Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Espaces urbains du temps libre des femmes aux xixe et xxe siècles

Fiorenza Tarozzi

Volltext

LE POURQUOI D’UNE DISTINCTION DE GENRE

1Dans la société contemporaine les différents emplois du temps quotidien dépendent en grande partie des horaires de travail et du temps consacré au travail domestique et aux tâches familiales qui, à certaines périodes de la vie, occupe une place essentielle dans l’organisation du temps libre, tout particulièrement pour les femmes. La perception du peu de temps qu’elles ont à se consacrer à elles- mêmes et au contraire de la consistance de celui qu’elles consacrent aux autres (et aux tâches domestiques et familiales) fait partie, du reste, de l’histoire des femmes et du rôle de fille, d’épouse et de mère qui, au cours du temps, leur a été attribué.

2« La femme vit dans la maison » lit-on dans un manuel d’économie domestique en usage dans les écoles italiennes en 1950 :

  • 1 C. Piersanti, Lezioni di economia domestica per le alunne della scuola media, Bologna, Zanichelli, (...)

« Elle sait bien que vivre à la maison ne veut pas dire seulement partager de tout cœur les soucis de ses proches, assister avec la délicatesse d’une petite sœur un malade, être attentive et diligente, conciliante et forte, tenace et prudente ; cela ne veut pas dire seulement se taire dans la douleur, donner du courage dans le danger, inciter au bien, accompagner dans les difficultés, sourire aux retours ; mais employer toutes les ressources de son esprit pour créer un climat d’ordre et de beauté, une atmosphère de sérénité constante »1.

3La femme, dans la société bourgeoise du xixe siècle comme dans les classes populaires, ne semblait rien vivre de moderne : tout simplement les devoirs qui, le siècle précédent, étaient considérés comme ceux des dames de bonne famille étaient étendus à toutes les jeunes filles, ils s’étaient uniformisés dans tout l’univers féminin, comme s’ils ne pouvaient absolument pas être remis en question. Et ces devoirs étaient : offrir soi-même à la maison, à son mari, à ses enfants.

4Il est donc vrai alors que le temps libre pour les femmes n’était (et n’est) qu’un rêve ? Ou bien, si l’on affronte la question dans une autre perspective, la mosaïque du temps féminin se révèle-t-elle, différente bien sûr de celle des hommes, mais avec plus de facettes ? Essayons cette autre lecture.

ESPACES ET MODÈLES DE TEMPS LIBRE AU FÉMININ

5Dans le tableau Il Pergolato (1866) Silvestro Lega représentait l’image du temps libre des femmes par des dames occupées à converser, par une petite fille qui jouait et il ajoutait de façon significative la bonne au travail qui s’apprêtait àles servir. À côté de l’attitude noble et du maintien étudié de ces figures, nous avons les lieux occasionnels de réunion pendant les brèves pauses de travail qui caractérisent le temps libre dans la société paysanne de ces mêmes années et que les tableaux de Cristiano Banti Riunione di contadine et Confidenze illustrent bien.

6Ces représentations mettent clairement en évidence l’opposition entre travail et repos, entre travail et loisir. Lewis Carrol, le « père d’Alice », perçoit, pour sa part, l’importance du temps et place brusquement face à son héroïne occupée à un jeu de petite fille, un lapin blanc rapide et extravagant, dont les courses frénétiques soulignent la lutte éternelle contre le temps, scandée par la montre qu’il porte au cou.

  • 2 L. Carroll, Alice nel paese delle meraviglie e nello specchi, Milano, Bompiani, 1970.

« Alice commençait vraiment à en avoir assez de rester assise sur le banc à côté de sa sœur, sans avoir rien à faire. Une fois ou deux elle avait jeté un coup d’œil sur le livre que sa sœur était en train de lire, mais il n’y avait ni images ni dialogues ; et je me demande bien à quoi ça sert de lire un livre sans images ni dialogues ? » pensait Alice2.

7À quoi cela sert de lire ? Ou mieux à quoi cela sert aux femmes de lire ? La réponse est assez simple : pour les femmes la lecture a représenté, en particulier dans les siècles passés, un des rares moments de distraction et ce qui n’est pas secondaire, une distraction qui leur a permis l’acquisition d’une éducation et d’une forme d’alphabétisation, si minime soit-elle. La femme, à qui l’accès à l’école fut longtemps limité ou à qui on ne concéda qu’une modeste instruction, était cependant souvent en mesure de lire (cet enseignement lui étant donné dans le cercle familial) parce que cela lui permettait d’être à son tour éducatrice de ses enfants. Bien évidemment il s’agissait de lectures édifiantes : on apprenait à lire sur les pages de la Bible, on apprenait à vivre à partir du texte sacré.

8Ce modèle de lecture fut dominant jusqu’à la fin du xviiie siècle ; une petite révolution eut lieu au cours du xixe, quand l’adolescente commença à se plonger dans la lecture de romans et par leur intermédiaire se créa un paradis artificiel. Le danger de ce tournant fut aussitôt perçu : le livre représentait une fuite du quotidien et de la paix domestique. Et qui plus est, la société était en danger, parce que ce genre de lecture ne prédisposait pas la femme aux idéaux traditionnels de mère, d’épouse, d’éducatrice, de protectrice de la maison, mais au contraire la transportait dans un monde idéalisé, loin des règles habituelles. Dans ce cas la femme lisait pour rêver, pour s’évader et donc pour échapper aux normes et aux conventions, exactement le contraire de ce qui lui était consenti. Cependant la lecture devint aussi pour les femmes un élément de socialisation. La lectrice multiplie les textes, les fait circuler et a besoin d’une structure qui lui mette à disposition un nombre de livres de plus en plus important. C’est ainsi que naquirent des sociétés de lectures, des bibliothèques pour le prêt, des cabinets de lecture ouverts aux femmes. Il ne s’agissait pas de lieux exclusifs, au contraire, des personnes très différentes aux intérêts variés pouvaient y accéder. Déjà nombreux en Allemagne, ils se répandirent très vite dans d’autres pays, jusque dans les centres secondaires. Dans un deuxième temps ces lieux devinrent de véritables centres de cultures où les femmes trouvaient de nouveaux repères, si elles ne craignaient pas les moqueries et les regards méfiants auxquels elles s’exposaient quand elles s’efforçaient d’acquérir une culture de façon autonome et de participer plus vivement à la vie politique et sociale.

9Quand les femmes du peuple abordèrent elles aussi la lecture, les conservateurs les plus invétérés ne manquèrent pas d’en souligner les dangers, en la désignant comme un moment d’oisiveté au sens péjoratif du terme. La publication de romans feuilletons ou de fascicules bon marché fut considérée comme une manifestation de mœurs dissolues, une forme de débauche néfaste autant que l’alcoolisme pour l’homme : le roman feuilleton (disait-on) produisait dans les cerveaux des femmes les mêmes ravages que la boisson dans les cerveaux masculins.

10Dans les milieux bourgeois du xixe, en revanche, on acceptait communément l’image de la jeune lectrice et des scènes où des petites filles jouent et des adolescentes lisent font partie d’une représentation que l’on retrouve souvent dans l’iconographie de l’époque, où l’on peut voir aussi des jeunes filles qui jouent du piano, peignent ou brodent, qui jouent au volant ou passent leur journée entre repas, bals, visites de politesse et soirées au théâtre.

11À l’époque où le salon et la maison constituaient les lieux essentiels de la socialité, le théâtre était, à l’extérieur, un espace où les femmes jouaient un rôle de premier plan. C’étaient les dames et les demoiselles de la bonne bourgeoisie, pour lesquelles aller au théâtre faisait partie intégrante de la formation culturelle, qui étaient les animatrices des soirées théâtrales. Mais pour les femmes des classes plus élevées aussi, le théâtre représentait une distraction appréciée, très souvent proposée aussi dans les petits théâtres (qui ne manquaient presque jamais dans les maisons des nobles) où elles se produisaient avec le cercle de la famille et des amis et pour eux. Elles en ont laissé des souvenirs dans leur journal, elles l’ont raconté dans leurs échanges épistolaires.

12Si la soirée au théâtre restait en grande partie une expérience des classes les plus élevées, aux spectacles diurnes, qui se déroulaient dans les théâtres plus populaires et souvent dans les arènes, le public changeait : ouvriers, artisans, commerçants, mais aussi travailleurs et jeunes filles romantiques s’y pressaient ; pour eux on montait des spectacles « spéciaux », aux teintes fortes, avec des héroïnes féminines car ces séances étaient destinées aux blanchisseuses qui se reposaient du travail pénible des lessives ou aux travailleuses.

13Une autre distraction très féminine était le bal. À ce propos, il faut faire quelques observations. Alors que du cercle, lieu exclusivement masculin, les femmes étaient habituellement exclues, le cercle ouvrait ses portes aux dames, quand leur présence servait à créer une ambiance gaie et frivole, du moins comme l’entendaient les membres de sexe masculin ; pour les femmes, au contraire, en particulier pour les jeunes filles, le bal était une occasion de rencontre, un moment de socialisation auquel les mères préparaient leurs filles très scrupuleusement et avec une attention méticuleuse, suivant les principes inspirés par la bonne tenue, l’élégance, l’amabilité, la modestie. C’étaient là les qualités que les jeunes filles devaient faire apprécier au moment de leur entrée dans la société, débuts qui advenaient généralement à l’âge de dix-huit ans environ, à une soirée dansante.

14Et pour cette occasion les manuels d’éducation étaient bourrés de conseils et de recommandations. Ainsi Mantea (Gina Sobrero) écrivait-elle dans son manuel du savoir-vivre Le buone usanze (Les bonnes manières) :

  • 3 Mantea, Le buone usanze, Milano, Treves, 1912, p.35.

« Au bal, la jeune fille ne va pas trop décolletée, c’est de très mauvais goût [...]. Elle ne danse jamais deux fois avec le même cavalier, mais elle peut dans la soirée lui accorder plus d’un tour ; en dansant elle se tient droite mais pas raide morte, elle n’a pas l’air de s’abandonner dans les bras de son compagnon, elle ne boude pas mais il ne faut pas qu’elle bavarde trop ou qu’elle rie avec son danseur ; elle ne doit pas le regarder dans les yeux, mais elle ne doit pas non plus tourner la tête d’un autre côté comme s’il lui répugnait ; enfin elle est polie et sérieuse d’abord parce qu’elle doit l’être, ensuite parce qu’elle ne peut qu’y gagner »3.

15Le bal était aussi une distraction populaire. Sans aucun caractère officiel dans ce cas, les soirées de bal se déroulaient de façon plus spontanée, les comportements étaient plus naturels.

SORTIR : LA FEMME NOUVELLE

16Le long xixe siècle, qui s’ouvre, selon les historiens, par la grande révolution en France et se termine par la Première Guerre mondiale, voit les femmes entrer sur la scène politique avec Olimpie de Gousge qui rédige une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791, et avec leur présence individuelle dans les clubs jacobins ou leur participation collective sur les places. Ce siècle les repousse dans la famille, dans la condition de compagne de l’homme qu’on estime fondamentale pour elles, de reproductrice de l’espèce, d’éducatrice des enfants. Il les fait entrer dans le monde du travail au moment de la révolution industrielle et, dans ce nouvel espace, l’individu femme peut devenir semblable à l’individu homme, au travailleur et au citoyen jusqu’à rompre les liens symboliques qui le rattachent à son père et à son mari, et enfin il lui permet d’accéder, par le féminisme naissant, à des espaces publics pour une participation à la vie politique.

  • 4 E. J. Hobsbawm, L’età degli imperi, Roma-Bari, Laterza, 1987.

17C’est dans la deuxième moitié du xixe siècle qu’un nouveau modèle féminin commence à s’affirmer, que les contemporains appelaient « la femme moderne » et que l’historien E. J. Hobsbawm a défini comme « la femme nouvelle »4. Distinguer ce qui caractérise cette modernité et où les traits de la nouveauté apparaissent de façon plus évidente signifie faire une lecture au féminin d’une histoire lue jusque-là en grande partie comme une histoire d’hommes. Les espaces occupés ou occupés différemment constituent un élément important pour ces évaluations.

18C’est certainement la rencontre avec le monde industriel qui a provoqué les transformations les plus évidentes. Dans la société préindustrielle la vie de la femme est caractérisée par l’indissolubilité des tâches domestiques et du travail : à la campagne la femme travaille comme l’homme, chez les artisans elle aide son mari dans la gestion de la boutique. Mais c’était une époque où les espaces ne se distinguaient pas : maison et lieu de travail coïncidaient et les rythmes irréguliers étaient imposés par des facteurs internes et externes à la famille, au groupe, au village. De même les activités de fabrication maison typiquement féminines s’exerçaient dans le cadre domestique.

19Le processus de modernisation, dont la révolution industrielle constitue le moment fort, transforme en partie aussi les modèles féminins. Cela est bien sûr essentiellement un effet de la révolution économique mais aussi de la séparation de la maison et du lieu de travail. Certes, pour une grande partie des femmes cette nouveauté marqua un recul, et signifia les réduire au rôle de ménagères, sujets qui n’étaient plus en mesure de produire un revenu ; pour d’autres au contraire ce fut l’occasion de sortir de la maison, de trouver un nouvel espace et un nouveau travail qui ne soient plus ceux de la bonne, de la servante mais aussi ceux de la vendeuse, de l’employée, de l’infirmière, de l’institutrice.

« La femme moderne pour nous est celle qui, libérée des préjugés médiévaux, rassérénée et forte grâce à une juste conception de la vie, rompt le joug séculaire que l’homme lui imposa selon la vieille théorie du droit du plus fort, et tout en restant féminine par sa douceur et sa bonté, sait défendre sa propre dignité et attribuer un prix à son travail ».

20C’est ainsi qu’en 1905 sur les pages de La donna socialista (un des hebdomadaires les plus intéressants destinés aux femmes du xxe siècle qui ne faisait que commencer) la directrice Ines Oddone Bitelli proposait à ses lectrices le nouveau modèle féminin, en tant que présence consciente auprès de l’homme à la maison et à l’extérieur, dans le monde de l’économie domestique et familiale, dans celui du travail comme dans celui de l’engagement social.

  • 5 M. Perrot, « Uscire », in G. Fraisse-M. Perrot, Storia delle donne. L’Ottocento, Roma-Bari, Laterz (...)

21Donc sortir : des habitudes, de la maison, du monde familier, de la tutelle des pères, des frères et des maris. Sortir : pour acquérir une plus grande liberté de mouvement dans la vie sociale. Sortir, comme l’écrit Michelle Perrot5, physiquement : se promener dans les rues, entrer dans les cafés, participer à un meeting, voyager. Ce qui signifiait aussi renouveler les espaces et en occuper de nouveaux : ceux de l’engagement social, ceux de l’engagement politique et ceux, plus personnels, du temps libre.

22La multiplication des offres, des occasions, la diffusion de nouvelles modes contribuèrent également à ce renouvellement des mentalités et des mœurs. L’une des premières est la mode des bains de mer. Si la mer dispensait largement ses bienfaits salutaires, les stations balnéaires dispensaient beaucoup d’espace et de temps pour le divertissement. Et les dames y avaient un rôle de premier plan et des places réservées. Le bain de mer ne constituait qu’un petit moment de la vie balnéaire, qui se déroulait en grande partie sur la terre ferme ; non sur la plage mais au cercle sportif, au café, dans les salles de bal. La plage était une ligne de frontière inhospitalière, mouvante, poussiéreuse, fastidieuse quand le vent se levait. L’absence d’une vie de plage dans la culture balnéaire du xixe (il est opportun de le répéter d’autant plus qu’il s’agit de femmes) était due aussi au fait qu’on ne reconnaissait aucune fonction thérapeutique au soleil, et que découvrir son corps était considéré comme immoral : longues chemises, robes de plage, peignoirs jusqu’aux pieds constituaient l’équipement indispensable pour les baigneurs. L’exposition en maillot de bain, surtout pour les dames, devait être réduite au minimum nécessaire et les structures des équipements balnéaires étaient essentiellement conçus pour préserver les baigneuses des regards. Et si sur les plages du nord les baigneurs, entièrement habillés, étaient conduits jusqu’à l’eau dans des cabines en bois tirées par des chevaux. Sur les plages méditerranéennes, on préférait les cabines qui donnaient directement sur la mer, et seulement à cet endroit-là les baigneurs et les baigneuses, après avoir ôté leurs vêtements et endossé des maillots extravagants, pouvaient se tremper et se baigner. Et on faisait très attention à éviter toute immoralité dangereuse : les cabines des hommes et celles des femmes étaient soigneusement séparées.

23L’utilisation des bords de mer et une familiarité grandissante avec la plage, dès le début du nouveau siècle, furent les signes de l’évolution des comportements des vacanciers. L’accoutumance avec « les activités et les gestes de la plage » qu’hommes et femmes acquirent progressivement produisait des changements non négligeables dans leurs comportements. Les milieux, les structures, la façon de s’habiller, tout changeait. Les femmes furent elles aussi les artisans de ces changements, en commençant à porter des maillots qui « sont ce qu’on peut imaginer de plus gracieux » et qui sont décrits ainsi sur les pages du Secolo illustrato (1892) :

« bas, noirs de préférence. Un corset serrera la taille, mais un corset tout à fait spécial en toile ajourée, en tulle, en canevas ou fileté, sans ressorts, avec de simples baleines, fermé devant par de petites ailes qui se croisent derrière et se serrent à volonté ».

24Le maillot de bain ne libérait pas le corps de la femme, au contraire il lui comprimait le buste encore plus que ne le faisaient les habits normaux, et ces mille oripeaux, ces fanfreluches et ces gracieux lacets empêchaient en fait les mouvements, l’exercice de la natation et symbolisaient l’immobilité, l’oisiveté absolue à laquelle les femmes étaient contraintes.

25Mais il suffit d’attendre quelques décennies et tout, ou presque, changea également sur les plages, espaces de plus en plus accueillants, bien équipés pour recevoir non seulement les aventureux ou les téméraires, mais les premiers amateurs d’un corps parfaitement bronzé. Le bronzage, mode bénéfique mais aussi hédoniste, conquit le sexe féminin encore plus que les hommes, les femmes se sentant de plus en plus libres de montrer leur propre corps. Il s’agit certainement d’une émancipation des mœurs, mais la nécessité de répondre aux exigences d’une industrie naissante telle que l’industrie de la cosmétique n’y fut pas étrangère, avec en particulier les crèmes hydratantes capables de maintenir la peau douce en lui donnant en même temps cet aspect sombre et raffiné, ce hâle en somme. Pour la femme de l’après Première Guerre mondiale le modèle le plus audacieux fut celui de Coco Chanel qu’une photographie de 1918 montrait étendue au soleil, « librement » dévêtue mais portant des gants parce qu’ » une femme du monde ne pouvait ni en public ni en privé montrer des mains de travailleuse ».

26Sur les plages, la femme du xxe siècle put donner libre cours à ses aspirations, faire ce que jusque-là, elle ne pouvait réaliser que dans des espaces clos : pratiquer un sport et libérer son corps des lacets, corsets, dentelles et froufrous ; plus aucune femme ne se sentait exemptée de porter, au bord de la mer, dans les journées ensoleillées d’été un maillot bénéfique à sa santé, qui en même temps en augmentait le charme et les capacités de séduction.

TOUTES SPORTIVES

27Le sport a accompagné la formation de la femme nouvelle en lui donnant de nouveaux espaces, une grande liberté de mouvement, et aussi un habillement plus léger, débarrassé des crinolines encombrantes, des corsets rigides et des mille lacets et cordons qui l’enveloppaient. La bicyclette devint un des symboles de cette petite révolution. Quand, au début, les femmes à bicyclette se montraient seulement dans les cercles sportifs, on estimait qu’il s’agissait simplement d’un passe-temps mondain, mais les femmes à bicyclette en ville étaient observées d’un regard de reproche et critiquées (il était inévitable pour monter sur le vélocipède de remonter sa jupe et de montrer sa cheville). On en vint à dire que pédaler n’était pas naturel pour les femmes, et même nocif pour leur santé. On utilisa l’arme de l’ironie pour essayer de ralentir une mode qui se répandait rapidement, on dénonçait le danger des femmes à bicyclette, on se servait des récits de collisions avec des voitures ou des personnes qui se promenaient tranquillement sur les trottoirs pour mettre au pilori les cyclistes.

  • 6 G. Maierhof-K. Schroder, Ma dove vai bellezza in bicicletta, Milano, La Tartaruga, 1993.

28Mais le vélocipède « était trop beau, nouveau, élégant, pratique, salutaire. Ainsi, un jour, même la fille du bourgmestre a enfourché le deux-roues. Un an plus tard sa mère l’imitait »6.

29C’était le début du nouveau siècle et désormais l’époque où les pédaleuses étaient des merles blancs n’était plus qu’un souvenir. Grâce au nouveau moyen de transport les femmes sortaient de chez elles, et on les dota aussitôt de manuels de comportement pleins de normes plus ou moins progressistes. Quelques-uns avec un certain sens de l’ironie se souciaient de l’aspect physiologique et conseillaient aux femmes-cyclistes de s’asseoir correctement et de « disposer la selle de manière qu’elles ne soient pas obligées de trop soulever les jambes et qu’elles puissent étendre commodément les bras pour saisir le guidon » (Vademecum delle velocipediste). D’autres rappelaient aux dames que, dans toutes les situations, elles ne devaient pas oublier de se tenir de façon impeccable et de tout faire « avec mesure ».

30Dans les milieux petits bourgeois, conservateurs par tradition, les dames qui pédalaient continuèrent longtemps à être traitées de « virago », ou pire encore de « femmes émancipées ». En 1896 une journaliste anglaise dit qu’elle était convaincue qu’une femme sur sa selle de bicyclette ne pouvait en aucun cas inspirer le désir d’être protégée et en tirait la conclusion qu’elle ne pouvait « éveiller l’intérêt de l’autre sexe ». En 1897 dans un journal de Hanovre on pouvait lire un article dont l’auteur allait jusqu’à soutenir que « les hommes préfèrent rester célibataires, plutôt que passer la vie aux côtés d’une pédaleuse ».

31Des inquiétudes encore plus fortes étaient suscitées par la question de la chasteté des filles en âge de se marier, quand elles pratiquaient ce sport, ou ce passe-temps si dangereux et si audacieux : le fait alarmant était que « les pédaleuses se casaient plus tôt que les autres » et pouvaient rencontrer leur futur mari sans le consentement de leur famille. C’est pourquoi les manuels de savoir-vivre pour les femmes insistaient sur la nécessité que les dames de compagnie ne laissent jamais seules les jeunes filles, ni même dans les écoles pour cyclistes. Et que dire alors du tandem ?

« Grâce au tandem la dame instaure un rapport de plus grande familiarité avec son accompagnateur, c’est pourquoi le savoir-vivre impose, avec de bonnes raisons, qu’en compagnie de la dame il y ait toujours un proche ou un ami de la famille ».

32Mais les femmes décidèrent de plus en plus nombreuses de pédaler et même de pédaler toutes seules : le rédacteur d’un autre vade-mecum pour les cyclistes, paru en 1897 était sûrement dans le vrai quand il indiquait la bicyclette comme un instrument appelé à briser l’étiquette, à rompre les conventions.

33Par le sport, ou mieux encore par l’exercice de la gymnastique les femmes découvrirent d’autres espaces publics et privés, non seulement physiques mais aussi mentaux, et surtout l’espace de leur propre corps et la nécessité de lui consacrer une bonne partie de leurs loisirs.

34Grâce à la propagande en faveur de la gymnastique et surtout en en faisant une matière scolaire, médecins, hygiénistes, pédagogues de la fin du siècle dernier entendaient former des jeunes filles douées d’une plus grande assurance, des caractères plus forts, des mères plus généreuses. La femme moderne devait se rénover non seulement dans le caractère mais aussi physiquement.

35L’exaltation de ce double aspect de mère solide dans l’esprit et dans le corps connut son apogée durant les régimes totalitaires du xxe siècle. Par exemple, le fascisme soutenait des modèles consolidés, entre autres le modèle de la femme occupant rôles, espaces et temps séparés et spécifiques par rapport à ceux de l’homme. On essayait de cette façon de combattre ce mythe américain qui commençait à hanter l’imagination de beaucoup d’intellectuels en Italie comme d’ailleurs dans une grande partie de l’Europe. La culture américaine défiait les vieilles distinctions entre élite et peuple, mais aussi entre hommes et femmes. En Amérique, disait-on, toute jeune fille dès qu’elle peut subvenir à ses besoins se libère de la tutelle paternelle et maternelle, et se percevant comme une unité séparée de l’homme, elle veut avec un sans-gêne grandissant en occuper les espaces, en suivre les modèles même pour ses loisirs.

36C’est aussi pour combattre ces nouvelles modes que le fascisme imposa aux jeunes femmes italiennes les vieux rôles d’épouse et de mère exemplaires, non sans les amplifier de façon non négligeable. L’ange du foyer ne devait pas limiter son action de service et d’aide à l’intimité du foyer, mais l’étendre à la société toute entière : assistance et propagande, éducation et hygiène des enfants, économie domestique, culture du jardin potager de la maison, assistance sociale dans les campagnes, dans les usines, dans les colonies à la mer et à la montagne, c’était là ses tâches supplémentaires, des travaux féminins jamais en rivalité avec ceux des hommes. Naturellement personne ne se demandait combien de temps la femme devait consacrer à ces activités, mais il est évident qu’elle les exerçait pendant ses loisirs, ou plutôt qu’elle prenait le temps sur ses loisirs. À cela s’ajoutait aussi le temps pour les assemblées, les parades, les défilés, les séances de gymnastique auxquels les femmes ne pouvaient pas se soustraire car ils étaient considérés comme des moments privilégiés de leur formation, comme un pivot de la politique du régime : de la politique démographique à la politique autarcique, avec une implication psychologique et idéologique aussi qui revêtit formes et mesures plus amples que prévu.

37Parmi les initiatives les plus importantes on peut citer l’obligation de l’éducation physique liée à la nécessité de donner une nouvelle sève à une population débilitée par la malnutrition, par les maladies endémiques et les très mauvaises conditions d’hygiène des villes, des maisons et des coutumes. L’introduction de l’éducation physique comme matière obligatoire à l’école, à côté d’une série d’organisations au caractère purement sportif, fit connaître à la femme une dimension de la vie inhabituelle pour elle : la fréquentation de gymnases et de stades, la promiscuité avec l’autre sexe. La culture du sport féminin promue par le fascisme eut des effets considérables : beaucoup de jeunes filles pratiquèrent un sport et au cours des samedis fascistes des années trente, des groupes scolaires entièrement féminins participaient à des manifestations de gymnastique rythmique ou aux défilés. Pour la première fois des compétitions régionales et nationales d’athlétisme, de basket et de natation furent organisées.

38La propagande à la fois prévisible et naïve pour inciter la femme à pratiquer une activité physique, convainquit progressivement les masses féminines de la nécessité de faire du sport, en considération de la valeur sociale et donc politique de cette activité. Il n’y eut pas, en revanche, une évaluation des changements profonds que cette propagande pouvait produire, car on ne comprit pas alors l’influence que le sport allait avoir comme facteur de changement au niveau de l’individu et de la société. En fait, avec le temps, des signes évidents révélèrent que la femme s’affranchissait peu à peu de la docile passivité avec laquelle jusque-là elle s’était conformée aux modèles de féminité que la tradition lui avait imposés.

39Un signe révélateur de ce processus de transformation peut être vu dans le fait qu’elle commença à accepter l’éducation physique non comme une obligation ou un devoir mais comme un choix.

40La femme « nouvelle » commença à prendre l’habitude de se ménager ou du moins à se chercher des espaces de temps destinés non seulement aux soins de sa personne, mais aussi à des activités ludiques telles que les activités sportives, et elle découvrit aussi qu’elle pouvait refuser de s’identifier avec le rôle de mère : pour accomplir son devoir de mère - qu’elle continuait à considérer comme le plus noble - il n’était pas nécessaire de s’annuler en lui et pour lui.

41Le sentiment de libération que cette découverte-conquête provoqua en elle l’incitait à prendre mieux soin de son corps et à ne pas renoncer à son charme même après l’accouchement (ce sentiment, toutefois, est resté longtemps élitaire, il ne s’est étendu à un grand nombre de femmes que durant ces dernières décennies, où l’on a vu se multiplier les salles de gymnastique fréquentées par des femmes de différents milieux sociaux et avec des horaires fonctionnels pour ménagères, employées, travailleuses, retraitées).

42Si ce processus de détachement des rôles traditionnels, pendant les années du régime fasciste, concerna surtout les milieux urbains, les classes moyennes et celles de la haute bourgeoisie, effleurant à peine les zones rurales (où, entre autres, le taux des jeunes qui manquaient l’école était encore élevé, quand la scolarisation était le moyen privilégié de l’initiation à l’éducation physique), la diffusion de la culture du sport devint un phénomène de mœurs. La presse prit conscience du phénomène et dans les journaux féminins conseils, encouragements, recommandations se multiplièrent. Dans ce but de divulgation de la gymnastique, aux côtés de la presse, la radio se mobilisa : allumée à la bonne heure, sœur radio pouvait donner les ordres pour l’exécution d’exercices utiles. Et les journaux à la mode commencèrent à proposer des « modèles sportifs » créés par l’industrie de l’habillement qui, comme l’industrie cosmétique, était toujours prête à tirer profit des changements et des conditionnements des mœurs.

43Comme il a été dit, cette culture du sport exclut beaucoup de catégories sociales et s’implanta en particulier dans les milieux de la haute bourgeoisie où elle prit souvent un caractère snob qui en dénatura le rôle et les fonctions les plus authentiques. Cela devint une mode, pour les femmes qui pouvaient se le permettre, de pratiquer des sports tels que le golf, la voile, l’équitation, et les meetings sportifs se transformèrent en rencontres mondaines telles qu’elles l’avaient été au début. Les loisirs comme le ski, la natation, le tennis, la régate de voiliers avaient pour les jeunes filles des années trente la même fonction que l’art de jouer d’un instrument ou de converser imposés aux jeunes filles de leur âge du siècle précédent : ils permettaient de vivre en société, ils offraient l’occasion de rencontres avec des jeunes gens de bonne famille et par conséquent augmentaient la possibilité d’un excellent mariage.

44Quand on commença à percevoir les premiers effets que la promotion du sport avait produits sur les habitudes des femmes, on s’alarma et on tenta de dresser de nouvelles, ou plus exactement de vieilles barrières. L’activité physique des femmes fut accusée de provoquer des dommages à l’appareil génital et de porter atteinte à la pudeur. Sociologues, écrivains, médecins, et bien sûr l’Église commencèrent à diffuser des informations alarmantes concernant les effets nocifs du sport sur la procréation, mission féminine par excellence. Le seul élément positif de cette polémique rétrograde fut l’entrée en scène de médecins du sport, ce qui démarra la recherche scientifique dans le domaine des rapports entre physiologie féminine et activité physique.

45Une guerre vint à nouveau rompre ce système, une guerre qui appela les femmes à des tâches nouvelles et différentes ; elles n’eurent plus le temps de se consacrer à elles-mêmes justement quand elles commençaient à s’habituer à le faire.

46Et ce ne fut certes pas facile de recommencer dans l’après-guerre, quand tout en leur attribuant des fonctions partiellement actives par rapport au passé, le monde qui les entourait continuait à nourrir des préjugés, des préventions à leur égard et à les laisser à mi-chemin entre une famille hiérarchisée et une société qui se modernisait, entre un corps de mère et un corps qui pouvait oser.

47Les femmes devaient s’engager à nouveau sur un chemin montant pour atteindre des résultats à des moments différents dans les domaines politique, économique et social.

48Le tableau semble changer seulement au cours de ces dernières décennies. En effet, c’est quand un changement dans la relation du couple, accompagné d’un nombre croissant d’appareils électroménagers, qui libèrent les femmes et leur permettent d’avoir du temps libre et c’est quand, dans le même temps, la science médicale a associé directement le corps sain et le corps athlétique que la passion pour le sport explose à nouveau. Partout des salles de sport, des centres de bien-être très fréquentés par les hommes et les femmes, où il est possible, comme il est d’usage de dire aujourd’hui de « se maintenir en forme ». Et quand la salle de gymnastique n’est pas près de chez soi (lieu d’ailleurs où on socialise beaucoup) et que l’on a quand même envie de se donner du mouvement on peut se consacrer au hobby de la course à pied, ou bien s’installer devant le téléviseur, insérer une des nombreuses cassettes vidéo qui présentent des cours de gymnastique, et exécuter les mouvements que des vedettes ou des cover-girls plus ou moins célèbres proposent.

Literaturverzeichnis

Bibliographie :

On a peu écrit sur le temps libre des femmes, nous signalons sur ce sujet :

F. Tarozzi, « Il tempo libero delle donne tra Otto e Novecento », in D. Gagliani et M. Salvati (dir.) Donne e spazio nel processo di modernizzazione, Quaderni di Discipline storiche dell’Università di Bologna, Bologna, Clueb, 1995, et la section Donne e tempo libero des miscellanées Tempo libero e società di massa qui comprennent des essais de F. Tarozzi, M. De Giorgio, G. Turnaturi, M. Ridolfi. Des pages intéressantes sur le temps des femmes peuvent être lues dans la collection Storia delle donne, de M. Perrot et G. Duby, en particulier L’Ottocento (dir. de G. Fraisse et M. Perrot), Rome-Bari, Laterza, 1991 et Il novecento (dir. de F. Thebaud), Rome-Bari, Laterza, 1992 ; et encore dans : M. De Giorgio, Le Italiane dall’ unità ad oggi, Rome-Bari, Laterza,1992 ; V. De Grazia, Le donne del regime fascista, Venise, Marsilio,1993. Une lecture agréable : le petit livre de G. Maierhof-K. Schröder, Ma dove vai bellezza in bicicletta, Milan, éd. La Tartaruga, 1993. Pour saisir la mentalité et le climat culturel des milieux bourgeois du xixe les manuels de savoir-vivre sont particulièrement utiles, comme pour le xxe les livres d’économie domestique enseignée aux jeunes filles. Parmi les premiers nous rappelons : Marchesa Colombi, La gente per bene. Leggi di convenienza sociale, Turin, ed. « il giornale delle donne »,1877 ; M. Serao, Saper vivere, Florence Laudi, 1900 ; Mantea, Le buone usanze, Milan, Treves, 1912. Parmi les seconds : E. Randi, Economia domestica, Florence Marzocco, 1949 ; C. Piersanti, Lezioni di economia domestica, Bologne, Zanichelli, 1950.

Anmerkungen

1 C. Piersanti, Lezioni di economia domestica per le alunne della scuola media, Bologna, Zanichelli, 1950, p. 2-3.

2 L. Carroll, Alice nel paese delle meraviglie e nello specchi, Milano, Bompiani, 1970.

3 Mantea, Le buone usanze, Milano, Treves, 1912, p.35.

4 E. J. Hobsbawm, L’età degli imperi, Roma-Bari, Laterza, 1987.

5 M. Perrot, « Uscire », in G. Fraisse-M. Perrot, Storia delle donne. L’Ottocento, Roma-Bari, Laterza, 1991.

6 G. Maierhof-K. Schroder, Ma dove vai bellezza in bicicletta, Milano, La Tartaruga, 1993.

Autor

Université de Bologne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540