Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Pourquoi la préposition vieil-anglaise mid a-t-elle disparu au profit de with ? Arguments en faveur d'une origine cognitive de cette disparition

Marie-Line Groussier

Texte intégral

1Les principales prépositions du vieil-anglais se sont toutes perpétuées jusqu'à nos jours à l'exception d'une seule : mid. Les prépositions équivalentes se sont pourtant bien maintenues dans toutes les autres langues germaniques : alld. mit, néerl. met, suéd., dan. et norv. med, isl. með. Mid, lui, a disparu de l'anglais au cours de la période moyen-anglaise et c'est with qui l'a relayé dans tous ses emplois.

2L'une des explications proposées pour cette disparition a été l'influence Scandinave. Cependant, le vieux-norrois með, lui, n'a pas disparu. Mais við, équivalent vieux-norrois du vieil-anglais wiϸ, a pu influencer celui-ci de telle sorte que cette préposition est devenue un concurrent pour mid. On peut alors se demander pourquoi to, par exemple, n'a pas aussi disparu de l'anglais du Nord ou, du moins, n'a pas cédé une partie de ses emplois sous la pression du vieux-norrois til.

3On commencera par un rappel des principaux emplois de mid et wiϸ en vieil-anglais puis en moyen-anglais et des circonstances de la disparition de mid. On examinera ensuite les explications avancées jusqu'ici pour le remplacement de mid par wiϸ et l'on terminera par celle qui est proposée ici. Enfin, on s'appuiera sur l'hypothèse, maintenant largement admise, de la primarité des valeurs spatiales des prépositions, pour étayer l'explication proposée pour la disparition de mid, son remplacement par wiϸ et le maintien d'autres prépositions de premier plan comme to.

1. MID et WIÞ en vieil-anglais

1.1. Différences et ressemblances

1.1.1. Les différences

41.1.1.1. MID. En vieil-anglais, cette préposition était beaucoup plus fréquente que wiϸ. Elle se rencontrait principalement dans des emplois métaphoriques où elle prédiquait la relation entre une occurrence d'action (essentiellement, la relation Agent-Patient) et l'Instrument (cf. (1)) ou entre une occurrence de procès et un argument supplémentaire renvoyant à un rôle d'actant identique à celui de l'un des arguments du prédicat central (cf. (2) et (3)).

(1) 7 he hine miclum 7 his geferan mid feo weorðude. (CPK 1, 878) "and he (king Alfred) honoured him (king Guthrum) and his companions with rich presents." Mid prédique la relation à l'Instrument.
(2) Itt him ðonne 7 drincð mid ðam druncenwillum monnum (CP XVII.121)
"Then, he eats and drinks with the drunkards" Mid predique la relation à un second Agent dont le rôle est identique à celui du premier argument.
(3) 7 ϸoes ilcan wintra wœs Inwœres broϸur...on Defenascire…7 hine mon ϸœr ofslog 7 dccc monna mid him. (CPK 1, 878).
"And that same winter, Ivar's brother was in Devonshire and there he was killed (w. f. w. "people killed him") and 800 men with him" Mid predique la relation à un second Patient, dont le rôle est identique à celui du deuxième argument.

5Comme cela se produit habituellement (et pas seulement en anglais) pour les marqueurs de la relation à l'Instrument, mid était aussi employé pour prédiquer la relation à un complément exprimant ce qu'on appelle communément la manière (manner), c'est à dire, plus précisément, une qualification de la relation Agent-Patient.

(4) 7 ϸa Brettas ϸa forleton Cent lond, 7 mid micle ege flugon to Lunden byrig. (CPK 1, 457) "and then the Britons deserted Kent and, with great fear, fled to London."

6On trouvait aussi mid pour prédiquer la relation d'un prédicat passivé à l'Agent.

(5) swa ϸonne beoϸ synfullan genyϸerade mid heora ordfruman. (BH 111.31)
"In the same way, sinners will be enslaved by their leader (the Devil)"

7 Mid descendait de l'indo-européen*me-dhi (cf. grec μετα) et son sens d'origine était "parmi", c'est à dire le repérage en coïncidence d'un objet par rapport à un lieu défini par une multiplicité de repères. En utilisant l'opérateur de repérage ϵ/϶ (epsilon/epsilon miroir) de la Théorie des Opérations Enonciatives, et soit X = repéré et Y repère, LOC = "lieu", on peut représenter ce type de repérage par :

8X ϵ LOC ϶ Y

9qui se lit : "X est repéré par rapport à un lieu qui est le repère de Y".

10En vieil-anglais, mid avait conservé ce sens d'origine mais exclusivement lorsque les repères étaient humains. On le trouvait également pour indiquer le repérage par rapport à un repère humain unique.

(6) 7 ne biððœr nœnig ealo gebrowen mid Estum ac ϸœr bið medo genoh (O. I. i.17)
"And, among the Estonians, they do not brew any beer but there is mead enough." Repère humain multiple.
(7) se biscop hie (ϸa boc) mid him habban wille. (CP, Introd. 9)
"the bishop wants to have it (the book) with him." Repère humain unique.

11Ce sens spatial avait produit un sens dérivé temporel dans lequel la préposition prédiquait le repérage d'un événement en coïncidence avec le même moment qu'un autre événement.

(8) 7 miððy fordraf diul… sprecend wœs se dumba. (LG.IX.33)
"And when the devil withdrew, the dumb man spoke".

12Par ailleurs un autre sens métaphorique avait dérivé du sens spatial "repérage par rapport au même lieu qu'un autre être humain" par l'intermédiaire de la métaphore commune qui veut que la proximité représente une relation intersubjective favorable (accord, amitié etc.).

(9) Se ϸe nys mid me he is ongen me. (CG. XII.30) "Whoever is not with me is against me."

131.1.1.2. WIϷ. Cette préposition descendait du comparatif indo-européen *wi-tero (cf. sk. vitaram "plus loin", alld. wider et wieder et anglais wide) dont le sens était "plus séparé". Le sens spatial originel de wiϸ était donc la prédication du repérage d'un objet en déplacement par rapport à un autre objet en déplacement de trajet symétrique du premier, les deux trajets ayant le même point de départ. Ainsi :

←•→

14Ce sens spatial d'origine demeurait en vieil-anglais dans l'emploi-relativement peu fréquent – de wiϸ avec des verbes exprimant une séparation :

(10) Hwonne se dœg cume ðe he sceole wið ðœm lichoman hine gedœlan... (BH.VIII. 97)
"When the day comes when he must part with his body..."

15Ce sens spatial d'origine est intéressant parce que le repérage prédiqué par la préposition présente les trois propriétés qui donneront naissance aux emplois dérivés les plus spécifiques en vieil-anglais. Ces propriétés sont : la réciprocité, la dissociation et l'indétermination (ni le repéré ni le repère ne sont localisés de manière stable).

16La propriété "indétermination" a essentiellement produit un emploi spatial dans lequel la préposition prédiquait le repérage par rapport à un repère de direction (variété d'arrivée prospective).

(11) hi luton wið heora. (CH, 11.38) "they were bowing to them"

17La propriété "dissociation" a produit, par une métaphore banale, tous les emplois dans lesquels le repère est "quelque chose ou quelqu'un faisant l'objet d'un rejet, d'une hostilité".

(12)...ðœt hi hie warenigen œgðer ge wið ða ungemetlican blisse ge wiðða ungemetlican unrotnesse. (CP. XXVII.189)
"..."that they should warn them against unlimited happiness as well as against unlimited sadness."
(13) hie gesetton Hannonan ofer hiora scipa...ϸœt he bewerede Sardiniam 7 Corsicam ϸa iglond wið Romanum. (O. IV. vi. 92)
"they put Hannon at the head of their fleet that he might defend the islands of Sardinia and Corsica against the Romans."
(14) Swa us bið œt Gode, ðonne we wið hine gesyngiað. (CP. LIV. 425)
"Such is our situation with God, when we sin against him".

18La troisième propriété : "réciprocité", a tout d'abord entraîné plusieurs emplois spatiaux dans lesquels repéré et repère sont symétriques.

(15)7 se Ecgbryht lœdde fierd to Dore wiϸ Norϸanhymbre. (CPK 1, 827)
"And Egbert led his army to Dore to meet the Northumbrians." Ce sens est directement issu du sens originel avec inversion des directions des deux trajets (→•←).
(16) Gesœt ϸawið sylfne, seða sœcce genœs ;
mœg wið mœge...(Β. 1977-1978)
"Then, he who had survived the fight was there, in front of him, the two relatives facing each other." Cette localisation statique peut s'interpréter comme le résultat des déplacements symétriques de (12).
(17) Đonne wœs œteowed ϸœt arwyrðe weofod wið ϸone suðwag. (BH XVII.207)
"Then, the venerable altar was discovered against the south wall."

19La propriété "réciprocité" est également à l'origine des emplois fréquents de wiϸ pour prédiquer la deuxième relation constitutive d'un procès réciproque. Dans ce cas, on a toujours deux relations identiques avec termes inversés.

1.a→b

2.a→b

(18) Tarcuinius, ðe œr Romana cyning wœs, aspon Tuscea cyning him on fultum, Porsenna wœs haten, ϸœt he ðe ieð mehte winnan wið Brutuse 7 wið eallum Romanum.
(O. II.iii.40) "Tarquín, who had been king of the Romans before, urged the Tuscans' king, called Porsenna, to help him, that he might better fight with Brutus and with all the Romans." Ici, le verbe winnan exprime une action dans laquelle les deux actants ("Tarquín" et "Brutus", par exemple) assument, tour à tour, les roles d'Agent et de Beneficiaire. Si Tarquín combat Brutus, alors Brutus combat Tarquín.
(19) 7 nabbe ge nanne gemanan wið hine, forðœm ðœtte hine gesceamige. (CP. XLVI. 357) "And have no intercourse with him, that he may be ashamed."

1.1.2. Les points de contact

20Si les emplois que je viens d'énumérer de mid et wiϸ avaient été les seuls, ces prépositions seraient probablement restées très différentes, sinon antinomiques (mid pour l'amitié, wiϸ pour l'hostilité). Cependant, relativement tôt, surtout dans les textes merciens, mid est employé pour prédiquer la relation au deuxième actant d'un procès réciproque, empiétant ainsi sur le territoire de wiϸ.

(20) ða ðe spreocað sibbe mid ðone nestan. (VP 27.3) "Those who have pacific words with their neighbours."
(21) ϸu eart ana mid Halige Gaste. (BH XIII.141) "thou art one with the Holy Ghost"

21Dans un passage révélateur des Blickling Homilies, le même adjectif (gemœne "commun à") est suivi, dans la même phrase, de deux compléments, l'un introduit par wiϸ, l'autre par mid.

(22) ϸis leoht we habbaϸ wið nytenu gemœne, ac ϸœt leoht we sceolan secan ϸœt we motan habban mid englum gemœne. (BH, 11.21) "This light we have in common with animals, but that light, we should endeavour to have in common with angels."

1.2. Evolution de mid et wiϸ au cours de la période vieil-anglaise.

221.2.1. Pendant la période du vieil-anglais, les deux prépositions voient s'affaiblir leurs emplois spatiaux et temporels. Le cas de mid n'est pas exactement le même que celui de wiϸ. Dès le début, mid n'a qu'un sens spatial (6, 7) et qu'un sens temporel (8). Le sens spatial était affaibli, en tant que tel, par le fait que le repère était obligatoirement humain. Globalement, les deux emplois étaient plus fréquents dans les textes angliens. En revanche, les divers sens spatiaux de wiϸ étaient distribués de façon plutôt irrégulière, du point de vue dialectal, et leur fréquence était inférieure à celle de l'unique sens spatial de mid.

23En vieil-anglais tardif, au début du 11è s., les emplois spatiaux et temporels se raréfient de façon spectaculaire pour les deux prépositions dans tous les textes et finissent même par disparaître des chroniques (3è parties de la Parker Chronicle et de la Peterborough Chronicle). Ce fait pourrait être l'indice d'une disparition totale de la langue parlée.

241.2.2. L'extension, tôt en vieil-anglais, de mid à la prédication de la relation à un actant réciproque (20, 21, 22) aurait pu être l'amorce d'une concurrence avec wiϸ. Ce fait aurait pu être considéré comme marginal si l'emploi de wiϸ ainsi menacé n'avait été extrêmement fréquent et, donc, central pour wiϸ. Dans ces conditions, cependant, cela pouvait mener, à terme, à un état de choses où mid aurait été parmi les concurrents de wiϸ. D'un autre côté, mid lui-même en était arrivé à être menacé par au moins un concurrent sérieux.

251.2.3. La montée des concurrents. C'était dans l'un de ses emplois métaphoriques que mid était menacé par la fréquence croissante de ϸurh, pour prédiquer la relation à l'Agent après un prédicat central passivé. D'autre part, wiϸ se voyait dépouiller de ses emplois spatiaux et de son emploi d'indicateur de la relation intersubjective d'hostilité par deux prépositions "jeunes" : ongean et sa variante dialectale togeanes.

261.2.4. A la fin de la période du vieil-anglais, mid et wiϸ sont toutes deux des prépositions sans aucun emploi spatial ou temporel dans leur emploi non-littéraire. Les emplois spatiaux et temporels de mid étaient déjà sur le déclin en westsaxon au début de la période. Les emplois spatiaux de wiϸ, sans conteste bien vivants au 9è s., sont en voie de confiscation au profit de ongean / togeanes si bien que, à la fin du 11è s., les deux prépositions sont des prépositions "usées", avec des emplois exclusivement métaphoriques dont l'un était commun aux deux dans des textes plus anciens.

2. MID et WIϷ en moyen-anglais

2.1. Des évolutions opposées

27Dès la fin du 12è s., mid disparaît des textes, d'abord au Nord. Il n'y a pas un seul mid dans l'Ormulum (Lincolnshire, 1200). Le même texte fourmille spectaculairement d'occurrences de wiϸ. L'"explosion" de wiϸ se produit exactement au même endroit et au même moment que la disparition de mid et les deux évolutions s'étendront vers le Sud ensemble. Il y a évidemment complémentarité entre les deux phénomènes. De fait, dans les textes en cause, wiϸ remplace mid dans tous ses emplois.

2.2. L'évolution des significations.

282.2.1. Dans les textes moyen-anglais ou mid se rencontre encore, il garde son sens spatial de repérage par rapport à un être humain. Quand le repéré est aussi un être humain, il est souvent difficile, alors, de distinguer la relation spatiale d'une relation intersubjective ou de la relation à un Agent parallèle (il n'y a pas de jeu de mots !).

(23) Witeð awei fram me, forð mid ða dieulen, ðar ȝe naure ma efte me ne zȝesien!
(Vices and Virtues, c. 1200, Essex) "Be gone away from Me, forth with the devils, where ye never more again shall see Me!" (Transi. Holthausen)

29Quand le repéré est un inanimé, la relation est celle d'objet possédé à possesseur ou partie à tout. Les dernières occurrences apparaissent à la fin du 14è s. dans Piers Plowman où elles font figure de vestiges.

(24) Al ϸe myȝte myd hym is in makyng of ϸynges. (PP, Β text. xvii 1. 167, 1377) (OED)
"All the might is in him for the creation of things."

30Il en va de même de mid exprimant la relation d'un événement à un actant parallèle (la plupart du temps, un Agent). Comme le sens précédent, il s'attarde jusqu'à la fin du 14è s. dans les textes conservateurs.

(25) Drynke but myd ϸe doke and dyne but ones. (PP, Β text. I.75, 1377)(OED)
"Only drink withe the duck and only dine once."
[Both the A and C texts have with]

31 Mid indiquant la relation à l'Instrument et la relation à la Cause semble avoir disparu plus tôt. Il ne semble pas possible d'en trouver d'occurrences après la première moitié du 14è s.

(26) Ase doϸ ϸise tavernyers ϸet uellep ϸe mesure myd scome. (Ayenbite 44, 1340)(OED)
"As those inn-keepers do who fill the measure with foam."

32Tous les autres emplois prépositionnels de mid avaient disparu antérieurement.

33Dans les textes du Nord, on ne trouve aucune occurrence de mid dès le début du moyen-anglais. A la fin du 14è s., mid préposition a disparu de tous les dialectes. L'emploi adverbial semble s'être prolongé un peu plus longtemps avec le sens "de surcroît, en plus".

(27) Ther him hid / With twenti armeð knyȝtes myd/ That were hardy & wondir strong. (Laud Troy Book, 15314, c. 1400) "There he hid together with twenty armed knights who were brave and wonderfully strong."(OED)

34On remarquera que, dans cette citation, de la toute dernière année du 14è s., l'adverbe mid fonctionne comme intensif focalisant sur une relation par ailleurs indiquée par la préposition with.

352.2.2. Dans le Nord, la plupart des emplois de premier plan du vieil-anglais mid sont assurés par with dès 1200, comme en témoigne le texte de l'Ormulum.

36Repérage par rapport à un être humain :

(28) himm wass ȝifenn forr to ben / Wiϸϸ Sannte Marȝe inn huse. (Ormulum, 2111-2112, 1200) "it was granted to him [Joseph] to live with Saint Mary"

37Relation intersubjective favorable :

(29) Swa forrwerrpesst tu ϸin Godd, & haldesst wiϸϸ ϸatt ahhte. (Ormulum, 4675. 1200) "So dost thou throw away thy God, and cling to that property." [Les vers précédents disent : "For if thou acquirest wordly things / Against the Lord's will, / Thou turnest thee from God and toward earthly property."]

38 Wiϸ est particulièrement frappant dans cet emploi dans la mesure où il aurait exprimé exactement l'inverse (relation hostile) en vieil-anglais.

39Relation à un actant parallèle :

(30) Faraon wiϸϸ all hiss ferd comm affterr-warrd. (Ormulum, 14792. 1200) "Pharaoh followed with all his army"

40Relation à l'Instrument :

(31) 7 spacc he nohht wiϸϸ tunge. (Ormulum, 224. 1200) "and he in no way spoke with his tongue."

41Relation à la Cause :

(32) Ϸatt all wass wraϸϸ wiϸϸ all mannkinn (Ormulum, 353. 1200) "Who [God] was all wroth with all mankind".

42A partir de 1200, ces emplois de wiϸ s'étendent peu à peu jusqu'au Sud et, à la fin du 14è s., wiϸ a partout évincé mid.

2.3. Le problème

43A la fin de la période du vieil-anglais, mid et wiϸ sont dans une situation similaire : ce sont des "vieilles" prépositions avec essentiellement des sens métaphoriques et pratiquement aucun emploi spatial ou temporel. En revanche, ces deux mêmes prépositions, bien qu'ayant tendance à avoir quelques emplois en commun, restaient largement différentes, sémantiquement.

44La question qui se pose est : Qu'est-ce qui est arrivé pour, d'une part, que wiϸ en vienne à avoir suffisamment de sens en commun avec mid, d'autre part soit devenu suffisamment "solide" pour se répandre, concurrencer victorieusement mid et finir par le remplacer dans tous ses emplois et partout ?

3. Les solutions proposées

3.1. Le point commun entre les emplois métaphoriques de mid et ceux de wiϸ

45L'un des principaux emplois métaphoriques du mid vieil-anglais est la prédication de la relation à un actant parallèle (2, 3 ci-dessus). De même, l'un des principaux emplois métaphoriques de wiϸ est la prédication de la relation à un actant réciproque (18, 19 ci-dessus). Or, ces emplois ont un point commun : pour les deux, la relation prédiquée par la préposition est identique à la relation prédiquée par le verbe. Reprenons (2) pour mid et (18) pour wiϸ.

(2) Itt him ðonne 7 drincð mid ðam druncenwillum monnum. (CP. XVII.121)
"Then, he eats and drinks with the drunkards" Mid predique la relation à un second Agent dont le rôle est identique à celui du premier argument.
(18) Tarcuinius, ðe œr Romana cyning wœs, aspon Tuscea cyning him on fultum, Porsenna wœs haten, ϸœt he ðe ieð mehte winnan wið Brutuse 7 wið eallum Romanum.(O. II.iii.40) "Tarquín, who had been king of the Romans before, urged the Tuscans'king, called Porsenna, to help him, that he might better fight with Brutus and with all the Romans." Ici, le verbe winnan exprime une action dans laquelle les deux actants ("Tarquín" et "Brutus", par exemple) assument, tour à tour, les roles d'Agent et de Beneficiaire. Si Tarquín combat Brutus, alors Brutus combat Tarquín.

46Dans les deux cas, l'identité qualitative de la relation prédiquée par la préposition avec la relation prédiquée par le verbe autorise une implication du même type : dans (2), "he eats and drinks with the drunkards", implique "the drunkards eat and drink with him" et dans (18) "Tarquín fought with Brutus and all Romans" implique "Brutus and all Romans fought with Tarquín". Mais il y a une différence importante : dans le cas de mid, la relation prédiquée est facultative alors que dans le cas de wiϸ elle ne l'est pas parce que la notion d'action à laquelle renvoie le verbe est, en elle-même, réciproque et, ainsi, inclut deux relations Agent-Bénéficiaire dont les rôles d'actant sont instanciés par les deux mêmes termes ("Tarquin" et "Brutus etc.") mais avec une distribution symétrique : "Tarquin" est Agent et "Brutus etc." Bénéficiaire" dans la relation prédiquée par le verbe et c'est "Tarquin" le Bénéficiaire et "Brutus etc." l'Agent dans la relation implicite. J'ai signalé plus haut que, dès le 9è s., on trouvait parfois mid pour prédiquer une relation réciproque (20, 21, 22). Cet "empiètement" de mid sur le territoire de wiϸ, même limité, peut être interprété comme révélant que, les locuteurs du vieil-anglais ayant plus ou moins conscience de la ressemblance entre les deux relations, ils étaient conduits à employer une préposition pour l'autre pour prédiquer et la relation à un actant réciproque et la relation à un actant parallèle.

47Hittle 1901 s'appuyait sur ces faits pour expliquer le remplacement de mid par wiϸ. Il est certain qu'ils ont dû jour un rôle qu'il ne faut pas méconnaître dans l'évolution qui a suivi. Cependant, il ne semble pas qu'ils suffisent à expliquer pourquoi wiϸ s'est substitué à mid dans tous ses emplois. En outre, étant donné que, au début du vieil-anglais, c'est mid qui empiète sur le territoire de wiϸ et non l'inverse, on ne saurait considérer cela comme l'explication du fait que, quelques siècles plus tard, c'est wiϸ qui évince mid et non l'inverse.

3.2. L'influence Scandinave

483.2.1. L'influence scandinave est l'autre réponse évidente à la question (cf. Baumann 1911). Le fait que le remplacement de mid par wiϸ a très clairement commencé dans le Nord va clairement dans ce sens. L'exclusion spectaculaire de mid de l'Ormulum et son remplacement dans tous ses emplois par wiϸ dès 1200 est un argument de poids en faveur de la thèse de l'influence du vieuxnorrois. Dans ce texte, dont l'auteur portait un nom scandinave, le passage de mid à wiϸ s'accompagne, en parallèle, du passage, également systématique, de to à till.

493.2.2. Cependant, même si l'on adopte l'explication par l'influence scandinave, deux questions au moins demeurent sans réponse. La première est : "Pourquoi l'influence scandinave a-t-elle eu pour effet la disparition totale de mid alors que le vieux-norrois meó, non seulement n'a pas disparu à ce moment-là mais a survécu dans toutes les langues Scandinaves jusqu'à nos jours ?". La deuxième question concerne le remplacement parallèle de to par till dans 1'Ormulum. Bien que till ait remplacé to dans quelques emploi en anglo-écossais, il n'a cependant jamais menacé l'existence de to, même dans ce dialecte. Dans le Sud et en Standard English actuel, to a non seulement résisté à la concurrence mais il a conservé, jusqu'à nos jours, pratiquement tous ses emplois du vieil-anglais avec une remarquable stabilité. Le remplacement de to par till en anglais a donc rapidement tourné court et till fut limité au remplacement du vieil-anglaisqui, comme son équivalent vieux-norrois unz, avait perdu ses emplois prépositionnels à la fin du 12è s.

50Finalement, nos deux questions n'en font plus qu'une : "Pourquoi le remplacement de mid par wiϸ a-t'il réussi et s'est-il propagé dans tous les dialectes alors que le remplacement, également réalisé dans l'Ormulum, de to par till a fait long feu ?

4. L'explication proposée

4.1. TO et MID

51Comparer to, la préposition qui a résisté à la concurrence, et mid, la préposition qui n'a pas résisté, peut, évidemment, paraître risqué et même sans objet puisque ces prépositions n'appartenaient pas au même système en vieil-anglais. Cependant, une telle comparaison a, au minimum, un résultat : to, la préposition qui n'a pas disparu, avait (et a toujours) un sens spatial à la fois clair et très fréquent dans le corpus. En revanche, au 11è s., le sens spatial de mid était moins fréquent que ses emplois métaphoriques. Le sens spatial de mid est totalement absent de la 3è partie de la Chronique Parker (1001 à 1070), que l'on peut considérer comme plus proche de l'anglais parlé à l'époque que les homélies et traductions des Evangiles. En outre, le sens spatial de to, repérage d'un objet en déplacement par rapport à l'arrivée du trajet, était un sens clairement spatial (Cf. un exemple de cet emploi dans (4) ci-dessus : fiugon to Lundenbyrig). En revanche, le repérage spatial prédiqué par mid était, depuis le début de la période historique, un repérage complexe par rapport à un repère humain, de telle sorte que la relation prédiquée pouvait, dans certains contextes, être perçue davantage comme une relation spécifiquement intersubjective que comme une simple relation spatiale à un lieu.

52La question devient alors : "Est-il possible qu'il y ait un lien entre les emplois spatiaux et la résistance à la concurrence d'une part, la perte des emplois clairement spatiaux et la disparition à terme d'autre part ?"

4.2. WIϷ avait-il des emplois spatiaux bien définis en vieil-anglais tardif ?

53L'hypothèse en forme de question que je viens d'avancer ne semble pas résister au fait que le concurrent heureux de mid était wiϸ. A la fin du vieil-anglais, wiϸ n'avait pas davantage d'emplois spatiaux que mid. Certes, jusqu'au l0è s., les emplois spatiaux de wiϸ avaient été plus variés que le seul emploi de ce type pour mid et, dans ces emplois, le repère était souvent un lieu, pas un être humain. Mais, dès la fin du 11è s., wiϸ avait été très largement dépouillé de ses attributions spatiales par ongean et togeanes.

54Ces faits conduisent à deux conclusions. Tout d'abord, il semble qu'on ne saurait trouver l'explication du remplacement de mid par wiϸ en restant dans les limites du système de prépositions du vieil-anglais. C'est donc bien dans le contact entre vieil-anglais et vieux-norrois qu'il faut chercher cette explication comme l'indiquent l'origine géographique et la direction de l'expansion ultérieure de cette évolution. Deuxièmement, l'hypothèse d'une corrélation entre l'existence d'au moins un sens spatial bien établi et la résistance aux concurrents d'une préposition a, jusqu'à présent, été formulée sans aucune justification et pourrait être rejetée si elle était infirmée par l'histoire du contact avec le vieux-norrois.

55En conséquence, je vais maintenant rechercher en vieux-norrois ce qui aurait pu influencer la situation des prépositions vieil-anglaises wiϸ et mid.

4.3. Les prépositions með et við en vieux-norrois

564.3.1. Les listes d'emplois des prépositions Scandinaves révèlent tout d'abord des ressemblances frappantes avec les mêmes listes pour mid et wiϸ. Comme mid, með peut signifier "parmi" en prédiquant la coïncidence spatiale du repéré avec le même lieu qu'un repère humain multiple :

(33) ϸat var ϸá siðr með kaupmonnum... "it was then the custom among merchants..."(B)
(34) hann var með konungi um vetrinn er "he stayed for the whole winter with the king"(B)

57Comme mid, með possède l'emploi temporel dérivé du sens spatial : deux événements coïncident avec le même moment :

(35) vera uti með sólsetum "be out at (w. f. w. "with") sunset."(B)

58 Með exprime aussi la relation d'un événement à un actant parallèle, soit Agent (36), soit Patient (37) :

(36) reið hon með ϸeim "she rode with them"(B)
(37) hofu vit ϸá drepit fimtná menn með ϸeim fimm er vit drápum báðir saman
"we two killed fifteen men and five in addition, when we both killed together"(B)

59Dans la locution conjonctive með ϸvi með peut également exprimer la relation à la Cause.

(38) með ϸvi at liðsmunr var mikill ϸá fellu allir. "because the difference in number of men was great, then, they all fell."(B)

60Tout comme wiϸ, víð peut prédiquer la proximité dans l'espace (39, 40), la relation au repère d'une direction (41), la relation d'une occurrence de procès réciproque à l'actant réciproque (42, 43) et l'hostilité (44) :

(39) stóð maðr við siglu. "a man stood by the sail".(Β)
(40) hann var við buð "he was near the shelter"(B)
(41) hann leit við honum "he looked towards him"(B)
(42) sat in alsnotra ambótt fyrir
es orð of fann við jotuns máli
"the very wise handmaid sat opposite;
[there] were few words [going] across in reply to the giant's speech." ("Ϸrymskviða", Sœmundar Edda, c.900, in Gordon 1927-1956)
(43) djarfmœltr við konung "outspoken with the king" (B)
(44) hon hefir stórroeði með hondum við okkr "she is making ambitious plans against us" (B)

61Cependant, les listes d'emplois de með et við présentent aussi deux différences frappantes avec celles de mid et wiϸ. La première de ces différences est une ressemblance beaucoup plus marquée entre les emplois de með et ceux de við qu'on ne peut en trouver en vieil-anglais entre les emplois de mid et ceux de wiϸ. En vieux-norrois, la confusion très limitée qui semble s'être amorcée en vieil-anglais entre mid et wip est allée nettement plus loin, avec með pour indiquer la relation à l'actant réciproque (45) et við pour la relation, non seulement à l'actant parallèle (46), mais aussi à l'Instrument ou au Moyen (47) et la localisation temporelle d'un événement en coïncidence avec le même moment qu'un autre :

(45) ϸeir rœddu með sér "they spoke with each other" (B)
(46) konungrinn kom til stefnu ϸeira við sinum her "the queen came to their summons with her husband." (B)
(47) eigi fellr tré við it fursta hogg "a tree does not fall at the first stroke" (B)
(48) hann stóð upp ein morgin við sól "he got up one morning with the sun" (B)

62La deuxième différence entre les prépositions du vieux-norrois et celles du vieil-anglais est le nombre des emplois spatiaux. Autant pour með que pour við, ces emplois sont plus nombreux que pour leurs équivalents anglais. De plus, dans tous ces cas, la relation spatiale prédiquée ne saurait (comme cela se passait pour mid) être interprétée comme une relation intersubjective, le repère étant un inanimé et non une personne. C'est ce qui se produit pour (39) et (40) ci-dessus et aussi pour :

(49) han lét géra smiðju með sjónum. "He had a smithy built near the sea" (B)
(50) riða upp með anni "ride along the river" (B)
(51) Vigfuss Víga Glúmsson tók upp nefseðja, er lá á ϸiljunum, er maðr hafði áðr hnoðit við hugró ά sverði sínu. "VVG took up the anvil, which lay on the deck, on which the man had before riveted the clinch on his sword." (Heimskringla, AD 986, in Gordon 1927-1956)

63Contrairement aux prépositions vieil-anglaises mid et wiϸ, með et við semblent avoir gardé leurs emplois spatiaux pendant des siècles. Ils les avaient encore dans les textes des sagas jusqu'au 14è s. inclus. Dans les langues Scandinaves actuelles, les descendants de með semblent avoir perdu leurs emplois spatiaux, excepté en norvégien où með peut encore prédiquer le repérage spatial par rapport à un repère humain (comme le vieil-anglais mid et l'actuel with). Dans les quatre langues Scandinaves, d'autre part, les descendants du vieux-norrois við (isl. við, suéd. vid, norv. et dan. ved) ont conservé et développé de nombreux sens spatiaux bien établis.

4.4. Une solution possible

64Les emplois de wiϸ à partir de l'Ormulum montrent que la préposition anglaise, non seulement semble avoir assuré tous les emplois antérieurs de mid mais encore avoir récupéré ses propres anciens emplois spatiaux.

(52) Breoste wið breoste banes ϸer crakeden "breast against breast, [with] bones cracking there..."(Laȝamon 1874) (OED)

65Or, tous ces emplois, autant ceux du mid vieil-anglais que les anciens emplois spatiaux de wiϸ, étaient bien vivants et fréquents pour le vieux-norrois við.

66L'hypothèse proposée ici est que 1) les sens spatiaux moribonds de wiϸ ont été ressuscités par le contact avec le vieux-norrois við, et 2) ce même contact avec við était une incitation, pour les locuteurs anglophones du Nord, à développer, dans leurs emplois de wiϸ, la confusion avec mid amorcée dans quelques emplois des deux prépositions. C'est probablement le facteur qui a précipité le déclin de mid, rendant le contact avec le vieux-norrois með sans effet. 3) L'affaiblissement et, à terme, la disparition de mid ont été, de plus, hâtés par le fait que le moyen-anglais mid avait depuis longtemps perdu l'emploi spatial qui était à l'origine de ses sens métaphoriques. En revanche, wiϸ, principal concurrent de mid, avait, grâce à l'influence de við, récupéré ses emplois spatiaux.

67Quant au vieux-norrois með, le fait que cette préposition avait encore des emplois clairement spatiaux a pu jouer de façon décisive en faveur de son maintien jusqu'à nos jours.

5. L'hypothèse d'un facteur cognitif

5.1. L'hypothèse localiste

68Dans ma description des prépositions vieil-anglaises mid et wiϸ et de leurs équivalents vieux-norrois með et við, j'ai paru considérer comme acquis que les emplois temporels et autres emplois non-spatiaux des prépositions étaient dérivés des emplois spatiaux par un processus métaphorique.

69Même sans revenir au localisme du 19è s., l'hypothèse d'un tel processus métaphorique de dérivation est maintenant depuis longtemps une position théorique très répandue parmi les linguistes. En 1977, John Lyons écrivait

  • 1 Lyons 1977, p. 718.

"Spatial expressions are linguistically more basic, according to the localists, in that they serve as templates, as it were, for other expressions, and the reason why this should be so, it is plausibly suggested by psychologists, is that spatial organization is of central importance in human cognition."1

70Jackendoff 1983 va plus loin en plaçant le problème au-delà du niveau de l'expression, au niveau des représentations :

  • 2 Jackendoff 1983, cited by Alverson 1994. See also Herskovits 1986, Heine Claudi and Hünnemeyer 199 (...)

"in exploring the organization of concepts that, unlike those of physical space, lack perceptual counterparts, we do not have to start de novo Rather, we...can...adapt in so far as possible the independently motivated algebra of spatial concepts to new purposes."2

5.2. L'hypothèse localiste : un problème cognitif. Bref résumé des arguments en faveur du localisme

71Bien que 1 adhésion à l'hypothèse localiste soit, de nos jours, extrêmement répandue parmi les linguistes, elle rencontre encore des résistances.

725.2.1. J'ai, dans un article (Groussier 1997), essayé de clarifier la discussion en énumérant les arguments en faveur de la primarité de la représentation des relations spatiales. On se contentera ici d'un résumé de ces arguments.

  1. Historiquement, la plupart des nouvelles prépositions commencent avec un sens spatial (P. ex. en vieil-anglais butan, ongean. onbutan, togeanes etc.)
  2. Un sens d'origine spatial semble être une condition favorable à la productivité. Les prépositions dont le sens d'origine n'est pas spatial demeurent "stériles" : elles produisent très peu de sens dérivés et meurent, (cf. le vieil-anglais œr).
  3. La spatialisation joue le rôle d'un procédé explicatif universel, soit dans les graphes des écrits scientifiques, soit dans les gestes accompagnant la parole.
  4. Les faits énumérés en 1, 2 et 3 sont corroborés par les travaux des psychologues cognitivistes : il y a un demi-siècle, Jean Piaget a montré que la construction des représentations spatiales était une étape fondamentale dans le développement cognitif des enfants. Les travaux de psychologie cognitive ont, depuis, montré qu'il avait raison sur ce point précis.

735.2.2. Le mot métaphore, employé par beaucoup pour désigner le processus de dérivation des sens non-spatiaux à partir des sens spatiaux ne doit pas créer de malentendu : en fait, ce mot est employé faute de mieux. Il faut bien comprendre qu'il ne renvoie pas à un transfert de mots mais à un transfert de représentations. Au niveau des représentations, les représentations de relations spatiales servent de support à base perceptive aux représentations de relations non-spatiales.

74En 1997, j'ai proposé que les schémas relationnels spatiaux soit appelés archétypes dans la mesure où ils sont construits chez le petit enfant et, pendant toute la vie d'un être humain, fonctionnent comme des structures sous-jacentes qui règlent la construction des représentations non-spatiales.

75Ici, l'hypothèse est que les locuteurs reviennent inconsciemment à ces schémas spatiaux chaque fois qu'ils éprouvent le besoin soit d'avoir une compréhension plus claire des relations non-spatiales, soit de rendre l'expression de ces relations plus efficace en la renouvelant.

5.3. Le problème de la disparition de mid et de la survie de to

76Si l'on admet la fonction archétypale des schémas de représentation spatiaux, les faits établis ici à propos de l'histoire de certaines prépositions de l'anglais peuvent recevoir une explication cognitive.

775.3.1. Tant que le sens spatial ancien d'une préposition est vivant, les locuteurs peuvent y revenir pour maintenir leur compréhension des significations métaphoriques. Ceci expliquerait la résistance du vieil-anglais to à son concurrent vieux-norrois till et, plus généralement, la longévité de prépositions comme at, in, on, by, through etc.

78Au contraire, quand les significations spatiales d'une préposition disparaissent, cela l'affaiblit s'il se trouve qu'elle a des concurrents dotés de sens spatiaux vivants. Ceci expliquerait l'invasion réussie du territoire de mid par ϸurh et celle du territoire de wið par ongean / togeanes.

795.3.2. C'est le contact avec le vieux-norrois við qui a probablement sauvé wiϸ de la disparition en ressuscitant les emplois spatiaux qu'il avait perdus. Mais le contact avec við est également responsable de l'adjonction aux emplois de wiϸ d'emplois non-spatiaux qui, en anglais, appartenaient à mid.

80La conséquence fut une modification radicale de la relation entre wiϸ et mid. Maintenant, wiϸ était devenu un concurrent de mid dans la plupart de ses emplois les plus fréquents. Mais le combat était désormais inégal puisqu'il opposait une "vieille" préposition, qui avait perdu depuis longtemps ses emplois clairement spatiaux, à une préposition "rajeunie" qui avait de nouveau des emplois spatiaux. C'est celle-ci – à savoir with – qui l'a emporté, bien sûr.

Bibliographie

Références

Alverson, Hoyt, 1994, Semantics and Experience, Universal Metaphors of Time in English, Mandarin, Hindi, and Sesotho, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press.

Anderson, John, M., 1971, The Grammar of Case, Cambridge Studies in Linguistics 4, C.U.P.

—, 1977, On Case Grammar, Prolegomena to a Theory of Grammatical Relations, London, Croom Helm, Humanities Press.

Baetke, W., 1965, Wörterbuch zur Altnodischen Prosaliteratur, Berlin, Akademie-Verlag.

Baumann, Heinrich, 1911, Der Synonyme Gebrauch von 'mid' und 'wiϸ' im Englischen des 13. und der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts, Dissertation, Universität Jena.

Gordon, E. V., 1927, An Introduction to Old Norse, Second Edition revised by A. R. Taylor, 1956, Oxford, O.U.P.

Groussier, Marie-Line, 1997, "Prépositions et primarité du spatial : de l'expression de relations dans l'espace à l'expression de relations non-spatiales.", pp. 221-234, in Faits de Langues 9, Paris, Ophrys.

Heine, B., Claudi, U. and Hünnemeyer, F., 1991, Grammaticalization : A Conceptual Framework, Chicago, Chicago U.P.

Herskovits, Annette, 1986, Language and Spatial Cognition. An interdisciplinary study of the prepositions in English, Cambridge, C.U.P.

Hittle, Erla, 1901, Zur Geschichte der altenglischen Präpositionen 'mid' und 'wiϸ' mit Berücksichtigung ihrer Beiderseitigen Beziehungen, Anglistische Forschungen.

Hopper, P. and Traugott, E. C., 1993, Grammaticalization, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge, C.U.P..

Jackendoff, R., 1983, Semantics and Cognition, Current Studies in Linguistics Series, 8, Cambridge (Mass.), The MIT Press.

Johnson-Laird, Ph., 1996, "Space to Think", in P. Bloom, M. A. Peterson, L. Nadel and M. F. Garrett, (eds), 1996, Language and Space, Cambridge (Mass) / London, The MIT Press.

Lyons, John, 1977, Semantics, 2 vols., London and New-York, C.U.P.

Oxford English Dictionary, 1933-1994, Second edition on Compact Disk by J. A. Simpson and E. S. C. Weiner, Oxford, O.U.P.

Piaget, Jean, 1946-1972, Les notions de mouvement et de vitesse chez l'enfant, Paris, P.U.F.

Piaget, Jean et Bärbel Inhelder, 1947-1972, La représentation de l'espace chez l'enfant, Paris, P.U.F.

Svorou, Soteria, 1993, The Grammar of Space, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

Traugott, E. C. and B. Heine, 1991, Approaches to Grammaticalization, I-II, Amsterdam, John Benjamins.

Dictionnaires

(Β) après les citations empruntées à Baetke, Wörterbuch etc. (cf. Références)

(OED) après les citations empruntées à Oxford English Dictionary (cf. Références)

Textes

Β: Beowulf with the Finnsburg Fragment, edited by C. L. Wrenn, London, Harrap, 1953.

BH: The Blickling Homilies, edited by R. Morris, E.E.T.S., Original Series 58, 63, London, 1874-1880, reprinted as one volume, London, O.U.P., 1967.

CG: Corpus Gospel, in The Holy Gospels in the Anglo-Saxon, Northumbrian and Old Mercian versions, edited by W. W. Skeat, Cambridge, 1871-87.

CH: Sermones Catholici, edited by B. Thorpe, in The Homilies of the Anglo-Saxon Church, the First Part containing the Sermones Catholici or Homilies of Ælfric in the original Anglo-Saxon, with an English version, 2 vols., printed for the Ælfric Society, London, 1844; reprinted by Johnson Reprints Corporation, New-York, London, 1971.

CP: King Alfred's West-Saxon Version of Gregory's Pastoral Care, edited by Henry Sweet, E.E.T. S. vols. 45, 50, London, 1871-1872.

CPK 1, CPK 3 : First (832-900) and Third (1001-1070) parts of the Parker Chronicle in Two of the Saxon Chronicles Parallel, edited by J. Earle and C. Plummer, Oxford, O.U.P., 1892-1899.

LG: Lindisfarne Gospel in The Holy Gospels etc. (see CG above)

O: The Old-English Orosius, edited by Janet Bately, E.E.T.S., Supplementary Series 6, London, O.U.P., 1980.

Vices and Virtues, a Middle-English Dialogue of about 1200 A. D., edited by F. Holthausen, E.E.T.S., Original Series 89, 1888, reprinted 1967, London, O.U.P.

VP: Vespasian Psalter, in The Oldest English Texts, edited by Henry Sweet, E.E.T.S. 83, 1885.

ΤΗ: Trinity Homilies, in Old English Homilies II, edited by R. Morris, from MS Trinity College Cambridge Β 1452, E.E.T.S. 53, 1873.

Notes

1 Lyons 1977, p. 718.

2 Jackendoff 1983, cited by Alverson 1994. See also Herskovits 1986, Heine Claudi and Hünnemeyer 1991, Traugott and Heine 1991, Hopper and Traugott 1993, Svorou 1993 etc.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter