Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Le futur en vieil-anglais

André Crepin

Texte intégral

1Pour un francophone héritier – plus ou moins fidèle – du système verbal latin qui distingue soigneusement les perspectives temporelles (amat : elle / il aime, amabat : il aimait, amavit : il a aimé, amaverat : il avait aimé, amabit : il aimera, amaverit : il aura aimé), le système verbal des états anciens des langues germaniques provoque une surprise. Ce système est biparti, opposant simplement le passé (lufode "il a aimé") au non-passé (lufað "il aime / il aimera"). Il se caractérise donc par l’absence de distinction entre le présent (present time) et l’avenir (future time), exprimés l’un et l’autre par un seul temps morphologique (present tense) – "tiroir" dans la terminologie luxuriante de Damourette et Pichon. J’évite, quant à moi, les termes métaphoriques comme leur "tiroir" ou opaques comme leur "noncal" qui se rapporte au moment de l’énonciation (cf. latin nunc) : il aime, il a aimé, il aimera, aura aimé, opposé au "toncal" qui ne s’y rapporte pas directement (cf. latin tunc) : il aimait, aimerait, avait aimé, aurait aimé (Des mots à la pensée, 1911-1927, "Deuxième taxième", ou "taxième d’actualité", § 1703 ; les taxièmes sont les "idées directrices qui servent de charpente au langage", § 6).

2J’ai essayé d’y voir plus clair en consacrant plusieurs études au problème : "Le futur en vieil-anglais d’après la grammaire latine d’Ælfric", in W. Harding et A. Mathieu, Le futur dans le Moyen-Age anglais (AMAES) 1999, "L’expression du futur dans des homélies d’Ælfric et de Wulfstan", collection "Grendel", n°3 (AMAES, Nancy) 1999, "Bið futur du verbe ‘être’ en vieil-anglais", in A.-M. Loffler-Laurian, Hommage à Jean Perrot, sous presse.

1- La grammaire latine, en anglais, d’Ælfric

3Nous disposons d’un guide, malheureusement peu exploité parce que publié avec une typographie trop compacte : Ælfrics Grammatik und Glossar, éd. Julius Zupitza, 2e éd. 1880 ; reproduite en 1966.

4Ælfric n’essaye pas d’interpréter la grammaire anglaise à l’aide de la grille latine – ce qu’on reproche à toute la tradition grammaticale de l’Europe occidentale jusqu’au début du XXe siècle. Le but d’Ælfric est l’inverse : expliquer le latin par les ressources de l’anglais. Il souligne donc les nuances explicites ou implicites du latin. Je ne prendrai que quelques exemples :

5(1) latin stabo : anglais ic stande nu rihte oððe on sumne timan (p. 123-124 – "je me tiendrai debout tout de suite ou à un certain moment"), référence probable à l’attitude respectueuse des écoliers devant leur maître. Cf. A. Crépin, "Dieu, le monde et le moi d’après les exemples de la Grammaire d’Ælfric", Anthropologie et humanisme (Les Cahiers de Fontenay, 39-40), 1985, 79-93. Notons qu’Ælfric, dans sa traduction anglaise, distingue futur proche = voisin du moment d’énonciation, et futur lointain = situé à un moment à venir au-delà du temps d’énonciation.

6(2) amandus peut avoir un sens actif et il sera traduit to lufigenne (144/ligne 11) : to + infinitif fléchi "[prêt] à aimer" ou un sens passif : se ðe sceal beon gelufod (144/10 – "qui doit être aimé"). Notons le recours à une structure doublement périphrastique pour ce dernier.

7(3) osculaturus : se ðe wyle oððe sceal cyssan (248/6) "qui veut ou doit donner un baiser". L’exemple, au premier abord surprenant, illustre bien l’emploi de wil et de sceal. Wil indique le désir ou la volonté de l’agent, sujet grammatical – baiser d’amis ou d’amoureux ; sceal note l’obligation imposée à l’agent-sujet. L’obligation fait référence au rituel du baiser : baiser de paix à la messe, peut-être baiser entre chef et compagnon.

8Le futur du verbe "être" est toujours rendu par bið :

9(4) erit: bið (cf. 201-202); amatur: he ys gelufod (139/18) mais amabitur: he byð gelufod (140/17).

10La lecture de la Grammaire d’Ælfric nous montre que toute langue est traduisible dans une autre – quitte à rendre des formes compactes, "synthétiques", par des périphrases, "analytiques".

2- La valeur de futur du présent morphologique peut être précisée

  • par le sémantisme du verbe. Ainsi pour certains verbes exprimant le mouvement, cf. français j’arrive (tout de suite) ! ou je m’en vais (roman de Jean Echenoz, prix Goncourt 1999) ; ces verbes impliquent le futur (proche).

  • par le contexte. Par exemple dans la "Vision de Drihthelm", racontée par Ælfric d’après Bède. L’âme de Drihthelm est emmenée par un ange en Enfer, au Purgatoire puis finalement au Paradis :

11(5) Þu soðlice, nu ðu to lichaman gecyrst, gif ðu wylt ðine dœda and ðeawas geriht lœcan, ðonne underfehst ðu œfter forðsiðe ϸas wynsuman wununge ϸe ðu nu gesihst (Catholic Homilies II, éd. Godden, n° XXI, lignes 91-94 – "Toi, en vérité, maintenant que tu retournes à ton corps, si tu veux corriger tes agissements et tes mœurs, alors tu obtiendras après le trépas l’agréable séjour que tu contemples à présent.") ;

  • par l’environnement textuel, ou co-texte. Dans cet exemple (5), non seulement le contexte de la Vision mais le co-texte indique le futur. Nous avons des connecteurs qui balisent bien le raisonnement (le vieil-anglais est friand de connecteurs) : subordonnants nu, gif, adverbes ðonne, nu ;

  • par la présence du futur du verbe "être", bið. Je développe ce point dans ma 3e partie.

12Il peut rester néanmoins des énoncés ambivalents. Dans la traduction des Béatitudes du "Sermon sur la montagne" dans l’évangile de Matthieu (ch. 5) on trouve :

13(6) Beati misericordes quoniam ipsi misericordian consequentur (5, 7) : Eadige synt ϸa mildheortan forϸam ϸe hi mildheortnysse begytað – "Bienheureux sont les miséricordieux car ils obiennent / obtiendront miséricorde." Le co-texte lève l’ambiguïté, puisque les deux versets précédents ont des passifs avec beoð "seront", la récompense est à venir, après le Jugement dernier.

3- Emplois et valeur de bið

14Une récente étude de bið a été effectuée à partir du Corpus d’Helsinki : Matti Kilpiö, "Syntactic and semantic properties of the present indicative forms of the verb to be in Old English", Matti Rissanen, Merja Kytö & Minna PalanderCollin, dir. Early English in the Computer Age. Explorations through the Helsinki Corpus. Berlin / New York: Mouton de Gruyter (Topics in English Linguistics, 11), 1993, 97-116.

15Pour le vieil-anglais, divisé en tranches d’un siècle, le corpus compte 413. 250 mots. Les textes dépouillés sont classés par genres. Le classement peut être contestable. L’Enchiridion, "Manuel", de Byrhtferth est classé parmi les œuvres didactiques profanes sous la rubrique "astronomie", alors qu’il est écrit par un moine pour un auditoire surtout formé de clercs (gens d’Eglise) et que c’est un manuel, ou plutôt, d’après moi, des notes de cours, sur le comput et la rhétorique. Pourquoi distinguer "secular instruction" (Byrhtferth) et "expository" Ælfric, De temporibus anni) ? Tout classement est discutable. Je dois cependant signaler l’extrème utilité du classement chronologique des textes vieil-anglais (p. 24-27), moyen-anglais (41-44) et d’anglais moderne des XVIe – XVIIe siècles (55-61).

16Dans l’état ancien des langues germaniques, le vieil-anglais est le seul à présenter deux paradigmes parallèles pour le présent de l’indicatif et du subjonctif ; l’un avec des formes issues du proto-indo-européen * es, * er, l’autre avec des formes issues de *bheu-.

17Dans une étude précédente sur le passif (Mémoires de la Société Néophilologique de Helsinki, 49, 1989), Kilpiö avait conclu que les formes en b- [le paradigme "bið"] se trouvaient surtout avec des passifs d’action ("actional passives"), les autres [du paradigme "is"] avec des passifs d’état ("statal passives"). Je note, à ce propos, qu’Ælfric dans sa Grammaire ignore cette distinction, et ne retient que l’opposition présent ~ futur : voir l’exemple (4). L’étude de Kilpiö porte, il est vrai, sur la période d’Alfred, précédant le siècle d’Ælfric.

18Kilpiö fournit plusieurs statistiques tirées du Corpus d’Helsini. Je retiens la répartition des paradigmes is et bið pour la période d’Ælfric (950-1050) :

sg 1° eom ~ beo 2 eart ~ bist 3° is ~ bið pl sind(on)/earon ~ beoð

1o

180/38 146/26 2035/953

47/24

38/21

467/329

19Kilpiö en déduit trois observations : 1) is est presque deux fois plus frequent que bið. 2) bið est plus fréquent au pluriel qu’au singulier. 3) bið est peu fréquent aux première et deuxième personnes.

20Pour ce qui est de la deuxième observation sur bið représenté surtout au pluriel, c’est une étape vers le paradigme moyen-anglais singulier am, art, is et pluriel beð, ben (ou are suivant les dialectes). Ælfric préfère, pour les formes du subjonctif présent, les formes en s au singulier, en b au pluriel (cf. ses équivalences pour l’impératif futur passif latin, 141/2-5), probablement parce que le subjonctif pluriel syn se confond avec l’indicatif pluriel synd. Chaucer aura au singulier am, art, is, au pluriel bee(n) et rarement ar(n): Ther been two thynges that arn necessarie and nedfulle, and that is good conscience and good loos (The Tale of Melibee 1643-44). Il y a interférence d’autres facteurs : confusions de formes et souci de les éviter, variation dialectale, exigence stylistique de variété.

21Kilpiö explique la rareté de bið aux première et deuxième personnes par son emploi comme futur – ce qui me paraît contestable – et par son emploi dans les propositions génériques ("generic sentences").

22La démarche de Kilpiö obéit à une méthode rigoureuse : inventaire précis et détaillé, raisonnement explicite. Je regrette toutefois des postulats, recueillis de travaux antérieurs, par exemple de la grammaire d’Alistair Campbell (1959), selon lesquels bið devrait exprimer des nuances itérative et durative. Il y eut une époque où les linguistes expliquèrent tous les emplois verbaux par l’aspect. D’où certaines affirmations contestables : "on peut supposer", affirme Kilpiö p. 102, "que [dans les questions à réponse oui/non où is totalise 4,8 % des occurrences de is, et bið seulement 1,1 % du total de bið], le futur, l’itération ou la durée sont relativement rarement évoqués."

23Les statistiques montrent à l’évidence la fonction de futur de bið : "36 des 261 occurrences de bið, soit 13,8 % réfèrent au futur, alors que seulement 6 des 454 is, soit 1,3 %, le font" (p. 105). Elles montrent aussi que "la majorité de leurs occurrences représente le présent intemporel et qu’il faut chercher leurs éventuelles différences hors de la temporalité" (p. 106).

24Les critères d itération de Kilpiö sont la co-occurrence avec des adverbes tels que oft, oftrœdlice "souvent", ou bien l’interprétation de corrélation temporelle par exemple ϸonne...ϸonne.

25(7) Halige gewreotu us tacniaϸ ϸas world ϸurh ϸone monan forϸon ϸonne he weaxeϸ, he bið gelic ϸœm godum men ϸe ahopað to ϸœm ecean leohte [and ϸonne se mona wanað, ϸonne tacnað he ure deaϸlicnesse and ϸisse worlde wanunge] (The Blickling Homilies, éd. R. Morris, 1874-1880, repr. en un vol., 1967 ; p. 17 – "Les Saintes Ecritures comparent allégoriquement le monde à l’astre lunaire [mona est masculin] : quand il augmente, il ressemble à l’homme vertueux, son espoir tendu vers la lumière éternelle [et quand l’astre décroît, il symbolise pour nous notre mortalité et le déclin du monde]" (Le segment entre crochets complète la citation de Kilpiö).

26Kilpiö traduit, en donnant quelques coups de pouce: "Holy Scriptures symbolise this world for us through the moon, because when(ever) (i.e. every time) it waxes, it is like the good man who hopes for the eternal light."

27Kilpiö retient en outre mais ne commente pas l’aspect duratif.

28La grande différence d’après Kilpiö entre is et bið est que is a un sujet à référence spécifique tandis que bið s’emploie dans des propositions génériques, se rapportant à une classe entière ou à un sous-ensemble.

29L’exposé de Kilpiö risque d’émietter les fonctions de bið. Les nuances signalées sont exactes mais doivent être rattachées à une valeur dans le système de la langue.

30Plutôt que de recourir au "générique", je donne aux différents emplois de bið une valeur unique, celle d’actualisable – que suggère sa parenté avec les autres formes en b- de la conjugaison du verbe "être" : subjonctif, impératif, infinitif. Is au contraire constate, exprime l’actuel ou, si l’on préfère, l’actualisé, c’est-à-dire ce qui est réalisé, "en acte" ici-maintenant.

31Nos raisonnements procèdent par étapes. D’un constat, exprimé par is, nous passons à une conséquence, une propriété attendue ou non. Si l’on prend la question avec bið, la seule sur 59 questions, du Prose Solomon and Saturn :

32(8) Saga me for hwan byð seo sunne read on œfen. – Ic ϸe secge forðon heo locað on helle (Prose Solomon and Saturn, éd. James E. Cross & Thomas D. Hill, University of Toronto Press, 1982 ; n° 55 – "Dis-moi pourquoi l’étoile solaire [sunne est féminin] est rouge le soir. — Je te dirai : parce qu’elle regarde l’Enfer.") ; cette question sous-entend et contredit un constat initial, tel que :

33(9) sio sunne sweotolost seineð (Meters of Boethius [éd. E.V.K. Dobbie, Anglo-Saxon Poetic Records, VI, 1942], 6, 3 – "l’étoile solaire brille très claire").

34Le soir, cependant, le soleil sera rouge. Ici le raisonnement suit pour ainsi dire le cours du soleil – mais très souvent le futur sera un futur pas du tout d’événement mais de pur raisonnement, très fréquent dans les définitions.

35La valeur d’actualisable de bið explique celle de futur. (Robert Martin, Pour une logique du sens, 1983, p. 130-33, à propos du futur, fait déboucher les emplois modaux sur les emplois temporels.) D’où l’emploi occasionnel de wil pour l’actualisable qu’illustre le passage de la traduction d’Orose faite sous le règne d’Alfred :

36(10)... ond swiϸe Mauritaniœ wœron mid ϸœm gewergade for ϸon ϸe hiera sceldas wœron betogen mid elpenda hydum, ϸœt hie heora feawa, for ϸam wœtan, ahebban mehton ond for ϸœm gefliemde wurdon, for ϸon ϸe elpendes hyd wile drincan wœtan gelice ond spynge deð (éd. J. Bately, V, vii, 121/30-122/2 : "... et les Mauritaniens furent fort déconfits car leurs boucliers étaient recouverts de cuirs d’éléphants, de sorte que peu d’entre eux, à cause de l’humidité, purent les soulever et pour cette raison furent mis en fuite car le cuir d’éléphant boit l’humidité comme le fait l’éponge"). C’est un futur de raisonnement, l’ordre étant, sur l’axe syntagmatique, inversé : 1) le cuir d’éléphant est comme l’éponge, 2) donc il boira l’eau.

Conclusion

371- La différence des systèmes verbaux, par exemple entre le vieil-anglais et le latin, révèle-t-elle une différence dans les conceptions du temps ? Les conclusions de Whorf à propos des hopis sont restées dans la mémoire des linguistes comme de trop hâtives déductions. Et en effet le moine Ælfric s’inspire de textes latins, il partage la vision du monde de l’Eglise catholique romaine latinophone, il n’y a donc pas de discordance entre ses écrits anglais et l’immense masse des écrits latins qui les environne et les inspire.

382- Toutefois un système linguistique où le présent et l’avenir se confondent en une même forme s’accorde à la fois avec la pensée germanique antique où les guerriers continuent, après leur mort héroïque, à banqueter et batailler, et avec la pensée du monachisme chrétien où la vie du moine anticipe la vie céleste. Il n’y a pas rupture entre vie présente et vie future.

393- Dès le vieil-anglais, grâce à bið et à certains emplois de wil et de sceal, le futur apparaît morphologiquement.

404- Les emplois de bið peuvent se regrouper sous la valeur de l’actualisable.

415- Dernière remarque, qui déborde le cadre du haut moyen âge et qui rejoint le commentaire de Walther von Wartburg sur le développement des perspectives temporelles en français (citation 33, à l’entrée "temps" dans Le Grand Robert de la langue française) : la systématisation des auxiliaires de conjugaison et de modalité à l’époque de la Renaissance et aux siècles suivants accompagne un changement des mentalités. J’y vois un reflet d’individualisme.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter