Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Fonctionnement analytique et auxiliarité dans le verbe vieil-anglais

Marie-Line Groussier

Texte intégral

1Le développement de formes verbales auxiliées est, classiquement, l'une des évolutions qui caractérisent le passage d'une langue d'un état majoritairement synthétique à un état plus analytique.

  • 1 Cette abréviation est uniquement destinée à diminuer la longueur de l'article. Elle n'a aucune des (...)

2L'anglais actuel (AA) est probablement, parmi les langues indoeuropéennes, l'une des plus notoirement analytiques, d'où la célèbre boutade : English is Chinese. De fait, l'AA a non seulement des formes périphrastiques (FP) de passif et de parfait comme beaucoup d'autres langues de la même famille, mais aussi la forme aspectuelle be + -ing et toutes les formes où un auxiliaire (AUX1) de modalité précède un infinitif. A ces formes, il faut ajouter la plus grande originalité de l'AA : l'emploi d'un AUX spécifique lorsqu'un "temps simple" est à une modalité fondamentale autre que l'assertion affirmative non-emphatique. Enfin, il est difficile de passer sous silence les périphrases où un verbe suivi d'un nom renvoie à un procès susceptible d'être par ailleurs exprimé par un verbe seul, comme have a look à la place de look.

3On se propose de montrer ici que le vieil-anglais (VA) n'était pas un état de langue aussi synthétique qu'on l'imagine puisque, en particulier, bon nombre des actuelles périphrases verbales existaient déjà à cette époque. D'autre part, on examinera le concept d'AUX et on essaiera de montrer qu'en VA, ce statut est moins nettement défini qu'il ne le sera plus tard, mais commence à émerger.

1. Procédés synthétiques et procédés analytiques dans le fonctionnement du verbe vieil-anglais

4Après un rapide rappel des formes verbales flexionnelles, c'est-à-dire synthétiques, on se propose de mettre en lumière les nombreuses caractéristiques analytiques du fonctionnement des verbes présentant ces formes.

1.1. Les procédés synthétiques

1.1.1. La flexion

5Elle est beaucoup plus diversifiée qu'en AA mais bien simplifiée si on la compare à celle du grec ancien, ou même du latin. C'est, en gros, celle de l'allemand actuel.

  • 2 Par exemple, pour le verbe fort drifan "mener", on a : Présent : ic drife, ðu drifst, he drifð ; Pr (...)
  • 3 drifað, drifon, drifen, drifen
  • 4 drif drifað

6En ce qui concerne les désinences de personne, il n'y a de différenciation des 3 personnes au singulier qu'à l'indicatif présent, le prétérit ayant la même forme aux 1ère et 3è personnes2 Les deux subjonctifs, présent et prétérit, ont la même désinence -e pour tout le singulier. Aux deux temps des deux modes, il y a une forme unique pour le pluriel3 Les deux formes d'impératif (2è pers. du sing, et du pluriel) n'existent que pour le présent4 et la forme de pluriel est identique à celle du présent de l'indicatif.

  • 5 Ex. de prétérit fort : draf / drifon ; ex. de prétérit faible : fremede / fremedon.

7Des marques flexionnelles distinguent les deux seuls temps, présent et passé : variation apophonique de la voyelle radicale pour les verbes forts, adjonction du suffixe à dentale pour les verbes faibles5

  • 6 Inf. drifan (Accusatif) / drifenne (datif) ; Participe présent drifende ; Participe passé (ge)drife (...)

8Les formes nominales, l'infinitif et les deux participes, sont différenciées par des suffixes auxquels s'ajoutent des désinences de flexion nominale et adjectivale (réduites à 2 pour l'infinitif). Le participe passé (PPa) des verbes forts a en outre une voyelle apophonique et, pour tous les verbes, on peut ajouter un préfixe ge-, mais l'adjonction du préfixe n'est pas obligatoire comme elle l'est en allemand actuel6

  • 7 [Prés. Ind.] ic eom / beo, ðu eart / bist, he is / bið, we, ge, hie sindon / beoð
    [Prés. Subj] ic, ð (...)

9Comme dans beaucoup de langues, il existe en VA un groupe de verbes fortement irréguliers, ceux qui, précisément, fonctionneront parfois comme AUX. Le verbe signifiant "être" présente les formes les plus diversifiées de tous les verbes de la langue, issues de pas moins de trois racines indo-européennes différentes, avec, de ce fait, deux paradigmes pour l'infinitif ainsi que le présent de l'indicatif et du subjonctif et un troisième pour le prétérit7 La formation d'un paradigme verbal sur plusieurs radicaux était fréquente en indo-européen préhistorique, comme en témoignent les nombreux verbes à radicaux multiples en grec ancien et en védique. Les autres verbes fortement irréguliers sont les perfecto-présents dont l'irrégularité, outre le fait que leur forme de présent est celle d'un prétérit fort, consiste surtout en un paradigme défectif. Sur les 11 perfecto-présents, tous ont les deux temps de l'indicatif et un subonctif présent, le subjonctif prétérit n'étant attesté, semble-t-il, que pour 4 d'entre eux (witan "connaître", sculan "devoir, cunnan "savoir/pouvoir", magan "pouvoir, être en mesure de"). 9 ont une forme d'infinitif attestée (les exceptions sont mot "il m'est alloué de" et dearr "j'ose"), 6 une forme de participe présent (PPr), 4 une forme de PPa et 2 seulement une forme d'impératif. De plus, étant donné que leur présent de l'indicatif a une forme de prétérit fort, il n'y a de désinence qu'à la 2è pers. sing. (-st) et au pluriel (-on).

  • 8 Cf. And se munuc hatte Abbo.(Ælfric, LS II.32.3, cité par Denison 1993) "Et le moine s'appelait Abb (...)

10Un seul verbe a un passif flexionnel, le verbe hatan. Ce passif existe surtout au prétérit hatte "(je, tu, il) était appelé", hatton "(nous, vous, ils) étaient appelés"8 Ce prétérit passif disparaîtra à la fin du moyen-anglais (MA).

1.1.2. La composition

11Le VA comportait environ 13 préverbes, pour la plupart de même forme et de même origine que les prépositions existant à la même époque. Ces préverbes indiquaient le résultat du procès et, en conséquence, marquaient le verbe comme renvoyant à un procès perfectif ou télique (cf. Brinton (1988), ch.5). Il s'agit bien là d'un procédé synthétique qui sera remplacé en MA par le procédé analytique de la périphrase VERBE + PARTICULE ADVERBIALE.

1.2. Procédés analytiques d'expression des procès prédiqués et de leurs déterminations

12Ce sont tous les procédés consistant à dissocier l'expression en au moins deux mots là où un mode de fonctionnement synthétique n'en exigerait qu'un. Ces procédés sont au nombre de quatre : 1) l'expression par un pronom au nominatif de la personne, 2) l'expression de l'état résultant par un adverbe au lieu d'un préverbe, 3) le recours, pour exprimer certaines déterminations aspectuelles et modales, à l'auxiliation, 4) les combinaisons V + ADJ/N

1.2.1. Expression de la personne

13Dans leurs états les plus anciens, hittite, védique, grec ancien, latin etc. les langues indo-européennes expriment la personne par une désinence remontant à un ancien pronom personnel suffixé.

(1) Hittite : nu hurtialan harmi (cité par Lehmann 1974 : 42)
ptc coupe acc.tenir l sg "Je tiens la coupe"

14Le latin aurait dit de même calicem teneo, le grec ancien tên phialên ekhô. De nos jours cela reste possible dans certaines langues indo-européennes (p. ex. espagnol tengo la copa)

15En VA, ce stade synthétique a été dépassé et un pronom personnel préposé au verbe apparaît dans la majorité des cas. On aurait dit :

(2) ic ful healde.

C'est déjà là un procédé analytique d'indication de la personne.

1.2.2. Le statut des préverbes

16Énumérés par Brinton (1988) est, d'autre part, incertain dans les cas où l'affixation au verbe est en partie le fait d'une décision de celui qui a établi le texte et l'a transcrit. Ainsi, dans 4 éditions de Beowulf (Wrenn 1953, Swanton 1978, Crépin 1991 et Mitchell & Robinson 1998), on trouve un verbe à préverbe au vers 2525 : oferfleon qui, selon Β & Τ, signifie soit "fly over" soit "flee [by retiring] over" c'est-à-dire "fuir de l'autre côté". Dans les 4 éditions, le verbe est écrit en un seul mot. Dans Β & Τ l'occurrence est présentée comme une exception et on note la remarque suivante : "It might be better to take ofer separate from fleon". Or, quand on regarde le manuscrit (Cotton Vitellius Α. XV), on s'aperçoit que ofer y est séparé de fleon par un blanc absolument indiscutable, calibré 3 chez Crépin. Voici le passage, où le héros se prépare à rencontrer le dragon :

(3) Nelle ic beorges weard / ofer fleon fotes trem… (B.2524-2525) "Je ne veux pas me dérober [même] de la distance d'un pas au gardien du tumulus."

17Dans le cas où l'on décide que ofer est un préverbe, il peut être interprété comme exprimant le repérage du déplacement exprimé par fleon par rapport au dragon en tant que repère définissant l'arrivée : ici, l'arrivée sera située "au-delà" du dragon, le héros aura passé devant lui sans s'arrêter. En tant qu'indication de la localisation de l'arrivée, le préverbe ofer fonctionne donc bien comme préverbe télique puisqu'il définit l'arrivée, donc la 2è borne temporelle de l'occurrence de déplacement. Si ofer est interprété comme un adverbe indépendant du verbe, la lecture n'est pas différente. La même ambivalence préverbe / adverbe se manifeste dans deux éditions différentes des Homélies de Blickling. Brinton (1988 : 219), cite :

(4) we hit sceolan eft ofer cweþan (HomS 8 [Bl. Hom 2]) "we must say it over again."

18Cette version est celle de l'édition Skeat. L'édition Morris (E.E.T.S. 1874-1880) a ofercweþan et la traduction de la phrase est we must repeat it. Le verbe ofercweþan est répertorié dans le glossaire de l'édition Morris mais ne figure ni dans le dictionnaire Β & Τ ni dans le Supplément.

19A une époque où la pratique de séparation des mots par des blancs dans les manuscrits était relativement récente, on assiste donc à des fluctuations en ce qui concerne les préverbes, tantôt affixés, tantôt séparés, les différences entre les décisions des éditeurs reflétant une pratique par ailleurs variable. Il n'a pas été possible, comme pour Beowulf de consulter un facsimilé du manuscrit, mais étant donné les nombreuses incohérences observées par ailleurs dans ce domaine dans l'édition Morris, il y a fort à parier que Morris est resté très près du manuscrit en ce qui concerne les intervalles entre mots. Ainsi, dans la même homélie (n° II), on note successivement

(5) a….Hœlend genam his twelf þegnas sundor of þœm weorode 7 him to cwœþ
(1.6) "Le Sauveur prit ses douze disciples à part et leur dit".
b. he him tocwœþ (1.22) "il lui dit"
c. Hœlend him tocwœþ (1.24) "le Sauveur lui dit"

20Là encore, il est peu problable que Morris ait eu des raisons d'opter, à la 1. 6, pour la préposition postposée au pronom et aux lignes 22 et 24, pour le préverbe. L'hypothèse la plus vraisemblable est qu'il reproduit fidèlement les intervalles du manuscrit. Or, comme dans les cas précédents avec ofer, ces variations révèlent simplement que le scribe n'était pas clairement conscient de la nécessité soit de séparer soit d'affixer to. Compte tenu de l'antériorité historique indéniable de la préverbation, cela signifie donc que le processus de transformation du préverbe, procédé synthétique, en adverbe pour ofer, en préposition pour to, deux procédés analytiques, était déjà à l'œuvre.

1.2.3. Les combinaisons de deux verbes ou FP

  • 9 Dans les locutions modales beon to et habban / agan to, correspondant respectivement aux actuels is (...)
  • 10 La construction la plus fréquente avec les impersonnels est cependant la conjonctive en Þæt (Elmer (...)

21Un grand nombre de verbes peuvent être accompagnés d'une forme nominale d'un autre verbe, soit infinitif accusatif (IAc), soit to + infinitif datif (IDa), soit participe présent (PPr), soit participe passé (PPa). Les seuls verbes suivis du PPa sont : beon / wesan "être", weorþan "devenir" et habban "avoir". Parmi les verbes suivis du PPr, on citera : beon / wesan, weorþan, (a-/ge-) bidan "continuer", belœfan "rester", (a-/þurh-)wunian "continuer, avoir l'habitude de", anforlœtan "cesser de", geendian "finir de", gefyllan "achever de". L'infinitif accusatif (IAc) se combine aux perfecto-présents, notamment cunnan "savoir, pouvoir", ic dearr "j'ose", magan "pouvoir, être en mesure de", ic mot "il m'est alloué", sculan "devoir" ainsi qu'à willan "vouloir" et uton "allons". C'est également l'IAc que l'on trouve après les verbes d'aspect on-/a-/beginnan "commencer à", geswican "cesser de", (ge-/a-) blinnan "cesser de". Enfin le syntagme prépositionnel to + IDa apparaît après beon et habban / agan (tardif)9 et après certains verbes d'aspect comme, p. ex., on-la/beginnan, (ge-/on-/under-)fon "commencer à, entreprendre de, se mettre à", niman "se mettre à", is gewuna "c'est la coutume de", ablinnan, "cesser de" etc. et certains impersonnels modaux comme gedafenaþ "il convient"10

1.2.4. Les combinaisons V + ADJ / Ν

22Le verbe est le plus souvent soit beon / wesan, soit don. Ces périphrases expriment en deux mots ce qui pourrait être exprimé en un seul. On citera, avec BEON, toutes les périphrases modales énumérées par Elmer 1981, p. ex. behefe / bryce / nyt is "il y a avantage à", neod is "il y a nécessité de", sœl is "c'est le moment/il est opportun de", þearf is "il y a besoin de", god is "il est bon de", riht is "il est juste de", geliclic / gedefe / gerisenlic / gebeorhlic / gedafenlic / gebyrelic is "il est convenable de", behoflic / nytlic / nidbehefe / þearflic is "il est nécessaire de" etc. Avec DON, on trouve, entre autres : forgyfennysse don "donner pardon", gewinn don "mener combat", gymen don "faire attention", huntaþ don "aller à la chasse", ðoncunge don "dire merci" etc. Chacune de ces locutions peut commuter avec un verbe, respectivement : forgiefan "pardonner", winnan "combattre", gieman "faire attention", huntian "chasser", ðancian "remercier".

2. Y avait-il vraiment des auxiliaires en vieil-anglais ?

23Les verbes conjugués de ces diverses périphrases ont-ils le statut d'AUX ? On sait que ce statut est loin d'être clairement délimité. Heine (1993) voit le statut d'AUX comme un degré intermédiaire sur ce qu'il appelle, à la suite de Bolinger le gradient de grammaticalisation. La fonction d'AUX, en AA, est couramment définie syntaxiquement par les NICE properties (Negation, Inversion, Code, Emphasis), qui ne fournissent qu'une liste de comportements constatés mais pas un véritable test puisque, par exemple, be a ces 4 comportements syntaxiques aussi bien quand il n'est pas AUX que quand il l'est. Warner (1993) montre que certains de ces comportements syntaxiques apparaissent chez les candidats au statut d'AUX du VA, d'autres non.

2.1. Les formes verbales périphrastiques qui rappellent des formes actuelles

2.1.1. L'expression de la voix passive

24Dans ce cas, il n'y a pas d'autre solution puisque la solution flexionnelle n'existe plus qu'à l'état de vestige et pour un seul verbe. Il y a deux AUX : beon/wesan et weorϸan "devenir". Le PPa peut ou non être accordé.

(6) Þœr wœron gehœlede purh ða halgan femnan fela adlige menn. (Ælfric, Lives of Saints, 1.20.113) (D.) "C'est là que furent guéris par la sainte femme de nombreux malades."
(7) Þœr wurdon gehœlede œt ðoere halgan byrgene eahta untrume menn. (Ælfric, LS 11.35.244) (D.) "Là, huit infirmes furent guéris auprès du saint tombeau."

2.1.2. Le parfait

25En VA, comme en allemand et, en partie, en français actuellement, on trouve beon / wesan + PPa pour les verbes intransitifs et habban + PPa pour les verbes transitifs.

(8)is min fletwerod / Wigheap gewanod. (Beowulf 476) "Mon escorte, ma troupe de guerriers, a diminué"
(9)
Swa hold is God mancynne, poet he hœfð geset his englas us to hyrdum. (Ælfric, HC, i.l.l70.9) "Dieu est si bon pour l'humanité qu'il nous a donné ses anges pour gardiens."

2.1.3. Beon / wesan + Participe Présent

26Cette combinaison de formes peut être considérée comme préfigurant la forme be + - ing.

(10) ðœs modes storm se symle bið cnyssende ðœt scip ðœre heortan… (CP 59.4) (W.) "la tempête de l'esprit qui, sans cesse, secoue le navire du cœur."

2.1.4. Modalisation par adjonction d'un verbe modal

27C'est un emploi fréquent des perfecto-présents, de will ou de l'auxiliaire d'impératif (w)uton "allons" suivis de l'IAc.

(11) Gif ðu þonne yfel bist, ϸu most yfeles geswican. (Ælfric, HS, VIII.67) "Alors, si tu es mauvais, tu dois renoncer au mal."
(12) Ic wille mid flode folc acwellan. (Gen. 1296) "Je veux exterminer les hommes avec un déluge."
(13) Wuton we ðœt gemunan. (BH 125.2) (Β & T) "Rappelons-nous cela"

28Par ailleurs, on trouve déjà beon et habban suivis du syntagme prépositionnel to + IDa exprimant la modalité déontique. Au début, la structure avec beon est impersonnelle, d'abord sans sujet exprimé puis avec hit. Puis elle se personnalise avec un complément au datif désignant la cible de la contrainte. C'est la transformation de tels énoncés en énoncés personnels avec pour thème le syntagme nominal désignant la cible de la contrainte qui va faire apparaître habban puis agan à la place de beon.

(14) be heora ondlifne is to ϸencenne 7 to foreseonne. (BEH I.XVI.664) "à propos de leur subsistance, il faut réfléchir et prévoir."
(15) Hit is to gelyfenne ϸœt Drihten mihte on anre tide dœges geseon ealles ϸysses middangeardes wynsumnessa. (BH, 1.31.12) "Nous devons croire que le Seigneur pouvait, en une heure du jour, voir les agréments de ce monde tout entier."
(16) sindon ða loccas to sparienne ðœm sacerde. (CP. XVIII. 141. 9) "le prêtre doit garder ses cheveux longs".
(17) ϸone calie pe ic to drincenne hœbbe. (EC, XX. 22) "Ce calice que je dois boire."
(18) ne he nah mid rihte œniges mannes cet fulluhte to onfonne. (Wulfstan, Homélies, VIIIc. l47-151) "et il ne lui appartient pas légitimement de tenir quiconque sur les fonts baptismaux."

  • 11 Pour la théorie du repérage, cf. Culioli (1981), réimprimé dans Culioli, 1990 : 47.
  • 12 Cette démarche n'est pas particulière à l'anglais. Cf. le français j'ai à faire et il lui appartien (...)

29Si l'on considère que "avoir", c'est "être le repère de"11 l'emploi de habban et agan font du sujet de ces verbes le repère de la projection dans l'avenir (indiquée par to) du procès exprimé par l'IDa. Cela revient à caractériser ce sujet comme renvoyant à la cible de la contrainte qui conditionne cette projection dans l'avenir 12

30Au terme de ce rapide tour d'horizon, on a l'impression nette que les verbes que nous appelons aujourd'hui auxiliaires étaient déjà des AUX en VA. C'est d'ailleurs ce qui fait que les grammaires du VA les répertorient sous ce nom.

2.2. Ce qui rapproche les auxiliaires du vieil-anglais des auxiliaires actuels

31De fait, l'impression que les AUX du VA sont proches des AUX actuels n'est pas une illusion. Ils ont sur bien des points un comportement semblable ou voisin.

2.2.1. Organisation des périphrases

32Les périphrases qui viennent d'être énumérées ont la même organisation que les actuelles FP. L'AUX y assume l'indication de la prédication et de ses déterminations puisque c'est lui qui porte les marques de personne, de temps et de modalité fondamentale, inversion pour l'interrogation, proximité et éventuelle fusion phonétique avec la négation comme ci-dessus nah pour ne ah. La forme nominale qui suit est neutre quant à ces déterminations : elle indique seulement l'identité du procès en cause lorsque c'est un infinitif, l'identité et l'état de participation considéré lorsque c'est un participe.

2.2.2. Comportement des périphrases vis-à-vis de l'anaphore

33Les deux composantes de la périphrase ne réagissent pas de même en cas de reprise. Le verbe don, l'actuel do, qui n'était pas encore AUX, était déjà, en VA, susceptible de fonctionner comme anaphorique verbal. Or, il servait à reprendre - ou annoncer - les verbes non-auxiliaires, jamais les AUX.

34En revanche, on trouve en vieil-anglais des exemples de reprise de FP par le seul AUX avec ellipse du verbe principal, tout à fait comme en AA. Ce phénomène, appelé parfois code (le C de NICE), correspond aux transformations appelées gapping et pseudo-gapping en grammaire générative. Warner (1993) montre de façon convaincante que ce fait était bien attesté en VA pour les modaux et beon / wesan.

(19) forðy is betere ϸœt geoh ϸœtte nœfre losian ne mœg ðonne ϸœtte mœg 7 sceal. (Bo. 11.25.24) (W.) "c'est pourquoi les biens qui ne peuvent jamais périr sont meilleurs que ceux qui sont périssables et périront."
(20) Wenst ðu ϸœt se godcunda anweald ne mihte afyrran ϸone anweald ϸam unrihlwisan kasere,…gif he wolde ? Gise, la gese ; ic wat ϸœt he mihte, gif he wolde (Bo. 16.39.30) (W.) "Penses-tu que la puissance divine ne pourrait pas enlever son pouvoir à ce César impie,…si telle était sa volonté ? Oui certes, je sais qu'elle le pourrait si elle le voulait."
(21) Wœre ϸu todœg beswuncgen ? Ic nœs (Ælfric, Colloquium, 280) [lat. Fuisti hodie uerberatus ? Non fui.] "As-tu été fouetté aujourd'hui ? Non."
(22) We magon monnum bemiðan urne geðonc 7 urne willan, ac we ne magon Gode. (CP 39.12) (W.) "Nous pouvons cacher aux hommes nos pensées et nos intentions mais pas à Dieu."
(23) ac hit nis nanum anum men getiohhod, ac is eallum monnum. (Bo. 37.112.27) (W.) "cependant, ce n'est pas offert à un seul homme, mais à tous."
(24) He us gegearwað galnesse ; uton we ongean clœnnesse. (Vercelli Homilies, 19)
(W.)
"Il prépare pour nous le dévergondage, en réponse, [préparons] la pureté."

35L'ellipse du verbe principal peut être considérée comme une conséquence du fait que, pour les locuteurs, le verbe AUX ne peut être employé que suivi d'un autre verbe. De là la possibilité de l'anaphore zéro. Mais cette interprétation n'est évidemment possible que lorsqu'il existe un antécédent dans le contexte à gauche, justifiant la récupération du terme non-répété. Sur les 15 citations que donne Warner, l'ellipse est facilitée, dans 7 cas, par le fait que le verbe faisant l'objet d'une anaphore zéro est déjà accompagné d'un modal lors de la première occurrence, dans 4 cas, par le fait que l'AUX en question est le même, enfin, pour les 6 cas de pseudo-gapping, la présence de compléments du verbe non-répété favorise également la récupération. Dans tous ces cas, le contexte gauche, par un phénomène analogue au "frayage", construit les conditions de visibilité de l'ellipse.

2.2.3. Adjonctions à des structures impersonnelles

  • 13 "A striking characteristic of some of Mitchell's' "modal" auxiliaries' and BE together with a very (...)

36Warner (1993) considère ce fait comme révélateur du statut d'AUX13 Ceci peut s'interpréter en disant que la détermination apportée par l'AUX portant sur l'ensemble de la lexis prédiquée, l'AUX s'ajoute quelle que soit la structure de l'énoncé, sans nécessité d'un 1er argument commun à l'AUX et au verbe principal. En fait, dans ce cas, il est à peine correct de parler de lexis puisqu'il s'agit de prédications impersonnelles archaïques, restes de l'indo-européen primitif. Il n'y a donc pas de schéma de prédication de type <a,r,b>. Ce critère d'auxiliarité n'existe plus de nos jours. Cependant, on peut dans une certaine mesure comparer ce phénomène à ce qui se passe quand un AUX est introduit dans une prédication d'existence. Warner cite des exemples de ce fait avec des modaux, beon / wesan, weorpan, et certains indicateurs d'aspect.

(25) Ϸonne mœg heora wiðerwinnan sceamian, ponne hi hi geseoð mid sigores wuldre to heofonum astigan. (Wulfstan, Homélies 199.12) (W.) "Alors il peut en venir de la honte à leurs ennemis, quand ils les voient monter aux cieux dans la gloire de la victoire."
(26) Forpon ne ϸearf ϸœs nanne man tweogan, ϸœt seo forlœtene cyrice ne hycge ymb ϸa ϸe on hire neawiste lifgeaϸ (BH 41.36) (W.) "Parce qu'il ne faut qu'aucun homme doute de ceci : l'église désertée ne veillera pas sur ceux qui vivent dans son voisinage."
(27) ϸonne ic wat ϸœtte wile weoruldmen tweogan. (The Meters of Boethius, 4.51) "Alors, je sais que le doute viendra aux êtres humains."
(28) forlœt ϸine anwylnysse, ϸet ðinum life beo geborgen. (Ælfric, SL i.8.114) (W.) "Renonce à ta volonté personnelle, afin que ta vie puisse être protégée." (m. à m. "afin qu'il puisse être protégé pour ta vie.")
(29) Swa wyrð eac gestiered ðœm gitsere ðœs reaflaces. (CP 341.11) (W.) "De même l'avare sera guéri de la tendance à voler."
(30) ϸa ongan hine eft langian on his cyϸϸe. (BH 113.14) (W.) "Alors il commença à se languir de son pays."

2.3. Ce qui éloigne les auxiliaires du vieil-anglais des auxiliaires actuels

37D'une façon générale, ces verbes qui, par certains côtés, ressemblent tant aux AUX actuels, sont plus proches des verbes non-AUX que les AUX actuels.

2.3.1. Indication de la négation et de l'interrogation

38En l'absence d'AUX do, il n'y a pas de différence, en VA, entre le comportement des AUX et celui des autres verbes.

(31) Hwœr cypst ϸu fixas ϸine ? (Ælfric, Colloquium 96) "Où achètes-tu tes poissons ?"
(32) He geseah ϸœt Apollonius swa sarlice sœt ond ealle ϸincg beheold ond nan ðinge ne œt. (Apollonius of Tyre) (Q & W) "Il vit qu'Apollonius restait assis, tout triste, et regardait tout, et ne mangeait rien."

2.3.2. Statut des modaux

39Contrairement à ce qui se passe aujourd'hui, les modaux, perfecto-présents et will, peuvent constituer le seul verbe d'un énoncé.

(33) Đas VIII magon wið nygon attrum (Metrical Charms 2.30) (W.) "Ces neuf (herbes) sont efficaces contre neuf poisons."
(34) Ic eow ne con. (Cd. 227) "Je ne vous connais pas" (Β & T)
(35) 7 gif hwa oðrum sceole borh oððe bote œt woruldlicum ϸingum, gelœste hit him georne. (Laws ICn. 17. 3) (W.) "Et si quelqu'un doit à quelqu'un d'autre une dette ou une compensation dans des affaires séculières, qu'[il] s'en acquitte envers lui promptement."
(36) Ϸa mid ϸœm ϸe hi hie getrymed hœfdon, 7 togœdere woldon. (O IV.li. 86) (M.) "Alors, comme ils s'étaient mis en ordre de bataille et voulaient se rassembler…"
(37) He symble wyle god, and nœfre nan yfel. (Ælfric, Lives of Saints, i. 1.48) (W.) "Il veut toujours le bien et jamais aucun mal."

2.3.3. Contraintes sur les compatibilités avec les formes non-finies

  • 14 De nos jours, l'ambivalence du suffixe -ing rend problématique une identification claire comme suff (...)
  • 15 Cf. Visser 1969-73, vol. 111, 1ère partie, §§ 1177 à 1371.
  • 16 L'exception est cuman qui, suivi de to + Infinitif, signifie "venir afin d'accomplir telle action" (...)

40En AA, la seule périphrase dont la forme non-finie soit un PPr a pour AUX be. De même, les deux FP incluant un PPa, passif et parfait, ne peuvent avoir pour AUX, respectivement, que be, parfois get, et have. Enfin, l'inventaire des AUX susceptibles d'être immédiatement suivis d'un infinitif nu est rigoureusement limité : modaux anciens perfecto-présents (excepté ought), will et parfois help. L'énumération du § 1.2.3. a montré que les contraintes de ce type étaient loin d'être aussi strictes en VA. Le PPa est la forme non-finie dont la compatibilité avec un AUX est la plus limitée : on est à peu près dans la situation actuelle avec une compatibilité limitée à beon / wesan, weorϸan et habban. Le PPr clairement identifié comme tel par son suffixe -end se rencontre après de nombreux indicateurs d'aspect14 Le cas le plus flagrant est cependant celui de l'IAc. Loin d'être limité à la combinaison avec les modaux, les factitifs et les verbes de perception, comme en AA, l'IAc apparaît après de nombreux indicateurs d'aspect et aussi après des verbes très variés qui ne peuvent prétendre au statut d'AUX comme les verbes de déplacement (cuman, gan, sendan), les verbes d'attitude (licgan "lie", sittan "sit", standan "stand") et un grand nombre de verbes renvoyant à des notions de procès incluant une visée avec lesquels to + IDa sera ensuite la règle (p. ex. geornian "souhaiter ardemment", langian "id", hopian "espérer", hyngrian "avoir faim de", ceosan "choisir" etc.)15 Dans la majorité des cas, deux formes sont possibles après certains verbes et cela sans différence perceptible de signification16 Cette souplesse dans le choix de la forme non-finie a pour effet de relâcher, dans l'esprit des locuteurs, le lien entre tel verbe et la forme qui le suit et, donc, de maintenir l'association V + Forme non-finie en-deçà du statut de FP, lorsque la forme non-finie est un IAc.

2.3.4. Plurivalence de certaines formes périphrastiques et cohésion plus ou moins grande entre les constituants

41Les contraintes sur le choix de la forme non-finie, plus strictes dans le cas de l'association de beon / wesan ou de habban avec un PPa, pourraient faire croire que ce type d'association au moins constitue, dès le VA, une véritable FP. C'est oublier la plurivalence de ces formes. En effet, la forme beon / wesan + PPa peut donner lieu à deux interprétations différentes selon contexte. Soit, il s'agit d'un passif, comme dans les citations (6) et (7). On remarque que deux AUX sont alors possibles et weorϸan "devenir" peut alors sembler le plus apte à indiquer sans ambiguïté qu'il y a expression passive d'un événement. La deuxième signification de la périphrase, lorsque le verbe est intransitif, ne peut qu'exprimer l'état résultant. On parlera alors de "parfait avec auxiliaire beon". Mais cette valeur peut aussi exister avec un verbe transitif. De nos jours, où elle existe encore, elle est parfois appelée faux passif

(38) Đa him ða sœd broht wœs. (BEH, 4.29.366.30) (D.) "Quand les semences lui eurent été apportées…"

42Denison (1993), qui cite la phrase, traduit "had been brought to him". Cette traduction oriente vers un faux passif ("quand il eut la semence (après qu'elle lui eût été apportée)"). Le plus souvent, il y a ambiguïté, comme dans l'exemple suivant où c'est le contexte qui révèle qu'il s'agit d'un vrai passif :

(39) ϸonne wœron ealle ϸa dura betyneda (Orose, 59.10) (D.) "Alors toutes les portes furent fermées".

43S'il fallait une preuve de la confusion qui régnait à ce propos dans l'esprit des locuteurs, elle serait administrée par les passages où un même verbe beon / wesan est suivi de deux PPa coordonnés dont l'un ne peut exprimer que l'état résultant et l'autre ne peut que faire partie d'une périphrase de passif. Denison (1993) cite deux exemples de ce cas de figure, après Mitchell (1985).

(40) ϸa binnan feawum dagum hi wurdon forðferde butu 7 bebyrgde in ϸœre cyrcan. (Gregory's Dialogues, 152.19) "Alors, en quelques jours, ils furent morts tous les deux et enterrés dans l'église."
(41) 7 betweoh him twam we ϸus twofealdne deað ϸrowiað, oððe sticode beoð oððe on sœ adruncene (BEH, 48.7) "Et, entre ces deux [dangers], nous subissons une double mort : ou bien nous sommes poignardés, ou bien noyés dans la mer."

44Dans le premier cas, c'est le 1er verbe qui est intransitif, et donc, ne saurait être passivé, dans le deuxième, c'est le 2è verbe. Un grand désordre règne également dans 1 accord du PPa avec le sujet. Dans (38), il n'est pas accordé, dans tous les autres cas, il l'est. Or, on aurait pu penser que l'accord interviendrait de préférence pour 1 expression de l'état résultant où le PPa peut être plus clairement perçu comme attribut du sujet par le locuteur.

45Le parfait avec auxiliaire habban n'est pas, non plus, exempt d'ambiguïté. Lorsque, avec un transitif, habban apparaît, il indique le repérage de l'ancien Patient désormais dans l'état résultant par rapport à l'ancien Agent devenu ainsi plus proche d'un Bénéficiaire.

(42) Đa ic ða ðone wah ðurhðyrelodne hœfde…. ða iewde he me ane duru beinnan ðœm wealle. (CP, 153. 18) "Quand j'eus percé le mur, alors, il me montra une porte à l'intérieur de l'enceinte."

46Dans ce dernier cas, on pourrait paraphraser "quand j'eus le mur dans l'état percé…" Dans le cas de (9), en revanche, une telle interprétation est impossible, en partie parce que l'ancien Agent est privé du rôle de Bénéficiaire par l'introduction d'un Bénéficiaire différent (us). Comme l'a fait remarquer Duchet (1999), les valeurs de parfait caractérisé sont plus fréquentes dans les Homélies d'Ælfric, texte relativement tardif.

  • 17 Dans la Théorie des Opérations Enonciatives d'Antoine Culioli, C0 = "sujet grammatical" et se lit " (...)

47Ainsi, et pour le passif et pour le parfait, deux valeurs existaient en VA. L'une de ces valeurs, la plus ancienne, autorisait une lecture de la forme comme beon/wesan + PPa attribut du C017 pour le passif et le parfait à AUX "être", habban + C1 + PPa attribut du C1 pour le parfait à AUX "avoir". Dans ces deux cas, les AUX ne se comportaient pas autrement que lorsqu'ils étaient l'unique verbe d'un énoncé et il y avait juxtaposition d'éléments mais pas l'étroite combinaison qui fait une FP. C'est seulement dans la valeur la plus récente, passif d'événement" ou parfait caractérisé que la combinaison de l'AUX et du PPa devient véritablement une forme périphrastique et beon ou habban…véritablement des AUX. Les ambiguïtés qui existaient dans bien des cas entre les deux valeurs constituent donc un ensemble de faits qui contribue à éloigner beon / wesan et habban en VA d'un statut d'AUX comme celui de be et have de nos jours.

3. Conclusion

48Quand on songe à l'évolution de l'anglais de l'état flexionnel à l'état analytique, on a tendance, d'abord, à oublier qu'une langue est très rarement tout l'un ou tout l'autre. Or, justement, le VA est à un stade d'évolution beaucoup moins analytique que l'AA évidemment, mais beaucoup moins flexionnel que des langues comme le latin ou le grec ancien. En fait, en ce qui concerne le fonctionnement du verbe, le VA présente un grand nombre de caractéristiques nettement analytiques.

49L'une de ces caractéristiques est la présence de formes constituées d'un AUX et d'une forme non-finie d'un autre verbe. Cependant, on espère avoir montré ici qu'il serait hasardeux de voir dans les verbes candidats à la fonction d'AUX du VA des AUX analogues aux verbes ainsi appelés en AA. Sur le "gradient de grammaticalisation" de Heine (1993), les pré-AUX du VA sont plus proches des verbes non-AUX que les actuels AUX. Corollairement, il n'y a pas en VA de formes verbales périphrastiques nettement cantonnées dans ce statut, c'est-à-dire dont le champ de fonctionnement soit délimité par des contraintes strictes.

50Or, ce n'est pas en MA mais en anglais moderne qu'interviendront les phénomènes de systématisation qui aboutiront à l'état actuel : do obligatoire dans certains cas, confirmation comme FP de be + -en de passif, have + -en de parfait et be + -ing, contraintes resserrant le lien entre forme et fonction pour les modaux.

Bibliographie

Bibliographie

Bosworth, Joseph and T.N. Toller, 1898-1983, An Anglo-Saxon Dictionary, Oxford : Oxford University Press. [Abréviation : Β & Τ]

Brinton, Laurel, 1988, The Development of English Aspectual Systems, Cambridge Studies in Linguistics 49, Cambridge : Cambridge University Press.

Crépin, André, 1991, Beowulf édition et traduction, 2 vols., Göppingen : Kümmerle.

Culioli, Antoine, 1981, "Sur le concept de notion", Β. U. L. A. G. 8 : Besançon 62-79

Culioli, Antoine, 1990, Pour une linguistique de l'énonciation, Tome 1 : Opérations et représentations, Paris : Ophrys.

Denison, David, 1993, English Historical Syntax, London : Longman.

Duchet, Jean-Louis, 1999, Motivation et grammaticalisation en phonologie et en morphologie : études diachroniques et comparatives, thèse, tirée en offset, Université Paris 7

Elmer, Willy, 1981, Diachronic Grammar : The history of Old and Middle English Subjectless Constructions, Linguistische Arbeiten 97, Tübingen : Niemeyer.

Heine, Bernd, 1993, Auxiliaries, London : Routledge.

Lehmann, Winfred P., 1974, Proto-Indo-European Syntax, Austin, University of Texas Press.

Mitchell, Bruce, 1985, Old English Syntax, Oxford : Oxford University Press.

Mitchell, Bruce & Fred. C. Robinson, 1998, Beowulf, An Edition, Oxford : Blackwell.

Quirk, R. & C. L. Wrenn, 1955-1969, An Old English Grammar, London : Methuen. [Abréviation : Q & W]

Swanton, Michael, 1978, Beowulf, edited with and introduction, notes and new prose translation, New-York, Barnes & Noble : Manchester University Press.

Visser, F. T., 1969-1973, An Historical Syntax of the English Language, 3 vols, Leiden : Brill.

Warner, Anthony R., 1993, English Auxiliaries : Structure and History, Cambridge Studies in Linguistics 66, Cambridge : Cambridge University Press.

Wrenn, C. L., 1953, Beowulf with the Finnsburg Fragment, London : George Harrap & Co.

Notes

1 Cette abréviation est uniquement destinée à diminuer la longueur de l'article. Elle n'a aucune des implications théoriques de la même abréviation en grammaire générative.

2 Par exemple, pour le verbe fort drifan "mener", on a : Présent : ic drife, ðu drifst, he drifð ; Prétérit : ic / he draf. ðu drife

3 drifað, drifon, drifen, drifen

4 drif drifað

5 Ex. de prétérit fort : draf / drifon ; ex. de prétérit faible : fremede / fremedon.

6 Inf. drifan (Accusatif) / drifenne (datif) ; Participe présent drifende ; Participe passé (ge)drifen.

7 [Prés. Ind.] ic eom / beo, ðu eart / bist, he is / bið, we, ge, hie sindon / beoð
[Prés. Subj] ic, ðu, he sy / beo, we, ge, hie syn/beon
[Prét. Ind.] ic, he wœs, ðu wœre, we, ge, hie wœron
[Prés. Ind.] ic eom / beo, ðu eart / bist, he is / bið, we, ge, hie sindon / beoð
[Prés. Subj] ic, ðu, he sy / beo, we, ge, hie syn / beon
[Prét. Ind] ic, he wœs, ðu wœre, we, ge, hie wœron
[Prét. Subj.] ic, ðu, he wœre, we, ge, hie wœren

8 Cf. And se munuc hatte Abbo.(Ælfric, LS II.32.3, cité par Denison 1993) "Et le moine s'appelait Abbo".

9 Dans les locutions modales beon to et habban / agan to, correspondant respectivement aux actuels is to et have to.

10 La construction la plus fréquente avec les impersonnels est cependant la conjonctive en Þæt (Elmer 1981).

11 Pour la théorie du repérage, cf. Culioli (1981), réimprimé dans Culioli, 1990 : 47.

12 Cette démarche n'est pas particulière à l'anglais. Cf. le français j'ai à faire et il lui appartient de répondre.

13 "A striking characteristic of some of Mitchell's' "modal" auxiliaries' and BE together with a very few other verbs at these periods is that they occur within such constructions, so that they too lack a nominative subject when their dependent nonfinite is impersonal. Thus the impersonal retains its constructional characteristics despite occurring in apparent subordination to another verb, and this other verb is in some sense independent of or transparent to the construction with which it occurs." (Op. cit. p. 123)

14 De nos jours, l'ambivalence du suffixe -ing rend problématique une identification claire comme suffixe de participe présent après les indicateurs d'aspect égressif comme stop ou ingressif comme start ce qui a pour effet de brouiller l'identité du même suffixe après les indicateurs de continuation comme keep. La forme be +-ing se distingue alors par le fait que, dans ce cas au moins, -ing ne saurait être interprété comme un gérondif.

15 Cf. Visser 1969-73, vol. 111, 1ère partie, §§ 1177 à 1371.

16 L'exception est cuman qui, suivi de to + Infinitif, signifie "venir afin d'accomplir telle action" et, suivi de l'Infinitif accusatif "venir tout en accomplissant telle action". Cf. Visser op. cit. loc. cit. §§1313 et 1314.

17 Dans la Théorie des Opérations Enonciatives d'Antoine Culioli, C0 = "sujet grammatical" et se lit "complément de rang zéro", C1 = "complément d'objet" et se lit "complément de rang un".

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter