, placée avant le verbe principal. Correspond souvent à une proposition complétive franç.

b) participe

Trois formes : présent (-ogh), passé (-adz,-èr), futur (-lou, -lik).

Le participe présent (absent de l'arménien classique) résulte de l'intégration progressive des noms déverbatifs d'agent (arm. anc. ci-dessus : noms en -ogh). Leur emploi est conditionné par le degré d'"animation" du sujet et/ou de l'action, à l'actif comme au passif (dans les cas contraires : participe passé).

Participe futur et participe passé : comme en arménien ancien, une même forme peut correspondre à un infinitif ou à un participe.

Au présent, au contraire, infinitif et participe sont nettement distincts.

Annexe V : LATIN CLASSIQUE

1. Inf. présent :

actif -re, passif -ri < -s-i (loc. ou dat. ?)
uiuere < -gwiw-es-i (loc.) = nom verbal
ex. canta-re

passé :

-is-se : cantavisse

3. "Adjectif verbal : canta-nd-us (à chanter, devant être c.)

6. Participe présent actif :

canta-nt- (nom. canta-n-s

gén. canta-nt-is… etc…)

7. Participe passé passif : canta-tu-s

8. Noms à "couleur" verbale : canta-tu-s (4ème décl. <suff *-tu- cf. supin), canta-ti-o, canta-men, orna-tu-ra (cf. orna-tu-ru-s) = parure…

9. Noms d'agent : cantator

10. Adjectifs : canta-bilis, canta-bundus (chantant)

Annexe VI : GREC ANCIEN

Infinitif :

présent, futur, aoriste, parfait à l'actif, au passif et au moyen
les suffixes sont : -ein, -ai, -nai, -sthai

Participe°:

présent, futur, aoriste, parfait aux trois voix
les suffixes sont : -nt et -t- à l'actif

-menos, -tos au médio-passif

Noms d'action et d'agents divers, notamment : -sis (kinesis : mouvement cf. kinein : se mouvoir) : -tor (dôtor : donneur).

Annexe VII : LANGUES BALKANIQUES MODERNES (ex. grec, roumain)

1. Grec moderne

L'infinitif a disparu. Le participe ne subsiste plus à l'actif qu'au présent, et sous une forme invariable.

Emergent en revanche trois suffixes de noms verbaux : -simo, -sê et -ma dont le développement s'est accru par suite de la disparition de l'infinitif.

Ex. a) desimo (le fait de lier, sur deô : lier) : trellos gia desimo = fou à lier, b) kapnisma (acte de fumer, val. aoristique, sur kapnizô : fumer) : apagoreuetai to kapnisma = défense de fumer (m. à m. est interdit l'acte-de-fumer) c) arkhizei ta klamata : elle se met à pleurer (m. à m. elle commence les pleurs).

2. Roumain

Infinitif : a vorbi (parler), a cânta (chanter)

Participe prés. (val. de gérondif) : vorbînd, cântând

Part. passé : vorbit, cântat

Nom verbal : vorbire, cântare, avec l'article défini féminin : vorbirea (la parole), cântarea (le chant, l'acte de chanter)… cf. latin : intelligere meum (rare).

Annexe VIII : GOTIQUE (ex. d'après Mossé, p. 184-5)

1. Ik qiϸa izwis ni swaran allis [Moi je vous dis de ne pas jurer du tout]

2. Gatauja igqis wairϸan nutans manne [Je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes]

3. Insandida ina haldan sweina [Il l'envoya garder les porcs]

4. Azetizo ist ulbandau ϸairh ϸairko neϸlos galeiϸan [Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille]

5. Urrann sa saiands du saian [Le semeur sortit pour semer]

6. Hvaϸar ist azetizo, du qiϸan… ϸau qiϸan… ? [Lequel des deux est plus facile, de dire… ou de dire… ?]

7…. du in aljana briggan ins (=eis to parazêlôsai autous) [pour les amener à l'émulation]

8…. jah warϸ, miϸϸanei saiso (= en tôi speirein) [il advint, pendant qu'il semait]

9…. afar ϸatei atgibans warϸ Iohannes (=meta to paradothênai) [après que Jean eut été livré]

Annexe IX : VIEUX-HAUT ALLEMAND (ex. d'après Jolivet et Mossé, Mama p. 194-5)

1. Wer zwivelot Romanos iu wesen aller richo herren ? [Qui met en doute que les Romains furent jadis les maîtres du monde ?]

2. Mihhil gotlih ist, daz der man den almahtigun truhtin sinan fater wesan quidit [Il est très bon que l'homme dise que le Dieu tout-puissant est son père]

3. Dise wort begunden wol gefallen sinen mannen alien [Ces paroles commencèrent à plaire grandement à tous ses hommes]

4. Do ich daz becke hangen vant [Lorsque je trouvai la coupe suspendue (à sa chaîne)], hangen < hangenne < hangende

5. Ni gab si… thes ruaffenes stal [Elle ne cessa de le supplier]

6. Forgip mir… tiuflun za widarstantanne [Accorde-moi de résister au démon]

7. Daran lit der sele volkomenheit, an bekantnisse und an begrifenne [En cela réside la perfection de l'âme, dans la connaissance et la compréhension (=le comprendre)]

8. Gein nigen si ir houbet wegeten [Elles remuèrent leur tête pour saluer]

Annexe X : SCANDINAVE (exemples à partir de l'islandais et du féroïen)

Annexe XI : VIEIL-ANGLAIS

PARTICIPES :

a) présent :

-ende (<IE : n-t-)

b) passé :

-en (Vft) // - d(Vfb) (<IE -no- // -to-)

1. Ic fare huntian : venatum pergo (Aelfric, Gr. 24)

2. Sorh is me to secganne… / gumena aengum hwaet me Grendel hafaϸ/…/faeniϸa gefremed [There is sorrow in my mind at recounting…] (Beo. 473 sq., MEG 5.162)

3. Hit is ungelieflice to secganne [… in respect of speaking] (Ib.)

4. Him waes laϸ… mannum mete to syllenne [He was loath to give food to men] (Ib.)

5. Him waes laϸ to amyrrene his agenne folgaϸ [… to injure his own retinue] (Chr. 1048, ASD s.v. folgaϸ

6. Him leofre waere wiϸ hiene to feohtanne [Il préférerait combattre contre lui] (MEG 5.163)

7. Ac him on hreϸre… /aefter deorun menn dyrne lang / beorn wiϸ blode [Car, en son âme,… un élan tenu secret pour ce héros très aimé lui mettait le sang en feu] (Beo. 1878-80 ; d'après trad. A. Crépin)

8. Hi saedon ϸaet hi woldan cuman ϸider for ϸaes cynges swicdome [They said that they would come there for the purpose of acting treacherously towards the king] (Chr. 1048, ASD s.v. swicdom)

9. … ϸaet hig to swetulunge beon ϸaet ic dealf ϸisne pytt [Afin qu'ils servent de témoignage (=in testimonium) que j'ai creusé ce puit] (Gen. 21. 30)

10. … mannum to swetelunge ϸaet hi sylfe magon Godes rice geearnian mid godum weorcum… [… afin de prouver aux hommes (m. à m. : en guise de preuve pour les hommes) qu'ils peuvent eux-mêmes mériter le royaume de Dieu] (Aelfric, St Swithin) – Cp. Crist swetulap mannum ϸurh his maeran halgan ϸaet he is aelmihtig God… [Christ démontre aux hommes à travers cet illustre saint qu'il est Dieu tout puissant.] (Ibid.)

11. Hie langung beswac eorϸan dreamas eces raedes [The longing for the joys of earth cheated them of eternal good] (ASD s.v. langung)

12…. geleafan to trymminge [pour fortifier la foi (m. à m. en tant que fortification de la foi)] (Aelf., St Edmund). Ailleurs : to geleafan trymminge (ASD)

13. To ϸolebyrdnysse ϸrowunga strange [ad tolerantiam passionum fortes] (ASD s.v.) Cf. wer ϸolebyrde : vir patiens (Ibid.)

14…. ϸaem AElmihtigan to lofe [… à la gloire du Tout-Puissant (m. à m. : en guise de louange au Tout-Puissant)] (Aelfric, St Edm.)

Annexe XII : MOYEN ANGLAIS

Chaucer : The Parson's Tale

1. Seint Ambrose seith that Penitence is the pleynynge of man for the gilt that he hath doon, and namoore to do any thyng for which hym oghte to pleyn… Penitence is verray repentance of a man that halt hymself in sorwe… And for he shal be verray penitent, he shal first biwaylen the synnes that he hath doon… As seith Ysidre, He is a japere and a gabbere and no verray repentant that eftsoon dooth thyng for which him oghte repente". Wepyng and nat for to stynte to do synne may nat avayle…. And therfore repentant folk, that synte for to synne… [etc…]

2. … hooly chirche yet hopeth his savacioun, by the grete mercy or oure Lord Jhesu Crist, for his repentance…

3. … The thridde grevance is a man to have harm in his body

4. Accidie is eek a ful greet enemy to the liflode of the body, for it ne hath no purveaunce agayn temporeel necessitee… God hath abhominacion of swich Accidie…

5. Usage of labour is a greet thyng… Thanne comth drede to begynne to werke anye goode werkes. For certes, he that is enclyned to synne, hym thynketh it is so greet an emprise for to undertake to doon werkes of goodnesse, and casteth m his herte that the circumstances of goodnesse been so grevouse and so chargeant for to suffre, that he dar nat undertake to do werkes of goodnesse

6. Thanne is discipline eek in knokkynge of thy brest, in scourgynge with yerdes. in knelynges, in tribulacions, in suffrynge paciently wronges that been doon to thee, and eek in pacient suffraunce of maladies, or lesynge of worldly catel, or of wyf, or of child, or othere freendes.

7. The exposicioun of this hooly preyere… I bitake to thise maistre of théologie…

Divers

8. Wyclif Bible (1382) : ϸe lyfe ϸat declyneϸ to dyuynors & herkeneres to deuylys…

9. Pilgr. Soul (1500) : Ye herkeneres of evill tales, ϸat haue made of youre eres bagges to gadre…

10. His bihalding sail be full of pete, / His semblant to seke reght lykind sallbe :/His brest alswa sal be slokening of threst,/…/His bering like a lamb meke sal be [Son regard sera plein de clémence, / D'apparence il semblera rechercher la justice :/Sa poitrine aussi apaisera la soif, /…/ Il aura l'aspect d'un doux agneau] (The Prophecy of the Six Kings,14ème s., trad. Blaise Douglas)

11. Whetand his tuskes sall (rat ilk bare / Fare… / He sail ger reuers & mani grete flode/Be rinand with hernes and with rede blode. [Affûtant ses défenses ce sanglier ira,… /Par son action, des rivières et de nombreux fleuves charrieront des armes et du sang] (Ibid.)

12. ϸe ϸridde is menende his synnes bifore God [The third way is bewailing his sins before God], OEH, fin 12ème siècle (Cité par Mossé 1957).

Annexe XIII : NOMS D'ACTION ET NOMS D'AGENT (suffixes)

EX : NED. Verbe expose : 1. To put out, deprive of shelter. 2. To present to view, to put forth

Exposal :

1) The fact of exposing or of being exposed
Ex. 1656 : God's
exposal of him unto death for his members
1666 : Their
exposal to those injuries, we have just now instanced

2) A setting forth, an exposition
Ex. 1885 : An eloquent and able
exposal of the financial aspect of Indian affairs

Exposement (rare) :

Ex. 1632 : Measuring largely their infranchized fortune with the voluntary exposement of many unnecessary Vadants

Exposure (1606 →)

Ex. 1885 : Their… exposure for sale in England… rendered the… exposer liable to conviction

Expositure

Exposition : 1er ex. Chaucer (cf. n°7, Annexe XII ci-dessus)

Exposing : (1612 →)

Ex. 1612 : These omissions, and desertions and exposings of ourselves
1732 : Their unnatural
exposing of their own children
1726 : The
exposing of merchandizes to sale

Exposedness :

Ex. 1620 : The exposedness of the city to sale
1863 :… an
exposedness to the searching eye of…

Expositive (1535 →)

Ex. 1659 : The opinion is to be rejected as not expositive of the Creed's confession

Expositor (1398 →)

Ex. 1876 : Reid… and Rousseau were… expositors of the active powers of man

Aussi : Expositorial, Expository…

Exposer : v. ex. sous Exposure

Annexe XIV : -ING aux 17e-19e s. (citation de Jespersen, MEG)

9.33. The mixed character of the gerund is shown by the possibility of having a simple object even if it is preceded by an adjunct : Bacon A 3.8 the deniale of landing, & hasty warning us away | Congreve 246 he may press me to the immediate signing the deed | Defoe R 2.169 we observed… by her frequent lifting up her hands | Austen M 245 her aunt, who was entirely taken up in fresh arranging the fire (cf. however vol. II 15.33) | Thack Ρ 1.237 The very missing her at the coach had something fatal in it | Spencer A 1.264 this continual working-up afresh the old materials into slightly different forms.

