Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

L’article zéro en vieil-anglais et en anglais moderne

Colette Stevanovitch

Texte intégral

1L’anglais, au cours de son histoire, est passé d’un état de langue synthétique où les relations entre les mots étaient indiquées par des désinences, à un état de langue analytique où ces relations sont marquées par l’ordre des mots ou par des mots-outils. Nous envisagerons ici la manière dont ce glissement du synthétique vers l’analytique affecte la notion d’article zéro.

I. L’évolution de l’emploi de l’article dans trois états de langue

2Certaines langues font l’économie de la délimitation du nom qu’implique l’article, et n’associent pas systématiquement le substantif à un déterminant. Le germanique comme l’indo-européen se trouvaient sans doute dans cette situation, dont témoignent nombre de langues indo-européennes vivantes ou éteintes, par exemple le latin. L’article était non exprimé lorsqu’il n’y avait pas de raison particulière d’insister sur le caractère défini ou indéfini du nom, c’est-à-dire dans la plupart des cas ; il ne s’utilisait donc qu’avec valeur emphatique. Peu à peu, au cours de l’histoire de l’anglais, l’article devient obligatoire, de sorte que le locuteur se trouve obligé de choisir entre défini et indéfini, c’est-à-dire d’expliciter une notion qui restait implicite en germanique.

3Nous considérerons dans un premier temps, à travers la comparaison de trois états de langue, l’évolution de l’emploi de l’article en anglais. Nous partirons de l’état de langue le plus proche de la situation primitive, celui de la poésie vieil-anglaise, pour aboutir à l’état moderne, présent dès le moyen-anglais.

Poésie vieil-anglaise

4La prose de l’époque vieil-anglaise est déjà fort évoluée. La poésie de la même époque fossilise un état de langue plus ancien, en particulier en ce qui concerne la syntaxe et précisément l’emploi de l’article. Cependant, comme le montre l’exemple ci-dessous, même la poésie vieil-anglaise ne conserve pas l’article totalement facultatif des origines.

  • 1 Dans le texte ci-dessous, nous imprimons les articles en gras. Le signe Ø représente l'absence de d (...)

Genèse A1
25 hæfdon Ø gielp micel
26 ϸæt hie wið Ø drihtne dælan meahton
27 Ø wuldor-fæstan wic Ø werodes ϸrymme,
28 sid and swegl-torht. him ϸær Ø sar gelamp,
29 Ø æfst and Ø ofer-hygd, and ϸæs engles mod
30 ϸe ϸone unræd ongan ærest fremman,
31 wefan and weccean, ϸa he Ø worde cwæð,
32 Ø niϸes of-ϸyrsted, ϸæt he on Ø norð-dæle
33 Ø ham and Ø heah-setl Ø heofena rices
34 agan wolde. ϸa wearð yrre Ø god
35 and ϸam werode wrað ϸe he ær wurðode
36 Ø wlite and Ø wuldre : sceop ϸam wer-logan
37 Ø wræclicne ham Ø weorce to leane,
38 Ø helle-heafas, Ø hearde niðas ;
39 heht ϸæt wite-hus Ø wræcna bidan,
40 deop, dreama leas drihten ure,
41 Ø gasta wearda, ϸa he hit geare wiste.

25 Ils avaient grande prétention :
26 ils se vantaient avec Dieu de pouvoir partager
27 par la puissance de leur armée la forteresse glorieuse,
28 vaste et étincelante. En cela la douleur les frappa,
29 l’envie et la présomption, et l’orgueil de l’ange
30 qui le dessein maudit le premier élabora,
31 tissa et fomenta lorsqu’il déclara,
32 assoiffé de violence, que dans la région du nord
33 un palais et un trône dans le royaume des cieux
34 il voulait posséder. Alors Dieu se courrouça,
35 s’irrita contre la race qu’il avait parée
36 d’éclat et de gloire : il créa pour les félons
37 un palais d’exil en salaire de leur crime,
38 les plaintes de l’enfer, de violentes souffrances ;
39 puis commanda à la maison de tortures de se tenir prête pour les exilés,
40 abîme sans joie, notre Seigneur
41 pour les gardiens des âmes, dès qu’il la sut achevée.

5Dans ce texte, l’article indéfini n’est jamais exprimé (ex. : gielp "[une] prétention", ham "un palais", etc.). Un article défini, démonstratif affaibli, se rencontre lorsque le nom est fléché à droite (ϸœs engles "l’ange", ϸone unrœd "le dessein", ϸam werode "la race"), quelquefois aussi lorsqu’il est fléché à gauche (ϸam wer-logan "les félons" reprenant werode, ϸœt wite-hus "la maison de tortures" reprenant ham), quoique l’article zéro soit aussi possible dans ce dernier cas (wrœcna "les exilés", gasta wearda "les gardiens des âmes"). Lorsque le nom est défini par la situation l’article n’est pas utilisé (wuldor-fœstan wic "la forteresse glorieuse").

  • 2 Dans la même situation, en français, on aura tendance à éviter de reprendre un nom par un pronom, a (...)

6Une étude approfondie portant sur un corpus plus large (supra dans ce même volume) nous a permis de démontrer que l’article défini, en poésie vieil-anglaise, s’emploie de manière à peu près systématique lorsqu’il y a fléchage à droite par une relative, et souvent aussi (ce qui n’est pas le cas en anglais moderne) lorsque le nom est identifié par un adjectif. En cas de fléchage à gauche l’utilisation de l’article sert à mettre le nom en valeur, par exemple au début d’une nouvelle phase de l’action, tandis qu’il sera généralement omis si le récit se poursuit simplement2 Le fléchage situationnel, quant à lui, n’entraîne pas l’utilisation de l’article. Pour l’article indéfini les choses sont plus simples : il ne s’emploie, sous la forme sum "un certain" ou an "un seul", que lorsqu’on désire insister sur l’une de ces deux valeurs. Dans la plupart des cas, lorsque le nom est indéfini l’article n’est pas exprimé.

7L’article non exprimé, à cette étape de l’évolution, peut donc correspondre soit à l’indéfini, soit au défini (pour ce dernier, en cas de fléchage à gauche à l’intérieur d’un récit ou de fléchage situationnel). Sur le plan du système et considérée de façon synchronique, cette répartition ne paraît guère rationnelle : pourquoi classer ensemble "indéfini" et "défini par fléchage à gauche", en les opposant à ce qui est défini par fléchage à droite ? C’est qu’on a affaire à un état de langue isolé artificiellement du continuum de l’évolution, contenant des traces du passé et des anticipations de l’avenir. On ne peut le comprendre que par comparaison avec ce qui précède et ce qui suit ; en lui-même le système échappe à toute logique.

Prose vieil-anglaise

Apollonius de Tyr

8Le système que l’on rencontre dans la prose vieil-anglaise est très différent et beaucoup plus simple.

Hyt gelamp ða æfter ϸisum binnon Ø feawum tidum ϸæt Ø Arcestrates se cyncg heold Ø Apollonius Ø hand on Ø handa and eodon swa ut on ðare ceastre stræte. Þa æt nyhstan comon ðar gan ongean hy ϸry gelærede weras and æϸelborene, ϸa lange ær girndon ϸæs cyninges dohtor. Hi ða ealle ϸry togædere anre stæfne gretton ϸone cyncg. Ða smercode se cyng and heom to beseah and ϸus cwæð: "Hwæt is ϸæt ϸæt ge me anre stæfne gretton?" Ða andswerode heora an and cwæð: "We bædon gefirn ϸynre dohtor and ϸu us oftrædlice mid Ø elcunge geswænctest. Forðam we comon hider todæg ϸus togædere. We syndon ϸyne ceastergewaran of Ø æðelum gebyrdum geborene. Nu bidde we ϸe ϸæt ϸu geceose ϸe ænne of us ϸrym hwilcne ϸu wille ϸe to Ø aðume habban." Ða cwæð se cyncg: "Nabbe ge na godne timan aredodne. Min dohtor is nu swiðe bisy ymbe hyre leornunga, ac ϸe læs ϸe ic eow a leng slæce, awritað eowre naman on Ø gewrite and hire morgengife; ϸonne asænde ic ϸa gewrita minre dohtor ϸæt heo sylf geceose hwilcne eowerne heo wille." Ða didon ða cnhitas swa and se cyngc nam ða gewrita and geinseglode hi mid his ringe and sealde Apollonio ϸus cweðende: "Nim nu, Ø lareow Apolloni, swa hit ϸe ne mislicyge, and bryng ϸinum lærincgmædene".
Il advint alors peu de temps après que le roi Arcestrates prit Apollonius par la main et qu’ils sortirent ainsi dans la rue de la ville. Peu après vinrent à leur rencontre trois hommes savants et de noble naissance, qui longtemps auparavant avaient demandé la fille du roi. Tous trois alors saluèrent le roi d’une seule voix. Le roi sourit, les regarda et dit : "Pourquoi m’avez-vous salué d’une seule voix ?" L’un d’eux répondit alors : "Nous t’avons demandé ta fille, et tu nous as sans cesse repoussés par des tergiversations. C’est pourquoi nous venons ici aujourd’hui ensemble. Nous sommes tes concitoyens de noble naissance. Nous te prions maintenant de choisir lequel de nous trois tu veux avoir comme gendre". Le roi dit alors : "Vous n’avez pas choisi un bon moment. Ma fille est en ce moment très prise par ses études. Mais afin que je ne vous fasse pas traîner plus longtemps, écrivez vos noms sur un écrit ainsi que la dot que vous lui donnerez. J’enverrai alors les écrits à ma fille afin qu’elle choisisse elle-même celui d’entre vous qu’elle veut." Les jeunes gens firent ainsi et le roi prit les écrits, les scella avec sa bague et les donna à Apollonius en disant : "Prend ces écrits, maître Apollonius, si tu le veux bien, et apporte-les à ton élève".

  • 3 Il s'y ajoute quelques expressions figées où l'anglais moderne emploierait l'article zéro (hand on (...)

9Dans cet état de langue, l’emploi de l’article défini s’est systématisé. Il est devenu obligatoire chaque fois que le nom est défini, que ce soit par le contexte (y compris par fléchage à gauche : ϸa gewrita, ða cnihtas, se cyncg) ou par la situation (ðare ceastre). L’article indéfini reste le plus souvent non exprimé. Les seuls cas où on l’emploie ont une valeur emphatique et pourraient se traduire par "un seul" (anre stœfne, "d’une seule voix" ; heora an, "l’un d’eux" ; œnne of us, "l’un de nous [seulement]"). Sur ce point les choses n’ont pas changé depuis le stade représenté par la poésie. Les articles non exprimés de ce texte correspondent à l’article indéfini non emphatique (gewrite "écrit" repris ensuite par ϸa gewrita ; elcunge)3.

10A ce stade, qui correspond à l’état réel de l’anglais à l’époque vieil-anglaise, il existe donc une répartition très claire et parfaitement viable entre article exprimé ( = défini) et article non exprimé ( = indéfini), ne laissant aucune place à l’ambiguïté. L’évolution aurait pu s’arrêter là. Elle continue cependant, et l’article indéfini devient lui aussi obligatoire en moyen-anglais.

Moyen-anglais

Chaucer. "The Pardoner’s Tale"

1 Whan they han goon nat fully half a mile,
2 Right as they wolde han troden over a stile,
3
An oold man and a povre with hem mette.
4 This olde man ful mekely hem grette,
5 And seyde thus: "Now,
Ø lordes, Ø God yow see!"
6
The proudeste of thise riotoures three
7 Answerde agayn: "What,
Ø carl, with Ø sory grace!
8 Why artow al forwrapped save thy face?
9 Why lyvestow so longe in so
Ø greet age?"
10 This olde man gan looke in his visage,
11 And seyde thus: "For I ne kan nat fynde
12 A man, though that I walked into
Ø Ynde,
13 Neither in
Ø citee ne in no village,
14 That wolde chaunge his youthe for myn age;
15 And therfore moot I han myn age stille,
16 As
Ø longe tyme as it is Ø Goddes wille.
17 Ne
Ø Deeth, allas, ne wol not han my lyf.
18 Thus walke I, lyk
a restelees kaityf,
19 And on
the ground, which is my moodres gate,
20 I knokke with my staf, bothe erly and late,
21 And seye: "
Ø Leeve mooder, leet me in!

Lorsqu’ils eurent marché pas tout à fait un demi-mille, juste comme ils allaient passer par-dessus un échalier, un vieil homme pauvre se rencontra avec eux. Ce vieil homme les salua très humblement, et dit ainsi : "Seigneurs, Dieu vous garde !" Le plus fier de ces trois débauchés répondit : "Quoi, rustre, maudit sois-tu ! Pourquoi es-tu tout enveloppé excepté ton visage ? Pourquoi vis-tu si longtemps si âgé ?" Ce vieil homme le regarda au visage et dit ainsi : "Parce que je ne peux trouver un homme, même si j’allais jusqu’en Inde, ni en ville ni dans aucun village, qui veuille échanger sa jeunesse contre ma vieillesse. Et pour cela je dois conserver ma vieillesse, aussi longtemps que ce sera la volonté de Dieu. Et la mort, hélas, ne veut pas prendre ma vie. Ainsi je marche, misérable, sans repos, et sur le sol, qui est la porte de ma mère, je frappe avec mon bâton, aussi bien tôt que tard, et je dis :’Chère mère, laissez-moi entrer !’".

11L’article est employé dans ce texte comme il l’est en anglais moderne. L’article indéfini intervient lors de la première mention d’un élément nouveau (a stile, a man, a resteless kaityf). L’article défini s’emploie en cas de fléchage contextuel (the proudeste + complément du nom) ou situationnel (the ground). Les articles non exprimés correspondent à des noms propres (God, Ynde) ou à des vocatifs (lordes, carl, leeve mooder), où l’article n’est pas attendu, mais aussi à des emplois génériques (in so great age, sory grace, Deeth, citee) pour lesquels l’absence d’article persiste en anglais moderne.

12L’évolution de l’emploi de l’article depuis le moyen-anglais ne porte que sur des points de détail.

13L’anglais part donc d’un état de langue à article facultatif pour aboutir dès le moyen-anglais, même en poésie, à un article très généralement présent — avec quelques exceptions, domaine de l’article zéro, que nous verrons plus loin. Le processus se fait selon les étapes suivantes :

  1. article habituellement non exprimé (*germanique)

  2. article défini exprimé dans certains cas, article indéfini non exprimé (poésie vieil-anglaise)

  3. article défini exprimé, l’article non exprimé signifiant l’article indéfini (prose vieil-anglaise)

  4. article défini et indéfini habituellement exprimés (moyen-anglais et anglais moderne)

II. A quel stade intervient la notion d’article zéro ?

14Jusqu’ici nous avons parlé d’article non exprimé, en évitant volontairement le terme technique d’"article zéro". Il est temps maintenant d’envisager la question : l’article non exprimé est-il toujours un article zéro ? Si ce n’est pas le cas, à partir de quel stade de son évolution peut-on considérer que l’anglais a acquis un article zéro ?

15Une forme zéro peut se définir comme une absence de marque constituant un élément à part entière d’un système d’oppositions avec d’autres marques exprimées. Il nous faut apprécier si l’article non exprimé des différentes périodes de l’anglais correspond ou non à cette définition.

16En anglais moderne le déterminant est un constituant obligatoire du groupe nominal, et l’absence de tout déterminant exprimé (l’article zéro) est un type de déterminant à part entière, ayant une palette de significations qui ne peuvent pas être traduites par un article exprimé : il correspond en particulier à la forme de pluriel de l’article indéfini (exprimé sous la forme a au singulier) et à un emploi générique pour lequel le français a recours à l’article défini.

  • 4 Au contraire de l'article, la désinence est obligatoire, et on sera fondé à parler de "désinence zé (...)

17Au début de l’histoire de l’article, en indo-européen et en germanique, la situation était tout à fait différente. L’article s’employait lorsqu’il était nécessaire d’insister sur la nuance qu’il représentait (défini ou indéfini), mais le plus souvent on laissait au contexte le soin d’indiquer ce détail. La non détermination du nom était la règle. Elle constituait une forme non marquée s’opposant en bloc à tous les articles exprimés ; elle n’avait pas de signification propre. Dans une langue de ce type l’article est un constituant facultatif du groupe nominal au même titre que l’adjectif ou le complément du nom : le groupe nominal de base ne comprend que le nom, affecté de sa désinence4 Certains groupes nominaux ajoutent à ce noyau de base un article comme d’autres y ajoutent un adjectif, mais on ne peut pas plus parler d’article zéro dans le cas des groupes nominaux ne comportant pas d’article qu’on ne parle d’adjectif zéro pour ceux où le nom n’est pas qualifié par un adjectif.

18Une même apparence de surface, l’emploi non systématique de l’article, correspond donc à deux réalités tout à fait différentes en germanique et en anglais moderne, en fonction du système dans lequel elle s’insère.

19En prose vieil-anglaise on rencontre deux types d’articles, exprimé ( = défini) et non exprimé ( = indéfini). Celui-ci répond à notre définition de l’article zéro, puisqu’il possède une valeur propre qui s’oppose à celle de l’article exprimé. L’article zéro existe donc dans la prose vieil-anglaise, même si sa valeur est tout à fait différente de celle(s) qu’il possède en anglais moderne.

20La poésie vieil-anglaise se trouve dans une situation encore différente et beaucoup plus complexe. L’article non exprimé signifie, pour schématiser, "non fléchage à droite", et regroupe à la fois les autres types de fléchage et l’indéfini, mais il ne recouvre même pas la totalité du "non fléchage à droite", puisque certains exemples de fléchage à gauche ont recours à l’article défini. On ne peut pas dire qu’il y ait vraiment dans cet état de langue un article zéro s’opposant, avec une signification différente, à un ou plusieurs articles exprimés, même si l’on peut en discerner l’ébauche. La langue de la poésie vieil-anglaise est saisie dans un moment de son évolution où l’emploi de l’article n’a pas atteint un équilibre.

III. Pourquoi l’article zéro persiste-t-il dans certains emplois en anglais moderne ?

21Nous nous concentrerons maintenant sur la langue moderne pour étudier l’emploi de l’article zéro à la lumière de son histoire. Abordant la question sous l’angle diachronique, nous ne nous demanderons pas pourquoi l’article zéro est utilisé lorsqu’il l’est, mais pourquoi l’article défini ou indéfini ne l’a pas remplacé dans ces différents cas. Posé de cette manière, le problème est en grande partie résolu.

22L’article défini et l’article indéfini ont graduellement entamé l’aire d’emploi de l’article non exprimé, qui à l’origine englobait la totalité des cas de figure, valeur emphatique exceptée. De plus en plus, au cours du vieil-anglais, l’article a été utilisé lorsque le nom était défini, et, à partir du moyen-anglais et en anglais moderne, aussi quand il était indéfini, au moins au singulier. En anglais moderne l’article est employé de façon quasi systématique, pourvu bien sûr que le nom soit clairement défini ou indéfini. L’article zéro de l’anglais moderne correspond à des poches de résistance où l’emploi de l’article défini ou indéfini n’a pas pu s’imposer.

23Dans les cas que nous allons brièvement considérer ci-dessous, aucun article n’a pu et ne pouvait remplacer l’article non exprimé, qui demeure par conséquent sous forme d’article zéro en anglais moderne.

• Noms propres

24Les noms propres, comme les noms communs, ne prenaient pas d’article en germanique et en vieil-anglais. L’évolution de la langue ne leur en attribue pas.

  • 5 En théorie bien sûr — en pratique il arrive que plusieurs personnes portent le même nom, mais on ig (...)

25Le nom propre dans son emploi courant n’est pas compatible avec les valeurs de l’article telles qu’elles se sont développées en anglais. L’utilisation d’un article (défini, puisque la personne dont on utilise le nom propre est forcément identifiée) suppose une opération préalable d’extraction d’un élément de la classe (article indéfini) puis reprise de cet élément (article défini) : un homme > l’homme. Le nom propre implique au contraire une classe réduite à un seul élément ("Shakespeare"), de laquelle on ne peut donc pas extraire "un élément représentatif"5 Par ailleurs, l’article défini de l’anglais moderne s’oppose implicitement à l’article indéfini. En disant "the dog" on sous-entend : "c’est un chien bien précis, ce n’est pas a dog non identifié". En disant "Shakespeare", au contraire, on ne songe pas à opposer "the Shakespeare", défini, à "a Shakespeare", indéfini. Puisqu’il n’est pas question de distinguer entre emplois définis et indéfinis du nom propre, il n’y a pas de raison d’utiliser un article défini qui, à l’époque moderne, fait partie d’un système binaire et dont la valeur est essentiellement contrastive. C’est pourquoi l’anglais, comme de nombreuses langues, fait l’économie de l’article dans le cas des noms propres.

• Article indéfini au pluriel

  • 6 Pour l'histoire de l'allemand, voir Buschinger et Stévanovitch, à paraître.

26La prose vieil-anglaise distinguait entre défini (THE et ses différentes formes) et indéfini (article zéro, quels que soient cas, genre et nombre). En moyen-anglais l’article indéfini est devenu obligatoire (sous la forme a) au singulier seulement ; l’article zéro s’est maintenu au pluriel. L’allemand a connu la même évolution6.

  • 7 La forme ones est beaucoup plus récente que la naissance de l'article indéfini. Ce n'est qu'à parti (...)

27Pourquoi l’article zéro dans son emploi d’article indéfini pluriel a-t-il résisté à la pression des articles exprimés, alors qu’il a disparu au singulier ? Sans doute parce qu’il n’existait pas d’article exprimé susceptible de prendre sa place. C’est en effet à cette époque que sum, qui possédait un pluriel (sume, signifiant "certains"), a été supplanté par an en tant qu’expression de l’indéfini. Or an, forme affaiblie du numéral one, est par nature incompatible avec une mise au pluriel7 Si sum avait conservé sa valeur d’indéfini en atténuant sa nuance emphatique de manière à devenir un véritable article, évolution parallèle à celle suivie par the, l’article indéfini de l’anglais moderne aurait pu avoir un pluriel. Le français, confronté au même problème, le contourne en remplaçant l’article indéfini par un article partitif ("des"), qui n’est pas le pluriel de "un" à la manière dont "les" est celui de "le".

• Article générique pluriel

28Seul le contexte permet de distinguer en anglais l’article zéro ayant valeur d’article indéfini au pluriel (he has children, = certains éléments de la classe) de l’article zéro avec sens générique (he hates children, = la classe entière), quoique leur sens soit tout à fait différent, ce que révèle la traduction ("il a des enfants", "il déteste les enfants").

29L’utilisation d’un article dans les emplois génériques, c’est-à-dire le choix entre défini et indéfini, serait malaisée. Ce n’est en effet que dans le cas des emplois spécifiques que les notions de défini et d’indéfini sont pertinentes. Dogs like to bark at night (générique) s’oppose aussi bien à Dogs barked all night (indéfini : certains chiens non identifiés) qu’à The dogs barked all night (défini : certains chiens identifiés). Dans l’emploi générique le nom n’est pas défini il serait impossible de dresser une liste nominative de tous les "dogs" en question, puisqu’il s’agit d’une classe ouverte — mais on ne peut pas dire non plus qu’il soit indéfini ("chiens non identifiés"), puisque tous les individus existants y figurent de droit. Ce n’est que lorsque le nom est employé de façon spécifique que les articles, défini ou indéfini, ont pu se substituer à l’article non exprimé.

• Article indéfini et article générique pour les indénombrables

30Les noms indénombrables présentent, comme les dénombrables, trois possibilités de détermination : défini, indéfini et générique. THE s’utilise lorsque le nom est défini ; lorsqu’il est indéfini ou générique la langue a recours à l’article zéro :

The work I have to do...
I have work to do.
I hate work.

31Comme pour les dénombrables pluriels, on distingue par le sens (mais non par la forme) entre "I have work" (une partie de la notion "travail", non précisée) et "I hate work" (la notion toute entière). Là aussi, la traduction en français permet de mettre en lumière cette distinction que le français, au contraire de l’anglais, exprime par une différence d’article : "j’ai du travail", "je déteste le travail".

32Le générique, n’étant ni défini ni indéfini, est rendu par l’article zéro pour les indénombrables de la même manière et pour les mêmes raisons que pour les dénombrables pluriels.

33L’indéfini chez les indénombrables ne peut pas être rendu par l’article a, pour des raisons analogues à celles qui ont proscrit son utilisation pour l’article indéfini pluriel. A est une forme affaiblie de one, et one, numéral, s’opposant donc implicitement à two, three, etc., ne peut s’employer, par définition, qu’avec ce qui se dénombre. Le français, dans la même situation, utilise un article partitif ("j’ai du travail"). En l’absence de partitif, l’anglais a recours à l’article zéro.

Conclusion

34Les différentes fonctions de l’article zéro de l’anglais moderne accompagnant un nom propre, indéfini pluriel, générique pluriel, indénombrable indéfini, indénombrable générique —, ne sont pas unifiées par une signification commune. La raison pour laquelle elles appellent toutes la forme zéro correspond moins à une similitude de sens ou de fonction qu’à un accident historique : au fait que, pour des raisons chaque fois différentes, tous ces domaines ont opposé une résistance à l’empiètement de THE et A. Elles correspondent à des points où, pour des raisons diverses, ni l’article défini ni l’article indéfini n’était possible et où la langue a donc conservé la situation primitive, c’est-à-dire l’absence d’article.

35L’article zéro de l’anglais moderne est identique par la forme mais tout à fait différent par la fonction de l’article non exprimé du germanique dont il est une survivance. Si les mots employés sans article en anglais moderne l’étaient déjà en germanique et même avant, le système dans lequel s’insère l’article zéro a changé de manière fondamentale au cours de l’histoire de l’anglais, et l’interprétation de l’absence d’article devant un nom sera tout à fait différente selon le stade de la langue considéré.

36Les formes zéro sont particulièrement riches d’intérêt pour le linguiste, que ce soit pour le synchronicien qui cherche à les interpréter en fonction du système, ou pour le diachronicien qui y voit les traces privilégiées laissées par l’évolution. L’article zéro ne manque pas à cette règle. Son étude montre à la fois qu’une même forme ne peut s’interpréter correctement qu’à l’intérieur d’un système dans un état de langue donné, c’est-à-dire synchroniquement, et, en contrepartie, qu’un système donné ne se comprend qu’en fonction de sa place dans l’évolution totale de la langue.

Bibliographie

Bibliographie

Buschinger, Danielle et Stévanovitch, Colette, à paraître. Manuel d’histoire de la langue allemande des origines à nos jours. Paris: Ellipses.

Benson, Larry D. The Riverside Chaucer. 3e éd. Oxford: Oxford University Press, 1988.

Goolden, Peter. The Old English Apollonius of Tyre, Oxford English Monographs, Oxford University Press, 1958.

Stévanovitch Colette, 1992. La Genèse du manuscrit Junius XI de la Bodléienne : édition, traduction et commentaire. Paris : Publications de l’AMAES.

Stévanovitch Colette. "L’article défini dans les textes vieil-anglais", communication au colloque de l’ALAES à Paris en 1998, publiée dans ce même volume.

Notes

1 Dans le texte ci-dessous, nous imprimons les articles en gras. Le signe Ø représente l'absence de déterminant devant un substantif.

2 Dans la même situation, en français, on aura tendance à éviter de reprendre un nom par un pronom, ainsi au début d'un paragraphe.

3 Il s'y ajoute quelques expressions figées où l'anglais moderne emploierait l'article zéro (hand on handa = hand in hand, of œðelum gebyrdum = of noble birth, to aðume habban = have as son-in-law), ainsi que l'utilisation devant nom propre.

4 Au contraire de l'article, la désinence est obligatoire, et on sera fondé à parler de "désinence zéro" si elle manque.

5 En théorie bien sûr — en pratique il arrive que plusieurs personnes portent le même nom, mais on ignore délibérément ses homonymes lorsqu'on s'adresse à un individu précis. Ce n'est que dans certains types de contexte qu'on trouvera l'article, suggérant l'existence d'une classe de personnes de même nom : "Eart ϸu se Beowulf se ϸe... ?" ("Es-tu le Beowulf qui..." ?, Beowulf 506, dit sur un ton insultant)

6 Pour l'histoire de l'allemand, voir Buschinger et Stévanovitch, à paraître.

7 La forme ones est beaucoup plus récente que la naissance de l'article indéfini. Ce n'est qu'à partir du XVIe siècle qu'elle est recensée par l'OED, avec le sens d'"unités".

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter