Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travaux de Diachronie 2

 | 
Jean-Paul Regis

Avant-propos

Jean-Paul Régis

Texte intégral

  • 1 Association des Linguistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur

1"De l’anglais ancien à l’anglais moderne : un mouvement du synthétique à l’analytique ?" - tel était le titre du colloque de diachronie organisé à Tours en mars 2000. Ce colloque venait s’ajouter à une liste déjà longue d’autres manifestations, une histoire commencée à Poitiers avec Jean-Louis Duchet et poursuivie à Paris III avec Annie Lancri (cf. les Travaux de diachronie n° 1) sous les auspices de l’ALAES1 une histoire de linguistes donc, enrichie de la participation des médiévistes anglicistes (AMAES).

2A Tours, les deux journées consacrées à la diachronie s’étaient fixé deux buts : à la fois assurer une formation dans le domaine et réfléchir sur les enjeux théoriques des phénomènes décrits.

3La première journée fut consacrée à une remise à flot des collègues non-spécialistes de vieil-anglais, répondant ainsi à un besoin de formation (initiale ou continue) négligé dans l’université française depuis 30 ans. L’entrain de l’assistance dans les ateliers de paléographie (Florence Bourgne), de traduction du fameux Apollonius de Tyr (Annie Lancri, Isabelle Bril, Fabienne Toupin), et du non moins fameux Beowulf (André Crépin) nous a convaincu de l’intérêt d’une telle expérience, qui sera renouvelée en 2001.

4La seconde journée fit place à une réflexion théorique sur l’évolution de la langue anglaise du Moyen-Age à nos jours, autour de la question souvent posée de façon lapidaire : "l’anglais contemporain est-il du chinois ?", autrement dit, dans quelle mesure est-il vrai que la langue anglaise aurait évolué depuis un stade synthétique originel jusqu’à un stade analytique actuel ?

5Le présent volume reflète essentiellement ce deuxième aspect de nos travaux et nous l’avons enrichi de quelques contributions issues des "journées diachronie", organisées par Annie Lancri à Paris III en 1998 et 1999. On y trouvera des analyses de la période du Vieil-Anglais avec les contributions de Marie-Line Groussier, André Crépin, Fabienne Toupin et Colette Stévanovitch, puis du Moyen-Anglais avec Colette Stévanovitch à nouveau, Fabrice Nicol, et Brian Lowrey, pour conclure en élargissant la perspective à la diachronie socio-historique avec Gary German, et à la linguistique générale avec Guy Bourquin.

6Ce bref aperçu des travaux en cours dans le domaine a pu voir le jour grâce à l’aide financière du GRAAT et de l’ALAES, à l’enthousiasme des participants (communicants et public), à l’assistance technique, dévouée et efficace, de Monique Girard et Mireille Motteau, et à la cordiale détermination des linguistes anglicistes de l’Université de Tours. Qu’ils soient ici tous remerciés.

Notes de fin

1 Association des Linguistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter