Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

L'utilisation de l'article défini dans la poésie vieil-anglaise

Colette Stevanovitch

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour les étapes de cette évolution, voir Colette Stévanovitch, "L'article zéro en vieil-anglais et (...)

1De nombreuses langues se passent d'articles et laissent au contexte le soin d'indiquer si le nom doit être compris comme défini ou indéfini. L'indo-européen, pour autant que l'on puisse en juger d'après ses plus anciennes langues-filles, se trouvait dans cette situation. L'anglais moderne, comme d'ailleurs le français et bien d'autres langues indo-européennes, a introduit des articles1

  • 2 Bruce Mitchell, Old English Syntax, Oxford : Clarendon Press, 1985, p. 134.

2En vieil-anglais l'article défini, quoique courant, est encore non systématique. Les thèses allemandes anciennes qui lui sont consacrées aboutissent, selon le jugement de Mitchell, à des statistiques indigestes dont la seule conclusion à tirer est : "no consistent rules can be deduced"2 Le présent travail n'a donc pas pour ambition de dégager des règles fixes, mais peut-être pourra-t-il distinguer des tendances.

  • 3 Voir Colette Stévanovitch, "L'article zéro".
  • 4 Afin de limiter la part des préférences individuelles de chaque auteur les exemples seront emprunt (...)

3L'emploi de l'article défini s'est progressivement généralisé entre le germanique et le moyen-anglais3 La poésie vieil-anglaise, sur laquelle porte cette étude,4 fossilise une langue archaïque par rapport à la prose de la même époque ; les articles y seront donc moins nombreux qu'en prose.

***

4L'anglais moderne utilise l'article défini de façon obligatoire lorsqu'il y a fléchage contextuel (reprise ou annonce d'un nom mentionné dans le contexte) et fléchage situationnel ("shared knowledge", communauté de connaissances issue de la situation d'énonciation). Les choses sont moins systématiques en vieil-anglais.

I. Fléchage situationnel

5En anglais moderne, le fléchage situationnel est un phénomène banal : lorsque la situation d'énonciation permet d'identifier le référent, on emploie l'article défini. On distingue fléchage situationnel étroit (commun à l'énonciateur et au co-énonciateur : par exemple "the room" = celle où nous sommes), et fléchage situationnel large (pour toute une communauté, par exemple : the king, the sky, etc). L'anglais moderne emploie l'article dans les deux cas. Le vieil-anglais, au contraire, n'utilise pas l'article en cas de fléchage situationnel.

I.1. Fléchage situationnel large

Les éléments de l'univers

  • 5 "monde", "terre", "ciel", "terre", "air", étoile".
  • 6 Dans le texte ci-dessous nous imprimons les articles en gras. Le signe Ø représente l'absence de d (...)

6 Des mots comme woruld, middan-geard, heofon, eorðe, lyft, tungol 5 … sont systématiquement employés sans article en vieil-anglais6 Ainsi :

Ø Tungol beoϸ ahyded,
gewiten under Ø waϸeman Ø westdælas on,
bideglad on Ø dægred. (Phénix 96-98)
"Les étoiles sont cachées, enfouies sous les vagues, à l'occident, dissimulées par l'aube."

Les désignations de la divinité

  • 7 "Dieu, Seigneur, Roi".

7Dieu est "le Seigneur" par excellence, unique à l'intérieur d'une communauté donnée. En anglais moderne "God" est traité comme un nom propre et employé sans article, mais "the Lord", "the King", etc. reçoivent un article défini. En vieil-anglais god, metod, dryhten, cyning7 sont tous employés sans article. Une exception toutefois pour wyrhta "créateur", employé tantôt avec un article, tantôt seul :

Him wæs halig leoht
ofer westenne swa se wyrhta bebead. (Genèse A 124-125)
Par lui fut la lumière sainte au-dessus du chaos, comme l'avait commandé l'Auteur [de toutes choses].

8mais :

waldend ond wyrhta wuldor-ϸrymmes (Andreas 702)
"Souverain et Auteur de gloire"

Références culturelles communes

9Le Jugement Dernier est une notion connue de tous, qui lorsqu'elle est introduite pour la première fois dans le Phénix n'est pas accompagnée d'un article :

Bideð swa geblowen oð O bæles cyme,
dryhtnes domes. (Phénix 47-48)
"Elle attend ainsi, épanouie, jusqu'à la venue du brasier funéraire, le jugement du Seigneur."

I.2. Fléchage situationnel étroit

Ø Straet wæs stanfah, stig wisode
gumum ætgædere. (Beowulf 320-21)
"La route pavée chatoyait, le chemin menait les hommes groupés."

10 Strœt est employé sans article, même si la situation définit cette route comme celle qui mène au palais de Hrothgar.

ϸær no waniað o,
halge under heofonum, holtes frætwe.
Ne feallað Ϸær on Ø foldan fealwe blostman,
wudubeama wlite. (Phénix 72-75)
"Là jamais ne périssent, saints sous les cieux, les ornements de la forêt, ni ne choient au sol les floraisons dorées, beauté des arbres."

11Il s'agit bien entendu du sol qui se trouve au-dessous des arbres. L'anglais moderne emploierait un article, le vieil-anglais l'omet.

12La notion de fléchage situationnel est donc inconnue de la poésie vieil-anglaise. Un nom défini par la situation uniquement ne reçoit pas d'article. Celui-ci est réservé au fléchage contextuel.

II. Fléchage contextuel

13Il faut distinguer deux cas de figure :

  • identification par un élément du groupe nominal : le nom est suivi (ou, parfois, précédé) d'un élément permettant d'identifier le référent par rapport aux autres objets de sa classe, même s'il est nommé pour la première fois. Peuvent jouer ce rôle, en théorie du moins, les propositions relatives, les compléments du nom et les adjectifs.
  • reprise anaphorique : il s'agit d'une nouvelle allusion à un référent déjà mentionné, soit sous le même nom, soit (comme c'est souvent le cas en poésie vieil-anglaise) par un synonyme.

II.1. Identification par un élément du groupe nominal

Par une relative

  • 8 Une relative déterminative (ou restrictive) permet d'identifier le nom et est indispensable à la c (...)

14Avec une relative déterminative8 la règle, en vieil-anglais comme en anglais moderne, veut que l'on utilise l'article défini. Le choix du relatif (la particule ϸe, le démonstratif-article se / seo / ϸæt, ou une combinaison des deux), n'a pas d'incidence sur l'utilisation de l'article, non plus que la fonction, sujet ou objet, du pronom.

…nymphe ðu æppel ænne byrgde
of ðam wudu-beame ϸe ic ϸé wordum forbéad." (Genèse A 880-881)
"…sinon parce qu'à l'une des pommes tu as goûté de l'arbre que je t'avais interdit par mes paroles."
Ic eom se waldend se ϸe for wintra fela
of caldea ceastre álædde
feowera sumne. (Genèse A 2201-03)
"Je suis le Souverain qui, voici bien des hivers, des Chaldéens t'a fait quitter la ville avec trois compagnons"
…se mondryhten se eow ða maðmas geaf,
eoredgeatwe, ϸe ge ϸær on standað… (Beowulf 2865-66)
"…le suzerain qui vous donna les richesses, les équipements de cavaliers que vous portez ici-même…"
Ece is se æϸeling se ϸe him ϸæt ead gefeð ! (Phénix 319)
"Eternel est le Prince qui lui a accordé cette grâce."

15Une relative descriptive, qui apporte un détail non essentiel ne définissant pas le nom, n'entraîne pas l'emploi de l'article. Il en est de même pour des relatives qui, quoique traduites par des déterminatives en anglais moderne ou en français, n'aboutissent pas à une réelle définition du nom.

[Bið] Ø bona swiðe neah,
se ϸe of flanbogan fyrenum sceoteð. (Beowulf 1743-44).
"Très proche est le porteur de mort, qui de son arc décoche des traits mauvais. "

16On n'oppose pas ici un ennemi armé d'un arc à d'autres types d'ennemis ; la relative explicite une idée contenue dans le nom et fonctionne comme une variation, reprenant le "porteur de mort" par un "décocheur de traits mauvais".

…ac se hwita helm Ø hafelan werede,
se ϸe meregrundas mengan scolde. (Beowulf 1448-49)
"…tandis que le heaume étincelant protégerait la tête qui devait plonger, troubler l'abîme des eaux. "

17Le casque couvre la tête ; le poète indique ensuite comme un détail non définitoire que cette tête va affronter l'élément liquide.

…ond Ø sacu restan,
inwitniϸas, ϸe hie aer drugon. (Beowulf 1857-58)
"mettant fin aux querelles, aux attaques ruineuses qu'ils ont jadis connues."

18La phrase se comprend sans la relative : il est évident que si ces personnages mettent fin aux querelles c'est qu'ils en ont connu.

19Comparer, dans la Genèse A :

ϸa wearð yrre god
and ϸam werode wrað ϸe he ær wurðode
wlite and wuldre. (Genèse A 34-36)
"Alors Dieu se courrouça, s'irrita contre la race qu'il avait parée d'éclat et de gloire"
…on Ø wraðra gield
para ϸe forhealdene of hleo sende. (Genèse A 101-102)
"[Dieu créa la terre et le ciel] pour remplacer les maudits que corrompus il avait chassés de leur asile."

20Dans le premier cas la relative est déterminative, werod étant un mot trop vague qui doit être précisé par un élément du groupe nominal. Dans le second cas "qu'il avait chassés" explicite l'idée déjà contenue dans "maudits".

Ø Swegl-bosmas heold
ϸa wæron gesette wide and side
ϸurh geweald godes wuldres bearnum. (Genèse A 9-11)
"Il tenait les célestes espaces qui furent établis à perte de vue par la puissance divine pour les fils de la gloire."

21Il n'existe pas deux royaumes célestes, la relative n'est donc pas nécessaire pour identifier le nom.

…ϸurh Ø forman gylt
ϸe wið metod aefre men gefremeden. (Genèse A 998-99)
"…par la première faute que jamais contre la Divinité les hommes eussent commise."

22La relative explicite le nom de façon pléonastique : l'idée que le péché est commis par les hommes et contre Dieu est incluse dans l'idée même de péché.

23La langue se trouve en pleine évolution, et l'appréciation du degré à partir duquel une relative donnée est déterminative et donc précédée d'un antécédent défini varie d'un poème à l'autre. Nous proposons ci-dessous, tirés de Beowulf et de la Genèse A, une série d'exemples exprimant l'idée de "remercier d'un bienfait". Intuitivement, l'anglais ou le français moderne ressent la relative comme déterminative, puisqu'on remercie toujours d'un bienfait reçu. C'est bien ainsi que l'interprète l'auteur de Beowulf qui utilise l'article. En même temps cette notion est si évidente qu'on peut considérer que la relative explicite simplement une idée présente dans le nom : c'est ainsi que se comprend l'absence d'article dans la Genèse A.

"Ic ðara frætwa frean ealles ðanc,
wuldurcyninge, wordum secge,
ecum dryhtne, ϸe ic her on starie. (Beowulf 2794-96)
"Je rends grâce au Maître du monde, au Roi de gloire, je dis ma reconnaissance au Seigneur éternel pour ces splendeurs que je contemple."
Gemunde ða ða are ϸe he him ær forgeaf. (Beowulf 2606)
"Il se rappela les faveurs dont il l'avait comblé."
Hafa Ø arna ϸanc para ϸe ϸu unc bude. (Genèse A 2347)
"Nous te sommes reconnaissants de l'honneur que tu nous veux faire."
…wesan fæle freond Ø fremena to leane
ϸara ϸe ic to duguðum ðe gedón hæbbe. (Genèse A 2819-21)
"…à m'être un ami fidèle en échange des bienfaits dont pour t'enrichir je t'ai comblé."

  • 9 Exodus 86-87 : he ϸara gifena / gode ϸancode // Þe him ϸær to duguðe / drihten scyrede. Maldon 147- (...)

24Un bref recensement des autres poèmes vieil-anglais montre que l'emploi de l'article est la norme dans ce type d'expressions9 C'est donc la Genèse A qui se singularise par un archaïsme probable.

  • 10 Comparer, en anglais moderne. : I don't like children who make a lot of noise (sous-classe de "chi (...)

25L'exemple ci-dessous correspond à un autre phénomène encore. Il s'agit d'une relative qui identifie une sous-classe ; dans ce cas l'article est absent. Le nom, en effet, n'est pas défini alors mais générique ; c'est l'article zéro qui est employé, et ce jusqu'en anglais moderne10 :

Ø lifigende ða ðe land tredað,
Ø feorh-eaceno cynn ða ðe flod wecceð (Genèse A 203-04)
"les êtres animés qui foulent le sol, les races douées de vie qui prennent naissance des flots."

Nom identifié par un complément

26Comme c'est encore le cas en anglais moderne, il n'y a pas d'article défini lorsque le renseignement qui identifie le nom est donné par un complément au génitif.

ϸurh Ø meotudes meaht (Phénix 6) "grâce au pouvoir du Seigneur"
Ø hleoϸra wyn (Phénix 12) "le délice des harmonies"
Ø bearn Ecgϸeowes (Beowulf 529) "le fils d'Ecgtheow"

27Ce n'est certes pas pour éviter l'ambiguïté que produirait un article en tête du groupe nominal et pouvant se rapporter à l'un ou à l'autre des deux noms, puisqu'en vieil anglais l'article est décliné et que le cas suffit à indiquer à quel nom il se rapporte ; par ailleurs le complément au génitif peut être placé après le nom, sans que la position laissée libre soit pour autant occupée par un article.

Adjectif

28La présence ou l'absence d'article en vieil-anglais dans un groupe nominal comportant un adjectif dépend avant tout du type d'adjectif en cause. L'étude ci-dessous porte sur le Phénix, poème riche en adjectifs, et ne sera pas nécessairement extrapolable à l'ensemble de la poésie vieil-anglaise.

29Un adjectif purement descriptif ne définit en rien le nom et n'entraîne donc pas d'article :

Wæstmas ne dreosað,
Ø beorhte blede. (Phénix 34-35)
"Les fruits ne tombent pas, Ø éclatantes richesses.
"ϸonne waϸum strong
Ø fugel feϸrum wlonc on firgenstream
under lyft, ofer lagu locað georne… (Phénix 87-101)
"Alors, puissant en vol, l'oiseau fier de son plumage vers l'océan sous la nue, par-delà les flots, dirige ardemment son regard."

30Un adjectif identifiant une sous-classe, comme la relative de même fonction, s'emploie sans article, puisqu'on se situe alors dans le générique :

…ne sunnan hætu, ne sincaldu,
ne Ø wearm weder, ne winterscur… (Phénix 17-18)
"…ni les brûlures du soleil, ni l'incessante froidure ni la chaleur torride, ni l'averse hivernale…"

31 Wearm weder, "la chaleur", est un type de temps, et le groupe {adjectif + nom} est équivalent au nom wearmnes, qui serait employé sans article (cf. dans la même phrase sin-caldu).

  • 11 Cette formule, répandue dans les poèmes religieux, se rencontre, avec des adjectifs différents, da (...)

32Dans certains cas au contraire l'adjectif permet de différencier le nom des autres éléments de sa classe, ainsi dans la formule in/on ϸa(s) X tid11 dont le Phénix présente quatre exemples :

on ϸas frecnan tid (Phénix 390, 450) "en ces temps périlleux"
in ϸa openan tid (Phénix 509) "en ce temps révélateur"
in ϸa geomran tid (Phénix 517) "en ces temps d'affliction"

33Toutes les époques ne sont pas "périlleuses", "révélatrices", etc. ; l'adjectif est indispensable pour préciser le moment dont il s'agit. Il définit le nom, et l'utilisation de l'article s'impose.

34On a de même, à propos de l'odeur suave qui règne dans la contrée du phénix :

No gebrocen weorϸeð
holt on hiwe, ϸær se halga stenc
wunaϸ geond wynlond. (Phénix 80-82)
"Jamais ne change de couleur la forêt. Là, le parfum sacré subsiste en terre de joie."

35L'adjectif permet d'identifier le parfum alors que celui-ci n'a pas encore été mentionné dans le poème.

36C'est à ce type d'adjectif qu'il faut rapporter la formule de Beowulf : in sele ϸam hean "dans le palais altier" (713), qui repère la grand-salle "haute", Heorot, par opposition aux autres.

37L'article est aussi utilisé lorsque l'adjectif exprime une qualité fondamentale du référent. Il ne s'agit pas ici de distinguer un élément à l'intérieur d'une classe, mais de caractériser la classe dans son ensemble : la mort est par nature eng "cruelle", ou le froid heard "pénible". Ce type d'adjectif déclenche l'utilisation de l'article, alors que le nom utilisé sans adjectif dans le même contexte ne prend pas d'article (cf. dans la même liste yldu, yrmðu, etc.).

…yldu ne yrmðu ne se enga deað, […]
ne wintergeweorp, ne wedra gebregd,
hreoh under heofonum, ne se hearda forst… (Phénix 52-58)
"…ni vieillesse, ni pauvreté, ni Ø cruelle mort […], ni bourrasque hivernale, ni changement de temps rude sous les cieux ; et la dure gelée…"
Βið se deorca deað dryhtnes meahtum
eadgum geendad. (Phénix 499-500)
"La sombre mort, par les pouvoirs du Seigneur, sera anéantie pour les élus."
…ond seo deorce niht
won gewiteð. (Phénix 98-99)
"…et la nuit noire s'enfuit ténébreuse."

38La règle n'a cependant rien d'absolu, puisqu'on trouve, dans le Phénix lui-même :

…ne sorg ne slæp ne Ø swar leger… (Phénix 56)
"…ni chagrin, ni sommeil, ni Ø lourde maladie…"

39Le même type d'expression, avec déplacement de l'adjectif après le nom (se hearda forst > forst se hearda), aboutit presque à une personnification. On trouve, au vers 613 du Phénix, hungor se hata ne se hearda ϸurst ("ni la faim dévorante, ni la soif ardente"), et de même dans l'Enigme 81 hœgl se hearda ("la grêle cruelle", 9) et, dans la Genèse A, hunger se hearda ("la cruelle famine", 1815).

40Encore une modification — la suppression du nom — et on obtient un adjectif substantivé, employé au singulier comme au pluriel, décliné faible et précédé d'un article. L'adjectif substantivé exprime une qualité intrinsèque du référent, tandis que l'adjectif employé seul sans article s'applique à une qualité plus superficielle. Le passage ci-dessous permet de comparer les deux emplois.

Aras ϸa se rica, ymb hine rinc manig,
Ϸryðlic ϸegna heap ; sume ϸær bidon,
heaðoreaf heoldon, swa him se hearda bebead.
Snyredon ætsomne, ϸa secg wisode,
under Heorotes hrof
Ø heard under helme, ϸæt he on heoðe gestod. (Beowulf 399-404)
"Le puissant alors se leva, entouré de maints guerriers, force compacte de vassaux. Quelques-uns demeurèrent pour surveiller les armes, attirant butin, restèrent là sur l'ordre du vaillant. Bien groupés les autres se hâtèrent quand le héros les mena sous le toit de la salle-au-cerf Ø impavide sous son heaume, jusqu'au centre où il se tint debout. "

  • 12 Une lacune (il manque 403b) ne permet pas de savoir avec certitude si se hearda et heard font réfé (...)

41 Heard, accompagné de l'évocation d'une circonstance extérieure (le port d'un heaume), est plus contingent que se hearda, "le vaillant", caractéristique essentielle de Beowulf12

42Dans Beowulf, Grendel est ainsi se laða (132), l'être mauvais / hostile par excellence ; Hrothgar est se mœra, se rica (399), se goda (355) : gloire, puissance et excellence le caractérisent ; Beowulf est se goda (384) et se hearda (401) : il a en partage l'excellence et la vaillance.

43Sur le plan de l'identification par un élément du groupe nominal, le vieil-anglais contient en germe la situation de l'anglais moderne. Au cours de son évolution, la langue a surtout systématisé ce qui n'était encore qu'une tendance en vieil-anglais, l'usage de l'article avec une relative déterminative. Ce n'est que dans l'emploi de l'article avec un adjectif que les deux états de langue se distinguent un peu plus.

II.2. Reprise anaphorique

44Le principe de la reprise anaphorique en vieil-anglais est le même qu'en anglais moderne : extraction d'un élément d'une classe, avec article indéfini en anglais moderne, sans article en vieil-anglais ; puis, lors d'une nouvelle mention de ce même élément, utilisation d'un article défini. Mais les exceptions sont si nombreuses qu'elles justifieront l'établissement de sous-règles.

45Le début du Phénix fournit un bon exemple de reprise anaphorique. Le poète évoque une certaine contrée (le pays du Phénix), sans article. Puis il reprend cette idée de manière répétée, chaque fois avec un article défini. La force de l'article est telle qu'il est souvent rendu en traduction par un démonstratif.

Hæbbe ic gefrugnen ϸætte is feor heonan
eastdælum on Ø æϸelast londa,
firum gefræge. Nis se foldan sceat
ofer middangeard mongum gefere
folcagendra. […]
Wlitig is se wong eall, wynnum geblissad
mid ϸam fægrestum foldan stencum.
Ænlic is ϸæt iglond, æϸele se wyrhta,
modig, meahtum spedig, se ϸa moldan gesette. (Phénix 1-10)
"J'ai entendu dire qu'il existe, loin d'ici dans les régions orientales [le] plus noble des pays, fameux parmi les hommes. Il n'est pas, cet endroit de la terre à travers le monde, accessible à beaucoup de puissants. […] Belle est toute cette plaine, remplie de délices, grâce aux plus agréables senteurs de la terre. Unique est cette île, noble le Créateur, fier, riche en pouvoirs, qui façonna ce pays."

46De la même manière le poète présente l'oiseau sans article, puis utilise un article lors de sa seconde mention :

Ðone wudu weardaϸ wundrum fæger
Ø fugel feϸrum strong, se is fenix haten.
ϸær se anhaga eard bihealdeϸ. (Phénix 85-87)
"Dans ce bois habite, merveilleusement beau, un oiseau, puissant d'ailes, qu'on nomme phénix. Là, unique, il tient (litt. "l'unique tient") résidence."

47L'auteur de Beowulf mentionne un démon anonyme, puis le reprend avec un article défini :…

…oððæt an ongan
fyrene fremman Ø feond on helle.
Wæs se grimma gæst Grendel haten. (Beowulf 100-102)
"…jusqu'au jour où un être machina son oeuvre de mort, un infernal ennemi. Ce terrible démon avait Grendel pour nom."

48Beowulf reçoit une coupe des mains de la reine et prononce quelques paroles, et le poète enchaîne :

Ðam wife ϸa word wel licodon. (Beowulf 639)
"A la dame ces mots plurent grandement."

49C'est-à-dire "la dame" dont on vient de parler, et "les paroles" qui viennent d'être prononcées.

ϸa of wealle geseah weard Scildinga,
se ϸe holmclifu healdan scolde,
beran ofer bolcan beorhte randas,
fyrdsearu fuslicu ; hine fyrwyt bræc
modgehygdum, hwæt ϸa men wæron. (Beowulf 229-33)
"Lorsque du haut de la falaise la sentinelle des Scildiens chargée de surveiller les côtes escarpées vit défiler sur la passerelle boucliers étincelants, harnois de guerre prêts à l'emploi, la curiosité le foudroya. Il se demandait en son cœur ce qu'étaient ces hommes."

50"Les hommes" sont sous-entendus dans, ou plutôt derrière, les boucliers mentionnés deux vers plus haut.

51Les exemples de ce phénomène sont légion, et il serait fastidieux de les recenser. L'utilisation de l'article défini en cas de reprise anaphorique n'est cependant la norme que jusqu'à un certain point. Nous allons considérer tour à tour un certain nombre de cas où une sous-règle entraîne l'absence d'article.

Variation

52Par définition, lorsqu'on utilise une variation, le référent vient d'être mentionné. Ce serait donc, si la règle esquissée ci-dessus était universelle, un cas d'emploi obligatoire de l'article défini. Cependant c'est justement le contraire qui se produit. L'absence d'article se vérifie, que le premier nom possède un article (Ϸœt torhte lond… folde, Phénix 28-29) ou qu'il n'en ait pas (sunbearo… wuduholt, Phénix 33-34), et elle est tout à fait systématique.

Is ϸæt torhte lond twelfum herra,
Ø folde fæðmrimes… (Phénix 28-29)
"Elle est, cette radieuse contrée, douze fois plus haute, cette terre, en coudées…"
Ø Sunbearo lixeð, Ø wuduholt wynlic (Phénix 33-34)
"Le bocage ensoleillé brille, Ø forêt touffue et plaisante."
Secgað sæliðend ϸæt ϸæs sele stande,
Ø reced selesta, rinca gehwylcum
idel ond unnyt. (Beowulf 411-13)
"Au dire des gens qui traversent les mers la grand-salle en conséquence, le plus noble des palais se dresserait pour tous les guerriers inutile et vide."

53Estime-t-on que l'article, s'il y a lieu d'en utiliser un, a été donné pour le premier nom et qu'il est inutile de le répéter ? Ou bien l'article est-il omis parce que l'épithète de reprise implique de considérer l'objet en question sous un autre aspect, de sorte que si le référent reste le même, le signifié est différent — c'est-à-dire que le référent précédemment défini à l'intérieur d'une classe donnée se trouve rattaché à une nouvelle classe en tant que membre non défini ?

A l'intérieur d'une même unité narrative

54L'article étant issu d'un démonstratif, son sens est quelquefois ressenti comme trop fort et on l'omet à l'intérieur d'une même unité narrative. L'étude de plusieurs passages empruntés au Phénix permet d'illustrer ce procédé.

Smylte is se sigewong ; Ø sunbearo lixeð,
Ø wuduholt wynlic. Wæstmas ne dreosað,
beorhte blede, ac ϸa beamas a
grene stondað, swa him god bibead.
Wintres ond sumeres Ø wudu bið gelice
bledum gehongen. (Phénix 33-38)
"Paisible est cette plaine glorieuse ; le bocage ensoleillé brille, Ø forêt touffue et plaisante ; les fruits ne tombent pas, éclatantes richesses, mais les arbres toujours verts demeurent, ainsi que Dieu le leur a ordonné. Hiver comme été, la forêt est pareillement chargée de feuilles."

55L'article devant sigewong correspond à une reprise anaphorique en début d'unité narrative. Sunbearo est traité comme une variation de sige-wong, malgré le fait que chacun des deux noms a son propre verbe. Wuduholt est une variation de sun-bearo et ne prend donc pas d'article non plus. Wudu reprend sun-bearo, mais n'en est pas une variation puisque ces termes sont séparés par une phrase complète. Sans article, wudu s'inscrit dans le prolongement du récit, tandis que se wudu introduirait un nouveau développement à propos d'un élément déjà mentionné.

Foldan leccaϸ
wæter wynsumu of ϸæs wuda midle ;
ϸa monϸa gehwam of ϸære moldan tyrf
brimcald brecað, Ø bearo ealne geondfarað,
ϸragum ϸrymlice. (Phénix 64-68)
"Le sol est irrigué par des ondes charmeuses, jaillies au milieu des forêts, qui, chaque mois, du sol de cette terre, froides comme mer, surgissent, traversent le bois tout entier, de façon répétée, avec force."

56 ϸœs wuda reprend de manière anaphorique le bois mentionné dans une précédente unité narrative. Bearo reprend wuda, mais à l'intérieur d'un même développement ; il n'a donc pas l'article, qui marquerait l'introduction d'une idée nouvelle.

Sona swa seo sunne sealte streamas
hea oferhlifað, swa se haswa fugel
beorht of ϸæs bearwes bearne gewiteð. […]
Ðonne bið swa fæger Ø fugles gebæru,
onbryrded breostsefa, blissum hremig (Phénix 120-26)
"Dès que le soleil, au-dessus des courant salés, hautement domine, alors l'oiseau, couleur de perle, éclatant, loin du bocage, de son arbre s'évade. […] Alors magnifique est l'allure de cet oiseau, exalté en son coeur, de joies exultant."

57La première mention du phénix, se haswa fugel, avec article, équivaut à "l'oiseau dont nous avons parlé précédemment", et renvoie à un contexte à gauche lointain faisant partie d'une autre unité narrative. La seconde, sans article, renvoie à une occurrence dans la même unité narrative, dans un contexte à gauche proche. Le même récit se poursuit ainsi :

ϸonne swiað he
ond hlyst gefeð, heafde onbrygdeð,
ϸrist, ϸonces gleaw, ond briwa ascæceð
feϸre flyhthwate ; Ø fugol bið geswiged. (Phénix 142-45)
"Alors il se tait et se prend à écouter ; il secoue la tête, fier, sage en pensée, et, par trois fois, agite ses plumes, prompt à l'envol ; l'oiseau fait silence."

58 Se haswa fugel est ici repris indifféremment par le pronom he et par le nom fugol sans article, tous deux jouant le même rôle de renvoi à du déjà connu.

59Il faut donc distinguer :

  • la première introduction du référent : absence d'article, ayant valeur d'indéfini ;
  • la reprise dans une autre unité narrative : article défini, avec souvent une valeur forte proche de celle d'un démonstratif ;
  • la reprise dans la même unité narrative : absence d'article, ayant valeur de défini. Les tendances dégagées pour le Phénix se vérifient dans Beowulf.

Him on mod beam
ϸæt Ø healreced hatan wolde,
Ø medoærn micel, men gewyrcean. […]
Him on fyrste gelomp,
ædre mid yldum, ϸæt hit wearð ealgearo,
Ø healærna mæst ; scop him Heort naman
se ϸe his wordes geweald wide hæfde.
He beot ne aleh, beagas dælde,
sinc æt symle. Ø Sele hlifade,
heah ond horngeap. (Beowulf 67-82)
"Il lui vint l'idée de faire bâtir une grand-salle, construire une demeure où festoyer nombreux. […] A point nommé dans un court délai humain l'œuvre fut toute prête, le plus grand des manoirs. Lui créa le nom de Cerf celui dont le pouvoir de parole s'étendait au loin. Il ne faillit pas à sa parole, distribua bijoux, trésor au festin. La salle se dressait altière, cornes au faîte."

60La première mention de la grand-salle se fait sans article (healreced, avec valeur d'indéfini). Le nom est repris indifféremment par un pronom (hit) ou un nom sans article (sele), tandis que se sele introduirait une nouvelle étape narrative.

Ða wæs Ø heal roden
feonda feorum, swilce Fin slægen,
cyning on corϸre, ond seo cwen numen. (Beowulf 1151-53)
"Alors la grand-salle fut décorée du sang ennemi et Finn massacré, le roi au milieu de sa troupe, et la reine prisonnière".

61Il avait été question de la grand-salle peu avant (Finn a été tué "en sa propre demeure"), et le nom qui la désigne est donc employé sans article. En revanche la reine n'avait été mentionnée qu'au tout début de l'épisode. Elle représente donc une idée nouvelle pour le passage, dûment soulignée par l'utilisation d'un article.

Utilisation d'articles à l'intérieur d'une même unité narrative

62La règle de reprise sans article à l'intérieur d'une même unité narrative étant admise, un poète peut se permettre de l'enfreindre pour obtenir une mise en relief particulière. Les effets obtenus varient en fonction du contexte.

… ϸa hie to Ø sele furðum
in hyra gryregeatwum gangan cwomon.
Settori sæmeϸe side scyldas,
rondas regnhearde, wið ϸæs recedes weal. (Beowulf323-26)
"…quand vêtus de leurs terrifiants équipements ils approchèrent du palais. Au terme de leur fatigante traversée ils posèrent leurs vastes boucliers, écus magiquement endurcis, contre le mur de ce manoir."

63L'apparition soudaine de l'article au moment où les voyageurs sont près du palais au point de le toucher produit le même effet qu'un gros plan au cinéma. En impliquant un changement d'unité narrative, elle souligne le déplacement des personnages.

…ond on ræste genam
ϸritig ϸegna, ϸanon eft gewat
huðe hremig to ham faran,
mid ϸære wælfylle wica neosan. (Beowulf 122-25)
"…sur leur couche saisit trente compagnons. De là il repartit comblé de son butin, il s'en retourna chargé de cadavres retrouver son repaire."

64 Wœlfylle reprend ϸritig ϸegna, à l'intérieur de la même phrase, mais l'utilisation de l'article suggère que les cadavres du vers 125 ne sont plus vraiment la même chose que les trente guerriers intacts mentionnés deux vers plus haut.

…siððan him scyppend forscrifen hæfde
in Caines cynne. ϸone cwealm gewræc
ece drihten, ϸæs ϸe he Abel slog ;
ne gefeah he ϸære fæhðe, ac he hine feor forwræc,
metod for ϸy mane, mancynne fram. (Beowulf 106-110)
"…depuis que le Créateur l'avait proscrit avec la race de Caïn sur qui le Seigneur éternel vengea le meurtre d'Abel qu'il avait assassiné. Nulle joie ne tira de cette inimitié car il se vit bannir au loin par la Providence pour son crime, hors de la race des hommes."

65Trois articles successifs désignent les mêmes crimes. Cette mise en relief a la force d'une mise à l'index.

Introduction d'une idée nouvelle avec un article défini

66Que l'on choisisse d'utiliser ou d'omettre l'article en cas de reprise, il semble en tout cas inévitable que la première mention d'une idée nouvelle se fasse sans article. L'auteur de Beowulf, cependant, utilise à plusieurs reprises l'article défini dans ces circonstances. Il s'agit d'un artifice littéraire qui permet d'entrer de plain-pied dans la situation narrative, comme lorsqu'un écrivain commence un roman par un article défini ou un pronom personnel de troisième personne.

ϸa wæs Hroðgare heresped gyfen,
wiges weorðmynd, ϸæt him his winemagas
georne hyrdon, oðð ϸæt seo geogoð geweox. (Beowulf 64-66).
"Hrothgar ensuite connut fortune à la guerre, honneur au combat, lui gagnant chez les siens totale adhésion, si bien qu'augmenta sa troupe de jeunes."
Sele hlifade,
heah ond horngeap, heaðowylma bad,
laðan liges ; ne wæs hit lenge ϸa gen
ϸaet se ecghete aϸumsweorum
æfter wælniðe wæcnan scolde. (Beowulf 81-85)
"La salle se dressait altière, cornes au faîte. Elle subirait le tourbillon des guerres, l'inimitié des flammes. Le temps n'était pas encore proche où la haine à glaive dégainé entre gendre et beau-père violence sur violence surgirait au grand jour."
Đa se ellengæst earfoðlice
ϸrage geϸolode, se ϸe in ϸystrum bad (Beowulf86-87)
"Alors le héros du mal connut des moments de cruelle torture, lui qui demeurait dans les ténèbres…"

Conclusion

67L'emploi de l'article défini connaît encore une grande marge de liberté dans l'état de langue représenté par la poésie vieil-anglaise. Des tendances se dessinent cependant nettement. L'article défini a une valeur d'anaphorique contextuel – l'identification par la situation n'entraîne pas d'article. On le rencontre lorsque le nom est précisé par une relative, à condition qu'elle soit fortement déterminative, ou par un adjectif. Sur ce point son emploi est à peu près systématique, et peut être considéré comme grammaticalisé. Lorsqu'il y a reprise anaphorique l'usage est beaucoup plus souple. L'article s'utilise si l'on veut mettre le nom en valeur, en particulier au début d'une nouvelle unité narrative, mais est omis si le récit se poursuit simplement : il a donc une valeur stylistique autant que grammaticale. Des préférences individuelles interviennent à ce niveau : l'auteur de Beowulf par exemple, se permet d'assortir d'un article un nom utilisé pour la première fois. L'évolution de la langue systématisera l'emploi de l'article, se débarrassant des nuances entre reprise à l'intérieur ou hors de la même unité narrative, comme entre relative fortement ou faiblement déterminative.

Notes

1 Pour les étapes de cette évolution, voir Colette Stévanovitch, "L'article zéro en vieil-anglais et en anglais moderne", dans le présent volume.

2 Bruce Mitchell, Old English Syntax, Oxford : Clarendon Press, 1985, p. 134.

3 Voir Colette Stévanovitch, "L'article zéro".

4 Afin de limiter la part des préférences individuelles de chaque auteur les exemples seront empruntés à trois poèmes seulement, le Phénix, la Genèse A et Beowulf. Ils seront cités dans les éditions suivantes : pour le Phénix, G. P. Krapp & E.V.K. Dobbie, The Anglo-Saxon Poetic Records Vol. III, The Exeter Book, New-York : Columbia University Press, 1936 ; pour la Genèse A, Colette Stévanovitch, La Genèse du manuscrit Junius XI de la Bodléienne : édition, traduction et commentaire, Publications de l'AMAES, 1992 ; pour Beowulf, André Crépin, Beowulf édition diplomatique et texte critique, traduction française, commentaires et vocabulaire, Göppinger Arbeiten zur Germanistik 329, Göppingen : Kummerle, 1991. Pour les deux derniers textes la traduction est celle de l'édition utilisée. Pour le Phénix, traduction de Jean-François Barnaud, Le bestiaire vieil-anglais : étude et traduction des textes animaliers dans la poésie vieil-anglaise, thèse de doctorat, Paris, 1998.

5 "monde", "terre", "ciel", "terre", "air", étoile".

6 Dans le texte ci-dessous nous imprimons les articles en gras. Le signe Ø représente l'absence de déterminant devant un substantif.

7 "Dieu, Seigneur, Roi".

8 Une relative déterminative (ou restrictive) permet d'identifier le nom et est indispensable à la compréhension, par opposition à la relative descriptive, simple commentaire, qui n'est pas nécessaire à la phrase.

9 Exodus 86-87 : he ϸara gifena / gode ϸancode // Þe him ϸær to duguðe / drihten scyrede. Maldon 147-148: hloh ϸa, modi man, sæde metode ϸanc // ðæs dægweorces / ϸe him drihten forgeaf. Maldon 173-174 : Geϸancie ϸe, / ðeoda waldend, // ealra ϸæra wynna / ϸe ic on worulde gebad. Genèse Β : sceolde his drihtne ϸancian / ϸæs leanes ϸe he him on ϸam leohte gescerede.

10 Comparer, en anglais moderne. : I don't like children who make a lot of noise (sous-classe de "children", générique : article zéro) et I don't like the children who live next doors (spécifique : article défini). Le français aura "les" dans les deux cas. Sur l'article zéro à valeur générique au cours de l'histoire de l'anglais, voir dans le présent volume, Colette Stévanovitch, "L'article zéro".

11 Cette formule, répandue dans les poèmes religieux, se rencontre, avec des adjectifs différents, dans la Genèse A (3 occurences), Andreas (2 occ.), Elene (2 occ.), le Christ II (6 occ.), le Christ III (8 occ.), Guthlac Β (7 occ.), Juliana (2 occ.), Vainglory (2 occ.), Order of the World, Whale (2 occ.), Enigme 3, Judgment Day II, Exhortation to Christian Living, Creed, Seasons for Fasting (2 occ.).

12 Une lacune (il manque 403b) ne permet pas de savoir avec certitude si se hearda et heard font référence au même personnage. Le porteur du heaume pourrait aussi être le hérault Wulfgar, ou le roi auquel il conduit Beowulf.

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter