Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Théorie du Cas et syntaxe verbale en moyen-anglais

Fabrice Nicol

Texte intégral

1Je présenterai une synthèse critique d'une très intéressante étude de Marc Arnold (1997). Le cadre théorique de cette étude est celui du Programme minimaliste de la grammaire générative tel qu'il est développé depuis les derniers travaux de Chomsky (1995).

  • 1 Voir Nicol 1999, qui constitue une suite logique à la présente étude.

2Je m'attacherai assez peu à la description des faits de langue, qui relèvent de paradigmes descriptifs simples, bien connus, et abondamment analysés dans les sources que je serai amené à citer. Quant à la formalisation théorique, je serai bien souvent amené à admettre certaines descriptions sans autre forme de procès, pour éviter de rentrer dans des débats d'une extrême complexité technique. Je ne détaillerai donc pas tous les mécanismes formels des descriptions génératives utilisés, et je ne chercherai pas non plus à envisager les solutions alternatives que l'on pourrait défendre. Les idées qui seront ici présentées, en particulier en troisième partie, sont en fait davantage des pistes de recherche que des propositions finalisées, et donc, en tant que telles, sujettes à révision1

3Comment peut-on réduire la diversité apparente de certaines évolutions chronologiquement parallèles à la variation d'un seul et même paramètre fondamental ? Quelles hypothèses ce type d'analyse unificatrice implique-t-il pour la théorie de la grammaire universelle ? Comment mener une réflexion critique sur ces hypothèses, comment apprécier leur validité, leur robustesse, et leur adéquation explicative ?

1. Sur les faits de langue envisagés

4Je commencerai par brosser rapidement un tableau d'ensemble des faits de langue qui rentrent dans l'analyse.

5Arnold établit tout d'abord une corrélation diachronique entre cinq structures paradigmatiques, qui apparaissent et se développent en parallèle au cours de la période moyen-anglaise :

  1. Les passifs prépositionnels (ou pseudopassifs) du type Mary was relied on,

  2. Les structures à préposition orpheline (traduction de l'anglais preposition stranding), dans lesquelles un constituant wh est extrait d'un groupe prépositionnel, qu'il soit complément indirect ou circonstant, et la préposition reste dans en position basse : What did Mary talk to him about ?

  3. Les constructions à complémenteur vide, autrement dit la possibilité de dire I knew he would come aussi bien que I knew that he would come,

  4. Les structures dites ECM, dans lesquelles aucun complémenteur n'est possible, et le sujet de la subordonnée est casuellement marqué par le verbe de la principale : autrement dit les phrases du type Mary considers him (to be) her best friend,
    enfin, dernier phénomène qui jouera un rôle unificateur dans l'analyse :

  5. Le passage d'une syntaxe verbale du type roman (le verbe précède la négation, précède le sujet dans les interrogatives, et do n'est pas nécessaire dans ces structures) à la syntaxe verbale moderne, qui requiert l'insertion de do là où le déplacement du verbe suffisait précédemment.

6Je ferai tout d'abord une synthèse rapide des paradigmes envisagés. J envisagerai ensuite la solution théorique qu'Arnold met en avant : réduire toutes ces évolutions à l'affaiblissement de la morphologie verbale de l'anglais. Il ne faudrait donc pas chercher la cause déterminante des modifications de la syntaxe des groupes prépositionnels, dans l'affaiblissement du Cas datif au début du treizième siècle et sa confusion avec le Cas accusatif, mais dans l'appauvrissement de la flexion verbale. Cette conclusion n'est pas évidente : la neutralisation de l'opposition accusatif/datif est un des déclencheurs morphologiques (morphological triggers) les plus couramment évoqués dans la littérature, lorsqu'il s'agit d'analyser les variations de la syntaxe des groupes prépositionnels. Dans la troisième partie de mon intervention, j'essaierai de voir comment cette intuition, largement partagée par la tradition grammaticale aussi bien que par la littérature générative, peut être intégrée à une version modifiée de la thèse d'Arnold Cette synthèse m'amènera à proposer une structure syntaxique enrichie du groupe verbal, structure que je poserai à titre d'hypothèse de travail. Mais revenons tout d'abord, plus en détail, sur les faits de langue envisagés.

1.1 P-stranding

7L'anglais moderne dispose de constructions du type (1) :

(1) a. Who did he talk to?
b. There was nobody he could talk to.

8Cette structure est appelée, en grammaire générative, construction à préposition orpheline, ou preposition stranding. Elle est extrêmement peu fréquente dans les langues naturelles, puisque, parmi les langues couramment étudiées, on ne la rencontre que dans le rameau nord-germanique (scandinave de l'est, de l'ouest et islandais). Il est donc particulièrement intéressant d'éclaircir les conditions dans lesquelles cette structure singulière est apparue au cours de l'évolution diachronique de la langue anglaise. En effet, le non-déplacement de la préposition en contexte d'extraction du pronom interrogatif/relatif, n'apparaît qu'en moyen-anglais : il n'est pas attesté par le vieil-anglais, qui ne tolère guère que l'extraction des pronoms focalisés, du type de me en (2) :

(2) ða wendon hi [me heora bac to]
then turned they
[me their backs to]
"Then they turned their backs on me" (cité par van Kemenade 1987 : 145)

9À titre d'illustration de constructions à préposition orpheline, j'ai empmnté les exemples (3) et (4) à Burrow et Thurville-Petre (1992 : 137-138)

(3) a schoter is apon ϸe prik ϸat he schoteϸ to
the arrow is upon the bull's eye that he shoots to
(
The Cloud of Unknowing, late 14th c.)

(4) this present to plese with Hunger
"this present to please Hunger with" (B&T-P : 54)

10Ce changement est un peu antérieur, d'un siècle environ, à l'apparition des nouveaux passifs prépositionnels, du type de l'anglais moderne (5), avec auxiliation en be et sujet nominatif (voir Lightfoot 1991) :

(5) This bed has been slept in.

11Alors que les extractions d'opérateur wh avec préposition orpheline, comme en (3)-(4) sont attestées dès le XIIIe siècle et communes au XIVe siècle, il faut attendre au moins la fin du XIVe siècle ou le XVe siècle pour voir apparaître les passifs prépositionnels (parfois appelés pseudopassifs) du type (5).

12Arnold adapte à son cadre technique une proposition très ancienne, due notamment à Kayne (1981), qui consiste à poser comme condition nécessaire à l'apparition des prépositions orphelines une opération de Réanalyse, qui, schématiquement, consiste à former un verbe complexe V+P à partir des deux têtes initialement autonomes :

(6) Réanalyse : [VP V [PP Ρ NP]] ⇒ [VP [Vcomplexe V+P]NP]

13Ce processus est spécifique à l'anglais et aux langues Scandinaves. Suivant Lightfoot 1991, Arnold admet qu'il devient disponible assez tôt dans la transition moyen-anglaise dès le XIIIe siècle. L'originalité de son analyse consiste alors à étendre l'analyse des conséquences de ce processus de Réanalyse à d'autres classes paradigmatiques qui n'avaient pas été envisagées sous cet angle auparavant.

1.2 Constructions ECM

14Un deuxième type de phénomène est à présent envisagé. Il s'agit de l'apparition, en moyen-anglais, de constructions dans lesquelles le sujet de la subordonnée des verbes de la classe believe/consider, est marqué au cas accusatif, comme en (7a).

(7) Propriétés ECM (Exceptional Case Marking).

a. Lady Bracknell believed him to be a most eligible young man.

Il n'est pas possible d'insérer un complémenteur, comme le montre (7b),

b. Lady Bracknell believed *for him to be a most eligible young man.

et il est obligatoire de réflexiviser en self, (voir (7c)).

c. Lady Bracknell, believed herselfj/*herj/*PROj to enjoy the highest reputation.

En outre, il y a possibilité de montée du sujet enchâssé par passivation, par exemple, comme en d.

d. Lady Bracknell was believed to be a decadent aristocrat.

15Ces différentes propriétés, prises conjointement, permettent une caractérisation univoque de ces constructions, dites ECM (pour Exceptional Case Marking).

16Afin d'expliquer l'essor de ces constructions en moyen-anglais, Lightfoot 1991, repris par Arnold dans son article et dans sa thèse de 1995, pose l'hypothèse que l'on assiste à un phénomène de fusion fonctionnelle du to marqueur de l'infinitif et du verbe principal. Lighfoot parle ainsi de coalescence V...to, l'idée étant que to se comporte comme une préposition privée de ses propriétés d'assignation casuelle ; dès lors il se produit une fusion [Verbe + Préposition fonctionnelle], comparable à celle que l'on observe dans les structures à préposition orpheline. Autrement dit, la coalescence V + to proposée par Arnold n'est autre qu'une version fonctionnelle du processus de Réanalyse lexicale du verbe en verbe complexe V+P proposé en (6).

17Arnold parle ainsi d'une opération d'incorporation en composante interprétative de to à V, incorporation que l'on peut considérer comme l'équivalent en syntaxe logique de la préfixation verbale en composante morphologique. J'ai représenté cette incorporation interprétative en (8) :

(8)

18Comment justifier cette analyse ? On peut distinguer trois arguments empiriques distincts dans le travail d'Arnold.

19Le premier est que le marqueur de l'infinitif to du vieil-anglais semble posséder des propriétés sélectionnelles proches de la préposition to, comme le montre (9), où le syntagme verbal infinitif dont to est la tête de flexion est coordonné au syntagme prépositionnel to his gebede (to his prayer).

20Si to est en fait une préposition en vieil-anglais, on peut donc conjecturer que certaines structures V + to ont pu rentrer dans le processus de Réanalyse dès son émergence en moyen-anglais.

(9)

ut eode to his gebede

oððe to leomianne mid his geferum

out went to his prayer

or to learn with his comrades

"He went out to his prayer or to learn with his comrades"
(Bede 162, 7: C: 139: in Arnold 1997: 6)

21Reste à trouver des arguments indépendants qui confirment cette hypothèse. Arnold s'inspire d'une argumentation originale de Hiltunen 1983, sur le développement des phrasal verbs (look up) à partir des préfixes verbaux. La fin de la période vieil-anglaise se caractérise par une corrélation croissante de l'usage des préfixes verbaux et des prépositions têtes de complément indirect. Afin d'illustrer mon propos, je citerai un exemple donné par M.-L. Groussier au colloque de Poitiers de septembre 1996, soit donc (10) :

(10)

to-geneolecdon

to him ða aldo (Matt. L. XVI. 1)

to-pref-approched

to-prep him-dat the old-nom

"Et les anciens s'approchèrent de lui"

22Arnold propose l'analyse suivante : la corrélation, semi-systématique mais assez remarquable, des préfixes et des prépositions, révèle un affaiblissement des propriétés casuelles des têtes prépositionnelles. En effet, les préfixes sont dénués de propriété casuelle. La corrélation des deux entités traduirait ainsi la perte de la propriété d'assignation casuelle par la préposition. Or, l'objet indirect nominal doit toujours recevoir un Cas, en vertu d'un filtre classique de la grammaire générative (le Filtre sur le Cas), dont la reformulation joue un rôle central dans les développements contemporains de la théorie. Si la préposition perd ses propriétés d'assignation casuelle, il faut alors que ce soit le verbe qui assigne le Cas. Mais dès lors, la préposition est dénuée de propriété grammaticale autonome, et peut être réanalysée comme partie intégrante de la tête verbale.

23Il semble intuitivement plausible que l'affaiblissement concomitant de la distinction casuelle datif/accusatif ait permis de faciliter grandement ce processus. En vieil-anglais, il était souvent possible de reconnaître l'autonomie de la rection prépositionnelle ; en effet, la rection verbale était typiquement accusative, alors que la rection prépositionnelle était typiquement dative. Lorsque la morphologie casuelle ne permet plus de distinguer la rection verbale de la rection prépositionnelle en moyen-anglais, il n'existe plus d'indice morpho-phonologique suffisant pour distinguer les deux types de rection. Néanmoins, la perte de la morphologie casuelle n'est pas le facteur déterminant du changement observé (c'est la Réanalyse) ; on peut lui reconnaître, tout au plus, un rôle de catalyseur. En effet, si l'on fondait toute 1 argumentation sur l'affaiblissement de la morphologie casuelle, on se trouverait confronté au problème soulevé par Lightfoot (1991 : 125) : les passives des constructions à double objet, du type (11) :

(11) John was given the book.

24n'apparaissent pas avant le quinzième siècle, soit au moins 150 ans après la formation des passives prépositionnelles du type John was spoken to, ou (5). Une simple argumentation fondée sur le cas morphologique ne pourrait expliquer cette disparité. Arnold, au contraire, fait fond sur cette distinction structurale : la passivation indirecte, comme les prépositions orphelines, sont rendues possibles par l'affaiblissement des propriétés lexicales de la préposition, et son intégration comme affixe fonctionnel au verbe qui la sélectionne.

25Un dernier argument est invoqué à l'appui de cette thèse. Reprenant les constructions à double objet, on constatera une disparité rarement exploitée entre la syntaxe de l'anglais moderne et du moyen-anglais, qui peut se schématiser comme en (12) :

(12) Constructions à double objet
a. He gave to Mary a book: possible en moyen-anglais
b. *He gave to Mary a book: impossible anglais moderne

26Arnold argumente dans sa thèse de 1995, en faveur d'une Réanalyse de give + to en verbe complexe, comme au sein des structures à préposition orpheline, pour (12a). Le remplacement de to par une préposition vide en anglais moderne, ou par une absence de préposition selon les analyses, serait ainsi le terme du processus d'affaiblissement lexical de la préposition réanalysée, qui ne sert plus qu'à indiquer la fonction grammaticale de complément indirect. Or, dans les constructions à double objet, il n'y a pas de confusion structurale possible quant à la fonction grammaticale du premier complément, car l'objet direct se trouve en seconde position et le premier complément ne peut être qu'indirect.

1.3 Complémenteurs nuls

27Passons à présent au dernier type de paradigme descriptif envisagé. Arnold s'attaque à la question épineuse des complémenteurs nuls, autrement dit des complétives sans conjonction apparente. L'omission de that complémenteur (ou des éléments généalogiquement apparentés comme ϸe) ne semble devenir productive qu'en moyen-anglais. Plus précisément, la fréquence d'occurrence des complémenteurs vides s'accroît progressivement au cours du temps, pour devenir maximale vers la fin de la période moyen-anglaise, au seizième siècle. C'est donc assez tardivement qu'apparaît l'effet dit that-trace illustré en (13a-c) :

(13) Effet that-trace
a. You knew that John would come.
b. *Who did you know that would come?
c. Who did you know Ø would come?

28Cet effet, comme le montre une étude quantitative de Berg et Seppanen, 1992, ne s'impose comme règle de syntaxe à 100 % qu'à partir du début du seizième siècle.

29L'idée centrale d'Arnold consiste à corréler ce phénomène aux précédents, et tout d'abord à l'émergence des constructions ECM. Une contrainte souvent évoquée sur la Réanalyse V+P du type (6) est que ne peuvent intervenir entre le verbe et la préposition que des arguments verbaux. L'intervention d'un adverbe bloque ainsi la Réanalyse. Il est légitime de penser qu'un complémenteur inactif ou tout simplement absent permet cette Réanalyse, dans les constructions ECM de (7), mais qu'un complémenteur lexicalement réalisé, en l'occurrence en FOR, suffit à bloquer l'incorporation schématisée en (8) ; cette contrainte de localité est ainsi représentée en (14) :

(14)

30L'émergence des structure ECM ne serait donc rendue possible que grâce à l'apparition du complémenteur nul, d'une part, et au processus de Réanalyse, d'autre part : deux phénomènes rarement réunis, ce qui explique le caractère exceptionnel de ces constructions ECM.

2. L'explication par le changement flexionnel

31J'en viens à présent à l'idée force de l'étude. Cette idée est tout à la fois très séduisante, et, nous allons le voir, quelque peu discutable. Elle mérite, en tout état de cause, d'être analysée de près. Arnold prend le parti de poser que le déterminant principal des différents changements jusqu'ici évoqués réside dans la modification radicale de la syntaxe verbale en moyen-anglais. Je ne rentrerai pas dans les détails, que l'on pourra voir exposés dans le chapitre 13 de l'introduction au Programme minimaliste de Jean-Yves Pollock (1997). Je me contenterai de résumer brièvement une présentation assez consensuelle du changement syntaxique.

32Le vieil-anglais et le moyen-anglais jusqu'au XIVe siècle présentent toutes les propriétés des langues à montée verbale. Faisant abstraction de l'ordre relatif Verbe-complément d'objet, qui relève d'autres facteurs, il apparaît que le verbe monte en position dite d'Inflexion (INFL), c'est à dire au niveau syntaxique de réalisation de la relation prédicative, en passant par une position intermédiaire ν sur laquelle je reviendrai ultérieurement, comme en (15) :

(15)

33Cette syntaxe verbale permet l'obtention de l'ordre Verbe-Négation en moyen-anglais comme en français (knoweth not/ne sait pas).

34Le moyen-anglais tardif et l'anglais moderne, en revanche, voient l'apparition rapide de l'auxiliation en do dans de tels contextes. L'analyse reçue consiste alors à faire fond sur l'affaiblissement de la morphologie flexionnelle de l'anglais, manifeste dans la perte des marques de personne. L'Inflexion n'est donc plus assez "riche" pour attirer le verbe à lui, et le verbe reste bloqué en position ν comme en (16). L'auxiliaire do, inséré sous l'Inflexion, permet d'assurer la réalisation de la prédication, et la négation est désormais préverbale :

(16)

35L'idée d'Arnold consiste dès lors à corréler la possibilité de Réanalyse du verbe en verbe complexe V+P, en syntaxe interprétative, à la présence du verbe dans sa position basse v. Autrement dit, la montée du verbe à l'Inflexion INFL impliquerait l'impossibilité pour la préposition de s'incorporer au verbe, soit parce que le verbe est "syntaxiquement trop loin", et que la Réanalyse est un phénomène essentiellement local, soit parce que l'incorporation de la préposition à la trace du verbe est exclue par les principes de la Grammaire Universelle. Je résume ces deux points de vue en (17) :

(17)

36Ainsi, l'affaiblissement des paradigmes flexionnels de l'anglais serait le facteur déterminant de l'essor du processus de Réanalyse V + X, où X est une préposition, un marqueur infinitif ECM, ou même un complémenteur nul, dont on peut faire l'hypothèse qu'il est obligatoirement réanalysé avec le verbe, comme élément fonctionnellement lié à lui. Sans rentrer dans la technique formelle du raisonnement d'Arnold, l'intuition qu'il faut retenir est que la localité de la relation entre le verbe et l'élément X est une condition nécessaire à la Réanalyse V + X, et qu'une syntaxe à montée du type du vieil-anglais ne satisfait pas cette condition de localité.

3. Problèmes empiriques et théoriques

37J'en viens à présent à un point de vue critique. Trois problèmes se posent.

38Tout d'abord, l'analyse semble descriptivement adéquate pour les constructions ECM, et les pseudo-passifs, mais il semble hasardeux d'invoquer la perte de la montée verbale pour expliquer l'apparition des constructions à préposition orpheline. Comme on l'a vu plus haut, ces constructions apparaissent tôt, dès le XIIIe siècle, et sont communes au XIVe siècle ; or, à cette date, la syntaxe verbale est encore largement une syntaxe à montée. D'après les statistiques classiques d'Ellegård (1953), les montées verbales représentent au moins 85 % des occurrences au milieu du XIVe siècle. Le début de la transition vers la syntaxe verbale moderne ne semble donc suffire à expliquer la généralisation des structures à préposition orpheline.

39Par ailleurs, en synchronie, un problème de taille se pose pour l'hypothèse d'Arnold. L'islandais, dont la morphologie a peu évolué au cours du temps, possède un paradigme flexionnel assez riche. Or, si les pseudopassives sont illicites en islandais (conformément à la prédiction d'Arnold), les extractions wh à préposition orpheline sont parfaitement licites, ce qui semble montrer que le traitement unifié des deux structures, qui nous est proposé par Arnold, est probablement un peu rapide.

40La solution classique, adoptée par Lightfoot entre autres, consiste à dire que les prépositions de l'islandais assignent le Cas oblique, grâce à la persistance d'une morphologie casuelle apparente ; mais c'est là réintroduire la théorie du Cas comme facteur essentiel de 1'analyse. Il est clair que l'on ne pourrait pas, par exemple, postuler que la préposition islandaise assigne son Cas oblique dans les passives indirectes, sauf lorsqu'un constituant wh est objet de la préposition. Une telle stipulation serait manifestement intenable ; on voit mal comment corréler les propriétés casuelles d'une préposition et la nature catégorielle de son complément : NP référentiel ou opérateur wh.

41Ces considérations empiriques m'amènent à penser que la théorie d'Arnold, pour séduisante qu'elle soit, est probablement inadéquate formulée telle quelle : je chercherai à esquisser brièvement une tentative de synthèse qui préserve l'intuition de la centralité de la syntaxe verbale, d'une part, mais fasse davantage intervenir la théorie du Cas.

42Je répondrai tout d'abord aux hypothèses audacieuses de l'auteur par une hypothèse plus audacieuse encore. Reprenant la structure du groupe verbal donnée en (15)-(17), structure appelée coquille de Larson (du nom de son inventeur), je propose d'articuler davantage l'architecture interne du groupe verbal en ajoutant une deuxième catégorie de tête verbale légère à côté de la tête ν (désormais largement admise). Je note cette nouvelle tête w, et l'insère entre ν et la tête lexicale V.

43Justifions à présent cette nouvelle catégorie verbale. Alors que ν légitime la fonction grammaticale objet direct, w légitime la fonction objet indirect, dans une configuration structurale analogue. Chaque argument du verbe apparaît ainsi comme spécifieur, comme il est montré en (18) :

(18)

44La Grammaire Universelle autoriserait ainsi la montée du verbe V, successivement à w, ν et INFL, en fonction des propriétés morphologiques des têtes concernées. La structure adoptée ne fait donc que généraliser la coquille de Larson classique de ce point de vue.

  • 2 Cette proposition est développée dans Nicol (à paraître).

45Une deuxième hypothèse concerne à présent les contenus lexicaux insérables sous w directement. Je postule comme hypothèse de travail que w est le site d'insertion des particules, autrement dit des prépositions casuellement neutralisées2

46Un premier argument, assez faible à vrai dire, peut être invoqué : l'hypothèse sur w prévoit que les particules anglaises sont de nature verbale ; on peut donc s'attendre à ce qu'elles soient utilisées comme verbes à l'occasion. C'est bien, en effet, ce qui se produit pour certaines d'entre elles, particularité du lexique anglais très surprenante pour les locuteurs non natifs ; certes, cette particularité pourrait être spécifiée telle quelle, mais l'on se réjouit évidemment de pouvoir la déduire de principes plus généraux. On mentionnera ainsi les prépositions-verbes suivants to down one's beer, to down a plane; to up interest rates; to out someone, mais aussi around ou across, manifestement reliées aux verbes to round et to cross.

47Un deuxième argument plus général a trait aux phrasal verbs et aux alternances du type to put someone up/to put up someone. Il ne m'est pas possible de résumer ici la littérature absolument considérable sur ces constructions, qui posent encore et toujours beaucoup de fil à retordre ; je serai donc bref. Qu'il suffise de remarquer que la séparabilité de la particule est immédiatement décrite par la structure wP : up est inséré sous w par construction ; c'est l'objet qui se déplace de la position spécifieur de VP à la position spécifieur de wP, comme en (19) : (19)

48Cette présentation permet également d'intégrer l'argument de Lightfoot mentionné plus haut, et dont Arnold ne peut rendre compte : les prépositions, nous dit Lightfoot, n'assignent pas le Cas (abstrait) oblique en vieil-anglais, bien qu'elles assignent la morphologie oblique. Les verbes ditransitifs eux, assignent le Cas oblique à leur objet indirect. C'est la rémanence de cette assignation casuelle qui bloque les passives ditransitives du type She was given a book jusqu'au XVe siècle ; en effet, un conflit de Cas se pose alors entre l'oblique et le nominatif.

49Dans le cadre qui vient d'être posé, les prépositions/particules sous w n'assignent jamais le Cas oblique structural ; en revanche, un verbe V en position de montée sous la tête w est une configuration d'assignation du cas oblique structural. L'objet indirect se retrouve ainsi marqué, jusqu'au XVe siècle, par rection oblique du verbe ; il est donc impossible d'effectuer une montée ultérieure en position nominative sujet, puisque le Cas doit être univoque. (20) résume ceci au sein de wP :

(20)

50Cette structure précise une proposition élaborée sur des principes indépendants développée dans Nicol (1997). Je propose en effet que la seule configuration possible pour l'assignation du Cas oblique dans le groupe verbal est une configuration dont V est la tête, et qui implique un déplacement du complément d'objet indirect, qui se retrouve ainsi en surface devant l'objet direct. L'argument est immédiatement transposable, et permet de dériver l'ordre relatif des compléments des verbes ditransitifs, par construction d'un deuxième spécifieur, comme en (21) :

(21)

51Ceci nous évite les stipulations extrêmement encombrantes et théoriquement douteuses que l'on trouve chez Larson comme chez Arnold, sur le mouvement de "relégation" du complément d'objet direct des constructions VOO (argument demotion, voir Larson (1990)). Ces auteurs font en effet monter Mary à la position de the book, préalablement "relégué" (demoted).

52Reste à intégrer les idées d'Arnold sur la Réanalyse. Les travaux de Hiltunen (1983) montrent la corrélation entre perte de la préfixation et apparition des phrasal verbs. Jusqu'à la fin du vieil-anglais, le verbe monte à w, qui peut se préfixer. En moyen-anglais, l'insertion de la particule sous w comme tête autonome vient bloquer l'attachement de V à w après montée depuis la position de base ; lorsque w est occupé par une particule, V ne peut plus être déplacé à w, qui monte ainsi directement à ν (on dit, formellement, que w perd son trait verbal fort). Dès lors, le verbe n'est jamais sous [wparticule] ; or, nous avons vu qu'il s'agit de la seule position d'assignation du Cas oblique structural. Il en résulte qu'aucun objet indirect ne reçoit le Cas oblique structural et que la pseudopassivation est dès lors possible.

53Le verbe continue toutefois à monter à w jusqu'au XVe siècle si w est vide, comme en (21). A partir du XVIe siècle, V ne monte plus à w, qui est devenu verbalement faible. Ceci rend compte du caractère tardif des passives ditransitives, mais aussi du caractère tardif de l'apparition des complémenteurs vides et des structures ECM, pour lesquelles w est également vide – dichotomie qui ne peut être dérivée aisément de l'analyse d'Arnold.

  • 3 Je défends dans Nicol (1997) une conception strictement lexicaliste de l'incorporation prépositionn (...)

54Le concept d'incorporation ou de Réanalyse de V en V + Ρ peut désormais être éliminé de l'analyse, objectif qui me semble souhaitable3. Il semble envisageable de réduire la question posée à un problème combinatoire portant sur l'insertion d'un contenu lexical sous w, déterminée par la force relative de la morphologie préfixale ; intervient en parallèle le changement diachronique des propriétés de montée verbale, à partir du XVe siècle, partiellement déterminé par la force relative de la morphologie flexionnelle.

55Je laisserai ouverte la question du traitement exact du paramètre islandais, et le problème de l'évolution divergente des différentes variétés issues du rameau nord-germanique. De nombreux problèmes techniques et conceptuels restent à résoudre, dont le statut de l'opération de coalescence de l'infinitif invoquée par Lightfoot et Arnold, ou la question des conditions d'apparition du complémenteur vide.

Bibliographie

Références

Arnold, M., 1995. Case, Periphrastic do and the Loss of Verb Movement in English, PhD, University of Maryland.

Berg, G. et A. Seppanen, 1992. "Subject extraction in English : the use of the that-complementizer", in English Historical Linguistics 1992, ed. Fernandez, F., M. Fuster, et J. Calvo, 131-143, Philadelphie : Benjamins.

Burrow, J.A. et Thorlac Turville-Petre, 1992. A Book of Middle English, Blackwell 137-138.

Chomsky, N., 1995. The Minimalist Program, Cambridge, Mass. : MIT Press.

Denison, D., 1993. English Historical Syntax: Verbal Constructions, New York: Longman.

Ellegård, Alvar., 1953. The Auxiliary Do : the Establishment and Regulation of its Use in English, Gothenburg Studies in English, Stockholm : Almqvist et Wiksell.

Hiltunen, R., 1983. The Decline of the Prefixes and the Beginnings of the English Phrasal Verb. Turku : Turun Yliopisto.

Holmberg, A. et C. Platzack, 1995. The Role of Inflection in Scandinavian Syntax, Oxford University Press.

Kayne, R., 1981. "ECP extensions", Linguistic Inquiry 12: 93-113.

Kemenade, A. van, 1987. Syntactic Case and Morphological Case in the History of English, Dordrecht : Foris.

Lightfoot, D., 1991. How to Set Parameters : Arguments from Language Change, Cambridge, Massachusetts : MIT Press.

Nicol, F., 1997. Syntaxe minimaliste et sémantique conceptuelle : recherches sur la syntaxe et la sémantique comparées de l'anglais et du français. Thèse de doctorat, Université de Paris-X.

Nicol, F., 1999. "Sur l'évolution de la structure verbale du moyen-anglais à nos jours : contraintes sur la passivation et les structures à particule", in Daniel Roulland, Actes du colloque de l'Association des Linguistes Anglicistes de l'Enseignement Supérieur,38ème Congrès de la SAES, mai 1998, Presses de l'Université de Rennes, 125-136.

Nicol, F., à par. "Extended VP-Shells and the Verb-Particle construction", étude présentée sur l'invitation du Max Planck Institute for Cognitive Neurosciences/Université de Leipzig, International Workshop on Particle Verbs, Leipzig, RFA, 4-5 février 2000, à par. Berlin : Mouton de Gruyter.

Pollock, J.Y., 1997. Langage et cognition, introduction au programme minimaliste de la grammaire générative, P.U.F.

Notes

1 Voir Nicol 1999, qui constitue une suite logique à la présente étude.

2 Cette proposition est développée dans Nicol (à paraître).

3 Je défends dans Nicol (1997) une conception strictement lexicaliste de l'incorporation prépositionnelle à la tête verbale.

Auteur

Université de Paris-III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter