Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Quelques remarques sur la morphologie des verbes et la construction argumentale dans une perspective diachronique (vieil-anglais tardif > anglais moderne)

Fabienne Toupin

Texte intégral

1Avant-propos :

2Le texte qui suit a été présenté lors d'un atelier de traduction animé par Isabelle Bril et moi-même, lors de la première journée du Colloque de Linguistique diachronique qui s'est tenu à Tours, les 10 et 11 mars 2000.

3Il ne s'agit pas d'une communication, mais d'un ensemble de remarques destinées essentiellement à prolonger la réflexion des participants, après une confrontation directe avec un texte anglo-saxon, en embrayant sur le thème du Colloque, Du vieil-anglais à l'anglais moderne : un passage du synthétique à l'analytique ?

4Le texte vieil-anglais que nous avions retenu comme matériau pour cet atelier était un extrait légèrement abrégé d'Apollonius de Tyr (P. Goolden éd., O.U.P., 1958). Pour la bonne compréhension de ce qui suit, il est nécessaire de reproduire ce passage en préambule. Je suis responsable de la traduction en français qui l'accompagne, voulue plus littérale qu'élégante pour les besoins de l'exposition.

Abréviations utilisées :
pronN = pronom
G.N. = groupe nominal
V.A. = vieil-anglais(e)
M.A. = moyen-anglais(e)
A.M. = anglais moderne
I.E. = indo-européen
S = sujet
V = verbe
O = objet
L. = ligne (du texte de départ)

5Apollonius de Tyr, extrait des Chapitres VII et VIII :

"Hlāford cyngc, giada nū and blissa, forðām ϸe Apollonius him ondrǣt ϸīnes rīces mægna swā ϸæt hē ne dear nāhwār gewunian." Ðā cwæð sē cyningc : Flēon hē mæg, ac hē ætflēon ne mæg." Hē ϸā Antiochus sē cyningc gesette ϸis geban ϸus cweðende : "Swā hwilc man swā mē Apollonium lifigendne tō gebringð, ic him gife fīfti punda goldes, and ϸām ðe mē his hēafod tō gebringð, ic gife him hundtēontig punda goldes." Ϸā ðā ϸis geban ϸus geset wæs, […] nā ϸæt ān his find ac ēac swilce his frīnd him æfter foran and hine geond ealle eorðan sōhton […], ac hē ne wearð nāhwār funden.

[…] Apollonius becom ær tō Tharsum. Ðā sume dæge ēode hē be strande. Ϸā geseah hine sum his cuðra manna sē was Hellanicus gehāten […]. Ϸā ēode hē tō Appolomum and cwæð : "Wes gesund, hlāford Apolloni. […] Gehȳr nū fram mē ϸæt ϸū silfa nāst. Ϸē is sōðlice micel ϸearf ϸæt ϸū ðē warnige, forðām ϸe ðū eart fordēmed. Ðā cwæð Apollonius : "Hwā mihte me fordēman, mīnre āgenre ϸēode ealdorman ?" Hellanicus cwæð : "Antiochus sē cyngc." Apollonius cwæð: "For hwilcum intingum hæfð hē mē fordēmed?" Hellanicus sǣde: " Forðām ϸe ϸū girndest ϸæt ϸū wǣre ϸæt sē fæder is. […] Swā hwilc man swā ðē lifigende tō him bringð, onfō sē fiftig punda goldes. Sē ðe him bringe ϸīn hēafod, onfō sē hundtēontig punda goldes. Forðām ic ðē lǣre ϸæt ϸū flēo and beorge ϸīnum līfe." Æfter ϸysum wordum Hellanicus fram him gewænde and Apollonius hēt hine eft tō him geclipian and cwæð tō him: "[…] Nym nū her æt mē hundtēontig punda goldes, and far tō Antiocho ϸǣm cynge and sege him ϸæt mē sy ϸæt hēafod fram ϸām hneccan ācorfan, and bring ϸœt word ϸām cynge to blisse : ϸonne hafast ϸū mēde and ēac clǣne handa fram ϸæs unscæðϸigan blōde." Ðā cwæð Hellanicus : "Ne gewurðe ϸæt, hlāford, ϸæt ic mēde nime æt ðē for ϸisum ϸingum, forðon ϸe mid gōdum mannum nis nāðer ne gold ne seolfor wið gōdes mannes frēondscipe wiðmeten." Hī tōēodon ϸā mid ϸisum wordum.

Traduction littérale

"Seigneur roi, réjouis-toi et sois heureux car Apollonius a redouté pour lui les hommes de ton royaume, de sorte qu'il n'ose résider nulle part." Alors le roi dit : "Il peut fuir mais il ne peut pas s'échapper." Alors, lui, le roi Antioche, fit cette proclamation : "Quel que soit l'homme qui m'amènera Apollonius vivant, je lui donnerai 50 livres d'or et à celui qui m'apportera sa tête, je donnerai 100 livres d'or." Quand cette déclaration fut faite, non seulement ses ennemis mais aussi ses amis […] partirent à sa poursuite, le cherchèrent sur toute la terre […], mais on ne le trouva nulle part.

[…] Apollonius était déjà arrivé à Tharse. Alors un jour il alla au rivage. Alors un de ses hommes familiers le vit, qui s'appelait Hellanicus […]. Il vint vers Apollonius et dit : "Salut, Seigneur Apollonius. […] Ecoute maintenant de ma bouche ce que tu ne sais pas toi-même. En vérité tu as grand besoin de te protéger, car tu es condamné. Alors Apollonius dit : "Qui pourrait bien me condamner, [moi qui suis] le chef de mon propre peuple ?" Hellanicus dit : "Antioche le roi." Apollonius dit : "Pour quelles raisons m'a-t-il condamné ?" Hellanicus dit : "Parce que tu aspirais à être ce qu'est le père." […] Quiconque t'amène à lui vivant, qu'il reçoive 50 livres d'or. Celui qui lui apporterait ta tête, qu'il reçoive 100 livres d'or. C'est pourquoi je t'exhorte à fuir et à sauver ta vie." Sur ces mots Hellanicus s'éloigna de lui et Apollonius lui ordonna de s'adresser à lui de nouveau et dit : "[…] Prends maintenant ici de moi 100 livres d'or, rends-toi auprès du roi Antioche, dis-lui que à moi la tête du cou est séparée et apporte ce message au roi pour la joie. Ainsi tu as tout à la fois la récompense et les mains propres de ce sang innocent. Alors Hellanicus dit : "Qu'il n'advienne pas, Seigneur, que j'accepte une récompense de toi pour ces choses, parce qu'en ce qui concerne les hommes bons ni l'or ni l'argent n'est comparé à l'amitié d'un homme bon." Alors sur ces mots ils se séparèrent.

Introduction

  • 1 Nous utilisons ici le symbole C2 pour renvoyer au troisième argument d'un verbe ; il s'agit d'une l (...)

6Dans ce passage d'Apollonius de Tyr, on trouve cinq occurrences du verbe bringan, dans des prédicats du même type, comprenant à chaque fois un complément d'objet (C1) et un complément d'attribution (C2)1

(1)

Apollonium

lifigendne

gebringð

C2
proN

C1
G.N.

(2)

his

hēafod

gebringð

C2
proN

C1
G.N.

(3)

ðē

lifìgende

him

bringð

C1
G.N.

C2
proN

(4)

him

bringe

ϸin

hēafod

C2
proN

C1
G.N.

(5)

bring

ϸœt

word

ϸām

cynge

C1
G.N.

C2
G.N.

7On constate immédiatement une différence au niveau du marquage du complément d'attribution :

  • tantôt il est simplement marqué par une désinence de datif, comme en (4) : him et en (5) : ϸām cynge;

  • tantôt cet argument est au datif mais introduit par la préposition; c'est ce qu'on observe dans les exemples (1) à (3) : mē…tō (deux fois, avec la préposition précédée par son régime) et tō him.

8Ce phénomène est caractéristique de la période M.Α., où il est courant de trouver des verbes introduisant le même type d'argument avec ou sans préposition ; cette alternance concerne en particulier mais pas exclusivement. On a mis en évidence plusieurs causes, dont :

  • la nature de l'argument en question : nominale ou pronominale ;

  • l'ordre des arguments lorsqu'on a un verbe suivi d'un C1 et d'un C2.

9Il est possible que ces facteurs aient joué dans notre texte, encore que si l'on compare (3) et (4), on trouve un C2 identique (pronom him), et si l'on rapproche (3) et (5), on trouve le même ordre argumentai : C1 puis C2. Cela ne suffit donc pas à expliquer les alternances relevées. C'est que le M.A., en tant que période charnière, est marqué par la cohabitation des systèmes ancien et nouveau, et que cela se traduit par certaines incohérences en synchronie.

10Il était donc prévisible que l'on trouve ce type d'hésitation dans Apollonius de Tyr, qui est un texte de V.A. tardif (première moitié du XIème siècle). Il préfigure cette période de grands bouleversements qu'est le M.A. Parmi ces derniers, il est commun de citer la transition d'un état de langue synthétique (V.A.) à un état de langue analytique (A.M.). Ceci se manifeste surtout au travers de deux phénomènes :

  • la perte de la relative liberté syntaxique du V.A. et l'évolution de l'ordre des mots dans le sens SOV → SVO ;

    • 2 Voir Chevillet (1994, 57) et travaux de M.-L Groussier, en particulier sa communication au Deuxième (...)

    l'érosion de la richesse flexionnelle et l'essor parallèle du système des prépositions, sans que les linguistes d'ailleurs soient d'accord sur le sens du rapport de causalité2

11C'est donc tout naturellement que la problématique de notre colloque nous invite à examiner l'évolution de la construction de quelques verbes V.A. On sait en effet que de nombreux verbes V.A. qui régissaient soit un soit deux arguments en leur affectant un cas bien précis ont vu leur construction évoluer, au sens où une préposition est venue renforcer la marque casuelle dans un premier temps, allant jusqu'à éliminer complètement cette marque dans un second temps. En ce sens, il s'agit bien d'un mouvement vers un état de langue analytique.

12Mais auparavant, il peut s'avérer intéressant d'étudier – rapidement - le devenir de quelques verbes préfixés (trouvés dans notre texte de départ), parce que ceux-ci illustrent un autre aspect de la problématique synthétique/analytique, mais au niveau sémantique cette fois.

1. Les verbes préfixés et leur devenir en A.M. : dilution (analyse) ou concentration (synthèse) du sens ?

  • 3 On pense ici à l'ambiguïté de la particule en allemand moderne : c'est un préfixe à l'infinitif.

13Le V.A. connaissait un système très développé de verbes préfixés (ūpgān = "go up") et de verbes à particule avec particule antéposée au verbe (ūt faran = "go out")3 Les préfixes les plus fréquents en V.A. sont ā-, be-, for-, on-, sans oublier ge-.

14Au cours de l'évolution de l'anglais, les préfixes vont connaître un amuïssement phonique (ils sont en effet atones) accompagné d'un affaiblissement sémantique. Ceci va d'ailleurs avoir des retentissements sur la syntaxe des verbes à particule : comme la position à gauche du verbe des particules pouvait les faire confondre avec des préfixes, au moment-même où ceux-ci devenaient de moins en moins pertinents, les particules vont progressivement passer à droite du verbe, redonnant ainsi un poids sémantique à la combinaison.

    • āceorfan (L.22) > A.M. carve, supplanté par cut off

15Les auteurs ne s'accordent pas sur le préfixe ā- : pour Bosworth, il est court et inaccentué ; pour Grimm, long et accentué, parce qu'il représenterait la préposition ce/(A.M. of et off).

16Ā- exprime de nombreuses nuances sémantiques dans le détail desquelles nous n'entrerons pas : Grimm en relève jusqu'à sept ! On le paraphrase souvent par "off, away" ; c'est le sens ici. Mais souvent, il n'altère pas la signification de la base verbale, comme dans les paires suivantes :

āberan et beran = "bear" ; ābrecan et brecan = "break", etc.

    • becuman (L.9) > A.M. come

17Be-, que l'on trouve aussi sous la forme bi-, peut avoir le sens de "about" et jouer un rôle intensifieur : fōn = "seize" > befōn = "surround", par exemple.

18Il peut rendre un verbe intransitif transitif, ce qu'il fait toujours en A.M.

19Il peut exprimer un sens privatif : niman = "take" > beniman = "deprive".

  • 4 Ce qui ne signifie pas que les verbes cuman et becuman soient synonymes, bien sûr. Entre autres cho (...)

20Enfin, et c'est le cas ici, il n'ajoute qu'une nuance de sens assez ténue : cuman = "come" > becuman = "arrive"4

    • fordēman (L.13, deux occurrences) > A.M. deem, avec changement du sens originel.

21For- correspond à l'allemand moderne ver- et a plusieurs sens. Il joue parfois un rôle intensifieur : lēogan = "lie" >forlēogan = "lie greatly".

22Il peut donner au dérivé un sens négatif, voire péjoratif ; c'est ce qui se passe ici : dēman = "judge" > fordēman = "condemn, damn".

23La base verbale peut voir son sens tourné en son contraire plus ou moins figuré : sēon = "see" > forsēon = "overlook, despise", par exemple.

24Au cours de l'évolution de l'anglais, ce préverbe a été confondu avec un autre, proche phonétiquement : fōr(e)-, mais sémantiquement très différent. On comparera ainsi forsēon = "overlook" avec fōresēon = "foresee".

    • gehīeran (L.11) > A.M. hear
      gesēon (L.10) > A.M. see
      gesettan (L.3 et 6) > A.M. set
      gewendan (L.19) > A.M. wend [wend one's way] et surtout forme prétéritale went
      gebringan (L.4 et 5) > A.M. bring

  • 5 Nous sommes redevable à notre collègue Gérard Deléchelle de nous avoir proposé cette étiquette.

25La valeur originelle de ge- est résultative, d'où son emploi dans les participes passés. Dans la même veine, il peut donner à un verbe un sens perfecto-résultatif5 : winnan = "fight" > gewinnan = "get by fighting", rīdan = "ride" > gerīdan = "reach by riding".

26Il peut conférer un sens figuré au dérivé, à partir d'une base à sens littéral : healdan = "hold" > gehealdan = "preserve".

27Le plus souvent, il n'ajoute aucune nuance particulière : c'est le cas dans notre texte avec bringan et gebringan = "bring" tous les deux.

28Il a disparu à cause de sa fréquence même qui diluait son sens.

    • ondrǣdan (L.1) > A.M. dread

29Ce préverbe correspond à l'allemand moderne ent- ; dans certains cas il négative le sens de base : lūcan = "lock" > onlūcan = "unlock, open".

30Le reste du temps, il est sans valeur sémantique particulière, comme dans notre texte où drǣdan et ondrǣdan = "dread, fear".

    • tōgān (L.26) > A.M. part ou go away

31En V.A. il existait deux préverbes tō-, l'un qui marquait un mouvement d'approche (et qui correspond à l'allemand moderne zu-), exemple : tōcuman = "arriver".

32Le second, que l'on trouve ici, exprime au contraire un mouvement de dispersion, d'éparpillement, de séparation (il correspond à l'allemand moderne zer- et au latin dis-). Sa forme n'était pas to au départ, mais te- ou ti-, et il n'aurait donc jamais dû – logiquement – évoluer en tō. Il serait devenu homophone du premier par un phénomène d'attraction.

33Ce préverbe a complètement disparu en A.M.

    • wiðmetan (L.26) > A.M. compare with

34Wið peut avoir le sens de "away, back":
gān = "go" > wiðgān = "disappear".

35Il peut sinon traduire l'idée de "against" et correspond alors à l'allemand moderne wieder : standan = "stand" > wiðstandan = "resist".

36Il peut encore correspondre à l'allemand mit, comme ici :
metan = "compare" > wiðmetan = "compare (with)".

37Il est donc intéressant de noter la redondance aux L.25-26. On lit en effet littéralement : "ni l'or ni l'argent ne sont comparés avec avec l'amitié d'un homme bon". Cette redondance indique très clairement la perte de poids sémantique du préfixe wið en particulier et, au-delà, des préfixes en général. On ne la trouve d'ailleurs pas qu'avec les verbes préfixés, les verbes à particule étant eux aussi concernés. En voici deux exemples (Gettliffe, 1999, 89) :

(6) Hē on ðā sunnan mœġ on lōcian.
He can look at the sun. (Litt. : look on on the sun)
(7)
Ðā fǣringa cōm Arcestrates and in ēode on ϸœt bœð.
Then suddenly A. arrived and went in to the bath. (Litt : went in in the bath)

38Dans ce dernier exemple, on note le voisinage de in et on. La préposition on correspond sémantiquement à "in" et, dans ces conditions, la particule in apparaît redondante.

Bilan

39On constate que huit des onze verbes préfixés présents dans notre texte vont être tout simplement amenés à perdre leur préfixe et à se maintenir comme verbes morphologiquement simples en A.M. C'est le cas plus généralement pour un nombre non négligeable de verbes préfixés V.A. Diachroniquement, tout se passe alors comme si le sens se concentrait sur un morphème, la base verbale, au lieu de deux. Dans cette optique, il y a évolution vers un état plus synthétique (concentration du sens par répartition sur un signifiant au lieu de deux).

40D'autres verbes se maintiennent comme préfixés, mais en changeant de préfixe (V.A. forhealdan > A.M. withhold). Enfin, beaucoup de préfixés vont être remplacés par des verbes à particule. Ces deux cas de figure manifestent pour leur part une tendance au statu quo, dans la mesure où le sens reste réparti sur deux signifiants.

2. Le marquage des relations sémantico-syntaxiques entre le Verbe et ses Arguments : du synthétique à l'analytique ?

41Pour illustrer ces remarques, les exemples ont été choisis dans le passage traduit, à chaque fois que cela était possible, sinon, dans le reste du récit. Les chiffres romains renvoient aux différents chapitres dans l'édition d'Apollonius indiquée ci-dessus.

42Examinons pour commencer un exemple avec giernan (A.M. yearn). On a une occurrence de ce verbe à la L. 16, mais il est construit avec une complétive en ϸœt et n'apparaît donc pas la désinence de génitif qui marque habituellement le premier argument. Voici donc un autre exemple :

(8) Sēo fōstormōdor sōðliċe ϸā ðā hēo ġehyrde ϸœt ϸœt mǣden hire dēaðes ġirnde,… (II)
The foster-mother, when she heard that the maiden desired her death…

43En A.M., l'objet de yearn est introduit par la préposition for. Dans le même ordre d'idées, on peut citer biddan (A.M. bid). En effet, le C1 des verbes de désir, de demande, d'acceptation (ou de refus) était souvent marqué au génitif :

(9) Hwœs mœġ iċ biddan ? (XII)
What can I ask for ?

44Bid se construit maintenant avec la préposition for (ainsi que yearn, long, wish, etc. dans le même champ sémantique) ; mais le sens de biddan ayant considérablement évolué, son équivalent moderne est plutôt ask for sthg.

45Voyons maintenant des exemples avec les quatre verbes suivants : āsendan (A.M. send), giefan (A.M. give), sellan (A.M. sell), tǣċan (A.M. teach). Il s'agit des exemples (10) à (14).

(10) Ϸonne āsœndeϸā ġewrita mīnre dohtor ϸoet hēo sylf ġeċēose hwilċne ēowerne hēo wille. (XIX)
Then I'll send the documents to my daughter so that she chooses which of you she wants.

(11) Swā hwilc man swā mē Apollonium lifigendne tō gebringð, ic him gife fifti punda goldes. (VII)
[Litt.] Whoever will bring me A. alive, I shall give him fifty pounds of gold.

(12) Hwā ġifð ϸām uncūðan līfes fultum? (XII)
[Litt.] Who will give the support of life to the stranger?

(13) Ðas ġifu sealde sēo ċeasterwaru on Tharsum Apollonio ϸām tirisċan… (X)
This gift the citizens of T. gave to Apollonius the Tyrian…
NB : Apollonio = datif latin

(14) and Apollonius onfēng ϸāre wununge de hym ġetǣht wœs… (XVII)
and Apollonius accepted the dwelling which had been assigned to him…

46Ces verbes présentent un cas de figure identique : ils se construisaient avec un C2 au datif en V.A. ; aujourd'hui, to introduit ce complément s'il suit le C1.

47Dans cette optique, on a bien un mouvement vers un état de langue analytique. Mais, que ce soit āsendan, giefan, sellan, tœċan ou encore bringan, mentionné au début, il reste une trace de la situation ancienne dans le fait que ces verbes admettent aussi la construction appelée "bi-transitive". Le point de vue diachronique apporte ici, comme en d'autres endroits, un éclairage intéressant – de par son pouvoir explicatif – sur l'état contemporain de la langue.

Secgan (A.M. say) se construisait avec un C1 à l'accusatif et un C2 au datif :

(15) Far tō Antiocho ϸǣm cynge and sege him ϸœt mē sӯ ϸœt hēafod fram ϸām hneccan ācorfan. (VIII)
Go to King Antiochus and tell him [litt.: say to him] that I am decapitated.

48La préposition n'est apparue qu'en V.A. tardif ; aujourd'hui, to est obligatoire pour le C2, là du moins où la construction équivalente est possible en A.M. (pas ici, à l'évidence, mais on songe à des expressions du type say 'Hello' to one's neighbours, par exemple).

49Pour des raisons sémantiques, il est possible de rapprocher secgan de andswarian (A.M. answer) et de comparer les constructions respectives : andswarian se construisait avec un C2 au datif :

(16) Ðœt mǣden hyre andsrverode : "Lēofe fōstormōdor…" (II)
The maiden answered her : "Dear foster-mother…"

50Aujourd'hui answer se construit toujours sans préposition (answer sb). Si pour secgan il est donc justifié de parler de mouvement vers l'analytique, il n'en va pas de même pour cet autre verbe, dont la construction argumentale reste inchangée.

51D'autres exemples manifestent cette tendance au statu quo. Ils se rangent en deux catégories : dans la première, déjà illustrée en (16), c'est une construction casuelle qui se maintient, et l'on a donc un verbe transitif direct en A.M. :

(17) … ac ġif ðū wille witan hwoet hē sȳ, axsa hine. (XV)
… but if you want to know what he is, ask him.
acsian + accusatif [entre autres possibilités] // A.M. ask sb

(18) Hlāford Apolloni, ġif du ϸissere hungrigan ċeasterwaru ġehelpest… (IX)
If you help these hungry citizens…
gehelpan + datif [entre autres possibilités] // A.M. help sb
NB : ϸissere est un datif singulier, alors qu'on attend un datif pluriel, incohérence qui illustre le délitement du système casuel.

(19) Apollonius him ondrǣt ϸīnes rīces mægna. (VII)
[Litt.] Apollonius dreaded for him(self) the men of your kingdom.
Apollonius has been frightened by the men of your kingdom.
ondrǣdan + datif du "destinataire" + génitif de la "cause" de la crainte // construction impossible en A.M. pour cause de réduction de la valence du verbe : A.M. dread sb/sthg.

52S'agissant des verbes transitifs directs de l'A.M., il convient de signaler que les pronoms personnels de troisième personne, masculin ou féminin, employés au cas régime derrière ces verbes (Cf. help her, dread him etc.) sont en réalité d'anciennes formes de datif, réinvesties en quelque sorte en accusatif contemporain.

53L'exemple suivant, qui illustre encore le maintien d'une construction casuelle, va paradoxalement nous fournir une transition vers la seconde catégorie de verbes stationnaires, ceux qui conservent une construction prépositionnelle. Il existait en effet bien, dès le stade du V.A., des verbes que l'on peut qualifier de verbes prépositionnels, au sens où ils sont transitifs indirects, régissent une préposition spécifique et prennent en combinaison un sens bien particulier, plus ou moins idiomatique.

(20) Ϸā geseah hine sum his cuðra manna. (VIII)
Then one of his familiar men saw him.

54Il ne faut pas confondre gesēon + accusatif avec gesēon + tō ou encore cet autre préfixé, qui n'a rien donné en A.M., besēon + tō. Ces verbes signifiaient "look at". Il existait d'ailleurs à côté le verbe prépositionnel lōcian tō (A.M. look at). Voici un exemple avec besēon :

(21) Arcestrates beseah tō ðām ϸrym cnihtum and cwœð… (XXI)
Arcestrates looked at the three young men and said…

55Voici deux autres exemples, toujours extraits d'Apollonius :

(22) Sē forlidena man is cumen ϸe ðū œfter sœndest. (XIV)
The shipwrecked man has arrived that you sent for.

(23) Hwœt is nū māre ymbe ϸœt sprecanne būton ϸœt…? (III)
What more is there now to say about that, except that…?

56Ymb(e) est une préposition qui a disparu pendant la période M.A. Elle était synonyme de be, dont on a parlé plus haut comme préverbe, ces deux prépositions ayant la même origine (I.E. *ambhi) et le même sens, c'est-à-dire "about".

57Les exemples (21) à (23) illustrent donc le fait qu'une construction prépositionnelle peut se maintenir entre V.A. et A.M. ; mais le plus intéressant en la matière est ailleurs encore et se dévoile lorsqu'on compare le marquage des arguments du verbe avec celui des circonstants.

58Comme on pourra le constater, même à partir d'un corpus aussi fractionnaire que celui rassemblé ici, un changement de préposition intervient le plus souvent lorsque les arguments sont en cause. En d'autres termes, la construction de la relation Verbe-Arguments est caractérisée par une instabilité en diachronie. Pour résumer, on a dans la majorité des cas :

ARGUMENTS :
- soit le scénario n° l :
V+ cas > V + prép.
- soit le scénario n° 2 :
V+ prép. X > V + prép. Y

59Par contraste, le marquage morpho-syntaxique des circonstants se caractérise par une relative stabilité diachronique. En général, on a :

CIRCONSTANTS :
V+ prép. X > V + prép. X

60Ces caractéristiques ont été mises en évidence par P. Gettliffe :

"[…] en face de la stabilité diachronique des prépositions utilisées pour les circonstants, l'instabilité des prépositions spécifiques est évidente. Par exemple, un verbe comme ask utilisé dans le sens de "inquire about" s'est construit d'abord en V.A. avec be ou ymb, puis en M.A. avec of, et enfin en A.M. avec after ou about. Ce même verbe, dans le sens "request of sb.", a régi successivement l'accusatif en V.A., puis to ou at en M.Α., et of ou from en A.M." (Gettliffe, 1999, 26)

61Ceci nous amène directement à considérer deux derniers exemples : (24) et (25).

(24) Ða ða ϸis geban ϸus geset wœs, ϸa wœron mid gitsunge beswicene na ϸœt an his find ac eac swilċe his frind, and him œfter fōran… (VII)
When this proclamation was made, then not only his enemies but also his friends were seduced by cupidity, and went after him…

62Faran donne A.M. fare ; mais ce verbe étant loin d'avoir l'étendue d'emplois de son ancêtre, on ne pourrait pas avoir fare after en A.M. mais go after sb. Ce verbe prépositionnel existait d'ailleurs aussi en V.A., à côté de faran œfter :

(25) Sē man ðā ēode œfter Apollonio. (XIV)
Then the man went after Apollonius.

63Si l'on a recours au critère de la stabilité de la construction, alors on incline à penser que l'on a affaire ici à des circonstants plutôt qu'à des arguments du verbe. Sans doute d'ailleurs n'y a-t-il pas de distinction Arguments / Circonstants bien tranchée en anglais mais plutôt, comme le propose Philip Miller, un continuum entre les deux catégories.

Bilan

64♦ L'érosion des paradigmes casuels est déjà bien avancée en V.A., si l'on compare les quatre cas qui existent encore dans cette langue aux huit cas de l'I.Ε. Ce phénomène de syncrétisme va se poursuivre au cours des siècles ultérieurs, donnant la situation actuelle :

  • c'est avec les pronoms que le syncrétisme est le moins avancé ; dans le meilleur des cas, on a encore trois marques casuelles (he – him – his) ;

  • les adjectifs et les déterminants, on le sait, sont devenus indéclinables, this et that faisant exception ;

  • les noms occupent dans ce tableau une position intermédiaire, n'ayant plus que deux formes (forme cas sujet/cas régime confondus et forme de génitif).

65♦ Le cas porté par le G.N. en V.A. constitue un marquage simple. Lorsque les prépositions sont venues renforcer les flexions (c'est ce qui se passe avec bringan + datif et bringan tō + datif, par exemple), alors on passe à un marquage double.

66Cela fait penser, dans d'autres domaines de la syntaxe, à la double négation (qui était la règle en V.A.), ou encore au décumul du pronom relatif : "Il y a chez les Estes une tribu que ils peuvent produire le froid", lit-on chez Alfred (exemple cité dans Chevillet (1994) : 82).

67En A.M., le double marquage ne subsiste plus qu'avec les pronoms ; sinon on a un marquage simple : soit préposition, soit marque casuelle (Ø ou –s).

68Parallèlement, de la négation multiple on est passé à la négation simple ; le décumul du relatif n'est plus possible en A.M. non plus.

69Sous cet angle, on peut dire que l'évolution n'est pas un mouvement du synthétique à l'analytique, mais bien l'inverse : de l'analytique au synthétique, en employant ces termes ici dans un sens différent de l'acception traditionnelle, que l'on a rappelée plus haut.

70♦ On a pu constater que le passage du synthétique à l'analytique n'était pas systématique, loin s'en faut, dans deux domaines examinés :

  • le marquage des arguments du verbe : de nombreux verbes manifestent une tendance au statu quo, soit qu'ils aient été transitifs directs, soit qu'ils aient été prépositionnels dès le stade du V.A. et le soient demeurés dans la suite de leur carrière ;

  • le marquage des circonstants : ici, la tendance est franchement à la stabilité, au point que ce trait peut constituer, avec toute la prudence de rigueur, un indice de reconnaissance des circonstants dans certains cas délicats.

Bibliographie

Ouvrages cités

Chevillet, François, 1994. Histoire de la langue anglaise (Collection Que sais-je ?). Paris : P.U.F.

Fraser, Thomas, 1980. "The preverb to-in Old English". Langage et psychomécanique du langage : études dédiées à Roch Valin (A. Joly et W.H. Hirtle éd.). Presses universitaires de Lille & presses universitaires de Laval – Québec.

Groussier, Marie-Line, 1984. Le Système des prépositions dans la prose en vieil-anglais. Thèse Paris VII.

—, 1996. "Les prépositions en vieil-anglais". Communication non publiée au Deuxième Séminaire de Linguistique diachronique, Université de Poitiers.

Gettliffe, Patrick, 1999. Verbes prépositionnels et verbes à particule. Paris : Ellipses.

Miller, Philippe, 1998. "Compléments et circonstants : une distinction syntaxique ou sémantique ?" CYCNOS : Actes de l'Atelier de linguistique, Congrès de la S.A.E.S. 1997, Volume 15, n° spécial : 91-103.

Notes

1 Nous utilisons ici le symbole C2 pour renvoyer au troisième argument d'un verbe ; il s'agit d'une liberté que nous prenons, dans la mesure où ce symbole n'existe pas dans la Théorie des Opérations Enonciatives, et nous sommes bien sûr seule responsable de cet usage.

2 Voir Chevillet (1994, 57) et travaux de M.-L Groussier, en particulier sa communication au Deuxième Séminaire de Linguistique diachronique, Poitiers, 9 septembre 1996 : "Les prépositions er, vieil-anglais".

3 On pense ici à l'ambiguïté de la particule en allemand moderne : c'est un préfixe à l'infinitif.

4 Ce qui ne signifie pas que les verbes cuman et becuman soient synonymes, bien sûr. Entre autres choses, ils s'opposent au niveau de l'existence d'une composante déictique dans leur sémantisme. Voir à ce sujet Toupin, Fabienne. "Le Sémantisme primitif de COME et GO." Publications de l'AMAES (Collection GRENDEL) [à paraître en juin 2001].

5 Nous sommes redevable à notre collègue Gérard Deléchelle de nous avoir proposé cette étiquette.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter