Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Jour de fête aux magasins Decré1. Univers ludiques et logiques commerciales dans un grand magasin nantais (1950-1970)

Éric Monin

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement MM. Claude et Jean-Philippe Decré qui ont mis à ma disposition (...)
  • 2 Les programmes du cinéma étaient diffusés chaque mercredi dans les publicités qui paraissaient dans (...)

1Le 23 septembre 1943, un bombardement allié toucha une grande partie du centre ville de Nantes. Parmi les nombreux immeubles détruits figurait un des fleurons de l’architecture moderne française. Construits en 1931 par l’architecte Henri Sauvage, l’immeuble des Grands Magasins Decré célébrait l’avènement des palais de la consommation de la fin du xixe siècle. Ce bâtiment remplaçait un groupe d’immeubles progressivement rachetés par Jules Decré pour agrandir sa boutique initiale fondée en 1867. Le développement des magasins Decré respectait en cela l’histoire des grands magasins parisiens. Certainement inspirés par ces modèles, les Decré s’étaient vite rendu compte de la nécessité d’intégrer dans leur magasin des espaces récréatifs capables d’attirer de nouveaux clients en offrant au public une série de divertissements exceptionnels. Ainsi, bien avant le projet de Sauvage, les magasins Decré avaient leur salle de cinéma qui proposait aux enfants, le jeudi, des films comiques tandis qu’on projetait les autres jours de la semaine des comédies et comédies dramatiques2. En 1931, le dernier étage du bâtiment d’Henri Sauvage était entièrement dédié aux loisirs. En plus de la nouvelle salle de cinéma, le magasin accueillait un restaurant-salon de thé, un salon de coiffure, un théâtre de guignol et une kermesse enfantine où des stands de jeu et un manège donnaient au magasin des airs de fêtes foraines.

Illustration 1 : Carte postale représentant la terrasse et le restaurant des magasins Decré. À droite de la piste d'atterrissage pour hélicoptère, on peut voir le planeur qui avait été hissé sur la terrasse

Illustration 1 : Carte postale représentant la terrasse et le restaurant des magasins Decré. À droite de la piste d'atterrissage pour hélicoptère, on peut voir le planeur qui avait été hissé sur la terrasse

Source : Decré Le Grand Magasin de Nantes, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes, Fonds privés

  • 3 On peut citer le mémoire de maîtrise réalisé par Emérance Dubas en 1992 sous la direction de Gérard (...)

2Des recherches consacrées au bâtiment de Sauvage3 ont déjà largement décrit l’originalité de tous ces aménagements disparus lors de l’incendie provoqué par le bombardement de 1943. Mais l’histoire ne s’arrête pas avec ce terrible événement. Les magasins Decré furent reconstruits après-guerre à partir de nouvelles idées importées de l’étranger. Charles Friésé, ancien disciple de Sauvage, L.-M. Charpentier et Victoire Durand-Gasselin furent chargés de mener à bien un projet qui devait concilier de nouvelles exigences programmatiques sans totalement contredire l’esprit qui avait assuré le succès de l’édifice de Sauvage. Il s’agissait de saisir les principes d’une modernité en perpétuel mouvement afin de donner à ce projet toute sa légitimité architecturale et son efficacité commerciale. Conscient de la nécessité de maintenir dans le magasin des espaces récréatifs, Friésé donnera à ces lieux une fonction centrale tout à fait comparable aux aménagements réalisés par Sauvage en 1931. Cet article propose de raconter l’histoire apparemment banale de ces espaces qui ont pourtant profondément marqué l’esprit des Nantais d’après-guerre.

MODERNITÉ US. ÉVOLUTION D’UN TYPE

3Transparence, fluidité, légèreté et lumière caractérisaient le magasin édifié par Henri Sauvage. Pourtant, au sortir de la guerre, les choses avaient bien changé. La maîtrise d’ouvrage semblait vouloir reléguer ces principes derrière de nouvelles exigences moins esthétiques et architecturales, davantage commerciales et fonctionnelles. Le jour de l’inauguration de son magasin, lorsque Henri Sauvage qualifiait son projet de « machine à vendre », il ne pouvait évaluer la portée prémonitoire de ses propos. En effet, le programme établi en 1947 pour la reconstruction des magasins Decré rassemblait une série d’idées fraîchement rapportées d’un voyage d’études qu’Émile Decré avait réalisé aux États-Unis. La modernité et l’innovation venaient cette fois-ci d’Outre-Atlantique où de nouveaux prototypes commerciaux commençaient à bouleverser le monde de la vente et de la distribution. Le projet de Friésé allait répondre à la rigueur des choix de Sauvage par un rationalisme poussé à l’extrême.

4Le rationalisme fonctionnel et esthétique de Sauvage devenait un rationalisme commercial commandé par des principes qui ne laissaient plus aucune place à l’imagination et à la fantaisie de l’architecte. Comme un problème mathématique, le nouveau projet n’appelait que des solutions infaillibles, les règlements de sécurité, d’hygiène et d’urbanisme faisant le reste. Tandis que des escaliers cloisonnés marquaient la périphérie, des escaliers intérieurs ouverts, « d’un meilleur rendement commercial » et en surnombre occupaient le centre du magasin. Chacun des services se trouvait cloisonné par des murs coupe-feu et des planchers résistant à l’assaut des flammes en cas d’incendie. Toutes ces précautions résultaient en grande partie des leçons tirées de l’effondrement rapide de la structure métallique de l’ancien magasin sous l’effet des bombes incendiaires. Contrairement aux plans de Sauvage qui respectaient l’organisation centrée des grands magasins de la fin du xixe siècle, les esquisses de Friésé remettaient en cause l’espace habituellement occupé par l’escalier d’apparat. La grande verrière circulaire qui allait encore chercher la lumière naturelle à l’extérieur du magasin dans le premier projet de 1947 disparaissait définitivement dans le projet final, libérant ainsi la totalité de la toiture terrasse de l’édifice. Largement ouverts sur l’extérieur et sur l’atrium central dans le magasin de Sauvage, les plateaux des étages devenaient de grandes plates-formes introverties, soumises à la règle de l’éclairage artificiel, de l’air conditionné et des escaliers mécaniques qui seront introduits pour la première fois à Nantes à cette occasion.

CONSTRUIRE DES AMBIANCES COMMERCIALES

5Le temps de « la cathédrale du commerce moderne, solide et légère », pour reprendre les termes de Zola est définitivement révolu. L’esprit novateur d’Émile Decré s’était rallié aux nouvelles idées appliquées aux États-Unis. Le magasin devenait un blockhaus aux ambiances artificielles chargées de mettre en valeur les produits et de conditionner le comportement des clients. En octobre 1953, l’article que la revue Bâtir consacrait à « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes » soulignait l’originalité du projet considéré comme « le plus moderne de ce genre en France » :

  • 4 « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes », Bâtir, octobre 1953, p. 11-18, p.12.

« Ici, en effet, il n’est plus nécessaire d’établir une communication avec l’extérieur. Les surfaces de vente seront donc rassemblées au centre, dans une atmosphère climatisée et une grande profusion de lumière artificielle, et les nombreux services annexes (petites réserves immédiates, salons d’essayage, bureaux, laboratoires divers pour l’alimentation) seront disposés sur toute la périphérie »4.

6En affichant une maîtrise parfaite des dernières inventions réalisées dans le champ de l’éclairage artificiel, les architectes avaient réussi à concevoir des ambiances appropriées à chacun des espaces de vente. Tout n’était que bien-être, douceur, harmonie quelle que soit la hauteur des plafonds, depuis le bar-restaurant du sous-sol jusqu’au restaurant panoramique de la terrasse. La qualité des espaces dessinés par Sauvage laissait place à la qualité des ambiances nécessaires au succès de cette entreprise commerciale :

« Lorsque l’on entre dans les magasins Decré, on est, dès les premiers pas, sensible à une ambiance extrêmement agréable que l’on retrouve partout, du sous-sol à la terrasse. Si l’on analyse son impression, on discerne que ce sentiment de confort est dû à la température douce, à la décoration harmonieuse (qui ne fait appel qu’à des couleurs reposantes), à la musique qui ne joue qu’en sourdine, aux épais tapis qui recouvrent le sol.

  • 5 Ibid, p.15.

Mais nous dirons que cette impression assez euphorique (et qui doit créer un climat très propice à la vente) est avant tout due à la qualité de l’installation d’éclairage. Celle-ci doit, en effet, être considérée comme un succès »5.

7Dans ce projet nantais, conformément aux théories développées aux États-Unis par les promoteurs des nouveaux centres commerciaux, l’architecte devenait un designer d’ambiances chargé d’agencer dans le magasin, un parcours sensible fait de lumière, de musique, de couleurs et de sensations tactiles. Cette atmosphère bienveillante n’avait aucun mal à flatter les sens d’une clientèle qui se laissait ainsi plus facilement séduire par des produits eux-mêmes exposés avec le plus grand soin. Le bien-être et la confiance inspirés par tous ces dispositifs artificiels constituaient l’essentiel de la stratégie mise en œuvre dans ce projet. Plutôt que l’extase et l’admiration provoqués par la finesse des structures inventées par Sauvage, le projet de Friésé n’appelait que douceur, plaisir et confort, y compris dans la mise en scène des déplacements verticaux.

LES VERTUS DE L’ESCALATOR

  • 6 Tout comme Henri Sauvage à Nantes, Benjamin Gomez avait lui aussi choisi cette solution pour la con (...)
  • 7 Jean Dauphin, « Le ‘‘nouvel escalator’’ des Galeries Lafayette », Bâtir, 1951, p. 15-18.
  • 8 Ibid, p. 18.

8À la monumentalité grandiloquente des escaliers d’apparat qui bordaient habituellement l’atrium central des grands magasins6, la maîtrise d’ouvrage avait préféré faire installer un escalier mécanique, plus conforme aux aspirations modernistes de l’époque. Émile Decré faisait ce choix au moment où, à Paris, les Galeries Lafayette venaient de remplacer leur vieille batterie d’ascenseurs par un réseau d’escalators croisés depuis le sous-sol jusqu’au cinquième étage7. Certes, l’escalator permettait d’atteindre une efficacité sans égal au niveau de la gestion des flux de clients entre les différents étages du magasin. Il permettait également d’oublier les contraintes liées à l’utilisation de l’ascenseur. Le flux continu supprimait les temps d’attente et les limites de charges qui lassaient ou énervaient les clients pressés. Facile, immédiate, et sans effort, l’utilisation de l’escalator augmentait le confort du public tout en procurant un certain plaisir grâce à un mouvement continu et inhabituel. Ce dispositif permettait de redécouvrir le magasin en offrant aux clients des vues plongeantes inédites. Au moment de l’inauguration des escalators des Galeries Lafayette, et en marge des considérations techniques liées à ce dispositif, la revue Bâtir soulignait comment « le transport par cet escalator est une joie pour la clientèle car il permet de magnifiques échappées sur l’ensemble du magasin »8.

  • 9 « Les ascenseurs Otis ont équipé les Grands Magasins Decré en escaliers mécaniques à grand rendemen (...)

9La liste des qualités de l’escalator serait incomplète si nous omettions de signaler le caractère ludique du dispositif. En devenant un des premiers escaliers mécaniques installé dans la région nantaise, il est facile d’imaginer comment l’escalator des magasins Decré s’illustra rapidement comme un formidable dispositif ludique capable d’attirer à lui seul les chalands de la ville et de la région. Plébiscité par les enfants, il faisait l’unanimité auprès de tous. Objet de modernité, l’escalator des magasins Decré devint rapidement un élément de référence, symbole d’un renouveau technique et esthétique. En 1952, la pureté de sa silhouette tendue servait de toile de fond aux modèles des collections de prêt-à-porter qui illustraient la couverture du catalogue distribué par les magasins Decré. Dans un domaine plus restreint réservé à un public d’architectes et de techniciens, la société Otis se servait de cette réalisation pour valoriser localement son savoir-faire. Ainsi, l’escalator des magasins Decré était publié dans une publicité parue en 1953 dans le catalogue du 53e Congrès national de l’association provinciale des architectes français organisé cette année-là à Nantes9.

10Participant très largement au développement de nouvelles stratégies commerciales ainsi qu’à la promotion des établissements Decré, l’installation d’un escalier mécanique au cœur de l’espace de vente signifiait également l’abandon du hall central traversant et de l’escalier d’honneur traditionnellement associés à l’espace des grands magasins. Ce choix eut une répercussion immédiate au niveau du traitement de la couverture du bâtiment. Débarrassée de la verrière initialement prévue en 1947, la toiture terrasse proposée en 1949 devenait un gigantesque espace libre prêt à accueillir l’ensemble des aménagements rejetés par les fonctions strictement commerciales du magasin. Bien avant cette version définitive, la terrasse avait déjà été désignée pour recevoir une série d’équipements ludiques et récréatifs, perpétuant ainsi d’une certaine façon la qualité de l’accueil et des services traditionnellement offerts par les magasins Decré.

UNE TERRASSE SUR LA VILLE

11En 1947, lorsqu’il choisit de couvrir son grand magasin à l’aide d’une toiture terrasse, Émile Decré mesure parfaitement l’importance et la portée symbolique de cette décision. Fer de lance des théories architecturales d’avant-guerre, la toiture terrasse représente encore à cette époque la solution radicale permettant de résoudre une partie des maux de la cité moderne. Bien avant la suppression du puits de lumière du projet de 1949, cette terrasse constituait manifestement l’aboutissement d’une démarche engagée par Émile Decré dès mars 1945 lorsqu’il rencontra Le Corbusier à Paris. Gabriel Chéreau, l’avocat nantais qui tenta d’imposer les principes de la Charte d’Athènes pour la reconstruction de la ville d’après-guerre, se fait le rapporteur d’une entrevue entre les deux hommes :

  • 10 Courrier daté du 11 mars 1945 que Gabriel Chéreau adressa à Le Corbusier. Source citée par Gilles B (...)

« Vu hier soir M. Émile Decré, retour de Paris. Enchanté de sa prise de contact avec vous. Et c’est un constructif, qui je l’espère vous aura plu. Je vous remercie de lui avoir réservé bon accueil. Il revient plein de vos idées (qu’il connaissait déjà mais il est encore affamé à ce sujet)… »10.

12Bien sûr, Gabriel Chéreau cherchait en Émile Decré un allié capable de défendre à Nantes les thèses corbuséennes et de mobiliser un large public afin d’imposer un nouveau plan de ville. Cette mobilisation n’aboutira finalement qu’à la construction de l’unité d’habitation édifiée à Rezé quelques années plus tard. Ce bâtiment permettra d’ailleurs à Le Corbusier de mettre en pratique des dispositifs architecturaux largement déclinés dans ses productions théoriques antérieures. Ainsi, conformément aux textes publiés dès le début des années 1920, ce projet accordait à la toiture terrasse une fonction capitale. Aussi, la proximité contextuelle des deux projets nantais mais également les affinités théoriques et les contacts personnels entre Émile Decré et Le Corbusier laissent deviner l’influence des thèses corbuséennes sur la reconstruction des grands magasins Decré. L’étude de la toiture terrasse du projet de Friésé permet de souligner les heureux paradoxes d’un édifice qui trouva ainsi l’occasion d’entrer dans le patrimoine officieux de l’imaginaire collectif nantais.

13Participant activement aux considérations hygiénistes de l’époque, les thématiques de l’ensoleillement, de la ventilation et des espaces verts ont joué un rôle essentiel dans le cadre des théories développées par Le Corbusier. Depuis le début des années 1920 jusqu’à la publication de la Charte d’Athènes, le soleil, l’air et les espaces verts se sont affirmés comme les seuls principes actifs capables d’éradiquer les derniers îlots insalubres et de pallier à une situation urbaine épouvantable. Déjà en 1923, dans Vers une architecture, Le Corbusier rendait hommage aux villes-tours imaginées par Auguste Perret, dont les toitures terrasses constituaient de véritables havres de paix libérés du brouhaha et du chaos de la ville basse : « Les cafés, les lieux de repos, etc., n’étaient plus cette moisissure qui ronge les trottoirs : ils étaient reportés sur les terrasses des toits ainsi que le commerce de luxe ». Dans Urbanisme en 1925, Le Corbusier était persuadé que « l’urbanisme pourrait étendre ses tracés au toit de la ville, en récupérant une part de cette surface accessible et y traçant un ordre nouveau de rues de repos, loin du bruit et au milieu des verdures ». Enfin, en 1935, dans La ville radieuse, il rappelle comment au Congrès de la Sarraz, les CIAM (Congrès International d’Architecture Moderne) avaient assigné un rôle essentiel au « toit-plat » ou « toit-jardin » en ces termes :

11. « ...Le toit-plat, ou toit-jardin, fournit un élément nouveau, capital, de l’habitation (hygiène, soleil air pur, agrément). Étendu à la ville, le toit-jardin récupère la totalité de la surface bâtie de la ville.
12. Le toit-plat fournit de nouvelles surfaces circulables à l’urbaniste pour rues d’agrément (en l’air), cafés, magasins (hygiène et classement de la circulation) ».

  • 11 Le prototype proposé par Antonin Raymond et Ladislav Rado en 1948 efface la question des contrainte (...)

14Parallèlement à toutes ces qualités, la toiture terrasse était bizarrement sensée procurer un abri contre les bombardements en cas de guerre, agissant comme un bouclier capable de protéger les bâtiments de l’impact des bombes. Le Corbusier développera cet argument dès 1935 dans La Ville radieuse avant de l’exploiter avec plus d’insistance et d’opportunisme dans le Destin de Paris publié en 1941. Au lendemain de la guerre et dans le contexte d’une ville frappée de plein fouet par les bombardements alliés, il semble tout de même peu probable que la fantaisie de cet argument ait pu convaincre le pragmatisme raisonné d’Émile Decré. Seul le traitement constructif du dernier niveau du magasin pourrait laisser croire en cette hypothèse. Consacré aux réserves et aux ateliers de retouches et de réparations, cet étage technique était couvert d’une épaisse dalle permettant d’accueillir toute la diversité des activités programmées sur la toiture-terrasse. Il semble aujourd’hui bien difficile d’évaluer laquelle des deux fonctions, protectrice ou bien fonctionnelle, détermina le choix de cette structure. Plus sérieusement, on peut également penser que cet étage-poutre était inspiré par le prototype d’Antonin Raymond et Ladislav Rado publié en 194811 où la totalité d’un étage technique était réservée à l’infrastructure du magasin, aux stocks et aux services.

15Circulation, travail, habitation et loisir, parmi les quatre points autour desquels s’organise la pensée corbuséenne, c’est bien entendu le dernier aspect consacré à la récréation que l’on retrouve dans le programme de l’avant-projet de 1947 rédigé par l’équipe d’architectes conduite sous la direction de Charles Friesé :

« Le plancher haut du second étage sera construit en terrasse : sur cette dernière se construira le Restaurant, plan libre, n’occupant qu’un tiers de la surface, enfermé dans les plans obliques du gabarit et ne dépassant pas la cote maximum admise pour la zone dense ».
« Devant la grande salle et au Sud, une première terrasse de 800 m2 pour repas et thés en plein air à la belle saison ; et une seconde terrasse de 750 m2 à un niveau légèrement inférieur pouvant servir à l’atterrissage des hélicoptères ».

16En intégrant à leur projet une piste d’atterrissage pour hélicoptère, les architectes donnaient à leur réalisation une dimension extraordinaire et inattendue. Grâce à cette idée géniale, les magasins Decré se trouvaient une nouvelle fois projetés au cœur d’une modernité où se mêlaient progrès et anticipation. Le temps des exploits de Jules Védrine à Paris sur le toit des Galeries Lafayette était révolu. Il s’agissait désormais de concrétiser les utopies modernistes en offrant aux citadins la possibilité de circuler dans les airs à l’écart de l’encombrement des fonds de rues. La préfecture s’opposa régulièrement à ce projet sans jamais délivrer aucune autorisation d’atterrissage. Cette issue semblait pourtant prévisible. À une époque profondément troublée par l’explosion des techniques, cette opération donna surtout aux Magasins Decré l’occasion de prouver la constance d’une entreprise d’élite capable de se maintenir à la pointe du progrès. Valorisant l’image du magasin, cette piste d’hélicoptère joua un rôle essentiel dans les stratégies de communication jusque dans les années 1970.

17Derrière cet artifice, figure de proue de la terrasse des magasins Decré, on trouvait toute une série d’équipements destinés à ce lieu dédié au repos et à la détente des clients. Hygiène, soleil, air pur, agrément étaient largement dispensés grâce à un restaurant aux grandes baies vitrées exposé plein sud, un café, un jardin, un bassin où pouvaient jouer les enfants, une marchande de glaces, un carrousel et des attractions qui empiétaient épisodiquement sur la piste d’atterrissage devenue l’emblème de l’établissement. La présence de l’eau, de la végétation, les cris d’enfants qui courent, les couleurs vives des parasols, les odeurs de confiserie, la musique du manège, rien ne rappelle l’agitation du centre-ville une dizaine de mètres plus bas. Sur cette terrasse règne désormais une ambiance de « jour de fête » qui rappelle sensiblement les scènes du film que venait de réaliser Jacques Tati (Ill. 2).

Illustration 2 : Carte postale représentant le Grand Magasin Decré de Nantes. Vue générale de la terrasse, des attractions et du beffroi de l'Église Sainte-Croix

Illustration 2 : Carte postale représentant le Grand Magasin Decré de Nantes. Vue générale de la terrasse, des attractions et du beffroi de l'Église Sainte-Croix

Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.

  • 12 Le n°8 de la revue Parade (août 1927), consacre un article aux salons de thé dans les Grands magasi (...)
  • 13 « Quant à la terrasse, […] elle est bordée par le bâtiment du restaurant, dont on a volontairement (...)

18Entre l’intérieur du magasin et la terrasse, le contraste est saisissant. L’atmosphère introvertie et aseptisée des étages de vente laisse la place à une ambiance joyeuse, riante, largement ouverte sur le ciel et les toits de Nantes. Pourtant, c’est avec la même maîtrise que les architectes et leur client sauront contrôler les ambiances de ces espaces si différents. Il s’agit bien d’orchestrer le plaisir des visiteurs, de rassembler les artifices capables de susciter le bien-être des clients. Rien n’est laissé au hasard et le contraste qui saisit le public lorsqu’il atteint la terrasse participe pleinement à cette stratégie. Depuis longtemps déjà, les grands magasins savaient parfaitement comment leurs salons de thé devaient procurer à leur clientèle le calme et le repos nécessaires à une pause reconstituante lui permettant de poursuivre ensuite ses achats avec plaisir12. Selon cette stratégie, les salons de thé étaient placés à l’écart de l’agitation des espaces de vente. En choisissant d’exploiter la toiture-terrasse de son magasin pour y loger toutes ces activités récréatives, Émile Decré accentuait la coupure entre les deux activités. Espace atypique et inattendu, source de dépaysement13, la terrasse permettait l’émergence d’une fiction dans un lieu apparemment déconnecté des logiques commerciales du grand magasin mais également des contraintes des espaces publics environnants. Voici comment Charles Friesé présentait le futur restaurant panoramique dans le programme de son avant-projet de 1947 :

« Le Restaurant du 3e étage n’est en vue de nulle part, il a été conçu selon une Architecture plus libre, moins traditionnelle donnant un ensemble aéré et gai, face aux grands espaces des toits de la ville ».

19À l’instar de Jacques Tati, les concepteurs de ce projet sauront reconstituer artificiellement une place de village idéale sur le toit du grand magasin, au cœur de la grande ville. Cette toiture-terrasse privée capable d’accueillir un large public devenait incidemment un espace public magnifié, entièrement consacré à l’agrément des visiteurs et enfin définitivement libéré des multiples contraintes qui s’appliquent ordinairement à l’espace urbain. Ainsi chaque jour de la semaine, la toiture-terrasse des magasins Decré semblait vivre en suspend, au rythme d’une fiction déconnectée des réalités de la rue ayant pour seul repère les horaires d’ouverture du magasin.

LES ANIMATIONS

20La terrasse accueillait régulièrement quantité d’animations chargées d’entretenir et d’exploiter commercialement l’attractivité du lieu. Parfois, ces projets éphémères permettaient d’établir des liens étroits entre la rue et la terrasse, renforçant ainsi le caractère publique du lieu. Ainsi, on peut citer par exemple le cortège qui fut organisé à l’occasion de la fête de la Saint-Jean en 1954. Ce jour-là, les enfants étaient invités à suivre une fanfare dont le parcours avait été soigneusement planifié. Depuis l’espace très fréquenté de la place du Pilori, le cortège accédait aux magasins Decré par l’entrée principale avant de traverser les étages pour atteindre finalement la terrasse où était regroupé l’ensemble des participants. Ainsi, en prolongeant sans discontinuité le mouvement de la rue dans le magasin jusqu’à la toiture-terrasse, c’est toute l’activité du grand magasin qui se trouvait métamorphosée et valorisée par cette joyeuse animation.

Illustration 3 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré (en arrière-plan la Cathédrale)

Illustration 3 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré (en arrière-plan la Cathédrale)

La terrasse des Grands Magasins Decré, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.

Illustration 4 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré

Illustration 4 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré

Les Attractions, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.

21Calculée pour résister à l’atterrissage d’un hélicoptère, la terrasse recevait régulièrement des expositions et des manifestations originales et variées capables d’attirer des foules considérables. Tous ces projets participaient à la politique d’animation du magasin permettant d’attirer et de fidéliser un large public. La terrasse accueillait tour à tour des expositions pour lesquelles on n’hésitait pas à hisser un planeur en pièces détachées, des voitures à l’occasion du lancement de la nouvelle Simca 1300 ou bien des caravanes qui donnaient soudain à la terrasse des airs de camping improvisé (Ill. 5). Quant au restaurant panoramique, il devint rapidement un lieu à la mode, quasiment incontournable, comme en témoigne la liste des banquets de congrès qui y étaient organisés dès le début des années 1950. La terrasse était aussi l’espace des petits. Des courses de bateaux animaient fréquemment le bassin rectangulaire à proximité du café. Des exercices de prévention routière encadrés par les agents de la circulation, des courses de voitures à pédale organisées par l’Automobile Club de l’Ouest faisaient de cet espace le rendez-vous prisé des enfants de la région.

Illustration 5 : Exposition de la SIMCA 1300 sur la toiture-terrasse des magasins Decré en avril-mai 1963

Illustration 5 : Exposition de la SIMCA 1300 sur la toiture-terrasse des magasins Decré en avril-mai 1963

Fonds privés

22Ces animations atteignaient leur apogée en période de fêtes de fin d’année. Tout le magasin était alors colonisé par les attractions imaginées pour l’occasion. Pour cela, les Decré ne lésinaient pas sur les moyens. Fidèles à leur image d’entrepreneurs férus de progrès, ils puisaient régulièrement le sujet de ces attractions dans une actualité encore marquée par le rythme soutenu des exploits techniques et des dernières grandes explorations scientifiques. En novembre 1960, tandis que la une des journaux était consacrée aux moyens considérables engagés par la France dans la conquête de l’espace, les Decré lançaient tous les quarts d’heure, depuis la terrasse de leur magasin leur première « fusée interplanétaire » (Ill. 6). Chaque jeudi, une foule d’enfants faisait alors la queue jusque dans la rue pour avoir le privilège d’essayer le cockpit spécialement conçu par les décorateurs du magasin. En 1962, après les records de profondeur établis par Jacques Piccard dans son bathyscaphe, le Trieste II, les Decré apprêtaient leur D62 pour conduire les enfants dans un environnement sous-marin reconstitué à l’aide d’aquariums peuplés d’espèces rares. Bien entendu, toute une logistique était mise en place pour agrémenter la visite d’une distribution de brevets et de passeports spécialement édités pour l’occasion (Ill. 7).

Illustration 6 : Réclame pour l'animation organisée par les magasins Decré à l'occasion des fêtes de fin d'année 1960

Illustration 6 : Réclame pour l'animation organisée par les magasins Decré à l'occasion des fêtes de fin d'année 1960

Ouest-France, mardi 15 novembre 1960

Illustration 7 : Un extrait du passeport d'explorateur des grandes profondeurs sous-marines remis aux enfants lors de l'animation de Noël 1962

Illustration 7 : Un extrait du passeport d'explorateur des grandes profondeurs sous-marines remis aux enfants lors de l'animation de Noël 1962

Fonds privés

EXPLOITATION MÉDIATIQUE

  • 14 Charles Friésé utilisait la métaphore du navire pour mieux insister sur la taille du magasin : « M. (...)

23Ces succès à répétition témoignaient d’une grande maîtrise dans l’art de l’animation, perpétuant ainsi la tradition des grands magasins parisiens capables de transformer leur environnement en un clin d’œil pour captiver l’attention des citadins. Les Decré excellaient également dans la mise en scène de leur magasin dans les publicités qu’ils diffusaient dans toute la région. On ne sera pas surpris de retrouver des représentations de la toiture-terrasse qui devint rapidement le motif central permettant d’identifier le magasin. Au temps du magasin édifié par Henri Sauvage, les publicités reproduisaient des vues du plan coupé à l’angle des rues du Moulin et de la Marne accentuant ainsi une impressionnante monumentalité de fer et de verre. Après sa reconstruction, c’est une vue plongeante sur la terrasse qui traduisait l’homogénéité de ce grand vaisseau14 dont le pont supérieur laissait deviner un joyeux bien-être récréatif.

24« Venez passer un moment agréable aux Grands magasins Decré » telle semblait être le message véhiculé par l’image. Les réclames publiées dans la presse, les catalogues du magasin, le règlement intérieur, sans oublier les cartes de visite, tous ces documents reproduisaient la même vue plongeante sur la terrasse. Déjà en 1947, les architectes du projet avaient privilégié cet angle de vue pour la perspective qui illustrait la couverture de leur avant projet. Sans nul doute, chacun était bien persuadé que cette terrasse constituait la principale qualité du nouveau magasin.

AMBIANCES LUDIQUES ET ARCHITECTURES COMMERCIALES

  • 15 L’auteur de l’article publié dans la revue Bâtir soulignait précisément cet aspect : « Les auteurs (...)

25L’étude de la reconstruction des grands magasins Decré après-guerre montre comment derrière la banalité d’un projet architectural apparemment sans grandes prétentions peut se cacher une réalisation pleine de qualités sensibles insoupçonnables. Loin de rivaliser avec la virtuosité affichée par Henri Sauvage, L.-M. Charpentier, Charles Friésé et Victoire Durand-Gasselin ont concentré leurs efforts sur la maîtrise des ambiances du nouveau magasin15. En concevant un lieu agréable, chaleureux, source de bien-être et de plaisir, les architectes ont parfaitement réussi à concrétiser le projet commercial du maître-d’ouvrage. À une époque où nous accordons une attention croissante au confort et à la qualité des lieux de vie, le caractère prémonitoire de cette démarche mérite d’être salué. Ce type de projet doit être réhabilité dans une histoire de l’architecture qui donnerait enfin sa place au public des usagers en relativisant les discours grandiloquents des experts et les sempiternelles commentaires des spécialistes d’une « architecture de photographie ».

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement MM. Claude et Jean-Philippe Decré qui ont mis à ma disposition leurs archives personnelles pour la réalisation de cette étude. J’adresse également toute ma reconnaissance à M. Éric Decré sans qui cette recherche n’aurait pu se faire.

2 Les programmes du cinéma étaient diffusés chaque mercredi dans les publicités qui paraissaient dans la presse locale. Le programme paru le 8 janvier 1930 dans L’Ouest Éclair annonçait deux films comiques pour les enfants : La farce de Maître Patelin et Fais le beau. Ce dernier film partageait l’affiche les autres jours de la semaine avec une comédie dramatique Le voilier triomphant.

3 On peut citer le mémoire de maîtrise réalisé par Emérance Dubas en 1992 sous la direction de Gérard Monnier consacré à l’histoire et aux principes constructifs du projet d’Henri Sauvage, la publication de Jean-Philippe Decré, Nantes, Decré, Montreuil-Bellay, Editions CMD, Collection Mémoire d’une ville, 1998, l’ouvrage de Bernard Marrey, Les Grands magasins des origines à 1939, Paris, Librairie Picard, 1979, et la récente monographie de Jean-Baptiste Minnaert, Henri Sauvage ou l'exercice du renouvellement, Paris, Norma éd., 2002.

4 « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes », Bâtir, octobre 1953, p. 11-18, p.12.

5 Ibid, p.15.

6 Tout comme Henri Sauvage à Nantes, Benjamin Gomez avait lui aussi choisi cette solution pour la construction des Galeries Lafayette de Bayonne.

7 Jean Dauphin, « Le ‘‘nouvel escalator’’ des Galeries Lafayette », Bâtir, 1951, p. 15-18.

8 Ibid, p. 18.

9 « Les ascenseurs Otis ont équipé les Grands Magasins Decré en escaliers mécaniques à grand rendement ainsi qu’en ascenseurs à contrôle automatique. La perfection mécanique et la rapidité de mise en œuvre font honneur à l’entreprise qui les a réalisés ainsi qu’au Client qui n’a pas reculé devant l’incorporation, dans son équipement, de dispositifs aussi heureusement révolutionnaires », p. 109 du catalogue.

10 Courrier daté du 11 mars 1945 que Gabriel Chéreau adressa à Le Corbusier. Source citée par Gilles Bienvenu, Urbanisme et reconstruction : un projet d’application de la charte d’Athènes à Nantes, mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’architecte DPLG, École d’architecture de Nantes, Nantes, 1977.

11 Le prototype proposé par Antonin Raymond et Ladislav Rado en 1948 efface la question des contraintes traversant l’espace du magasin grâce à l’introduction d’un étage technique chargé d’accueillir les infrastructures du magasin, les stocks et les services. Voir également le modèle de Louis Parnes proposé lui aussi en 1948 (in Morris Ketchum, Shops and stores, New-York, Reinhold, 1948.). Rem Koolhaas, Harvard design school guide to shopping, Cambridge, Taschen, 2001. p. 354-355.

12 Le n°8 de la revue Parade (août 1927), consacre un article aux salons de thé dans les Grands magasins. L’auteur de l’article précise comment « Le salon de thé est fait pour retenir la cliente. Il se trouve généralement dans un coin tranquille du magasin, loin du bruit, loin de la foule ». Parade, n°8, août 1927, p. 4-5.

13 « Quant à la terrasse, […] elle est bordée par le bâtiment du restaurant, dont on a volontairement fait un ensemble architectural très différent du reste du magasin, afin de créer une agréable impression de dépaysement », in « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes », op.cit., p. 13.

14 Charles Friésé utilisait la métaphore du navire pour mieux insister sur la taille du magasin : « M. Charles Friésé déclarait à l’issue des travaux que pour cet ensemble, l’ampleur des études et de la construction proprement dite fut la même que pour un cargo de 3 000 tonnes », in « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes », op. cit., p.18.

15 L’auteur de l’article publié dans la revue Bâtir soulignait précisément cet aspect : « Les auteurs du projet s’astreignirent d’autre part à une discipline architecturale très méritoire qu’il est bon de souligner : fidèles une fois encore aux dispositifs de vente, ils posèrent en effet qu’un grand magasin tel que celui-ci doit pouvoir être éternellement changeant, au gré de ses décorateurs et de ses étalagistes. Il faut donc que son architecture soit discrète et qu’elle sache demeurer le simple support des fantaisies toujours nouvelles du décor » in « La reconstruction des grands magasins Decré à Nantes », op. cit., p. 13.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Carte postale représentant la terrasse et le restaurant des magasins Decré. À droite de la piste d'atterrissage pour hélicoptère, on peut voir le planeur qui avait été hissé sur la terrasse
Légende Source : Decré Le Grand Magasin de Nantes, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes, Fonds privés
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-1.jpg
Fichier image/, 472k
Titre Illustration 2 : Carte postale représentant le Grand Magasin Decré de Nantes. Vue générale de la terrasse, des attractions et du beffroi de l'Église Sainte-Croix
Légende Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-2.jpg
Fichier image/, 308k
Titre Illustration 3 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré (en arrière-plan la Cathédrale)
Légende La terrasse des Grands Magasins Decré, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-3.jpg
Fichier image/, 376k
Titre Illustration 4 : Carte postale représentant la terrasse des Grands Magasins Decré
Légende Les Attractions, Éditions Gaby, Artaud Père et Fils éditeurs, Nantes. Fonds privés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-4.jpg
Fichier image/, 348k
Titre Illustration 5 : Exposition de la SIMCA 1300 sur la toiture-terrasse des magasins Decré en avril-mai 1963
Légende Fonds privés
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-5.jpg
Fichier image/, 240k
Titre Illustration 6 : Réclame pour l'animation organisée par les magasins Decré à l'occasion des fêtes de fin d'année 1960
Légende Ouest-France, mardi 15 novembre 1960
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-6.jpg
Fichier image/, 212k
Titre Illustration 7 : Un extrait du passeport d'explorateur des grandes profondeurs sous-marines remis aux enfants lors de l'animation de Noël 1962
Légende Fonds privés
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/643/img-7.jpg
Fichier image/, 194k

Auteur

École d’architecture de Nantes, CERMA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540