Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

IV. Texte et image dans la fiction littéraire

Image et texte : l’art de la pointe dans quelques Empresas (XVe-XVIe siècles)

Françoise Vigier

Texte intégral

1Notre travail portera sur un genre qui associe image et texte : la devise amoureuse ou héroïque, avec quelques incursions dans les devises morales, qui sont des emblèmes déguisés ou, si l’on préfère, des devises « emblématisées ». Nous nous intéresserons particulièrement à la pointe – agudeza (BLANCO, 1992 : 508s) – qui sert de trait d’union entre image et texte.

2Dans l’Espagne de la Renaissance, deux termes désignent la devise éphémère, d’origine médiévale et chevaleresque : invención, puis empresa à partir du milieu du XVIe siècle. Cette devise est, par définition, individuelle et circonstancielle. Elle exprime les sentiments ou l’état d’âme de celui qui l’arbore, que son entreprise (empresa) soit galante ou héroïque (RICO, 1990a : 183, note 21).

  • 1 Le théoricien italien de l'impresa énonce les cinq règles à respecter pour qu'une devise soit bonne (...)

3Toute devise digne de ce nom se compose de deux éléments indissociables : une image ou « corps » (la invención ou empresa proprement dite) et un texte ou « âme » (letra, letra de invención, mote) (GIOVO, 1978 : 37-38)1. C’est pourquoi Baltasar Gracián y voit une « invention figurée » :

Corta esfera le parece a la fecunda invención la de palabras y de escritos cuando pide prestados a la pintura sus dibujos para exprimir sus conceptos; que es otro linaje de aguda invención, y puede llamarse figurada, por jeroglíficos, emblemas y empresas. Fúndase también en la semejanza del sujeto figurado con el término que se pinta y substituye, y podemos llamar el figurante. El más sublime género es el de las empresas, su mismo nombre las define, y dice que se inventaron para exprimir los empenos del valor. (GRACIÁN, 1969 : 212)

4Les devises où l’image remplit la double fonction de corps et d’âme sont rares et fonctionnent généralement par dissociation, comme nous le verrons. L’image ne doit pas non plus être une simple illustration du texte. C’est l’alliance de l’image et du texte qui fait sens. Texte et image ne sont rien l’un sans l’autre.

5La plupart du temps, le corps de la devise est brodé, incrusté, peint ou gravé sur divers supports : le costume et ses accessoires, l’étendard, le bouclier, les harnais et caparaçons des chevaux. Lorsque la devise est arborée dans la lice, à l’occasion d’une joute, c’est le cimier, figure surmontant le heaume du jouteur, qui tient lieu de corps.

6L’âme oriente l’interprétation du corps tout en préservant une certaine obscurité, car l’empresa se rapproche de l’énigme et se situe à la frontière du clair et de l’obscur : « clara a los discretes y escura a los que no lo son » (LÓPEZ PINCIANO, 1973, 1 : 299). L’âme peut être un texte court, ne dépassant pas un octosyllabe, surtout dans les devises héroïques, souvent composées d’une sentence latine. Le premier théoricien du genre, Paolo Giovio, en préconise la brièveté : deux ou trois mots ou un vers entier ou coupé, de préférence en langue étrangère (GIOVIO, 1978 : 38). Mais le texte des devises espagnoles peut atteindre jusqu’à cinq octosyllabes, souvent combinés à des versos de pie quebrado. C’est un genre poétique à part entière, regroupé dans le Cancionero General de Hernando del Castillo sous l’épigraphe « Invenciones y letras de justadores » (1958 : 140-143v). Généralement brodé, gravé ou incrusté, le texte pouvait également être récité ou distribué sous forme de feuillets aux spectateurs des jeux équestres.

7Pas de devise sans pointe, écrit Baltasar Graciân dans son Agudeza y arte del ingenio : « El mote es alma de la pintura, siempre ha de incluir una agudeza » (GRACIAN, II, 1969 : 213). La pointe est inhérente au genre, car ce qui compte n’est pas tant le signifié, qui est invariant (amour souffrant ou héroïsme), que le signifiant, qui doit être constamment renouvelé. Inventer des devises est une façon parmi d’autres, pour le courtisan, de faire briller son esprit. La devise fait partie des jeux de la société de cour et figure en tant que telle dans le Livre du Courtisan de Baldassar Castiglione (CASTIGLIONE, 1987 : 117). Elle donne lieu à des prix, dans les soirées ou les compétitions chevaleresques qui agrémentent les fêtes de cour : joutes, jeux de javelines ou courses de bagues. Outre le prix décerné au meilleur jouteur, un premio de más galán récompense à la fois l’élégance et l’inventivité du costume à devises.

8Dans son Dialogo dell’imprese militari e amorose, composé en 1551 et paru pour la première fois à Rome en 1555, Paolo Giovio s’attache aux deux catégories premières du genre : les devises amoureuses et héroïques. Ce sont elles qui retiendront surtout notre attention, bien que d’autres catégories de devises se développent aux XVIe et XVIIe siècles : la devise morale et spirituelle d’une part, la devise politique d’autre part.

9La devise amoureuse, discours stéréotypé et presque toujours masculin, exprime immanquablement le martyre du chevalier servant et la rigueur de la dame. Ce qui varie, ce ne sont pas les sentiments qu’elle exprime mais l’icône qui sert à les exprimer et la pointe qui est au cœur du texte. Quant aux devises héroïques qu’arborent les grands capitaines pour une campagne ou une bataille, ce sont des variations autour d’un thème unique : la vaillance au combat. Elles reposent fréquemment sur l’alternative « vaincre ou mourir ». Il peut s’agir de citations d’un auteur ancien mais l’invention de devises était souvent confiée à des poètes de renom, du moins en Italie, si l’on en croit Paolo Giovio et d’autres théoriciens du genre (GIOVIO, 1978 : 79, 80 et 83).

Le corps de la devise : métaphore, symbole ou comparant

10La devise étant destinée à représenter des sentiments, son corps est souvent choisi en fonction d’une analogie et peut fonctionner comme métaphore, symbole ou comparant. Premier exemple de métaphore, la noria est une devise amoureuse célébrée unanimement par les théoriciens du XVIe siècle (GIOVIO, 1978 : 54 ; HOROZCO Y COVARRUBIAS, 1589 : fol. 60r). Dans le Cancionero General, elle est attribuée à deux personnages, avec une letra différente, dont la première est la plus connue :

El conde de Haro sacó una añoria, y dixo:
Los llenos de males míos
d’esperança los vazío. s. (1958 : 141r)

11Paolo Giovio reprend cette devise dans son traité, illustré dès sa deuxième édition, parue à Lyon en 1559. Le texte y est intégré à l’image, par le biais d’une banderole déployée autour de la noria (1562 : 26) (Figure 1). Dans la moitié gauche de l’image, le texte, « Los llenos de dolor », glose les godets pleins. Dans la moitié droite, « vazío [s] de speranza », les godets vides. Comme il se doit, le texte renvoie sans le nommer au corps de la devise, car pour qu’une empresa soit bonne, le nom de l’objet représenté par l’image doit être révoqué du texte.

12Une variante de cette devise figure dans le Cancionero General :

Jorge Manrrique sacó por cimera una añoria con sus alcaduces llenos,
y dixo:
Estos y mis enojos
tienen esta condición
que suben del coraçón
las lágrimas a los ojos. (1958 : 141r)

13Cette fois, l’âme de la devise ne joue pas sur l’opposition pleins VS vides des godets, pour représenter l’amour souffrant et désespéré de l’amant martyr, mais sur l’analogie entre l’eau puisée par les godets de la noria et les larmes que la douleur tire du cœur de l’amant.

14Dans ses Emblemas morales, Sebastián de Covarrubias emblématise ce classique des devises amoureuses en associant la noria à la roue de la Fortune. Il invite à une lecture non plus horizontale (gauche = pleins ; droite = vides) mais verticale de la noria (haut = pleins ; bas = vides). Il fonde ainsi son emblème sur une double opposition : pleins VS vides et haut VS has, pour représenter les gloires de ce monde, dont l’homme peut être, tour à tour, comblé ou privé, suivant le mouvement de la roue, qui tantôt l’élève, tantôt l’abaisse (COVARRUBIAS, 1610 : fol. 255r) Figure 2.

15Une variante de la devise amoureuse de la noria est celle de l’alambic, qui joue sur deux éléments : l’eau et le feu. L’alambic d’or battu fonctionne comme une métaphore du cœur de l’amant malheureux, qui, sous le feu secret d’un amour désespéré, distille les larmes qui lui sortent des yeux :

Sacó Ipólito de Castril una ropa de brocado pardillo, con una cortapisa
y faxas de raso pardillo con unos alambines de oro de martillo
sembrados por ellas, con una letra que dezía:
El fuego qu’el coraçón
siente secreto d’enojos,
sale en agua por los ojos. (Cuestión de amor, 2006: 323)

16Le corps des devises héroïques symbolise généralement l’objectif que s’assigne celui qui les porte. Le terme empresa, dérivé du verbe emprender, prend alors tout son sens. Le bouclier du marquis de Pescara, à la bataille de Ravenne, accompagné du mote « Aut cum hoc, aut in hoc » (« Soit avec celui-là, soit dans celui-là »), par référence au bouclier Spartiate, représente la seule alternative qui s’offre au combattant : « vaincre ou mourir » (GRACIÁN, II, 1969 : 213) Figure 3.

17La devise héroïque d’un autre grand capitaine des guerres d’Italie, Marco Antonio Colonna, exprime la même idée sous une forme différente. Une palme et une branche de cyprès croisées, accompagnées de la sentence latine « Erit altera merces » (littéralement « La récompense sera l’une ou l’autre »), signifient, comme l’écrira Gracián « ο vencer con la palma, ο morir con el ciprés » (GRACIÁN, II, 1969 : 213). Cette devise est l’objet d’un vibrant éloge dans le recueil de Paolo Giovio, qui en attribue l’invention au poète Marc’Antonio Casanueva (GIOVIO, 1562 : 60) Figure 4.

18L’analogie entre le corps de la devise et les sentiments ou l’état d’âme de celui qui l’arbore peut être explicitée par une comparaison, dans l’âme qui l’accompagne. Le papillon de nuit qui se brûle à la flamme sert de corps à une devise attribuée à Âlvaro de Mendoza, comte de Castro, dans le Cancionero General. Dans l’âme de la devise, l’amant compare son sort à celui de l’insecte :

Desatinado animal
Vámonos en compañia
Pues que la pena mortal
De la tu loca porfía
Paresce mucho a la mía. (1958 : 140v)

  • 2 Toutefois, la devise spirituelle est également cultivée par des chrétiens de confession protestante (...)

19Le papillon se brûlant à la flamme, métaphore récurrente de la poésie amoureuse, est repris dans le dialogue de Paolo Giovio, avec un texte en italien : Vivo piacere così conduce a morte (GIOVIO, 1562 : 239). Figure 7. Juan de Borja l’intègre à son recueil d ‘Empresas morales, paru pour la première fois à Prague en 1581. Le mote « Fugienda peto » (« Je recherche ce que je devrais fuir ») et le commentaire en prose qui précède la devise gravée, orientent vers le desengaño. Le papillon fait ainsi figure d’exemple à ne pas suivre pour l’homme soucieux de son salut. Figure 8. L’empresa de Juan de Borja se rattache à un genre hybride, qui se développe dans l’Espagne de la contre-réforme : la devise morale et spirituelle2. Parallèlement, un autre genre « iconico-littéraire », l’emblème, puise dans le répertoire de l’empresa, qui le précède chronologiquement. Ainsi, nous avons vu que Sebastian de Covarrubias « emblématisait » la noria pour lui donner une portée morale et universelle.

20Dans les exemples que nous venons de donner, la devise repose sur une analogie entre l’objet ou l’animal représenté (le corps) et les sentiments amoureux ou héroïques qu’entend afficher celui qui l’arbore. Nous nous intéresserons maintenant à des cas où le mot désignant le corps de la devise suscite toute une série de jeux rhétoriques, fondés sur une ressemblance verbale, totale ou partielle.

Corps de la devise et agudeza

21Le corps de la devise peut être choisi pour la ressemblance verbale existant entre les mots qui désignent respectivement le corps de la devise et le sentiment à exprimer. Lorsque cette ressemblance est totale, ces mots étant homonymes, voire homographes, le mote est fondé sur des jeux rhétoriques tels que la dilogie, le calembour, l’antanaclase.

22Arnalte, protagoniste du Tractado de amores de Arnalte y Lucenda de Diego de San Pedro, porte un manteau brodé de fleurs de sésame (en espagnol alegria), à l’occasion d’une mascarade aristocratique :

Pero con el pinzel de la vitoria [en] que estava, matizava la pena por venir, y ansí [unas matas] de alegria en el manto bordadas saqué; dezia la letra así:

Éste, triste más que hombre
que muere porque no muere
bivirâ cuando biviere
sin su nombre. (SAN PEDRO, 1973 : 113-114)

23Le corps, matas de alegria, suscite une double dilogie. La première repose sur l’homophonie et l’homographie du premier terme, matas, pluriel de mata (« pied d’une plante »), et de matas, deuxième personne du singulier du verbe matar, ce qui permet de convoquer dans le texte le topique de la dame assassine et le paradoxe cancioneril et sentimental du muerο porque no muero, que Thérèse de Jésus reprendra a lo divino dans un poème célèbre. La seconde joue sur l’homophonie et l’homographie d ‘alegria, qui désigne à la fois les fleurs de sésame brodées sur le manteau d’Arnalte, corps de la devise, et la joie dont l’amant martyr est privé. Ce type de devise abonde, forgé sur l’association de matas et du nom d’un végétal bien choisi, qu’il s’agisse d’orties, d’immortelles ou encore de mauves, qui se prêtent au calembour rebattu mal-va.

  • 3 Sur le calembour mal –va, attesté dès le Libro de Buen Amor et récurrent dans les devises cf. Cuest (...)

24Le corps de certaines devises espagnoles, comme la fleur de mauve, que nous venons de citer, peut se passer d’âme, car le mot qui le désigne, ici malva, en tient lieu, grâce à un calembour ou dissociation. Mal va peut ainsi représenter la mauvaise tournure des amours d’un gentilhomme (GIOVIO, 1978 : 54)3 ou celle des affaires du Royaume, dans un apophtegme attribué fréquemment aux Rois Catholiques (GRACIÁN, 1969 : « Discurso XXXIII. De los ingeniosos equívocos » 58 ; LÓPEZ DE ÚBEDA, 1977,1 : 88-89).

25Une devise amoureuse célèbre, également dépourvue de mote, a pour corps un caneton (anadino), grâce auquel un gentilhomme adresse un message, sous forme de calembour, à une dame prénommée Ana (Ana di no), pour la dissuader d’en épouser un autre (GRACIÁN, 1969, II, « Discurso XXXI. De la agudeza nominal » : 38 ; GIOVIO, 1562 : 54, GÓMEZ DE LA REGUERA, 1991 : 72 ; HOROZCO Y COVARRUBIAS, 1589 : fol. 66v). Cette absence de mote déroge à la cinquième règle énoncée par Paolo Giovio, qui veut que les devises aient un corps et une âme.

26L’antanaclase, qui consiste à répéter un mot dans deux sens différents, est une autre forme d’équivoque dont Gracián cite un exemple emprunté aux devises héroïques :

La [agudeza] del equívoco contenía aquél [el mote] que dimos a un valeroso caudillo de la caballería, tan eminente en las letras como en las armas, era la empresa muchas armas, lanzas, partesanas, canones, etc., como en un haz, y que las ataba una serpiente, jeroglífico de la sabiduría. El mote: Vincit dum vincit, equivoco de los dos verbos: vincio atar, y vincio veneer, queriendo decir que cuando la prudencia ata y une, las armas vencen. (GRACIÁN, 1969 : 213)

27Ici, les deux figures principales du corps de la devise, le faisceau d’armes et le serpent, symbole de sagesse, sont successivement prises comme sujet d’un verbe à la forme identique mais à l’étymologie et aux sens différents.

28Lorsque la ressemblance entre les noms désignant respectivement le corps de la devise et le sentiment à exprimer n’est que partielle, nous avons soit des devises-rébus, soit des devises dont le corps se prête à des jeux tels que l’anagramme, le polyptote ou la figure étymologique, souvent associée au calembour, la paronomase.

  • 4 Sur les rébus-imprese pour l'Italie et les devises-rébus pour l'Angleterre, cf. CÉARD & MARGOLIN, 1 (...)

29L’une des formes récurrentes des devises amoureuses ou héroïques est le rébus, que Gracián considère comme proprement hispanique (GRACIÁN, 1969 : 215)4. Dans ce cas, l’image a deux fonctions. Elle sert de corps à la devise et de pictogramme au rébus. Associée à des lettres ou à un ou plusieurs mots, elle compose un texte.

30Un gentilhomme du roman à clés Cuestión de amor porte ainsi un costume dont la couleur jaune (amarillo), associée aux lettres RAR brodées sur sa poitrine, compose la devise amary llorar, où rébus et calembour se conjuguent, comme dans la plupart des cas. (2006 : 195)

31On retrouve le rébus dans une devise amoureuse qui associe une bague sertie d’un faux diamant à l’inscription gravée à l’intérieur. Cette inscription en araméen, lama sabachtani (« Pourquoi m’as-tu abandonné ? »), reprend les paroles du Christ en croix, à la neuvième heure, dans les évangiles de Matthieu, 27, 46, et de Marc, 15, 33. Le sens du message, qui repose sur un calembour ou dissociation et sur un rébus, est « Dis, amant faux, pourquoi m’as-tu abandonné (e) ? » (GRACIAN, 1969 : 215). Cette devise-rébus fonctionne aussi bien en français, en castillan et en italien, le texte invitant le destinataire à une interprétation a lo profane des paroles du Christ, adressées non à Dieu le Père, comme dans les évangiles, mais à un amant infidèle. Elle remonterait à une nouvelle de Masuccio Salernitano, où elle donne lieu à un développement narratif (MASUCCIO SALERNITANO, 1957 : 366-372. Novella XLI). Rabelais la reprend au chapitre XXI du Pantagruel, où le héros éponyme reçoit d’une dame de Paris un message singulièrement laconique : une feuille blanche accompagnée d’une bague. Après maintes tentatives de déchiffrement, Panurge découvre que la feuille blanche est vierge de toute inscription à l’encre sympathique (sang de crapaud, fiel de corbeau, sperme de baleine, etc.), que le diamant est faux et que, combiné à l’inscription gravée à l’intérieur de l’anneau, il compose le message : « Dis, amant faux, pourquoi me astu laissée ? » (RABELAIS, 1994 : 459-461).

32Une devise-rébus que l’on pourrait qualifier de burlesque, citée par Juan de Horozco y Covarrubias et plus tard par Gracián (GRACIÁN, 1969 : 215), associe un panier (canasta), en guise de pictogramme, à deux lettres, V M, devise que le premier attribue à un gentilhomme désireux de signifier à une dame qu’elle est trop âgée pour devenir sa femme : « Cana’stâ Vuestra Merced ». (1589 : 66v)

33Dans le registre burlesque, citons également le commentaire scatologique ajouté à une devise-rébus adressée par un amant navré à sa dame. Dans sa Floresta, Melchor de Santa Cruz l’attribue à don Alonso de Aguilar :

Uno traia en una capa bordada unas esportillas [sortes de couffins] y cabe cada una esportilla estas letras, Gado, que quiere dezir: Es por ti llagado [allusion à la blessure d’amour infligée par la dame], don Alonso de Aguilar se allegó a él, y le dixo: Señor si como es esportilla, fuera esportica [ce qui donnerait cagada au lieu de llagada], qué diria. (SANTA CRUZ, 1606 : 28r)

  • 5 D'après Paolo Giovio, cette devise aurait été arborée par le roi Alphonse II de Naples, à la batail (...)

34Les devises héroïques peuvent aussi adopter la forme d’un rébus. L’une d’elles, attribuée à divers personnages historiques suivant les recueils, associe l’image de trois diadèmes au mot valer, pour former la devise « Día de más valer »5. Figures 5 et 6. Le personnage souligne ainsi la gloire qu’il entend tirer des armes qui, d’après Gracián, lui vaudront trois couronnes : « [...] la primera, de hombre de honra, y pundonor ; la segunda, de valiente y esforzado capitân ; la tercera, de principe excelso y amigo de los suyos ». Dans un sermon de Pâques, un prédicateur célèbre, cité par Gracián, reprend a lo divino cette devise, en l’appliquant aux trois couronnes portées par le Christ en ce jour de victoire (GRACIÁN, 1969 : 67).

  • 6 D'après Paolo Giovio, cette devise aurait été arborée par le roi Alphonse II de Naples, à la batail (...)

35Proche du rébus, même s’il ne s’agit pas de pictogrammes mais de lettres tenant à la fois de corps et d’âme de la devise, citons les lettres de l’alphabet qui composent un texte, qu’elles soient seules ou associées à d’autres. Les lettres F qui parsèment les costumes des gentilshommes renvoient à leur foi amoureuse6 et dans le Libro del Cortesano de Luis Milán (lere édition, 1561), un couple marié arbore à l’occasion d’une chasse royale un costume brodé de pommiers chargés de fruits. Le mote de la devise, exclusivement composé de lettres, « L.S.D.L.A.Y.L.A.S.D.L. », célèbre l’union matrimoniale des deux époux : « Él es d’ella y ella es d’él » (MILÁN, 1874 : 13-14).

  • 7 Cf. Cuestión de amor : « Sacó Ruseller el Pacífico una ropa de brocado de oro tirado negro forrada (...)

36Le spectateur est parfois invité à trouver l’anagramme d’un mot désignant le corps de la devise, pour parvenir à en décrypter le sens. Ainsi, ramo (« rameau, branche, bouquet »), peut renvoyer à amor, qui en est l’anagramme7.

37L’anagramme peut être partielle, lorsque le spectateur est invité à deviner le nom de la bien-aimée, caché à l’intérieur du mot qui désigne le corps de la devise. Le nom de la dame suscite de nombreux jeux d’esprit dans les devises, comme dans la poésie lyrique des chansonniers de cour de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Ana, Juana et Isabel sont des prénoms qui se prêtent particulièrement à ces jeux. Gracián, dans son « Discurso XXXI. De la agudeza nominal », cite une devise jouant sur le nom Ana, qui figurait déjà dans la Floresta de Melchor de Santa Cruz :

Valióse del mismo nombre [Ana] otro para una empresa ο emblema;
pintó una áncora, y, por explicación, decía:
En el medio está mi pena,
Y en los fines quien la ordena.
Porque la mitad del nombre ancora es cor, que significa el corazón, y
las primeras y ultimas letras del mismo nombre An cor a, dicen Ana,
que era la que causaba el cuidado. (GRACIÁN, 1969 : 38)

38Le polyptote, figure de prédilection du conceptisme cancioneril, abonde dans les devises amoureuses, souvent associé à un calembour ou dissociation. Il consiste à employer un même mot dans un énoncé bref, avec plusieurs fonctions ou formes. À titre d’exemple, le costume d’un personnage de Cuestión de amor est parsemé d’écheveaux (en espagnol madejas) rouge et or, ainsi glosés dans l’âme de la devise : « No m’a dexado alegría/que dexe su compañía » (2006 : 172).

39Une figure proche du polyptote, l’annominatio ou figure étymologique, fondée sur l’emploi répété d’un lexème avec des variations quant à la forme, abonde dans les devises amoureuses. À titre d’exemple, voici la devise arborée par Flamiano, protagoniste de Cuestión de amor :

Ε assí le mostró unos paramentos y una guarnición de raso encarnado chapados todos de unos braseros de plata llenos de brasas, y la cimera de lo mismo, con una letra que dize:

Es imposible saltar
de las brasas donde muero
pues que m ‘abrasa Ί brasero. (2006 : 146)

40Enfin, la paronomase, rapprochement de mots semblables par le son mais dont le sens diffère, n’est pas rare. Nous en citerons un exemple tiré du recueil de devises morales de Juan de Borja. Le corps de la devise, une hotte chargée d’oignons, hiéroglyphe des larmes, s’accompagne d’un mote latin centré sur une paronomase : Honos et onus (littéralement « Honneur et poids »), qui signifie que l’honneur de ce monde est source de peines et de larmes (BORJA, 1981 : 246-247).

  • 8 Cf. Cancionero de Garci Sánchez de Badajoz, 1958 : 288, 290-292.

41Jusqu’à maintenant, nous avons vu des devises fondées sur un rapport d’analogie entre la figure choisie (le signifiant) et le signifié. Mais, comme le souligne Gracián, la devise peut également être fondée sur un rapport d’opposition contraposición, (GRACIÁN, 1969 : 214) ou sur un paradoxe. Le recueil de devises « Letras y figuras » d’un cancionero manuscrit déjà cité, en offre plusieurs exemples. Le corps ou le corps-pictogramme, quand il s’agit de devises-rébus, est une tête de mort ou un squelette8. Il sert de support à des variations sur le paradoxe cancioneril « muero porque no muero », qui assimile la vie de l’amant martyr à une mort librement consentie et sa mort à une résurrection. Une devise de la section des « glosas de motes » du Cancionero General est centrée sur ce paradoxe : « En la muerte esta la vida » (1958 : 144r). Elle sera transposée a lo divino dans les Emblemas morales de Juan de Horozco y Covarrubias, pour signifier que la mort permet d’accéder à la vraie vie, c’est-à-dire la vie éternelle. Les signes Mort/Vie sont ici traduits respectivement par des crânes et des ossements fécondant un sarment de vigne, symbole christique clair, qui renvoie à la résurrection et à la rédemption. Un second emblème répond au premier dans le recueil, sous forme de retruécano : « En la vida esta la muerte ». On y retrouve les mêmes figures, le crâne et la vigne, mais avec une différence significative : un seul crâne aux dimensions beaucoup plus imposantes, tourné vers le spectateur pour un memento mori, coiffe le sarment de vigne (HOROZCO Y COVARRUVIAS, 1589 : 85r et 143r) Figure 9.

42Nous avons pu voir, à travers ces exemples, que le point de départ de la pointe est presque toujours le corps de la devise, c’est-à-dire sa partie iconique. Certaines devises sont fondées sur une analogie entre signifiant et signifié, le corps de la devise étant utilisé comme métaphore, symbole ou comparant, pour exprimer les sentiments de celui qui l’arbore. D’autres se fondent sur une ressemblance verbale, totale ou partielle, entre le mot désignant le corps de la devise et le sentiment affiché par son porteur. Ces ressemblances suscitent dans le mote, c’est-à-dire dans l’âme de la devise, des jeux rhétoriques variés : équivoque, anagramme, rébus, calembour, polyptote et figure étymologique, paronomase. D’autres enfin se fondent non sur une analogie mais sur une opposition entre signifiant et signifié.

43De même qu’un bon inventeur de devises doit révoquer la figure humaine de l’image ou corps de la devise, de même doit-il bannir de l’âme de la devise tout nom d’objet représenté dans l’image. Mais ce nom est virtuellement présent dans le texte, grâce à la pointe. Qu’il s’agisse d’un jeu sur l’équivoque ou que l’inventeur fonde l’âme de la devise sur une anagramme, un polyptote ou une figure étymologique, c’est sur le nom de l’objet représenté que se fonde la pointe, dans l’âme de la devise. Ces jeux de l’esprit associant image et texte ont été regardés avec un soupçon de mépris par certains commentateurs, dès l’époque de la Renaissance. Ils appartiennent, pourtant, à l’histoire de la poésie et du conceptisme et témoignent de pratiques courtisanes précoces de l’art de la pointe, dont Gracián se montre parfaitement conscient lorsqu’il accorde aux empresas une place de choix dans son Agudeza y arte del ingenio. De l’image poétique à l’image iconique, il n’y a d’ailleurs qu’un pas, et les échanges s’opèrent dans les deux sens. Nous pensons, par exemple, à l’alambic, corps d’une devise amoureuse du début du XVIe siècle, que nous retrouvons dans une chanson de Garcilaso et dans la Diana de Jorge de Montemayor (Garcilaso de la VEGA, 1995, Canción IV : 79, vv. 61-69 ; MONTEMAYOR, 1996 : 67). Enfin, les exemples de la noria et du papillon qui se brûle à la flamme illustrent la perméabilité de l’emblème à la devise, genre « iconico-littéraire » qui le précède chronologiquement. Dans le contexte de la contre-réforme, se développe aussi un genre nouveau, la devise morale et spirituelle, qui reprend la structure de la devise mais s’en éloigne par son message moral et religieux et par sa portée universelle.

Fig. 1 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 26

Fig. 2 – Sebastian de Covarrubias, Emblemas morales, fol. 255r

Fig. 3 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 89

Fig. 4 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 269

Fig. 5 – Francisco Gómez de la Reguera, Empresas de los reyes de Castilla y León. Devise attribuée au roi Ferdinand III le Saint : Diademas Valer (« Dia de más valer »)

Fig. 6 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 30

Fig. 7 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 239

Fig. 8 – Juan de Borja, Empresas morales, p. 66-67

Fig. 9 – Juan de Horozco y Covarrubias, Emblemas morales, fol. 85r et 143r

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BLANCO, Mercedes (1992), Les rhétoriques de la pointe : Baltasar Gracián et le conceptisme en Europe, Paris, Honoré Champion.

BORJA, Juan de (1981), Empresas morales, éd. de Carmen Bravo-Villasante [facsimilé de l’édition de Bruxelles 1680], Madrid, Fundación Universitaria Española.

Cancionero de Garci Sánchez de Badajoz (1980), éd. de Juana Castillo, Madrid, Nacional.

Cancionero General de Hernando del Castillo [1511] (1958), édition en facsimilé d’Antonio Rodriguez Moñino, Madrid, Real Academia Española.

CASTIGLIONE, Baldassar (1987), Le Livre du Courtisan, présenté et traduit par Alain Pons, Paris, Gérard Lebovici.

CÉARD, Jean & MARGOLIN, Jean-Claude (1986), Rébus à la Renaissance : des images qui parlent, Paris, Maisonneuve et Larose.

COVARRUBIAS, Sebastian de (1610), Emblemas morales, Madrid, Luis Sánchez.

Cuestión de amor (Valence : Diego de Gumiel, 1513) (2006), édition, introduction et notes de Françoise Vigier, Paris, Publications de la Sorbonne/Presses de la Sorbonne Nouvelle.

GIOVIO, Paolo (1978), Diálogo dell’imprese militari e amorose, éd. de Maria Luisa Doglio, Roma, Bulzoni.

— (1562), Diálogo de las empresas militares y amorosas [traduction espagnole], Lyon, Guillaume Rouillé.

GÓMEZ de la REGUERA, Francisco (1991), Empresas de los reyes de Castilla y Léón, éd. de César Hernandez Alonso, Valladolid, Publicaciones de la Universidad de Valladolid.

GRACIÁN, Baltasar (1969), Agudeza y arte de ingenio, éd. d’Evaristo Correa Calderón, Madrid, Castalia, « Clâsicos Castalia », n° 14-15.

HOROZCO y COVARRUBIAS, Juan de (1589), Emblemas morales, Segovia, Juan de la Cuesta.

LÓPEZ de ÚBEDA, Francisco (1977), La Pícara Justina, éd. d’Antonio Rey Hazas, Madrid, Nacional.

LÓPEZ PINCIANO, Alonso (1973), Philosophía antigua poética [1ère édition 1596], éd. d’Alfredo Carballo Picazo, Madrid, CSIC.

MASUCCIO SALERNITANO (1957), Il Novellino con appendice di prosatori napoletani del’400, éd. de Giorgio Petrocchi, Firenze, Sansoni.

MILÁN, Luis (1874), Libro intitulado el Cortesano, Madrid, Sucesores de Ribadeneyra.

MONTEMAYOR, Jorge de (1996), La Diana, éd. de Juan Montera, étude préliminaire de Juan Bautista de Avalle-Arce, Barcelona : Crítica, « Biblioteca Clásica », n° 35.

MONTENAY, Georgette de (1571), Emblèmes ou devises chrétiennes, Lyon, Jean Marcorelle.

RABELAIS, François (1994), Les cinq livres, éd. critique de Jean Céard, Gérard Defaux et Michel Simonin. Préface de Michel Simonin, Paris, Librairie Générale Française, coll. La Pochotèque. Classiques Modernes.

RICO, Francisco (1990a), « Unas copias de Jorge Manrique y las fiestas de Valladolid en 1428 » in Textos y contextos. Estudios sobre la poesía del siglo XV, Barcelona, Crítica.

— (1990b), « Un penacho de penas. Sobre tres invenciones del Cancionero General » in Textos y contextos. Estudios sobre la poesia del siglo XV, Barcelona, Critica : 189-227.

SAN PEDRO, Diego de (1973), Tractado de amores de Arnalte y Lucenda in Οbras complétas, I, éd. de Keith Whinnom, Madrid, Castalia, « Clásicos Castalia », n° 54.

SANTA CRUZ, Melchor de (1606), Floresta española de Apotehgmas [sic] ο Sententias Sabia y graciosamente dichas, de algunos Españoles, Bruxelles, Roger Velpius.

VEGA, Garcilaso de la (1995), Obra poética y textos en prosa, éd. de Bienvenido Morros, étude préliminaire de Rafael Lapesa, Barcelona, Critica, « Biblioteca Clásica », n° 27.

Notes

1 Le théoricien italien de l'impresa énonce les cinq règles à respecter pour qu'une devise soit bonne. La cinquième est qu'elle doit se composer d'un corps et d'une âme. Juan de reprend et développe ces règles (HOROZCO Y COVARRUBIAS, 1589 : Livre I, fol. 44v-52r.

2 Toutefois, la devise spirituelle est également cultivée par des chrétiens de confession protestante, comme en témoignent les Emblèmes et devises chrétiennes de Georgette de Montenay (MONTENAY, 1571).

3 Sur le calembour mal –va, attesté dès le Libro de Buen Amor et récurrent dans les devises cf. Cuestión de amor, 2006 : 152-153, note 116.

4 Sur les rébus-imprese pour l'Italie et les devises-rébus pour l'Angleterre, cf. CÉARD & MARGOLIN, 1986, chap. 5. Contrairement à ce qui est écrit dans cet ouvrage, l'Espagne n'est pas « ignorante des rébus ».

5 D'après Paolo Giovio, cette devise aurait été arborée par le roi Alphonse II de Naples, à la bataille de Campomorto (GIOVIO, 1978 : 57). Francisco Gómez de la Reguera l'attribue à Ferdinand III le Saint, roi de Castille et León (REGUERA, 1991 : 72). Cf. Cuestión de amor, 2006 : 193 et le recueil de « Letras y figuras » inclus dans un cancionero

6 D'après Paolo Giovio, cette devise aurait été arborée par le roi Alphonse II de Naples, à la bataille de Campomorto (GIOVIO, 1978 : 57). Francisco Gómez de la Reguera l'attribue à Ferdinand III le Saint, roi de Castille et León (REGUERA, 1991 : 72). Cf. Cuestión de amor, 2006 : 193 et le recueil de « Letras y figuras » inclus dans un cancionero

7 Cf. Cuestión de amor : « Sacó Ruseller el Pacífico una ropa de brocado de oro tirado negro forrada de raso azul, con unos ramos del Domingo de Ramos porque dizen que valen contra los rayos, con una letra que dezía : No an servido pues mi vida/del mismo nombr'es herida » (2006 : 321). Ramo étant l'anagramme d'amor, la letra se réfère à la blessure d'amour du gentilhomme, que les rameaux n'ont pu protéger du coup de foudre.

8 Cf. Cancionero de Garci Sánchez de Badajoz, 1958 : 288, 290-292.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 26
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-1.jpg
Fichier image/, 300k
Légende Fig. 2 – Sebastian de Covarrubias, Emblemas morales, fol. 255r
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-2.jpg
Fichier image/, 472k
Légende Fig. 3 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 89
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-3.jpg
Fichier image/, 360k
Légende Fig. 4 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 269
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-4.jpg
Fichier image/, 332k
Légende Fig. 5 – Francisco Gómez de la Reguera, Empresas de los reyes de Castilla y León. Devise attribuée au roi Ferdinand III le Saint : Diademas Valer (« Dia de más valer »)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-5.jpg
Fichier image/, 408k
Légende Fig. 6 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 30
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-6.jpg
Fichier image/, 304k
Légende Fig. 7 – Paolo Giovio, Diálogo de las empresas militares y amorosas, p. 239
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-7.jpg
Fichier image/, 368k
Légende Fig. 8 – Juan de Borja, Empresas morales, p. 66-67
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-8.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Fig. 9 – Juan de Horozco y Covarrubias, Emblemas morales, fol. 85r et 143r
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6322/img-9.jpg
Fichier image/, 737k

Auteur

Université de Tours, CIREMIA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540