Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Attitudes des familles face à la normalisation linguistique en Galice (1987-1993)

Antoine Fraile

Full text

  • 1 Antoine Fraile, Normalisation et politique linguistiques en Galice (1983-1993) : Quels acteurs pou (...)

1Les travaux que j'effectue en ce moment concernent la normalisation du galicien et la politique linguistique qui est menée dans cette Communauté Autonome depuis 19831. Comme je m'intéresse de près à tous les acteurs de cette normalisation, il m'a semblé intéressant dans le cadre de ce colloque de tenter de dégager quelle pouvait être l'attitude, ou plutôt les attitudes, des familles devant l'introduction dans les cursus d'enseignement, du primaire à l'université, du galicien comme matière enseignée et comme langue utilisée pour l'enseignement des autres matières.

2Ce travail a donc été mené, dans un premier temps à partir de l'observation de la presse régionale entre 1987 et 1993. L'année 1987 n'a aucun caractère historique, mais représente l'année de publication du premier index thématique des articles de La Voz de Galicia, premier quotidien de la région. Par ailleurs, c'est également depuis 1987 que l'association A Mesa pola normalización lingüística (MNL) qui milite pour la normalisation du galicien, procède à une revue de presse quasi systématique des articles en rapport avec la langue. J'ai essayé ensuite de recouper ces sources avec des informations directes provenant des associations de parents d'élèves, mais il s'est avéré impossible d'entrer en contact dans les délais requis avec des responsables au niveau provincial ou régional. J'ai donc dû me contenter des quelques informations recueillies auprès d'une association, Asociación Gallega para la Libertad del Idioma (AGLI), fondée en 1988 à la Corogne par un groupe de parents de l'enseignement privé. Je me propose de procéder ensuite à une mise en regard des faits relevés avec les études chiffrées qui ont été réalisées avant d'esquisser quelques conclusions. Examinons tout d'abord, les faits que j'ai pu relever dans la presse depuis 1987.

La presse

  • 2 "Un grupo de padres del colegio coruñés Curros Enríquez se manifestó en contra de la enseñanza en (...)

3Le 22 septembre 1987, une centaine de parents d'un collège de la Corogne fait savoir qu'elle refuse que le galicien serve de support à l'enseignement de certaines matières2. A la même date, paraît un communiqué contraire où il est écrit :

  • 3 Revue de presse de la MNL 26-11-1987.

"Nous sommes parents et nous voulons que nos enfants reçoivent un enseignement en galicien"3.

4Ce dernier document n'est pas signé, mais l'orthographe indique clairement l'utilisation du galicien "lusiste" ou "réintégrationniste", et donne, naturellement à penser qu'il émane de milieux nationalistes.

  • 4 "Os ataques contra o galego", La Voz de Galicia, 25-11-1987.

5Le 25 novembre 1987, le Courrier des lecteurs de La Voz de Galicia publie une lettre d'une mère d'élève du Collège Privé Compañía de Jesús de la Corogne qui se plaint d'avoir été abucheada lors d'une réunion de parents parce qu'elle s'exprimait en galicien4.

  • 5 Revue de presse de la MNL, 12-12-1987.

6Le 12 décembre 1987, la presse5 publie une publicité appelant à manifester ce jour à Santiago à l'appel de la MNL. Le slogan est le suivant :

"Aprender en galego non e un delito".

7Le sous-titre en est "A comarca do Ferrol co noso idioma", et les signataires sont cinq communes, les syndicats, le Comité d'Entreprise d'Astano, 800 enseignants et les APAS (associations de parents d'élèves) de six établissements. Je reviendrai sur cette manifestation du 13 décembre 1987, qui va rassembler, en faveur de la normalisation linguistique, 25.000 personnes à Saint-Jacques de Compostelle, et qui est, au cours de la période qui nous intéresse, l'un des deux moments forts de la mobilisation. La presse va s'en faire largement l'écho, avant et après, mais ce qui me semble frappant, et j'insiste sur le fait, c'est que je n'ai trouvé qu'un seul document où des parents étaient mentionnés es-qualité.

  • 6 "Libertad de idioma en la enseñanza", La Voz de Galicia, 21-1-1988.

8Le 21 janvier 1988, je relève un communiqué de la FAPA (Fédération de parents d'élèves) de la Corogne en faveur de la liberté de choix de la langue à utiliser à l'école ; le communiqué est signé et mentionne une adresse6. Les courriers que j'ai adressés, pour entrer en contact et obtenir des informations, sont restés sans réponse.

9Le 28 février 1988, apparaît une nouvelle publicité dont le libellé est intéressant :

  • 7 Revue de presse de la MNL, année 1988.

"Aprender en galego non é un delito, obrigar a que se aprenda podría serlo"7.

  • 8 Boletín Oficial del Estado, 28 janvier 1988.

10L'appel reste anonyme car il est signé d'un "collectif de parents". Il rappelle que l'enseignement obligatoire en galicien est anticonstitutionnel8. Il dit non à la portugalisation de la Galice et dénonce l'opportunisme politique et carriériste, el lucro, de personnes qui envoient leurs enfants faire leurs études à Madrid. Il proclame que le galicien sera toujours une langue minoritaire. Comme on peut le voir, l'argumentation utilisée, à la fois simpliste et politisée, est très virulente.

  • 9 "Las asociaciones de padres y la enseñanza en gallego", La Voz de Galicia, 14-3-1988.

11Le 14 mars 1988, l'APA du Colegio Público de Prácticas de la Corogne informe qu'elle a consulté les parents : 95,3 % sont contre l'imposition du galicien9. Par ailleurs, cette association dénonce la position de la Fédération Provinciale des APAS de la Corogne, qui n'a pas consulté ses adhérents sur ce sujet et décide de quitter cette fédération pour adhérer à une fédération concurrente.

  • 10 "Respeto a las minorías", Courrier des lecteurs, La Voz de Galicia, 10-5-1988.

12Le 10 mai 1988, une mère d'élève déclare qu'elle a toujours parlé galicien mais qu'elle est contre l'imposition du galicien au nom de l'égalité des chances, car ceux qui ont de l'argent peuvent toujours envoyer leur enfants étudier ailleurs10. Cette lettre est le dernier texte de neuf mois de polémiques pendant lesquels je n'ai relevé que sept documents censés exprimer les positions des parents, alors que dans le même temps, la revue de presse sur le sujet occupe plusieurs centaines d'articles !. Observons que tout cela se passe à la Corogne, que les communiqués sont souvent anonymes et que l'argumentation retenue reste simpliste.

  • 11 "Vecinos de A Illa no enviarán a sus hijos mientras un profesor siga empleando el gallego reintegr (...)

13Le 29 septembre 1989, soit 18 mois plus tard, je trouve à nouveau trace d'un conflit qui se développe dans un collège public de Illa de Arousa11. Il oppose parents et élèves à un enseignant qui refuse d'enseigner le galicien normativisé et qui enseigne donc le galicien lusiste. Les parents appellent à une grève scolaire suivie par 300 élèves ; le professeur reçoit le soutien de l'AGAL (Associaçom galega de Lingua), liée aux milieux nationalistes, mais il est suspendu et affecté à faire des remplacements.

  • 12 "En dos años, un centenar de alumnos del instituto de Ribadeo se han trasladado a otros centros", (...)

14Le 20 octobre 1989, c'est l'Instituto de Ribadeo qui occupe la vedette12 !. Rappelons que la ville en question occupe une position géographique intéressante, puisque la ria qui porte son nom sert de limite entre les Asturies et la Galice. Ce lycée compte 330 élèves, et en 1988 47 d'entre eux ont changé d'établissement pour poursuivre leurs études sur la rive asturienne et avoir ainsi une matière en moins : le galicien. Cette année 1989, ils sont 59. La réaction publique du chef d'établissement ne mentionne pas ce problème ; elle dénonce la mise en cause de la qualité de l'enseignement de l'établissement et rappelle les investissements réalisés ces dernières années.

  • 13 Carlos Luis Rodríguez, "Nadie escapa en sentido contrario", La Voz de Galicia, 20-10-1989.

15Mais l'affaire, qui est rapportée par l'ensemble de la presse, fait suffisamment de bruit pour que Carlos Luis Rodríguez, éditorialiste de La Voz de Galicia et fervent défenseur de la non-imposition du galicien, y consacre une chronique13.

16Je ne trouve plus rien pendant un an, et le 7 novembre 1990 l'affaire du Collège de Illa de Arousa rebondit :

  • 14 "Los padres que apoyan el gallego lusista, contra la creación de dos aulas", Diario 16 de Galicia,(...)

"13 parents approuvent l'enseignement du galicien lusiste et s'élèvent contre la liberté de choix qui est donnée !"14.

17C'est-à-dire entre les deux formes de galicien. Ces deux faits sont intéressants car ils mettent en avant deux problèmes souvent évoqués : l'enseignement du galicien, en tant que matière à part entière qui alourdit les horaires des élèves et qui peut être un handicap pour l'apprentissage d'une deuxième langue vivante. Et ensuite, la mauvaise acceptation de la part d'une partie des enseignants de galicien des normes linguistiques officielles ; un refus qui n'est évidemment pas exempt d'arrière-pensées politiques...

  • 15 "Un estudiante de Peritos suspende un examen por escribir en gallego", El Progreso, 23-10-1991.
  • 16 "La profesora de inglés que no quiso corregir una traducción por estar en gallego tendrá que hacer (...)

18Le 23 octobre 1991, un an plus tard, un étudiant de la Escuela de Ingeniería de Lugo est recalé à un examen d'anglais pour avoir utilisé le galicien dans une traduction qui devait être faite en espagnol15. Mais le professeur est désavoué et l'étudiant obtient gain de cause. Cet article constitue le dernier document dont j'ai trouvé la trace dans la revue de presse16 !.

19En 1992 et 1993, la presse ne fait mention d'aucune prise de position, ni d'aucun conflit du type de ceux que nous venons de mentionner, ce qui n'empêche pas le volume d'articles consacrés à la langue d'augmenter de façon spectaculaire. Comme nous pouvons le constater, la récolte s'avère assez mince. Cela ne veut pas dire que les conflits n'existent pas, mais nous pouvons cependant en déduire que si des tensions existent ou ont existé ici ou là, elles n'ont pas dépassé, en importance, celles que je viens de présenter. Cela est d'autant plus surprenant qu'apparemment, dans la presse, la langue fait recette et que de 1987 à 1993 nous pouvons relever deux moments importants qui ont mobilisé une partie de l'opinion publique.

  • 17 "Máis de unha centola de comunicados de rexeitamento polo requirimento e adhesión á convocatoria",(...)

20Le 31 Août 1987, paraît un arrêté (orden) de la Consellería de Educación pour que deux disciplines au moins soient enseignées en galicien, en particulier les disciplines dites Sociales (histoire et géographie). Le gouvernement central demande d'annuler cet arrêté. C'est cette décision qui amène la MNL à convoquer la manifestation du 13 Décembre 1987, dont nous avons déjà parlé. El Correo Gallego du 13 Décembre fait le point des organisations qui appellent à manifester ce jour : nous y relevons plus d'une centaine de communiqués d'organisations très diverses17. Il est dit de plus que de nombreuses équipes de professeurs et d'associations de parents d'élèves appellent à ce rassemblement, mais lorsqu'il s'agit d'examiner en détail les listes de signataires, on ne trouve, pour les parents d'élèves, que la Federación Municipal de APAS do Municipio de Santiago et la APA do CP Pio XII.

  • 18 "Decreto 253-1990, do 18 de Abril, sobre exención da materia de lingua galega no ensino básico e m (...)
  • 19 "O decreto sobre exención do galego amplamente criticado", A Nosa Terra, 26-4-1990, p. 6.
  • 20 "La INTG considera el decreto sobre exención del gallego un "retroceso" en la normalización del id (...)
  • 21 "O decreto de exención do galego do Gobemo Fraga provoca a polémica", El Correo Gallego, 11-5-1990 (...)

21Il est difficile de ne pas en conclure que la présence des parents en tant que tels est discrète, dans une manifestation, qui obtient, par ailleurs, un énorme succès. L'autre événement est le décret de la Xunta du 18 avril 199018, concernant l'exemption pendant trois ans de l'examen de galicien pour les élèves venant d'autres communautés autonomes ou pour les malentendants. Ce décret provoque une levée de boucliers dont la presse se fait largement l'écho : La MNL, le 26 avril19 ; les syndicats nationalistes : INTG le lendemain20, la CXTG-SGTE, l'ASPG, le 11 mai21, puis les associations pédagogiques et syndicales, comme Nova Escola Galega, Comisiones Obreras et l'Asociación de Funcionarios pola normalización da lingua galega (AFNLG) le 12 mai.

  • 22 "Política Lingüística asegura que el decreto de exención del gallego afecta este curso a 1.800 esc (...)
  • 23 Instituto Galego de Estadística, Anuario 1991, Santiago, Xunta de Galicia, p. 144.
  • 24 "Más de 400 docentes piden la anulación del decreto sobre exención del gallego", La Voz de Galicia (...)
  • 25 "Otros 1.600 profesores pertenencientes a 93 colegios piden la anulación del decreto de exención d (...)
  • 26 "5.000 profesores de 222 centros escolares exigen la anulación del decreto de exención del gallego (...)
  • 27 "Crece a oposición ó Decreto de exención do galego no ensino", El Correo Gallego, 19-6-1990, p. 1.

22La Direction de la Politique linguistique de la Xunta tente de rassurer en minimisant l'affaire : cela ne concerne que 1.800 élèves pour l'année scolaire en cours22. En effet, cela représente 0,32 % des élèves scolarisés en Galice en 1990-9123. Mais la mobilisation continue : 400 équipes enseignantes le 28 mai24 ; 1.600 professeurs de 93 établissements le 6 juin25 ; 5.000 professeurs de 222 établissements26 ; 6.500 professeurs recensés le 19 Juin par El Correo Gallego, ce qui semble être le point culminant27.

  • 28 "A MNL solicita apoio ós colexios contra o Decreto de exención", El Correo Gallego, 14-9-1990, p. (...)
  • 29 "A MNL acusa a Educación de promocionar a exención do galego", El Correo Gallego, 10-11-1990, p. 3 (...)

23L'affaire réapparaît le 18 Septembre (vacances oblige) avec un petit article paru dans El Correo Gallego où la MNL rappelle ses positions28. La polémique entre la MNL et la Xunta reprend les 8 et 11 Novembre : la MNL accuse la Xunta de vouloir promouvoir l'exemption du galicien en lui consacrant une place importante dans un document de propagande pour une campagne appelée "O galego no ensino" ; la Xunta se défend en affirmant que le but est d'informer les élèves et leurs parents29.

  • 30 "El PP se opone a derogar el decreto de exención del gallego", El Ideal Gallego, 23-2-1991, p. 16.
  • 31 "Educación ejecutará el fallo sobre el decreto de exención de Galego", La Voz de Galicia, 20-1-199 (...)

24Le 23 février 1991, La Xunta publie un bilan provisoire : 1.945 demandes en 1990 et 1.492 en 1991, sur un total de 421.000 élèves inscrits en EGB (Educación General Básica), soit 0,26 % du total30. C'est comme si la publication de ces chiffres mettait un terme à la polémique, car la presse ne se fait plus l'écho de ce problème jusqu'au 20 janvier 1994 soit trois ans après. Ce même jour, la Xunta publie, à nouveau, le bilan suivant : 1990-1991 : 1.707 demandes ; 1991-1992 : 1.841 demandes ; 1992-1993 : 2.166 demandes31. Les chiffres diffèrent de ceux de 1991 mais confirment que le problème reste limité. Cependant le Tribunal Supérieur de Justice se prononce sur les mesures d'exemption en les déclarant illégales, et un nouveau texte plus consensuel est alors préparé pour être d'abord soumis au Consello Escolar de Galicia.

  • 32 "As APAS públicas critican a inhibición da Xunta na normalización do galego", El Correo Gallego, 3 (...)

25Et les parents dans toute cette affaire qui intéresse très directement les familles ? Je n'ai trouvé qu'un seul article qui remonte au 31 mai 1990. Il fait état d'une prise de position de la Federación de Pais de Alumnos de Colexios Públicos qui s'élève contre le décret et fait état des "plaintes reçues par l'intermédiaire des différentes APAS (qui) ne vont pas dans le sens suivi par la Xunta"32. En conclusion, il convient donc de remarquer que la présence des parents par l'intermédiaire des organisations qui sont censées les représenter reste très modeste et que l'opposition a été le fait des enseignants et surtout de la MNL. Après ce tour d'horizon de la presse, d'où il ressort qu'en apparence les parents en tant que tels restent discrets sur les choix linguistiques à réaliser pour l'éducation de leurs enfants, tentons de voir si les études chiffrées réalisées confirment ou infirment cet éclairage.

Les études chiffrées

  • 33 "La discriminación lingüística en Galicia", AGLI, janvier 1994, p. 22.

26De quelles études chiffrées disposons-nous ? L'Association galicienne pour la liberté linguistique fait état d'une enquête réalisée en 1988 dans 20 établissements de la Corogne. tous presque en totalité prives, et d'où il ressort que 20.000 parents s'opposent à l'imposition du galicien. En réalité, les résultats, établissement par établissement, publiés dans le bulletin de AGLI de janvier 94 dont j'ai eu l'occasion de vérifier les procès-verbaux, ramènent ce total a 10.848. 93,2 % des parents souhaitent pour leurs enfants un enseignement entièrement en espagnol, et 6,8 % souhaitent une ou deux matières en galicien33.

27Les résultats s'expliquent aisément par le fait que cette enquête a été réalisée dans des établissement privés, avec une composition sociologique bien spécifique et à la Corogne. grande ville où la pratique de l'espagnol est largement majoritaire. Quoi qu'il en soit, même modeste, cette enquête est à ma connaissance la seule qui ait été réalisée à cette échelle. Cependant, de l'expression d'une présence à la mobilisation pour la faire respecter, il semble y avoir une grande distance, car AGLI n'arrive à compter après six ans d'existence que 309 membres actifs.

28Mais à côté de cette enquête militante, il est encore possible de trouver d'autres études chiffrées. La plus large, puisqu'elle touche l’ensemble de population, est celle faite à l'occasion du recensement de 1991 qui incluait pour la première fois des questions de type linguistique. Il s’agit d’une étude quantitativement exhaustive, mais hélas inexploitable car les questions posées ne permettent pas d'avoir une vision de la situation, dans la mesure où elles portent sur connaissance et la compréhension de la langue et non sur les attitudes linguistiques des galiciens. Prenons un exemple des questions : Parlez-vous le galicien ? Ecrivez-vous le galicien ? Comprenez-vous le galicien oral et écrit ? Les questions ainsi formulées apportent des réponses que tout le monde connaît et qui ne témoignent en rien des attitudes linguistiques réelles, dans la mesure, où il est tout à fait facile de constater que l'immense majorité des galiciens est capable de parler sa langue, et à fortiori de la comprendre, sans pour cela l’utiliser couramment.

29Les études les plus sérieuses sont celles réalisées par l’institut des Sciences de l'Education de Saint-Jacques de Compostelle et l'équipe de chercheurs qui travaille sous la direction de Xavier Rubal. Il s'agit des quatre ouvrages suivants : A Educacion en Galicia - Informe Cero (1987) ; Estudio Centonode caracter censal (1988-1989) ; O salego no ensino pùblico non universitario (1987), O galego na Universidade (1988). C'est donc dans ces quatre études que nous avons une chance de trouver les éléments explicatifs, étant entendu qu'elles ne s'attachent à analyser que les enseignants et les élèves.

  • 34 Nieves Arza, Damel Veiga, A situación do proceso de normalización lingüistica no ensima, in A Educ (...)

30Dans A Educacion en Galicia Informe Cero34, j'ai relevé trois questions susceptibles de nous intéresser. Tout d'abord, la langue que les élèves parlent avec leur mère : 42 % utilisent le galicien seul ou en majorité, et 58 % utilisent l'espagnol seul ou en majorité. Ensuite, l'importance des disparités entre ville et campagne : 82 % des élèves des sept villes de Galice utilisent l'espagnol, et 86 % des élèves habitant dans les aldeas (villages) utilisent le galicien.

31Les chiffres restent comparables lorsqu'il s'agit de la langue parlée avec les camarades, et l'étude montre une préférence sensible des élèves de l'enseignement privé vers l'espagnol seul. Notons une donnée complémentaire intéressante : une étude très partielle, portant sur vingt établissements, des panneaux d'affichage des associations de parents d'élèves, montre que 90 % de l'affichage se fait en espagnol.

  • 35 Xavier Rubal, Daniel Veiga, Nieves Arza, Estudio-Inventario de caracter censal sobre a situación e (...)

32Le travail de l’Estudio Inventario de Caracter Censal porte, quant à lui, sur 24.500 élèves de 139 établissements35. Il confirme les résultats antérieurs et affine les données par province et par niveau d'enseignement.

Tableau 1 : Langues utilisées : répartition par province

Province

Galicien (en%)

Espagnol (en%)

La Corogne

21

79

Pontevedra

21

79

Orense

39

61

Lugo

52

48

33L'élément que nous retiendrons est ici la disparité entre les 2 provinces côtières, plus urbanisées et l'intérieur, surtout Lugo, plus rural.

  • 36 Xavier Rubal, Modesto Aníbal Rodriguez Neira, O galega no ensino público non-universitario, Santia (...)

34Dans O salego no ensino público non-universitario, les aspects les plus intéressants pour cet exposé sont les suivants36 : tout d'abord l'étude des attitudes linguistiques des enseignants dans leur vie privée, c'est-à-dire leur milieu familial, montre que la langue parlée avec le conjoint est l'espagnol pour 50 % d'entre eux, et le galicien pour les autres 50 %, soit un équilibre parfait.

35Nous retrouvons les mêmes disparités géographiques que dans le travail antérieur : 55 % des enseignants habitant en milieu rural aldea ou dans une petite ville vila utilisent le galicien ; 63 % des enseignants des villes utilisent l'espagnol ; Quant à la langue que les enseignants parlent avec leurs enfants le décalage est encore plus net dans les villes : 69 % d'entre eux utilisent l'espagnol.

36Et si nous affinons ville par ville, nous voyons apparaître d'autres disparités :

Tableau 2 : utilisation de l'espagnol, répartition par villes

Ville

Conjoint (en%)

Enfants (En%)

La Corogne

68

74,6

El Ferrol

81

86,7

Vigo

60

63,6

Orense

48

57,2

Lugo

50,6

59,6

Santiago de Compostela

56

59,8

Environs de Santiago

42,5

44,5

37Sans vouloir faire des enseignants les représentants exclusifs de l'ensemble du corps social, il en sont une composante, et leurs attitudes me paraissent digne d'être prises en compte, dans la mesure où elles nous donnent une image attitudes linguistiques des galiciens, en ne perdant pas de vue que les enseignants sont dans leur globalité plus perméables à l'utilité de la normalisation du galicie que le reste de la population.

38Examinons maintenant un autre volet de l'étude qui paraît intéressant et qui concerne l'opinion des enseignants pour expliquer l'insuffisance de développement du galicien : la raison majoritaire est la maîtrise insuffisante de langue de la part de l'élève (entre 12 et 46 %), l'écart s'expliquant par les disparités entre aldea-vila-cidade et entre enseignement public et privé. Par contre, le deuxième facteur est l'attitude négative des parents qui est stable (entre 17 et 20 %), c'est-à-dire un parent sur cinq environ, selon les enseignants. Il s’agit là d'un pourcentage qui semble élevée car la même question concernant les élèves obtient des scores modestes (5 % environ).

39Le troisième volet que nous retiendrons de cette étude, concerne les heures d'enseignement en galicien. Nous apprenons que 70 % des élèves ont entre 0 et 6 heures hebdomadaires, dont 50 % entre 0 et 3 heures, c'est-à-dire que la réglementation en vigueur n'est, dans la plupart des cas, pas encore respectée, sans que cela ne suscite de réactions de la part des parents.

40Pour résumer les points forts de cette étude, nous trouvons : une réglementation non appliquée ; des attitudes linguistiques qui accordent une place prépondérante à l'espagnol ; une attitude négative des parents qui, loin d'être dominante, émerge tout de même de façon significative comme obstacle au développement du galicien.

  • 37 Modesto Aníbal Rodríguez Neira, Maria Sol López Martínez, O galego na Universidade, Santiago, Cons (...)

41O galego na Universidade est une enquête menée en 1988 sur un échantillonnage de 446 professeurs et 4.335 étudiants37. Nous y apprenons que, pour les professeurs et les étudiants, l'espagnol reste la langue majoritaire pour s'exprimer dans l'ensemble des circonstances : avec les collègues ou camarades, en cours, en réunion, dans les publications. Les pourcentages sont régulièrement aux alentours de 60 %. A la question sur la valeur et l'utilité du galicien dans le monde d'aujourd'hui, les réponses sont les suivantes

Tableau 3 : Valeur et utilité du galicien dans le monde d'aujourd'hui

inutile-peu utile

44 %

un peu utile

30 %

assez utile

12,70 %

très utile

12,70 %

ne répond pas

4,60 %

42Une autre question interroge sur les perspectives d'avenir du galicien comme langue de science et de culture :

Tableau 4 : Perspectives de l'avenir du galicien comme langue de science et de culture

mauvaises

46,50 %

moyennes

30,30 %

bonnes

10,80 %

excellentes

4,50 %

ne répond pas

7,90 %

43Il est simple de remarquer que les universitaires ne sont pas optimistes, mais majoritairement sceptiques, quant à l'avenir de leur langue. Essayons de voir, pour terminer, les conclusions que l'on peut tenter de tirer des deux volets de notre étude.

44Le mouvement d'opinion en faveur ou contre le développement de la langue n'est jamais massif, même s'il est considérablement plus important en faveur de la langue galicien. Ce mouvement d'opinion est toujours le fait d'organisations spécifiques : A Mesa pola Normalización, qui dit compter environ 5.000 adhérents et qui dispose de locaux et de deux permanents dont les décharges sont prises sur les quotas des organisations syndicales, et l'Asociación de Funcionarios pola normalización da lingua galega (AFNLG), qui semble influente dans les milieux judiciaires Ces deux organisations sont relayées presque systématiquement par l'ensemble des syndicats, des partis de gauche, et le Bloque Nacionalista Galego (BNG).

45En face, se situe AGLI, qui compte 309 membres, dont 50 % à la Corogne et qui est la seule organisation issue d'un mouvement de parents (du privé), et qui adopte des positions "modérées". Mais elle n'est pas parvenue, au fil des années, s'imposer, malgré le soutien de la presse, et en particulier de La Voz de Galicia.

46Au niveau des faits, il est très frappant de constater que les associations de parents apparaissent très peu et que les conflits sont très limites. Or la lecture de la presse depuis 1987 montre que les mois qui suivent la rentrée voient régulièrement émerger des mouvements de parents dans tel ou tel établissement ou telle ou telle localité, pour réclamer des créations de poste, exiger des professeurs-remplaçant ou imposer des travaux et des constructions. A aucun moment, la langue galicienne et son développement ne sont au coeur de la demande sociale.

47Il n'en demeure pas moins vrai que les fédérations de parents d'élèves semblent très peu structurées au niveau provincial et surtout régional, ce dont témoigne l'absence d'expression publique dans la presse depuis 1987. La situation actuelle ne semble pas, comme dans d'autres communautés autonomes, source de tensions fortes Le galicien est compris par la quasi totalité de la population qui est par ailleurs capable de s'exprimer dans cette langue. Quant a l'espagnol, il ressort que l'ensemble de la population semble y tenir. Mais il me semble nécessaire de rester prudent au vu de la modestie des études chiffrées qui existent, et qui o toutes été réalisées dans les années 1987, 1988, 1989. De plus, toutes ces études concernent le monde scolaire et même une partie du monde scolaire, dans mesure où les familles n'ont pas pu être intégrées en tant que telles.

48Mais aujourd'hui, l'enseignement du galicien est présent partout, et s'il reste en retrait par rapport à ce que permet la loi, cette situation ne provoque pas la moindre réaction, ce qui peut nous permettre d'affirmer que l'ensemble des ferai s'accommode de la situation actuelle et qu'un certain point d'équilibre a été atteint.

Notes

1 Antoine Fraile, Normalisation et politique linguistiques en Galice (1983-1993) : Quels acteurs pour quels enjeux ?, Thèse de doctorat (Directeur : Jean-Louis Guereña), Université de Tours, 1996, 2 vols., 602 p.

2 "Un grupo de padres del colegio coruñés Curros Enríquez se manifestó en contra de la enseñanza en gallego", La Voz de Galicia, 22-9-1987.

3 Revue de presse de la MNL 26-11-1987.

4 "Os ataques contra o galego", La Voz de Galicia, 25-11-1987.

5 Revue de presse de la MNL, 12-12-1987.

6 "Libertad de idioma en la enseñanza", La Voz de Galicia, 21-1-1988.

7 Revue de presse de la MNL, année 1988.

8 Boletín Oficial del Estado, 28 janvier 1988.

9 "Las asociaciones de padres y la enseñanza en gallego", La Voz de Galicia, 14-3-1988.

10 "Respeto a las minorías", Courrier des lecteurs, La Voz de Galicia, 10-5-1988.

11 "Vecinos de A Illa no enviarán a sus hijos mientras un profesor siga empleando el gallego reintegrado", La Voz de Galicia, 28-9-1989.

12 "En dos años, un centenar de alumnos del instituto de Ribadeo se han trasladado a otros centros", La Voz de Galicia, 20-10-1989.

13 Carlos Luis Rodríguez, "Nadie escapa en sentido contrario", La Voz de Galicia, 20-10-1989.

14 "Los padres que apoyan el gallego lusista, contra la creación de dos aulas", Diario 16 de Galicia, 7-11-1990, p. 16.

15 "Un estudiante de Peritos suspende un examen por escribir en gallego", El Progreso, 23-10-1991.

16 "La profesora de inglés que no quiso corregir una traducción por estar en gallego tendrá que hacerlo", La Voz de Galicia, 24-10-1991, p. 38.

17 "Máis de unha centola de comunicados de rexeitamento polo requirimento e adhesión á convocatoria", El Correo Gallego, 13-12-1987.

18 "Decreto 253-1990, do 18 de Abril, sobre exención da materia de lingua galega no ensino básico e medio, in Lexislación actualizada sobre a lingua galega, Santiago, Xunta de Galicia, 1992, pp. 33-34.

19 "O decreto sobre exención do galego amplamente criticado", A Nosa Terra, 26-4-1990, p. 6.

20 "La INTG considera el decreto sobre exención del gallego un "retroceso" en la normalización del idioma y "unha burla"", La Voz de Galicia, 27-4-1990.

21 "O decreto de exención do galego do Gobemo Fraga provoca a polémica", El Correo Gallego, 11-5-1990, p. 24.

22 "Política Lingüística asegura que el decreto de exención del gallego afecta este curso a 1.800 escolares", La Voz de Galicia, 12-5-1990, p. 26.

23 Instituto Galego de Estadística, Anuario 1991, Santiago, Xunta de Galicia, p. 144.

24 "Más de 400 docentes piden la anulación del decreto sobre exención del gallego", La Voz de Galicia, p. 22.

25 "Otros 1.600 profesores pertenencientes a 93 colegios piden la anulación del decreto de exención del gallego", La Voz de Galicia, 5-6-1990, p. 26.

26 "5.000 profesores de 222 centros escolares exigen la anulación del decreto de exención del gallego", La Voz de Galicia, 13-3-1990, p. 73.

27 "Crece a oposición ó Decreto de exención do galego no ensino", El Correo Gallego, 19-6-1990, p. 1.

28 "A MNL solicita apoio ós colexios contra o Decreto de exención", El Correo Gallego, 14-9-1990, p. 31.

29 "A MNL acusa a Educación de promocionar a exención do galego", El Correo Gallego, 10-11-1990, p. 32.

30 "El PP se opone a derogar el decreto de exención del gallego", El Ideal Gallego, 23-2-1991, p. 16.

31 "Educación ejecutará el fallo sobre el decreto de exención de Galego", La Voz de Galicia, 20-1-1994, p. 32.

32 "As APAS públicas critican a inhibición da Xunta na normalización do galego", El Correo Gallego, 31-5-1990, p. 33.

33 "La discriminación lingüística en Galicia", AGLI, janvier 1994, p. 22.

34 Nieves Arza, Damel Veiga, A situación do proceso de normalización lingüistica no ensima, in A Educación en Galicia - Informe Cero : problemas e perspectivas, Santiago, ICE, 1987, pp. 97-196.

35 Xavier Rubal, Daniel Veiga, Nieves Arza, Estudio-Inventario de caracter censal sobre a situación e perpectivas do galego no ensino non-universitario, Santiago, ICE, 1987, 206 p.

36 Xavier Rubal, Modesto Aníbal Rodriguez Neira, O galega no ensino público non-universitario, Santiago, Consello da Cultura, 1987, 181 p.

37 Modesto Aníbal Rodríguez Neira, Maria Sol López Martínez, O galego na Universidade, Santiago, Consello da Cultura galega, 1988, 247 p.

Author

Université d'Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540