9.34. The object without of after the gerund preceded by the definite article is much more frequent than one would expect, as modern native grammarians are unanimous in condemning it. I shall therefore give comparatively many quotations : Caxton R 24 the wyth-holdyng you fro it can doo yow no good | North 246 in the inuading the territories of the Antiastes | Sh Mcb I. 4.8 nothing in his life Became him like the leauing it | Wint III. 2.192 The casting forth to crowes thy baby daughter | Merch I. 2.109 you neede not feare the hauing any of these lords | Meas III. 2.125 for the getting a hundred bastards… the nursing a thousand | Cymb I. 5.25 and 41 | BJo Ρ V. 3.184 For the receiving so divine a worke | Osborne 85 I cannot beleeve his sermons will doe much toward's the bringing any body to heaven | Otway 165 Could my nature e're Have brook'd injustice or the doing wrongs | Swift 3.215 they would never consent to the enslaving their country (aslo ib 3. 81) Defoe R 89 in the managing my houshold affairs (frequent in Defoe, e.g. R 140, 199, 247 : R Master Blifil objected to the sending away the servant | Goldsm V 1.14, 1.21 | Franklin 144 we strictly forbad the selling any liquor to them (aslo ib 42) | Coleridge Β 24 by the telling the half | Byron IV. 226 What else can joy be but the spreading joy ? | id DJ 8.3 The drying up a single tear has more Of honest fame, than shedding seas of gore | Shelley Pr 291 the seeing it in print would enable the people at the theatre to judge more easily | Austen M 333 as to the not missing her | Di Ν 330 one great source of uneasiness… that was the having nobody by, to whom she could confide it | id D 270 my shavingwater was outside, I felt severely the having no occasion for it | Thack Ρ 695 the reading it [the letter] gave him a strange pang | id Ν 638 As she felt the greatest regard for him, the showing it was not blamable | Ruskin Τ 87 in order to the effecting this the government must have an authority | id C 39 the statement of the finding bones in his pocket | id F 188 the leaving them is always pain (also ib 196) | Ward M 216 Add to these… the snatching him from Mary | Wilde S 149 The industry necessary for the making money is also very demoralising | Butler Er 179 contribute my mite towards the sending two trained missionaries.

9.35. Similar examples after the indefinite article and after this are not so frequent : Bunyan G 112 this might be termed a calling the people together | Defoe R 114 by a constant reading the scripture | id M 30 he thought this would not be an entire parting us | ib 75 it would be next to an undoing him in the world || Maugham PV 210 I do not like this leaving without a word all those to whom she is dear.

Annexe XV : CONSTRUCTIONS NOMINALES EN ANGLAIS ACTUEL

1…. The move, which would heal a 50 year rift with Britain, could be prompted by a historic first official visit by the Queen to Dublin next Autumn after the decommissioning of terrorist weapons has been completed…Informal secret talks have already taken place at a high level amid the realization that Irish public opinion is not ready for such a symbolic move…/… "I'm sure that the British Government would be only too glad to support Irish membership, while recognizing that the decision is nothing to do with us…" (The Times, 24 Dec 1999)

2. Mike Tyson will be allowed to enter Britain this weekend after a spectacular Uturn by the government amid fears that cancelling his 5 million fight could cause business bankruptcies… (The Times, 14 Jan. 2000)

3. Possession of cannabis would no longer be punishable by jail under a controversial shakeup of Britain's drug laws to be recommended by an independent inquiry soon (Ibid.)

4. Amid fears of a cash crisis a contingency plan has been drawn by the Government to slash the budget and reduce the numbers of staff if ticket sales do not improve (The Times)

5. Some of these jobs are under threat (Ib.)

Auteur

Université de Nancy

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter